Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 08:42

La somme et le reste N°6Ce "Manifeste" a été écrit en décembre 2005.

Il a été publié début 2006 par la revue lefebvrienne d’Armand Ajzenberg en ligne « La Somme et le Reste » (voir lien en fin d’article). Il me semble plus que d’actualité.

 

Il apparaissait de plus en plus que « la concurrence libre et non faussée », cette manifestation ultime du capital, allait achever de donner, ce qu’elle a donné aujourd’hui : une crise d’incohérence globale de la société, une maladie extrêmement dangereuse pour l’humanité dans son environnement.

 

Depuis que cet animal, l’homme, a inventé le travail, c'est-à-dire la transformation de la nature pour assurer sa subsistance, son histoire est celle de la destruction-reconstruction de ses normes de vie à partie d'elles-mêmes, de ses normes d’activité, et leur reconstruction permanente, simultanée pouvons-nous dire, transformations quantitatives, développement des contradictions internes, transformations qualitatives, ruptures et continuité. Ce qu’Yves Schwartz appelle dénormalisation des normes antécédentes- renormalisation.

 

Un mouvement de la société sans cohérence n’est pas un mouvement mais une agitation fébrile et maladive. Elle est l’extinction à terme du mouvement, c’est à dire la mort, comme pour tout corps qui perd sa cohérence interne.

 

La mesure quantitative de l’échange (qui ne tient pas compte des « valeurs sans dimension » de l’activité humaine, -terme d’Yves Schwartz), l’échange marchand capitaliste arrive à son terme. Cette mesure quantitative de l’échange doit être transformée, dépassée. Déjà des prémices de besoin de transformation et d’essai de transformation par l’échange direct de travail à travail se manifeste puissamment. Evidemment, ces prémices (encore des « bricolage instinctifs et de fortune », mais aussi de grandes réformes comme celles de La Libération de 1945, qui ont fait en partie échapper les échanges à cette mesure) doivent se transformer en généralisation démocratique d’échange de travail à travail, ce qu’avaient tenté les « tyrannies de passage d’un système d’échange à un autre », avec un certain succès puis une faillite dans l’affrontement des systèmes : ce qu’avaient tenté ce que j’appelle les « tyrannies de passage d’un système d’échange à un autre » issues de communautés, même très larges, dont le développement des forces productives ne « correspondaient »  pas à un développement de cet échange nouveau. Ces communautés ne « correspondaient »  pas à un développement de cet échange nouveau et donc avaient besoin de coercition pour les développer, sans parler des dérives  propres à toute coercition.

 

Le processus actuel et son incohérence peut trouver son mouvement en avançant à partir de la lutte contre les effets de cette « concurrence libre et non faussée ». On n’a pas encore mesuré cet évènement de fond qu’est le rejet par référendum du TCE, malgré sa réintroduction sous la forme du « Traité de Lisbonne » dont les règles sont déjà dépassées pour la « concurrence libre et non faussée » et sa course folle.

 

On peut cependant ajouter que trouver son mouvement en avançant, n’est possible qu’en s’appropriant et se réappropriant consciemment et en les faisant avancer, les acquis du mouvement ouvrier, acquis théoriques et pratiques, ce que je tente de faire à ma petite  échelle dans ce blog, mais appropriation qui doit devenir lame de fond si nous voulons trouver cette cohérence qui nous manque cruellement.

Pierre Assante, 15 décembre 2011 

 

 

Pierre Assante

Maintenant, LA ressource humaine

 

MANIFESTE

Un peu de vision universelle éloigne du quotidien,

beaucoup de vision universelle en rapproche.

 

à Chiara

 

 

Lorsqu’un stade de développement humain est arrivé à épuisement, le sens du développement humain devient justement vide de sens. Mais ce vide contient déjà tous les sens nouveaux possibles et impossibles. Les rechercher, je ne suis pas le seul à le faire avec cette passion qui lasse des copains et des entourages, c’est ma façon à moi de transformer la lassitude de la société et de l’individu en énergie. C’est j’espère une transformation qui en est à ses prémices mais qui gagnera, avec le temps qu’il faut, une renaissance humaine.

Un exemple d’épuisement en politique : Chirac avec 19% gagne avec 83% par défaut. Mais un NON l’emporte majoritairement. C’est cela un des multiples signes de l’épuisement, et il en est une multitude d’autres. Mais ce n’est pas le but de ce manifeste de les développer. Son but c’est de manifester les possibles pour créer l’énergie sociale nécessaire     au dépassement de ce stade épuisé, qui est le stade de la démocratie restreinte, attestée dès l’antiquité athénienne, répandue dans le stade bourgeois de développement, et à renouveler par son élargissement sa généralisation, c'est-à-dire la disparition des classes sociales.

Transformons l’épuisement social en énergie. L’épuisement c’est une fermeture par lassitude. Les cerveaux se sont refermés. Qu’ils s’ouvrent !

 

Nous sommes 6,5 milliards d’individus de l’espèce humaine.

Notre ressource c’est notre cerveau. Ce cerveau qui a traversé la perception, la double anticipation, de son environnement de cueilleur, de chasseur, pêcheur, agriculteur, dans son espace immédiat, restreint, et toutes les structures sociales, leur symbolique, les rapports sociaux correspondants. Cet espace immédiat c’est considérablement élargi avec la « révolution industrielle » et aujourd’hui la « révolution informationnelle » généralisée et mondialisée. De « plus grand que ses œuvres », l’homme peut devenir « plus petit que ses œuvres ». Un peu de vision universelle éloigne du quotidien, beaucoup de vision universelle en rapproche.

 

1. Maintenant, LA ressource humaine

 

Nous sommes 6,5 (7 aujourd’hui !) milliards d’individus de l’espèce humaine.

Notre ressource c’est notre cerveau. Ce cerveau qui a traversé la perception, la double anticipation, de son environnement de cueilleur, de chasseur, pêheur, agriculteur, dans son espace immédiat, restreint, et toutes les structures sociales, leur symbolique, les rapports sociaux correspondants.

Cet espace immédiat c’est considérablement élargi avec la « révolution industrielle » et aujourd’hui la « révolution informationnelle » généralisée et mondialisée. De « plus grand que ses œuvres », l’homme peut devenir « plus petit que ses œuvres ». Ce qu’il a créé peut le dépasser. Ces structures mentales adaptées à cet environnement immédiat se trouvent confrontées à résoudre ses problèmes d’individu dans un cadre immensément plus vaste et apparemment insaisissable.

Les groupes humains issus de l’histoire, en ethnies, en nations, en classes sont de toute évidence en difficulté pour assurer la cohérence de l’ensemble constitué.

L’autonomie de la pensée vis-à-vis des conditions matérielles qui ont déterminé cette pensée, peut-elle conduire à une dé-adhérence mortelle par rapport aux besoins vitaux de l’espèce ? C’est une réalité menaçante. 

 

Les rapports sociaux sont l’essence de l’humain, c’est son activité multiforme.

 

En économie, ce sont les échanges qui déterminent la vie économique et son développement.

Lorsque les moyens de production augmentent la quantité des produits, si l’augmentation de la  quantité des échanges n’est pas « proportionnelle », il y a crise.

Lorsqu’on introduit l’automatisation dans la grande production, mais aussi une gestion  cybernétique mondialisée morcelée, sans rapport cohérent à l’ensemble, et que cela ne s’accompagne pas de la même « explosion » des échanges, il y a des déséquilibres qui entraînent obligatoirement des chutes, ou plutôt une chute généralisée.

Il en est de même de tous les rapports sociaux, qu’ils soient économiques, culturels, ludiques, psychologiques, etc. Il est d’ailleurs absurde de leur imaginer des frontières étanches. Ils sont intriqués, ils constituent une unité d’activité, pour l’individu comme pour la communauté humaine (Voir Tableau d’un sens de l’échange ).

Tous les échanges, de quelque sorte qu’ils soient, subissent et subiront donc brutalement cet effet de chute. C’est en ce sens que la mise en commun, si elle donne les moyens de mettre en correspondance les moyens de production et le mode de production, contient le remède réaliste de résolution de cette équation.

 

Ce n’est donc pas au seul nom de l’utopie, bien que l’utopie ait un rôle positif indispensable si elle adhère sainement à la réalité, mais au nom du réalisme (dont les institutions se réclament aujourd’hui à rebours) qu’il nous faut revendiquer la transformation par cette mise en commun dans la société.

 

Autre question, la nécessaire "dé-adhérence" des concepts et "ré-adhérence", qui constitue la création et l’utilisation des concepts, étant de plus en plus soumise à un mode de vie des couches dirigeantes (qui sont loin des besoins sains d’un ensemble humain), n’a-elle pas acquis de ce fait une indépendance mortelle ? C'est-à-dire si elle substitue à l’autonomie indispensable au mouvement, une indépendance qui le bloque.

Mais cette "dé-adhérence" des concepts et "ré-adhérence", qui constitue la création et l’utilisation des concepts est-elle résolue une fois pour toute par la nécessaire lutte des classe ? Certainement pas. La question reste posée de la capacité de notre cerveau de réagir sainement dans un ensemble beaucoup plus vaste de ce qui a constitué jusqu ‘à présent la mentalité de l’espèce. Le libre arbitre est confronté à l’agir en commun, et c’est ça le « communisme démocratique ». La critique de Marx à la déclaration des droits de l’homme et du citoyen est contenue dans cette     interrogation-affirmation. La liberté, la permissivité et les possibilités humaines que permet l’agir en commun doit se substituer à la liberté conçue comme un moyen de se passer de l’autre. Contraintes sociales et naturelles doivent être traitées par cette mise en commun dans le vaste cadre d’une humanité « globale, mondialisée ». C’est à cela que le cerveau humain, sa structure psychologique, son acquis social sont confrontés.

 

Il y a sur ces deux questions matière à un immense débat mondial s’appuyant sur des expériences limitées et sur la construction de concepts sains, sans quoi la revendication de réalisme restera toujours opérante du côté du conservatisme en place. La question des Plans est devenue fondamentale.

 

A tout cela il y a une troisième question qui « s’ajoute », et qui pourtant devrait être à l’origine des concepts comme des actes : les rapports sociaux ne seront sains que dans un épanouissement qui doit avoir une origine ; on ne recrée pas l’humanité, on la développe et on la soigne (car toute vie a ses maladies, sinon il n’y a pas de vie). L’origine des rapports sociaux, ce n’est pas les rapports d’exploitation, ni les rapports de domination d’origine biologique. L’origine des rapports sociaux ce sont les rapports maternels. Ils conditionnent la suite des rapports sociaux, du développement de la personnalité, des conditions de la séparation-adhésion sociale. Sur cette question aussi, il y a lieu de ne pas dogmatiser, simplifier, schématiser, mais à travailler, dans le concept et la pratique; particulièrement sur l'inégalité des échanges homme-femme.

La question du rapport homme-femme* en particulier dans le milieu du travail, de la production et gestion des biens dits matériels, indispensables à la vie, mais sans se réduire à ce champ, au contraire, est donc bien une tâche du présent. Les forces sociales organisées en présence dans notre société ne peuvent s’en abstraire ni en traiter autrement que sérieusement, c'est-à-dire sans démagogie.

 

La pensée s’envole, loin des contraintes naturelles et sociales. C’est le propre de la pensée. Et sa beauté pour nous humains. Cet envol peut être mortel. Cet envol peut être fécond.

 

L’humanité, ce n’est pas l’univers, mais nous sommes concernés parce que nous en sommes. Des deux.

 

2. Centralisme, domination, travail, rapports sociaux, rapport homme-femme.

Un petit détour d’apparence partisane

pour en venir aux Tâches du Présent.

 

Il faut se méfier comme de la peste des constructions mentales, faites de bonne ou de mauvaise foi, qui prétendent à tort ou a raison ouvrir des voies à une évolution sociale progressiste. Elles peuvent enfanter des monstres. Pourtant l’évolution de la société, c'est-à-dire, son mouvement, donc sa vie ne peuvent se passer de construction mentale.

Autant dire que ces constructions demandent autant d’inventivité que de retenue, en même temps.

On a jeté aux orties l’héritage communiste global. Cela fait penser, mais à l’envers, au « globalement positif » du PCF des années 1970 par rapports à son analyse des « pays de l’Est ».

 

Ces précautions prises, voilà mon interrogation :

Le monde est aujourd’hui organisé par un système de « centralisme démocratique ». Je m’explique. Le système soviétique prétendait, et les partis communistes du monde entier de même, qu’une société large ne peut s’administrer que par l’aboutissement de la multitude des micro activités et des micro décisions, à des organismes de direction centrale en assurant leur cohérence. Ils appelaient cela le centralisme démocratique. Ce centralisme n’avait rien de démocratique dans ces sociétés et pays dits communistes ou « de l’Est », au point que des partis communistes tels le PCF, ont abandonné cette conception autoritaire, mais en même temps n’ont pas posé la question dans son essence.

Il faut bien constater aujourd’hui que ce centralisme non démocratique est le mode de gestion du monde par le capitalisme sous sa forme ultra libérale mondialisée d’aujourd’hui, avec pour outil essentiel les techniques de la « révolution informationnelle », les computers, les réseaux du capitalisme d’état et multinational à dominante Etats-Uniène.

La pensée progressiste en tire la conclusion que son rejet du centralisme démocratique n’en est que plus justifié. Pour ma part je pose la question autrement : il nous faut concevoir, construire et faire fonctionner un véritable  centralisme démocratique. Pour cela il nous faut considérer en quoi le centralisme démocratique a été un échec. On ne peut se contenter pour cela de mettre en cause le parti unique, ou la corruption qui en découlait entre autre, etc. Il est clair que le parti unique, en était une des causes. Mais il découlait lui-même d’autres causes et transformait la réalité qui l’avait fait naître, qu’il avait fait naître, avec des conséquences complexes qu’on ne peut résumer à un seul aspect, ni à un bilan positif ou négatif, position on ne peut plus réductrice de la réalité. Et connaître en quoi les conditions d’un fonctionnement démocratique du centralisme n’étaient pas réunies est essentiel.

 

Nous sommes 6.5 milliards (7 aujourd'hui !) d’êtres humains.   La structure mentale humaine ne peut saisir que ce qui est à sa portée, c'est-à-dire ce qui découle de son entourage immédiat. Son entourage immédiat, sa réalité son faits aujourd’hui AUSSI des TERMINAUX d’échanges, d’informations, de production, de gestion etc. ......

 

.....Suite (deuxième partie) sur ce lien: http://pierre.assante.over-blog.com/article-2-presidentielle-retour-sur-une-analyse-deuxieme-partie-de-maintenant-la-ressource-humaine-manifeste-92401187.html

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche