Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 06:51

Aimé Assante 1L’humain, ses douleurs communes et ses douleurs personnelles

 

Les hommes ne parviennent pas à soulager leurs douleurs communes, peut-être parce que cela ne leur donne pas l’espoir de soulager leur douleur personnelle.

 

Pourtant il leur est, à toutes, tous,  relativement facile de comprendre comment les soulager. Et, grossièrement ils le comprennent. Mais ils ne le font pas plus que cela, soit qu’ils     ne veuillent pas faire l’effort de comprendre ce comment plus avant, soit qu’ils ne parviennent pas à une action commune pour mettre en œuvre leur compréhension et pour soulager.

 

Soit parce que les espaces de bonheurs leur font oublier les espaces de douleurs et les plongent dans une attente ou comprendre est aussi douloureux qu’attendre.

 

L’horizon et la motivation ne sont pas en concordance, en cohérence.

 

La domination masculine y est pour beaucoup et l’échange marchand à son paroxysme d’échange du capital, sang de la circulation mutilée des produits du travail, ne fait que renforcer chez hommes et femmes, la domination et sa centralisation.

 

Quand s’ouvrent des espaces de résolutions, ce n’est qu’un horizon de petits pas qui se présente, et c’est comme si seuls les grands pas, à l’image des croyances religieuses, leur importaient.

 

Il y a pourtant tant d’espace-s pour une vie humaine digne de cet épithète, c'est-à-dire répondant au besoin essentiel de penser développé par l’homme, à travers la satisfaction de ses besoins originaux, animaux, élémentaires par le travail générateur de pensée, puis à travers la satisfaction des besoins et du travail développés, complexifiés, sublimés.

 

La centralisation de la domination la rend à la fois immense et puissante, écrasante et destructrice de cohérence du processus humain, mais aussi fragile en tant que domination, porteuse de dissolution sociale.

 

Trouver le point où glisser un grain de sable dans la mécanique ne suffit pas. Il ne s’agit pas de détruire un édifice dans lequel nous vivons qui nous tombera sur la tête, il s’agit de le reconstruire à partir de ce qu’il est, de sa complexité et des structures saines qui le font tenir en vie.

 

Pour cela : « premièrement s’instruire, deuxièmement s’instruire, troisièmement s’instruire ».

Devenir les ingénieurs de la transformation sociale. S’instruire dans et pour l’espace micro et l’espace macro. En premier lieu là où les hommes produisent, matériellement au sens premier, ce qui est nécessaire à leur vie d’humain, pour produire l’humain.

 

L’homme est une auto-création. Quand un système confisque la création, il confisque l’humain et menace son processus.

 

Pierre Assante, 17 mai 2014

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche