Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2020 6 30 /05 /mai /2020 09:11

 

ENCORE SUR L’ADOLESCENCE DE L’HUMANITÉ ET SA DANGEREUSE CRISE DE CROISSANCE IMMAÎTRISÉE

 

Dans la fin du film de Visconti, le Prince Salina, « le Guépard », s’enfonce dans la nuit avec son monde achevé. Dans le roman, il meurt dans les affres de la maladie de vieillesse de son corps. Dans les deux cas il s’agit d’un monde fini. Le travail est achevé et il n’a pas de suite dans la classe mourante.

Mais pour un vieillard, disparaître en se disant « mon travail n’est pas fini », quel bonheur ! Cela veut dire qu’il a travaillé et qu’il passe le relai de la vie.

Lorsqu’on se fait mal on crie « aïe ! ». Mais le cri ne supprime pas la douleur et encore moins les causes de la douleur. Il la signale à notre attention pour que nous y remédiions si possible.

La douleur de notre humanité dans notre moment historique qui n’est pas né d'hier et dont nous ne pourrons évaluer la durée que lorsqu’il sera dépassé, c’est une douleur de l’adolescence : la croissance n’est pas achevée et surtout la maturité pas atteinte. Son mouvement, celui de la production de sa vie, de ses subsistances en croissance et complexification est encore trop dans le flou : pas assez de repères pour répondre en santé, et pourtant prémisses de l’indépendance dans la dépendance à une nécessité et un rapport réciproque social, dont l’horizon mouvant ouvre sans cesse de nouveaux possibles.

La société humaine s’est confiée au marché qui l’a absorbée, et qui contradictoirement en croissant ouvre la voie de la maturité de l’humanité. De la maturité et non de la fin, car la maturité consiste en croissance relativement régulée. Oh pas régulée parfaitement, la régulation parfaite c’est la mort. La digitalisation, l’automatisation croissantes de la production et de la gestion permettent la régulation à un niveau mondial nécessaire, donne des outils de régulation. Mais dans son adolescence, l’humanité n’est pas sortie de l’anarchie du marché, sa subsistance est enserrée entre les lois du marché, celui du travail, celui de la production, celui de la consommation, comme le marché mondial. Ainsi la régulation par l’usage en conscience de la numérisation et l’automation ne peut être atteinte. Critères de production dans l’accumulation capitaliste et critères des besoins sont en contradictions et plus elle se développe, plus croît cette humanité en adolescence, plus la contradiction devient mortelle.

La contradiction est matérielle, l’univers est matériel, mais il ne s’agit pas que du tangible, il s’agit aussi, en même temps et dans un mouvement unique formé de multiples mouvements et de multiples moments du mouvement : il s’agit aussi du mental, de l’énigmatique, des limites humaines malgré leur progression, des hiéroglyphes que constituent les marchandises tant que le lien entre l’échange et la détermination de la valeur de l’échange n’apparaît pas clairement. Et elle ne peut apparaître clairement que dans le dépassement du marché et du travail salarié, dépassement se mouvant dans un processus inconscient qui prend peu à peu conscience jusqu’à aboutir. Aboutir certes dans de nouvelles contradictions, mais résoudre une douleur, c’est-à-dire une cause historique de santé en difficulté.

Le progrès de cette conscience c’est un processus de sortie de l’idéologie structuraliste. Par exemple : dans la crise économique et sanitaire actuelle, chaque aspect de la crise est traité séparément. Les soins proposés sont une addition de mesures et non un soin général traitant la maladie dans son ensemble.

Les économistes communistes proposent des mesures cohérentes d’ensemble à expérimenter. Plus, ils sont de par leur participation à la pointe avancée de la conscience de l’humanité sur elle-même, qui est « la pensée marxienne » dans son mouvement conjoint au mouvement de la société. Quand on parle de communisme, la chose ne se limite pas à un parti, et si c’est le cas c’est totalement inefficace et inopérationnel.

Le structuralisme, comme le capitaliste dont il est l’idéologie et la pratique, ont porté des développements de l’humanité dans leurs processus conjoints. Et en même temps ils les limitent comme ils limitent le processus scientifique, tout en le développant relativement. Un ouvrage qui comme tout travail prend des rides au bout de 60 ans, composé de texte des années 1960, mais encore fondamental, reste à compléter à la lumière de l’état présent de la société. Il s’agit de « L'idéologie structuraliste » d’Henri Lefebvre, 1975.

Quant à l’ergologie, son ascèse est le fondement d’un dépassement des normes antécédentes en reconnaissant la « double anticipation », l’acte en miroir dans son développement, nécessaire à la création de l’homme par lui-même et de la société par elle-même, que le système aliène.

Pierre Assante. 30/05/2020 08:32:06.

___________________________

VOIR AUSSI :

LE RECUEIL « L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE ». ÉCONOMIE ET ERGOLOGIE. CRISE GÉNÉRALE DU CAPITAL.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche