Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2020 7 18 /10 /octobre /2020 08:10

 

Publié une première fois le 22/09/2020 à 10:57

 

«  LA SENTIMENTALITé est UNE superstructure de la brutalité »

 

Kundera cite cette formule ou cette sentence : « La sentimentalité est une superstructure de la brutalité ».  Je ne la partage pas tel quel mais je la trouve utile.

Dans son testament Lénine dénonce la brutalité de Staline.

La réponse violente du salariat à la violence des dominants, dont les dix mille et plus massacrés de La Commune de Paris de 1871 est un exemple parmi tant d’autres, n’est pas une brutalité de principe qui fut celle du stalinisme russe et autre.

La brutalité de principe s’accorde tout à fait avec le dogmatisme appliqué au marxisme, dogmatisme dont les effets a été comparable à une inquisition, dans les conditions générales, mondiales du monde capitaliste qui pour sa part ne l’a jamais abandonnée, sous quelque forme que ce soit.

Une gouvernance policière héritée des périodes historiques de violence et de brutalité a été rapidement et à la longue contre productive. Il y a eu certains moments de l’histoire récente pour en sortir, mais ces moments ont été perdus, manqués. Manquer un moment de l’histoire qui ne repasse pas les plats, c’est repousser à long terme le processus humain dans sa totalité qui est à la fois et en unité, économique, politique, culturel, et j’ajoute ergologique, car il est question du rapport aliéné de la personne et du travail, contenu dans cet ensemble de qualificatifs, d’épithètes décrivant une réalité.

Kundera, sans être un grand politique ni  particulièrement un homme de gauche sait de quoi il parle, lui qui a connu un bref moment où état social avancé et ouverture aux libertés individuelles se confondaient. (Lire « Une Rencontre », 2009, Page 95).

La sortie programmée de cette possible fin de communisme de guerre, progressive et radicale, souhaitable moralement et nécessaire économiquement et politiquement, a été manquée et le capital en a été bien conforté, ce en quoi il ne peut tirer aucun fruit, puisque la chute du « blog communiste » relativement libre par rapport à la dictature systémique de l’argent, a accéléré la crise générale du capital.

Le modelage général de la planète, c'est-à-dire des humain-e-s, par le capital a éteint une partie remarquable du génie humain. L’humanité et la planète stricto sensu est comme un animal dont on supprime peu à peu l’oxygène.

L’oxygène ne peut venir que d’une progression de la conscience de la crise du capital, et de ses remèdes économiques et politiques dont « En avant le Manifeste » propose l’initiative. Le Travail au sens strict, dès la naissance de l’humanité et l’Activité générale dans sa multiplicité et la diversité est indissoluble des progrès permanents nécessaires de la conscience. Qui a connu les grandes luttes politiques du XXème et les pensées qu’elles ont engendrées, en unité avec les mesure sociales concrètes qui ont permis un développement mutuel, réciproque entre économie, politique et pensée, se demande où est passé le génie des peuples (1)? La gestion individualiste, du chacun pour soi dans les multiples crises intriquées, et l’absence de débouché organisée par les tenants du monde économique et politique actuel, conscient de ses intérêts immédiats mais inconscient des intérêts généraux dont ils dépendent eux-mêmes,  c’est le manque de génie et le manque d’oxygène.

Je ne voudrais pas tomber dans ce manque de conscience, tout en sachant qu’on ne peut éviter l’être présent d’un monde qui en manque. Il y a de multiples façons de résister et je suis dans l’admiration de nombreuses façons effectives autour de moi et dans le monde. Mais elles ne peuvent se substituer à une conscience synthétique globale.

Le « Talon de fer », métaphore de Jack London, que j’adore, a imagé une telle situation. En même temps elle a laissée spectatrice une classe sans organisation de classe suffisante, matériellement et intellectuellement.

Nous sommes encore prisonniers du capital par l’intermédiaire de son organisation du travail mais aussi par l’intermédiaire des intellectuels médiatiques, organiques du capital, et leur thèse « anti forme-Parti », c’est à dire anti interprète conscient collectif du processus inconscient de la société humaine, l’organisation politique du salariat mondial et ses alliés potentiels, l’immense masse des populations touchées par la déliquescence d’un système qui se défend avec une brutalité acharnée.

Pierre Assante. 22/09/2020 10:26:01.

(1) Je me disais ça, entre autre du génie du peuple italien, en relisant le recueil d’interventions de Berlinguer « La crisi italiana. Scritti su Rinascita », qui est un humain comme tout un chacun et non un « prophète immatériel », que d’aucun attend comme « Le Messie » qui ne viendra jamais, évidemment, mais qui a eu une intuition et une analyse relativement avancées des transformations du monde en cours. Rinascita était la publication théorique du PCI. Cette aptitude est liée à celle de ne pas être prisonnier des idées précédemment acquises, des normes établies, du politiquement correct, du moralement exigé, ce en quoi, il n’a pas été le seul, mais dont beaucoup l’ont été, prisonniers, ce qui porte plus à la critique moraliste et à l’exclusion qu’à la lucidité.

 

Voir :

RECUEIL 2034 : http://pierre.assante.over-blog.com/2020/09/2034-recueil.html

ET

TOUS LES ARTICLES PAR SÉRIES : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche