Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 05:47

Copie de 8juin10 001Dialectique de la nature et Poésie, Praxis et Poïésis, Poïésis et Tecknè. Négation de la  négation, encore. C’est notre clef et la seule.

 

L’optimisme, ce n’est pas nier les moments durs, les bouleversements à venir, la vie activité humaine en tant que drame et seulement en tant que drame. C’est penser les possibilités pour l’humanité de les surmonter, de dénouer le drame vers le nouveau. Ce qui n’exclut pas la peur, ni le courage, mais une peur non paralysante si possible. C’est de l’espérance active.

 

La crise c’est la négation. La surmonter, son dépassement dans un nouveau mode de production, c’est la négation de la  négation. La conscience qui s’arrête à la négation est une conscience réduite, limitée, mutilée, vulgaire. C’est pourtant celle que la société de classe, depuis qu’elle existe, nous enseigne partout, dans toutes les activités, à bout de champ.

 

La crise c’est la négation. L’optimisme c’est la négation de la  négation en tant que pré-apparaître du neuf, du « front du  novum » vers un « novum, négation de la  négation réalisée ».

 

La naissance de la plante ne détruit pas le fruit, ni les contradictions qui l’habitent, elle les transforme en continuité. La plante contient le fruit passé et à venir et il n’y a pas égalité entre les deux, au sens que rien n’est semblable. Contradiction des contradictions !

 

Les forces contradictoires qui travaillent le fruit le détruisent et s’auto détruisent au sens où les objets « tangibles et idéels » n’existent plus dans leurs états précédents. C’est aussi le sens de ce qui se passe dans ces objets que sont les normes de travail antécédentes et nouvelles, les jugements de valeur antécédents et nouveaux, les forces productives antécédentes et nouvelles, l’humanité antécédente et nouvelle, sa conscience et les consciences qu’elle contient antécédentes et nouvelles.

 

Et les techniques antécédentes et nouvelles de production des biens « matériels et moraux » nécessaires à la vie humaine. Qu’est-ce qui est détruit et que reste-il dans la transformation des objets tangibles de la production humaine, dans le processus de ses transformations ? Chaque objet tangible produit et producteur, exposé sous vos yeux, contient son histoire au même titre que la personne humaine, dès l’origine de la transformation de la nature par le travail, et avant, dans les ressources naturelles de la nature, son histoire et donc toute la culture humaine qu’elle contient, « concrète et abstraite »,  sous toutes ses formes, dans leur unité en mouvement.

 

Pierre Assante, 30 octobre 2012

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

29 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche