Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 13:59
Picasso. La femme qui pleure 1937
Picasso. La femme qui pleure 1937

"MA LITTERATURE CUBISTE".

-

Une œuvre d’art n’est qu’un objet figé dans l’esprit d’un observateur indifférent.

-

Pourtant elle ne vaut pour ce quelle contient d’intention consciente et inconsciente de la part du créateur avant et pendant sa réalisation, et dans le rapport qu’elle contient entre le créateur, la société et l’individu, rapport qui se poursuit après sa réalisation, dans sa présentation au public et l’évolution de ce rapport entre l’œuvre et le public et la succession des évènements humains.

-

La musique illustre de façon à la fois évidente et énigmatique le caractère strictement abstrait d’une représentation de la réalité, des perceptions dans cette réalité et des sentiments humains, raisonnements et systèmes de concepts que ces perceptions induisent.

-

Je pense que l’art comme la pensée, pour progresser en qualité ne peut plus être que « cubiste », même s’il n’en a pas la forme. La conscience humaine ne se suffit plus d’une interrogation et d’une réponse où n’apparaisse pas et le passé scruté et le devenir possible du « spectateur » ou du « lecteur » de l’œuvre. Cela correspond à une réalité (et un besoin) vécue aujourd’hui et sa conséquence sur les mentalités, en aller-retour et en unité.

-

C’est la réponse de la « globalisation » (qui est le mode de vie aujourd’hui et dans laquelle l’humain baigne, même s’il vit « seul ») à l’art et de l’art à la « globalisation », ce qui implique une vision processuelle.

-

Je me permets, dans ce même ordre d’idée d’extraire ce petit morceau de texte de la présentation de mon essai sur « DIVISION SEXISTE DU TRAVAIL, résidu ou mode de gestion » sous-titré « L’AMOR E PAS MAI », ce en quoi consiste ma tentative de marquer la transmission de la pensée par l’écriture d’art ou simple article, chose ordinairement répandue dans notre temps :

-

« …Ceci n’est ni de la poésie, ni de la science. C’est une littérature hybride. Elle veut, dans quelques phrases, et dans une seule et même phrase, éclairer sous plusieurs angles, une ou plusieurs questions. Cela donne MA LITTERATURE CUBISTE… ». (P.A. 2004-2005).

-

Ce qui ne veut pas dire qu’on ne puisse s’exprimer que comme cela. Le simple « arrêt sur image » dans une œuvre et sa multiplication dans une suite cohérente rend le même résultat, dans sa simplicité, à condition d’entretenir le même rapport « conscient et instinctif », ce que j'essaie de faire aussi.

-

La condition pour un rapport créatif entre l'oeuvre nouvelle et la société est aussi de ne pas vouloir s'imposer en tant qu'ancienne ou nouvelle idéologie dominante, pensée unique, ce à quoi elle n'échappera pourtant pas, relativement, tant que la société sera une société de classe, ce qui ne peut en aucun cas justifier la non-création, l'abstention créative.

-

Pierre Assante, 25 octobre 2015

-

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche