Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mai 2020 1 18 /05 /mai /2020 06:37

Mercredi, 13 Mai, 2020. L’Humanité.

LA CHRONIQUE ÉCONOMIQUE DE PIERRE IVORRA.

PRÉPARER DÈS MAINTENANT LE MONDE D’APRÈS.

 

Pour montrer dans quel sens pourra se faire la rupture avec le passé, l’Élysée commence par casser le Code du travail!

Quelles mesures pourrait-on prendre en France et en Europe pour relancer l’économie ? La question paraît bien naturelle et innocente. Elle comporte pourtant bien des pièges. Dans son allocution du lendemain des élections municipales, le 16 mars, Emmanuel Macron nous a promis que « le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant ». En foi de quoi il a fait pire.

Ainsi, le gouvernement entend-il donner la possibilité aux entreprises de « déroger temporairement et avec des compensations ultérieures aux durées maximales du travail et aux règles de repos hebdomadaire et dominical ». Pour montrer dans quel sens pourra se faire la rupture avec le passé, l’Élysée commence par casser le Code du travail ! En vérité, la période de développement de l’épidémie a donné idée de « l’après ». Les mesures économiques et sociales prises par le pouvoir à ce moment-là, ses initiatives au niveau européen ont visé essentiellement à préserver la confiance des marchés financiers alors que c’est avec cette dépendance qu’il faut rompre. Cela suppose de traiter tout de suite la question des hôpitaux, eux-mêmes fort endettés vis-à-vis des banques et des marchés. Le gouvernement prétend le faire avec une petite rallonge budgétaire de 2 milliards d’euros et un saupoudrage de primes alors qu’il s’agit de désendetter nombre de centres hospitaliers, d’engager sans attendre un vaste plan de relance de l’emploi, des salaires et des activités de santé en mobilisant plus de 10 milliards d’euros. Cela nécessite un changement des critères d’attribution des aides de l’État. On peut le mesurer avec l’exemple d’Air France. Le gouvernement entend attribuer 7 milliards d’euros à la compagnie à condition qu’elle s’engage à respecter un critère pseudo-écologique alors même que la direction vient d’annoncer une charrette de suppressions d’emplois. Si l’on veut que le monde d’après soit tout à fait différent de celui d’avant, il faut en l’affaire imposer à l’entreprise d’authentiques critères sociaux et environnementaux. Idem pour la SNCF, qui devrait être aidée à condition notamment de développer le fret.

Cette révolution dans les gestions des entreprises et des services publics sera d’autant plus facile à engager que les banques seront elles aussi mobilisées, particulièrement la plus importante d’entre elles, la banque des banques, la Banque centrale européenne. Si elle prêtait sous condition aux banques commerciales et indirectement aux services publics, en leur imposant des critères sociaux et environnementaux, cela aurait un caractère incitatif pour tout le système.

VOIR AUSSI :

MOINS MAIS MIEUX. L’histoire ne repasse pas les plats. 23 AVRIL - 10 MAI 2020. SUR CE LIEN :

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/04/moins-mais-mieux.l-histoire-ne-repasse-pas-les-plats-23-27-avril-2020.html

 

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Pour la première série, utiliser l'ascenseur. Pour les autres cliquer sur un nombre ci-dessous: 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >>

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche