Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 07:45

14mai10 003

Assemblée Nationale des communistes

des 8 et 9 décembre 2007 :

Contribution de Pierre Assante

Pierre Assante
Section du 8ème arr. de Marseille


14 décembre 2007

L’assemblée nationale des Secrétaire de Section des 8 et 9 décembre 2007 a bien montré que le PCF n’était pas mort. Mais il n’y avait pas besoin de cela pour le savoir. La qualité, le contenu de sa presse et pourtant sa diffusion insuffisante, par exemple, montre que s’il n’était pas victime, à l’initiative des pouvoirs et du patronat, d’ostracisme dans cette société, son rayonnement serait bien plus important. Le parti communiste et le travail subissent le même sort, parce qu’ils son liés dans leur existence propre.

Pour en revenir à l’assemblée nationale de La Défense, on peut faire une constatation. Les positions des uns et des autres ont subi un bougé positif : les tenants de l’ouverture parlent d’identité et les tenants de l’identité parlent d’ouverture. Ce qui veut dire que l’idée qu’il n’y a pas d’ouverture sans identité pour un parti, un mouvement, un rassemblement, et pas d’identité sans ouverture, cette idée commence à progresser.

En schématisant on pourrait constater
- que les partisans de « la dissolution » se réfèrent à l’histoire, et à une histoire relativement évènementielle, même si les évènements auxquels ils se réfèrent sont d’une importance significative dans l’évolution humaine
- que les tenants du « maintien du parti » se réfèrent à une analyse économique montrant que les lois du capitalisme et sa crise excluent toute autre issue que celle dont le parti est porteur, et lui seul, même si la question des alliances est nécessaire.

Quelques semaines avant les évènements de Mai 68, Henri Lefebvre écrit un article qui éclaire ces questions mais dont ni les uns ni les autres n’ont tenu compte, Lefebvre ayant été écarté du parti en 1959, tout en restant profondément communiste.

Cet article (1), est une analyse faisant référence à la forme, la fonction et la structure du capital. J’en donne ici les références, et laisse à chacun le soin de s’en approprier ou pas. Ne pouvant citer 30 pages, j’en donnerais seulement le « fond », l’idée, qui illustre mon propos sur les visions divergentes dans le PCF.

L’idée de fond, qui s’accompagne d’une étude approfondie des livres du « Capital » de Marx, est qu’on ne peut avoir une vision politique sans aborder simultanément l’aspect historique, économique et philosophique profondément imbriqués dans le fonctionnement de la société.

Histoire, économie, conception de la vie, sont totalement inséparables, forment une unité en mouvement, forment la société en elle-même.

Lefebvre nous dit : « …Ainsi, dès le début du "Capital", (I,II,III), Marx annonce qu’il va faire ce que l’économie bourgeoise n’a même pas essayé ; il va fournir la genèse de la monnaie et du rôle de l’argent dans la circulation des marchandises. Si la connaissance rencontre une structure et l’analyse, elle a pour but de montrer comment s’est formée cette structure : comment le devenir et l’histoire l’ont créée…. »

« …malgré l’influence considérable du marxisme en France, cette conception n’a jamais été complètement assimilée… »

Peut-être cette assimilation incomplète explique aussi et la chute de cette influence et nos déboires, explique en partie, la partie essentielle étant la force du capital, le vrai, dans cette guerre d’idées et de faits.

Ceci qu’est qu’un début dans l’article de Lefebvre, il développe par la suite :
- la structure du devenir
- la structure de la société
- la valeur d’échange
- structure du capitalisme

Il conclut, et dans sa conclusion je cite :

« En premier lieu, les trois notions, forme, fonction, structure, doivent s’utiliser également, au même titre, pour analyser le réel. En second lieu, elles permettent de saisir des stabilités provisoires et des équilibres momentanés. En troisième lieu, elles révèlent un contenu à la fois développé, impliqué et dissimulé dans les formes, structures, fonctions analysées. A travers l’emploi logique de ces concepts pour l’analyse, s’atteint un mouvement plus profond du réel : le mouvement dialectique de la société et de l’histoire…… »

Espérant donner à chacun l’envie de poursuivre cette réflexion, et que cette réflexion soit utile.

Pierre Assante, 14 décembre 2007

(1) L’homme et la société, N°7, 1° trimestre 1968.

http://www.bdr13.pcf.fr/Contribution-de-Pierre-Assante,5304.html

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche