Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 12:17

 

MISERE ET REVENU UNIVERSEL. IMMIGRATION ET DEVELOPPEMENT.

 

Je crois que la confusion dans laquelle baigne l’opinion publique, nous oblige à revenir à des choses simples.

 

Le surproduit est la partie de ce qu’un travailleur produit qui dépasse ses besoins de consommation, dans quelque système social qu’il produise.

 

De l’agriculteur ou pasteur antique au capitalisme mondialisé, le progrès des ethniques, des forces productives, les hommes, leurs machines et leurs savoirs, ont permis un niveau de surproduit  tel qu’il est aujourd’hui tout à fait possible d’instituer un « revenu universel » (1), de permettre, à une masse de non actifs d’avoir des revenus pour survivre, c'est-à-dire consommer un surproduit qu’elle ne produit pas elle-même (2).

 

Mais la question n’est pas là (3). Un mode de distribution qui ne permet pas d’augmenter en qualité et en quantité les biens matériels et moraux nécessaires au développement humain, aux besoins de développement humain, condamne une  société humaine à la régression généralisée, dans tous les domaines de l’activité, protection de son environnement comprise. On ne peut séparer mode de distribution et mode de production, le second créant les conditions du premier.

 

La question de l’immigration qui met en difficulté les principes moraux humains, à partir des conditions de la distribution, jusqu’à contester les efforts du Pape dans ce domaine, nous ouvre les yeux sur les limites théoriques et pratiques de la question morale quand elle n’est pas liée à la question économique.

 

Pierrot. vendredi 11 août 2017

 

 

Note (ça se complique !)

1 Cette appellation quelques peu trompeuse et insidieuse,  et la chose elle-même, sont quelque peu oubliées, heureusement, par rapport au moment de la campagne de Hamon qui les avait mises en avant.

2 Bien que les choses ne soient pas aussi schématiques, la production d’un produit n’étant pas circonscrite à l’activité et le lieu d’activité d’une personne. Dans la production moderne entrent un grand nombre d’éléments et de conditions qui se sont développés depuis la production humaine « primitive ». Il est nécessaire de connaitre ces éléments et conditions pour poursuivre le débat.

3 On ne peut raisonner en matière d’économie qu’à partir de la réalité de la production et de l’échange d’une période historique donnée. La notre, jusqu’à nouvel ordre est caractérisée par la vente et l’achat de la force de travail, l’échange étant conditionné par l’accumulation du capital, accumulation qui entre en contradiction avec un échange ayant pour but les besoins humains de vie humaine et de développement humain, contradiction au cœur de la crise sociale, quantitative et qualitative.

 

 

Site de la Revue Economie et Politique :

 

Essai sur LA PENSEE MARX : ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2017/02/la-pensee-marx-i-ii-iii-iv.html

 

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche