Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mai 2018 7 27 /05 /mai /2018 08:32

 

Effet Mélenchon ?

La dénonciation de l'etat present a fait son temps.

IL FAUT EN VENIR AUX CAUSES ET AUX SOLUTIONS.

 

Y a-t-il un effet Mélenchon ?

Si l’on observe la composition des défilés du 26 mai, on constate qu’il y a une partie importante du rassemblement qui se fait sous l’égide de ses créations politiques.

On peut constater que le rassemblement des forces politiques, syndicales, associatives, n’est pas négligeable, quoi qu’en dise le pouvoir et ses railleries stupides. Ses railleries  ne peuvent cacher ses échecs sociaux, et ses échecs sociaux sont la conséquence de ses choix politiques et économiques.

En même temps on constate que le rassemblement unit ce qu’il existe de façon évidente d’opposition à des mesure antisociales envahissantes, ce qu’il existe de résistance immédiate à une politique capitaliste ultralibérale immédiatement perçue.

C’est ce qu’il se produit comme phénomène dans les élections, le rassemblement unit ces forces que l’on retrouve dispersées de différentes façons, sous différents leaders dont les influences ont fluctué en fonction de l’actualité immédiate, et dont le voile permanent et les détournements lancés par les médias contrôlés par la finance ne sont pas « innocents » des confusions entretenues.

En fait l’effet Mélenchon, rassemble l’existant, un existant malgré tout minoritaire face au mouvement de transformation de la société par le capital, mais n’élargit pas.

Et puis peut-on résumer l’effet Mélenchon à cela ? Un effet dans lequel il apparait un porteur personnel correspond non à une personne mais en un état de fait général d’une société. Si l’on peut constater l’influence de Mélenchon, c’est qu'il existe historiquement et dans un temps court qui est notre état présent immédiat, des conditions concrètes pour un tel effet et la personne qui l’incarne.

Ces conditions concrètes, c’est une accélération de l’hyper libéralisme dans le capitalisme monopoliste mondialisé et numériquement informationnalisé, ses effets nocifs dans la vie de millions de personnes, et son acceptation active ou passive faute de pouvoir vivre autrement, par des millions d’autres.

Mais c’est aussi un mécontentement profond d’une partie de la société d’une part, et l’absence de solutions dans la conscience de cette partie de la société qui pourrait entrainer l’autre partie de la société dans la protestation et dans une autre  construction sociale correspondant mieux à leurs besoins et aux besoins humains en général.

Parler d’effet Mélenchon est à la fois constater une réalité, mais ignorer les causes de cette réalité.

L’absence de solutions dans les manifestations, les élections, sinon des listes de justes revendication, est la caractéristique de notre moment historique dans le bouleversement scientifique, technique, politique qui à la fois désorganise la société et la réorganise d’une façon très précaire dans un libéralisme incohérent des conditions de travail et de vie, de production des biens nécessaires, incohérent sinon pour les grands groupes financiers mondiaux, plus forts que les Etats qui organisent vers eux un drainage du capital destiné à renflouer la baisse tendancielle et structurelle du taux de profit propre à la crise générale du capitalisme.

Il faut être aveugle, ou refuser de voir la réalité pour ne pas constater dans les écrits et les paroles l’absence de projet alternatif. Il rexiste tout au plus une allusion à un projet, mais aucun projet concret. Le programme de Gotha est encore bien vivant hélas ! Une intervention oratoire prégnante sur les maux de la société et des hommes ne peut remplacer un projet cohérent, l’espoir qu’il peut faire naître et la construction sociale qu’il peut initier.

Un projet unissant et rassemblant progressivement le mouvement populaire est la tâche première d’un parti. La dénonciation a fait son temps. Elle peut plus avoir d’effet que dans un rassemblement relativement limité hérité d’un temps passé, encore vivant mais insuffisant.

L’effet Mélenchon est un effet dénonciation. Il faut passer à un effet projet contenu dans des mesures économique répondant à la transformation effective du monde, remise, rendue au service des besoins humains. Les marges d’action des politiques d’accompagnement sont réduites à néant par la crise. Seul un projet cohérent agissant sur la réalité de notre monde tel qu’il est freinera la régression sociale et ouvrira des perspectives de progrès.

L’action ouvrière et populaire nationale et européenne ne s’est pas encore concentrée sur la BCE, sur des fonds finançant les besoins sociaux, que l’article 123.2 du traité rend possibles dès à présent, sur la sécurité d’emploi et de formation, sur des droits permettant à la personne et au système productif de répondre à ces besoins sociaux.

Pierrot, 27 mai 2018, anniversaire du « bombardement allié » sur Marseille.

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

RECUEIL N°3 TROISIEME DE 2018 :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/04/recueil-n-3-mars-avril-2018.materialisme-et-idealisme.html

QUELQUES RECUEILS ET LIENS de ce blog sur ce lien :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/01/pollution.html

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche