Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 02:12
Dans le quotidien L'HUMANITE, 5, 6 et 7 février 2016 (2)

*

TRES BREVE INTRODUCTION partiale A L’ERGOLOGIE

Moins mais mieux

Au fond l’ergologie consiste à poser la qualité de l’activité humaine.

Problème majeur dans un temps où la question de la rentabilité du capital nous entraine dans une course effrénée à une quantité relativement indifférente à la qualité.

Plutôt qu’ergologie, la pluridisciplinarité au service de l’expérience et la connaissance du travail tendant à fournir des outils pour la qualité de l’activité, j’aurai moi tendance à l’appeler pensée Schwartz, puisque les concepts essentiels tirés de l’observation du travail nous les devons massivement à Yves Schwartz et au département d’ergologie de l’université d’Aix-Marseille qu’il a créé et dirigé pendant plus de deux décennies.

Ces concepts sont, selon moi, des outils constituant le miroir en aller retour de l’observation de l’activité développant la conscience de ses contenus afin qu’ils évoluent en spirales, selon l’image de Marx.

Un certain Lénine, usant des concepts de la pensée Marx les plus avancés sur le processus d’humanisation et sur le processus de la société humaine, ce qui est une même chose, malgré l’autonomie relative des divers champs d’activité humaine, a contribué à une construction susceptible de dépasser les contradictions de la société de son temps et les effets négatifs de ces contradictions.

De la construction d’organisations rassemblant des individus pour un objectif de transformation sociale à la prise de pouvoir pour cette transformation sociale, les « étapes » ont apporté chaque fois l’expérience des difficultés à surmonter, des retours à effectuer pour mieux avancer.

Ces expériences ont été nécessaires, ce qui ne veut pas dire qu’erreurs et crimes contre l’humanité soient des expériences incontournables ! Il n’y a pas de parcours humain échappant au pas à pas, à la continuité et aux sauts dans la continuité.

Au-delà de la prise de pouvoir, les dernières analyses de Lénine (parmi lesquelle « Moins mais mieux ») vont à la question de la qualité de la construction, de la transformation, de l’activité humaine. Le bilan qu’il établit est clair sur ce point, et nous pouvons en tirer des conclusions diverses pour tenter de mener à bien d’autres saines expériences.

Il n’y a aucune transformation sociale saine, positive qui ne pose comme base, quel contenu de l’activité humaine, quelle qualité à donner au « que, quoi, comment produire » les biens « matériels et moraux » nécessaires à la vie humaine.

L’ergologie pose la question de la cohérence du geste producteur de la personne et la cohérence du geste producteur collectif, de l’entité locale d’entité productive actuelle à dépasser à celle des entités plus larges constituées et à la société humaine mondialisée, informationnalisée.

Alors quels sont ces concepts ergologiques ? Il n’est question ici que d’en énumérer quelques uns, sans rien développer, laissant au lecteur la curiosité de les connaître par lui-même en puisant dans la littérature ergologique et dans les activités de ce champ de recherche.

Corps-soi. Forces d’appel et de rappel. Inconfort intellectuel. Normes et débats de normes. Dé-Normalisation Re-normalisation. Double anticipation. Activité tripolaire, pôles de la gestion de la politéïa, du marché à dépasser en l’état. Dramatique d’usage de soi par soi et d’usage de soi par les autres. Le travail concret « dans » le travail abstrait. Taylorisme à double effet. Productif et improductif. Concepts d’horizon. etc.….

Pour aller plus loin, Lire

« Expérience et connaissance du travail », Yves Schwartz, Editions sociales. « Le paradigme ergologique, un métier de philosophe », Yves Schwartz, Octarès. « L’activité en dialogue1 et 2 », collectif, Octarès. Les textes publiés par le département d’ergologie de l’Université d’Aix en Provence et celui d’Yves Schwartz sur la Fondation Gabriel Péri sur « les réserves d’alternatives »(1) réserves d’alternative concernant l’activité humaine (et ses conditions d’existence), dont nous avons bien besoin pour dépasser la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital décrite par Paul Baccara et la Commission Economique du PCF (ainsi que la mise en œuvre des remèdes proposés possibles) qui paralyse de plus en plus le processus humain .

Critique marxiste de l’économie politique et critique marxiste de l’organisation « extérieure » de l’activité humaine macro-meso-micro vont le pair, de même que la question du pouvoir politique, du pouvoir économique et de l’organisation du travail, relativement autonomes mais intriqués, je le pense.

Tout ceci dit n’engageant que moi-même.

Pierre Assante, 20 janvier 2016

(1) http://www.gabrielperi.fr/assets/files/doc/Yves%20Schwartz.docx

(2) Mes remerciements à L'Humanité pour la publication de cet article.

******

Sur l'HUMA :

http://www.humanite.fr/moins-mais-mieux-breve-introduction-lergologie-598115

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche