Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 14:37

COMMUNISME PROGRESSISTE ou COMMUNISME SOCIAL DEMOCRATE ? : CONTRADICTION PERILLEUSE.

 

Qualifier une politique, une personne de social démocrate ou sociale démocrate n’est ni un gros mot, ni une insulte qui lui est adressée.

 

C’est souligner pour l’action un choix idéologique, bien qu’en général, les personnes ayant fait le choix social démocrate ont tendance à se considérer comme en dehors d’une, des idéologies, attribuant le qualificatif d’idéologique à d’autres, les communistes par exemple.

 

Ces différences n’ont pas qu’un aspect théorique. Elles déterminent des choix qui peuvent modifier en santé ou en maladie la vie quotidienne et le futur humain, dépasser ou non les contradictions sociales et évidemment les difficultés matérielles et morales de vivre des personnes dans la société.

 

Au moment où la crise sociale, reconnue au moins par tous comme « uniquement crise financière » et par beaucoup des citoyens comme une crise économique et de production, l'option communiste prend de plus en plus de pertinence pour en sortir, et en même temps de plus en plus d’acuité.

 

C’est justement en ce moment, paradoxalement, et sous l’effet des attaques de l’argent, de la finance, du Capitalisme Monopoliste Mondial (1) et ses expressions locales dans la vie quotidienne,

-attaques contre l’organisation d’une résistance,

-attaques contre l’existence d’un Parti allant jusqu’à la transformation sociale,

-attaques qui accroissent ses difficultés de vie politique, 

que les choix du PCF qui ont divisé les adhérents aux votes internes tendent de plus en plus à la social démocratie, c’est du moins mon sentiment et au moins l’impression ressentie (2).

Que la chose soit consciente, inconsciente, avouée ou inavoué ne change rien ou très peu au résultat obtenu.

 

Risquons-nous à une définition, non pour une définition en soi, mais pour les choix théoriques et concrets, quotidiens et à long terme, définition qui peut faire la différence entre sociaux démocrates et communistes, du moins jusqu’à une période récente où de part et d’autre ces qualificatifs ont été assumés.

 

Les communistes, tout au long de leur histoire, en tout cas depuis le Manifeste du Parti Communiste de Marx et d’Engels ont considéré la société capitaliste (celle dans laquelle nous vivons, et sur cette qualification de « capitaliste », il existe peu de désaccord) comme un mode de production et d’échange dont le développement a des limites et qui donc est appelé à se transformer, plus ou moins rapidement, plus ou moins progressivement en un autre mode de production et d’échange.

En cela si des réformes à l’intérieur du système créent les conditions pour un mûrissement du changement de mode de production, ces réformes doivent viser la transformation qualitative du mode de production.

 

Les sociaux démocrates sont partagés entre ceux qui adhérent relativement à la même analyse que les communistes et ceux qui pensent que les réformes transforment la société sans qu’il y ait besoin de transformation qualitative dans un autre mode de production et d’échange, et qu’en tout cas les conditions de ces transformations ne sont pas à l’ordre du jour.

 

Avec des itinéraire différents, non seulement de glissement interne, mais de dissolution, c’est ce qui c’est produit pour le PCI avec les résultats que l’on sait et que je ne re-développe pas ici. Dans le glissement du PCI vers le PDS puis le PD, les actes, les faits, les comportements des dirigeants, s'appuyant sur les doutes et l'état de confusion sociale, pendant une période, ont avancé masqués pour se dévoiler quand il était trop tard pour réagir, la machine étant en marche avec comme sous-entendu mortel : "le parti communiste, c'est fini, il faut passer à autre chose".

 

Certes, le PCF conserve une forte présence de militants et d’adhérents et de sympathisant sur des bases idéologiques de transformation sociale, contenue dans la diversité de leurs engagements, de leurs convictions personnelles. Il conserve une forte volonté de la majorité de servir efficacement et honnêtement des objectifs sociaux, même dans ce clivage idéologique interne.

 

La crise et ses douleurs en se développant et en prenant localement, nationalement, en Europe, dans les zones mondiales de développement, une ampleur catastrophique, posera inévitablement la question du choix idéologique dans les luttes sociales et sociétales, et la posant peut recréer les conditions d’un parti de transformation sociale radicale et progressive en acte à laquelle une forte minorité des cotisants, pour ne pas dire une presque majorité de cotisants ont souscrit en novembre 2016. En tout cas une majorité de la Conférence Nationale. Voilà les faits présents et sans doute à venir

 

Ainsi, dans la discipline de décisions, mais la liberté des convictions, selon son contenu (3), l’activité du PCF peut développer d’autres perspectives que les choix de La France insoumise et son programme "lassallien", mais celui de "La France en commun" par exemple, non par esprit de contestation auprès de nos alliés éventuels et potentiels, mais pour nous donner, en tant que peuple français et européen et du monde dont nous faisons bien partie, les outils économiques de sortie de crise et de renouveau de développement.

 

Pierre Assante, vendredi 16 décembre 2016.

 

(1) C.M.M.I.N., Capitalisme Monopoliste Mondialisé Numériquement Informationnalisé.

(2) L’Humanité de ce jour donne la parole à un membre du PS, un porte parole de Mélenchon, un porte parole du PCF.

Il en ressort une dénonciation commune assez vraie de l’état existant apparent de la crise, de ses effets quotidiens, du paysage politique apparent, superficiel.

Mais il y a comme une transversalité entre organisations qui se rejoignent sur les non-solutions susceptibles de fournir un renouveau qualitatif au développement industriel, au développement de la production, au développement tout court des activités humaines qui en dépendent, ce qui peut être qualifié de transversalité sociale démocrate avec ce que cela comporte de danger pour l’avenir. Nous sommes dans une situation de "désarmement" idéologique et pratique du PCF et par la même occasion de la principale force de transformation sociale.

Ce qui est paradoxal, mais finalement logique, c’est qu’on trouve parmi les partisans les plus convaincus de ce désarmement, les communistes les plus sectaires dans le passé, qui se refusaient à toute ouverture et tout débat avec les autres courants idéologiques et les organisations qui les représentaient.

(3) Je renvoie à une réflexion sur les propositions de la Commission Economique du PCF et à :

http://pierre.assante.over-blog.com/2016/12/les-reflexions-pour-des-nouveaux-chemins-d-emancipation.html

 

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche