Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 07:31
SUR L’AFFAIRE SOCIETE GENERALE/KERVIEL.  Comprendre le rapport Justice/Système social et ses contradictions à résoudre.

.

SUR L’AFFAIRE SOCIETE GENERALE/KERVIEL.

Comprendre le rapport Justice/Système social et ses contradictions à résoudre.

.

Mais, souligne la cour, « quelles que soient la ruse et la détermination de l’auteur des faits, ou la sophistication des procédés employés, un tel préjudice n’aurait pas pu être atteint sans le caractère éminemment lacunaire des systèmes de contrôle de la Société générale, qui ont généré un degré de vulnérabilité élevé. »

« Cette organisation défaillante et cette accumulation de manquements, poursuit l’arrêt de la cour, ont permis la commission des délits et retardé leur détection. » Ils ont également « eu un rôle causal essentiel dans la survenance et le développement du préjudice jusqu’à un seuil critique. C’est ainsi qu’a pu se créer une situation en tout point exceptionnelle, à la fois par l’ampleur du dommage et par les risques qu’elle a fait peser sur l’ensemble de l’économie. »

« Dès lors, conclut l’arrêt, si les fautes pénales commises par Jérôme Kerviel ont directement concouru à la production du dommage subi par la Société générale, les fautes multiples commises par la banque ont eu un rôle majeur et déterminant dans le processus causal du très important préjudice qui en a découlé pour elle. »

.
Trader est-il illégal ?

.

Les économistes qui depuis Adam Smith et Ricardo ont étudié au XVIIIème siècle et jusqu’à aujourd’hui le capital pour le compte du système capitaliste et ses hommes, ont appelé capital productif celui qui permet dans un investissement d’obtenir plus d’argent qu’on en a investi. Un cadre législatif mouvant a été établi, dans la société marchande et de droit pour apprécier les limites dans lesquelles peuvent s’exercer l’activité spéculative comme toutes les autres activités humaines.

.

Cette productivité du capital n’est donc pas le produit d’une production particulière concrète, mais indifféremment le produit d’une spéculation faite sur une production matérielle concrète et-ou une opération financière spéculative n’ayant pas comme base une production concrète de biens.

.

En dernière instance, en dernier ressort, la spéculation ne pourrait exister sans une base de production de biens matériels et les services nécessaires qui permettent cette production de biens matériels.

.

Mais l’existence de cette base de production des biens matériels n’est pas la préoccupation du capitaliste, du petit épargnant pauvre qui place 10 € à la caisse d’épargne populaire jusqu'aux vrais et grands capitalistes, ceux qui gèrent dans leur intérêt global un ou plusieurs monopoles industriel et-ou financier et leurs ramifications dans leur imbrication industrialo-financière. Ce qui intéresse, c’est combien cela va rapporter…

.

Pour en revenir à l’usage productif d’un capital non producteur direct de bien, on comprend facilement que la spéculation et l’argent tiré de cette spéculation s’il peut être considéré comme illégitime, n’est en rien illégal dans la législation d’une société capitaliste, d’un Etat capitaliste, d’un monde capitaliste.

.

Alors pourquoi juger responsable une banque ou un trader donc la spéculation a échoué ? Question absurde qui supposerait que la loi est « juste » alors qu’elle est faite pour le « meilleur » fonctionnement possible du capital (1).

.

Certes, la justice, comme toute activité humaine, dans un système capitaliste est pénétrée d’une double contradiction : celle de permettre à la société de se reproduire et celle du capital de se reproduire avec la société. La contradiction entre la SATISFACTION DES BESOINS HUMAINS ET LA SATISFACTION DES BESOINS DU CAPITAL , voilà bien ce qui crée la crise de production des biens nécessaires à la vie humaine et de reproduction de la société et la crise de la justice dans cette reproduction de la société laquelle ne peut survivre et vivre sans la reproduction élargie, développée, complexifiée des biens nécessaires à la vie humaine.

.

En outre, dans l’affaire Société Générale/Jérôme Kerviel, ce qui est intervenu essentiellement dans l’échec de l’opération du trader, c’est la crise financière de 2008 dans une étape de la crise générale du capitalisme, de la production capitaliste, qui a placé le capital dans l’impossibilité du moment de tirer globalement plus d’argent que l’argent investi, c'est-à-dire mis le capital, pendant toute la crise dans l’incapacité d’opérer une spéculation productive de capital, avec les inégalités des opérations, certaines continuant de produire plus ou moins de capital au détriment de celles qui en ont perdu.

.

La spéculation étant donc tout à fait légale, le travail du trader tout à fait légal, en quoi un tribunal peut trouver volontairement responsable et donc coupable une partie ou une autre dans une opération de spéculation légale ?

.

Ce n’est pas la première fois dans la société capitaliste que la justice se trouve confrontée à devoir juger financièrement une activité légale illégitime. Il fut un temps où la morale du capital faisant pression sur le spéculateur ruiné consistait à exiger du spéculateur la mort, c'est-à-dire le suicide.

.

Nous n’en sommes plus là, enfin pour le moment, la justice du capital ayant développé des palliatifs à ses contradictions, alors que ses contradictions, avec le développement du capital mondialisé, numériquement informationnalisé, n’ont fait que grandir immensément et que la crise productive est devenu une crise mondiale de la production quantitative et qualitative nécessaire à la vie humaine, dont les crises écologique, ergologique, anthroponymique sont des parts unies dans l’ensemble de la crise, terrifiantes pour l’avenir de l’humanité.

.

Le parcours de Jérôme Kerviel est exemplaire d’une prise de conscience d’une personne sur une activité du capital, le rôle qu’elle y a joué légalement dans le cadre du travail pour lequel elle a été employée et les contradictions dans lesquelles l’activité capitaliste se joue. Jusqu’où ira cette prise de conscience qui ne concerne pas que Jérôme Kerviel mais tout un chacun dans cette société qu’il faut guérir de l’échange Argent-Marchandise-Argent’ plus mortellement malade, la suraccumulation-dévalorisation du capital liée à cet échange.

.

La prise conscience peut déboucher sur une prise de position gauchiste, c'est-à-dire sur l’impatience et une volonté inefficaces de transformer la société capitaliste sans créer les conditions de son évolution vers son dépassement-abolition.

.

Ce n’est que par le développement de la société capitaliste, tout en combattant ses effets négatifs pour le développement humain et en trouvant et appliquant des remèdes aux causes de ces effets négatifs qu’on la dépassera dans une société en santé humaine. La NEP de 1921 volontairement avortée où la Réforme réussie de Deng Xiaoping et ses successeurs en sont des étapes, mais des étapes comportant toujours des contradictions et des crises plus ou moins dramatiques, plus ou moins criminelles, comme toute activité humaine mettant en jeu des intérêts fortement contradictoires si on considère le mouvement de la société dans son ensemble

.

Dans les étapes de ce dépassement, la maîtrise populaire, politique et juridique de l’usage du système financier et monétaire en Europe et dans le monde sous l’impulsion d’un grand mouvement populaire dans ce sens, et à travers la recherche de sécurité d’emploi et de formation assurant la stabilité relative mais suffisante de la personne dans celle de la société, cette maîtrise est essentielle.

.

Dit sous une autre forme, il s’agit de la maîtrise du mouvement du capital "redevenant" à partir des possibilités et réalités déjà existantes, relativement, provisoirement et artificiellement par volonté politique, mais évidemment non vraiment, "mesure pure", idéale, d’échange stricto sensu, en attendant une transformation qualitative radicale du mode d’échange et de production en qualité et en abondance dans un processus que ce processus de maîtrise initialisera, en assurant mieux l’investissement dans les activités nécessaires aux besoins humains d’existence et de développement. (ouf !)

.

C’est ni plus ni moins un processus à la fois « socialement naturel » et « forcé » tout en respectant les rythmes possibles consentis des personnes productrices et des peuples producteurs, de sortie progressive et radicale du système et de son principe d’échange Argent-Marchandise-Argent’ plus qui a permis un temps le développement de la productivité et de la production nécessaire à la vie humaine, et qui est arrivé à terme au paroxysme et à obsolescence et au besoin d’un autre type de développement et de civilisation, en quantité et en qualité.

.

C’est un saut social dans la continuité sociale, en qualité et en santé, qui comme tout saut social fait appel à la volonté sociale, mélange d’effort et d’habitude, de dé normalisation de l’état antécédent - re normalisation dans l’état nouveau, états micros et macro, qui dépasse l’état présent d’une mentalité et l’état présent de la société.

.

Pierre Assante, 24 septembre 2016.

.

(1) Comprendre les cas de duplicité morale et juridique des classes dominantes dans l'histoire :

"....Admettons que, dans la manière de concevoir la marche de l'histoire, on détache les idées de la classe dominante de cette classe dominante elle-même et qu'on en fasse une entité. Mettons qu'on s'en tienne au fait que telles ou telles idées ont dominé à telle époque, sans s'inquiéter des conditions de la production ni des producteurs de ces idées, en faisant donc abstraction des individus et des circonstances mondiales qui sont à la base de ces idées. On pourra alors dire, par exemple, qu'au temps où l'aristocratie régnait, c'était le règne des concepts d'honneur, de fidélité, etc., et qu'au temps où régnait la bourgeoisie, c'était le règne des concepts de liberté, d'égalité, etc. Ces “concepts dominants” auront une forme d'autant plus générale et généralisée que la classe dominante est davantage contrainte à présenter ses intérêts comme étant l'intérêt de tous les membres de la société. En moyenne, la classe dominante elle même se représente que ce sont ses concepts qui règnent et ne les distingue des idées dominantes des époques antérieures qu'en les présentant comme des vérités éternelles. C'est ce que s'imagine la classe dominante elle-même dans son ensemble. Cette conception de l'histoire commune à tous les historiens, tout spécialement depuis le XVIII° siècle, se heurtera nécessairement à ce phénomène que les pensées régnantes seront de plus en plus abstraites, c'est-à-dire qu'elles affectent de plus en plus la forme de l'universalité. En effet, chaque nouvelle classe qui prend la place de celle qui dominait avant elle est obligée, ne fût-ce que pour parvenir à ses fins, de représenter son intérêt comme l'intérêt commun de tous les membres de la société ou, pour exprimer les choses sur le plan des idées : cette classe est obligée de donner à ses pensées la forme de l'universalité, de les représenter comme étant les seules raisonnables, les seules universellement valables...."

L'idéologie allemande, Marx et Engels.

.

P.S. Les répétitions de mots sont volontaires, les phrases tarabiscotées non....

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche