Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 06:00

SAM_0309.JPGAvril 2004 

..........................

Le « cycle en spirale » le plus connu des humains est celui de la naissance à la mort d’un individu. Celui d’une espèce nous demande plus d’effort de conceptualisation, et l’échelle « supérieure » nous semble de l’ordre des « concepts inutiles ».

 

Naissance et mort nous obligent à un conflit interne entre instinct biologique de survie de l’individu et de l’espèce. Mettre en complémentarité les deux est propre aux grands courants de pensée philosophiques et religieux, aux individus qui les ont « incarnés », « représentés », « exprimés » et reconnus  du moins comme tels.

 

..............................

Quelquefois, les instruments psychologiques ont eu des résultats sur le savoir supérieurs à ceux obtenus par la technique. Dans ce cas, la technique était en contradiction antagonique avec la complémentarité individu-espèce. Ce doit être le cas lorsque la technique échappe à l’espèce pour devenir  privilège individuel. Est-ce le cas dès l’origine du travail ? Ou dès l’origine du travail spécialisé ?

 

La vision qui est à notre portée dans un moment historique précis et qui détermine notre rapport à l’univers nous permet ou pas de construire un usage. Cet usage peut être sain ou malsain, c'est-à-dire qu’il peut conserver ou détruire, développer  ou réduire.

 

L’usage est constitué de la multitude et de la diversité des usages. Cette multitude employée constitue l’activité humaine. L’essentiel de l’activité humaine répond à produire ce dont l’espèce, donc l’individu a besoin pour vivre et se développer..............

  

........LA TRACE texte complet SUR CE LIEN :

http://www.pierreassante.fr/dossier/LA%20TRACE%20M.E.P..pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

Partager cet article

Repost0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 06:00

SAM_0186.JPGLa chose

Qui échappe à la réification

C’est la chose

 

C’est la chose

Qui échappe à la réification

La chose

  

Qu’as-tu fais du poème que je t’avais donné

Tu as sauté sur un mot

Qui n’a plus été un mot

Mais une chose

Cette chose tu t’en es servi comme d’une pierre

Pour sauter de mot en mot

En en sautant beaucoup

 

D’un bond

Tu as sauté  de la première à la dernière parole

Ainsi tu as refermé le poème devenu

Chose

   SAM 0176

Ce n’est pas de la chute de F. dont je parlais

Il faut un an pour se remettre d’une chute

 

Je suis tombé du dixième étage

À Firenze

Ce poème il avait mûri longuement

Des dizaines d’années pour venir jusqu’à elle

 

Est beau ce que tu possèdes penses –tu

 

Et reconnu par l’argent

 

La confiance  revient et s’en re-va

Il faut un an pour se remettre d’une chute

 

Pierre Assante, août 2004

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

Partager cet article

Repost0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 17:16

Cet article publié le 19 avril 2012 est remis à jour régulièrement

pour information permanente sur cette conférence à venir.

 

Conférence et débat avec

Isabelle GARO (1),

le 25 Mai 2012 à  Marseille

 

Sur le thème :

"Idéologie et luttes d'idées aujourd'hui"

Sous l’égide de l’association F.T.P.

Et de la Fédération des Bouches du Rhône du Parti Communiste Français

 

A quelques jours des résultats des présidentielles et dans la préparation des législatives, le débat théorique de fond sur la pratique politique ne peut qu’être nécessaire à mettre en œuvre les grandes transformations sociales que le Front de Gauche et ses composantes proposent dans son programme et veut construire en marchant dans un mouvement populaire uni, déterminé, démocratique, avec au cœur le travail et le monde du travail, et sa libération.

garo3-copie-1Lorsque les moments de l'histoire s'accélèrent, lorsque les crises économiques, politiques, civilisationnelles posent la question de "que changer", "comment changer", une réflexion de fond s'impose sur le mouvement des idées, et ce qui en est devenu dans les périodes précédentes et actuelles.  

C'est ce travail qu'Isabelle GARO a fait dans ses derniers ouvrages  en général et qui fera l’objet de l’analyse du moment et à venir et la sous-tendra

Il ne tranchera rien mais nous donnera des outils, des armes pour le combat de classe, les luttes populaires au quotidien, et leurs perspectives,  leur  horizon  lointain  et rapproché.

Cette rencontre est organisée par l'association F.T.P. "Former, Transformer, Partager" et son Président, Michel CARRIERE, qui avec Jacques GIRAUD présenteront l'auteur et la soirée. 

Pierre Assante, 19 avril 2012

Isabelle GARO à Marseille, une date à retenir dès à présent.

Le vendredi 25 Mai de 18 heures à 20 heures

Fédération des Bouches-du-Rhône du Parti Communiste Français

280 rue de Lyon - 13015 MARSEILLE -

T. 04.95.05.10.10 - F. 04.91.58.57.24- contact@pcf13.fr

 

(1) Isabelle Garo est une philosophe française, auteure d'une thèse sur le concept de représentation chez Marx.

Née en 1963 à Saint-Germain-en-Laye, a enseigné la philosophie en lycées classiques et techniques dans la Marne, en classes préparatoires au lycée Faidherbe de Lille et enseigne à présent au lycée Chaptal à Paris.

Préside la GEME (Grande Edition des œuvres de Marx et d'Engels en français).

 

Anime avec Jean Salem, Jean-Numa Ducange et Stathis Kouvelakis le Séminaire « Marx au XXIe siècle : l’esprit et la lettre ». 

Codirige la revue ContreTemps

GARO-MELENCHON-HUMA-19.4.12.jpg

 

 ET,Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici  

Partager cet article

Repost0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 14:42

Programme : Au-delà du chiffrage une nouvelle logique

 

 IMGDes éléments de chiffrage du programme du Front de gauche ont été avancés dans divers journaux, dont Le Monde. Discutables et limités aux seules mesures fiscales, alors qu'il faut aller bien au-delà, avec un autre crédit bancaire, ils montrent surtout que leurs auteurs font fi de la nouvelle logique sur laquelle la mise en œuvre de ce programme permettrait d'embrayer, rompant avec les cercles vicieux de la croissance financière et du chômage, à la racine de l'emballement des déficits et des dettes.

On amorcerait, au contraire, un nouveau type de croissance tirée par la sécurisation et la promotion de l'emploi, de la formation, l'expansion des services publics et d'autres relations internationales.

Faisant reculer les gâchis de capitaux et de ressources naturelles avec l'intervention des DIMICOLI Yvessalariés et des citoyens, elle libérerait un énorme potentiel de création de valeur ajoutée. Elle mobiliserait l'argent des profits, des fonds publics et du crédit bancaire pour financer les investissements nécessaires à la réalisation d'objectifs sociaux et environnementaux novateurs.

Le programme du Front de gauche déclare : « Nous proposons que la BCE finance par création monétaire un Fonds de développement social, solidaire et écologique européen. »

Ce faisant, la BCE achèterait des titres publics des États de la zone euro pour une expansion des services publics, différenciée suivant les besoins nationaux, en vue d’une nouvelle croissance sociale.

De même, il s’agirait de déployer une « nouvelle mission de service public du crédit¡K au service de Copie (2) de 2011 03 28 012l’emploi, de la formation, de la croissance réelle et de la préservation de l’environnement ». Les taux d’intérêts des crédits à moyen et long termes aux entreprises seraient réduits de façon sélective  d’autant plus fortement que seraient programmés et vérifiés de bons emplois et formations, pour des investissements réels, matériels et de recherche, socialement efficaces. Ils pourraient être nuls voire négatifs (avec une diminution des remboursements).

Ce nouveau crédit sélectif permettrait aux PME de financer la fixation du SMIC à 1 700 euros bruts par mois, tandis que les grands groupes pourraient y faire face sans problème. Faire reculer les prélèvements des banques et des actionnaires (309 Mds en 2010, d'après l'INSEE) contribuera à la baisse des coûts. Les groupes du CAC 40 disposaient en trésorerie de 287 milliards d'euros l'an dernier (+26 %). S'agissant des personnels de l'État, la réduction des niches fiscalo-sociales accordées aux entreprises (172 milliards d'euros par an en comptant les niches déclassées) comme la taxation des grandes fortunes et des hauts revenus du capital y pourvoiraient.

Ce nouveau crédit pourrait être organisé aux niveaux local, national et européen. Ainsi, au niveau local, des Fonds régionaux publics prendraient en charge tout ou partie des intérêts.

Au niveau national, nous proposons l’institution d’un Pôle financier public mettant en réseau les institutions publiques et mutualistes existantes et de nouvelles banques nationalisées. Il contribuerait à impulser des orientations nouvelles dans tout le secteur bancaire et financier. Outre l'élan donné à un nouveau type de crédit, il s'agirait de lutter contre les activités spéculatives, y compris par la séparation des banques de dépôts et d’investissement, en conjuguant croissance réelle efficace et progrès social, avec également des taxations.

Enfin et surtout, ce nouveau type de crédit pourrait s’appuyer sur un autre financement des banques par la BCE qui - bien au-delà des rachats de titres publics et des 1 000 milliards d'euros qu'elle a dû prêter à 1 % aux banques sans aucune conditionnalité - devrait assumer de nouvelles missions prioritaires, pour l’emploi et la croissance réelle.

Ces propositions du Front de gauche sont cohérentes, au contraire de celles de F. Hollande et du PS, car elles mettent en cause la finance, tout en précisant l'audace nécessaire.

Loin des exercices traditionnels de chiffrage, toujours faux car contredits par les réalités ultérieures,  et qui visent à enfermer la réflexion des citoyens dans le fatalisme face aux contraintes réputées indépassables du capitalisme financier en crise, il s'agit de donner à voir la possibilité d'une autre logique.

 

Yves Dimicoli, Frédéric Boccara, Denis Durand

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 08:19

2012 01 15 018Contribution de Pierre Assante

Par Assante Pierre
Section du 8ème arr. de Marseille
Bouches du Rhône


Ecrit  Le 18 mai 2007

(Il y a 5 ans donc !)

 

Section du 8ème arr. de Marseille
Fédération des Bouches du Rhône

 

Nous entrons dans une période de destruction très accélérée des rapports sociaux. Nicolas Sarkosy et son équipe ne sont que la pointe avancée de cette entreprise qui a commencé de longue date. Cette équipe pense qu’en régentant sur la base du libéralisme économique, ils vont pouvoir relancer une cohésion sociale productrice de richesses. Mais c’est une conviction et non un enrégimentement qui procure une cohérence à la société.

Leur entreprise de destruction est basée sur le pouvoir de l’actionnariat contre le salariat. L’actionnariat consiste à retirer le plus possible de profit privé au détriment du salariat, qui, lui, est l’élément créateur des richesses. Les délocalisations, les suppressions d’emploi, la répartition extraordinairement inégale des richesses est le résultat d’une telle orientation politique. D’ailleurs la meilleure illustration de l’équipe Sarkosy est bien la récupération à titre privé dont elle jouit de cette répartition extraordinairement inégale des richesses.

Les 2% obtenus par Marie Georges Buffet n’est pas le fruit des seules erreurs des communistes. C’est le signe d’une désagrégation de toute une société (et des conditions de l’élection présidentielle), où la production des richesses par le salariat est mise au dernier rang des préoccupations de cette société, salariés compris, obnubilés par une consommation médiatisée et pourtant de plus en plus restreinte pour eux, en particulier pour les plus pauvres.

Le communisme est une grande idée d’avenir. Elle n’a pas à être fondée, elle l’est déjà. Mais il lui faut reconquérir ce qui fait sa force, le salariat et ses alliés, force que la crise a transférée à la grande communication dont la campagne de Sarkosy a illustré les méthodes et les moyens gigantesques. La crise du communisme est la crise de la société. Le rassemblement des anti-libéraux ne peut se faire qu’avec les communistes et non contre les communistes. Les différences de culture des uns et des autres, leur aspiration à l’hégémonie ne peut se résoudre non par l’hégémonie d’un groupe mais par celle de la re-mise de l’homme producteur au centre de la société.

Les élections législatives peuvent être un moment de cette reconquête, en votant pour les candidats d’union anti-libérale et du PCF. Cette reconquête s’inscrira dans la durée et retrouvera toute sa force au bout de l’enrégimentement qui conduira à l’échec de la politique de l’équipe Sarkosy-MEDEF.

Pierre Assante, 18 mai 2007

  

 et la suite (merci au webmester du site PCF13 !) :

Assante Pierre
Section du 8ème arr. de Marseille
Bouches du Rhône

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 07:44

14mai10 003Pour faire un pont il faut savoir faire un pont.

Mais il faut d’abord avoir besoin et envie de faire un pont et de passer le pont.

Qui ne sait faire le pont et échoue à le faire se décourage de le faire.

Besoins, envies, savoirs, se nourrissent donc mutuellement, indispensables les un-e-s aux autres.

Pierrot, 19 avril 2012

 

"Petit rappel d'économie politique" en 16 points pour changer la vie tous ensemble et "La métamorphose..." sur ces liens :
 
 
 
"OFFENSIFS" NUMERO SPECIAL MEETING DU FRONT DE GAUCHE A MARSEILLE-PRADO,
8 demi pages scannées :

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 21:00
nadine.jpg ·                   Pour l'info et les inscriptions, cliquer sur les liens ci-dessous :             
 
 Occitane Nadine Cesari A CUMPAGNIA U PONTICELLU
Stage de polyphonies corses à Marseille , il reste encore des places !!

 

stage de polyphonies corses animé par jacky micaelli - Arrondissement de Marseille / Marseille 05 (1    

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 20:45

JAN10 010Place au peuple à ses langues à ses cultures

Nous appelons à voter pour les candidat-e-s du Front de Gauche à l'élection présidentielle et aux élections législatives : Place au peuple, à ses langues et à ses cultures !

Ar bobl, e yezhoù hag e sevenadurioù war al leur !

Plaça al pòble, a sas lengas e a sas culturas !

Lekua utz herriari, haren hizkuntzei eta kulturei !

Femu u so locu à u populu, à e so lingue, à e so culture !

Feu lloc al poble, a les seues llengües i a les seues cultures !

De plekke is om 't volk, om ze taelen en om ze kuulteuren !

Plàtz ìm Volk, ìn sina Sprocha un ìn sina Kültüra !

Plaz fir de Vollek, fir seng Sproochen a Kulturen !

Done la plasse le pèp, zot  lang, zot kiltir !

 

Premiers Signataires de l'Appel (par ordre alphabétique) :

— Henri AUSSEIL, professeur honoraire, ancien responsable syndical de l’académie de Montpellier, catalan, PCF — Viviane BIANCARELLI, éducatrice spécialisée, élue à l’Assemblée de Corse, Porto-Vecchio (Corse-du-Sud), PCF — Jacques BLIN, animateur culturel, Réseau des langues et cultures de France : http://languesculturefrance.free.fr, Sète (Hérault) — Pierre BOUTAN, maître de conférences honoraire en sciences du langage, IUFM de Montpellier, auteur de : "La langue des Messieurs", histoire de l'enseignement du français à l'école primaire, PCF — Dominique BUCCHINI, président de la Collectivité Territoriale de Corse — Delphine CASTELLI, enseignante, élue régionale (Nord), PCF — Alain CHARRIÉ, musicien et chanteur occitan, Sète (Hérault) — Denis-Serge CLOPEAU, médecin, Morbihan, PG — Elian CELLIER, professeur d’occitan, Bagnols-sur-Cèze (Gard), PCF — Gilbert DALGALIAN, linguiste, ancien directeur pédagogique de l’Alliance française de Paris, auteur de : Enfances plurilingues. Bénéfices et conditions d’une éducation bilingue (Morbihan) — Laurence DALEAU, professeur des écoles maître formateur, classe bilingue créole réunionnais/ français. La Réunion — Magali DARGENT-BIZOT, enseignante, écrivaine occitane, Roquevaire, (Bouches-du-Rhône) — Hervé FERRIÈRE, maître de conférences en épistémologie à l'IUFM de la Guadeloupe, FASE et PG — Marie-Jeanne FEDI, employée, syndicaliste, élue locale et à l’Assemblée de Corse, Vescovato (Haute-Corse), PCF — Joël GALLAIS, parent d'élèves en école bilingue breton/français, responsable politique départemental (Morbihan), PCF — Denis GALVIER, enseignant, auteur compositeur interprète, groupe Coriandre, Sommières (Gard), PCF  — Gege GWENN, écrivain en langue bretonne, instituteur Diwan et vice-président de la Communauté de communes du Yeun Elez, (Finistère) — Pierre GRAU, enseignant retraité, catalan, Montpellier — Roger HILLEL, universitaire honoraire, journaliste au Travailleur Catalan, Pyrénées-Orientales, PCF — Anita KERVADEC, professeure, responsable syndicale en charge des Langues Régionales, membre du Conseil Académique des Langues Régionales, Vannes (Morbihan), PCF — Patricia LABORIE, professeure, militante culturelle, ancienne responsable syndicale académique, Pontivy (Morbihan) — Célina LE BOUR, professeure des écoles bilingues publiques breton-français, militante FASE — André LE GAC, ancien maire et conseiller général en charge du breton, Plougastel (Finistère) — Stéphane MANGANELLI, chanteur provençal, Vaqueyras (Vaucluse) — Isabelle MAZELIN, professeure en collège, Landerneau (Finistère) — René MERLE, écrivain, historien, auteur de : Culture occitane, per avançar, Toulon (Var) — Daniel MURINGER, artiste musicien, syndicaliste SFA-CGT, Mulhouse — Noelle PEOC'H, militante syndicale et associative, Chateaulin-Carhaix (Finistère) — Michel PÉDUSSAUD, étudiant en occitan, Plaisance-du-Touch (Haute-Garonne) — Jean-Luc POUGET, cadre territorial, Fondamente (Aveyron), PCF — Philémon POUGET, professeur honoraire, ancien responsable académique de l'enseignement de l'occitan, Montpellier — Alain RAYNAL, journaliste retraité, Montauban (Tarn-et-Garonne) — Maximilien REYNÈS-DUPLEIX, syndicaliste et Libre Penseur, Moissac (Tarn-et-Garonne), PCF  — Marie-Jeanne VERNY, maître de conférences en occitan, Université Paul-Valéry Montpellier III, militante associative, co-coordinatrice de : L'école française et les langues régionales, PCF

Annexe : le texte du Front de Gauche sur les langues et cultures de France (La diversité culturelle, les langues de France...)

Le Front de Gauche entend promouvoir en France et dans le monde la diversité culturelle, dont un des fondements concerne la reconnaissance de la richesse que représente la diversité des langues et des cultures. Ce sont des vecteurs populaires d’échanges sans égal dans un monde avec plusieurs milliers de langues et seulement moins de deux cents Etats. Les langues en effet, contrairement à d’autres pratiques sociales, ne s’excluent pas, et le monolinguisme est un handicap qu’il s’agira de faire reculer, sur la base d’une donnée de fond : il n’y a pas en soi de langue inférieure ou supérieure à une autre. La situation française avec une seule langue officielle commune ne saurait pour autant conduire à des pratiques d’exclusion par la langue que manifestent les projets officiels et ceux de l’extrême-droite, par exemple pour acquérir la nationalité française.

Consciente de ses responsabilités pour préserver les richesses de la diversité culturelle qui constitue le patrimoine de l’humanité, menacé par le rouleau compresseur de l’uniformisation liée à l’impérialisme culturel anglo-saxon, la France doit s’engager à mettre en œuvre un programme de défense et de promotion de toutes les autres langues et cultures, en particulier celles qui sont en danger, au sens des recommandations de l’UNESCO. C’est le cas pour la plupart des quelques soixante-quinze langues repérées sur son territoire (dont le plus grand nombre dans les DOM-TOM). C’est le meilleur moyen de combattre les repliements communautaristes qui favorisent la xénophobie en instrumentalisant les langues et les cultures.

Il relève des obligations de l’Etat de proposer une offre généralisée d’enseignement en matière de langues et de cultures, et de soutien à la création et à la diffusion culturelles qui tiennent compte de la géographie et de l’histoire de ses territoires, en coordination avec les différentes collectivités locales : régions, départements, communes… A cet effet, la Délégation générale à la langue française et aux langues de France verra ses moyens renforcés. Elle sera mise en relation directe avec un Haut conseil aux langues et cultures de France qui sera institué avec la représentation des différents groupes linguistiques, y compris les langues issues de l’immigration  et celles sans territoires.

Un plan de promotion des Langues et des Cultures de France sera présenté pour chaque législature au Parlement, en vue de permettre une présence renforcée dans la vie sociale de cette diversité culturelle, en particulier dans les médias, en redéfinissant leur cahier des charges.

Une nouvelle loi mettra à jour la loi  Deixonne de 1951, qui autorisait l’apprentissage des langues régionales dans l’enseignement public, et le Front de Gauche s’engage d’ores et déjà pour en rédiger le projet, en s’adressant aux différents partenaires et associations linguistiques et culturels.

Le Front de Gauche, dans sa volonté de refonder une Europe au service des peuples, intègrera les langues et cultures de France comme moyens d’ouverture sur nos voisins, en proposant de réviser tant sa constitution que la Charte européenne des langues, pour en permettre sa signature.

 

Pierre Boutan Montpellier

 

Vous pourrez vous joindre à cet appel si vous le désirez
dès le 14 avril 2012, en vous rendant sur le site
http://www.petitions24.net/placeaupeuple_aseslangues_asescultures

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

Partager cet article

Repost0
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 18:16

 

London-StrunskyExtrait : Dans toute action collective, à court ou à long terme, et dans toute action individuelle dans cette action collective, la constituant à corps défendant ou non, le degré de conscience anthropologique influe différemment sur le cours de cette action.

Cela se voit dans l’observation de l’histoire passée. Cela se voit moins dans l’instant de l’acte, le présent n’étant observable que sur une quantité de quanta de temps.

Même si chaque quantum contient et les traces passées et les éléments du devenir, c’est l’ici et maintenant qui constituent notre élément, notre matière première à transformer…..

 

Rappelons la constitution biologique de l’humain. Sans le séparer de ses autres constitutions ( minérale, pensée…) et en sachant qu’elles sont l’une dans l’autre, qu’elles fonctionnent comme des organes d’un corps et même « plus », qu’elles s’interpénètrent sans frontières, à la différence apparente des organes….

 

Pour schématiser les fonctions en utilisant arbitrairement les fonctions « maternelle-sociale-fusionnelle » et « paternelle-sociale-séparatrice » diffuses dans tout fonctionnement social on peut observer que : l’humain ne peut être que tiraillé entre la fusion nutritionnelle et la séparation pour la recherche de la nourriture.

Nourriture « matérielle » et « morale ».

Mais la séparation sera toujours plus proche de l’individualisme, de l’égoïsme (non en tant que « valeurs » abstraites figées, mais en tant que mouvement de vie), paradoxalement, alors que la fusion qui semble apparemment plus proche de « l’assistanat » parasitaire est pourtant une unité active et créatrice du JE et du NOUS.

Ainsi, de la naissance à la mort, la vie est traversée par ce besoin de fusion que seule ma mort résout dans la société.

Cette mort dans laquelle s’exprime la naissance, et qui fait vagir le vieillard….. 

 

En ce sens, la mort à laquelle nous résistons, pas seulement des autres mais la notre propre, est le soulagement in extrémis.

Soulagement si fugace qu’il ne peut rivaliser ni avec l’amour ni avec la continuité-rupture de chaque moment de vie, qui s’expriment en quanta de temps…..évidemment et assurément….

 

La capacité d'approche de la mort, paradoxalement est un signe de développement anthropologique et de développement de la vie pensante en tant que développement continu e qualitatif de la conscience de la nature sur elle même....

 

Ce qui n'est contradictoire en rien avec le plaisir de vivre.

 

Pierre Assante, Mardi 17 avril 2012

 

Sur ce lien :

http://www.pierreassante.fr/dossier/fusion_separation_action_sociale.pdf

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 05:33
Rodolfo Riccidi Rodolfo Ricci
L’11 Aprile ultimo scorso, un dispaccio dell’FMI ha chiarito, oltre alla certificazione della recessione e a vari ammonimenti sull’instabilità globale, che la vera spada di Damocle che pende sulla testa del mondo è costituita dall’eccessiva longevità degli anziani nell’Occidente sviluppato. In pratica, l’età media della popolazione, europea in particolare, sta mettendo a serio rischio la sostenibilità del welfare (quindi dei conti pubblici, quindi della finanza mondiale)  e dunque bisogna correre ai ripari: suite : ..........Continue reading »

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 03:14

AAA triple huma 16.1.12

Le vote utile pour la gauche, Alain MORIN, revue ECONOMIE et POLITIQUE

 

Ouvrir cet article avec ce lien : ici 

http://www.pierreassante.fr/dossier/ECOPO-FEVRIER-2012-A.MORIN.pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 03:03

2012-04-03-IVORRA-HUMA.jpg

  

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 17:24
20101012 021Frédérique ROLET, co secrétaire générale du SNES-FSU introduit le congrès en le plaçant dans le contexte économique, social et politique et en en définissant les grands enjeux.  
    
DISCOURS D’OUVERTURE DU CONGRES

 

Par Frédérique ROLET

Co secrétaire générale du SNES-FSU

 

....Le congrès national, moment important dans le fonctionnement du SNES se tient aujourd’hui dans

un contexte difficile mais ouvrant de véritables défis. Trois semaines avant les élections

présidentielles, suivies des législatives, il nous faudra mettre à profit ce temps de réflexion

collective pour analyser au mieux le contexte, le sens des mutations à l’oeuvre dans notre

société, en déduire la stratégie la plus efficace, ce que nous allons porter d’essentiel, supporté

par quelle mobilisation.

Difficile si l’on regarde quel est l’état actuel de la société française, plus largement la crise qui

frappe l’ensemble du monde et plus particulièrement l’Europe, les conséquences sur les

populations. Ne sous estimons pas la gravité de la situation, l’installation durable d’une crise

profonde du capitalisme suscitant des réponses coordonnées dans les différents pays européens

qui, toutes, ont pour objectif de faire payer la crise aux peuples, d’imposer des politiques de

régression sociale.......

Cliquer sur ce lien pour télécharger la suite du texte du discours :
 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 17:00

Partager cet article

Repost0
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 16:30

 MORIN PORTRAIT

BULLETIN D'ABONNEMENT : ICI

http://www.pierreassante.fr/dossier/eco_et_po_abonnement.pdf

 

L'Edito d'Alain MORIN : "Le vote utile pour la gauche" :  ICI

http://www.pierreassante.fr/dossier/ECOPO-FEVRIER-2012-A.MORIN.pdf

 

Sommaire : ici

http://www.pierreassante.fr/dossier/ECOPO_FEV_2012_SOM.pdf

 

 ECOPO-FEV.-2012-SOM-jpg

 

 

ECO---PO_FEVRIER-2012_0001.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

 

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

 

 

Partager cet article

Repost0
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 07:12

bloch principe espérance

 

"Le Principe Espérance", 8 pages choisies sur optimisme et pessimisme....

 

 

Pour lire les citations choisies, Cliquer ici ou 

sur l'image ci-contre

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

http://www.pierreassante.fr/dossier/BLOCH_ERNST_PRINCIPE_ESPERANCE_1.pdf

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 07:00

CULTURE-FdG_0001.jpg…L’HUMANITE DES DEBATS, 8 avril 2012 : justement, doit-on intégrer de façon plus importante l’art dans l’enseignement scolaire puis en dehors de l’école, dans les entreprises par exemple ?

ALAIN HAYOT : c’est précisément ce que nous voulons lorsque nous parlons de révolutionner les rapports entre l’art et la société. Dans l’ouvrage que nous avons publié (voir photo), nous faisons des propositions afin de refonder le service public de la culture. Cela passe par de nouvelles ambitions citoyennes pour nos établissements culturels, une remise à plat de l’ensemble des dispositifs d’éducation artistique à l’école, de la maternelle à l’université, une volonté nouvelle de renouer un lien étroit dans les entreprises entre le travail, l’art et la culture, lien que nous définissons comme un droit au même titre que la formation parce qu’il contribue à l’expression de la dignité humaine et à l’exercice de la citoyenneté. La même démarche doit s’appliquer à l’urbanité et à chaque territoire, en refusant cette dichotomie imbécile entre culture de l’élite et celle du peuple. Celui-ci n’est pas dénué de culture, il est privé de parole et nous voulons la lui rendre dans un souci de fabriquer du commun car la culture est un bien commun et nécessite un véritable service public…

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 00:07

Copie-de-SSA50671.JPGIl en est de la charte des langues minoritaires comme du bon usage et du mauvais usage d’un outil.

Pour ne pas, à l’instar des « gournaous », « piter » à tous les hameçons, il faut prendre un sujet reçu élaboré par d’autres et les travailler par soi-même et collectivement.

Qui veut le savoir sait que la charte des langues minoritaires, régionales que nous défendons parce que nous voulons que toute culture ait un droit égal, quelle que soit la place qu’elle ait obtenu dans l’histoire, et à partir de notre amour non aveugle pour elle, évidemment, la charte des langues minoritaires, régionales dis-je, des langues de France, de la langue d’Òc,  a été soutenue et promue aussi par ceux qui voulaient construire une Europe des régions niant les droits sociaux acquis dans le cadre des nations par le salariat et les populations. C’est un fait.

006Ce sujet a été traité et démontré très sérieusement, même si les tenants des « pour » ou des « contre » la charte ont mis, naturellement, dans leurs sacs bien d’autres préférences personnelles ou collectives que celle d’un traitement strict de la question des langues minoritaires. Mais n’est-ce pas le sort de tout débat où chacun fait entrer ce qu’il veut allant dans son sens et ses intérêts.

Cela est en premier lieu le sort des sujets d’ordre « interclassistes ». C’est le cas de la défense d’une culture traitée « en général » qui plus qu’un autre sujet peut voir la rencontre d’intérêts de classe fort différents et sans que l’on s’en avise, opposés et antagoniques.

Bon, après cette déclaration d’un amoureux et défenseur de la culture d’Òc, la mienne, grande culture où les troubadours, puis IZZO Commune de Marseilleles troubaires, et tant d’expressions d’être de chaque jour des habitants d’Òc à travers les siècles jusqu’à aujourd’hui, …et de ma « grand » Marie, ne sont pas seulement des esthétismes sectaires , mais l’expression de la vie humaine dans ce qu’elle de divers et de multiple, et dont l’existence concrète ici et maintenant, comme les traces (au sens d’Ernst Bloch) sont impossibles comme nuisibles à être effacées.

Vous trouverez dans l’article suivant qui a 10 ans, quelques éléments, sans doute à débattre contradictoirement, mais qui donne des faits sur l’exploitation d’une revendication culturelle dans les sens des dominants et des exploiteurs, et sur la destruction culturelle elle-même en cours, au même sens que la destruction sociale à laquelle nous avons assisté ces dernières années et contre laquelle nous luttons pour construire un avenir vivable.

Avoir des visions diverses et des faits divers sous les yeux ne peut qu’aider à la bataille pour la reconnaissance culturelle d’idée et de fait. Il ne s'agit pas de partager totalement (Cela ça n'existe jamais) mais de s'instruire sur des points de vues différentes.

Nous avons vu, dans les mesures de restriction et d'attaque contre l'enseignement de l'occitan, par exemple, qu'il ne suffit pas d'une loi ou d'une déclaration, mais il faut une volonté politique. Une mesure qui pourrait avoir (?) un effet effectif immédiat serait peut-être un organisme interrégional des régions d'Òc de France (projet débattu de longue date dans la commission "Dire Òc" du P.C.F.13 de 1981), sans tomber dans l'illusoire et nocif nationalisme d'Òc, pour promouvoir leurs cultures historiques, dans l'esprit d'ouverture et la coopération de l'humanité à travers tous ses acquis et activités, leurs mouvements et potentialités présents et à venir, leurs liens entre productions dites "matérielles" et "symboliques", dans leur unité. Elles ont pour cela pour dès aujourd'hui des moyens pour le faire.

 

Pierre Assante, 5 avril 2012

 

Voici l’article en question sur une partie de l'historique de la charte:

http://www.pierreassante.fr/dossier/LA_PENSEE_JUIN_2003.pdf

Et un complément, tiré de "les règles de l’art", Pierre Bourdieu, Essais, Editions du Seuil.

http://www.pierreassante.fr/dossier/BOURDIEU_LA_RENCONTRE_DE_DEUX_HISTOIRES.pdf

 

La position du FRONT de GAUCHE sur les langues et cultures :

http://www.pierreassante.fr/dossier/MELENCHON_LANGUES_REGIONALES.pdf

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 06:00

ANEM_OC_HUMA-2.4.12_0002.jpgANEM_OC_HUMA-2.4.12_0001.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SUR "LA MARSEILLAISE" AVEC CE LIEN :

http://www.pierreassante.fr/dossier/LA_MARSEILLAISE_0C_2.4.12_2PAGES.pdf

 

Sur la défense et la promotion de la diversité culturelle, voir article sur ce lien :

http://pierre.assante.over-blog.com/article-defense-de-la-culture-occitane-pour-quoi-sujet-accessoire-ou-principe-democratique-diversite-bi-100186640.html

 

La position du FRONT DE GAUCHE

sur les LANGUES ET CULTURES REGIONALES sur ce lien :

http://pierre.assante.over-blog.com/article-langues-et-cultures-de-france-une-position-du-front-de-gauche-101790646.html

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 05:30

Cet article a été mis en ligne sur ce blog une première fois le 19 août 2011

  IMG

DURAND-CREDIT.jpgEn ces temps de crise dite financière et boursière, revenir sur cet ouvrage est du plus grand intérêt.

Il aborde particulièrement la question du crédit, sujet brûlant s'il en est aujourd'hui. Si l'ouvrage est circonscrit au sujet du crédit il n'en aborde pas moins à travers lui la question plus large du mode de production actuel, ses limites et les perspectives de transformation.

"Il montre comment, du local au mondial, les luttes sociales et politiques pourraient imposer la mise en oeuvre de mesures concrètes pour faire reculer la domination des marchés financiers et mobiliser le crédit, afin de contribuer à rendre possible une nouvelle civilisation, libérée du chômage de masse et de l'insécurité sociale"

 

Quelques bonnes pages (pages 327 à 331, la conclusion de l'ouvrage),

UNE et quatrième de couverture : ici

 

http://www.pierreassante.fr/dossier/DENIS_DURAND_Pages_327_331.pdf

 

Voir aussi la revue ECONOMIE ET POLITIQUE sur ce blog

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 05:00

AGAMBEN.jpgConcept d’épistémicité, suite, la somme et le reste, libre commentaire n’engageant que l’auteur de ces lignes, de ce blog.

 

Revenant sur ce que j’ai développé dans mes articles sur le concept d’épistémicité du Professeur Yves Schwartz, en le priant de m’excuser si je suis hors sujet, je  condense en la formule qui suit ma « remarque », libre (et farfelue ?) « interprétation » dont j’assume la responsabilité personnelle, qui n’engage que moi-même : le « reste » est dans la « somme », et la « somme » est dans le « reste ». Ceci sur la question de l’axe de séparation des savoirs et des épistémicités comme sur tout autre mouvement humain et de la nature (1).

 

On ne peut pas non plus ne pas faire référence dans une telle réflexion, à Henri Lefebvre et à Giorgio Agamben. 

 

Le « reste » est dans la « somme », et la « somme » est dans le « reste ». Pourtant, il n’y a pas identité de la somme et du reste.

 

Par exemple, plus le temps qui reste se rétrécit, plus il condense la somme.

 

Et le temps qui reste dans un processus ne limite pas le temps ni sa somme et ouvre un processus d’une autre qualité qui possède sa propre somme et son propre reste.

 

C’est une question de fond pour tout être humain qui n’est pas résigné aux limites (qu’il ne peut pourtant que nier, sans atteindre la négation de la négation) de son espèce et de lui-même quant aux interrogations sur notre raison d’être dans notre espace-temps sur lequel nous tentons d’élargir nos connaissances. Question de fond sans réponse mais non sans intuitions qui sont une somme immensément plus « petite » que le reste.

 

Le travail spéculatif, qui repose sur un élargissement scientifique continu, c’est notre seule « arme », et l’élargissement scientifique se situe, évidemment, dans ce reste et cette somme.

 

La spéculation, et celle-ci sans doute,  peut paraître et être folle lorsqu’elle s’aventure loin des repères  « attestés ». Loin ne veut pas dire sans.

 

La connaissance la plus fine possible du processus nous permet de situer les éléments du processus de la façon la plus opérationnelle possible pour la résolution des questions que la vie nous pose pour poursuivre notre propre processus dans le processus général.

 

Les processus contiennent bien la continuité et les « sauts », au sens où l’entendait Jean Jacques Goblot pour les civilisations par exemple. La difficulté suprême de notre travail spéculatif, c’est d’une part la croyance en un unique processus repéré et donc, d’autre part, notre absence de vision des sauts de processus, notre limitation mentale d’un processus global à un processus unique, malgré la réalité d’unicité des processus. Unité des contraires et unité des processus dans le processus, et qualité différente des processus et des sauts de processus : en quelque sorte, nous ne sommes pas capable d’imaginer un processus général dans lequel le processus général apparent, qui nous apparaît, pourrait connaître lui-même des sauts qualitatifs, changer de qualité, être et devenir un processus différent et inimaginable et inimaginé.

 

Je ne voudrais pas par ces considérations plus qu’hasardeuses mettre en cause le sérieux des échanges que je peux avoir avec des chercheurs reconnus, dont l’œuvre est pleine de santé et de progrès ici et maintenant, et par là pleine de générosité et de solidarité et d’efficacité.

 

Je veux seulement repousser mes limites, ne serait-ce que par besoin et plaisir pour moi-même, dans la façon d’aborder la question des processus. Si l’on limite l’appréhension des processus aux limites de celui dans lequel nous nous mouvons, aussi ample soit-il par rapport à nos capacité d’appréhension, d’imagination, nous bornons dores et déjà l’appréhension des processus « restreints » dont nous faisons l’étude. Et nous donnons à notre concept « d’illimité » la limite d’un processus d’une qualité « donnée ».

 

Il y a donc une double menace sur la pensée, celle de la dé-adhérence « sans retour » et celle de la dé-adhérence apparente mais seulement apparente.

 

La rationalité « vrai » repose bien sur une dé-adhérence illimité liée aux besoins ici et maintenant de survie et de développement. L’exemple flagrant de la rationalité limitée est bien contenu dans la façon d’aborder la rationalité par une classe dominante, donc limitée à des besoins « restreints » et l’exemple d’envol de la rationalité est bien donné par la lutte des classes dominées.

 

Et si une classe dominée en vient à ne plus résister à une rationalité restreinte imposée par une classe dominante, c’est là que le processus général est menacé d’une maladie mortelle.

 

Nous n’avons pas le langage nécessaire à l’analyse et la description d’une telle vision des processus. Nous ne l’aurons qu’après avoir dépassé notre vision actuelle. Le langage, s’il permet les résolutions ne peuvent naître qu’après les résolutions : sommes et restes…..

 

Ce type de spéculation « ne sert-il à rien ? », pour reprendre une observation qui peut lui être faite aussi bien pour le quotidien, le « pratique », que pour la recherche, la « poïesis », l’action créatrice d’avenir, de processus.

 

Le temps connu contient toujours la spéculation comme l’accumulation des observations et de leur mise en relation dialectique, leur syncrétisme et leur synthétisation,  et cette expérience se poursuit, pratique et énigmatique….

 

Pierre Assante, 22 mars 2012

 

(1) Dans ce cas, les « savoirs » seraient la « somme » et les « épistémicités », le reste, dans le tableau du Professeur Yves Schwartz. Mais somme et reste ne sont pas un concept pour ce seul sujet, qui serait lui-même limité à un seul concept.

 

L'article précédent sur les commentaires sur les épistémicités : ici 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici  

Partager cet article

Repost0
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 16:04

 

garo3-copie-1Isabelle GARO sera à Marseille le 25 mai 2012, invitée de l'association F.T.P. et de son Président, Michel CARRIERE (Former, Transformer, Partager) pour présenter ses ouvrages

 

Voir détails sur ce lien :

ici

GARO HUMA TOUBOUL 0001

GARO-HUMA-TOUBOUL_0002.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

 

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 09:00

COLLAGE.-CARTEMBA-N--1.jpg

Il semble que nous puissions arriver, enfin, à une sorte

d'équilibre en mouvement entre une identitidé transformatrice,

opérationnelle, et un rassemblement au service de cette

transformation.

Ainsi, la question de fond, économique en dernière instance, et

essentielle, pourra prendre le dessus dans le débat et l'action, ce

qui est indispensable pour que cette action aille au-delà de la

protestation vers la transformation du mode de production, seule

issue à la crise.

L'autre question est que dans ce mouvement, l'appel au "vote

utile", partisan et démagogique contre le vote pour le

changement réel, appel qui a suivi, en réaction au succès

du rassemblement du Front de Gauche avec Jean Luc Mélelchon

à La Bastille, pourrait faire perdre tout le mouvement d'opposition

au sarkozysme.

Un appel au vote utile sans principe s'oppose objectivement à

une montée générale du mouvement et au rassemblement sur les objectifs indispensables à une

réussite du mouvement.

Mais, par la force et la montée du mouvement, ce ne sera pas le cas.

Pierre Assante, 19 mars 2012

 

"...Comme la Vie est Lente
Et comme l'Espérance est Violente..."

Guillaume Apollinaire (1880 - 1918)

 

La financiarisation ne peut exister sans la production

tout en entrant en contradiction avec la production.

(voir "La métamorphose du travail")

 

En cliquant sur le site ci-dessous vous trouverez le grand rassemblement de la BASTILLE ... !!!!!

 

Illustration, Un collage de Roger FROSINI dont il nous donne les clefs lui-même :CARTEMBA 1. Pourquoi ? Parce qu’il est issu de cartons prélevés sur des CART ons d’EMBA llage de produits ordinaires du commerce: yaourts, fromages, céréales; etc... Comme quoi on peut faire du neuf avec du vieux, avec des déchets; c’est presque comme le compostage qui permet de faire un beau jardin, sans polluer; là, on obtient un brin “d’art populaire” à partir de rien du tout. Une philosophie à tirer de tout cela ? Je le pense, avec des prolongements de réflexions vers la politique, la société, la dialectique, etc..!

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 09:58

10 plus gros benef. HUMA. 26.3.12

10-plus-gros-benef.-HUMA.-26.3.12_0001.jpg

 

 

 

Le

FRONTde GAUCHE et Jean Luc MELENCHON proposent de fixer la hiérarchie des salaires de 1 à 20 .

Documents et articles : HUMA du 26 mars 2012  

Si les PDG étaient au salaire maxi, Pierre IVORRA, Huma 26 mars 2012 :

http://www.pierreassante.fr/dossier/IVORRA_HUMA_26.3.12.pdf

Cahiers de doléances, Michel GUILLOUX, Huma 26 mars 2012 :

http://www.pierreassante.fr/dossier/GUILLOUX_HUMA_26.3.12.pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 11:25

Copie de 000 2424Une nouvelle campagne démarre

Il n’y aura pas de grand soir mais ce fut une journée magnifique que ce 18 mars, où les rues de Paris ont vibré pour redonner à toute la France l’oxygène qui lui manquait.

Le Front de gauche a créé l’événement. Qui imaginait, il y a quelques semaines encore, une manifestation politique populaire et citoyenne aussi massive et aussi large dans cette campagne électorale conçue, dès l’origine, pour exclure toute parole populaire, tout engagement collectif, toute espérance de transformation sociale ?

Du jamais vu ! Toutes celles et tous ceux qui, par le moindre geste, ont contribué à cette réussite ont commencé ensemble à relever le défi que nous nous fixons dans cette présidentielle : permettre au peuple et à ses attentes de changement – pour décliner les paroles du chant « pas de sauveur suprême, ni dieu, ni César, ni tribun, décrétons le salut commun ! » – de s’imposer.

La Bastille ouvre un chemin de lutte et d’espoir

Aux cris de « Vite, la 6e République », la Bastille ouvre un chemin de lutte et d’espoir. Notre pays en a un immense besoin. Il souffre trop. Avec cette marche, redevient crédible l’idée que le monde du travail peut reprendre ses affaires en mains.
A droite, on avait tout prévu sauf l’insurrection démocratique, sauf ce moment de basculement où des centaines de milliers de Françaises et de Français, de femmes et d’hommes proclament : la politique c’est notre affaire, et payer pour les riches c’est fini. La mobilisation des communistes pour la réussite de cette journée exceptionnelle, joyeuse, combative, fraternelle, a été spectaculaire. C’est le fruit d’un travail militant que je veux saluer ici : le lancement à la Fête de l’Humanité, les 300 000 programmes L’humain d’abord diffusés depuis lors, les centaines d’assemblées citoyennes dans tout le pays, dans nos quartiers et aux portes des entreprises, les milliers de distributions et cette invite constante : « sans préalable d’aucune sorte, mêlez-vous-en ! »

En parcourant la place de la Nation avant le départ de la marche, j’ai pu rencontrer et féliciter nombre d’entre vous. Je profite de cette occasion pour le dire à toutes et à tous : ce travail patient, respectueux, inventif qui est le vôtre dans une campagne commune et collective est déterminant. C’est lui qui permet l’entrée en campagne à nos côtés de milliers de femmes et d’hommes engagés dans les combats sociaux, syndicaux, citoyens, associatifs dans le pays, qui n’ont plus le temps d’attendre et peuvent s’engager durablement dans la dynamique que le Front de gauche a fait naître. Cela donne aussi force et courage à ceux que vous avez investi de la responsabilité d’animer cette bataille, à Jean-Luc Mélenchon qui porte avec talent notre ambition commune, à moi-même, à nos candidates et candidats aux législatives que nous voulons voir nombreux en juin entrer à l’Assemblée nationale.

Le peuple est de retour, la gauche est de retour

La Bastille est le signe que nous avons déjà remporté une première victoire. Le peuple est de retour, la gauche est de retour.

Rien n’est acquis. La bataille va être encore rude dans les semaines à venir. Mais mesurons à sa juste valeur l’immense potentiel que nous ouvre le travail accompli.

Depuis dimanche, c’est une nouvelle campagne qui démarre. Des milliers de nos concitoyennes, de nos concitoyens impatients de se débarrasser de Nicolas Sarkozy et de sa politique restent habités de doutes sur la portée de la victoire attendue : notre vie changera-t-elle vraiment ? Aujourd’hui, la campagne du Front de gauche modifie cette situation. La victoire peut être synonyme d’espoir. Le potentiel de mobilisation du Front de gauche est ainsi devenu le meilleur atout de la gauche pour gagner et pour, ensuite, réussir. Ne nous laissons pas impressionner. On nous parle de « vote utile » ? Quoi de plus utile que le travail entrepris par le Front de gauche, et le vote pour son candidat ?

Oui, il redevient possible, non seulement d’imaginer que ce sont là les derniers jours de la droite au pouvoir, mais aussi les temps premiers d’une renaissance démocratique et d’une politique de gauche dictée non par le consensus mais par la détermination à combattre la dictature de l’argent. Oui, il redevient possible d’envisager de reprendre la main sur les richesses du pays, sur le pouvoir économique et de le soumettre aux besoins humains et sociaux.

Oui, il redevient possible d’envisager à court et moyen terme l’inversion de l’ordre établi. La portée de ce que nous construisons va bien au-delà de l’échéance présidentielle qui en est la première étape décisive. Ce que nous visons, c’est la mise en mouvement de majorités d’idées et d’action, de majorités électorales et populaires, autour d’objectifs de changement clairs, de majorités agissantes décidées à « ne rien lâcher » tant que ces objectifs ne sont pas atteints.

Oui, ces majorités d’idées et d’action sont possibles si les forces populaires s’en mêlent. Oui, peut devenir majoritaire, contre les logiques austéritaires, l’exigence d’une relance de l’activité fondée sur l’augmentation des salaires, la revalorisation nette du Smic, des retraites, des pensions. Oui, peut devenir majoritaire la nécessaire reconquête de la retraite à 60 ans pour tous financée par la mise à contribution des revenus du capital et de la spéculation. Oui, peut devenir majoritaire la proposition de nationaliser les grandes banques et de fonder un pôle public bancaire et financier en changeant le rôle de la BCE. Oui, peut devenir majoritaire l’exigence de réinvestissement massif dans les services publics. Oui, peut devenir majoritaire l’idée que travailler, étudier, se loger, se nourrir, se soigner, se cultiver sont des droits fondamentaux qui doivent être garantis à tous en toutes circonstances. Oui, peut devenir majoritaire l’exigence d’une 6e République où la participation citoyenne aux décisions politiques et économiques du pays, de l’entreprise aux institutions, sera constante, où la démocratie réelle et permanente sera la garantie de la transformation sociale. Oui, peut devenir majoritaire le principe de refondation d’une Europe sociale, démocratique et écologique. Ce sont ces majorités d’idées, ces fronts de lutte qui constituent les conditions d’une politique de gauche.

Comment mener à bien et réussir cette immense tâche ?

D’abord, en poussant le plus haut possible le vote Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle. Des milliers d’électrices et d’électeurs peuvent en prendre conscience : s‘emparer de ce bulletin de vote est le meilleur moyen de construire une victoire solide et durable sur la droite et l’extrême droite, de rendre cette victoire utile à toutes celles et tous ceux qui ont le plus besoin de changement.

Ensuite, en s’engageant maintenant beaucoup plus fortement dans la campagne pour les élections législatives. La victoire présidentielle ne sera rien si elle n’est pas garantie par une majorité parlementaire capable de voter les lois d’un changement véritable, celles qui reprendront dans les actes les rênes du pouvoir aux marchés financiers. Notre campagne des législatives peut dès maintenant donner du sens et plus de force à la campagne présidentielle. Nos candidates et candidats doivent sans attendre faire relais avec la campagne de Jean- Luc Mélenchon pour inscrire sa portée dans la durée.

Enfin, en intensifiant partout le travail de rassemblement, d’assemblée citoyenne, de mise en débat et de mise en action qui permettra aux citoyens de porter ensemble les objectifs d’une politique de changement. Jusqu’où porter ces objectifs ? Je le répète, jusqu’à leur mise en œuvre effective. Jusqu’au gouvernement ? nous questionne- t-on. Nous n’en sommes pas là. Nous aurons à en décider, collectivement et souverainement, à l’issue de ces deux campagnes, présidentielle et législatives. Notre objectif est clair : modifier suffisamment la situation pour rendre un vrai changement possible.

Pas question d’aller gouverner si la rupture avec les politiques d’austérité n’est pas au rendez-vous. A écouter nos partenaires de gauche, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour y parvenir. Aurons-nous la force et le temps d’imposer de tels changements à gauche d’ici fin juin ? Nous y travaillons et nous aurons à apprécier, ensemble, ce que nous avons pu, ou pas, faire bouger et comment continuer. Le Front de gauche est en mouvement. La route est engagée. Elle est belle. Ensemble, nous sommes la gauche, le cœur battant de la gauche. L’esprit de conquête doit plus que jamais être notre boussole. Je compte sur vous.

Pierre Laurent

Secrétaire national du Parti communiste français, président du Conseil de campagne du Front de gauche.

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche