Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 20:56

nelli.jpgtrobadors, pétrarque, matriarcat

 

dans le rapport à la femme, les trobadors ont exprimé bien plus que ce qui s’entend.

les conditions dans laquelle les trobadors ont créé sont sans doute une des situations les plus exceptionnelles que l’humanité ait connu dans son histoire.

l’équilibre des pouvoirs dû à leur multiplicité, à l’éloignement des centres de répression et de normalisation, l’héritage tel qu’il s’est développé et est reçu au moment et au lieu des trobadors, son autonomie relative mais bien plus grande qu’ailleurs, sont sans doute la raison de cette exceptionnalité

pétrarque, lui-même, aussi loin qu’il ait mûri la forme et l’expression de l’amour est beaucoup plus marqué par une re-normalisation ; ce qui rend sa pensée si créative c’est qu’il crée lui même sa propre normalisation à laquelle  tant de créateurs vont se conformer par la suite, perdant certainement une partie de l’expression au profit d’un raffinement-complexification de cette normalisation : on ajoute de la décoration, puis on en retranche, on élague pour plus d’harmonie, on fait du rococo et on le fignole

 

le rapport trobadoresque à la femme, complexe et fort varié, n’est pas normalisé malgré une apparente uniformité, inclut à la fois le rapport à la mère et un  rapport messianique dépassé qui n’a pas peur des contradictions de la réalité

 

dans notre norme, le sentiment de fusion maternelle perdu est recherché dans l’exposé au père et le compte-rendu au modèle paternel. ce que l’on a appris et conquis dans la séparation, on l’échange dans la poursuite du  rapport « paternel », dans le rapport social. c’est très clair dans la culture provençale récente ou dans la kabile vue par Bourdieu et dans tant d’autres, même dans celle de nos cadres de direction modernes malgré les apparences. contradictoirement,  la mère est en partie exclue de cet échange du fait du patriarcat.

 

cette mutilation maternelle devient une mutilation féminine et cette mutilation féminine devient une mutilation sociale.

le rapport trobadoresque à la femme, s’il n’échappe pas à cette mutilation, la conteste fortement jusqu’à en effacer l’essentiel : ce que nous ressentons dans une séparation associale, une séparation qui se prétend sans retour parce qu’elle place l’individu dans une situation de conflit symboliquement « à sens unique ». La douleur du trobador est bien réelle mais elle ne clôt ni l’attente ni la communion

 

pour pétrarque et les trobadors, le bonheur c’est

 

transformer l’absence en présence

la douleur en richesse humaine

pour rendre fécond le moment où l’on  croise

cet autre croisement des choses qui fait

le simple évènement

 

trobairitz-Ac.Poet-jpgla mort de la mère que pétrarque jeune exprime à la façon d’un veuf, sa fusion de l’érotisme et du « divin » de son age adulte, ont bien un fort appel au résidu matriarcal

ce n’est pas seulement être femme qui rend mère

ce n’est pas seulement être mère qui rend mère

il y a aussi des conditions sociales nécessaires

 

toutes proportions gardées et comparaison relativisée, le rapport de pétrarque à la « langue et expression vulgaire » pourrait devenir celui de Pagnol à son père qui fait d’une moquerie gentille du vulgaire à la fois une critique méprisante et un portrait intéressant et prenant. mais ce qui est fondamentalement opposé à cela chez pétrarque c’est que sa jouïssance n’est attaquée que par une dichotomie qu’il maîtrise : il aime cette culture vulgaire qui est une avec son amour féminin et son mépris n’en est pas un ; c’est une façade par rapport à l’ordre établi qui le nourrit et qu’il domine par sa capacité de séparation ; un exemple de dichotomie à effet inverse instructif vis-à-vis des dogmatismes

 

la recherche du profit privé généralisée, c'est-à-dire l’éloignement maximun de la fusion humaine

s’oppose à la fonction maternelle dans la société

elle crée les conditions de l’oubli de la fusion maternelle

et des sentiments humains qui en sont issus

 

et bien sûr s’oppose aussi à la séparation nécessaire à la création

à la poïésis sur laquelle repose l’activité humaine

 

le refoulement de la fonction maternelle est la cause essentielle

de la barbarie au sens négatif

 

les trobadors dé-normalisent, mais dans leur re-normalisation, s’appuyant sur les résidus et une renaissance du matriarcat, n’atteignent pas le stade institutionnel. qui peut donner un exemple équivalent ? il y en a certainement peu

 

pierrot assante jeudi 5 août 2004

 

les trobadors c’est une pré-renaissance, le mariage chevaleresque féminin et masculin avec la montée de la liberté bourgeoise dans un mode de production en pré-transformation et dans des conditions précoces, marginales, furtives, dans un substrat exceptionnellement riche . Quel mariage, quelle progéniture et quelle descendance ! Bèutat e Paratge.

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche