Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juillet 2020 6 18 /07 /juillet /2020 05:25

Une intervention de Frédéric BOCCARA au CONSEIL ECONOMIQUE SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL sur le rapport annuel sur l'état de la France.

 

Chers collègues, chers Daniel, cher Pierre,

Votre rapport sur l’état de la France est stimulant mais contradictoire : l’analyse des causes de la crise économique est discutable – on ne veut pas voir que la crise a commencé avant la COvid qui est en a été un révélateur et un catalyseur, on ne veut pas voir la montée de suraccumulation financière – l’analyse des enjeux est partielle. Mais le repérage des écueils est à saluer et vous énoncez plusieurs bonnes préconisations.

Ces préconisations :

- Assurance chômage : « Suspendre la réforme entrée en vigueur en novembre 2019 »

- Protection sociale « Les impacts de la crise sur son financement … ne devront pas avoir pour effet de porter atteinte à celle-ci »

- vous mettez en garde contre « une relance économique indifférenciée »

- Vous dénoncez « les dangers d’une austérité récessive » et la « dégradation du « pacte social »

- Vous appelez à une « Europe plus coopérative », à une « coopération industrielle » et à la révision du pacte de stabilité et de croissance… Mais, ceci dit, que faire de l’orientation actuelle de concurrence libre et non faussée, et pro-finance, qui prévaut ?

- Vous dénoncez les « fusions et fermetures d’hôpitaux publics » et la « pénurie de personnel » comme la « démographie médicale déséquilibrée », « des EHPAD sous-médicalisés »

- Vous appelez à « moins d’inégalités pour une société moins vulnérable »

Vous appelez à « la sécurisation de l’emploi » et à « une réflexion de fond sur le contrat de travail et sa protection, plus que jamais nécessaire en lien avec la sécurisation des revenus » et avec la formation.

Je prends.

Vous appelez, enfin, à deux renouveaux : « Renouveau démocratique », « Renouveau des services publics ».

Mais surtout, ce qui donne de la cohérence

Vous ouvrez des pistes de financement audacieuses

- D’une part « Une monétisation de la dette publique par la BCE (…) afin de permettre les investissements indispensables (…) en faveur de la transition écologique [si urgente] et de la sécurisation des emplois »

- D’autre part « mettre la création de monnaie au service de l’économie dite ‘’réelle’’ ». Ce qui est cependant un peu flou…

- Et vous proposez un « soutien aux entreprises » mais, ce qui est bien, sur des critères environnementaux, sociaux et économiques.

- Enfin, vous insistez pour une « fiscalité plus progressive », en interrogeant la TVA, et sur l’évitement fiscal des grandes multinationales.

Ces préconisations ouvrent vers un ensemble de travaux ultérieurs nécessaire de la part du CESE pour, comme votre titre le dit : « se donner un nouveau cap ». Ceci complété par les préconisations et analyses des différentes sections de notre assemblée sur leurs propres domaines de compétence et ceux des CESER donne un avis dont les préconisations peuvent utilement contribuer à pousser la réflexion pour le changement profond dont notre société a besoin. Mais qui ne vient pas… Le vieux monde est là et résiste.. Avec sa logique !

Je voterai pour votre Rapport.

Alors, où est la contradiction annoncée ?

C’est l’absence d’institutions nouvelles.. !

Pas de pouvoirs nouveaux face aux forces qui s’opposent à tout cela : les marchés financiers et leur logique, symbolisée par BlackRock, la rentabilité financière maximale qui saisit l’activité des entreprises et même des hôpitaux. Celle-là même qui a amené François Mitterrand, entre autres, à tourner le dos à son ambition de « changer la vie », celle-là même que dénonçait le premier de Gaulle en se dressant contre « tous les conformismes ». Ces forces contre lesquelles le fameux Conseil national de la Résistance faisait serment de lutter.

C’est pourquoi, il ne faut pas seulement soutenir les entreprises, mais changer leur comportement, la logique qui les domine. De même pour les banques ! La domination du grand capital et de sa logique sur toute notre vie sociale doit être mise en cause.

C’est pourquoi il faut, dépasser le keynésianisme et donner priorité aux capacités humaines et à l’emploi, base d’une nouvelle production écologique, d’une offre réelle, s’appuyer sur le monde du travail et de la création, sur la créativité des travailleurs.

Comme pour toute sortie de crise, il faudra bien que tou.te.s les travailleurs.ses, celles et ceux qui se sont battus pour tous obtiennent des pouvoirs et droits nouveaux, comme les sans-culottes des armées de l’an II ont conquis la pleine citoyenneté, comme les hoplites athéniens défendant leur cité ont obtenu des pouvoirs nouveaux. Des pouvoirs nouveaux démocratiques sur les grandes entreprises et leur gestion, des pouvoirs sur les banques et le crédit bancaire, des droits à l’émancipation et à l’emploi dans la sécurité. Tel est l’enjeu qui nous est posé.

C’est le sens de l’histoire.

 

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/CRITERES_ECONOMIQUES._ENERGIE._EUROPE._AUTOGESTION-APST.pdf

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

BESSE Daniel 19/07/2020 03:55

La crise du système capitalisme a commencé début 1970 . Le choc pétrolier de 1973 et le Covid 19 ne font que l'accélérer . La crise est devenue globale : économique , financière , sociale , écologique , et maintenant sanitaire . Nous sommes en pleine crise de civilisation . Il nous faut sortir du capitalisme , ou catastrophe .

Pierre Assante 19/07/2020 07:10

Pour changer de système, il faut que la crise rencontre des forces sociales organisées capable de le dépasser.....

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche