Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 07:05

CHARLIE et LA REPUBLIQUELa curée et ses suites.

 

Cela mériterait un livre, des livres.

Ils existent déjà.

 

Il a des temps où les dominants transforment les hommes en chiens.

Il en est d’autres où ces hommes chiens redeviennent des hommes par la solidarité face à leurs dominants.

 

Il en est peu (y en a-t-il même eu dans la société de classe?) où les hommes sont des hommes pour être des hommes, tout simplement, des êtres conscients de leurs besoins communs, où ce n’est pas une réaction à une domination qui les y poussent, mais leur état d’humain, espèce pensante en processus dont la santé de tous est nécessaire à la santé de chacun.

 

Le passage de chien à homme n’est pas sans manifester encore, par les exploités, contre les plus faibles d’entre eux,  la violence qu’ils ont subie. Les femmes tondues de La Libération sont un gouffre de malheur dans l’explosion de bonheur d’un peuple libéré. Babeuf le disait déjà pour le défilé des têtes sur les piques. Mais, libéré l’est-il vraiment quand l’argent et l’inégalité poursuivent leur chemin imperturbablement et que les mêmes exploités le regardent passivement passer emportant leurs rêves et les moyens de leur réalisation ?

 

Et puis il y a des moments où, après des décennies de temps humain de préparation et de dressage, vient l’heure précise de bascule de l’homme à chien.

 

Ce basculement, je le vois à ce moment, quand sonne l’hallali où le dirigeant de l’Etat tribal-social libyen, pas « saint », mais qui méritait mieux que la domination meurtrière mondiale du monde du travail et de la création ensemble par la finance, le capital, domination mondialisée et informationnalisée dans son hypocrisie aveuglante ; dans ce moment où il doit se réfugier dans un tuyau d’évaluation et est finalement rattrapé par la meute qui le déchire sous les yeux bienveillants de soldats (pas tous les soldats heureusement !) français, anglais, américains et  le regard majoritairement passif des auditeurs de colporteurs de nouvelles et d'almanachs, puis de la presse, puis de la radio, puis des spectateurs de télé-vision, vision à distance...

 

Et puis il y a le moment où les chiens échappent à leurs maitres, menacent de les mordre, deviennent enragés. Ils (les mêmes que ceux de la curée) commencent par mordre les serviteurs de maître puis tout ce qui leur passe à côté, sous la dent, de vivant ou de représentation de la vie. Les spectateurs passifs ont peur, se déchainent aussi alors sous l’effet de cette peur, prêts à se transformer aussi, et d’autre sont pris de malaises d’impuissance.

 

Y a-t-il des moments où les hommes sont à la fois chiens et hommes, enragés et solidaires en santé. Sans doute est-ce toujours le cas, et dans des situations toujours différentes. Il n’y a sans doute pas de moment totalement "polarisé"  (peut-il y avoir des exceptions, des transformations, une transformation inédite, de sainteté laïque, à la fois naïve, consciente ?).

 

Peut-on être communiste, au sens humaniste et économique après être passé par l’anti-exploitation. Peut-on passer sans drame énorme de « l’anti » au « pro », du contre une chose au pour autre chose née le la même chose ?

 

Nous ne sommes jamais purement chien, purement homme, comme il n’y a pas de chien immobile, de chien tout dormant et chien tout courant, de chien tout léchant, de chien tout mordant, de chien tout rêvant. Céline veut nous le faire croire avec une vision morbide et calmement haineuse et détachée, isolée, sœur ennemie de la sainteté.

 

La curée est finie, nous sommes au temps des chiens enragés échappant à leurs maitres et qui menacent les spectateurs passifs de toutes les curées passées et à venir.

 

Dans le double mouvement animal-humain peut mûrir un humain-humain. Et c’est dans le travail de chacun, producteur en tant que personne des objets « matériels et moraux » dont nous avons tous besoin pour vivre, leur échange,  que se manifeste l’apprentissage de l’humanité, de la solidarité, du mouvement supérieur de la nature, celui de la conscience.

 

La conscience se manifeste dans la création scientifique, technique, les arts et la philosophie d’action sur la réalité naturelle et la réalité sociale, ensemble.

 

Pour faire court et vite, Athènes antique de Solon et Clisthène et d’aujourd’hui, Paris de 1793, La Commune ou l’Octobre prolétarienne, le C.N.R ici et dans le monde, la Renaissance Européenne du XVI° siècle, la naissance de l’agriculture néolithique et des cités primitives antiques,  ont montré que sciences, critique de l’économie et des institutions vont de pair avec le progrès humain, le progrès politique, de la « gestion de la cité ».

 

La propension actuelle à isoler ces « fonctions unies » au profit d’une seule critique tout-morale va à l’encontre d’une transformation en santé. C’est pourquoi il est donné par les dominants à cette critique morale toute la place possible pour contrer la critique scientifique opérationnelle, économique en particulier.

 

Lorsqu’on devient « Charlie hebdo », on n’est pas Charlie Hebdo et c’est bien d’être simplement soi-même. Mais … on est plus que de simples spectateurs des curées ou des meurtres massifs de chien enragé sous les ordres de leur maitre ou leur échappant. Mais … on n’est pas encore libéré. C’est dans notre rôle d’homme, d’humaine productrice et d'humain producteur et sa transformation en santé, sa libération de l’exploitation, que tient toute la liberté, l’égalité, la fraternité : la solidarité non seulement sentiment mais acte.

 

Pierre Assante, 8 mars 2015. 

 

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans OPINIONS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche