Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 août 2020 7 23 /08 /août /2020 18:52

 

 

CRISE DE CROISSANCE : RESOLUTION PAR DESTRUCTION ET REGRESSION ? OU NOUVEAU TYPE DE DEVELOPPEMENT.

 

L’histoire DE l’humanité est traversée de crises de croissance.

Celle que nous traversons est particulièrement énorme, à la mesure de la croissance actuelle, quantitative, scientifique, technologique et productive.

Elle a toujours surmonté ses crises de croissance par un nouveau développement, avec des régressions relatives, et des redéveloppements supérieurs.

Peut-il en être autrement aujourd’hui ?

Certainement pas.

Soit on détruit une part du capital constant, du capital cristallisé dans les équipements « matériels et moraux » de production, d’échange, de consommation et distribution et plus encore une part de l’humanité pour « régler » une croissance mettant en périls l’ensemble de l’humanité, ce qui est une aberration, puisque l’humanité, sans une nouvelle forme de croissance et de développement reproduira d’une façon ou d’une autre les mêmes contradictions mortifères.

La question est de résoudre aujourd’hui les contradictions contenues dans le type de croissance actuelle, celle d’un capitalisme mondialisé et financiarisé dont la priorité en matière de décisions et d’action EST le taux de profit au détriment des besoins sociaux, de leur développement, de leur complexification.

Un nouveau développement repose sur une participation de tous les humains au développement : élévation des capacités de tous, autogestion de la personne dans l’entité d’activité collective du local au mondial, ce que le développement des sciences et techniques, la digitalisation-numérisation-automation mise au service de ce type de développement peut permettre

Berlinguer (1) disait, « ce que demandent les ouvriers de la Fiat, ce n’est pas de choisir la marque du téléviseur ou de la voiture mais « que, quoi comment produire ». Il en est de même aujourd’hui pour toute la population : le ras le bol et le refus des nécessités, assimilées au principe de liberté avec ce que cela comporte d’aberrations mentales destructrices, est la conséquence des conditions monarchiques dans lesquels le travail est organisé par et pour le capital pour satisfaire au taux de profit et sa dictature appliquée à tous, de l’exécutant aux firmes multinationales qui en sont à la tête et subissent leur propre loi régressive, en passant par les PMI et ETI qui leur sont soumises.

Cette dictature, cause de conflits et de guerres, ne peut maintenir une société en santé pas plus que la planète. La planète comme l’homme est malade du taux de profit et de la crise systémique liée au développement  de la société sur la base de l'accumulation du capital et de sa crise de suraccumulation-dévalorisation, blocage à son extrémité de la circulation, et donc de la production des biens nécessaires à la vie.

Un des éléments indispensable à un autre type de développement est la condensation de « type cérébral » de la production-consommation et parmi ses éléments une croissance nouvelle de la production d’énergie de type nouveau dont ITER, si ça marche, mais bien d’autres tentatives possibles donnent une idée.

Il n’y a pas de vie sans croissance de l’enfant à l’adulte en passant par l’adolescence que commence à traverser notre humanité. Et l’adulte lui-même continue une forme de croissance de ses capacités qu’on appelle l’expérience en dans laquelle la croissance de la conscience, sauf situation historique exceptionnellement négative, se poursuit. Croissance de l’individu, de ses rapports avec la société et de la société sont une seule et même croissance constituée d’éléments à la fois autonomes et dépendants.

Il n’y a pas d’antagonisme entre le jardin et l’agriculture, entre l’industrie numérisée mondialisée et le Km zéro mais complémentarité possible à partir d’une organisation humaine démocratique recensant les besoins, les quantifiant et les résolvant au fur et à mesure de leur croissance par des transformations qualitatives de condensation des activités et de la consommation-productive.

Fera-t-on sauter la planète ? Ou rentrerons-nous dans un Moyen Age moderne de « transition » ou pas ? Ou sortirons-nous de notre nouvelle renaissance technologique qui met à nouveau le monde à feu et à sang, ré-instituant une nouvelle inquisition ? 

Sortir par le haut : le communisme développé, dont les expériences de communisme vulgaire et autoritaire ne représentent pas la finalité du mouvement en santé de la société, mais de formes religieuse reprenant les balbutiements d’une classe ouvrière et d’un salariat inexpérimentés dont l’expression se  trouvait déjà dans « la ligue des juste » sur laquelle  Marx et Engels avaient agi pour en faire une « ligue des communistes, puis une Internationale ouvrière sur des bases scientifique. La critique du programme de Gotha contient déjà toutes les critiques sur l’enfance de la lutte pour dépasser la vente par la personne humaine de sa force de travail au capital qui en fixe les conditions : son accumulation au détriment des besoins sociaux dont la crise systémique de suraccumulation-dévalorisation est l’aboutissement.

Pierre Assante. 23/08/2020 08:11:14.

(1) Photo : Berlinguer porté par Benigni lors d'un meeting

 

et voir :

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche