Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 09:29

pierre-assante.gifSUR Le double mouvement de parcellisation et de commun, dans le système producteur-produtif *, les mentalités qui en sont issues et leurs autonomies relatives.

 

La prise de pouvoir par la classe bourgeoise dans une partie du monde des XVIII° - XIX° siècle a permis à cette dernière de développer son mode de production (1) et les forces productives jusqu’à les généraliser dans la mondialisation-informationnalisation de la production, des échanges, des gestions, des politiques nationales et mondiales, des spéculations financières elles aussi mondialisées, liées au système.

 

C’est, contradictoirement sinon paradoxalement en s’appuyant sur le développement des forces productrices dominées par une classe exploiteuse, et sur les besoins en consommateurs du marché, que la classe ouvrière productrice, et les autres couches dominées (2) dans le système, ont pu par leurs luttes s’approprier une part des nouvelles capacités productrices humaines.

 

Sur le plan des mentalités, cette révolution économico-politique a eu un double effet :

 

(a)  Une émancipation de croyances figées à travers les siècles, une avancée générales de connaissances nouvelles en développement, la capacité, à l’image de la bourgeoisie de s’organiser individuellement dans sa vie et dans les limites imposées par le système évidemment.

 

(b)  Mais cette émancipation a son revers de médaille. Au fur et à mesure que les forces productrices et le système productif de plus-value se développent, c’est l’organisation en commun du travail producteur des biens nécessaires à la vie humaine, sa parcellisation et surtout l’écart croissant entre l’organisation collective croissante et l’autonomie relative croissante entre les individus dans leurs poste de travail (3) qui se développent.

 

Dans ce double mouvement de parcellisation et de commun, c’est le commun qui disparaît relativement, objectivement et subjectivement, malgré et à cause de leur croissance respective (c’est le sens de l’adverbe « relativement » de cette phrase). Cette disparition relative connaît une accélération liée au paroxysme du développement des lois du système, leur rigidification-dissolution (4) dans le développement accéléré et terminal du système.

 

Le double mouvement créateur-destructeur de commun, de commun objectif et subjectif, issu des contradictions du système social, est à la fois lourd de menaces des incapacités à surmonter les contradictions et de les résoudre, ET porteur d’espoir de transformation du système dans un système nouveau surmontant ces contradictions, par l’action des victimes du paroxysme du système.

 

J’en finis, à l’instar de Berlinguer, par là : il s’agit de passer, objectivement et subjectivement de la démocratie restreinte, dont nous défendons toutes les avancées, malgré leurs limites, à la démocratie de l’homme producteur des biens « matériels et moraux dans leur unité » nécessaires à l’humanité, du « que, quoi et comment produire », du "produire commun" (5).

 

Cette dichotomie du travail n’empêche pas le travailleur d’exister en tant que producteur de valeurs d’usages, en tant que création d’activité humaine auto-créatrice d’humanité (6), mais induit un type de maladie de la production qui est propre au système capitaliste. Maladie qui ressemble à celle de l’Empire Romain à un niveau supérieur de développement objectif et subjectif des forces productrices et de leur rapport écologique au monde.

 

Pierre Assante, lundi 16 février 2015

 

(*) Producteur en tant de créateur de produits, productifs en tant que créateur de plus value.

 

(1) L’accumulation du capital par la plus value (partie non payé au travail humain transformateur-créateur de produits), dans l’échange « Argent-Marchandise-Argent plus ».

 

(2) Ouvriers, employés, enseignants et chercheurs, petits paysans propriétaires, petites professions libérales, petits commerçants…bloc historique au sens gramscien et non à son sens dévoyé fourre-tout...).

 

(3) Poste de travail ouvrier dans l’industrie informationnalisée et mondialisée en premier lieu, mais aussi dans la gestion, l’échange, la recherche, même si paradoxalement, mais « naturellement » il  a un double mouvement d’autonomie et de commun…

 

(4) Rigidification-dissolution inhérente à toute transition d’un système social à un autre, transition dans laquelle co-habitent puissamment l’ancien et le nouveau.

 

(5) La recherche paradoxale du commun en dehors du travail, dans les rapports festifs par exemple, etc., ce qui est agréable et utile en soi et pour soi, outre la parcellisation-séparation du travailleur, reflète l’indifférence du capital vis-à-vis de la valeur d’usage, c'est-à-dire, peu importe pour ce capital ce que l’on fait concrètement de son cerveau et de ses muscles, peu importe l’activité humaine, mais importe pour ce capital le profit qu’on en tire en matière d’accumulation de capital.

 

(6) Yves Schwartz en fait la démonstration, dans « Expérience et connaissance du travail », entre autres de ses ouvrages, présenté dans ce blog à plusieurs reprises 

 

*******

 

Sur le blog de l'Elue M.F. Palloix: https://corvasce.wordpress.com/2015/02/15/une-nouvelle-politique/

 

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et philosophie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche