Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 08:01
Candidature Présidentielles : " DE L'AUDACE, ENCORE DE L'AUDACE...." Contribution rédigée par Yves Dimicoli, Denis Durand (membre du conseil national du PCF), Didier Le Reste (membre du conseil national du PCF), Nicolas Marchand.

.

Déjà Mis en ligne une première fois sur ce blog le 22/09/2016

.

DE L'AUDACE, ENCORE DE L'AUDACE...

.

Contribution rédigée par Yves Dimicoli, Denis Durand (membre du conseil national du PCF), Didier Le Reste (membre du conseil national du PCF), Nicolas Marchand

.

En se prononçant, en juin dernier, pour un processus de rassemblement pour l'élection présidentielle, notre 37eme Congrès a décidé ceci :

.

« Les communistes travaillent pleinement à un tel processus et à y engager un-e candidat-e pour y mettre en débat nos idées et y porter notre conception du rassemblement ».

.

On a déjà beaucoup tardé à appliquer cette décision. Il est maintenant urgent d'ouvrir le processus démocratique de choix du représentant du PCF.

Voyons la réalité en face : depuis plusieurs mois, notre parti multiplie les appels pour ouvrir la voie de la définition d'un socle programmatique commun vers une candidature commune à gauche, alternative à celle de F. Hollande ou de l'un de ses clones. Pierre Laurent a réitéré cet appel avec insistance pendant la Fête de l'Humanité, en présence des forces concernées. Mais au lendemain de la Fête, chacun s'étant exprimé, force est de constater que la situation est bloquée.

Dans le débat public, en matière de propositions susceptibles de répondre aux attentes populaires, on est très loin de ce qui est nécessaire face à la gravité de la situation sociale, écologique, économique et financière.

Le doute sur les promesses politiques, d'où qu'elles viennent, est énorme. Il y a une exigence de radicalité, de faisabilité et de cohérence, vis-à-vis de laquelle les sondages montrent qu'aucun candidat ne passe la rampe. L’entrée d’un-e candidat-e communiste, à disposition du rassemblement et de la gauche, permettrait d’élever le débat de propositions, pour un projet à la hauteur des urgences face à la crise systémique et de civilisation, un projet capable par son audace et sa crédibilité de remobiliser le peuple de gauche dans sa diversité, un projet en phase avec le besoin d’alternative manifestée par le mouvement social.

Il s'agit d'avancer sur des propositions précises et cohérentes.

Un socle partagé ne peut se limiter au plus petit dénominateur commun. Constater des convergences ne suffit pas, surtout si elles ne concernent que des thématiques générales sans traduction dans des dispositifs opérationnels concrets, jusqu'aux indispensables moyens nouveaux de financement. C'est la question sur laquelle ont buté toutes les expériences de gauche. En l'état, c'est ce qui manque pour transformer les convergences existantes en levier de rassemblement capable de faire le poids face à la puissance des marchés, mais aussi face à la force que pourrait donner au candidat Hollande la peur d'un second tour entre la droite et l'extrême-droite.

Il y a besoin du PCF pour apporter des propositions précises à débattre, particulièrement pour des pouvoirs citoyens sur les banques, l'euro et la BCE, les finances publiques et les entreprises, pour un très grand essor de l'emploi et des services publics, pour une production industrielle et de services ambitieuse, répondant aux exigences sociales, écologiques, de maîtrise nationale et de coopération internationale.

Notre initiative « Que demande le peuple ? » est un point d 'appui utile. Il faut la prolonger d'une grande campagne de propositions, en prise sur l'actualité et les luttes : pour cela, il nous faut un candidat.

Le chantier de la construction d'une candidature commune alternative à gauche est enrayé par ce qui fonctionne, en fait, comme un couple de forces bloquant le processus :

  • d'un côté, JL Mélenchon récuse toute idée de candidature commune ; il prend ainsi la responsabilité de la division, en rompant avec le Front de gauche. Il n'hésite pas à se réclamer du programme l'Humain d'abord, alors qu'il récuse les dispositions précises qui en font la radicalité, et poursuit une dérive nationale-populiste, qu'il serait impossible aux communistes de soutenir. La faiblesse et l’ambiguïté de ses propositions, corollaire de sa volonté de jouer sur les mécontentements, et son discours violemment anti-PS s'avèrent un repoussoir pour la grande masse des électeurs socialistes désespérés par Hollande, et contribue ainsi, en pratique, à alimenter l'abstention ou à faire grandir la crédibilité de Le Pen ;
  • de l'autre, F. Hollande peut alors espérer compter, le jour venu, sur un renfort de ces électeurs de gauche en déshérence face au risque d'un second tour se jouant entre la droite et son extrême.

La multiplication des candidatures à gauche exprime, au-delà de la compétition des « ego », le refus d’un tel blocage. Mais elle accentue l’impuissance à le lever.

Le pire, face à cela, serait de renoncer. D'où la nécessité que le PCF, qui a démontré sa disponibilité pour ne pas en rajouter à ce paysage si fragmenté, fasse avancer le débat d'idées en l'incarnant, sans tarder, dans une personnalité et des propositions à la disposition de la recherche d'une candidature commune.

Le temps presse. Alors que les candidats développent leur campagne, présentent leurs propositions, bénéficient de toute l'attention médiatique, on entend très peu la voix et les propositions d'un parti qui n'a pas de candidat. Cela accrédite l'idée que le parti communiste est voué à s'effacer en se ralliant à l'un ou l'autre des candidats. L'attentisme ne peut que nourrir cette situation dangereuse dont les conséquences seraient lourdes aux législatives, pour le mouvement social, comme pour le PCF et son existence si nécessaire, bien au-delà de 2017. La responsabilité de la direction du PCF est grande pour ne pas enfermer le parti dans cette situation, ne pas laisser s'installer le défaitisme ou la résignation.

On ne débloquera pas la situation en retardant sans cesse le moment de s'engager dans la campagne avec nos idées marquées par l’Humain d’abord, et un candidat pour les porter. Le candidat du PCF ne sera pas « un candidat de plus », il sera un candidat pas comme les autres : sa campagne donnera de l'écho, indissociablement de son objectif unitaire, à des propositions novatrices, radicales et réalistes. Elle pourra ainsi marquer le contenu d'un socle commun suffisamment cohérent, condition d'une candidature commune qu'il s'agira de continuer à favoriser dans les mois qui viennent. Et quoiqu'il arrive, elle sera utile pour l'avenir.

Dans cette période troublée, incertaine, propice au désarroi faute de perspective de progrès, l'heure est à l'audace politique qui a permis d'écrire les meilleures pages de l'histoire du PCF et de notre pays.

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 10:54
***F.Boccara***
***F.Boccara***

.

Est-il possible de remettre en cause la « doxa » libérale ?

Pour des avancées nouvelles des idées et des luttes

.

par Frédéric Boccara, Docteur en sciences économiques .

Membre de l’exécutif national du PCF, Economiste atterré.

Membre du conseil économique, social et environnemental

.

La question se pose après la publication du livre de Cahuc et Zylberberg (C&Z) qui traite de « négationnistes » les économistes atterrés, la CGT et le PCF tandis que les médias dominants ne brillent pas par leur pluralisme d’analyse économique. Et les travaux de l’AFEP ont montré que la diversité du recrutement des économistes était menacée à l’Université.

.

Cette situation ne date pas d’aujourd’hui. Elle s’exacerbe. Mais l’unilatéralisme des médias choque de plus en plus. D’où le succès populaire des atterrés, militants et économistes, qui inquiète évidemment l’establishment.

Ce dernier préfèrerait que le mouvement social, le débat politique d’alternatives, à défaut de partager la « doxa » libérale, rejette d’un revers de manche toute pensée économique, tout effort de rigueur construite reliant théorie, faits et pratique ; et sombre dans le populisme. Mais se manifeste une envie de « comprendre pour accomplir » (H. Jourdain, syndicaliste de l’aéronautique et communiste). Les pensées hétérodoxes considèrent l’économie comme une science sociale et la société dans sa dimension historique. Diverse, l’hétérodoxie va de Marx à Keynes et Schumpeter, en passant par Veblen et bien d’autres. Liée aux luttes et à la créativité sociale, elle a participé de façon décisive à la sortie de la crise à la Libération et a modelé le courant révolutionnaire réaliste qui a permis en France cette issue.

L’appel de C&Z à l’épuration est inadmissible et dangereux. Mais il choque largement.

Les apories de C&Z sur la méthode ont été relevées : comment prétendre isoler un seul facteur parmi de multiples autres pour identifier un seul effet dont il serait la cause unique, en repérant des personnes totalement interchangeables ? C’est réduire la société au marché, avec des individus indépendants, et mettre de côté institutions, représentations etc. L’hétérodoxie a en commun de penser que le marché n’est pas indépassable. C’est très différent de l’amendement libéral-réaliste du marché par l’Etat son complément. L’hétérodoxie a en commun d’admettre la possibilité de crises venues de l’intérieur du système (« endogènes »). Alors que C&Z nous disent que les capitaux ne peuvent pas exiger une rentabilité excessive et folle, car sinon « la finance » s’en apercevrait à l’avance ! Le marché financier est donc omniscient ? Fausse évidence, que de se baser pour cela sur le fait qu’une ou deux années de récession sur 40 ans serait un pourcentage négligeable. Pour C&Z les entreprises n’auraient qu’un seul coût celui du travail. Est-ce scientifique d’avoir des hypothèses si loin du réel ? ! Leur base est une théorie précise, néo-classique, dans laquelle le capital produit seul sa valeur et le travail produirait seul la sienne. Incontestable ?

.

Cela ne doit pas masquer le besoin de dépasser le dualisme entre doxa libérale et keynésianisme traditionnel. Particulièrement face au monde nouveau et aux défis de la crise systémique radicale. Les avancées marxistes sont au cœur de cela, avec l’équipe d’Economie & Politique et les travaux de Paul Boccara. Refoulées et méconnues, leur diffusion s’est resserrée au fur et à mesure que montait le tournant droitier du PS et le rejet du marxisme vivant jusqu’au PCF, alors que dans les années 1970, elles jouaient un rôle pivot en lien avec leur explication, toujours actuelle, de la crise. Méconnues elles marquent pourtant jusqu’au vocabulaire sur la « sécurisation » de l’emploi !

.

Quelques enjeux : comment dépasser le marché du travail par une sécurité mobile d’emploi ou de formation ? l’intervention publique quelle qu’elle soit, même pour sauver les profits ? Dépasser l’opposition entre stimulation de la demande et « économie de l’offre », en articulant stimulation de la demande et autre offre. Limiter la norme financière et encadrer le taux de profit ou avancer vers de nouveaux critères de gestion des entreprises. Ne voir dans les salariés que des consommateurs potentiels par leurs salaires ou un élément-clé de l’efficacité de l’offre ? Ignorer la spécificité des services publics, de la protection sociale et des communs ? Réduire la monnaie à une quantité d’argent créée ou s’intéresser à sa destination (placements financiers versus production réelle), et donc ne pas la dissocier du conflit sur son but (être du capital ou pas) et des institutions qui la créent – banques, banques centrales – de leur règles. Ignorer la spécificité de la révolution technologique informationnelle actuelle ? Libre-échangisme versus contrôle des frontières ou quelles institutions internationale de maîtrise des échanges pour les biens communs ?

.

Frédéric Boccara

Docteur en sciences économiques

Membre de l’exécutif national du PCF

Economiste atterré

Membre du conseil économique, social et environnemental

.

Cet article a été publié dans l'Humanité du 26 septembre 2016 dans le cadre d'un débat sur 2 pages avec plusieurs autres économistes :

http://pierreassante.fr/dossier/Huma-Debat.jpg​

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 11:24
************VIDEO : CLIQUER CI-DESSUS************
************VIDEO : CLIQUER CI-DESSUS************

.

.

.

.

Video ET Pétition, Claude JORDA : ALTEO pour une production respectueuse de notre environnement.

.

.

.

.

.

.

La Vidéo

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=pRyC4CrXacE

.

La pétition

https://www.change.org/p/alteo-pour-une-production-respectueuse-de-notre-environnement

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 07:31
SUR L’AFFAIRE SOCIETE GENERALE/KERVIEL.  Comprendre le rapport Justice/Système social et ses contradictions à résoudre.

.

SUR L’AFFAIRE SOCIETE GENERALE/KERVIEL.

Comprendre le rapport Justice/Système social et ses contradictions à résoudre.

.

Mais, souligne la cour, « quelles que soient la ruse et la détermination de l’auteur des faits, ou la sophistication des procédés employés, un tel préjudice n’aurait pas pu être atteint sans le caractère éminemment lacunaire des systèmes de contrôle de la Société générale, qui ont généré un degré de vulnérabilité élevé. »

« Cette organisation défaillante et cette accumulation de manquements, poursuit l’arrêt de la cour, ont permis la commission des délits et retardé leur détection. » Ils ont également « eu un rôle causal essentiel dans la survenance et le développement du préjudice jusqu’à un seuil critique. C’est ainsi qu’a pu se créer une situation en tout point exceptionnelle, à la fois par l’ampleur du dommage et par les risques qu’elle a fait peser sur l’ensemble de l’économie. »

« Dès lors, conclut l’arrêt, si les fautes pénales commises par Jérôme Kerviel ont directement concouru à la production du dommage subi par la Société générale, les fautes multiples commises par la banque ont eu un rôle majeur et déterminant dans le processus causal du très important préjudice qui en a découlé pour elle. »

.
Trader est-il illégal ?

.

Les économistes qui depuis Adam Smith et Ricardo ont étudié au XVIIIème siècle et jusqu’à aujourd’hui le capital pour le compte du système capitaliste et ses hommes, ont appelé capital productif celui qui permet dans un investissement d’obtenir plus d’argent qu’on en a investi. Un cadre législatif mouvant a été établi, dans la société marchande et de droit pour apprécier les limites dans lesquelles peuvent s’exercer l’activité spéculative comme toutes les autres activités humaines.

.

Cette productivité du capital n’est donc pas le produit d’une production particulière concrète, mais indifféremment le produit d’une spéculation faite sur une production matérielle concrète et-ou une opération financière spéculative n’ayant pas comme base une production concrète de biens.

.

En dernière instance, en dernier ressort, la spéculation ne pourrait exister sans une base de production de biens matériels et les services nécessaires qui permettent cette production de biens matériels.

.

Mais l’existence de cette base de production des biens matériels n’est pas la préoccupation du capitaliste, du petit épargnant pauvre qui place 10 € à la caisse d’épargne populaire jusqu'aux vrais et grands capitalistes, ceux qui gèrent dans leur intérêt global un ou plusieurs monopoles industriel et-ou financier et leurs ramifications dans leur imbrication industrialo-financière. Ce qui intéresse, c’est combien cela va rapporter…

.

Pour en revenir à l’usage productif d’un capital non producteur direct de bien, on comprend facilement que la spéculation et l’argent tiré de cette spéculation s’il peut être considéré comme illégitime, n’est en rien illégal dans la législation d’une société capitaliste, d’un Etat capitaliste, d’un monde capitaliste.

.

Alors pourquoi juger responsable une banque ou un trader donc la spéculation a échoué ? Question absurde qui supposerait que la loi est « juste » alors qu’elle est faite pour le « meilleur » fonctionnement possible du capital (1).

.

Certes, la justice, comme toute activité humaine, dans un système capitaliste est pénétrée d’une double contradiction : celle de permettre à la société de se reproduire et celle du capital de se reproduire avec la société. La contradiction entre la SATISFACTION DES BESOINS HUMAINS ET LA SATISFACTION DES BESOINS DU CAPITAL , voilà bien ce qui crée la crise de production des biens nécessaires à la vie humaine et de reproduction de la société et la crise de la justice dans cette reproduction de la société laquelle ne peut survivre et vivre sans la reproduction élargie, développée, complexifiée des biens nécessaires à la vie humaine.

.

En outre, dans l’affaire Société Générale/Jérôme Kerviel, ce qui est intervenu essentiellement dans l’échec de l’opération du trader, c’est la crise financière de 2008 dans une étape de la crise générale du capitalisme, de la production capitaliste, qui a placé le capital dans l’impossibilité du moment de tirer globalement plus d’argent que l’argent investi, c'est-à-dire mis le capital, pendant toute la crise dans l’incapacité d’opérer une spéculation productive de capital, avec les inégalités des opérations, certaines continuant de produire plus ou moins de capital au détriment de celles qui en ont perdu.

.

La spéculation étant donc tout à fait légale, le travail du trader tout à fait légal, en quoi un tribunal peut trouver volontairement responsable et donc coupable une partie ou une autre dans une opération de spéculation légale ?

.

Ce n’est pas la première fois dans la société capitaliste que la justice se trouve confrontée à devoir juger financièrement une activité légale illégitime. Il fut un temps où la morale du capital faisant pression sur le spéculateur ruiné consistait à exiger du spéculateur la mort, c'est-à-dire le suicide.

.

Nous n’en sommes plus là, enfin pour le moment, la justice du capital ayant développé des palliatifs à ses contradictions, alors que ses contradictions, avec le développement du capital mondialisé, numériquement informationnalisé, n’ont fait que grandir immensément et que la crise productive est devenu une crise mondiale de la production quantitative et qualitative nécessaire à la vie humaine, dont les crises écologique, ergologique, anthroponymique sont des parts unies dans l’ensemble de la crise, terrifiantes pour l’avenir de l’humanité.

.

Le parcours de Jérôme Kerviel est exemplaire d’une prise de conscience d’une personne sur une activité du capital, le rôle qu’elle y a joué légalement dans le cadre du travail pour lequel elle a été employée et les contradictions dans lesquelles l’activité capitaliste se joue. Jusqu’où ira cette prise de conscience qui ne concerne pas que Jérôme Kerviel mais tout un chacun dans cette société qu’il faut guérir de l’échange Argent-Marchandise-Argent’ plus mortellement malade, la suraccumulation-dévalorisation du capital liée à cet échange.

.

La prise conscience peut déboucher sur une prise de position gauchiste, c'est-à-dire sur l’impatience et une volonté inefficaces de transformer la société capitaliste sans créer les conditions de son évolution vers son dépassement-abolition.

.

Ce n’est que par le développement de la société capitaliste, tout en combattant ses effets négatifs pour le développement humain et en trouvant et appliquant des remèdes aux causes de ces effets négatifs qu’on la dépassera dans une société en santé humaine. La NEP de 1921 volontairement avortée où la Réforme réussie de Deng Xiaoping et ses successeurs en sont des étapes, mais des étapes comportant toujours des contradictions et des crises plus ou moins dramatiques, plus ou moins criminelles, comme toute activité humaine mettant en jeu des intérêts fortement contradictoires si on considère le mouvement de la société dans son ensemble

.

Dans les étapes de ce dépassement, la maîtrise populaire, politique et juridique de l’usage du système financier et monétaire en Europe et dans le monde sous l’impulsion d’un grand mouvement populaire dans ce sens, et à travers la recherche de sécurité d’emploi et de formation assurant la stabilité relative mais suffisante de la personne dans celle de la société, cette maîtrise est essentielle.

.

Dit sous une autre forme, il s’agit de la maîtrise du mouvement du capital "redevenant" à partir des possibilités et réalités déjà existantes, relativement, provisoirement et artificiellement par volonté politique, mais évidemment non vraiment, "mesure pure", idéale, d’échange stricto sensu, en attendant une transformation qualitative radicale du mode d’échange et de production en qualité et en abondance dans un processus que ce processus de maîtrise initialisera, en assurant mieux l’investissement dans les activités nécessaires aux besoins humains d’existence et de développement. (ouf !)

.

C’est ni plus ni moins un processus à la fois « socialement naturel » et « forcé » tout en respectant les rythmes possibles consentis des personnes productrices et des peuples producteurs, de sortie progressive et radicale du système et de son principe d’échange Argent-Marchandise-Argent’ plus qui a permis un temps le développement de la productivité et de la production nécessaire à la vie humaine, et qui est arrivé à terme au paroxysme et à obsolescence et au besoin d’un autre type de développement et de civilisation, en quantité et en qualité.

.

C’est un saut social dans la continuité sociale, en qualité et en santé, qui comme tout saut social fait appel à la volonté sociale, mélange d’effort et d’habitude, de dé normalisation de l’état antécédent - re normalisation dans l’état nouveau, états micros et macro, qui dépasse l’état présent d’une mentalité et l’état présent de la société.

.

Pierre Assante, 24 septembre 2016.

.

(1) Comprendre les cas de duplicité morale et juridique des classes dominantes dans l'histoire :

"....Admettons que, dans la manière de concevoir la marche de l'histoire, on détache les idées de la classe dominante de cette classe dominante elle-même et qu'on en fasse une entité. Mettons qu'on s'en tienne au fait que telles ou telles idées ont dominé à telle époque, sans s'inquiéter des conditions de la production ni des producteurs de ces idées, en faisant donc abstraction des individus et des circonstances mondiales qui sont à la base de ces idées. On pourra alors dire, par exemple, qu'au temps où l'aristocratie régnait, c'était le règne des concepts d'honneur, de fidélité, etc., et qu'au temps où régnait la bourgeoisie, c'était le règne des concepts de liberté, d'égalité, etc. Ces “concepts dominants” auront une forme d'autant plus générale et généralisée que la classe dominante est davantage contrainte à présenter ses intérêts comme étant l'intérêt de tous les membres de la société. En moyenne, la classe dominante elle même se représente que ce sont ses concepts qui règnent et ne les distingue des idées dominantes des époques antérieures qu'en les présentant comme des vérités éternelles. C'est ce que s'imagine la classe dominante elle-même dans son ensemble. Cette conception de l'histoire commune à tous les historiens, tout spécialement depuis le XVIII° siècle, se heurtera nécessairement à ce phénomène que les pensées régnantes seront de plus en plus abstraites, c'est-à-dire qu'elles affectent de plus en plus la forme de l'universalité. En effet, chaque nouvelle classe qui prend la place de celle qui dominait avant elle est obligée, ne fût-ce que pour parvenir à ses fins, de représenter son intérêt comme l'intérêt commun de tous les membres de la société ou, pour exprimer les choses sur le plan des idées : cette classe est obligée de donner à ses pensées la forme de l'universalité, de les représenter comme étant les seules raisonnables, les seules universellement valables...."

L'idéologie allemande, Marx et Engels.

.

P.S. Les répétitions de mots sont volontaires, les phrases tarabiscotées non....

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 22:39
Pierre IVORRA : La vraie gauche a besoin d’Europe.

.

La vraie gauche a besoin d’Europe

.

Tout en essayant de donner le sentiment de ne pas y toucher, nos libéraux et sociaux-libéraux européens sont en train de faire imploser la construction européenne. En nourrissant le chômage, la précarité, en ruinant les protections sociales, en minant les services publics, en affaiblissant le tissu industriel, en monopolisant les ressources des banques en faveur de la croissance financière des capitaux, en pratiquant des politiques discriminatoires et souvent xénophobes, en muselant l’expression populaire ils nourrissent un peu partout les réactions de rejet. Ils favorisent la montée en puissance de la droite extrême et de néofascistes dans nombre de pays.

Déjà, le Royaume-Uni a pris la porte de sortie et l’on ne peut exclure d’en rester là. D’autres pays, en Europe centrale et de l’Est notamment, prennent des mesures en totale contradiction avec les principes européens fondateurs, notamment en érigeant des barrières contre les réfugiés.

Les politiques mises en œuvre par les chefs d’Etat et de gouvernement alimentent dans chacun des pays membres et entre eux, dans les périphéries de l’Union également, des germes d’affrontements économiques, sociaux et même militaires. Il suffit de se rappeler ce qui s’est passé dans l’ex-Yougoslavie ou ce qui a lieu actuellement en Ukraine. En Allemagne, certaines forces, y compris au sein des partis au pouvoir et pas seulement à l’extrême droite, caressent le rêve d’une construction européenne délestée de son flanc sud, repliée autour des konzerns, redevenue pleinement une zone mark.

Dans un tel contexte, on mesure l’urgence d’une relance de l’Europe sur de tout autres bases. On peut même penser que l’on ne reconstruira pas la gauche en France autour de propositions de transformation apportant des réponses efficaces aux difficultés des salariés et des populations sans élaborer un projet commun de reconstruction de l’Europe. Cette rénovation de la maison commune est une nécessité pour la France. Au sein de l’Union, pour que les rattrapages puissent se faire, il faut rééquilibrer les relations entre les pays membres et la puissante Allemagne, entre le nord et le sud, entre la France et certains de ses voisins.

L’on a aussi besoin d’une Europe rénovée si l’on veut s’émanciper enfin de la domination des multinationales des Etats-Unis, coopérer de manière efficace avec la Chine et les pays émergents, aider le sud à rattraper ses retards. On ne peut avoir pour seule ambition de taxer Google, l’Europe, et la France avec, doivent œuvrer en faveur d’une maîtrise partagée, sociale, solidaire et écologique des nouvelles technologies.

.

Pierre IVORRA. L'humanité, 21 septembre 2016.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 14:42
ÉLECTIONS, CRISE, THÉORIE ET PRATIQUE, SOUVERAINISME.  MARXISME ENCORE.  Sur la mise aux fers du matérialisme dialectique et de l’économie politique marxisteS.

ÉLECTIONS, CRISE, THÉ​ORIE ET PRATIQUE, SOUVERAINISME.

MARXISME ENCORE.

Sur la mise aux fers du matérialisme dialectique et de l’économie politique marxisteS

Comprendre un processus social est essentiel pour trouver une voie capable de satisfaire les besoins de vie et de développement humain.

.

Le souverainisme caché et-ou honteux prêt à resurgir à gauche pendant ou après les élections, et avec le soutien électoral éventuellement obtenu, on a compris, si on veut bien y réfléchir qu’il est sans issue.

L’exemple de la Grèce et d’autres en Europe et ailleurs qu’en Europe, a montré que face aux monopoles mondiaux, la BCE à leur service, la commission européenne idem, c’est d’une autre politique de l’Europe en tant que zone mondiale de développement et d’échange que nous avons besoin, c’est cela qui ouvrirait des possibilités et rien d’autre.

Maitriser politiquement le crédit, la création monétaire, les institutions financières pour les arracher des mains de la classe dominante est la tache du jour ouvrant la voie à une autre société, une autre civilisation du partage et l’abondance dans le respect de notre « maison nature ».

.

Le souverainisme est un retour absurde parce qu’impossible, à 50 ans et plus en arrière au temps encore des marché nationaux, organisés nationalement par les monopoles sous le pouvoir gaulliste, dont nous pouvons avoir la nostalgie (pas moi) mais qui est révolu dans la mondialisation capitaliste numériquement informationnalisée, les relations, les imbrications qu’elle a instituées, qu’on ne peut détruire purement et simplement sans un écroulement total de la société. La vie connaît des sauts mais est une continuité, et ne part pas de zéro.

.

Il s’agit de mener la mondialisation jusqu’au bout, en respectant les rythmes des personnes et des peuples et surtout en la mettant au service des personnes et des peuples et non plus des monopoles financiers, industriels, agricoles et leur fusion financière qui précipite la suraccumulation-dévalorisation du capital et qui handicape de plus en plus l’investissement matériel et humain producteur des biens nécessaires à la vie : qui handicape la vie.

.

Autre chose est de s'appuyer sur le développement de la production du local au mondial en fonction des besoins humains en passant par la personne, la commune, la région, la nation et l’Europe, et les points d’appui historiques d’organisation et de droits, de savoirs et de transmission qui s’y sont constitués et s’y constituent. Cela est le contraire du souverainisme et c’est développer le travail humain nécessaire à la vie à partir des hommes, des lieux et des cohérences existantes ou à développer.

.

Un mouvement cohérent, même relativement petit peut entraîner un grand mouvement. Petit n’est pas synonyme de faible. Par contre un mouvement incohérent, qui n’a pas de sens, qui tire à hue et a dia ne peut être que faible en résultats et au contraire produira des contre-résultats. L’économie marxiste est un courant fort, qui part de l’effort de connaître la production telle qu’elle est et telle qu’elle peut être pour satisfaire la vie matérielle des humains sur laquelle peuvent reposer les valeurs morales, l’organisation de la société matérielle et spirituelle en unité et en relation dialectique, en aller-retour simultané (L’emploi de ce mot « spirituelle » ne veut pas dire dans ce cas que l’esprit existe en dehors de la matière).

.

La mise aux fers du matérialisme dialectique et de l’économie politique marxisteS par les Etats et les appareils idéologiques d’Etat capitalisteS et leur dogmatisation et dissolution relativeS dans les Etats du « socialisme réel » et une partie du mouvement ouvrier est UNE des causes de l’incohérence relative mais mortifère de l’état du monde actuel.

Certes, même dans ces conditions, des progrès ont eu lieu sur le plan scientifique, social, producteur, mais progrès limités par un cadre structuraliste et non synthétique de l’évolution de la conscience de l’humanité sur son propre mouvement.

Les Appareils idéologique d’Etat, à contrario de l’appréciation Althussérienne, comportent une double fonction contradictoire, despotique et démocratique, réactionnaire et conservatrice d’une part, mais progressiste d’autre part, au corps défendant des classes dominantes, dans les limites aujourd’hui dramatiques et visibles mais non vues par tous, du système d’échange A-M-A’, l’École étant un exemple des plus éclairant de cette double fonction.

.

Les cadres de production et de gestions, confrontés à la crise dans les entreprises sont de plus en plus aptes à se rapprocher d’une critique de l’économie politique actuelle. Leur jonction avec les travailleurs ouvriers et de toutes catégories en lutte pour l’emploi et le revenu salarial et social et différé est à l’ordre du jour au sein d’un mouvement de protestation et de prise de conscience des solutions et remèdes à la grave maladie actuelle du développement dans celle du capitalisme à son paroxysme hyperlibéral, et de la démocratie hyper présentative à l’agonie en corollaire.

.

Les derniers articles du blog sur le marxisme essayaient d’approfondir la chose. Le bulletin d’octobre de « La philo du Prolo » sera consacré à cette question de LA THEORIE DE LA CONNAISSANCE » avec un aspect de ma propre évolution, comme tout un chacun.

.

Le débat entre les différentes visions du monde et comment le changer doit retrouver la confrontation pacifique, respectueuse et fraternelle si possible avec le marxisme (sous son appellation ou sous une autre, mais mieux vaut sa propre appellation), MARXISME sans lequel la crise globale de civilisation ne peut, à mon avis, trouver issue.

.

Pierre Assante, 20 septembre 2016

.

P.S. La répétition de mots est volontaire.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 13:30
La chronique économique de Pierre Ivorra : quelles armes les autorités publiques vont-elles pouvoir disposer en cas de nouveau krach financier?

CHRONIQUE DE PIERRE IVORRA

Les dirigeants en panne de solutions ?

MERCREDI, 14 SEPTEMBRE, 2016

L'HUMANITÉ

.

La chronique économique de Pierre Ivorra : quelles armes les autorités publiques vont-elles pouvoir disposer en cas de nouveau krach financier?

.

À la suite de la crise financière de 2008 et de la récession, les banques centrales des grands pays capitalistes ont baissé sensiblement les taux d’intérêt de l’argent qu’elles prêtent aux banques commerciales et racheté à tour de bras des titres de dettes publiques et privées. Elles ont ainsi tenté d’administrer un formidable massage cardiaque à l’ensemble de l’économie. L’objectif essentiel est de pousser les banques commerciales à réinjecter ces crédits en direction des entreprises et des particuliers.

Dans certains pays, des prêts sont même devenus sans intérêts, voire avec des taux négatifs, c’est-à-dire que les banques paient pour qu’on leur emprunte de l’argent. Pour endiguer l’incendie et faire repartir la croissance, les instances publiques européennes ont ainsi innové et se sont assises sur les dogmes de Maastricht. Cette politique monétaire n’a pourtant pas l’effet escompté. La croissance reste poussive. À l’opposé, dans la dernière période, les marchés boursiers sont repartis à la hausse. L’abondance des liquidités et la faiblesse du rendement des obligations publiques incitent les spéculateurs à se rabattre sur le marché des actions, en France sur le CAC 40.

La machine explosive est ainsi remise en place: faible croissance, montée des dettes publiques et privées, prurit spéculatif, auxquels s’ajoutent maintenant des politiques monétaires de moins en moins efficientes, qui en arrivent même à pédaler dans le vide. Les milieux économiques et financiers en viennent à se demander de quelles armes les autorités publiques vont-elles pouvoir disposer en cas de nouveau krach financier: elles ont presque tout utilisé déjà. Autrement dit, en cas de nouvel infarctus du système bancaire et financier, que vont donc pouvoir faire les dirigeants politiques et les banquiers centraux, qu’ils n’ont déjà fait?

La semaine dernière, le G20 a invoqué timidement la nécessité d’activer les dépenses publiques « là où c’est possible », pour compléter la politique monétaire. Comme pour le rachat des titres de dette publique par les banques centrales, on a là une petite partie de la solution. Les politiques monétaire et budgétaire ont un rôle essentiel à jouer, mais pour être efficaces, elles doivent être à portée d’intervention des élus, des salariés, des populations afin d’être utiles à l’emploi, au développement plutôt qu’à la finance et à la prospérité du capital.

Si les banques françaises prêtent à Alstom pour licencier en France et se développer aux États-Unis, le crédit est mal utilisé car on crée de la monnaie en Europe, mais on booste la croissance outre-Atlantique, pas ici.

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 10:10

.

Il faut que contestation et remèdes À LA CRISE soient portés par une conviction qui habite puissamment la masse d’une population et remplace la conviction passèe obsolète

.

DE SALVIEN À AUJOURD’HUI.

.

Aujourd'hui : le besoin de transformation-dépassement du capitalisme dominant, le capitalisme mondialisé, informationnellement numérisé et hyperlibéralisé.

 

LE RAPPORT ENTRE POLITIQUE ET CROYANCE. L'IDÉE DU SAUVEUR. Une société ou la personne ne peut vivre de son travail et de sa production, est une société condamnée au déclin et à la chute, et que cela se manifeste par le déclin moral.

Les tentatives marginales de commerce alternatif numérique, mondialisé ou local (Economie contributive, participative, monnaies alternatives... etc.) finalement dépendantes ou carrément récupérées puis utilisées massivement par le capitalisme dominant contiennent et l’illusion d’échapper à ce capitalisme dominant, et le besoin sain d’une transformation-dépassement du capitalisme et sa forme hyperlibérale.

.

Salvien de Marseille (Vers 440), prévenait de la chute de l’Empire Romain, et soulignait qu’une société ou la personne ne peut vivre de son travail et de sa production, est une société condamnée au déclin et à la chute, et que cela se manifeste par le déclin moral. Cette difficulté grandissante de vivre de son travail se manifeste dans le mouvement paysan actuel, mais aussi dans le chômage ouvrier et employé, salarié en général ou le travail partiel imposé et les revenus insuffisants pour vivre. Elle se manifeste aussi dans le handicap et le sous emploi dans la recherche fondamentale et appliquée indispensable au développement et dans toute activité humaine qui veut se mettre au service non de l'argent mais des besoins humains.

.

Le besoin de transformation-dépassement du capitalisme dominant, le capitalisme mondialisé, informationnellement numérisé et hyperlibéralisé, c'est-à-dire où toute activité humaine est soumise à vente-achat, ce besoin grandit au fur et à mesure que le système s’approche d’un paroxysme invivable.

.

Mais un paroxysme invivable ne constitue pas la solution en soi à son dépassement dans un système nouveau et capable de poursuivre en santé le processus de développement de l’homme dans le développement de la société.

.

Encore faut-il que soient prises des mesures aptes à créer cette société nouvelle, ce système nouveau. En cela Salvien nous donne à penser, d’une façon quasiment instinctive avec les mots et la morale de son temps, qu’il ne suffit pas de contester, qu’il ne suffit pas de trouver les remèdes, mais qu’il faut enfin que contestation et remèdes à la crise soient portés par une conviction, une foi en quelques sorte qui habite puissamment et passionnellement la masse d’une population et remplace la foi passée obsolète.

.

La masse d’une population c’est aujourd’hui celle de l’humanité mondialisée.

.

Les remèdes, c’est la mise au pas et au service des besoins humains du système financier et du système monétaire, qui sont un même corps et qui constituent l’outil d’échange de la production humaine, et qui doivent passer de l’accumulation-suraccumulation privée de l’outil d’échange, le capital, à celui d’une mesure en extinction de la valeur marchande et à une abondance qualitative le permettant.

.

On ne sort des rails que lorsqu’un besoin d’en sortir devient impérieux et que les humains deviennent capables de gouverner le navire vers une nouvelle voie, vers la mer apaisée et ouverte, loin du naufrage.

.

C’est dire que le besoin pressant de notre période n’est pas le sauveur suprême (1) mais le remède, le programme concret, matériel et moral, et partagé, d’une gestion saine de la société.

.

Il y a quelque chose de religieux dans cette aspiration au Sauveur. Ainsi contradictoirement, le recours à l’autoritarisme comme à la théologie de la libération, pourtant de contenus très différents, sont souvent liées à la personnalisation, à l’idée du Sauveur.

.

Dieu peut être l’abstraction qui va concrétiser notre demande de réponse à nos besoins et nos désirs inassouvis (Prière) face à l’anankè naturelle et l’anankè sociale contenues dans l’interrogation existentielle face à l’inconnu de notre demeure, l’univers perceptible macro et micro.

.

Dieu peut être ainsi et à la fois la représentation abstraite d’une domination humaine, hors de portée et de connaissance, étrangère à notre environnement intime, représentant la monarchie royale et/ou marchande, la marchandise elle-même et son fétichisme, le système social « reconnu » comme « naturel » et « éternel », mais aussi leurs « vertus », un consensus, c'est-à-dire ce en quoi ils nous permettent de vivre au quotidien, en subsistances « matérielles et morales ». (1)

.

Ainsi quand ces « vertus éternelles » nous semblent corrompues, c’est à elles qui devraient être transformées et dépassées en santé que nous faisons appel, c'est-à-dire en un « retour » au passé de ces vertus et aux pouvoirs qui les personnifiaient, c'est-à-dire le sauveur.

.
Pour l’exemple, dans l’aspiration au Sauveur, il y a eu l’attente d’un Roi d’Israël, et dans l’attente d’un roi juste et efficace, le souvenir d’Alexandre Le Grand, entretenu par l’élite dominante en faisait partie, les historiens en ont attesté, se mêlant à l’attente abstraite de justice face à l’occupation romaine et la corruption d’une organisation religieuse sclérosée et répressive et de la société marchande locale et méditerranéenne en expansion et e
n crise.

.

Il en est aujourd’hui comme d’hier. Le lent mouvement de la conscience en témoigne. Et la confiance dans les possibilités de transformation saine, plus ou moins lent, plus ou moins rapide, en accumulation quantitative et en sauts qualitatifs (Quelquefois brutaux, Révolution marchande d’Athènes, révolution capitaliste française, et bien d’autres pour ne pas s’en tenir à 2 exemples restrictifs) ne doit pas en souffrir si nous ne voulons pas qu’elle s’éteigne, la confiance, avec les possibilités qu’elle ouvre. « …Les idées, en s’emparant des masses deviennent une force matérielle… ».

La différence entre Salvien (2) et aujourd'hui, s'est une conscience élargie possible que la société marchande à ses débuts n'était pas apte à développer mais que la société marchande à sa fin, le capitalisme mondialisé numériquement informationnalisé, ses capacités productrices et ses contradictions à leur paroxysme peuvent permettre, car il n'y a possibilité de transformation d'un processus donné que si ce processus arrive à son extrémité. Ce qui ne veut pas dire qu'il faille attendre la fin d'un processus pour agir sur ce processus, l'action étant la condition de son mûrissement et de la transformation qualitative sociale.

.

Pierre Assante, 8 septembre 2016

.

(1) Dieu peut être toutes ces représentations abstraites à la fois et en même temps. Seule la conscience des rapports sociaux, du mode de production et d’échange, peut remplacer positivement cette représentation abstraite dans laquelle le besoin et les actes concrets matériels et moraux de survie et de développement sont voilés, limités à une transformation de l’abstraction de la réalité et non de la réalité elle-même. Mais bien sûr un réalisme peut cohabiter avec un idéalisme philosophique, et un idéalisme philosophique avec son contraire, c'est ce qui se produit le plus souvent dans une société de classe à abolir, même s’il ne peut remplacer un matérialisme dialectique non dogmatique, ouvert à l’échange humain, à l’activité générale, multiple et infiniment diverse de l’humanité et de la personne humaine.

.

(2) VOUS TROUVEREZ SUR LE BLOG PLUSIEURS ARTICLES SUR SALVIEN DE MARSEILLE ET DES EXTRAITS DU LIVRE CINQUIEME, Chap. "Les exilés de l'impôt" de son "DE GUBERNATIONE DEI" qui décrit la situation des citoyens romain paysans libres et pauvres de Marseille et d'ailleurs écrasés par leurs dettes auprès des grands propriétaires terriens, qui ont le choix entre se vendre comme esclave à ces derniers, se révolter dans "LES BAGAUDES" ou aller chercher dans l'exil chez les barbares (Goths et autres) déjà installés dans des parties de l'Empire, "l'humanité qu'ils ne trouvent plus comme citoyens romains dans l'Empire".

SALVIEN n'est pas un économiste, mais un moraliste (Sa morale de son temps est confrontée à une réalité sociale scandaleuse, ce qui est une situation assez courante somme toute ) et un grand théologien historique conscient des tares qui minent sa société et la conduit à la faillite. Il semble qu'il ait fui le sac de Trèves (En Germanie d'alors qui vit naître Marx 15 siècles plus tard) par les Goths, rejoint le monastère des Îles de Lérins puis, Marseille comme prêtre, sans doute. On aimerait aussi imaginer qu'il ait pu fréquenter l'abbaye de Saint Victor (ce magnifique lieu construit au V° siècle, celui de Salvien, reconstruit au XI°) comme moine...

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

 

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 06:36
*********CLIQUER CI-DESSUS********
*********CLIQUER CI-DESSUS********

.

Les organisations syndicales de salarié-e-s et de jeunesse CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL appellent les salarié-e-s, privé-e-s d’emploi, étudiant-e-s, lycéen-ne-s, retraité-e-s à se mobiliser massivement le 15 septembre contre la loi Travail. POUR LA CARTE: CLIQUER SUR L'AFFICHE CI-CONTRE

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 11:57

Clientélismes urbains

Gouvernement et hégémonie politique à Marseille

Cesare Mattina, Presses de Sciences Po.

 

"....Il nous parait important de préciser dans quel sens nous utilisons ce concept, à l'origine gramscien, d'hégémonie politique. L'hégémonie est pour Antonio Gramsci toute forme d'action politique entreprise  par une classe  ou un groupe vis-à-vis d'un autre au cours de l'histoire, ne pouvant pas uniquement reposer sur la coercition, mais comportant un pouvoir d'attraction. Selon Gramsci, le terrain privilégier de construction de l'hégémonie est l'idéologie qui doit se fonder sur la capacité à conquérir sur l'adhésion à un projet politique et culturel et à faire converger des classes intellectuelles fondamentales pour convaincre le plus grand nombre de groupes sociaux. Au sein de la réflexion longue et complexe sur le rôle des intellectuels dans la société italienne (et en particulier dans le Mezzogiorno), Gramsci remarque que l'hégémonie d'un groupe social s'exerce dans la société civile au sein d'organisations privées telles que l'Eglise, les syndicats, les partis, les écoles et d'autres lieux de direction culturelle. A la différence de l'idée évidemment prescriptive de Gramsci, liée à la nécessité pour son parti communiste de construire une alliance des groupes et des classes sociales formant "le bloc historique" pour la conquête révolutionnaire des institutions, notre analyse s'inscrit d'abord dans un but de connaissance scientifique du réel. En nous inspirant de la réflexion gramscienne, nous nous inscrivons dans une analyse des interrelations entre la société urbaine (formée de groupes et de classes sociales) d'une part, et d'autre part les pouvoirs institutionnels (municipaux en particulier) dépositaires des ressources matérielles et symboliques de distribution contribuant à ces prestiges sociaux..."

Cesare Mattina, Clientélismes urbains, page15.

 

Attribuer un emploi public, un logement social, un permis de construire, des places en crèche ou un simple titre honorifique est une prérogative des collectivités locales. Loin d'être anodines, ces redistributions de biens publics, matériels ou symboliques, à des individus, des familles, des groupes religieux, des personnalités sont une des modalités du gouvernement de la ville.

À partir de l'exemple de Marseille, Cesare Mattina montre comment, dans une ville souvent qualifiée de corrompue, le clientélisme urbain a essentiellement profité aux classes moyennes et petites/moyennes en ascension sociale. Depuis les années Defferre, il a permis aux mêmes groupes sociaux et professionnels, choisis, voire construits — employés des collectivités locales, élites associatives communautaires et de quartier, notables des professions libérales, etc. —, de constituer un « bloc social historique », pour reprendre les termes d’Antonio Gramsci.

Croisant dossiers d’archives inédites, entretiens, observation ethnographique, articles de presse et données statistiques, cet ouvrage propose, au-delà du folklore de la « marseillologie », une vision à la fois précise et distanciée d’une des manières de gouverner une ville.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 08:23
Non, l’effondrement du « socialisme réel » n’est pas qu’un phénomène interne propre, c’est la conséquence aussi et avant tout d’une crise mondiale globale qu’il nous faut traiter incessamment.

.

L’apparence est souvent si évidente qu’elle cache la réalité : le soleil tourne-t-il autour de la terre ou la terre sur elle-même ? Il a fallu beaucoup d’efforts à tout un peuple pour admettre la réalité scientifique et ce qui en découlait, les moyens des progrès techniques et culturels du développement matériel et moral de l’humanité.

.

Non, l’effondrement du « socialisme réel » n’est pas qu’un phénomène interne propre, c’est la conséquence aussi et avant tout d’une crise mondiale globale.

.

Les contradictions internes du système basé sur l’accumulation du capital, qui a permis des progrès immenses, contient aussi ses limites et ces limites contiennent l’incapacité de poursuivre un développement de la production nécessaire à la vie humaine, quantitativement et qualitativement.

.

Toute crise de civilisation contient et est contenue dans les limites de développement des subsistances.

.

L’effondrement du « socialisme réel » qui est l’effondrement d’une tentative de sortir d’un système mondial d’accumulation des capitaux qui conduit à la suraccumulation-dévalorisation paralysante du capital est une part de l’effondrement global du système, même s’il a ses raisons propres qu’on peut utilement analyser.

.

Cet effondrement a permis l’accélération d’un autre effondrement par un usage unilatéral de la force et l’autoritarisme d’un impérialisme dominant inclus et à l’avant-garde de la crise globale du système, les Etas Unis, leur impact négatif sur les institutions internationales de tentative de régulation, ONU, FMI, Trilatérale, G7, G7, G20…..

.

La crise rampante de cohérence mondiale, touchée par l’effondrement du « socialisme réel », et la domination forcée de l’impérialisme dominant a en commun un moment clef d’un tournant « définitif » d’une accélération de la crise de cohérence vers un précipice proche : l’intervention de BUSH fils en Irak et la désorganisation mondiale qui a suivi ce tournant et qui va jusqu’aux conséquences profondes de dé-civilisation, et le terrorisme diffus, matériel et moral, frère-ennemi, inculte et atroce d’une domination à la culture profondément malade, mortelle à double sens, en aller retour des causes aux conséquences.

.

On peut dire que « l’aide » de Bush père à la chute de l’URSS et de son système international et celle de Bush fils à l’éclatement d’une relative, précaire, temporaire cohérence des ressources énergétiques du Moyen Orient et du monde et de toutes les ressources matérielles et morales par contre-coup, ont été des éléments fondamentaux de la crise morale généralisée du monde, s’appuyant sur la crise mondiale du système et ses « remèdes » mortels, l’accélération de l’hyperlibéralisme ou toutes les activités humaines s’achètent et se vendent et ou l’hyper représentativité personnelle finit de détruire la démocratie limitée des révolutions bourgeoises, progrès d’un temps, inadaptées aujourd’hui dont Trump et autres sont les tristes illustrations au paroxysme de la crise économico-civilisationnelle.

.

L’accomplissement de la démocratie tient à son élargissement à la démocratie de l’homme producteur dont nous sommes encore loin et dont le monde à tendance à l’éloignement au moment où ce besoin devient impérieux.

.

Certes ce tableau noir n’est pas sans issue possible positive, saine, de développement nouveau de l’humanité. J’en ai dit, à l’instar et l’instigation de la ComEco, dont il est question souvent dans mes articles, ce en quoi une réforme radicale et progressive des systèmes financiers et monétaires pouvait ouvrir une voie à cette santé et ce développement nouveau, à commencer par un système de sécurité d’emploi et de formation vers une société de production d’abondance quantitative et qualitative, de libre activité, de libération progressive du travail contraint.

.

Il faudra donc que l’humanité, telle qu’elle est, avec les moyens et les outils dont elle dispose, et une immense concertation mondiale de leur utilisation, entame une révolution copernicienne, comme celle sur la rotation apparente du soleil et celle sur la rotation réelle de la terre sur elle-même, concernant ce moyen d’échange qui est comme la langue d’Esope la meilleure et la pire des choses : l’Argent devenu Capital.

.

La paix et le développement, nous les voulons et agirons tant qu’il faut et qu’il est possible.

.

Je renvois par avance à un article écrit et programmé pour le 15 septembre : « De Salvien à aujourd’hui » : mais qu’il faut enfin que contestation et remèdes à la crise soient portés par une conviction, une foi en quelque sorte qui habite puissamment et passionnellement la masse d’une population et remplace la foi passée obsolète.....

.

Pierre Assante, 13 septembre 2016

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 18:31
CLIQUER CI-DESSUS POUR OUVRIR LE DIAPORAMA et FAITES DÉFILER LES PHOTOS EN CLIQUANT SUR LES FLÈCHES DE CÔTÉ.
CLIQUER CI-DESSUS POUR OUVRIR LE DIAPORAMA et FAITES DÉFILER LES PHOTOS EN CLIQUANT SUR LES FLÈCHES DE CÔTÉ.

La Fête de l'Humanité 2016 en images

Les concerts, les débats, les spectacles, la vie dans les allées... Vivez la Fête de l'Humanité de cette année, presque comme si vous y étiez ! Photo des élèves de l'école CE3P.

Et Pierre LAURENT, Secrétaire National du Parti Communiste Français (P.C.F.) et Président du Parti de la Gauche Européenne (P.G.E.) et Patrick LE HYARIC, Directeur de l'Humanité au meeting de la fête de l'Humanité 2016.

.

http://www.humanite.fr/diaporamas/politique/la-fete-de-lhumanite-2016-en-images-615420​

.

ET D'AUTRES ARTICLES SUR LA FÊTE SUR CE LIEN :

http://www.humanite.fr/etiquettes/fete-de-lhumanite-2016

http://www.humanite.fr/​

Pierre LAURENT, Secrétaire National du Parti Communiste Français (P.C.F.) et Président du Parti de la Gauche Européenne (P.G.E.) et Patrick LE HYARIC, Directeur de l'Humanité au meeting de la fête de l'Humanité 2016.

Pierre LAURENT, Secrétaire National du Parti Communiste Français (P.C.F.) et Président du Parti de la Gauche Européenne (P.G.E.) et Patrick LE HYARIC, Directeur de l'Humanité au meeting de la fête de l'Humanité 2016.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 00:29
..............VIDEO........CLIQUER CI-DESSUS.........
..............VIDEO........CLIQUER CI-DESSUS.........

Fête de l'Humanité 2016 -

Discours aux personnalités du monde associatif, syndical, culturel et politique.

Samedi 10 septembre 2016 - Stand national des communistes

.

https://youtu.be/OXLmZ52YlwQ

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 07:41
Pierre IVORRA : Un nouvel ouvrage de Paul BOCCARA, écrit en collaboration avec Catherine MILLS,  et le rendez vous d'Economie et Politique à la fête de l'Humanité, tout le programme.

.

Paul Boccara revient sur la crise de la civilisation occidentale. Il l’analyse dans ses deux dimensions, économique et anthroponomique, et appelle à la dépasser.

.

Ce nouvel ouvrage de Paul Boccara, écrit en collaboration avec Catherine Mills, reprend le fil d’une de ses contributions antérieures, l’une des plus originales, celle présentée en 2010 à l’occasion d’une audition au Conseil économique, social et ­environnemental (1). Il y montrait que la crise systémique actuelle du capitalisme mondialisé et financiarisé est plus qu’une crise économique, il s’agit d’une crise de civilisation, celle de la civilisation occidentale mondialisée. Elle touche tous les aspects de la vie humaine et pose la question « de sa transformation complète » pour aller vers « une civilisation de toute l’humanité ». Le tisserand des idées reprend donc le fil, mais pour mieux travailler la maille, aller plus loin dans sa réflexion.

En premier lieu, il entend montrer que le fil remonte bien haut dans l’histoire de la pensée: « On retrouve, écrit-il, chez un très grand nombre d’auteurs importants, à propos de la civilisation, des références aux trois caractères ou composantes: les rapports ­sociaux, les techniques matérielles, la culture. » Cela a été particulièrement le cas à partir du XIXe siècle et jusqu’à nos jours. Comme à son habitude, Paul Boccara met ses pas dans la pensée de Marx, mais pour aller plus loin, en prenant notamment en compte tout l’apport de penseurs contemporains.

Fort de ce parrainage historique, il considère qu’« un système global civilisationnel » est constitué de « deux sous-systèmes sociaux fondamentaux, se conditionnant réciproquement », d’une part, « le système économique, de transformation de la nature extérieure en produits » et, d’autre part, « le système anthroponomique (2) de transformation de la nature humaine, pour la régénération humaine, biologique, informationnelle et sociétale ». Dans la crise systémique actuelle, ces deux sous-systèmes sont eux-mêmes en crise. C’est à partir de cette crise globale et des « risques majeurs d’éclatement d’un surendettement et d’une suraccumulation encore plus graves » qu’en 2007-2008 que l’auteur avance « des éléments sur une autre économie mondialisée de dépassement du capitalisme » avec des propositions telles que la sécurité d’emploi et de formation, les nouveaux pouvoirs des travailleurs, la maîtrise de l’argent et du crédit.

.

Transformations sociétales entre homme et femme

Cette crise de civilisation appelle tout autant l’élaboration de propositions pour « une autre anthroponomie de ­dépassement du libéralisme mondialisé » avec des transformations sociétales concernant les rapports entre les hommes et les femmes, les jeunes et les adultes, les personnes âgées, et le ­développement des services publics permettant ces transformations. L’humanité parviendra-t-elle à créer une nouvelle civilisation de toute l’humanité ou, avec l’exacerbation des conflits et des dominations que l’on constate, va-t-on vers une fermeture et un déclin de la civilisation occidentale? Les risques d’effondrement sont d’autant plus réels que l’humanité est menacée dans son existence par le réchauffement climatique. Ce qui permet à l’auteur de souligner « la portée systémique radicale des transformations climatiques et son potentiel de rassemblement des luttes sociales et politiques ». Le fil est ainsi renoué entre mouvements sociaux et sociétaux.

.

(1) « La crise systémique: une crise de civilisation. Ses perspectives et des propositions pour avancer vers une nouvelle civilisation ». Texte publié par la Fondation Gabriel-Péri.(2) Qui concerne les domaines autres que l’économie.

.

PIERRE IVORRA, LUNDI, 8 AOÛT, 2016, L'HUMANITÉ

.

Le rendez vous d'Economie et Politique à la fête de l'Humanité, tout le programme sur ce lien :

http://www.economie-politique.org/

Et pour le livre,

Dimanche 14 h Village du Livre Pour une nouvelle civilisation, l’ouvrage de Paul Boccara (Éditions du Croquant) Catherine Mills, animation Bruno Odent

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 07:36
A propos d’une intervention de Paul BOCCARA  Congrès du PCF de février 1982

.

DE 1981 A AUJOURD’HUI, LA QUESTION DE LA TRANSFORMATION SOCIALE FACE A LA CRISE ET SON AGGRAVATION DE TYPE CATASTROPHIQUE.

A propos d’une intervention de Paul BOCCARA

Congrès du PCF de février 1982

.

Les élections présidentielles et législatives de mai 1981, les luttes ouvrières et populaires qui les ont accompagnées ont permis l’installation d’un gouvernement de gauche, à majorité PS et à participation PCF.

Certes, depuis la signature du programme commun de la gauche, en 1972, fruit de décennies d’initiatives et de luttes politiques du PCF pour un accord et son contenu, la situation en 1981 avait changé, les difficultés d’agir dans le cadre d’une nation et d’un marché national s’étaient complexifiées et sans doute agrandies par rapport à l’état du rapport de force politique et idéologique.

La mondialisation, sous l’impulsion de la trilatérale (Etats-Unis-Japon, Union Européenne, élargie plus tard au G7 etc. ,contemporaine de la signature du Programme Commun de la Gauche, ce qui n’est pas un hasard), son déploiement politique, militaire et économique dans la révolution scientifique et technique et l’initiation d’une organisation mondiale conjointe nouvelle du travail, plus un certain tassement physique et idéologique des forces populaires sous le gouvernement Giscard et trilatérale conjoints, ont créé des conditions sans doute plus défavorables à la lutte pour l’établissement d'une « Démocratie avancée ouvrant la voie au socialisme » dans un pays, visée des communistes français.

Dans ces conditions, du moins ce que je crois être ces conditions, a lieu le 24ème Congrès du PCF en février 1982, c'est-à-dire moins de 8 mois après la victoire électorale de la gauche et les mesures sociales limitées mais certaines, prises rapidement, voici quelques mots extraits arbitrairement de l’intervention de Paul Boccara, responsable historique de la commission économique du PCF (Dont j'ai présenté ici le dernier ouvrage, "Pour une nouvelle civilisation", 2016 *) et grand théoricien de l'économie marxiste, concernant entre autre les propositions économiques du parti, extraits qui illustrent encore aujourd’hui, je crois, les tâches essentielles pour une transformation sociale de progrès :

.

« …En effet les propriétaires du capital veulent continuer la même gestion, désastreuse pour le pays, d’abord dans les entreprises privées qui restent si importantes. Et même dans les entreprises nationalisées, anciennes et nouvelles, la pression de l’environnement capitaliste et les habitudes acquises, l’insuffisance du renouvellement des dirigeants, tout pousse à une gestion qui ne développera pas une nouvelle croissance sans luttes acharnées.

Or, si cela ne change pas de façon substantielle, dans les entreprises et d’abord bien sûr dans les entreprises publiques, alors la politique de changement et d’issue à la crise ne pourra réussir…

….

….Sur quoi s’appuyer pour commencer à imposer, dans une certaine mesure, d’autres critères, à côté des critères patronaux dans la gestion ?

Tout d’abord dans les entreprises nationalisées. Le but officiel n’est plus la rentabilité financière privée, et on peut s’appuyer sur les droits nouveaux des travailleurs dans la gestion et pas seulement au niveau des conseils d’administration.

Dans les entreprises privées, on peut s’appuyer sur le système bancaire nationalisé, étendu, sur les aides publiques quand il y en a, sur l’intervention des comités locaux de l’emploi, sur les responsabilités sociales nouvelles à imposer aux entreprises et sur les droits nouveaux des travailleurs à développer dans la pratique….

…..

…Quelles autres économies ? Quels autres critères mettre en avant pour faire reculer la gestion actuelle qui enfonce dans la crise. Nous avons démontré la validité, pour sortir de la crise actuelle [Les économistes communistes ont montré déjà à cette époque, l’aggravation de la crise dès le milieu des années 1960], des principes d’un nouveau type de croissance de la productivité, cherchant à économiser sur le travail passé accumulé en moyens matériels de production, en s’appuyant sur le développement des hommes, des qualifications et de la recherche. Mais des principes généraux ne suffisent pas !....

….

….Quand on parle de comptabilité et de gestion dans les luttes, on entend répondre parfois : il ne faut pas entrer dans les finasseries des patrons, il faut être politique ! Se battre pour l’emploi et produire français, ça suffit. Mais c’est être bien plus politique aujourd’hui de la faire en se mêlant, même un peu seulement pour commencer, des comptes de l’entreprise….

….On nous dit aussi : parler de la gestion, n’est pas être trop loin de la masse des travailleurs ? Mais c’est le contraire qui est vrai. Les arguments patronaux sur les coûts portent non seulement sur les cadres mais sur beaucoup d’autres travailleurs, sur les ouvriers…. »

.

Paul Boccara, février 1982.

.

On comprend sans doute les raisons de mon choix de ces extraits. On comprend aussi que c’est la lecture complète de ce type d’interventions de communistes, économistes ou pas qu’il faudrait faire. C’est une leçon d’histoire, d’économie, de société et de civilisation pour la pratique d’aujourd’hui que cela peut constituer.

Mais ce petit extrait, rapide à lire peut mettre en appétit sur la question de la transformation sociale progressiste, partant de la réalité telle qu’elle est, dans son processus, et non d’une vision imaginaire qui est souvent, toujours, un handicap encore immense aujourd’hui, mais qui n’est pas insurmontable sous l’effet de la crise générale du système et des réflexions et des actions qu’elle peut nous inspirer, aux communistes et à tout un chacun.

Pierre Assante, 1er septembre 2016

.

* Avec la collaboration de Catherine MILLS.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 07:27
Pierre IVORRA. L’urgence d’une radicalité du bonheur.

.

L’urgence d’une radicalité du bonheur

.

La vie économique, sociale et politique en cette rentrée prend une drôle d’allure. Étrange période. Même les sociaux-libéraux n’hésitent plus à annoncer que les Français vont devoir faire ceinture. Ils nous assurent que, pour que ça aille mieux, il nous faut aller plus mal. À l’extrême droite et même de plus en plus à droite, on affirme que le salut passe aussi par l’abaissement de certains, de ceux qui n’ont pas la même couleur de peau, la même religion, les mêmes vêtements ou qui n’habitent pas le même quartier. Ces médications-là ne sont même pas dignes de celles d’un médecin de Molière. Leur radicalité est assassine, c’est celle du malheur.

Tout au contraire, le monde a besoin d’une radicalité du bonheur. Pour que ça aille mieux, il faut que la France, les Français, l’Europe, le monde, l’humanité voient leur situation s’améliorer. Il faut pouvoir vivre mieux, éradiquer la misère, le chômage. Affirmer cela, ce n’est pas nier la gravité de la situation, une gravité d’ailleurs sous-estimée délibérément par la plupart des dirigeants. C’est parce que, en Europe et en France, la croissance n’arrive pas à décoller, parce que le chômage se maintient à un niveau insupportable, parce que les banques italiennes ploient sous les créances douteuses et menacent tout le système bancaire européen, parce que le Brexit va accentuer la guerre économique et financière sur le continent, parce que, dans nombre de pays émergents et développés, l’endettement privé et public atteint à nouveau des sommets, parce que les dirigeants des États-Unis continuent à vouloir dicter leur loi au reste du monde, parce que nombre de peuples souffrent de malnutrition, de la famine et de la guerre, parce que le terrorisme tue au Nord et au Sud, parce que les désordres climatiques nous menacent déjà qu’il nous faut adopter, mettre en œuvre, des mesures qui s’attaquent à la source même des problèmes.

La seule purge qui vaille est celle qui dégonflera les marchés financiers. S’il y a une sélectivité à avoir, c’est celle qui rendrait plus coûteux le financement des opérations financières destinées à faire toujours plus de fric et qui, à rebours, permettrait d’orienter un argent abondant et bon marché vers les activités de recherche, la création d’emploi, l’élévation des qualifications, les services publics, l’amélioration des niveaux et de la qualité de vie, la maîtrise des nouvelles technologies, la préservation des équilibres climatiques. Cela suppose aussi de réduire le pouvoir des puissants et de donner enfin droit de cité à ceux qui jusqu’à présent sont restés dans l’ombre. Là est la véritable radicalité.

.

La chronique économique de Pierre Ivorra

l’Humanité, 7 septembre 2016.

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 07:45
Il faut que contestation et remèdes À LA CRISE soient portés par une conviction qui habite puissamment la masse d'une population et remplace la conviction passée obsolète :  DE SALVIEN de Marseille (vers 440) à AUJOURD’HUI (2016-2017)

.

Il faut que contestation et remèdes À LA CRISE soient portés par une conviction qui habite puissamment la masse d'une population et remplace la conviction passée obsolète

DE SALVIEN À AUJOURD’HUI.

Aujourd'hui : le besoin de transformation-dépassement du capitalisme dominant, le capitalisme mondialisé, informationnellement numérisé et hyperlibéralisé.

.

Les tentatives marginales de commerce alternatif numérique, mondialisé ou local (Economie contributive, participative, monnaies alternatives... etc.) finalement dépendantes ou carrément récupérées puis utilisées massivement par le capitalisme dominant contiennent et l’illusion d’échapper à ce capitalisme dominant, et le besoin sain d’une transformation-dépassement du capitalisme et sa forme hyperlibérale.

.

Salvien de Marseille (Vers 440), prévenait de la chute de l’Empire Romain, et soulignait qu’une société ou la personne ne peut vivre de son travail et de sa production, est une société condamnée au déclin et à la chute, et que cela se manifeste par le déclin moral. Cette difficulté grandissante de vivre de son travail se manifeste dans le mouvement paysan actuel, mais aussi dans le chômage ouvrier et employé, salarié en général ou le travail partiel imposé et les revenus insuffisants pour vivre. Elle se manifeste aussi dans le handicap et le sous emploi dans la recherche fondamentale et appliquée indispensable au développement et dans toute activité humaine qui veut se mettre au service non de l'argent mais des besoins humains.

.

Le besoin de transformation-dépassement du capitalisme dominant, le capitalisme mondialisé, informationnellement numérisé et hyperlibéralisé, c'est-à-dire où toute activité humaine est soumise à vente-achat, ce besoin grandit au fur et à mesure que le système s’approche d’un paroxysme invivable.

.

Mais un paroxysme invivable ne constitue pas la solution en soi à son dépassement dans un système nouveau et capable de poursuivre en santé le processus de développement de l’homme dans le développement de la société.

.

Encore faut-il que soient prises des mesures aptes à créer cette société nouvelle, ce système nouveau. En cela Salvien nous donne à penser, d’une façon quasiment instinctive avec les mots et la morale de son temps, qu’il ne suffit pas de contester, qu’il ne suffit pas de trouver les remèdes, mais qu’il faut enfin que contestation et remèdes à la crise soient portés par une conviction, une foi en quelques sorte qui habite puissamment et passionnellement la masse d’une population et remplace la foi passée obsolète.

.

La masse d’une population c’est aujourd’hui celle de l’humanité mondialisée.

.

Les remèdes, c’est la mise au pas et au service des besoins humains du système financier et du système monétaire, qui sont un même corps et qui constituent l’outil d’échange de la production humaine, et qui doivent passer de l’accumulation-suraccumulation privée de l’outil d’échange, le capital, à celui d’une mesure en extinction de la valeur marchande et d’une abondance qualitative le permettant.

.

On ne sort des rails que lorsqu’un besoin d’en sortir devient impérieux et que les humains deviennent capables de gouverner le navire vers une nouvelle voie, vers la mer apaisée et ouverte, loin du naufrage.

.

C’est dire que le besoin pressant de notre période n’est pas le sauveur suprême (1) mais le remède, le programme concret, matériel et moral, et partagé, d’une gestion saine de la société.

.

Il y a quelque chose de religieux dans cette aspiration au Sauveur. Ainsi contradictoirement, le recours à l’autoritarisme comme à la théologie de la libération, pourtant de contenus très différents, sont souvent liées à la personnalisation, à l’idée du Sauveur.

.

Dieu peut être l’abstraction qui va concrétiser notre demande de réponse à nos besoins et nos désirs inassouvis (Prière) face à l’anankè naturelle et l’anankè sociale contenues dans l’interrogation existentielle face à l’inconnu de notre demeure, l’univers perceptible macro et micro.

.

Dieu peut être ainsi et à la fois la représentation abstraite d’une domination humaine, hors de portée et de connaissance, étrangère à notre environnement intime, représentant la monarchie royale et/ou marchande, la marchandise elle-même et son fétichisme, le système social « reconnu » comme « naturel » et « éternel », mais aussi leurs « vertus », un consensus, c'est-à-dire ce en quoi ils nous permettent de vivre au quotidien, en subsistances « matérielles et morales ». (1)

.

Ainsi quand ces « vertus éternelles » nous semblent corrompues, c’est à elles qui devraient être transformées et dépassées en santé que nous faisons appel, c'est-à-dire en un « retour » au passé de ces vertus et aux pouvoirs qui les personnifiaient, c'est-à-dire le sauveur.

.
Pour l’exemple, dans l’aspiration au Sauveur, il y a eu l’attente d’un Roi d’Israël, et dans l’attente d’un roi juste et efficace, le souvenir d’Alexandre Le Grand, entretenu par l’élite dominante en faisait partie, les historiens en ont attesté, se mêlant à l’attente abstraite de justice face à l’occupation romaine et la corruption d’une organisation religieuse sclérosée et répressive et de la société marchande locale et méditerran
éenne en expansion et en crise.

.

Il en est aujourd’hui comme d’hier. Le lent mouvement de la conscience en témoigne. Et la confiance dans les possibilités de transformation saine, plus ou moins lent, plus ou moins rapide, en accumulation quantitative et en sauts qualitatifs (Quelquefois brutaux, Révolution marchande d’Athènes, révolution capitaliste française, et bien d’autres pour ne pas s’en tenir à 2 exemples restrictifs) ne doit pas en souffrir si nous ne voulons pas qu’elle s’éteigne, la confiance, avec les possibilités qu’elle ouvre. « …Les idées, en s’emparant des masses deviennent une force matérielle… ».

.

La différence entre Salvien et aujourd'hui, s'est une conscience élargie possible que la société marchande à ses débuts n'était pas apte à développer mais que la société marchande à sa fin, le capitalisme mondialisé numériquement informationnalisé, ses capacités productrices et ses contradictions à leur paroxysme peuvent permettre, car il n'y a possibilité de transformation d'un processus donné que si ce processus arrive à son extrémité. Ce qui ne veut pas dire qu'il faille attendre la fin d'un processus pour agir sur ce processus, l'action étant la condition de son mûrissement et de la transformation qualitative sociale.

.

Pierre Assante, 8 septembre 2016

.

(1) Dieu peut être toutes ces représentations abstraites à la fois et en même temps. Seule la conscience des rapports sociaux, du mode de production et d’échange, peut remplacer positivement cette représentation abstraite dans laquelle le besoin et les actes concrets matériels et moraux de survie et de développement sont voilés, limités à une transformation de l’abstraction de la réalité et non de la réalité elle-même. Mais bien sûr un réalisme peut cohabiter avec un idéalisme philosophique, et un idéalisme philosophique avec son contraire, c'est ce qui se produit le plus souvent dans une société de classe à abolir, même s’il ne peut remplacer un matérialisme dialectique non dogmatique, ouvert à l’échange humain, à l’activité générale, multiple et infiniment diverse de l’humanité et de la personne humaine.

.

Vous trouverez des articles sur Salvien de Marseille sur ce blog.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 21:49
..........CLIQUER CI-DESSUS
..........CLIQUER CI-DESSUS

.

« La Philo du Prolo »

http://pierre.assante.over-blog.com/

Bulletin Hétérodoxe Très Perso

N° 10 Septembre 2016

16 articles.

.

ÉMOTIONS, SUBLIMATION.

Pierre Assante

Septembre 2016

.

Les sentiments, comme les émotions et comme les idées naissent de conditions historiques de la société et de la personne et acquièrent une autonomie relative par rapport à ces conditions.

Les émotions ne sont pas un accident du développement de l’espèce humaine, elles en font partie dans une unité des propriétés ontogénétiques et phylogénétiques, leurs éléments constituant multiples, infinis et divers, leurs résultantes énigmatiques du moment, leur dépendance globale et leurs autonomies relatives.

Les émotions ont un rôle dans le développement de l’espèce comme l’usage des concepts "quotidiens" ou "savants", dans leur unité, leur dépendance et leurs autonomies.

.

http://pierreassante.fr/dossier/La_Philo_du_Prolo_N_10_EMOTION_SUBLIMATION.pdf

.

SOMMAIRE, PAGES.

.

A. DEVENIR, juin 2016

I. MODERNITE DU CAPITALISME. Page 2

II. LA RÉSISTIBLE ASCENSION DU « LOW COST »

ET L’IRRÉSISTIBLE MOUVEMENT

DU PROGRÈS POUR TOUS. Page 3

III. Et L’ECONOMIE CONTRIBUTIVE (1) EST-ELLE UNE COURSE AU PROFIT OU UNE COURSE AU PROGRES DE L’HUMANITE ? . Page 4

IV. LES RESERVES D'ALTERNATIVE.

Comprendre les difficultés de la société en général, celle de la politique, celle d’un parti de transformation sociale en santé. Page 5

V. SHEMA 1 : DEVENU et DEVENIR : Développement, Production Qualitative. Schéma inspiré librement des concepts ergologiques du Professeur Yves SCHWARTZ. Page 6

VI. SHEMA 2 : Tableau « Un sens de l’histoire », extrait de l’essai « Division sexiste du travail, résidu ou mode de gestion ? » P. Assante, 2004. Page 7

.

B. ÉMOTIONS, SUBLIMATION.

Choix de textes du blog Mars-Août 2016

VII. CONDITIONS MATERIELLES ET MENTALITES. Page 8

VIII. ÉMOTIONS, SUBLIMATION. Page 9

IX. MOINS MAIS MIEUX. Page 10

X. COMPRENEZ-MOI. Page 11

XI. LE COURANT FROID ET LE COURANT CHAUD SE REJOIGNENT !. Page 13

XII. OPPORTUNISME ET HYÉRARCHIE DE LA TRANSMISSION . Page 14

A L’INTÉRIEUR DE L’HUMANITÉ.

XIII. MOINS MAIS MIEUX. LE CERVEAU OUTIL DE SYNTESE. ENCORE LES MAITRES DU TEMPS. QUE QUOI COMMENT PRODUIRE. Page 15

XIV. IL FAUT SAVOIR CELA A CHAQUE MOMENT DE SA VIE. Page 17

XV. L’USURPATION DES IDEES. Page 18

XVI. FRANCE ET EUROPE PROGRES OU DECLIN ? Page 19

.

POUR LIRE ce N° 10, cliquer sur ce LIEN ci-dessous ou sur l'image de la UNE ci dessus :

http://pierreassante.fr/dossier/La_Philo_du_Prolo_N_10_EMOTION_SUBLIMATION.pdf

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 19:09
Contribution au débat sur la candidature aux présidentielles. Frédéric Boccara, Jacky Hénin, Pierre Lacaze, Christian Picquet, Marine Roussillon.

.

Contribution au débat sur la candidature aux présidentielles

Pour un pacte d’engagements communs,

la gauche a besoin d’une candidature communiste

.

Frédéric Boccara, membre de l’exécutif national du PCF, fédération des Hauts-de-Seine

Jacky Hénin, membre du CN du PCF, fédération de la Somme

Pierre Lacaze, membre du CN du PCF, fédération de la Haute-Garonne

Christian Picquet, membre de l’exécutif national du PCF, fédération de la Haute-Garonne

Marine Roussillon, membre de l’exécutif national du PCF, fédération de Paris

.

Les grands axes de propositions pour la France énoncés par Pierre Laurent dans son discours de clôture à l’université d'été des 26, 27 et 28 août derniers à Angers constituent une base de rencontres entre le PCF et tous ceux qui, à gauche (forces politiques, syndicales et associatives), cherchent une alternative aux politiques d'austérité, et pour élaborer un pacte commun en vue des élections présidentielle et législatives.

.

Oui, un travail collectif est nécessaire et possible pour que, en lien avec les exigences de contenu dictées par la profondeur de la crise et par les prochaines aggravations qui s’annoncent, soit recherché un candidat commun pour la prochaine élection présidentielle dans une démarche de rassemblement portant à la fois sur cette élection et sur les législatives. Et cela en respectant les forces organisées, au lieu de prétendre s'émanciper des partis afin d'endosser le costume de « l'homme providentiel ». Poursuivons notre stratégie de rassemblement en l’ancrant mieux encore sur les contenus et en la rendant audible et repérable.

.

SUITE SUR CE LIEN :

http://pierreassante.fr/dossier/Tribune_sur_presidentielles.pdf

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 22:59
THÉORIE DE LA CONNAISSANCE et d’abord CITATION.

.

THÉORIE DE LA CONNAISSANCE et d’abord CITATION

.

« ….Une chose est de savoir comment à l’aide de différents organes des sens l’homme perçoit l’espace et comment au cours d’un long développement historique se forme, à partir de ces perceptions, l’idée abstraite de l’espace ; autre chose est de savoir si une réalité objective, indépendante de l’humanité, correspond à ces perceptions et à ces idées humaines…..

…..La religion qui exprime une coordination sociale de l’expérience de la plus grande partie de l’humanité a, elle aussi, une valeur générale. Mais les idées religieuses sur le passé de la terre ou sur la création du monde, par exemple, ne correspondent à aucune réalité objective. Une réalité objective correspond à la conception scientifique de l’existence de la terre, dans un espace déterminé par rapport aux autres planètes, pendant une durée déterminée antérieurement à toute socialité, antérieurement à l’humanité, antérieurement à la matière organique (1) (bien que cette conception soit aussi relative à chaque degré du développement de la science que l’est la religion à chacun des stades de son évolution). Pour Bogdanov (2), les différentes formes de l’espace et du temps s’adaptent à l’expérience des hommes et à leur faculté de connaître. En réalité, c’est juste le contraire qui a lieu : notre « expérience » et notre connaissance s’adaptent de plus en plus à l’espace et au temps objectif, en les reflétant avec toujours plus d’exactitude et de profondeur (3)...... »

.

Oulianov (Lénine), la théorie de la connaissance, dans « Matérialisme et empiriocriticisme », 1909.

.

(1) Aujourd’hui, le contenu de la parenthèse qui suit confirme (Bien que…), avec les nouvelles découvertes postérieure à son ouvrage montre à quel point Oulianov et les philosophes marxistes non dogmatiques avaient conscience du mouvement de la conscience par rapport au mouvement des sciences, des concepts, des systèmes de concepts, des synthèses historiquement provisoires.

.

(2) Philosophe disciple de Mach et de l’empiriocriticisme.

.

(3) Rappelons que dans cet ouvrage, à propos de la controverse née des découvertes sur la matière et des toutes nouvelles théories d’Einstein, Oulianov se prononçait, sur le plan de la physique, aidé par la philosophie et le matérialisme dialectique, pour l’idée et le fait que l’électron et le photon ont une masse, ce que contestaient des scientifiques idéalistes.

A noter qu’aujourd’hui on use du mot "matérialiste" pour qui à un rapport concret avec ses intérêts financiers. Mais être matérialiste c’est penser que la matière et de son mouvement existe indépendamment de notre conscience et que notre conscience est un produit du mouvement de la matière, d'un processus matériel qui a produit l'activité cérébrale de pensée que montre l’étude, l'ontologie de l'être social. Le terme "Idéalisme" en philosophie ne veut pas dire qu’on a un idéal moral et qu’un matérialiste n’en à pas.

Il est vrai aussi que le vocabulaire philosophique qui a été crée par les philosophes idéalistes, n’aide pas à la compréhension tant qu’on n’a pas maîtrisé son sens dans les multiples situations de son utilisation.

.

Enfin, sur la question de la « résurrection », pour les croyants, comme pour les incroyants, «la religion exprime une coordination sociale de l’expérience », mais coordination historique et non figée, non immuable, c’est à dire qu’à l’instar de St Paul, et malgré ses conceptions idéalistes de son temps, nous ne pouvons penser que la résurrection se fera sous la forme du corps, de notre corps tel qu’il existe à un moment donné de « son » ontogénétique. Dans sa vie de personne, la résurrection a lieu à chaque quantum de temps, c’est à dire qu’il n’est jamais le même dans son processus, sans cesse « un autre » même s’il hérite du moment passé, individuel et social, dans son unité. St Paul laisse à son intuition et la notre d’imaginer ce que peut être la continuité de l’individu, dans les limites des connaissances de son temps(1 Cor. 15.35) et dans les limites d’un « réalisme non matérialiste ». MAIS le matérialisme ne se réduit pas à un réalisme.

.

Evidemment, la seule résurrection dans la continuité ne peut être que la permanence de la trace laissée par l’existence et l’action de tout objet dans la nature, et de toute trace de pensée dans la pensée, dans son accumulation de pensée morte que représente la société humaine sur laquelle elle construit de « nouvelles strates » : coordination sociale de la multitude et infinie diversité des activités cérébrales, leur accumulation et leur réalité active à un moment donné.

.

Il faut se rappeler lorsqu’on parle de quantum(s) de temps-espace, que leur mesure est invariable et que les portions de temps micro et macro dans lesquelles les quanta se situent sont eux variables, ont une flèche et sont parcourus dans la continuité, de sauts, d’accumulation quantitative et qualitatives ; que le mouvement de la matière et ce mouvement particulier de la matière qu’est l’activité cérébrale et sociale, est constitué d’action et de réaction, de forces contradictoires sans lesquelles le mouvement et la matière, la matière-mouvement comme l’espace-temps n’existerait pas, le contraire serait raisonner par l’absurde, déadhérence conceptuelle sur des chemins sans issue à "reprendre en santé". C'est la résolution des contradictions dans une nouvelle qualité, elle-même contenant des forces contradictoires, opposées ou antagonistes (voir la thèse sur les oppositions ou antagonismes en "décalage" dans le processus temporel) qui constitue les sauts dans la continuité.

.

Voilà ce que l’observation de notre univers observable peut nous permettre de dire et d’user ici et maintenant pour résoudre nos problèmes de survie et de développement quotidiens et à venir, notre capacité de conceptualisation étant notre outil en ce qui concerne la nécessaire téléologie de nos gestes de survie et de développement à court et long terme.

.

Ernst Bloch a écrit et décrit « L’Athéisme dans le christianisme », le(s) passage(s) de la révolte christique contre la religion instituée de son temps et dans l’histoire de longue durée, contre les normes rigidifiée et leur carcan moral, et pour d’autres rapports sociaux.

A contrario, sans réduire totalement le message et l’acte, St Paul puis des théologiens renouvellent sans cesse l’institutionnalisation, et appellent à « ne pas chercher à changer de conditions » 1 Cor. 7.

Et Bloch « exhume » ainsi des « strates resurgissantes » de cet athéisme dans le christianisme (Antagonisme interne de la vision immobiliste dans le monde et de la transformation dans l’autre monde), telles la Guerre des paysans lors de la Réforme ou les formes les plus progressistes et radicales de la Théologie de la Libération, partant de la réalité sociale, concrète, pour la transformer, matériellement.

.

La boussole, pour ne pas se perdre dans ma complexité des rapports entre pensée et besoins, pour maintenir la déadhérence conceptuelle en santé, c'est revenir sans cesse au réel : la matière et de son mouvement existe indépendamment de notre conscience et notre conscience est un produit du mouvement de la matière, d'un processus matériel qui a produit l'activité cérébrale de pensée.

.

Pierre Assante, 2 septembre 2016

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 12:35
Frédéric RAUCH. Revenu de base : mauvaise réponse à de vraies questions

Frédéric RAUCH. Revenu de base : mauvaise réponse à de vraies questions.

.

Le « revenu de base », ou quel que soit son nom, fait partie de ces fausses bonnes idées pour résoudre les vraies questions du chômage et de la précarité.

L'idée est apparemment simple, il s'agit de fournir un revenu mensuel à chaque individu, indépendamment de son activité productive et de ses autres revenus, juste parce qu'il existe.

Ses sources idéologiques et théoriques sont multiples. La première est défendue par un courant utopiste. Son objectif, répondre au chômage de masse et à une « crise de sens du travail », en revendiquant un droit à revenu monétaire dissocié de tout emploi, plutôt qu'un droit à l'emploi considéré virtuel face au chômage. Certains membres de ce courant (A. Caillé, B. Stiegler, …) défendent l'idée d'une « allocation de citoyenneté », versée sous un certain seuil de revenu puis dégressive avec la hausse de ce revenu.

La seconde est ultra-libérale, proche du courant de l’École de Chicago. Elle vise à flexibiliser à la baisse le coût du travail en substituant aux prélèvements sociaux une allocation individuelle prenant la forme d'un impôt négatif financé par les ménages.

Différentes dans leur source, ces approches ont un handicap commun : elles postulent implicitement que l'on peut distribuer un revenu sans se soucier de sa production préalable.

Or un revenu ne se distribue que s'il existe ! C'est un principe de réalité, et il a des conséquences.

Un, il place la bataille pour la maîtrise sociale de la production de richesses et l’efficacité de cette production au cœur de celle de la répartition des richesses. Pour paraphraser Marx, disons qu'il rappelle que la maîtrise sociale de la sphère de la nécessité est la condition du règne de la liberté.

Deux, il pose la question de la validation sociale de la redistribution des richesses. Les défenseurs du revenu de base arguent que tout acte social, par sa contribution à la richesse collective, a une valeur économique qui justifie le revenu universel. Mais, une heure de pétanque a-t-elle socialement la même valeur qu'une heure de travail en entreprise ?

Trois, en déplaçant l'objectif d'une équité devant l'emploi vers celui d'une égalité devant un revenu social, le revenu de base entérine la logique du capital.

D'abord, parce qu'un revenu social distribué à chacun sans conditions accentuerait la déresponsabilisation sociale des entreprises. D'un côté, il favoriserait la pression à la baisse sur les salaires. Pourquoi en effet les augmenter, ou même conserver un SMIC, si les salariés bénéficient déjà d’un revenu d'existence déconnecté de tout véritable emploi ? Et de l'autre, il contribuerait aux attaques contre notre système de protection sociale collectif et solidaire, et plus largement contre les services publics. Pourquoi effectivement accroître le niveau de prise en charge sociale collective, si chacun a prétenduement les moyens de contractualiser individuellement sa prise en charge ?

Ensuite, parce que l'institution d'un revenu de base opérerait un double abandon : abandon de la lutte pour l'emploi contre le chômage et abandon de la lutte pour un dépassement du capitalisme. C'est ce qu'illustre l'argumentaire de la Proposition de résolution de EELV pour la création d'un revenu de base discutée au Sénat le 19 mai dernier. Le revenu de base y est défini comme un moyen « nécessaire pour accompagner dignement les mutations de l'économie française », supposées inéluctables, que sont la montée du chômage et de la précarité liée à la révolution numérique et aux délocalisations de l'appareil productif. Accompagner les effets néfastes de ces mutations et non contrer leurs causes, c'est traiter le symptôme et non la maladie. Et au final, faire du revenu de base l'outil du renoncement à la bataille pour emploi et sa sécurisation.

Quatre, ce serait en outre faire l'impasse sur le besoin de coopération collective qu'exigent les productions modernes, coopérations de travail et d'investissements, et de développement pour soi-même, permettant de construire l'efficacité sociale commune.

Disposer d'un revenu permettant de participer aux activités sociales créatrices et dans le même temps éradiquer le chômage, cela demande un objectif bien plus révolutionnaire et ancré dans la réalité, tant celle-ci est marquée par la nécessité humaine des moyens réels d'existence qu'il faut maîtriser pour assurer la conquête de nouvelles libertés. Cela nécessite de révolutionner les conditions dans lesquelles s'effectue la production de richesses afin de permettre à tous d'y participer, avec de nouveaux droits, et d'en bénéficier.

C'est ce que propose la sécurité d'emploi ou de formation, en assurant dans le cadre d'un service public de l'emploi et de la formation rénové, la possibilité d'une rotation choisie emploi-formation-emploi avec continuité du revenu tout au long de la vie. Ambition d'un dépassement progressif du marché du travail, et donc du chômage, qui renvoie, non à « l'accompagnement des mutations de l'économie française », mais à une nécessaire maîtrise sociale et démocratique de ses évolutions.

Frédéric Rauch

Rédacteur en chef d’Économie et Politique

L'Humanité, 1er septembre 2016

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
31 août 2016 3 31 /08 /août /2016 12:07
................VIDEO Cliquer ci-dessus
................VIDEO Cliquer ci-dessus

.

Université d'été des communistes -

Angers 2016 -

Economie et politique -

.

.

Interview de Frédéric Boccara

( économiste atterré )

.

https://www.youtube.

com/watch?

v=_IJRo7RutVk

.

.

D'AUTRES VIDEOs de l'Universté d'été :

http://www.pcf.fr/90783

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Université d'été des communistes - Angers 2016 -

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
31 août 2016 3 31 /08 /août /2016 11:47
...Nikolaï Boukharine...
...Nikolaï Boukharine...

.

Cette intervention d’Oulianov (Lénine) est à mon sens très instructive, encore aujourd'hui. De la proposition, l’orientation proposée par Lénine non tenue après sa mort par une autre orientation qui a pris le dessus, celle de l’analyse de Dougatchvili (Staline) et de son groupe, a découlé une rupture avec les objectifs de la révolution ouvrière et démocratique. Entre autre, la question de l'alliance avec la paysannerie russe, massive à cette époque et la recommandation d'un travail patient avec elle, pour construire une économie et une industrie nécessaire aux besoins de toute la population et des paysans qui en constituaient la majorité. Ce qui s'est passé après les années 1920 a été très différent de l'orientation de la NEP (Nouvelle économie politique, mise en oeuvre par Lénine et les communistes soviétiques, après la guerre civile, en 1921).

Evidemment on ne refait pas l’histoire.

Depuis, de nombreux communistes, communistes économistes ont planché sur la question, et sur la question dans la réalité actuelle d’aujourd’hui, celle du capitalisme mondialisé, numériquement informationnalisé. Celle des capacités d'intervention de tout le peuple et non d'un "guide", serait-ce un "intellectuel collectif".

Reste la question de la capacité à gérer, de la capacité à voir et comprendre la réalité pour les choix d'orientations à proposer, expérimenter, démocratiquement, avec les avancées, les reculs, les "modifications" d'orientations micro et macro à effectuer, avec l'expérience des siècles de la démocratie limitée et la nécessite de l'élargir au domaine de la production, du "que, quoi, comment produire" les biens nécessaires à la vie humaine, la démocratie du producteur pour répondre aux besoins humains dans son milieu, l'organisation du travail, l'économie et l'ergologie, et l'écologie.

Les "leçons du passé", aussi lointaines et différentes soient-elles de notre réalité actuelle ont une importance évidente, pour qui souhaite étudier et comprendre pour agir en santé sur le mouvement de la société .

La question de la NEP, dans l'économie de la Russie de l'après guerre de 1914 et de la révolution, comme la situation des "pays émergents" et la crise systémique aujourd'hui, nous donne à penser autre chose qu'un "grand soir" et une transformation radicale de la société et de son économie en rupture certes, mais en même temps en continuité avec l'existant, en le transformant, non en le cassant.

Paul Boccara, avec la collaboration de Catherine Mills dans "Pour une nouvelle civilisation", 2016, Editions du croquant, ECRIT :

"...dans une perspective authentiquement marxiste, le développement maximum du capitalisme et de son marché constitue une étape décisive jusqu'à son dépassement des conquêtes du marché pour la construction d'une civilisation nouvelle.

Et, au-delà des visées de Lénine sur la NEP, les réformes de Deng Tsiao Ping allaient précisément dans ce sens, ce que nous avions déjà souligné pour notre part dans une étude sur le marché, La Pensée, N° 280, mars-avril 1991...."

Cet ouvrage se termine sur le rapport entre la nature et le développement humain, "....l'objectif de création d'une conscience politique climatique...." et cite Naomi Klein "...cette crise, qui nous place devant une échéance inéluctable, peut pousser tous les mouvements sociaux à se rassembler..."

.

Pierre Assante, 27 août 2016

.

Lénine

XIe CONGRÈS DU P.C. (b)R.

(27 MARS - 2 AVRIL1922)

.

« ………Aujourd'hui, l'essentiel dans la nouvelle politique économique est de bien nous assimiler l'expérience de l'année écoulée. Il faut le faire, et nous le voulons. Or, si nous voulons y arriver coûte que coûte (nous le voulons, et nous y arriverons !), on ne doit pas oublier que la nouvelle politique économique a pour tâche- tâche majeure, décisive et commandant toutes les autres -, d'établir une alliance entre la nouvelle économie que nous avons commencé d'édifier (très mal, très maladroitement, mais commencé cependant, sur la base d'une économie toute nouvelle, socialiste, d'une nouvelle production, d'une nouvelle répartition) et l'économie paysanne, pratiquée par des millions et des millions de paysans.

Cette alliance n'existait pas, et nous devons, avant tout, la créer. Tout doit être subordonné à cet objectif. Il nous faut encore établir dans quelle mesure la nouvelle politique économique a réussi à créer cette alliance, et ne pas détruire ce que nous avons commencé, maladroitement, à édifier.

Nous bâtissons notre économie avec la paysannerie. Nous aurons à la remanier maintes fois pour arriver à établir une alliance entre notre travail socialiste dans le domaine de la grosse industrie et de l'agriculture, et le travail de chaque paysan, travail dont il s'acquitte comme il peut, en luttant contre la misère, sans finasser (le moyen de finasser quand il lui faut se tirer d'affaire, échapper au danger immédiat de mourir dans les affres de la faim ?).

Il faut montrer cette alliance, afin qu'on la voie clairement, afin que le peuple tout entier la voie, afin que toute la masse paysanne voie qu'il existe une liaison entre sa vie pénible d'aujourd'hui, vie incroyablement désorganisée, incroyablement misérable, douloureuse, et le travail qui se fait au nom des lointains idéaux socialistes. On doit faire en sorte que le simple travailleur, le travailleur du rang, comprenne que sa situation a été quelque peu améliorée, et qu'il a obtenu cette amélioration autrement que ne l'obtenaient les paysans peu nombreux à l'époque où le pouvoir appartenait aux grands propriétaires fonciers et aux capitalistes, où chaque amélioration (car il y a eu des améliorations incontestables et même très importantes) impliquait des humiliations, des brimades, des vexations infligées au moujik, des violences exercées contre la masse, et qu'aucun paysan de Russie n'a oubliées et n'oubliera pendant des dizaines d'années. Notre but, c'est de rétablir l'alliance, c'est de prouver au paysan par nos actes que nous commençons par ce qui lui est compréhensible, familier et accessible aujourd'hui, en dépit de toute sa misère, et non par quelque chose de lointain, de fantastique, du point de vue du paysan; c'est de prouver que nous savons l'aider; que dans cette situation pénible pour le petit paysan ruiné, plongé dans la misère et torturé par la faim, les communistes lui apportent un secours réel et immédiat. Ou bien nous le prouverons, ou bien il nous enverra promener à tous les diables. Cela est absolument certain…..

……

….Je le répète : c'est grâce à notre juste politique que le peuple nous a accordé un délai, nous a fait crédit. Ce sont là des traites, pour employer le langage de la NEP, mais qui ne portent pas la date de leur échéance. Quand seront-elles présentées ? Le texte des traites ne le dit pas. Et c'est là le danger, c'est ce qui distingue ces traites politiques des traites commerciales ordinaires. Voilà où nous devons porter toute notre attention. Nous ne devons pas nous rassurer sous prétexte que partout, dans les trusts de l'Etat et dans les sociétés mixtes, il y a des communistes responsables, excellents. La belle consolation, puisque ces communistes ne savent pas conduire les affaires et sont à cet égard pires qu'un vulgaire commis des capitalistes, qui a passé par l'école de la grande usine et de la grosse maison de commerce. Voilà ce dont nous n'avons pas conscience; il y a là de la vanité communiste, du comtchvanstvo pour employer la sublime langue russe. La vérité est qu'un communiste responsable, le meilleur, et manifestement honnête et dévoué, qui a subi le bagne et bravé la mort, ne sait pas faire du commerce, parce qu'il n'est pas un homme d'affaires, parce qu'il n'a pas appris cela et ne veut pas l'apprendre, parce qu'il ne comprend pas qu'il lui faut tout apprendre, depuis les premiers rudiments. Ce communiste, ce révolutionnaire qui a fait la plus grande révolution qu'on ait jamais vue dans le monde, ce révolutionnaire que contemplent sinon quarante siècles du haut des pyramides, du moins quarante pays européens avec l'espoir de s'affranchir du capitalisme, - ce communiste, ce révolutionnaire doit prendre des leçons auprès du vulgaire commis qui a trimé dix ans dans une épicerie, qui connaît son affaire, tandis que ce communiste responsable, ce révolutionnaire dévoué, non seulement ne la connaît pas, mais ignore même qu'il ne la connaît pas.

.

Voilà pourquoi, camarades, si nous remédions à cette première ignorance, ce sera une immense victoire. Nous devons emporter de ce congrès la conviction que nous ne savons pas faire le commerce et que nous devons l'apprendre, en commençant par l'a b c. Malgré tout, nous n'avons pas encore cessé d'être des révolutionnaires (bien que beaucoup disent, et même pas tout à fait sans raison, que nous nous sommes bureaucratisés), et nous pouvons comprendre cette simple vérité qu'en entreprenant une tâche extrêmement difficile, et nouvelle pour nous, il faut savoir recommencer, dès le début, à plusieurs reprises. Tu as commencé, tu es arrivé à une impasse, recommence, refais tout dix fois s'il le faut, mais arrive à tes fins. Ne fais pas l'important, ne tire pas vanité de ta qualité de communiste, tandis qu'un quelconque commis, un sans-parti, peut-être un garde blanc et même à coup sûr un garde blanc, sait faire le travail qui, économiquement, doit être accompli coûte que coûte, alors que toi, tu ne sais pas le faire. Si toi qui es un communiste responsable et qui possèdes par centaines titres et grades honorifiques, celui de «chevalier» de l'ordre communiste et soviétique y compris, - si tu arrives à saisir cette vérité, tu atteindras ton but, car il s'agit d'une chose qui s'apprend…..

…..

…..La troisième leçon complémentaire, est celle qui concerne le capitalisme d'Etat. Je regrette que Boukharine n'assiste pas à ce congrès ; j'aurais voulu discuter un peu avec lui. Mais je préfère remettre cela jusqu'au congrès prochain. Pour ce qui est du capitalisme d'Etat, il me semble que notre presse en général, et en général notre Parti commettent la faute de verser dans le libéralisme, dans l'esprit propre à la gent intellectuelle ; nous raffinons sur la question de savoir ce qu'on doit entendre par capitalisme d'Etat, et nous consultons de vieux livres. Or, ces vieux livres parlent de tout autre chose : ils traitent du capitalisme d'Etat qui existe en régime capitaliste ; mais il n'y a pas un seul livre qui examine le capitalisme d'Etat en régime communiste. Même Marx ne s'est pas avisé d'écrire un seul mot à ce sujet, et il est mort sans avoir laissé une seule citation précise, une seule indication irréfutable. Aussi devons-nous aujourd'hui nous tirer d'affaire par nos propres moyens. Et si l'on passe mentalement en revue notre presse, si l'on considère d'un coup d'œil d'ensemble la façon dont elle traite le problème du capitalisme d'Etat - ce que j'ai essayé de faire en préparant mon rapport -, on arrive à cette conviction que l'on tire à côté, que l'on regarde dans une tout autre direction.

Le capitalisme d'Etat, dans toute la littérature économique, c'est celui qui existe en régime capitaliste, quand le pouvoir d'Etat se soumet directement telles ou telles entreprises capitalistes. Or, notre Etat est prolétarien; il prend appui sur le prolétariat auquel il donne tous les privilèges politiques ; par l'intermédiaire du prolétariat, il attire à soi les couches profondes de la paysannerie (vous vous souvenez que nous avons commencé ce travail en instituant des comités de paysans pauvres). Voilà pourquoi le terme de capitalisme d'Etat désoriente bien des gens. Pour éviter cela, il ne faut pas oublier cette vérité majeure, à savoir qu'aucune théorie, aucun ouvrage ne traitent la question du capitalisme d'Etat, tel qu'il existe chez nous, pour la simple raison que les notions habituelles rattachées à ces termes, ont trait au pouvoir de la bourgeoisie en société capitaliste. Tandis que notre société à nous est sortie des rails capitalistes ; elle ne s'est pas encore engagée sur une voie nouvelle, mais ce n'est plus la bourgeoisie qui gouverne l'Etat, c'est le prolétariat. Nous ne voulons pas comprendre que lorsque nous disons « Etat», cet Etat, c'est nous, c'est le prolétariat, c'est l'avant-garde de la classe ouvrière. Le capitalisme d'Etat est un capitalisme que nous saurons limiter, dont nous saurons fixer les bornes, ce capitalisme d'Etat est rattaché à l'Etat, mais l'Etat, ce sont les ouvriers, c'est la partie avancée des ouvriers, c'est l'avant-garde, c'est nous…….. »

.

………….SUITE SUR CE LIEN :

.

https://www.marxists.org/francais/lenin/works/1922/04/d11c/vil19220400-03c11.htm

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 16:02
Au collectif PCF 13008, sur l'Opération MACRON.

.

Opération MACRON

.

A 50 ans et plus de distance, c'est le renouvellement de l'opération élections présidentielles ("Monsieur X") Defferre-Servan Schreiber qui avait fait flop.

.

Macron est reçu demain tout le jour à l’Université du MEDEF, le grand patronat, celui du CAC 40 (1).

.

Il s’agit pour Macron et Gattaz de constituer une perspective de candidatureS d’alliance droite-gauche se présentant comme une alliance centriste, d'avant et après élections, pour tenter d'empêcher les progrès de l'action pour une politique de gauche et une candidature de rassemblement de gauche, que propose le PCF.

.

Le MEDEF veut faire d'une pierre deux coups en saisissant l'occasion de l'échec politique et social de Hollande dans son glissement libéral insuffisant pour lui et radicaliser la politique antisociale.

.

Mais une opération politicienne, c’est une chose et la réalité de la population française, européenne et immigrée qui souffre de la politique hyperlibérale (mise en achat et en vente de toutes les activités humaines) de la finance ici et dans le monde, c’est autre chose.

.

Reste donc la question principale, non la candidature mais le PROGRAMME : maîtriser politiquement et par un grand mouvement populaire, SYNDICAL ET POLITIQUE, les institutions financières et monétaires et les rendre au service des besoins sociaux, aux progrès de la France et de l’Europe dans un monde de coopération.

.

Sans oublier les contradictions inter-impérialistes à museler qui font croître les menaces de généralisation de la guerre. Comme dit Chloé, ce n’est pas à la France ou une coalition à bombarder, c’est à l’ONU de promouvoir des solutions politiques aux conflits qui s’accroissent.

.

Voilà ce qu’est la perspective du capitalisme mondialisé, numériquement informationnalisé, s'il n'est pas combattu et qu’il faut dépasser, c'est-à-dire utiliser ses outils de travail actuels, de production et d’échange, ses propres outils techniques, locaux et mondialisés, ses outils institutionnels et militaires pour les mettre au service des besoins humains ici et partout.

.

CONTINUITÉ ET TRANSFORMATION PROGRESSIVE ET RADICALE. Un changement constructif et non destructeur.

.

Pierre Assante, mardi 30 août 2016

.

(1) Additif après-coup à l'article : "Les Echos" nous apprennent que Macron n'ira pas à l'Université d'été et que les patrons saluent le départ d'un bon ministre de l'économie. La retransmission de l'université sur la radio de BFM Busines nous en a dit plus et plus clair.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 12:06
ECHANGE SYNDICAL, Pierrot, 29 novembre 2008 :

.

ECHANGE SYNDICAL, Pierrot, 29 novembre 2008 :.

.

2 choses à la fois :

Refuser l’injuste,

S’appuyer sur la protestation pour construire un projet :

Etre des « ingénieurs de la transformation sociale »......

.

........SUITE, cliquer SUR LES LIENS :

http://pierre.assante.over-blog.com/article-echange-syndical-pierrot-29-novembre-2008-119883707.html

Et

http://pierreassante.fr/dossier/De_UNATOS_75_G_Pedrono.pdf

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche