Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 15:53
Intervention en Syrie et ailleurs : notions élémentaires de société,  un peu oubliées...

Intervention en Syrie et ailleurs.

Notions élémentaires de société, un peu oubliées.

*

Il ne faut pas confondre notions de société et lois physiques.

La société ne se conforme pas à des lois rigides, elle est humaine avec tout ce que contient d’énigmatique l’humain et son activité, ce qui n’empêche pas, à travers une multitude de données en relations dialectiques, de tenter de s’approcher d’une vision la plus en profondeur possible, des sociétés et de leur « composante » mondiale.

Cette précaution essentielle prise, essayons de rechercher des caractères, des catégories pouvant aider à une compréhension utile et opérationnelle pour agir en santé.

*

Il existe des nationalismes, dans le mouvement des sociétés et leur propre mouvement, qui ne sont pas des fascismes, mais qui peuvent le devenir sous l’effet de circonstances historiques, économiques, politiques…

Des nationalismes « locaux », « régionaux » ont tenté et quelquefois réussi partiellement à s’orienter vers des politiques sociales (avec bien sûr les limites du nationalisme vis à vis de la lutte de classe), entre autre dans des luttes opposant leur impérialisme de dominé à des impérialismes dominants, et à l’impérialisme dominant mondialement (1). Les mouvements de libération nationales, réponse au colonialisme en ont engendré.

Un autre exemple qui nous est proche et qui passe aujourd’hui relativement inaperçu dans la complexité de la lutte contre Hitler et le nazisme et son histoire : les nationalistes d’extrême droite d’avant 1939 se sont divisés en deux camps, l’un du côté de la collaboration de Pétain avec Hitler, l’autre du côté de De Gaulle et de la Résistance. L’exemple du secrétaire de Jean Moulin, Daniel Cordier (comme il l’explique lui-même) chargé du rassemblement des forces résistantes est significatif d’une évolution qui est allé de l’antisémitisme vers son rejet au profit des positions sociales du Conseil National de la Résistance et du gouvernement national, communiste, socialiste, chrétiens de progrès dirigé par le Général de Gaulle.

Ce nationalisme français du Général De Gaulle, s’est perdu dans les illusions d’une collaboration fructueuse possible entre monopoles financiers et industriels d’une part et gouvernement social d’autre part, s’appuyant de plus essentiellement sur ces monopoles, et s’écartant du soutien d’un mouvement populaire revendicatif et de transformation sociale.

La rentrée de Pompidou comme premier ministre, représentant des banques, malgré d’autres qualités humaines et culturelles, a été une étape des illusions et désillusions gaulliennes jusqu’à la démission de 1969 (2), puis les avatars successifs d’une imitation formelle et peu glorieuse, pauvre et dangereuse, du gaullisme et de ses illusions, et leur aggravation de plus en plus extrême-droitière(3) ; puis des alignements généraux, bien que divers, sur le néo-libéralisme et ses régressions sociales et culturelles.

*

Le partage du monde par le capital, sa lutte acharnée, idéologique et militaire, contre les forces saines de transformation sociale et l’élimination physique et morale d’un part de ces forces(4), a suscité la formation de nationalismes locaux correspondant à un état du moment de divers peuples, de leurs forces productives et des substrats et superstrats culturels dans lesquels ces forces productives se mouvaient dans le processus général.

Les interventions impérialistes (5), sous leur dehors humanitaires justifiés mais non poursuivis, continuent de créer des nationalismes locaux. La question de fond déterminant les guerres actuelles est que certains nationalismes correspondent « mieux » aux intérêts de l’impérialisme dominant et d’autres pas…et que l’impérialisme dominant et ses composantes n’hésitent pas à déstructurer des nations entières et le monde. Cette déstructuration, à travers les guerres, les émigrations chaotiques et contraintes (mais voulues quand il est question de main-d’œuvre bon marché), menace la transmission générationnelles des acquis culturels du monde dans leur diversité et multiplicité, et provoque l’acculturation des peuples au profit de la nouvelle culture (en expansion globale et à son paroxysme) du profit capitaliste, le grand et ses miettes clientélistes (6).

*

Ces notions générales ne prétendent régler aucun problème, mais être utiles à la réflexion sur le règlement de ces problèmes. Avec intelligence et force, dans une assemblée avec des représentantes et représentants acquis en majorité, volontairement ou involontairement, au renforcement de la guerre, malgré les échecs d’Afghanistan, de Libye et aujourd’hui de Syrie et d’ailleurs (échec pour la paix, pas pour les profits financiers accaparés par les groupes capitaliste multinationaux), Pierre Laurent, une fois de plus a fait le « CQFD » (7) de la nécessité d’un règlement avec la participation de toutes les forces en présence et impliquées et sous l’égide de l’ONU, ce qui n’est pas impossible ni trop long à atteindre, des conditions existent à condition d’en avoir la volonté. Ceci, sans naïveté, mais avec la certitude que l’effet de groupe à l’intérieur d’entités gouvernementales et institutionnelles et l’effet de groupe entre ces entités elles-mêmes conduit à un emballement dépassant négativement les visions des intérêts égoïstes eux-mêmes, les conduisant à des destructions les menaçant en menacant le monde.

Je mettrais donc, à tort ou a raison un petit bémol au propos de Pierre, en insistant comme lui sur la nécessite de la participation de toutes les forces populaires, et pouvoirs politiques et leur influence présente issue du passé historique tel qu'il a été (8), mais en évitant les jugements publics susceptibles de les écarter et de handicaper un règlement du conflit multiple, ce qui n’est pas du ressort de qui souhaite un règlement politique (9). De justes réserves peuvent devenir une concession inutile aux arguments des dominants s’opposant ou freinant la résolution du conflit.

*

Je voudrais finir en renvoyant à la formidable intelligence d’un Yasser Arafat ou d’une Leïla Chahid dans leur capacité à faire avancer la cause palestinienne en comprenant et les contradictions des gouvernements en présence et les contradictions, mêlées, liées au système de production et d’échange, et les contradictions internes des peuples et entre peuples, issues de leur histoire ; cause palestinienne d’ailleurs au cœur du « conflit du Moyen Orient », que ce soit économiquement, politiquement, et n’en déplaise aux rationalistes étroits, philosophiquement.

Pour vous en faire une idée, vous pouvez lire, sur ce blog, l’entretien réalisé par Leïla Shahid, à l’occasion de sa retraite, après 25 ans de représentation des palestiniens en France et en Europe, dans le journal l’Humanité et ailleurs.

*

Pierre Assante, 16 septembre 2015

*

Notes :

(1)Lénine mettait déjà en garde de ne pas confondre impérialisme dominant et impérialisme dominé. Il mettait en garde aussi par rapport aux conceptions de Staline sur la question des nationalités par un règlement autoritaire et de domination.

(2)Le survol de ces événements est insuffisant et demande plus d’approfondissement. Un ancien ouvrage, « La concentration capitaliste » d’Henri Claude avait donné d’excellents éléments de cette évolution rétrograde.

(3)Parmi ces avatars-ennemis, on peut compter Le FN et le rapprochement d’une partie de la droite dite républicaine avec le FN. Ne pas oublier que le coup d’Etat du 13 mai 1958 (qui remet le général De Gaule* au pouvoir après une décennie d'absence en jouant une deuxième fois le sauveur et en s'appuyant sur un push des généraux à Alger) s’est fait avec le soutien de forces d’extrême droite fascisante qui, en partie, ont animé ensuite la création du Front National actuel qui a eu la triste audace de choisir le même nom que le Front National de la résistance aux Nazi. Il ne faut d’ailleurs pas confondre une masse d’électeurs trompés, comme le fut un moment de son aveu même le secrétaire de Jean Moulin, et les dirigeants du FN actuel, emportés par leur culture conservatrice, leurs conceptions de supériorité élitaire, inégalitaire, dans la guerre contre les pauvres au nom d’un réalisme national qui n’est autre qu’un égoïsme mortifère, s’opposant à toute solution en santé des maladies du monde, du capitalisme mondialisé et informationnalisé en obsolescence. Ils confondent le processus mondial du monde avec celui du capitalisme. Ils dénoncent le capitalisme pour mieux assurer sa poursuite.

* Certes, De Gaulle, comme il l'a dit dans un discours célèbre, n'a pas fait une carrière de dictateur mais a réduit la démocratie avec la constitution présidentielle de la V° République, et ouvert la voie au pouvoir des monopoles, du capitalisme monopoliste d'Etat social aujourd'hui mondialisé et informationnalisé.

(4)En qualifiant de forces saines des forces sociales progressistes, je ne les qualifie pas de forces saintes, de forces infaillibles, mais de forces allant peu ou prou dans le sens du mouvement de progrès de l’humanité, ici et dans le monde et maintenant.

(5)Le mot impérialisme est fort démodé. Pourtant il dit bien ce qu’il veut dire. Il s’agit, entre autre, et pour faire simple de la domination par l’économie dominante (donc économiquement, politiquement, militairement) et de ses intérêts sur des régions, nations du monde. Il fut un temps où les progressistes englobaient dans une politique en santé tout ce qui s’opposait à l’impérialisme dominant, quelles que soient les méthodes et les raisons.

(6)Aujourd’hui les progressistes tentent d’avoir une vision moins réductrice, plus éclairée des événements du monde et de la place qu’ils tiennent dans le processus humain. Mais d’autres, au nom de la clairvoyance et de l’idéal nécessaire à une transformation du monde en santé, mettent dans un même sac dominants et dominés. Certaines alliances sont surprenantes qui renforcent l’impérialisme dominant au nom de cette clairvoyance. Nous sommes bien capables de faire la différence entre un impérialisme dominé et les forces de progrès saines qui s’y meuvent sans pour cela armer l’impérialisme dominant à détruire les entités nationales et la structuration nécessaire des peuples.

(7)« …Le règlement politique auquel la France doit travailler sans relâche ne peut être celui du partage futur des zones d’influence, mais celui d’une reconstruction nationale et démocratique de la Syrie, respectant son intégrité territoriale. Toutes les parties, toutes les puissances régionales, sans en exclure aucune ni la Russie, ni l’Iran, ni la Turquie, ni les monarchies du Golfe. Mais dans ce processus, la France doit porter clairement des objectifs de paix clarifiés… ». Pierre Laurent, 16 septembre 2015 au Sénat.

(8)Particulièrement lorsqu’ils ont représenté, qu’on le veuille ou non, un des peuples menacé par la destruction structurelle et anti-processus d’humanité d’un DAESH (dont l’impérialisme porte essentiellement la responsabilité), ce qui est le cas du gouvernement syrien et du pouvoir personnel d’El Assad, de sa politique relativement laïque qui met en fureur les religieux fanatiques prêts à s’allier avec tout fondamentalisme et instrumentalisant toute opposition démocratique, et qui a, tout en s’assurant son pouvoir, promus des mesures et une relative stabilité de la cohérence sociale. Sous réserve que je ne me trompe pas… .

Est-on sûr que ce pouvoir ait employé les gaz ? Où sont les preuves. On a par contre la preuve que DAEH les produit. Certes les répressions par Assad d’un printemps arabe naissant, d’autre part instrumentalisé, n’a pas aidé à la défense de l’acquis du peuple syrien et encore moins à leur progrès, ni à la défense du régime.

(9)Autre chose est de ne pas cacher les atteintes et répressions quand des forces démocratiques, de transformation sociale en santé en sont victimes, de les soutenir dans le but d’aider aux progrès des nations, du monde, de la production et l’échange en santé des biens nécessaires à la vie humaine. Ceci sans aider involontairement ou pas (mais en faisant appel à la raison tout autant qu’aux sentiments) les forces rétrogrades qui freinent les progrès, ou détruisent systématiquement comme le fait DAEH.

*

Ecouter l'entretien audio de Hisham al Hashimi sur le fonctionnement de DAEH ici

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche