Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 17:35

Recherches internationale 46 1965

LUTTE IDEOLOGIQUE.

Pour sortir de la crise, pour la paix et le développement.

 

Deux orientations se sont développées, contradictoires et mutilantes

Ces deux orientations pourraient être désignés d’une part par le terme « dogmatisme » et de l’autre par le terme « structuralisme ».

 

L’ostracisme, le black-out médiatique (*) dans lequel sont tenues les idées, les propositions et l’action des instances et des membres du Parti Communiste Français constitue un des principaux obstacles à la sortie de crise de la société et un élément de son accélération.

 

OBSTACLE sur le plan économique, en dernière instance, mais sur tous les plans de l’activité humaine.

 

Une telle affirmation fera sourire plus d’un qui a oublié ce qu’a représenté le courant mondial dont il est issu, dans une période récente au vu de la durée de l’humanité, mais lointaine au vue de la durée d’un individu de l’espèce humaine.

 

J’irai droit au motif de cet article, quitte à développer plus tard :

 

Dans le mouvement des idées, mouvement propre et indispensable à l’espèce humaine, mouvement qui structure l’activité, le travail de l’individu et sa cohérence générale aujourd’hui dans une production des biens nécessaires à sa vie dans une économie, des institutions et leurs moyens d’actions mondialisés et informationnalisés, deux orientations se sont développées, contradictoires et mutilantes.

 

Ces deux orientations contradictoires et mutilantes ne constituent pas des forces contraires s’affrontant dans une naissance du nouveau, mais des freins à ces forces contraires neutralisant relativement ou absolument ce qui travaille le nouveau.

 

Je renvoie ici sur cette formule à la méthode dialectique de Hegel dont Marx faisait usage « en la remettant à l’endroit, sur ses pieds » tout en s’en « méfiant », afin de ne pas recommencer et allonger par un cours de philo pour lequel je serais friand mais peu habile.

 

Ces deux orientations pourraient être désignés d’une part par le terme « dogmatisme » et de l’autre par le terme « structuralisme ». Pour le premier il s’agit d’une généralisation figée de connaissances et de leur usage, et pour le second d’un morcellement de l’avancée de ces connaissances au détriment d’une généralisation cohérente en mouvement,  morcellement remettant en cause les progrès acquis et leur usage.

 

L’on comprend que ces deux orientations ont quelque chose de commun qui en fait deux frères ennemis ou deux sœurs ennemies.

 

Si ces deux orientations n’avaient pour champ d’activité que la recherche, on pourrait croire que cette délimitation soit innocente de nos maux. Mais ces deux orientations ne vivent pas « en l’air » et au contraire sont nourries par les réalités de l’activité humaine et la nourrissent en interaction, en relations dialectiques.

 

Le stalinisme, « bonapartisme de gauche » du refroidissement de la révolution, pour caricaturer (Son gel dirait Saint Just),  a détruit en grande partie, sans pour autant l’éliminer, la construction d’un autre type de société, d’un autre type d’échange et de production.

 

Il faut toujours replacer le phénomène du stalinisme comme tout phénomène historique, y compris les mouvements de société dont les deux guerres mondiales ont été les déclencheurs au moins en partie, et dans la poursuite-transformation des mouvements précédents, le replacer dans un contexte.

 

Dans l’étude d’un tel contexte, on ne peut sérieusement que constater que les dogmatismes n’ont pas été que l’apanage « d’un camp », mais se sont nourris mutuellement entre eux, d’un « camp à l’autre », mutilant un processus qui pouvait donner à l’humanité un nouvel élan de développement des richesses « matérielles et morales », des solidarités « objectives et subjectives ».

 

D’ailleurs le développement a pourtant et malgré tout bien eu lieu, on le constate dans les capacités de l’humanité aujourd’hui, ce qui indique que mutilation n’est pas destruction généralisée.

 

Par contre l’on peut constater le retard que le subjectif a pris sur l’objectif, ce qui est un phénomène naturel de la pensée face au réel. Cependant le retard du premier sur le second, dans leurs développements particuliers, tout en se développant en interaction dialectique, en unité, prenant trop d’écart menace cette unité et par la même la vie, l’existence du processus de développement et provoque accroissement des douleurs sociales et particulières, et accroissement « d’inhumanité ».

 

Pour en revenir au Parti Communiste Français, l’on peut constater, comme pour toutes les forces sociales, et dans-parmi ces forces sociales « générales », une « baisse relative de conscience » du processus de mondialisation, ou tout simplement de pair un rapport de forces défavorable à une adaptation révolutionnaire à ce processus et par conséquent aux réponses à donner au développement de la société et aux douleurs qu’elle engendre.

 

Dans la période actuelle l’effort pour rattraper cette « baisse relative de conscience » ne porte pas suffisamment de  fruits pour parvenir à une influence qui transformerait qualitativement ce rapport de force. La chute du dit « socialisme réel » n’est pas une petite affaire, et ses conséquences comme ses causes dont nous venons d’énoncer brièvement les raisons subjectives pèsent sur l’état du monde et les conditions de ses subsistances, de leur production,  liées aux raisons objectives.

 

Le développement de la Chine, entre autre, montrent à la fois la vitalité du processus engendré par la révolution d’Octobre, ses prémices et ses avatars handicapant,  mais montre aussi évidemment ce décalage, l’écart trop grand entre « l’objectif » et le « subjectif », bien qu’elle soit une des zones du monde où s’enseigne le plus, plus ou moins bien, une dialectique (« de culture asiatique » cela va de soi), une économie politique marxiste etc. ce qui n’a pas l’heur d’intéresser, sauf exception, le reste du monde.

 

Certes le rôle des « appareils », des « dictatures rouges » pour employer un terme à la mode peu précis, ont eu un rôle dans le handicap dogmatique comme dans le handicap structuraliste, tout en insistant une fois de plus sur le fait que les dictatures de droite comme la dictature du capital de son mode d’échange et de la part aliénée croissante effectuée sur un travail humain pourtant en développement, ont eu le rôle essentiel, premier.

 

La pression du mouvement ouvrier, tel qu’il a vécu dans ses périodes de développement à la fois maximum et dogmatique a été, pourtant, paradoxalement un moteur dans le développement du monde tel qu’il est, dans ses capacités productrices nécessaires comme dans ses limites à la coopération nécessaire aussi.

 

Lorsqu’on lit le journal « L’humanité » (A diffuser le plus possible !) ou que l’on observe les orientations et l’action du PCF aujourd’hui, dans sa diversité, et ceci si l’on dépasse l’ostracisme dans lequel sont tenues ses idées, ses propositions et son action, l’on devrait constater l’avance qu’il détient, à mon sens,  sur le mouvement des autres forces politiques, dans le sens du rassemblement comme de son contenu, des relations qu’il établit avec les autres forces sociales.

 

Mais si la classe ouvrière n’a jamais été si nombreuse dans le monde, son poids en France et dans l’Europe en désindustrialisation relative ne peut que jouer en sa défaveur et en défaveur de l’influence qu’il pourrait avoir dans une transformation sociale nécessaire face à l’obsolescence de l’échange par capital interposé reconnue de plus en plus par une majorité d’acteurs politiques, sociaux, culturels.

 

Il faut ajouter que l’ostracisme n’est pas seulement le fait des grands médias au service du capital et ses gestionnaires. Elle est le fait d’une partie majoritaire du peuple de France encore entrainé dans une alliance avec ses exploiteurs, par les conditions d’emploi, d’activité, de vie en général que ceux-ci lui font à travers l’embauche, le salaire, les besoins de normes et de reconnaissance induite par des choix de société et de développement en crise d’obsolescence.

 

Ce type l’ostracisme, par la force des choses, le PCF se l’applique aussi, relativement à lui-même, dans ce rapport de forces défavorable. Cela montre que la question de deux orientations qui se sont développées, contradictoires et mutilantes, dogmatisme et structuralisme marquent encore son existence, au point qu’elle consiste encore plus qu’une actualité, une transmission d’héritage nécessaire mais double.

 

Mais l’avenir nait de l’héritage. L’ostracisme donne, à travers des positions et forces intermédiaires actuelles l’indication de  rupture d’ostracisme plus ou moins rapide. La crise nourrit ses remèdes.

 

Mais la dialectique est la vraie modernité des outils de choix humains, à travers les erreurs et hésitations et le « remède des remèdes », comme Elleinstein parlait de « Révolution des révolutions », à l’ostracisme des autres et de soi-même, au handicap du dogmatisme et du structuralisme.

 

A la crise systémique et ses conséquences "matérielles et morales", la crise de civilisation en relation dialectique, ne peut répondre en santé qu'une action pour une transformation systémique. La question philosophique est inséparable de la question économique. Donner au corps ses moyens de vivre ! Qui ne le comprend pas ne peut faire  "qu'un pas en avant, deux pas en arrière". Je crois.

 

Pierre Assante, 7 septembre 2014.

 

(*) Que l'on peut démontrer statistiquement et politiquement.

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Philosophie et politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche