Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 13:50
UTOPIES CONCRETES DE TRANSFORMATION DE LA SOCIETE EN SANTE.
UTOPIES CONCRETES DE TRANSFORMATION DE LA SOCIETE EN SANTE.

Hommes d’atomes, de chair, de nerfs, de pensées, de sentiments 
et de société 
que nous sommes dans une unité de tout ça…

-

Une chose est le sectarisme qui est le refus de débattre, donc de s’enrichir de la pensée des autres, parce qu’on pense détenir la vérité absolu, autre chose est d’affirmer à d’autres, par exemple, que la plus-value existe et en quoi elle consiste, même si cette notion scientifique ne contient elle aussi qu’une part de la réalité sociale, qu’une part de ce qu’on peut extraire subjectivement (tautologie) de la perception et de la réflexion qui peut en découler ou pas.

-

La nation et la république même dans ce quelle a eu de pire mais aussi de meilleur sont issues de rapports de violences et de contraintes, pas de la seule capacité de créer, d’innover dans le sens de la résolution des besoins humains, mais les deux sont allé de pair.

-

Aussi les utopies que l’on appelle concrètes ne sont pas sans effet concret sur le progrès de l’humanité, même si leur concrétisation est autre chose que l’effort subjectif de projection de mesures humaine dans l’avenir, et justement parce que leur concrétisation imprévisible, énigmatique, est autre chose que l’effort subjectif de projection de "nouveau", de mesures humaines dans l’avenir.

-

J’écoutais hier soir l’émission sur Georges Brassens. Qui attribuait telle caractéristique à sa personnalité, à ses opinions. Il y avait là sans doute un mélange involontaire et normal de vrai et de faux, d’approximatif, mais finalement de ressenti de ce que l’on souhaitait dans un sens ou dans un autre. Une ou un a parlé de « l’ADN » de Brassens dans le peuple français. On peut aussi parler surtout de « l’ADN » de la culture française sur une très longue période d’existence historique dans le sang de Brassens, avec tout ce que l’habileté de l’image, de la répartie que son langage contient, et du tout et du contraire qu’il exprime en fonction de l’humeur du moment sur une question ou une autre, sur un moment de vie sociale des individus et la sienne à un moment ou à une autre.

-

Il faut cependant se méfier d’une métaphore de « l’ADN ». Le processus social n’est pas du tout un processus biologique au sens strict. Ni un processus minéral au sens strict évidemment. Gramsci, à mon sens, a donné une vision subjective (encore une tautologie utile !) des bases unifiées minérale, biologique et sociale de l’humain et de son processus, des hommes d’atomes, de chair, de nerfs, de pensées, de sentiments et de société que nous sommes dans une unité de tout ça…

-

Pour en revenir au sectarisme, on fait souvent abstraction du savoir spécifique des uns et des autres qui les unissent mais aussi les opposent. Qui a une vision « instinctive » d’une situation ne l’a que parce sa spontanéité entre dans son « capital » personnel de connaissance. On peut être d’une grande acuité visuelle de la réalité et être incapable d’un raisonnement mathématique. Je prends l’exemple du raisonnement mathématique parce que la métaphore qu’il induit ici est plus claire, plus « caractéristique » que celle prise à partir de l’histoire ou de la connaissance du cinéma dont on parle plus facilement à table ou en compagnie. Et le mépris et l’opposition de la société de classe à l’encontre des sciences dites dures (maths., éco etc.) va de pair avec leur usage massif privé par les groupes dominants et leur confiscation du progrès et de ses avantages.

-

C’est justement sur les savoirs « non populaires » parce non mis à disposition du peuple que la classe dominante réduite aujourd’hui à quelques milliers de détenteurs du pouvoir sur la circulation du capital et ses conséquences, que cette classe dominante domine et fige relativement mais surement le processus de production en santé dont dépend l’humanité.

-

La crise de croissance de l’humanité, métaphoriquement comparable à celle d’un enfant et son impossibilité de redevenir plus petit est une chose. Les outils du savoir nécessaires à la poursuite de sa croissance est autre chose qu’une simple observation morale et même sociologique de cette croissance de l’humanité. La « médecine » de la société est aussi une « science dure » et ne peut être caractérisée par du sectarisme, même si elle peut en contenir, à l’instar de tout processus de pensée.

-

Pour ma part je partage et participe à la construction des utopies concrètes (du moins que je crois concrètes). Cela fait partie à la fois de ma tentative « naturelle » de l’humain de tentative d’utilité humaine, sociale, et m’aide à lutter contre ce que l’on ressent de désespoir (désespoir qui n’existe que par rapport à l’espoir, sinon ce serait de l’indifférence, sentiment proche du désespoir d’ailleurs et issu de lui sans retour), contre le désespoir que la condition humaine peut induire.

-

Dans ces utopies concrètes il y a bien sûr celle d’une évolution qui ne soit pas une copie conforme de la naissance par la violence et la contrainte, ce qui ne veut pas dire que les rapports humains deviendront paradisiaques, mais que la transformation de la violence et de la contrainte en fera autre chose en qualité, qu’on ne pourra plus appeler violence et contrainte.

-

L’évolution du vocabulaire va de pair avec des transformations objectives de la nature, de la société et de la personne et de ses savoirs, il est le témoin de cette transformation, autant qu’un vocabulaire peut l’être, dans les limites des capacités de l’espèce humaine, limites qui font que nous ne sommes capables que d’imaginer un horizon utopique. Et "c'est déjà ça" !

-

Walter Benjamin, il me semble a beaucoup réfléchi sous et sur cette forme de réflexion. Il est, entre autres, un bon enseignant pour nous tous je crois, et j’essaie de m’enrichir de la forme de sa recherche et de son processus de pensée personnel.

-

Pierre Assante, 6 octobre 2015

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche