Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 07:57
Quelques publications du blogueur.
Quelques publications du blogueur.

Un ami m’écrit : "le salariat est remplacé par le numérique et le patronat par les multinationales sans patrie " (1).

Cet essai légitime et naturel de comprendre les transformations du capital, réelles, ne prend pas en compte cet autre réalité du capital : que le capital soit un capital patronal familial ou celui d’un fond de pension etc., il s’agit de savoir quel usage est fait du surproduit, c'est-à-dire ce qui individuellement et collectivement est produit par le travail, au-delà de la production individuelle et collective consommée directement par le travailleur. C’est cela le surproduit. C’est la part du produit du travail qui échappe au travailleur individuel et collectif et qui est utilisée par le capital pour se reproduire et non pour reproduire la société, c’est l’écart entre les besoins du capital et ceux de la société, de l’humain dans son processus ….C'est ce qui permet, dans la croissance financière l'explosion de la spéculation parasitaire.

C’est d’ailleurs du surproduit qu’est tiré le profit capitaliste, et la plus-value (survaleur) dont dépend le profit. Et ceci avec la mondialisation informationnalisée, dans la masse globale du travail et de la production, car malgré la tendance à la baisse du taux de profit, la masse du profit augmente extraordinairement grâce à l'explosion de productivité due à la révolution scientifique et technique et à la production massive dans les zones mondiales à bas coût salarial. Ce qui passe aussi par la production particulière d’une personne, d’une entité de production (une usine par exemple), de la production d’une entité politique de production, nation, région mondiale etc.

Il faut être aveugle pour ne pas voir que la masse de l’échange concret entre humains passe par l’échange de marchandise. Je ne connais personne qui, dans les échanges principaux de biens matériels ne passe pas par l’achat et la vente de marchandise, de l’épicier à la société des eaux, de la voiture au billet de train etc.

Il y a des prémices de socialisme et des embryons de communisme dans tout ce qui est distribué relativement gratuitement, par la sécurité sociale médicale par exemple, même si le capital retire un profit au passage.

Pour en revenir à l’usage du surproduit, quel usage sain et apte au renouvellement élargi de la personne et de la société peut-il en être fait ? Certainement plus celui qu’en fait le capital et dont les lois de suraccumulation-dévalorisation inhérente à l’échange A-M-A’ (Argent-Marchandise-Argent ‘ plus), qui à travers l’explosion capitaliste de la productivité, explosent, ce qui est le cœur de la crise, et dont on ne pourra sortir que par des mesures progressives et radicales qui régulent le mouvement du capital et sortent de la suraccumulation du capital et en fin de parcours de ce type de système de production et d’échange.

Il m’écrit aussi : « …la source de financement de la Sécu, que nous défendons toujours comme devant être assurée par le système des cotisations salariale/patronale. Est-ce toujours valide… ? ». Prélever fondamentalement et essentiellement ailleurs qu’où fonctionne la contradiction capital-travail ce n’est qu’aider à prolonger l’agonie du système et augmenter le risque que le système s’effondre sur lui-même sans qu’une alternative n’ait été construite.

Certes, la confusion actuelle politico-philosophico-sociale dans laquelle nous vivons, la jeunesse en particulier, donne froid dans le dos quand à l’évolution du monde. Raison de plus pour conserver tant que faire se peut une logique qui ne se laisse pas infiltrer totalement par l’idéologie dominante.

Voilà ce que je pense et exprime, sans perdre l’espoir que des voies s’ouvrent, à travers la crise, justement à travers la crise, par des chemins divers et complexes, impasses à contourner comprises.

Pierre Assante, 27 août 2015

(1) Et qui poursuit justement : "...Ne faut-il pas inventer ?...Ces exemples... font naître en moi non une perte de confiance dans les enseignements du marxisme, mais un sentiment de plus en plus net qu’il est nécessaire de les prolonger..." .

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche