Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 19:18

 

1. Intellectuel collectif et producteur collectif

VENDREDI, 24 MARS, 2017

L'HUMANITÉ

De la Renaissance à notre futur par Pierre Assante Retraité, syndicaliste.

Le XVIe siècle et le XXIe siècle ont en commun deux révolutions scientifiques et techniques accélérées et explosives en rapport avec les moyens de production. Ils sont chacun l’initiation d’un nouveau mode de production et d’échange à naître. Une régulation démocratique, du local au mondial, de ces transformations de l’humanité dont la croissance réclame des changements en qualité et pas seulement en quantité, peut être initiée à partir du réel du moment : dans l’organisation du travail, de la production des biens « matériels et moraux » nécessaires à notre vie, des moyens et institutions d’échange, monétaires et financiers, gravement malades.

La Renaissance ! Érasme, Galilée, Kepler, Rabelais, More, Paré… extraordinaire éclosion de pensées, opposées, diverses et convergentes à la fois. Notre siècle commence à nous donner une telle et nouvelle éclosion. Le « monde de la pensée » s’est enrichi de la masse de ceux qui ont accédé à la parole, aux connaissances, à l’expression moins isolée, plus collective, s’appuyant sur l’affirmation d’individualités en masse. Le réseau mondialisé, instrument du capital, permet contradictoirement la contestation et la transformation du système social obsolète. En même temps, la distance, l’avancée et l’approfondissement des savoirs sur la nature et sur nous-mêmes, entre le commun des mortels et ceux qui se sont spécialisés dans leur poursuite et leur mise en pratique, s’accroissent exponentiellement. Ceci pose le problème de mettre en adéquation les capacités et la conscience de l’humanité avec sa partie la plus avancée, sous peine de constituer un rapport élitiste inviable.

Sur le rapport que peut avoir un humain avec la connaissance et l’expérience élargie, du quotidien au mondial, à court et long terme, leurs interactions et leur unité, voici une citation sur une démarche initiant la libération de la pensée des pesanteurs idéologiques dominantes : « Depuis Galilée, l’homme a sans cesse enrichi sa connaissance de la nature, il a suivi la trace des relations naturelles et a fini par les utiliser pour des combinaisons techniques… Chez Galilée, nous avons deux démarches méthodiques : la décomposition en éléments rendant possible l’expérience, le dissecare naturam permettant de découvrir les éléments les plus simples du mouvement grâce auxquels on pourra déterminer les processus du mouvement. Galilée appelle cette première méthode, qui consiste à diviser, à disséquer, à démonter, à décomposer la réalité, la méthode résolutive : elle “partage et résout”. La deuxième opération, celle qui recourt à l’expérience, a reçu le nom de méthode compositive. Cela veut dire : partant des éléments de mouvement les plus simples, on doit parvenir par la représentation mathématique des phénomènes aux résultats que l’expérience quotidienne nous a montrés ; on obtient en procédant ainsi une expérience à composante scientifique, la seule qui mérite vraiment le nom d’expérience. » Je vous laisse lire la suite dans le bel ouvrage d’Ernst Bloch, la Philosophie de la Renaissance. XVIe siècle et XXIe siècle : l’un est la naissance du capitalisme, l’autre sa fin. Une transformation en santé a besoin de connaissance, d’expérience et de création, comme nous le montre la Renaissance.

2. Moins mais mieux, brève introduction à l’ergologie

VENDREDI, 5 FÉVRIER, 2016

L'HUMANITÉ

Par Pierre Assante, syndicaliste. « Un des concepts ergologiques : usage de soi par soi et usage de soi par les autres. »

Au fond, l’ergologie consiste à poser la qualité de l’activité humaine. Problème majeur dans un temps où la recherche de rentabilité du capital nous entraîne dans une course effrénée à une quantité de plus en plus ­indifférente à la qualité. L’ergologie, pluridisciplinarité au service de l’expérience et la connaissance du travail, fournit des outils pour la qualité de l’activité. J’aurai tendance à l’appeler « pensée Yves Schwartz » (1) puisque, les concepts essentiels tirés de l’observation du travail, nous les lui devons. Ils constituent le miroir en aller-retour de l’activité développant la conscience de ses contenus. Lénine, usant des concepts de la pensée de Marx les plus avancés sur le processus de la société humaine, sur l’autonomie relative des divers champs d’activité humaine, a contribué à une construction politique. Des organisations rassemblant des individus pour un objectif de transformation sociale à la prise de pouvoir pour cette transformation sociale, les « étapes » ont apporté chaque fois l’expérience des difficultés à surmonter, des retours à effectuer pour mieux avancer. Il n’y a pas de parcours humain échappant au pas à pas, à la continuité et aux sauts dans la continuité. Au-delà de la prise de pouvoir, les dernières analyses de Lénine (« Moins mais mieux ») vont à la question de la qualité de la construction, de la transformation, de l’activité ­humaine. Le bilan qu’il établit est clair, et nous pouvons en tirer des conclusions ­diverses pour tenter de mener à bien d’autres expériences. Il n’y a aucune transformation sociale saine qui ne pose comme base, « quel contenu de l’activité humaine », quelle qualité à donner au « que, quoi, comment produire » les biens « matériels et moraux » nécessaires à la vie humaine. L’ergologie pose la question de la cohérence du geste producteur de la personne, celle du geste producteur collectif, de l’entité locale de production aux entités plus larges constituées et de la société humaine mondialisée, informationnalisée.

Quels sont ces concepts ergologiques ? Énumérons-en quelques-uns, laissant au lecteur le choix de les connaître dans la littérature ergologique et dans les activités de ce champ de recherche. Corps-soi. Forces d’appel et de rappel. Inconfort intellectuel. Normes et débats de normes. Dé-normalisation, re-normalisation. Double anticipation. Activité tripolaire, pôles de la gestion de la politeia, du marché à dépasser. Usage de soi par soi et usage de soi par les autres. Le travail concret « dans » le travail abstrait. Taylorisme à double effet. Productif et improductif. Concepts d’horizon… Je vous recommande la lecture, sur le site de la Fondation Gabriel-Péri, des « réserves d’alternative » que nous pouvons mettre en œuvre pour dépasser la crise de suraccumulation du capital décrite par Paul Boccara et la commission économique du PCF, crise qui paralyse de plus en plus le processus humain. Critique de l’économie politique et critique de l’organisation de l’activité productrice humaine vont de pair, de même que la question des pouvoirs politique, économique et de l’organisation du travail, relativement autonomes entre eux mais liés.

3.Une reconstruction s’impose sur une autre base

L'Humanité des débats

PIERRE ASSANTE

VENDREDI, 4 MARS, 2016

L'HUMANITÉ

Par Pierre Assante, syndicaliste. La survie à crédit mondial du capital, dans ses monopoles, ses entreprises 

L’humanité a constaté, dans tout processus de ce cosmos observable par elle-même, que son propre processus humain procède par continuité et par sauts, par sauts dans la continuité. Elle a constaté qu’un processus est constitué d’innombrables processus relativement autonomes formant le mouvement général.

La puissance centralisée économique, financière et politique du capital monopoliste mondialisé, informationnalisé est telle que la continuité du processus a été forcée et les sauts freinés, ce qui suppose et induit des sauts non graduels mais des convulsions révolutionnaires sévères dont on ne connaît pas l’aboutissement. Cependant, pour qui veut agir en santé pour une société en santé, il nous faut nous saisir des hypothèses les plus opérationnelles pour un changement le plus heureux.

La survie à crédit mondial du capital, dans ses monopoles, ses entreprises industriello-financières, ses États nationaux et ses institutions internationales et les familles elles-mêmes, est arrivée à un tel point qu’on peut supposer qu’une récession mondiale est inévitable et qu’une prise de pouvoir d’une « gauche communiste et communisante » s’effectuera dans cette récession.

Ce n’est pas qu’une dette soit mauvaise en soi. Une dette suppose une possible avance nécessaire sur résultats, et un réinvestissement sain assurant un développement humain général.

Mais ce n’est pas la situation actuelle : le niveau de suraccumulation du capital, de baisse tendancielle du taux de profit, de drainage pour le renflouer sur tous les outils de vie, de production, d’échange, de service public et de moyens locaux et généraux de vie humaine est tel qu’une reconstruction s’impose sur une autre base que celle de notre système.

Ce n’est qu’à partir d’une telle reconstruction qu’on peut imaginer un redressement, et un nouveau départ et un nouveau développement.

Nous en sommes, en comparaison, à la chute du système féodal et aristocratique de l’Ancien Régime par la prise de pouvoir de la bourgeoisie révolutionnaire, à la différence que ce nouveau régime qui est en train de devenir un ancien régime est éminemment plus puissant, plus centralisé, mondialisé, et possède les outils de sa maintenance jusqu’à une extrémité catastrophique mondiale.

Le salariat, et ses alliés, est la force qui peut lui succéder mondialement, à condition de l’organiser localement, nationalement, mondialement, lui aussi comme le capital, pour le transformer non en un vendeur de force de travail qu’il est déjà, mais en un producteur-consommateur sain des biens sains nécessaires à sa reproduction saine élargie, c’est-à-dire à la poursuite de son processus d’humanisation.

La « démocratie du producteur », du « que, quoi, comment produire », de la « maîtrise de la circulation des biens », d’abord par une transformation des institutions financières locales et mondiales allant vers une administration démocratique des moyens d’échange.

 

1. Intellectuel collectif et producteur collectif | L'Humanité

De la Renaissance à notre futur……

24 mars 2017

Le lien : ici

https://www.humanite.fr/intellectuel-collectif-et-producteur-collectif-633813

 

*

2. Moins mais mieux, brève introduction à l'ergologie | L'Humanité

Le XVIe siècle et le XXIe siècle ont en commun deux révolutions ...

5 févr. 2016

« Un des concepts ergologiques : usage de soi par soi et usage de soi par les autres. »

Le lien : ici

www.humanite.fr/moins-mais-mieux-breve-introduction-lergologie-598115

 

*

3. Une reconstruction s'impose sur une autre base | L'Humanité

La survie à crédit mondial du capital, dans ses monopoles, ses entreprises.

6 mars 2016

Le lien : ici

www.humanite.fr/une-reconstruction-simpose-sur-une-autre-base-601025

 

 

___________________________________________________________________________

*Essai sur LA PENSEE MARX : ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2017/02/la-pensee-marx-i-ii-iii-iv.html

*Site de la Revue Economie et Politique : http://www.economie-politique.org/

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche