Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 août 2020 4 13 /08 /août /2020 07:36

 

A Propos de l’article précédent « De la Grèce aux USA » (1), sur le poids de l’histoire, l’intervention humaine et le croissant fertile.

 

Le poids du passé perdure indéfiniment, même si comme lorsqu’on lance une pierre dans l’eau, les ondes s’affaiblissent au fur et à mesure qu’elles s’éloignent du point de choc.

Dans un évènement, et à un point précis de l’événement une très faible impulsion peut changer toute l’orientation des mouvements qui le constituent et l’événement lui-même. Si « le mort saisit de vif », c'est-à-dire si dans le mouvement de la société, le mouvement des forces productives et à l’intérieur et parmi leurs multiples mouvements, le mouvement des mentalités, cela veut dire que le passé intervient de multiples façons que la conscience humaine en mouvement peut « utiliser » pour modifier le mouvement global, en santé ou pas.

Il n’y a pas de déterminisme, il y a une causalité. Le présent est le fruit du passé, les infinies possibilités aléatoires de « bifurcations » de la nature et de la société dans la nature en sont la conséquence. Il y a une flèche du temps dans notre univers connu. Le futur hérite du passé qui fait l’histoire de la nature comme de la société.

C’est en ce sens que j’insiste sur l’importance du passage du paléolithique au néolithique, particulièrement au Moyen Orient. Pour la première fois, l’homme par l’invention de l’agriculture, ne va plus seulement exploiter la nature telle qu'elle pour ses subsistances, mais il la transforme à son usage. La société marchande que la productivité de l’agriculture va entraîner, par l’excédent croissant de produit échangeable au-delà de la consommation élémentaire, c’est à la fois un progrès de l’organisation sociale et la tare sur laquelle vont se construire les inégalités d’accumulation et les pouvoirs y correspondant. Les pouvoirs y correspondant contiennent à la fois des capacités de gestion du présent, et une perte progressive, RELATIVE mais grandissante de l’autogestion de la personne dans le groupe et du groupe dans l’ensemble social, aujourd’hui mondial.

Lorsque je pense à l’intervention mondiale du capital au Moyen-Orient -qui concentre ce « départ d'histoire », des ressources énergétiques, une pesanteur historique dans les communications et la mobilité humaine dans le temps long multimillénaire-, comme une réaction CONTRE un retour de l’inventivité et de l’autogestion de la personne, c’est par rapport à ce poids de l’histoire en santé ou pas.

Car s’il y possibilité d’autogestion de la personne et des entités humaines, c’est bien dans le développement de la mondialisation et dans cette mondialisation, l’automation, la numérisation-digitalisation, et l’accélération des recherches –biologiques et corpusculaires- qui les permettent, à condition de les utiliser en santé.

Cette évolution-complexification des forces productives ouvre la possibilité aléatoire sur, de et par  l’homme, de façon inconsciente et consciente, pour passer de l’achat de la force de travail à l’échange de la force de travail : l’homme, l’espèce humaine se donne la capacité de créer ses subsistances et son avenir sans l’entrave d’une accumulation progressivement parvenue au blocage du processus dans le CMMnIgF. Rappelons brièvement la crise de suraccumulation-dévalorisation que contient le CMMnIgF, extrémité du processus marchand et antichambre possible du communisme : antichambre du communisme, tout en sachant qu’un processus social comme un processus naturel, au terme du mûrissement du fruit sous l'effet de ses forces contradictoires et de leur unité, peut donner un fruit pourri qui nourrira les arbres ou directement un nouvel arbre. « A ceci prés », par rapport à l’arbre, et malgré et en fonction des capacités propres non conscientes contenues dans la vie de l’arbre, que l’homme intervient sur son propre processus et que les coups d’épaule qu’il donne a son mouvement peuvent avoir des effets très divers, infiniment divers. Mais il en décide dans la réalité des nécessités et du mouvement du processus de la douleur des nécessités naturelles et sociales en unité, qu’il tente de soulager, et qu’il réussit progressivement et indéfiniment à soulager en développant sa sécurité de subsistance, parmi laquelle, sa capacité de penser.

Le bonheur contient cette capacité. Réussir fait partie des sentiments qui exaltent l’homme. Mais réussir est mortifère lorsque la réussite personnelle  handicape ou met en danger le processus humain et les processus personnels dans le processus humain. Du Capitole à la Roche Tarpéienne, il n’y a qu’un pas disaient les romains. Ils ne savaient pas, en tout cas pas tous que cette chute peut aller au-delà de la personne, ni que l’ambition peut être collective-sociale au point d’être totalement sociale, dépassant la contradiction fertile entre l’individu et l’espèce, sans l’éliminer, mais en la rendant à son origine : l’existence et son instinct.

Le bond de productivité de la mondialisation numérisée est de l’ordre du bond de productivité du néolithique. Il ne peut s’accommoder le l’accumulation capitaliste. Il la rend à la fois obsolète et dangereuse au point de menacer l’existence de l’humanité en bloquant son processus. La contradiction entre forces productives, leurs capacités et l’organisation économique et sociale périmée arrive à maturité et à explosion ou transformation possibleS.

Une transformation qualitative du mode de production et d'échange est à l’ordre du jour et ne se fera pas sans l'intervention consciente de la personne dans l’intervention collective de la société humaine.

Mais mes mots s'en vont et je dois aller les chercher où ils se cachent. C'est un petit jeu qui rend lent. Jusqu'à quand m'en reviendra-t-il suffisamment pour redire ce que je dis au fil du temps qui passe...  Jusqu'à quand et jusqu'à quel point l'expérience compense la faiblesse ?

Pierre Assante. 13/08/2020 06:52:07.

(1)  http://pierre.assante.over-blog.com/2020/08/sans-doute.peut-etre-de-la-grece-aux-usa.html

 

et voir :

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche