Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 19:59

CASSANDREDÉCROISSANCE OU  CROISSANCE QUALITATIVEMENT NOUVELLE ? 

 

Lorsqu’on entend le mot décroissance,  c’est en fonction du mot croissance qui est au cœur du débat sur l’emploi, sur le progrès économique et social attendu, et aussi au cœur des promesses non tenues qui ont désespéré la classe ouvrière et les « couches populaires » puis les « couches moyennes » dont la « prolétarisation » s’accélère.

 

Le mot croissance est avant tout un mot attaché  à notre système de production et d’échange, le système capitaliste. C’est avant tout un mot du système, même s’il peut être employé diversement.

 

Faut-il encore et toujours n’imaginer la croissance que dans ce système ?

L’imaginer dans un autre système n’est-il pas aussi le moyen de changer ce système pour un système qui permettra le développement durable de la société, le libre développement de l’individu, condition du libre développement de tous ?

 

Et lorsqu’on pense croissance dans un système nouveau possible, dépassant l’échange de capital en tant que «circulation du  sang » actuelle et malade de l’échange humain, peut-être peut-on dépasser l’indignation sur les effets du système capitaliste afin d’entamer la construction générationnelle d’un nouveau mode d’échange.

 

Qui suit mes réflexions ici, et de nombreuses autres ailleurs, y trouveront cette idée simple dont on peut vérifier à partir de l’existant, des prémices concrètes déjà bien avancées dans la réalité d’aujourd’hui. J’en citais une : la concentration-miniaturisation-croissance de l’informatique, si l’on compare avec les immeubles-computer à lampes à incandescence des débuts. Si l’on considère cette croissance en qualité nouvelle, on peut de fait l’appeler décroissance (arbitrairement, « utopiquement », mais pourquoi pas si c’est pour se faire comprendre sans tromper personne) au sens que c’est une croissance dont l’extension ne pose pas problème de quantité à résoudre, d’étouffement de la planète et de l’homme par son « volume ». Par contre cette croissance qualitativement nouvelle de l’informatique utilisée par le système capitaliste retombe dans la croissance quantitative d’un développement non durable, comprimant jusqu’à l’étouffement social et personnel.

 

Qui se refuse à ce débat de l’usage de l’échange « Argent-Marchandise-Argent plus » et de son lien essentiel avec une croissance insoutenable se prive des transformations en santé de la société à laquelle il aspire sans apporter remède au mal qu’il dénonce.

 

Certes, ces considérations faites, bien que sérieuses, ne définissent pas les limites d’usage de la planète, mais pourraient permettre de définir par quelle politique ne pas les dépasser et comment les respecter.

 

 Pierre Assante, 18 février 2014

 

Post scriptum, je reprends le fin d'un article précédent : "En conséquence de quoi, l’humanité est-elle capable de modifier le lourd mouvement général qui est l’orientation de ses 7 milliards d’individus dans leur mode d’échange du capital généralisé ? Est-elle capable d’un changement de direction raisonné, conscient ? Non d’une téléologie globale de son avenir, mais une téléologie du geste à accomplir pour modifier le mouvement général de sa masse, tel un navire devant éviter un écueil en prévoyant de dévier le mouvement de sa masse ?"

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche