Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juin 2020 3 17 /06 /juin /2020 12:20

 

NE PAS Perdre le rendez-vous

 

Le retard pris dans le processus humain est de l’ordre du risque de tous les retards : perdre le rendez-vous, dans ce cas celui de l’humanité avec le reste de l’univers au moment où il devient plus que jamais possible et nécessaire.

L’idéologie de la numérisation capitaliste mondialisée est du même ordre que la religion dans le haut moyen âge. La contrainte psychique consciente et inconsciente qu’elle exerce, contradictoire avec les progrès possibles qu’ouvre une numérisation mondialisée démocratique, répondant aux besoins sociaux, est du même ordre que l’inquisition en tant que fonction répressive. Qu’on ne puisse comparer les douleurs physiques de l’une et de l’autre ne doit pas cacher la fonction régressive commune.

La crise c’est le retard, et le décalage qui s’en suit, entre les moyens de production et d’échange et le mode de production et d’échange.

 

Pour ne pas se "couper des gens", faut-il partir de ce que les gens ont dans la tête ? Oui et non car ce que les gens ont dans la tête c'est l'idéologie dominante. Partir de ce que les gens ont dans la tête, a fait l'immense succès du Parti Communiste Italien et l'a mené aussi, contradictoirement, à sa dissolution du 3 février 1991.

Plutôt que de vouloir s’échapper tout seul de sa conditions subalterne, ce qui n’est que tout relatif, mieux vaut la transformer, ce qui est une tâche sociale absolue, nécessaire au processus humain parvenu au stade actuel.

La fuite de la condition sociale subalterne ne fait qu’aggraver la subalternité de tous face au capital, aux dominants dont le nombre est de plus en plus réduit et la puissance économique et sociale de plus en plus grande, ce qui leur donne la possibilité réjouissante d’autodétruire l’humanité.

La numérisation capitaliste mondialisée est du même ordre que la religion dans le haut moyen âge. La contrainte psychique consciente et inconsciente qu’elle exerce, contradictoire avec les progrès possibles qu’ouvre la numérisation mondialisée, est du même ordre que l’inquisition en tant que fonction répressive. Qu’on ne puisse comparer les douleurs physiques de l’une et de l’autre ne doit pas cacher la fonction régressive commune.

Le retard pris dans le processus humain est de l’ordre du risque de tous les retards : perdre le rendez-vous, dans ce cas celui de l’humanité avec le reste de l’univers au moment où il devient possible.

Le mouvement populaire et des salariés sur la question de la santé est un point d’orgue du questionnement sur la santé générale de la société. De la mondialisation capitaliste à la mondialisation démocratique en tant que mise en commun des efforts humains et ce que cette mise en commun peut apporter dans le rapport entre l’humanité et l’univers, il n’y a qu’un pas, mais ce pas est extrêmement complexe et dangereux : les forces contradictoires qui agissent dans ce mouvement ont, l’une le pouvoir militaire, policier, technique, et d’organisation du travail, l’autre la force de travail.

La contradiction entre la force de travail et son exploitation de soi par l’autre, le retard qu’elle induit et le besoin de transformation qu’elle pose, c’est l’être fondamental de notre époque.

La résolution positive est possible, permise, mais ni donnée, ni pré-écrite. Il s’agit d’inventer.

Le développement d’une humanité en situation d’adolescence, de conscience en développement sur elle-même encore insuffisante est en passe de résoudre cette contradiction fondamentale de l’époque. Un pas dans cette conscience est encore nécessaire, ce que semble dire, par exemple, les hospitaliers, eux-mêmes traversés par la contradiction évidemment.

La question de la santé peut fédérer tout le salariat et le salariat toute la population, y compris dans le monde où la classe ouvrière stricto sensu est concentrée de par son faible coût et sa faible organisation. Faible organisation par rapport à l’organisation politique et syndicale des mouvements ouvriers avancés des XIX et XXèmes siècles des pays industrialisés dominants. Faiblesse relative en passe possible de se combler.

Finalement, la capacité que s’est donnée le mouvement ouvrier en Chine d’user du faible coût pour son développement a modifié le rapport de force mondial, rapport de force sur lequel s’appuyer mondialement et non pas fuir. L’usage idéologique dans les « réseaux sociaux » et médias des « retards démocratiques » de la Chine n’est pas un hasard, mais un témoin de la domination du capital y compris en Chine même, et des efforts du capital à retarder encore les transformations vitales.

Pierre Assante. 17/06/2020 05:20:11

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

Partager cet article

Repost0

commentaires

BESSE Daniel 17/06/2020 07:37

" Les idées dominantes ,sont toujours les idées de la classe dominante " K. Marx . Aujourd'hui 90 pour cent des informations sont détenues par les multinationales .

Pierre Assante 17/06/2020 08:07

tout à fait !

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche