Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 17:29

2017 : maîtriser le bateau ivre

 

En ce moment de transition d’une année à l’autre, qui n’aurait ce sentiment d’être confronté à un monde plein d’incertitudes, sociales, économiques, financières, politiques, morales, militaires, environnementales, bref, à une crise de civilisation ? Le Brexit, la décision des Britanniques de sortir de la construction européenne, et l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis n’en sont que deux des expressions. Il en est d’autres dont les médias dominants parlent si peu. Il y a notamment cette énorme accumulation de dettes publiques et privées de par le monde alors que la croissance des économies a rarement été aussi poussive sur la planète, dans la plupart des pays développés, en Europe notamment, mais aussi dans les pays émergents comme la Chine, et que se dessine une hausse des taux d’intérêt impulsée par la banque centrale des Etats-Unis. Quel cocktail explosif les hommes sont-ils inconsciemment en train de mitonner ?

Le système bancaire italien est certainement l’une des manifestations les plus marquantes de cette fragilité. Mais qui prend vraiment la mesure de l’endettement des entreprises chinoises ou de celui des ménages américains revenu à ses plus hauts de 2007-2008 ? Une nouvelle fois le public est contraint de voler au secours du privé ou devra l’être, mais le pourra-t-il si les explosions se multiplient ici et là ? On pressent que l’économie de marché est décidément à bout de souffle. Et le capitalisme est assurément la forme mercantile la plus élaborée au point de faire de la qualité de l’air que l’on respire un objet d’achat et de vente, une occasion de thésauriser aussi.

Mais qu’est-ce qui peut émerger au-delà du marché ? Certains, à droite, à l’extrême droite, mais aussi parfois à gauche, prônent la restauration d’un Etat fort qui serait apte à maîtriser un marché ivre comme le bateau de Rimbaud, « perdu sous les cheveux des anses, jeté par l’ouragan dans l’éther sans oiseau ». Aucun concours n’est évidemment à négliger et une nouvelle République y a toute sa place, mais face à un marché aujourd’hui financiarisé et mondialisé, tentaculaire et omniprésent, seule la force des peuples coalisés est à la taille. Pour se déployer, celle-ci doit enfin gagner des pouvoirs, des espaces où le paiement au comptant ne fera pas la loi. Où l’on pourra se soigner, se loger, s’instruire, se former, se cultiver et travailler sans devoir exhiber à tout propos son compte bancaire ou son assurance vie. C’est dire que l’humanité doit enfin maîtriser l’argent et que l’homme politique qui n’en parle pas, ou si peu, doit être à court terme totalement disqualifié !

Pierre Ivorra, Chronique, L'HUMAnité, 4 janvier 2017

 

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche