Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2020 7 26 /07 /juillet /2020 07:32

 

Denis DURAND. Suite de « Austérité : la BCE aurait l’antidote, les dirigeants européens préfèrent propager le virus de la finance ». 23 Juillet 2020.

 

Supposons néanmoins que, de compromis en compromis, les gouvernements européens finissent un jour par décider l’émission de titres européens, qu’ils les baptisent coronabonds ou autrement. Faudra-t-il y voir un acte de solidarité européenne, en faveur de l’Italie, de l’Espagne, dont la population est durement touchée par l’épidémie, dont les économies sont à terre, et qu’on dispenserait ainsi des conditions inhumaines imposées, en leur temps, à la Grèce et aux autres pays du Sud de l’Union » ? Non. On aura en réalité deux virus pour le prix d’un : le virus mortel de l’austérité, en plus du coronavirus.

Avec les coronabonds, c’est en effet une vieille idée qui est remise au goût du jour. Déjà, il y a dix ans, Jean-Claude Juncker, qui n’était pas encore président de la Commission européenne mais seulement président de l’Eurogroupe des ministres des Finances, vendait la mèche : « Les euro-obligations visent à créer un grand marché européen des obligations afin d’apporter de la liquidité et de drainer du capital non européen en Europe… Je voudrais qu’en Europe, au sein de la zone euro, nous fassions tout pour éliminer ce désavantage de ne pas disposer d’un gouvernement unique et central qui veille au respect du bon sens… il faut suppléer à cette défaillance par l’émission d’euro-obligations qui au moins, faute d’un gouvernement que nous ne voulons pas avoir, nous donne un instrument pour nous permettre de gouverner avec des mécanismes de marché ».

En faut-il davantage pour se convaincre que la mise en place d’un État européen fédéral, vieux projet d’une partie des classes dirigeantes européennes, et plus spécialement françaises, n’est qu’un autre visage de la dictature des marchés financiers ? Imaginons que de tels titres soient effectivement émis. Une fois les coronabonds dans les mains des marchés, si les détenteurs de ces titres ne sont pas satisfaits des politiques menées dans l’Union européenne, ils les vendront aussitôt, et organiseront la spéculation à la baisse sur leur cours, comme ils l’ont fait pour la Grèce il y a dix ans ! Résultat, les États européens devront accepter de payer des taux bien plus élevés pour se financer. Nous vivons déjà une expérience similaire avec les « obligations pandémies » émises en 2017 par la Banque mondiale, qui n’ont toujours pas servi à secourir les victimes d’Ebola mais qui rapportent déjà des rendements de 6 à 14 % aux financiers qui les ont souscrites.

Voici ce que j'écrivais le 13 avril dernier :

https://www.economie-et-politique.org/2020/04/13/austerite-la-bce-aurait-lantidote-les-dirigeants-europeens-preferent-propager-le-virus-de-la-finance/

Denis DURAND.

 

LIRE aussi : http://pierre.assante.over-blog.com/2020/07/une-dette-mondiale-deferlante-vers-son-paroxysme-sans-les-criteres-pour-la-rendre-feconde.html

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche