Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 06:30

Publié une première fois le 15/04/2020 à 08:17

1. LE PASSAGE D’UNE SOCIÉTÉ DE CONTRAINTE À UNE SOCIÉTÉ DE CONVICTION GÉNÉRALISÉE DES CHOIX ET DES DÉCISIONS NE SE FAIT PAS PAR MIRACLE, MAIS PAR UN PROCESSUS.

2. QUAND ON PRÉPARE LE FUTUR.

 

 

1. Le passage d’une société de contrainte à une société de conviction généralisée des choix et des décisions ne se fait pas par miracle, mais par un processus.

Les réussites de la Chine communiste sont remarquables.

Leur rapidité (et peut-être trop rapide dans la mise en œuvre de certaines mesures, mais pas toutes – celle des hôpitaux d’urgence n’était pas trop rapide, au contraire, il me semble) dans l’amélioration des conditions de vie et de développement :

La régulation relative mais réelle dont elle est capable de faire preuve à l’intérieur de la crise économique mondialisée (la crise générale du capitalisme mondialisé, numérisé, financiarisé), qui n’annule pas les dangers sociaux généralisés, mais tend à les limiter et à préserver un espace pour en sortir.

Cependant, comme l’a montré l’Union Soviétique, une société nouvelle qui repose sur la contrainte, c’est-à-dire sur une évolution guidée en contraignant et non en convainquant (la loi sans la foi…), n’est pas viable, en particulier lorsque les forces productives, les hommes, leurs techniques, leurs machines et les cultures qui les accompagnent ou les précèdent, croissent rapidement et exponentiellement et se complexifient.

Qui jette la Chine avec l’eau du bain fait preuve de peu de conscience et de peu de mesure et de « bon sens ». Le passage d’une société de contrainte à une société de conviction généralisée des choix et des décisions ne se fait pas par miracle, mais par un processus mettant en relation dialectique : développement des forces productives « matérielles » et développement de la conscience de l’état présent des choses, des possibilité de développement, de leur expérimentation, de leurs mises en œuvre avec corrections permanentes en fonction de l’observation en miroir et en aller-retour de leurs effets et d’une vision la plus universelle possible de la place de l’homme dans l’univers en tant que conscience de la nature sur elle-même.

Une  société de conviction est une réalité relative. L’expérience humaine d’avant la société marchande en donne des exemples positifs dans le processus  d’humanisation de notre espèce.

Quant à la réalité d’une société de contrainte, est-on sûr que celle de se soumettre à la vente-achat de la force de travail en face d’une puissance plus forte que vous n’est pas une contrainte qui « vaille autant » que celle d’un autoritarisme d’en haut ? Et que cet autoritarisme d’en haut n’existe pas dans une société d’achat-vente de la force de travail ? Et que les effets « cachés » ne soient pas pire dans la vie du monde que les atrocités des pouvoirs autoritaires dits centralisés ? Combien de morts dans les guerres coloniales et néocoloniales de domination impérialiste (n’ayons plus peur de ce mot) ?

Réponse ?

Pierre Assante. 15/04/2020 07:49:33.

2. QUAND ON PRÉPARE LE FUTUR

Quand on prépare le futur, le présent est presque déjà passé.

Bien qu’on en sente concrètement les plaisirs et les douleurs du moment.

Dans quelques mois, un an…, nous ne savons pas, les gens qui éprouveront la politique de fin de pandémie qui nous est préparée, même dans le cas où elle  ne serait pas finie cette pandémie et handicaperait encore un rassemblement populaire : politique du grand patronat, des firmes multinationales, et des gouvernements libéraux, qui resteront libéraux,  sur le pouvoir d’achat, les conditions de travail et de vie rongée par la financiarisation mondialisée de la gestion des sociétés humaines par le critère capitaliste du profit.

Alors les illusions seront finies et le système encore plus en crise.

Alors ce sera le temps de penser et de commencer à proposer largement comment sortir de la crise systémique de suraccumulation-dévalorisation du capital, qui freine toujours plus la circulation des biens, y compris ceux de la santé, et donc handicape de plus en plus la satisfaction besoins humains, et porte atteinte à la production et à l’usage des « valeurs d’usage » nécessaires aux gens.

Oui, proposer largement comment sortir de la crise systémique car nous serons entendus.

Préparer un contenu « plus haut » des protestations qui éclateront est notre travail d’aujourd’hui.

Ceci n’est pas un roman qui raconte une histoire pour militants, mais une possibilité évidente, pour moi…

Ce n’est pas un roman mais la question du changement au niveau du pays et de l’Europe, de la Commune au Monde.

Un salut fraternel.

Pierre. 14/04/2020 19:58:54.

 

Cliquer ci-dessus

 

 IL N’Y AURA PAS .....

SUITE SUR CE LIEN : 

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/04/il-n-y-aura-pas.html

 

*Tous les articles du blog (par séries de 25).

Pour la première série, utiliser l'ascenseur.

Pour les autres cliquer sur un nombre ci-dessous: 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >>

Partager cet article

Repost0

commentaires

BESSE Daniel 18/04/2020 09:20

Nous ne partons pas tous sur la meme ligne de départ . La France tente de sortir du féodalisme a partir de 1789 , la Chine a partir de la fin de la 2eme guerre mondiale , et maintenant elle arrive a notre hauteur . De plus elle a 1,4 milliard de bouches a nourrir . Les Etats Unis , se sont les 2 guerres mondiales qui les ont enrichi et maintenant le dollar devenu monnaie unique mondial .

Pierre 18/04/2020 09:25

Tout à fait d'accord. MERCI

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche