Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 08:51

 

SUITE DU REVE DE D’ALEMBERT.

Mini-théâtre-poésie FICTION scientifique.

 

Pierrot : incroyable ! Un article de l’Huma qui signale la découverte d’un manuscrit inédit de Diderot. Il fait parler D’Alembert d’un nouveau rêve qui ressemblerait au bigbang, près de trois siècles avant la formulation de la théorie.

 

Chiara : Mais Pierre, laisse-moi me lever, me réveiller et déjeuner, avant de me raconter tout ça.

 

Pierrot : Mais plus extraordinaire encore, dans la discussion où d’Alembert raconte son rêve, Diderot lui répond à un moment que le bigbang, que d’Alembert appelle la grande explosion, ne peut naître de rien et qui ne soit physique.

 

Chiara : simple intuition. Ils ne possédaient pas les connaissances scientifiques ni les capacités d’exercice des mathématiques et des formules actuelles. Ce n’est même pas de l’empirisme, c’est de la poésie prémonitoire…Tu penses qu’aujourd’hui il faut aller acheter les fleurs pour la terrasse ?

 

Pierrot : Oui, mais entends ça :

 

D’Alembert : « Et si comme début de l’univers, il y avait eu une grande explosion qui aurait fabriqué les atomes de Démocrite et que ces atomes avaient petit à petit en se regroupant différemment fabriqué le monde que nous connaissons et qui continue à nous inventer, comme ta statue que tu rends pensante en la donnant comme nourriture en poudre aux plantes puis à un animal et enfin à ton cerveau qui pense en ayant mangé l’animal et sa khuméia (Chimie) qui le permet… »

 

Diderot : « Je pense que cette explosion c’est la transformation d’une forme précédente de l’univers, infini dans le temps et l’espace… »

 

Pierrot : C’est le Vatican qui avait conservé ce document et l’avait caché. Un prêtre réfractaire l’avait remis à ses autorités religieuses et on ne sait comment il l’avait eu en possession.

 

Chiara : C’est peut-être un faux. Passe-moi le café. Mais n’oublie pas que Prigogine, avec sa thermodynamique à donné une flèche au temps, et les bifurcations dans la modification de l’entropie, ce qu’Einstein n’avait pas découvert encore. La science comme l’univers n’a pas de limites.

 

Pierrot : L’univers ? « Notre univers », notre cosmos ? Ou l’univers-univers ? Un faux ?! Mais il faudrait que ce soit un faux récent pour faire allusion à une sorte de bigbang.

 

Chiara : Pourquoi pas. Il y a dans l’Eglise des oppositions de droite et de gauche. Et des « constructifs » de gauche dont l’astuce est peut-être de donner par des artifices, à débattre, de façon limitée mais nouvelle sur le monde d’aujourd’hui, sur l’argent, l’accumulation du capital, en passant par les sciences et une vision plus scientifique du monde, sans aller jusqu’à un matérialisme non dogmatique.

Je crois qu’il va pleuvoir, il faut lever les coussins sur la terrasse.

 

Pierrot : Peut-être. Oui, peut-être pour le faux aussi…

 

Chiara : mais ce bigbang, l’antériorité au bigbang, la question de l’infinité est loin de portée théorique et encore moins pratique. Bon, la connaissance sans cesse plus approfondie de la matière nous permet les téléphones portables, les prévisions météorologiques par les satellites et les fusées, un peu plus d’aisance dans nos ressources et notre sécurité quotidiennes et aussi la bombe atomique et les drones militaires…

 

Pierrot : Tout dépend de ce qu’on fait de la science.

 

Chiara : C’est ça. Dépêche-toi de te préparer. J’ai fini mon café et ton thé refroidit pendant que tu parles.

 

Pierrot : Pour l’infinité de l’espace, on pourrait imaginer que l’espace qui nous apparait est celui des propriétés de la matière qui est celle dans notre univers-espace particulier et que l’univers est constitué d’une infinité d’espaces inclus aux propriétés différentes.

 

Chiara : Par exemple ?

 

Pierrot : Quand j’avais treize ans (j'ai encore le cahier où j'avais écrit ça), j’ai découvert grossièrement la théorie de la relativité sans trop comprendre ce que c’était vraiment, évidemment, sinon j’aurais été le petit frère d’Einstein.

 

Chiara : et alors ?

 

Pierrot : je me disais que si une propriété de l’espace de notre univers particulier était qu’aucun mouvement ne peut avoir une vitesse supérieure à celle de la lumière, 300.000 Km/Seconde, c’est qu’il est constitué de façon à contenir, pour une raison physique ou une autre, inconnues, une propriété qui contient cette limite.

 

Chiara : Evidemment, mais cette rêverie ne t’apporte pas grand chose comme connaissance et comme outil dans la vie quotidienne.  Et puis ta théorie est une tautologie : s’il y existe une propriété physique de l’univers particulier-création du bigbang, elle existe dans et pour cet univers. Si le bonnet est noir c’est que noir est le bonnet… !

 

Pierrot : Tu as raison. Mais imagine un bonnet noir et un noir bonnet partant de la limite de la vitesse de la lumière par une rotation. Le centre qui comme une roue de bicyclette est apparemment immobile alors que les points de la roue de la bicyclette tournent d’autant plus vite qu’ils sont éloignée de l’axe de rotation. Alors aucun point possédant les propriétés propres à notre univers particulier ne pourrait exister au-delà cette distance où la vitesse de la lumière ne pourrait être dépassée théoriquement.

 

Chiara : Oh-là-là ! Quelle imagination inutile ! Et tu oublies  que ton univers ainsi  conçu est plat car la rotation n’entraine la vitesse de la lumière qu’aux bords de la roue. Au-dessus et au dessous, la vitesse n’est pas celle de la lumière puisque puisqu’il n’y a pas de mouvement de rotation éloigné de l’axe de rotation.

 

Pierrot : Alors on pourrait imaginer une double rotation, sur deux axes. Une toupie qui tournerait sur un point qui tourne perpendiculairement à la rotation de la toupie, par exemple. Il faudra que je demande à un vrai physicien ce que ça peut donner comme forme d’univers cette double rotation qui entrainerait des limites de l’espace de cet univers correspondant à la limite de la vitesse de la lumière. Une espèce de ganse peut-être ?

 

Chiara : Tu m’assommes de bon matin. Ecris ça pour ton blog et les copains de ton blog. Ca fera une petite nouvelle fiction qui pour une fois sera plus plaisante que tes élucubrations politiques.

 

Pierrot : Mais non ; élucubration sans doute, mais avec de bonnes références d’économistes sérieux !

 

Chiara : Oh ! Ils n’ont pas besoin de toi les économistes sérieux. (Elle l’embrasse). Pense à la manif de demain, comment on y va et où on gare s’il n’y a pas de bus.

 

Pierrot, lundi 11 septembre 2017

 

 

Essai sur LA PENSEE MARX : ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2017/02/la-pensee-marx-i-ii-iii-iv.html

Site de la Revue Economie et Politique : http://www.economie-politique.org/

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche