Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 10:24
Cependant la condition pour qu’un bon cuisinier puisse cuisiner dépend, en dernière instance, de ce qu’il peut avoir dans le frigo.  Crise, économie, paix et développement humain

.

Cependant la condition pour qu’un bon cuisinier puisse cuisiner dépend, en dernière instance, de ce qu’il peut avoir dans le frigo.

Crise, économie, paix et développement humain.

Production et développement de l’être social.

.

Certes, « passer au super marché pour remplir le frigo » est un besoin évident pour qui ne veut pas mourir de faim et appartient aux couches moyennes ou basses de la société en matière de revenu.

.

La question de fond pour remplir le frigo c’est le revenu personnel nécessaire aux achats, alimentaires et tout achat en général. Mais pas seulement. La question première est la production des produits et des biens que nous achetons. S’en préoccuper ne serait pas un luxe…

.

Le but d’un paysan dans une société agricole marchande majoritaire c’est la production agricole autoconsommée par lui et sa famille. Plus la production agricole en surplus qu’il va vendre pour échanger des produits qu’il ne produit pas avec ceux qui les produisent.

.

La motivation première dans une société capitaliste marchande et de droit dont le statut majoritaire du producteur des biens est le salariat, ce n’est pas la production, c’est le salaire permettant d’acquérir par l’achat les biens produits.

.

On comprend la différence de mentalité qui peut habiter l’homme producteur selon le type de société.

.

Bien sûr il existe aussi la motivation altruiste, esthétique et éthique à produire, indépendamment du mode de production. Mais cette motivation altruiste ne peut « dépasser » celles produites par les conditions historiques, concrètes, du moment, de survie et de développement de la personne dans une société donnée. Du moins jusqu’à présent, c'est-à-dire dans des conditions de production et de conscience dans leur unité, déterminées par le mode de production présent et passé. Pour ce qui est des motivations dans le futur c’est sans doute une question essentielle qui nous est posée.

.

Pour ceux qui étaient adultes dans les années 1970-80, ils se souviennent des commentaires récurrents des médias, idéologiquement motivés, mais s'appuyant sur des faits, sur la question bien réelle des libertés d’expression et de déplacement dans les pays dits du « socialisme réel » ou « de l’Est ». Les questions de logement, d’études, de recherche, etc. c’était autre chose que le « débat » médiatique n’abordait pas. Ils se souviennent aussi des critiques en matière de motivation au travail dans ces pays et même des efforts des Etats de ces pays pour créer un intéressement financier motivant une meilleure participation à la production.

.

L’analyse pluridisciplinaire du travail et les chercheurs qui se penchent sur les situations de travail se sont interrogés sur une multitude de questions. La motivation dans le contexte personnel et général des situations de travail fait partie de ces questions et des réponses partielles, en mouvement à ces questions.

.

Pour un marxiste, je crois, la motivation première sur laquelle peuvent se développer des motivations nouvelles qui peuvent non se substituer à la motivation première, mais prendre le pas quand s’en ouvrent des possibilités, c’est le lien matériel et psychique entre l’activité et la satisfaction des besoins.

.

Pour simplifier, le chasseur du clan primitif sera d’autant plus motivé à la chasse et au perfectionnement de ses techniques de chasse que la chasse résoudra son problème de faim et au-delà de goût alimentaire.

.

Pour parcourir tout l’espace des besoins, le chercheur moderne sera motivé par la résolution d’une question scientifique parce que le travail et la pensée que le travail en général développe et particulièrement le travail scientifique et même philosophique lui sera devenu un besoin, l’un motivant l’autre réciproquement.

.

Mais certes, un élément indispensable peut être handicapé dans un mode de production privilégiant la production de capital pour produire des biens, cet élément handicapé c’est le lien défectueux entre les besoins généraux de production et l’organisation de leur production et l’obligation handicapante de passer par la production de capital pour produire ces biens.

.

Dans mon enfance et dans toute la période du « socialisme réel », l’exemple de « grands » scientifiques là-bas et ici, ici et là-bas, comme de « grands créateurs» artistiques dont la motivation participait consciemment au progrès général de la société, au libre développement de la société permettant le libre développement de chacun, cet exemple procurait à tort ou à raison des sentiments d’admiration et des envies de copier ces exemples.

.

Cet exemple touchant ( au double sens du terme) à une activité particulière, les sciences, l’art etc. n’est pas limité à ces activités particulières, mais peut être constaté dans toute activité humaine, indépendamment des hiérarchies données aux activités humaines dans une société donnée.

Certes ce type de mimétisme et donc de motivation, tendant à développer les aptitudes et les capacités de la personne, des jeunes en particulier, existe toujours et partout, sans quoi, toute la société se serait effondrée, mais est limité par les conditions d’exercice de leur activité, la production de capital à laquelle elle est asservie.

.

Le lien entre activité et satisfaction des besoins, du besoin élémentaire au besoin de savoir et au besoin conscient de développement de la conscience, et le type de motivation qui en découle, doit être libéré, c’est ma conviction, de la motivation première de besoin de production de capital de notre société capitaliste, mondialisée, numériquement informationnalisée, à son paroxysme ultralibéral de sa marchandisation de toutes les activités humaines et de son hyper-représentativité présidentielle de fin de démocratie bourgeoise, mortellement malade, limitée, ignorante de la démocratie du producteur.

.

Comment ?

.

En rompant progressivement, dans la continuité processuelle et les sauts du développement humain, ses causalités et ses inventions, sa volonté et les nécessités, en rompant, dis-je, et disons-nous, le lien entre entre production de capital et production des biens.

En menant jusqu’au bout les capacités du capital à produire des biens et en dépassant les contradictions entre production de capital et production de biens.

.

Le système d’échange repose aujourd’hui sur l’immense croissance de la mobilité du capital, sa mondialisation, sa numérisation informationnelle, laquelle repose elle-même, en action réciproque sur tous les échelons, du local au mondial, en passant par la cité, les régions, les nations, les zones régionales du monde comme l’Europe, l’immense croissance de la mondialisation du système de création monétaire et sa distribution par le système financiers (1).

.

Ce n’est pas en cassant cette machine d’échange, comme les canuts auraient cassé les nouveaux métiers à tisser que nous répondrons à nos besoins. C’est en la transformant et en la mettant au service des besoins humains, du développement matériel et moral de l’humanité, quantitativement et qualitativement.

.

La sécurité de l’emploi et de la formation, assurant une continuité permettant le développement et une reproduction de la vie humaine, fait partie des besoins. Ce qui ne veut pas dire uniformité des activités et des choix d’activité mais création des conditions permettant une infinie diversité et ces choix.

.

La maîtrise du mouvement du capital dans le sens de placer les investissements réels et symboliques que représente la quantité réelle et symbolique que l’argent contient, passe par une transformation progressive et révolutionnaire du système financier et de la création monétaire dans un premier temps, vers un autre type de production et d’échange ou la mesure sera celle des besoins en fonction de capacités communes mais diverses données, sociales, générales de l’humanité comme personnelles dans cette humanité.

.

En écrivant cela je pense fortement à Salvien de Marseille.

.

Lui aussi a connu une fin d’Empire, mais sans le renouvellement en continuité relative des capacités que cet Empire et son mode de production esclavagiste, dans lequel existaient cependant aussi en masse des paysans et citoyens libres, avait créé. Un énorme trou de reconstitution de l’organisation et de forces sociale s’en est suivi.

.

Nous, nous possédons les conditions de cette continuité, dans tous les domaines, économie, ergologie, anthroponomie, écologie, et sciences et techniques attachées à l’unité de ces domaines.

.

Ce qui nous manque encore, c’est la conscience majoritaire des remèdes à la crise qui menace notre vie, son développement. L’économie marxiste et son développement ont a été mis sous le boisseau, car sa connaissance menaçait et menace le système, ceux qui le soutiennent, à notre différence, consciemment et qui en profitent personnellement, mais certes bien mal….

.

Il est temps qu’un grand mouvement populaire et une organisation d’un grand mouvement populaire remette au centre de la crise et de notre développement humain les remèdes que la pensée économique marxiste et son développement contiennent.

.

La crise générale, mondiale, c'est-à-dire les effets des contradictions du capital et la menace sur le développement humain n’ont pas comme seul remède l’analyse économique marxiste et les remèdes qu’elle propose.

.

Cependant la condition pour qu’un bon cuisinier puisse cuisiner dépend, en dernière instance de ce qu’il peut avoir dans le frigo.

La répétition fréquente de mots en particulier dans une même phrase est volontaire.

.

Pierre Assante, 29 septembre 2016.

.

(1) Très rapidement : Il faudrait faire ici un rappel des conditions de création de la plus-value, relative et absolue, des conditions « concurrentielles » des progrès ou pas de la productivité, un rappel sur la baisse tendancielle du taux de profit sur un objet produit « compensée » un temps pour le capital (contre tendance) dans-par par l’immense augmentation de l’ensemble de la production et du profit global par rapport au profit sur un objet produit, et les activités parasitaires ( explosion de la spéculation financière parasitaire) que cette masse de production et de profit ouvrent, enfin un rappel sur la suraccumulation-dévalorisation du capital, les crises cycliques et la crise systémique.

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche