Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 07:05

Au printemps de quoi rêvais-tu

Vieux monde clos comme une orange

Il faut que quelque chose change

Et l'on croise des inconnus

Riant aux anges

Jean Ferrat

 

« GRILLE DE LECTURE » pour la compréhension

de la politique, d’hier et d’aujourd’hui.

Lutte de classe et capital financier

 

Plus la masse de ceux qui vendent leur force de travail dans le monde grandit, moins l'organisation de l’exploitation devient apparente.

Bien sur il y a un « empilement hiérarchique » des acheteurs de la force de travail et en haut de cette hiérarchie il y a le capital financier, concentration « féodale mondiale » dans le CMMNI, le Capitalisme Monopoliste Mondialisé Numériquement Informationnalisé.

La multitude et la diversité des entités, des groupes humains correspondant à la multitude et la diversité des activités humaines se situent consciemment ou inconsciemment en fonction de leur place, mouvante et aux frontières poreuses, par rapport à la vente et l’achat de la force de travail.

Pour une raison simple c’est dans le type d’organisation capitaliste de l’échange, la production, la consommation, c’est à travers cette vente achat de la force de travail que tout être humain peut subsister, même pour qui tente de se rendre, relativement, plus ou moins, à la marge.

La politique ne peut se lire qu’à travers cette « grille de lecture » qu’est la lutte de classe, son mouvement, ses déplacements en fonction des mouvements des activités humaines dans le mouvement de vente et d’achat de la force de travail, et les groupes humains constitués, leur construction, leur développement, de leur naissance à leur mort, c'est-à-dire leur transformation.

Se situer dans cette lutte de classe n’est pas facile quand le monde est constitué globalement de la vente et l’achat de la force de travail et que dans la hiérarchie de cette vente-achat le capital financier n’a  d’apparence qu’à travers des événements complexes qui manifestent les effets de sa présence.

Il y a la chose, il y a les mots représentant la chose et son mouvement. Le capital financier en tant que mot et en tant que chose, c’est à lui que nous avons à faire chaque jour dans la résolution de nos problèmes quotidiens. Pourtant ce n’est pas lui qui nous apparaît sous les yeux, mais des effets qui nous cachent leur origine, d’où ce par quoi débute cette réflexion : plus la masse de ceux qui vendent leur force de travail dans le monde grandit, moins l’organisation de l'exploitation devient apparente.

Ainsi, le chemin qui mène de la lutte des classes face à un patron visible, tangible à la lutte de classe pour la maitrise et la transformation révolutionnaire du capital financier, c’est un déplacement de la lutte de classe, une forme moderne, d’aujourd’hui, donc réelle, objective et efficace de transformation en santé d'une société en crise finale du système d’échange A-M-A’ (Argent-Marchandise-Argent Plus).

 

Ce déplacement de la lutte de classe à été caractérisé par des économistes communistes, ceux de la ComEco (Commission Economique du PCF) entre autre, et c’est cette lucidité qui fait de la ComEco dans le PCF un des éléments  créateurs essentiels de sortie de crise et de transformation de la société.

Les résistances à une vision et une action moderne de la lutte de classe est issue, contradictoirement, de la tradition de lutte de classe. Le mort saisit le vif mais le vif résiste à son tour, ce qui ouvre les possibilités de transformation, et la poursuite du processus humain en qualité nouvelle, qualité de production et de conscience, unies dans un même mouvement puisque l’une est issue de l’autre, dialectiquement.

 

René Merle, historien et écrivain, sur son blog http://merlerene.canalblog.com/ reprend, dans de nombreux articles dont ceux intitulés "Une république mort-née" sur l’histoire de la révolution de 1848 et des répressions bourgeoises contre la classe ouvrière dans cet évènement auquel on ne fait souvent référence qu’en tant que progrès de la démocratie en oubliant cela… : la répression bourgeoise. Dans sa série d'articles, on voit bien ce qu'est la guerre de la bourgeoisie contre la classe ouvrière. Aujourd’hui les formes en sont différentes, mais leur base est la même

C'est intéressant de savoir ce que cette guerre est devenue, quelles formes elle a prises.

II y a les moments ponctuels de cette guerre

Il y a ensuite les guerres mondiales où se mêlent luttes des bourgeoisies entre elles et liquidation des résistances ouvrières.

Il y a aussi les retours de flamme de la classe ouvrière à l'issue de ces aventures bourgeoises destructrices de ses propres forces du moment.

Et puis il y a les conséquences des victoires revendicatives ouvrières dans le comportement ouvrier, dans les périodes d'élévation de la productivité qui permet de passer de la plus value absolue à la plus value relative dans les pays riches néo colonisateurs

Et puis il y a l'aboutissement de ces périodes dans la monumentale crise structurelle de suraccumulation du capital et la modification de toutes les donnes, les difficultés d'adaptation à ces nouvelles donnes de la classe ouvrière dans le monde et de toute la population qui en subit les conséquences en général.

En quoi peut consister la masse critique du conflit, dans tous les sens possibles, de vie et de mort ?

 

Dans ce moment précis, aujourd’hui, historique de courte durée, la campagne des présidentielles voit s’exprimer « la gauche », « la droite » et « le ni gauche ni droite », expression de la lutte de classe et d’une collaboration de classe. Ce n'est pas nouveau, mais ça prend un contenu nouveau dans la crise systèmique du capital. La collaboration de classe, dans la "phase longue" capitaliste du processus de la société ne peut être qu’un "gel" progressif lent ou rapide du mouvement de la société.

La multitude des imbrications de l’activité humaine font que les frontières des « classements » dans cette grille abstraite de lecture de la réalité, mais représentant une réalité qu’on appelle lutte des classes sociales, et la mouvance des frontières qui rapproche ou éloigne la société d’un mouvement en santé et d’un mouvement tout court, cela complique encore plus la lecture des positions politiques et des groupes sociaux dont elles émanent à l’origine et dans leur développement, leur croissance, leur mort, leur transformation.

 

Mais ne pas oublier cette grille de lecture, c’est se permettre d’utiliser un outil qui évite le plus possible la confusion psychique dans laquelle le capital financier, la puissance de ses outils scientifiques et techniques nous plongent, dans la recherche de notre subsistance quotidienne.

Confusion dans laquelle le capital financier, au-delà de ses décisions concernant l’obtention du profit immédiat maximum, se trouve lui-même, car il en a besoin pour maintenir en mouvement son système de circulation, sa vie menacée par ses propres lois de « fonctionnement ».

Il y a un « squelette » qui maintient un corps social debout, qui permet qu’il ne s’affaisse pas en tas sur le sol, c’est la production des biens « matériels et moraux » nécessaires à la vie humaine, les biens « moraux » reposant dès l’origine sur les bien « matériels », mais constituant une unité, même dans le cas de leur développement inégal, qui est une loi de l'équilibre-déséquilibre qui permet le mouvement.

Mais un squelette n’est pas une chose immobile, il se meut avec tout le corps, les muscles, les nerfs, le cerveau. Il naît, il grandit, il meurt et se transmet aux nouvelles générations qui vont organiser  la production sur l’accumulation passée de la production, différemment, et en transformations qualitatives dans la continuité.

L’image, la métaphore du squelette, comme toute les métaphores comporte bien des inexactitudes, prenons-la pour ce qu’elle est. Mais usons de la grille abstraite de représentation de la réalité qu’est la lutte de classe qui nous conduira à l’abolition des classes sociales et à un niveau supérieur d’organisation sociale et de conscience de la nature sur elle-même que constitue la société humaine

 

Pierrot, 23 février 2017

*

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

*

31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

*

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche