Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 07:29

 

Article mis en ligne une première fois sur ce blog le 26/06/2017 14:41

 

DENIS DURAND : « ...Nous ne nous placerons plus dans une logique de fusion qui conduit en pratique à l’effacement de nos propositions mais dans une logique d’alliance... »

 

Pierre Laurent a insisté sur l’importance que devrait tenir, dans notre riposte aux assauts de Macron, la « proposition de loi Chassaigne » pour la sécurisation de l’emploi et de la formation.

 

J’informe le CN que ce travail continue, dans des contacts avec des interlocuteurs très divers, notamment en coopération avec le secteur ESS du Parti, dans l’élaboration, dans les sections, de supports de communication qui sont à la disposition du Parti, et dans la rencontre organisée le 1er juillet après-midi par la revue Economie et politique dans une salle de la mairie du 2ème arrondissement sur la politique de Macron et les aspects économiques et politiques de la riposte à lui apporter.

 

Mais si cette proposition est vraiment un axe de riposte politique, et non pas un élément de programme à objet essentiellement décoratif, alors nous ne pouvons plus dire, comme on l’entend encore, que nous avons un programme identique à 95 % à celui de la « France insoumise ».

 

En effet, avec notre proposition d’un système de sécurisation de l’emploi et de la formation, nous prenons à la racine la crise du marché du travail capitaliste. Nous faisons des propositions précises pour que nos vies ne soient plus décidées par le marché, mais pour en sécuriser tous les moments avec un nouveau service public de l’emploi et de la formation, et surtout pour rendre possible cette transformation radicale avec des luttes cohérentes pour prendre le pouvoir sur l’utilisation de l’argent, en particulier dans les entreprises et dans les banques. Ce n’est pas du tout ce que propose Jean-Luc Mélenchon : il suppose que dès l’annonce d’un vaste plan d’investissements dans la transition énergétique ou dans la conquête de l’espace les patrons se précipiteront spontanément pour créer des millions d’emplois, sans que les travailleurs prennent des pouvoirs sur la gestion des entreprises et sur le comportement des banques ; que si, après ça, il reste quand même des chômeurs de longue durée, l’État les embauchera pour faire le travail des fonctionnaires qu’il ne recrutera pas ; que de toute façon, il restera un « volant incompressible » de 7 % de « chômage frictionnel » du fait des lois éternelles du marché du travail capitaliste. Bref, cela signifie que pour lui le dépassement du capitalisme jusqu’à son abolition n’est pas à l’ordre du jour.

 

C’est tout à fait contraire à ce que nous appelons communisme. Ce terme désigne – notons-le au passage - un autre aspect de la réalité que le terme de « communs » qui qualifie, non pas « le mouvement réel qui abolit l’état de choses existant » mais un état de choses existant ou à créer sous l’effet de ce mouvement.

Je pense que l’ambition d’une transformation révolutionnaire pacifique de la société est susceptible de rassembler bien davantage, dans le Parti et au-delà, que la stratégie qui prévaut maintenant depuis des années, et qui consiste à occulter nos propositions dès qu’il est question de rassemblement.

 

En effet, si nous décidons de nous engager dans cette voie, cela veut dire que par rapport à des forces comme la « France insoumise » ou tous autres courants progressistes et de gauche avec qui nous voulons nous rassembler, nous ne nous placerons plus dans une logique de fusion qui conduit en pratique à l’effacement de nos propositions mais dans une logique d’alliance où notre apport doit être respecté dans son originalité et dans sa capacité à rassembler, au même titre que tous les autres apports.

 

Il faut avoir conscience qu’il s’agit là d’une révision déchirante par rapport au cours suivi depuis de nombreuses années maintenant. Elle ne pourra être menée à bien qu’avec des dirigeants prêts à s’engager personnellement, avec conviction, dans cette bataille. Souvenons-nous du mot de Mirabeau sur Robespierre : « celui-là ira loin, il croit tout ce qu’il dit ».

 

Denis DURAND, au Conseil National du P.C.F. du 23 juin 2017

*

Photos prises lors d'un stage d'Economie et Politique

*

RAPPEL:

ECONOMIE ET POLITIQUE vous invite à une RENCONTRE Samedi 1er juillet 

de 14h30 à 17h,  8 Rue dela Banque, Salle de la Mairie du 2ème Arrondissement

Métro Bourse, Paris.

De quoi le néolibéralisme de Macron est-il le nom ?

Quelle politique pour prendre le pouvoir sur l’économie, pour une autre civilisation du XXIème siècle.

 

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article

commentaires

Besse Daniel 26/06/2017 16:53

Depuis quelques années je me pose la question sur le suivi des propositions faites par la commission économique du Parti par la direction et les membres du CN .On nous dit que la crise va s'aggraver que l'on s'attend a un nouveau krach et les propositions de la commission ne sont pas mises en avant..On ne fait que s'effacer. Le communisme c'est le mouvement qui dépasse l'état de chose actuel . Mais il faut dire dans quel sens . Le mouvement qui dépasse les contradictions qui empèchent le libre développement de chacun condition du libre développement de tous. Ca commence maintenant

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche