Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2020 3 15 /01 /janvier /2020 07:29

 

Dans LE REGNE DE L'ARGENT POUR L'ARGENT, LE CAPITAL, on ne mesure pas la dégradation et les retards pris dans le développement humain.

 

LE REGNE DE L'ARGENT POUR L'ARGENT, LE CAPITAL produit

-A la fois des avancées techniques d’une puissance nouvelle.

-Il les met en contradiction avec un développement sain de la personne et de la société

-Il ouvre des possibilités à les mettre en œuvre en santé par une transformation radicale et progressive de l’organisation de l’échange et de la production.

 

Les fièvres sociales indiquent la contradiction de l’argent pour l’argent entre les possibles et leur réalisation.

Elles indiquent un retard de développement malgré la modernisation quantitative de l’organisation sociale.

Elles ouvrent la voie aux réflexions sur la transformation en santé, aux projets, et les mettent de fait en œuvre dès à présent, dans les prémices de nouveau en santé qu’elles favorisent.

 

Ce retard fait que des plans du local au mondial sont nécessaires pour reconstituer les tissus sociaux endommagés, emploi, santé, formation et transmission sociales…

Sans une construction de processus de rattrapage et de construction nouvelle, les protestations ne nourriront pas la transformation en santé de la société. Certes les protestations n’intègreront que progressivement ce besoin, mais si la patience est une vertu révolutionnaire, le temps est aussi compté.

 

Une révolution du crédit, du système financier, vers la transformation qualitative du marché du travail, de celui de la production et de la consommation, du marché monétaire et financier, du marché l’international, vers une réduction et abolition progressive du système de vente-achat de la force de travail, réduction revendiquée aujourd’hui à travers une juste retraite, est incontournable.

Les conditions d’une transformation saine du marché du travail part du droit à la sécurité d’emploi et de formation, au même titre que la sécurité sociale.

 

Tout cela passe par des transformations immédiates et des transformations générationnelles.

La révolution européenne entre autres, passant par la BCE et l’organisation démocratique de l’EU et de son évolution avec une convergence entre son propre développement et celui du monde dans la coopération à mettre en œuvre au plus vite. La situation sociale française dépend aussi de cela.

 

Dans les protestations justes et nécessaires on ne mesure pas la dégradation et les retards pris dans le développement et la satisfaction des besoins en développement et complexification. L’accumulation de retards va de pair avec l’accumulation quantitative des moyens de satisfaire les besoins sociaux en croissance et complexification. Ce double mouvement  pousse à la résolution de la contradiction entre besoins insatisfaits et croissance des possibilités de les satisfaire par une transformation qualitative du système économique et social

 

Pierre Assante. 15 janvier 2020.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2020 2 14 /01 /janvier /2020 07:02

 

Publié une première fois le 16 décembre 2019

 

SCENARIO A LA GRECQUE OU PAS ? REPONSE AUX PESSIMISMES.

 

La grande et belle bataille à base syndicale qui se déroule a-t-elle quelque chose à avoir avec le scénario politique à la grecque de 2015 ? (1)

Oui et non.

Oui parce que le débouché de la lutte sur le plan européen, ses institutions, la BCE etc. est encore insuffisant.

Oui aussi et surtout parce que le débouché sur des solutions systémiques touchant à la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital  n’ont pas pris l’ampleur suffisante.

Dans les deux cas la lutte nationale a besoin d’un débouché européen, de la « solution de la BCE », pour « résumer » la situation.

Non, parce que les économistes communistes travaillent le mouvement dans cette direction.

Non, parce que cette lutte pour une vie après la vie salariée touche à des choix de civilisation et rassemble les luttes pour la santé, la sécurité de santé, d’emploi, de formation.

Non, parce qu’elle contient une nouvelle expérience qui peut développer des possibles.

Certes, le pouvoir est et reste tenu par les féodalités économico-financières mondiales et la lutte entre grands, moyens et petits vassaux qui continuent à décider au jour le jour de nos vies de producteurs et de citoyens, en décidant dans leur guerre économique pour le taux de profit, de l’usage et du mouvement du capital.

La lutte entre capital et travail connaît pourtant de nouvelles perspectives qu’elle avait relativement perdues dans les luttes de classe strictement nationales constituant les limites des décennies passées.

La question de « prendre le pouvoir sur l’argent », condition en dernière instance des moyens de vie, des moyens des multiples activités humaines dans leur milieu, la terre, et dans le rapport de l’humanité avec l’univers, s’élargissent.

Les raison d’optimisme, quelle que soit l’ampleur de la crise économique, écologique, du travail, sont plus grandes que les raisons de pessimisme. Chaque jour apporte la preuve d’un progrès technique et politique de l’humanité, en France, en Europe, en Chine et dans le Monde, pour répondre aux besoins élémentaires et complexes de production et de reproduction des moyens de la vie humaine et de la vie humaine tout court.

Les grands accords-désaccords-accords économiques internationaux, le mouvement des rapports de force internationaux donnent la mesure des reculs et des avancées, qui font fluctuer l’optimisme et le pessimisme, en creux ou pas.

La bataille d’explication 1) sur la contreréforme gouvernementale sur les retraites 2) sur les solutions de la commission économique du PCF permet d’avancer 3) sur une conscience plus générale non seulement des effets de la bataille à partir de l’usage de la plus-value 4) et celle des causes systémiques de la crise, au-delà de la « simple bataille » salaires-plus-value,  et des moyens de la dépasser, c’est-à-dire concrètement de résoudre les revendications portée par la luttes sociales aujourd’hui en résolvant la crise de suraccumulation-dévalorisation, dans un processus de création vers un nouveau  système économique et social. Cette bataille ici et maintenant n’est qu’un moment, important certes, d’une longue bataille à contenu systémique.

Pierre Assante. Lundi 16 décembre 2019.

(1) Lire  : "Grèce, élargir la brèche, refonder l'Europe". Editions Economie et Politique, 2015.

 

LE RECUEIL "Le 5 Décembre" : Cliquer

ici

https://pierreassante.fr/dossier/RECUEIL._LE_5_DECEMBRE_2019..pdf

 

*******

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2020 1 13 /01 /janvier /2020 11:59

 

DIVERSIFICATION COMPLEXIFICATION COHÉRENCE RECENTREMENT COOPÉRATION.

 

Les physiciens et astronomes constatent dans l’univers accessible par nos sens, nos outils, notre science et notre conscience, une complexification, une diversification, un mouvement de cohérence dans cette complexification-diversification.

La complexification-diversification du mouvement de l’humanité, sa croissance quantitative et les sauts qualitatifs auxquels elle aboutit, fait partie du même mouvement général, universel.  

Ceux qui étudient l’activité humaine, et analysent d’une façon pluridisciplinaire les situations de travail c’est-à-dire les conditions et caractéristiques en mouvement et en conservation-développement –dépassement dans lesquelles les hommes produisent physiquement et moralement ce dont ils ont besoin pour vivre et se développer, font la même constatation.

Aborder la succession d’évènements micros et macros, l’influence de l’homme sur son propre destin, les besoins nouveaux à développer en matière de production, d’organisation sociale, de développement de la conscience, sans comprendre ou au moins voir en quoi consiste un mouvement universel dans lequel l’humanité et la personne existent, est pour le moins réactionnaire, corportementalement  hostile au progrès humains, c’est-à-dire à la poursuite d’un mouvement en santé du processus humain qui est le nôtre.

Certes un tel processus concernant l’humanité dans l’immensité de l'espace-temps qui nous est connu semble minuscule et dérisoire. Et les évènements de notre petite vie insignifiants.

Oui et non. Oui si l’on se considère comme un centre privilégié de l’univers, non si l’on considère que nos choix constituent une part de la santé de notre espèce et de son rapport de complexification-diversification-cohérence général.

Le mouvement  universel La complexification-diversification et ses, son saut qualitatif de recentrement-cohérence peut s’appeler, pour les êtres humains, cohérence et communisme.

La bataille actuelle pour la retraite qui fait partie du processus de complexification-diversification avec son objectif syndical et politique de réduire la dépendance de l’activité humaine à la vente-achat de la force de travail,  les actes généraux comme "les plus petits actes quotidiens", le « tourbillon de la vie », peuvent nous cacher ce mouvement général. Pourtant s’y insérer consciemment est sans doute un progrès infiniment grand.

Pierre Assante. 13 janvier 2020.

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2020 1 13 /01 /janvier /2020 06:24

 

DEUX CRISES EN UNE.

A L’ORIGINE CELLE DE LA VENTE-ACHAT DE LA FORCE DE TRAVAIL.

 

La crise économique c’est celle de la suraccumulation-dévalorisation du capital que crée le système capitaliste lui-même et qui tend à réduire, relativement et/ou absolument les échanges et la production liés, nécessaires à la vie humaine.

La crise de civilisation c’est celle de la vente-achat de la force de travail. La crise économique découle de la crise de la vente-achat de la force de travail, le salariat.

La crise de la vente-achat de la force de travail s’exprime parfaitement dans la puissance de la lutte de classe contre la contre-réforme macronienne des retraites. La contre-réforme macronienne apparaît clairement à la conscience des salariés et des autres exploités comme un allongement de la durée du travail salarié, du temps de vente-achat de la force de travail. Cet allongement de la durée du travail salarié contraint, la contre-réforme macronienne le permet en réduisant les prestations, les moyens de vie pour qui veut aller à la retraite dans les temps actuels et mieux en les améliorant. La contre-réforme macronienne le permet aussi en ouvrant la voie à la capitalisation de l’épargne retraite par les compagnies financières. Les deux choses aboutissant in fine au même résultat : travailler plus en temps de travail journalier et sur toute la vie, pour gagner moins, selon les critères hollando-sarkosiens, c’est-à-dire pour une vie diminuée.

Le peuple français, le sachant ou pas, mais en conscience fondamentale, est un peuple de formation profondément marxiste, sans dogmatisme, et sans le terme obligatoire, dans sa lutte contre d’exploitation. Et il n’est pas le seul, ni tout seul, bien sûr.

Sans le terme obligatoire, mais le terme compte aussi pour éclaircir le réel dans lequel nous combattons et recherchons les progrès de la vie humaine, de l’humanité.

 

Pierre Assante. 13 janvier 2020.

 

LE RECUEIL "Le 5 Décembre": Cliquer

 

ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

******

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

 

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2020 7 12 /01 /janvier /2020 11:41

INFOs de la Commission Economique du PCF. Réunions et débats

15 janvier, et 7-8 fevrier 

à suivre.

« Quelle révolution pour un monde de coopération et de partage ? »

 

Cher.e. ami.e, cher.e. camarade,

nous vous adressons les meilleurs voeux de la commission économique du Parti communiste pour la nouvelle année. Des voeux de réussite personnelle, et des voeux de victoire dans l'affrontement entre notre peuple et le capital.

Dans un moment particulièrement intense de cet affrontement, nous vous convions à la prochaine réunion de notre commission
mercredi prochain 15 janvier de 18 heures à 21 heures, au siège du PCF, salle de réunion du cinquième étage.

Il sera possible de suivre la séance en vidéoconférence.

Avec une introduction de Frédéric Boccara sur la conjoncture mondiale, elle sera consacrée à la préparation des rencontres internationales « Que faire face à la mondialisation capitaliste ? » qui auront lieu les 7 et 8 février prochains au siège du PCF.

S'il fallait un seul exemple pour en convaincre nos concitoyens, le rôle du géant américain de la gestion d'actifs Blackrock dans la réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron suffirait à démontrer combien la globalisation économique est une question politique déterminante pour les luttes et pour la transformation sociale. Ce phénomène majeur généré par le capitalisme en crise est travaillé par deux grandes forces, la globalisation financière et la révolution technologique. Il pose deux grands enjeux auxquels se heurtent les luttes et la recherche de rassemblements en faveur d’une transformation sociale et sociétale comme les recherches d’alternatives : les multinationales et le dollar US.

Avec la montée des tensions financières, avec le chômage, le sous-emploi, l’insuffisance massive de qualifications, la précarité généralisée, avec la crise écologique, mais aussi, désormais, avec la véritable « guerre commerciale » déclenchée par D. Trump, la mondialisation économique semble en crise. Ses terribles fléaux s’aggravent radicalement. Dans le même temps notre monde apparaît de plus en plus commun. Une nouvelle phase se cherche. Elle est porteuse de dangers extrêmes comme de potentialités progressistes, avec des aspirations inédites vers un monde de coopération et de partage commun à toute l’humanité, ainsi qu’avec le poids acquis désormais par les pays émergents où vit la majorité de l’humanité, dont la Chine sortie de la misère.

Face à cette crise, nous récusons la fuite en avant dans le globalisme ultra-libéral, tout comme une prétendue « dé-mondialisation » ou un repli national. Mais la bataille d’idées fait rage. Et l’option de s’en tenir à une simple limitation de la mondialisation n’apparaît pas à la hauteur des défis. Nous pensons qu’il faut travailler les voies d’un changement de logique. Ce qui est cause, c’est l’envenimement impérialiste qui prend le pas sur le processus possible d’unification. Ce qui est en cause, ce sont les buts sociaux du capital qui pilotent la mondialisation actuelle, comme ses modalités, ses règles et la nature des acteurs qui la dominent. Nous voulons révolutionner la mondialisation, mettre en cause radicalement sa logique capitaliste et impérialiste, et avancer vers un monde de coopérations, de partage, de développement des biens communs et de l’emploi pour toute l’humanité.

Il est d’abord nécessaire de travailler au diagnostic de la mondialisation actuelle et d'avancer vers une grille d’analyse commune ancrée sur un échange des analyses théoriques.

Mais il nous apparaît aussi nécessaire d’identifier de grandes propositions et lignes de batailles communes, voire de chercher à s’organiser en ce sens. Ceci d’autant plus que les risques s’accumulent d’une nouvelle crise financière mondiale, plus grave encore que celle de 2008, plongeant ses racines dans le type même de réponses apportées à cette dernière.

Articulant différences et soucis communs, quelques grandes revendications politiques pourraient être portées en commun. Tout particulièrement des revendications alternatives concernant une monnaie commune mondiale alternative au dollar et celles portant sur les multinationales. Cela inclut la question des alternatives aux traités internationaux actuels de libre-échange ou celle des institutions (refonte du FMI et des autres organisations internationales). Cela inclut le rôle de l’Europe, la question de l’Union européenne, de ses règles et instruments, tout particulièrement l’enjeu majeur de l’euro et de la Banque centrale européenne.

Des personnalités, chercheurs, responsables politiques, sndicalistes de France et de plusieurs pays (Chine, Cuba, Hongrie, Belgique...) ont déjà confirmé leur participation.

Nous vous invitons à participer activement aux débats de ces rencontres, et à leur préparation. On peut s'inscrire ici.

Nous profitons, d'autre part, de ce courrier pour vous donner des nouvelles de l'appel « Retraites : pour une réforme de progrès social et de civilisation » lancé par Frédéric Boccara et 92 personnalités, qui recueille de nouveaux soutiens importants. LIEN : L'Humanité a publié aujourd'hui une table ronde entre quatre des signataires qui va très utilement contribuer au débat et au rassemblement pour une alternative au projet Macron-Philippe.

 Nos voeux pour 2020 accompagnent donc un début d'années particulièrement riche en événements et en responsabilités pour notre commission.

Bien fraternellement,

Le collectif d'animation de la commission économique.

Reçu le 8 Janvier 2020.

 

LE RECUEIL "Le 5 Décembre": Cliquer

 

ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

******

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

 

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2020 7 12 /01 /janvier /2020 09:23

 

"Tout ce que Wagner a « piquÉ »

À Liszt…"

 

Réflexions sur :

1) LA FORMATION DES SYSTEMES DE CONCEPTS ET DE STYLES.

2) La résistance générale à la soumission à la vente-achat de la force de travail.

3) La contradiction fondamentale du système économique et social mondial dans lequel la suraccumulation-dévalorisation du capital qu’il crée par essence......

 

La formation de systèmes de concepts dans l’activité mentale humaine est déterminée par les besoins de l’individu et les besoins de la société dans leur rapports et interaction dialectiques, en évolution et en complexification, en santé ou pas. Contourner cette réalité constitue une déadhérence conceptuelle sans retour possible, une sortie dans l’espace de la pensée qui peut ne pas être sans beauté ni sans utilité mais appelant sauvetage collectif.

Déterminé ne veut pas dire qu’un besoin particulier ou l’ensemble des besoins vont pouvoir produire automatiquement un système de concepts unique.

Certes le système de concepts sera unique mais découlera d’une multitude de possibilités aléatoire. C’est ce qui fait la différence entre une conception de la nature et de l’homme de création divine et une conception de la nature et de l’homme en autocréation, ce qui ne veut pas dire non plus que l’homme est une conscience totale de son autocréation. Il ne maitrise d’une part consciente de cette autocréation. Et la part inconsciente n’est pas divine non plus, elle est la part d’intuition, de déjà su par l’expérience non encore devenus savoir empirique  ni savoir scientifique. Il ne maîtrise qu’un part de la nécessité, par sa création, son autocréation, son travail créatif, mais il la fait évoluer, en santé ou pas...

La formation de systèmes de concepts dans l’activité mentale humaine est donc en mouvement. En même temps plus elle se complexifie, plus elle a tendance, contradictoirement, à se figer et à se rigidifier si l’entité sociale se fige et se rigidifie par une résistance trop grande aux transformations sociales nécessaires.

Cette rigidification est caractéristique dans une littérature qui après l’éclosion de la Résistance et de la Libération du nazisme et d’un moment du capital qui l’a favorisé, c’est systématisée dans l’acceptation de l’Etat existant même lorsqu’il devient invivable pour une part humaine, puis une masse des humains qui vivent dans cet état existant. Certes, il n’y a pas arrêt sur image de l’état existant, social et mental en unité, mais il y frein à son développement c’est-à-dire frein aux dépassements micros et macro des contradictions, de la luttes des contraires dans le mouvement humain en rapport avec le mouvement de la nature, dont il est partie. Le frein aux dépassements micros et macro des normes antécédentes, des contradictions contenues dans tout mouvement, et le mouvement c’est l’existence, c’est la mise en aggravation des conditions de santé du mouvement, c’est-à-dire de sa poursuite, de son existence future.

La santé ce n’est pas un état d’équilibre, mais un état de mouvement apte à se poursuivre, à évoluer, à se complexifier sans chuter gravement, sans une chute mettant son existence en danger.

Le refus de dépassement des contradictions est tenu non seulement par ceux qui tiennent les rênes mais par tous ceux dont le mode de vie est dépendant des normes économiques, politiques, culturelles antécédentes, c’est-à-dire tout le monde dans la mesure où le mode de vie des normes antécédentes est une contrainte incontournable, quelle que soit notre opinion de cette contrainte, une nécessité tant qu’il n’est pas rompu qualitativement dans l’affrontement lent ou rapide, calme ou violent, des forces contraires du mouvement ; c’est à dire des hommes divisés, en unité de « fonctionnement », « dans et par » ces forces contraires ; forces contraires qui passent entre les classes sociales opposées, et dans les systèmes de concepts de toute entité humaine, têtes des individus et société en interaction dialectique.

Les paroles « forces conservatrices » et « forces réactionnaires » ont tout leur sens, que ce soit en économie, en politique ou dans le domaine dit strictement culturel, dans leur fonction commune.

Qui veut aller le plus loin possible dans l’étude de la lutte contre l’allongement du temps de travail et la réduction ou le frein aux conditions de vie après le temps d’activité salarié ou marchand au sens strict en général verra qu’il y a là une résistance générale à la soumission à la vente-achat de la force de travail.

Dans un système de concept en mouvement, il y a un débat de valeurs sur les catégories qui se forment dans la pensée, la catégorie TRAVAIL aussi et surtout.

Ce débat de valeur traverse toutes les classes et toutes les couches sociales. S’il y a résistance, rien ne peut être figé totalement par les uns et les autres.  

Mais

1) lorsque les décideurs de l’usage et de la circulation du capital qui est le sang de la société capitaliste, c’est-à-dire le sang de la société mondiale actuelle, parce que son moyen d’échanger les biens nécessaire à la vie humaine et de les produire par conséquent…

2) lorsque ces décideurs et profiteurs privilégies de cet usage se réduisent à une si infime minorité, un si infime pourcentage, il y a signe que, quelle que soit le rapport des forces contraires de par les moyens mis en œuvre dans cette domination…

3) cette domination ne peut se poursuivre sans immenses dommages pour la santé sociale.

Les mouvements locaux, nationaux, mondiaux disent cela, et pas depuis aujourd’hui, mais depuis les Fronts Populaires de par le monde depuis le siècle passé.

Ce qui est nouveau, c’est la contradiction au paroxysme entre les forces sociale et entre les normes antécédentes et le besoin de nouvelles normes. Sans vouloir résumer la situation de façon caricaturale, on ne peut ignorer la contradiction fondamentale du système économique et social mondial dans lequel la suraccumulation-dévalorisation du capital qu’il crée par essence et qui tend mortellement à bloquer les échanges humains, ne peut trouver remède que dans un autre système.

Systèmes de concepts du moment et système social « du moment » ont partie liée. Leurs mouvements de même évidemment. Leurs besoins de dépassements micros et macro de même.

Ce matin en écoutant la musique je suis frappé, par rapport à cette réflexion par le fait qu’un style est constitué comme système de concept en mouvement, de sa conscience et de son inconscience mêlées. Et en entendant d’une façon la plus consciente possible les éléments du style de Liszt, je ne peux m’empêcher de voir tout ce que Wagner lui a emprunté de façon assez subreptice il me semble. Il y a une différence entre vol et héritage, mais les vols de Wagner ont donné ce qu’ils ont donné et qui n’est pas négligeable, même si je trouve, au contraire l’héritage de Schubert ou de Schuman ou de Brahms ou de Mahler ou de Chostakovitch vis à vie de Beethoven en « cascade », à la fois respectueux et délicieux et aussi dramatique car il ne peut en être autrement. De même les emprunts de Beethoven à Mozart ou Bach ou Vivaldi…

Pierre Assante. Dimanche 12 janvier 2020.

 

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

 

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2020 6 11 /01 /janvier /2020 09:34
___________CLIQUER SUR L'IMAGE CI-DESSUS

RETOUR SUR LE RECUEIL N3/2018.

 

Philosophie réactionnaire, théories économiques conservatrices et politiques néo-libérales au paroxysme sont liées. Y répondre par des théories philosophiques et économiques de progrès est inséparable d’une action politique de progrès.

 

En un an et demi les choses ont bien changé. Mais les objectifs aptes à transformer en santé l'existant en progressant sur le contenu des luttes reste une tâche première.

LE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/Recueil_N3_2018.pdf

 

***********

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2020 6 11 /01 /janvier /2020 08:41
_______ Avec Georges PEDRONO

 

Article déjà publié sur ce blog le 26/06/2015

 

LES CYCLES de 10 ans, 30 ans, 100 ans

arrivent à convergence,

comme arrive à maturité

le fruit de cent ans d’activité humaine...

 

*

Les cycles de 10 ans, 30 ans, 100 ans arrivent à convergence, comme arrive à maturité le fruit de cent ans d’activité humaine.

*

Dans le système dans lequel nous vivons, l’échange, la circulation des biens nécessaires à notre vie se fait dans et par la circulation du capital.

*

Le capital, c’est les marchandises qui circulent, qu’on échange en tant que biens nécessaires à la vie, la force de travail des personnes permettant la production des marchandises étant elle-même une marchandise que l’on vend et l’on achète et qui valorise le capital par le détournement d’une partie croissante du produit au profit de l’accumulation capitaliste.

*

C’est le système de la circulation Argent---Marchandise---Argent plus. Le Capital ne peut circuler que s’il se valorise.

*

La situation de la Grèce illustre (1) ce que peut être un blocage de la circulation et de l’échange, c'est-à-dire de la crise du capitalisme à son extrémité. Elle illustre ce dans quoi la situation mondiale peut sombrer si l’on ne met pas un terme à ce système d’échange et de circulation en sortant des rails séculaires du capital et en ouvrant d’autres voies de l’échange.

*

Il y a cent ans, un blocage mondial de cet ordre s’est dessiné. Il a abouti à la guerre de 1914, aux révoltes ouvrières contre la guerre et aux naissances de tentatives de création de systèmes sortant du type d’échange en capital mais aussi aux difficultés de créer un autre système.

*

Les destructions de la guerre de 1914 et l’échange que la révolution d’Octobre 1917 a tenté d’initier et a initié en partie sur une autre base que la revalorisation du capital dans une part importante du monde en développement aujourd’hui écroulée, a permis une sortie de crise et une revalorisation nouvelle du capital.

*

Un cycle économique d’un siècle, avec tous ses contenus des multiples activités humaines vient de se dérouler. La révolution scientifique et technique, la mondialisation informationnalisée place le développement des forces productives et de l’échange des biens dans une situation de blocage encore plus explosif qu’il y a cent ans.

*

Un atout existe pourtant pour en sortir, dans la renaissance de forces anticapitalistes et autogestionnaires nouvelles s’appuyant sur l’action continue et l’expérience d’un mouvement communiste affaibli mais transmetteur de savoir et d'action propre sur le capitalisme, sa crise et son issue possible.

*

Les cycles de 10 ans, 30 ans, 100 ans arrivent à convergence, comme arrive à maturité le fruit de cent ans d’activité humaine. Soit le fruit pourrit, soit il donne naissance à un arbre nouveau capable de survivre, se développer, dans les conditions nouvelles de son environnement : la mondialisation informationnalisée, ses besoins de cohérence sociale et écologique qui forment une unité et de crise et de solution, ce qu’affirme l’encyclique Laudato si’, «Il n’y a pas deux crises séparées, l’une environnementale et l’autre sociale, mais une seule et complexe crise socio-environnementale.»

*

Pierre Assante, 26 juin 2015

******

Sur les propositions économiques de sortie de crise, voir le site de la Revue Economie et Politique

******

(1) Il s'agissait dans cet article de 2015 des grandes luttes Grecques durant la crise de 2015. Note du blogueur, 2020.

 

***********************

 

LE RECUEIL "Le 5 Décembre": Cliquer

 

ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

******

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2020 6 11 /01 /janvier /2020 05:54
_______ FOLIGNO. Palazzo Trinci.

 

RÉFLEXION ITALIENNE

FIN.

0. 1. 2. 3. et 4.

 

La question du choix reste majeure dans la pensée humaine.

 

RÉFLEXION ITALIENNE 0. SI…..

Si le temps global universel relatif ralentit et l’expansion augmente. Si l’entropie de l’univers connu augmente, c'est-à-dire si son agitation (et sa température ? Expansion d'énergie en quantité non proportionnelle à l'espace-temps occupé ?) globale diminue… Se peut-t-il que dans le même temps l’agitation dans les mouvements micros et macros relatifs du mouvement général augmente, leur  entropie particulière diminue…, et qu’ainsi les bifurcations d’évolution du mouvement global se multiplient exponentiellement par celles des mouvements particuliers ? Est-ce cela l’auto-création de la nature et celle de l’espèce humaine dans celle de la nature ? La conscience c’est le mouvement de rassemblement progressif et infini des observations micros et macros.

Le Mardi 7 Janvier 2020.

RÉFLEXION ITALIENNE 1.

ce sont les luttes qui font grandir et maturer les conditions de la transformation.

Sur « Il Gattopardo » de Giuseppe Tomasi di Lampedusa, réflexions d'hier et d'aujourd'hui. Des idées en vrac, et en processus :

 

SUITE SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/REFLEXION_ITALIENNE._1._2._3_et_4..pdf

 

***********************

 

LE RECUEIL "Le 5 Décembre": Cliquer

 

ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

******

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2020 2 07 /01 /janvier /2020 21:45

 

REFLEXION ITALIENNE 4.

Le ralentissement du temps universel et relatif.

 

Le Temps, c’est l’espace dans lequel se forment les mouvements. Celui de l’univers dans lequel nous vivons, notre corps, notre société, notre conscience.

Le ralentissement du temps c’est l’expansion de l’espace de mouvement, du mouvement global.  Concrètement,  universellement, « le temps passe de plus en plus lentement ». Ce qui n’a rien à voir, à priori, avec une sensation opposée, celle du vieillard.

Certes ce ralentissement n’est pas perceptible à l’échelle d’une société et du mouvement du corps-soi  dans cette société. Cette affirmation corrobore, il me semble, une conception relative du temps si on la met en correspondance avec l’expansion de l’univers depuis le « bigbang ».

Mais il peut être démontré scientifiquement par des mesures allant au-delà des perceptions immédiates du corps.

C’est d’ailleurs sans doute la raison de notre « hâte du futur » inscrite dans notre génétique, elle-même inscrite dans le mouvement de la "partie" de l’univers, la partie du temps dans lequel nous vivons en tant qu’espèce humaine au moment historique d’un aujourd’hui au sens le plus large qui soit. Et la raison de notre course à la subsistance dans ce qu’elle a d’énigmatique, qui nous fait « hâter le temps » alors qu’il « ralentit » à l’échelle universelle, mais si lentement pour nous....

La grossièreté de notre perception n’est qu’apparente, c’est la grossièreté de nos savoirs et de  notre conscience qu’ils forment, qui la nie, alors que lorsque notre course légitime à la satisfaction des besoins en complexification et en développement nous voile la contradiction dialectique avec le temps long, le temps bref, et son ralentissement global.

C'est justement l’expansion de l’univers dans lequel nous vivons qui nous ouvre la possibilité de son appropriation, alors que notre conscience débile, au sens de faible, nous fait penser le contraire, c'est-à-dire que plus l’espace à conquérir est grand, moins il serait accessible.

Dans le même ordre de développement, la croissance de la productivité qui permet l’accumulation des richesses et de moyens de leur usage  pour la satisfaction du développement des besoins de complexification de l’individu et de l’espèce et de ses capacités d’appropriation, va de pair avec l’intuition du ralentissement du temps et l’expansion de l’espace en unité d'existence.

Que les capacités d’appropriation héritent à cet instant ici et maintenant du besoin de subsistance de l’individu dans l’espèce, et de sa « privatisation » ne contredit pas, mais résout la contradiction historique de besoins sociaux globaux, permet de s’approcher de la résolution de ces besoins et de dépasser l’appropriation privée par une accumulation quantitative et sa transformation qualitative, le communisme.

L’intérêt de Churchill pour les sciences et leur usage par l’humanité lui faisait dire, de mémoire,  « Il ne faut pas une société de scientifiques, mais des scientifiques pour la société ». Le grand homme dans cette formule résumait ses idées élitistes de classe, dans une période historique où elles allaient contribuer à battre le nazisme, mais ne préparaient pas directement la transformation qualitative des rapports sociaux et du mode de développement de l’humanité, part de la nature et de l’univers en développement.

L’accélération de l’histoire et le ralentissement du temps sont sans doute une contradiction générale sans doute insoluble, à la différence des contradictions dans cette contradiction qui le sont, de l’univers dans lequel nous vivons. L’accélération relative de l’histoire dans sa relation dialectique avec le temps global ralentissant relatif, va de pair avec celle de la conscience humaine, part de la conscience de la nature sur elle-même, en développement et en complexification, du moins tant qu’il permet, l'état du moment de cette conscience de trouver les solutions à ce développement et complexification en unité.

Pierre  Assante. 6 janvier 2020.

 

LE RECUEIL "Le 5 Décembre": Cliquer

 

ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

******

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

 

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2020 2 07 /01 /janvier /2020 07:27

 

SI....

RÉFLEXION ITALIENNE 0. SI…..

Si le temps global universel relatif ralentit et l’expansion augmente. Si l’entropie de l’univers connu augmente, c'est-à-dire si son agitation (et sa température ? Expansion d'énergie en quantité non proportionnelle à l'espace-temps occupé ?) globale diminue… Se peut-t-il que dans le même temps l’agitation dans les mouvements micros et macros relatifs du mouvement général augmente, leur  entropie particulière diminue…, et qu’ainsi les bifurcations d’évolution du mouvement global se multiplient exponentiellement par celles des mouvements particuliers ? Est-ce cela l’auto-création de la nature et celle de l’espèce humaine dans celle de la nature ? La conscience c’est le mouvement de rassemblement progressif et infini des observations micros et macros.

Le Mardi 7 Janvier 2020.

RECUEIL REFLEXIONS ITALIENNES JANVIER 2020. LE LIEN :

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/01/reflexion-italienne.1.2.3.la-question-du-choix-reste-majeure-dans-la-pensee-humaine.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2020 1 06 /01 /janvier /2020 17:55
ASSISI. Temple de Minerve et Tour Communale

 

RÉFLEXION ITALIENNE 3.

C’est le marxisme qui affirme le mieux l’individu, je crois, dans l’état présent de l’humanité.

L’extension des connaissances scientifiques a tendance à se fier mécaniquement aux capacités techniques nouvelles d’investigation. Ainsi le « retour » à Spinoza, dont la rupture avec son milieu social conservateur crée la sympathie, contient aussi la vision déterministe issue de la prise de conscience des multiples causes qui semblent aboutir à un seul et unique effet, un seul et unique évènement micro ou macro. Il y a coupure dans cette vision entre le processus individuel et le processus social.

Georges Lukacs dont l’œuvre finale fait référence à l’unité des processus ontogénétiques et phylogénétique, a mis, en bon marxiste, au cœur de sa réflexion l’être social, l’ontologie de l’être social.

Pour Marx, si l’état des forces productives déterminent de mode de production et l’organisation sociale au sens large qui y correspond, il n’est pas question que les résultantes possibles soient uniques, prédéterminées mécaniquement. Au contraire, il y multiplication des possibilités, « dans le cadre sans mesure » d’une résultante. Il ne s’agit donc pas de déterminisme mais de causalité, ce qui contredit l’accusation de négation de l’individu de la part du marxisme comme du neomarxisme.

Paradoxalement on trouve chez des croyants, l’exemple de Calvin en étant le plus évident, mais c’est loin d’être une exception, y compris de la part de milieux progressistes revendiquant la justice sociale, l’idée de la personne prédéterminée, de l’individu prédéterminé. Augustin lui-même laisse une fenêtre bien étroite au libre choix de la personne par rapport au choix divin. C’est la conséquence évidente à mon avis d’une conception figée des nécessités, de la nécessité, d’un rapport immuable  de l’homme avec la nature et la négation de l’intervention humaine sur la nécessité, l’anankè  grecque, et donc la négation de l’autocréation de la nature et l’autocréation de l’homme  par l’homme. Cette idée et celle de la soumission de l’homme à un état présent immuable vont ainsi de pair.

Finalement c’est le marxisme qui affirme le mieux, dans l’état présent de l’humanité, l’individu. Prigogine à juste titre affirme et le sens de la flèche du temps et la multiplication des bifurcations dans la transformation de l’entropie …. Il n’est cependant pas possible de transposer mécaniquement le processus « matériel »,  au sens de la physique,  au processus social.

Ce  dernier est issu des causes et effets contenues en relations dialectique, en interactions processuelles, dans l’état antécédent. Mais est aussi et en unité un moment nouveau du processus matériel, qui contient une, des autocréations dans l'autocréation globale de la nature et l’invention consciente de l’homme sur lui-même dans sa transformation de la nature. Cette autocréation humaine s’effectue en fonction de ses besoins en développement et complexification par le TRAVAIL et les outils du travail que crée le travail. Le travail constitue l’activité humaine,  l’autocréation humaine,  y compris sous sa forme aliénée dans le capitalisme, forme actuelle de l’appropriation du produit et des gestes du travail de l’autre, de l’usage inégal de soi par l’autre,  et de son besoin incontournable de dépassement-abolition de la vente-achat de la force de travail.

 Certes il ne s’git pas d’assimiler la conscience humaine à une conscience finie de la nature, ce qui nierait la vision affirmée de l’homme en tant que conscience en mouvement, en processus de la nature sur elle-même, processus commun de la conscience et de la nature, dont elle est une partie en unité, unie organiquement, fonctionnellement.

Certes il ne s’agit pas de conclure à l’inutilité des interrogations existentielles et de toute autre interrogation, et à la clôture de l'énigmaticité dans laquelle nous vivons, celle du travail entre autre et de l’activité humaine générale et ses besoins de résolution progressive, théorique et pratique ensemble, mais à sa prise radicale et progressive de maîtrise infinie.

Il y une convergence entre l’idéalisme religieux et l’idéalisme matérialiste déterministe, tous deux finalement mécanistes, pour nier l’autocréation humaine. La négation de la négation hégélienne mise pieds sur terre et non marchant sur la tête, c’est la positivation des capacités humaines dans leur univers restreint comme global, et leur mouvement de transformation commun.

La question du choix reste majeure dans la pensée humaine puisqu’elle ouvre la porte aux possibilités positives, celles qui développent en complexifiant, en unifiant, en condensant. Il y a dans cette affirmation quelque chose qui semble s’approcher d’un concept déterministe, j’en conviens. Mais qui tente d’aller au-delà parce qu’elle contient l’intuition et la connaissance empirique en constitution scientifique d’une réalité en mouvement qui s’affirme depuis Héraclite, Epicure, Lucrèce et tant d’autres. Cette affirmation collective, confuse ou plus précise, pour ne pas dire commune aux deux sens du mot, avance pour en arriver aux balbutiements de la société dont le marxisme constitue l’éclaircie historique en confirmation dans le XXIème siècle de la mondialisation  numérique, de la production et des échanges « matériels et moraux », et que les luttes sociales millénaires confirment dans leur extension et leurs contenus de vie humaine accomplie dans son temps imparti. 

Pierre Assante. 1er janvier 2020.

 

LE RECUEIL "Le 5 Décembre": Cliquer

 

ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

******

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2020 7 05 /01 /janvier /2020 17:30

VISITES DU BLOG

Total depuis la création

77 673 Visiteurs uniques

150 464 Pages vues

1,937 Vues / Visiteur

Mois de Décembre 2019

682 Visiteurs uniques

1 130 Pages vues

1,614 Vues / Visiteur

Les 10 PAGES les plus visitées en décembre 2019 :

http://pierre.assante.over-blog.com/

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/retraites-appel-de-93-responsables-syndicaux-intellectuels-et-resp.politiques-retrait-des-alternatives-precises.signez.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/recueil.le-5-decembre_2019.html

http://pierre.assante.over-blog.com/article-besoins-biologiques-de-l-espece-humaine-complexification-et-satisfaction-des-besoins-conscience-125467935.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/reflexion-italienne-1.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/retour-d-interet-et-d-actualite-sur-le-net.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/pour-une-reforme-des-retraites-progressiste.du-xxie-siecle.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/macron-et-nous-communistes.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2015/06/les-cycles-de-10-ans-30-ans-100-ans-arrivent-a-convergence-comme-arrive-a-maturite-le-fruit-de-cent-ans-d-activite-humaine.html

 

LE RECUEIL "Le 5 Décembre": Cliquer

 

ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

******

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2020 6 04 /01 /janvier /2020 14:44
Il Falo' . Feu de joie de Capodanno à Assisi

 

RÉFLEXION ITALIENNE

2.

*

LE TRAIN.

Le train reste, malgré les apparences et les idées reçues,  le moyen physique de transport physique le plus avancé, pour de multiples raisons, en particulier économiques, au sens de l’économie, la gestion de la production et de l’échange en fonction des besoins humains et des capacités humaines dans le cadre de l’univers humain et de son vaisseau spatial universel humain naturel, La Terre : l’économie au sens large, total, complet.

Certes, il existe un moyen plus «moderne », au sens plus récents, depuis le train terrestre ou souterrain (le métro), c’est le « transport virtuel ». D’ailleurs le transport virtuel est on ne peut plus physique, car électrique, corpusculaire, digital…, même s’il en est encore à une grossièreté primitive par rapport à ses possibilités de développement dans la qualité du contact humain.

Certes  il n’est pas question de nier le transport individuel, qui est tout à fait nécessaire, surtout aujourd’hui où le transport collectif moderne a pris tant de retard, et tant qu’il ne sera pas menée une politique de transports en commun ou collectifs de la qualité de confort du transport individuel, sans faire abstraction du temps et des moyens d’une circulation saine, ce qui n’est pas le cas, aujourd’hui, évidemment, les embouteillages et l’énergie consommée  en étant la plus visible caractéristique, en particulier dans les agglomération issues du développement du capitalisme, des XIXème et XXème siècles.

*

CARLO ROVELLI.

Il est déjà question dans un précédent article du grand physicien italien exerçant entre autre à Marseille.

Juste une impression à la lecture de cet autre ouvrage, « Ecrits vagabonds », plus philosophique que scientifique me semble-t-il, même s’il est question aussi de ses recherches et de sa grande culture scientifique.

Il est « très proche », formule que comprendra qui partage en partie ce que les articles personnels de ce blog développement à partir d’une vision marxiste non dogmatique, un matérialisme dialectique utilisé comme outil et non comme modèle, un néo marxisme historique, économique, philosophique du XXIème siècle, dans le mouvement de la société humaine, ses limites, ses possibles et les actes qui les constituent.

Il est « très proche », mais il a peu de chances qu’il « franchise le pas » d’un certain éclectisme : trop de formation de sa part aux normes idéologiques antécédentes habitant « notre monde hic et nunc ». Peu ça ne veut pas dire pas et l’affirmation précédente semble terriblement rédhibitoire donc terriblement dogmatique. Oui et non. Elle n’est pas une affirmation définitive mais celle d’un moment historique et de la personne dans un moment historique, de sa culture particulière dans ce moment historique. Tout moment de bouleversement idéologique qui crée un saut historique de mentalités relève d’une catharsis et est lié à des transformations qualitatives du mode de production influant sur les mentalités du mode de production précédent. Certes il s’agit là de transformation qualitatives macros et non micro comme la personne en connait à chaque instant de la vie et dont l’accumulation quantitative conduit à la transformation qualitative  micro et macro.

Sur la réflexion désabusée de Carlo Rovelli concernant l’hégélianisme, entre autre, et passant par le « rêve collectif utopique », si ce n’est comme ressort d’un autre accomplissement et si j’ai bien lu, je voudrais répondre, s’il me le permet, qu’il n’y a pas mieux que le marxisme, à mon avis, pour allier science et philosophie, et pour comprendre, relativement aux possibilités humaines, la réalité du savoir. Mais aussi pour la mettre au service du rêve.

Il y a beaucoup de bakouninisme dans la philo des chercheurs médiatiques actuels et en elle-retour dialectique, en interaction sociale, dans notre société et ses multiples composantes, y compris l’homme producteur au sens strict, malgré sa position dans la production. Leur renoncement découle je crois de leur refus d’organisation dans la réalisation de leurs rêves. Bakouninisme sans le savoir, inconscient ou pas, et en général à leur corps défendant, sous de multiple formes, dont la plus ancienne, la soumission à la vente, la leur en particulier, CELLE de leur propre vente-achat-de-leur-la-force-de-travail.

Certes, il est dommage que les organisations ouvrières aient fourni souvent, malgré de grands efforts « marginaux », auprès des chercheurs et philosophes, une version dogmatique du marxiste et prête ainsi le flan à l’idéologie dominante. Mais on ne peut vivre chacun que dans notre société et son état du moment jusqu’à ce que l’exigence de la survie et du développement en réclame une transformation progressive mais radicale, dans un processus de conscientisations générales mais inégales.

*

Boris Cyrulnik.

Je pourrais faire les mêmes remarques personnelles sur le beau livre de Boris Cyrulnik « La nuit, j’écrirais des soleils », sous un autre aspect, les situations d’analyse.

*

Revenir à « l’analyse pluridisciplinaire des situations de travail » de l’ergologie, base de l’approfondissement et de l’appropriation de la compréhension progressive et radicale de l’activité humaine par elle-même, le « comprendre soi-même » d’Augustin et de Pascal dans les conditions de savoir  scientifique du XXIème siècle en marche vers d’immenses possibles et d’immenses dangers.

Sans oublier l’économie politique neomarxiste et ses propositions pour sortir de la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital, maladie d’un système à transformer radicalement et progressivement pour donner à la société humaine les moyens de ses besoins en croissance, complexification et condensation possible.

*

Pierre Assante. 31 décembre 2019.

 

LE RECUEIL "Le 5 Décembre": Cliquer

 

ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

******

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2020 3 01 /01 /janvier /2020 08:23

AUGURI

MEILLEURS VOEUX

BÒNA ANNADA

2020

 

VISITES DU BLOG

Mois de Décembre 2019

682 Visiteurs uniques

1 130 Pages vues

1,614 Vues / Visiteur

Total depuis la création

77 673 Visiteurs uniques

150 464 Pages vues

1,937 Vues / Visiteur

Les 10 PAGES les plus visitées en décembre 2019 :

http://pierre.assante.over-blog.com/

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/retraites-appel-de-93-responsables-syndicaux-intellectuels-et-resp.politiques-retrait-des-alternatives-precises.signez.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/recueil.le-5-decembre_2019.html

http://pierre.assante.over-blog.com/article-besoins-biologiques-de-l-espece-humaine-complexification-et-satisfaction-des-besoins-conscience-125467935.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/reflexion-italienne-1.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/retour-d-interet-et-d-actualite-sur-le-net.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/pour-une-reforme-des-retraites-progressiste.du-xxie-siecle.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/macron-et-nous-communistes.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2015/06/les-cycles-de-10-ans-30-ans-100-ans-arrivent-a-convergence-comme-arrive-a-maturite-le-fruit-de-cent-ans-d-activite-humaine.html

 

LE RECUEIL "Le 5 Décembre": Cliquer

 

ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

******

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
30 décembre 2019 1 30 /12 /décembre /2019 09:11

 

Réflexion italienne 1.

Ce sont les luttes qui font grandir et maturer les conditions de la transformation.

De mémoire : sur le temps passé entre l’échec de la révolution de 1905 et le succès de 1917, Lénine soulignait que les luttes qui avaient repris après 1905 avaient préparé 1917.

Ce n’est pas pour dire qu’en 2020, c’est l’année de la « prise du Palais d’Hiver », mais que lorsque les problèmes de transformation sociale se posent, ce sont les luttes qui font grandir et maturer les conditions de la transformation.

Sur « Il Gattopardo » de Giuseppe Tomasi di Lampedusa, réflexions d'hier et d'aujourd'hui. Des idées en vrac, et en processus :

-Le grand héritage de la « Grande Grèce » d’Italie.

-Les prémices florentins et des Etats italiens de la Renaissance de la vente-achat de la force-de-travail.

-La pesanteur historique de la Grande Grèce et l’inadaptation au capitalisme.

-Les transformations de la révolution bourgeoise de l’Angleterre et de la France et « l’étape forcée » (Second Empire et révolution garibaldienne en Italie, ses prémices et ses suites en processus)  et inachevée de la révolution bourgeoise en Italie.

-La correspondance à quelques années de différence des réformes de la Libération de 1945, Constitution basée sur le travail, compromis historique de sortie de guerre en fonction du rapport de force de 1945-1947, Sécurité Sociale et Mutua, EDF et Enel… et.….

-Et, puis à la suite de ces réformes, les transferts de charges capitalistes par l’usage du secteur public par le capital pour hausser le taux de profit des entreprises capitalistes. Pour l’Italie, capitalisme plus familial et C.M.E. (Capitalisme Monopoliste d’Etat Social) moins développé.

-Retard relatif de l’Italie de ces réformes, réformes forcée, P.C.I. (Prononcer "Pitchi", Partito Communista Italiano) et D.C. ( Prononcer "Ditchi" Democrazia Crestiana), le compromis italien tardif mais fort classe ouvrière/capital.

-Le capitalisme familial, Fiat, le rapport de soumission et de bas coût du travail Sud-Nord, le retard historique industriel issu du capital agricole, et de l’unité nationale tardive. Les étapes forcées de l’extérieur et l’extrême intelligence du P.C.I. de Gramsci, Togliati, Berlinguer... pour tenir compte de cet état et de ce rapport de forces particulier (particulier comme tous les rapports de force).

-L’écroulement du P.C.I. dans la mondialisation capitaliste et de « l’étape forcée » APRES les « 30 glorieuses italiennes » .

-Plus généralement le retard européen dans la mondialisation capitaliste, les USA, l’Empire et l’impérialisme dominant, la Chine en nouvel élément du développement mondial et de différence et inégalité de développement. Le développement régulé comme élément de développement démocratique, de la démocratie de l’homme producteur-citoyen, du « que, quoi, comment et pour qui produire ».

Pierre Assante. Dans le train Firenze-Assisi.  Dimanche 29 décembre 2019.

Bon bout d'an !

P.S. Tant que je pense encore un peu, j'écris, c'est déjà ça...

 

LE RECUEIL "Le 5 Décembre": Cliquer

 

ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

******

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
27 décembre 2019 5 27 /12 /décembre /2019 20:13
_____LE "CROISSANT FERTILE" historique.

 

LE LIBAN, POINTE AVANCÉE MONDIALE DE LA CRISE ÉCONOMIQUE ET POLITIQUE ?

 

le capitalisme Monopoliste MondialisÉ 

numÉriquement InformationnalisÉ 

globalement FinanciarisÉ,

est la forme avancée de la société marchande millénaire, sa forme capitaliste la plus accomplie, et en même temps en crise finale, à l’échelle du temps historique et peut-être aussi du temps de la personne humaine.

Le stade de la concentration capitaliste dans le stade actuel dépasse  la phase de concentration dans le « capitalisme d’entreprises familiales et-ou nationales » du capital au XIXème siècle, puis celle des « monopoles nationaux » du Capitalisme Monopoliste d’État. La base de la concentration capitaliste du XXIème siècle c’est le pouvoir sur le contrôle du mouvement du capital, l’usage et la maîtrise organique de la financiarisation, du profit financier. C’est la concentration financière mondialisée et numérisée, mais toujours basée sur la vente-achat de la force de travail sous toutes les formes anciennes et modernes, dans le secteur de "main-d’œuvre" de base encore immense, comme dans celui du salariat de la production et de l’échange numérisés, mondialisés. La composante salariÉe la plus qualifiÉe, et parmi elle celle ultra qualifiÉe de la production industrielle et de l’échange numérisés, sans en avoir une conscience majoritaire, détient, dans la fonction organique productive, de la personne et des peuples dans la diversité humaine, des pouvoirs immenses qu’elle n’est pas en mesure d’exercer faute d’organisation démocratique d’un tel pouvoir : la démocratie de l’homme producteur, la démocratie du « que, quoi, comment et pour qui produire ».

La concentration du capital va de pair avec la concentration dans un nombre de mains de plus en plus réduit, à l’image des « 100 familles » du temps du Front Populaire de 1936 à la puissance 1000, devenues les « 100 fortunes mondiales » réparties dans diverses nations et-ou diffuses dans la masse des marchés mondiaux, les structures financières nationales et mondiales, les entités financières mondiales, mouvantes et non strictement « tangibles », mais à la fois virtuelles et bien concrètes.

Il s’agit toujours de monnaie et de capital. D’où l’importance du besoin de maÎtrise politique et démocratique de la création monÉtaire pour les échanges en fonction des besoins sociaux et de sécurité sociale, d’emploi et de formation pour assurer les bases fondamentales de la production et de l’échange.

Ainsi la constitution de super-fortunes, la concentration capitaliste et la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital qui les induisent, cohabitent et vont de pair, fonctionnent en unité organique. Cet état de fait entraîne une conjonction de la crise économique avec la crise politique, du local au mondial et du mondial au local, en passant par les maillons les plus faibles où cette conjonction est au paroxysme.

II semble que ce soit par exemple le cas au Liban, où ce paroxysme éclate actuellement. Le « Croissant fertile », avec son héritage historique massacré de longue date, son état de passage d’expansion humaine millénaire entre les continents, et sa concentration pétrolifère, contient tous les ingrédients de ce paroxysme.

A suivre avec attention car là se joue peut-être les prémisses très avancées de l’explosion des contradictions, du local au global, dans les deux sens.

Pierre Assante. 27 décembre 2019.

 

LE RECUEIL "Le 5 Décembre": Cliquer

 

ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

******

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2019 4 26 /12 /décembre /2019 08:47

 

NATION, LUTTES SOCIALES ET ÉTAT GLOBAL DES FORCES PRODUCTIVES.

 

Autant le cadre national est incontournable pour développer les luttes sociales, autant, l’État global de l’organisation globale des forces productives exige un Élargissement de la recherche des cohérences entre la personne, l’homme producteur, le vendeur de sa force de travail, et les entités micros et macros de production, économiques, politiques, globalisée.

Il ne s’agit pas de faire du trotskisme, bien qu’il ne s’agisse pas non plus de le noircir, il s’agit d’enregistrer le fait que les droits sociaux conquis dans le cadre des nations et des marchés nationaux qui les ont construites, ne correspondent plus au niveau d’organisation du marché mondial, numérisé, financiarisé, et que le projet économique et politique qui doit s’en suivre pour sortir de la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital et aller vers un système économique et social qui la dépasse, ne peut se cantonner au cadre national.

Les échecs des politiques de développement des pays qui ont tenté des orientations à gauche, malgré des succès limités, montrent que les coopérations n’ont pu atteindre les niveaux nécessaires à ce développement, non seulement du fait des agressions de l’impérialisme contre EUX, mais sur le fond, du fait de leur limitation DE PRINCIPE au cadre des coopérations inter-nations et non d’une recherche théorique et pratique, d’une cohérence, et d’une solidarité internationale globale.

Les pays d’Amérique Latine, dans leur moment de croissance et d’ententes locales, même élargies, avec des Etats progressistes sont un exemple de cette limitation et des conséquences de cette limitation sur la satisfaction des besoins sociaux nationaux et sur les moyens de les satisfaire.

L’exemple de la Grèce pour l’Europe est sous nos yeux. Luttes nationales non relayées au niveau de l’Europe, au niveau des capacités de financement de la BCE et du FMI, sous la dépendance du système financier en cascade, et à aller-retour, mondial, européen, national, local, aux sociétés multinationales et de leur renflouement du taux de profit en crise systémique sans retour possible au passé.

Les luttes française et « l’étape du 5 Décembre » encore en cours, et qui ne s’en arrêtera pas là, le capital entre déjà dans une nouvelle phase de néolibéralisme et de son projet global contre la redistribution des richesses aux besoins sociaux, ce qui au lieu de les développer, les richesses, les limite et les détruit, et, comble de la chose, en prenant argument et appui sur « les pertes causées par les luttes », dans le transport entre autre. Le capital sait depuis longtemps, comme tout système dominant à base d’exploitation de classe, que l’attaque et la contre-attaque sont la meilleure des défenses, surtout quand on est déjà le plus fort.

Le plus fort ? A voir. On peut certes parler de force dominante, en moyen de contrainte, de cantonnement moral des peuples à la domination par l’habitude, mais aussi de fragilité du système. La question n’est pas seulement qu’il menace de s’écrouler rapidement, le système, du moins à l’échelle de l’histoire humaine, mais que les forces sociales qui produisent les richesses, qui procurent la force de travail, y compris dans la production et l’échange numérisés et ses vendeurs de force de travail ultra qualifiée, soient capables de fédérer sur un projet de sortie de crise systémique, une majorité des populations qui en souffrent et-ou qui a conscience d’être emmenée en commun à la catastrophe.

Il n’y a pas de fédération possible de cette majorité sans une organisation pratique ouvrière et populaire de la de cette majorité, et pour les français, au niveau des nations européenne et de l’organisation de L’U.E.

Ce qui veut dire l’organisation des luttes et des projets de satisfaction des motifs des luttes, et la fédération des luttes qui doivent s’organiser au niveau de l’U.E.

Sachant en outre que l’U.E. et donc chacun de ceux qui y vivent, en y passant comme en y demeurant, ont besoin d’une coopération avec les grandes zones de développement mondial. La Chine en particulier devenue une actrice majeure, grâce à ses choix de développement, de la production mondiale, est, malgré ses avancées, victime du contexte global de la crise de suraccumulation dévalorisation du capital, et ses échanges, en particulier avec les pays ayant choisi des orientations progressistes dans les décennies passée,  sont d’ores et déjà impactés. Toute atteinte à un élément du développement impacte le développement global. Et si le mort saisit le vif par la pesanteur du passé sur le développement présent et à venir, c’est par le développement que peut se résoudre cette pesanteur, dans tous les domaines, y compris dans le domaine de la démocratie.

Pierre Assante. 26 décembre 2019.

 

LE RECUEIL "Le 5 Décembre": Cliquer

 

ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

******

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
24 décembre 2019 2 24 /12 /décembre /2019 07:48

 

Macron et nous, communistes.

 

RESUMÉ :

Le capital a besoin de détruire ou geler une part toujours plus grande de son accumulation au fur et à mesure que progresse, s’accroît la productivité, et les capacités productrices des forces productives, les hommes, leurs machines et leurs cultures. Cette contradiction entre les progrès des forces productives et la capacité du système à y répondre est majeure dans la crise économique mondiale et de civilisation d’aujourd’hui. Elle influe négativement sur le processus de développement de l’humanité et évidemment sur la satisfaction des besoins matériels et moraux humains, et ne répond plus à leur évolution et leur complexification utiles et nécessaires. Une des conséquences est la priorité pour les actionnaires principaux non pour l’entreprise, non ce pour ce qu’elle produit - et encore moins pour les services qui le permettent -, mais qu’on achète et qu’on vend au gré du rapport des opérations financières dans le marché. Ventes et achats qui au passage détruisent du capital accumulé et des hommes qui n’ont que la vente de leur force de travail comme ressource. C’est la différence entre la concentration capitaliste sous le CME (1) social et de main d’œuvre du gaullisme et de l’échec passé programmé du nationalisme social, et le CMMnIgF (2), le capitalisme mondialisé et financiarisé de ce début de XXIème siècle et de son échec actuel et encore plus, futur...

(1) Capitalisme Monopoliste d'Etat, expression de Paul Boccara. 

(2) Capitalisme Monopoliste Mondialisé numériquement Informationnalisé globalement Financiarisé, expression tirée de la première.

Macron et nous, communistes. On pourrait penser que nous avons un point en commun avec les théoriciens et les praticiens de « La République en Marche », qui sont aussi ceux de la finance d’aujourd’hui, mondialisée, numérisée, et comme dirait Lapalisse, financiarisée.

Ce point en commun serait le constat effectif que la croissance de la production et de la productivité, du capital, qui vont de pair, ne peut plus s’accommoder des anciennes règles et qu’il faut donc les réformer.

Ce en quoi nous pouvons affirmer, Communistes et LReM, c’est que la croissance de l’humanité, sur tous les plans, ne peut s’accommoder de l’Etat actuel de la gestion de la production, de la distribution, de l’organisation actuelle du travail.

Là où s’arrête la comparaison, c’est sur 1) la répartition des richesses, 2) des réformes de l’état actuel ne peuvent résoudre la crise de croissance de l’humanité, de sa production, de la productivité sans 1) résoudre la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital 2) et pour cela sans réformer le système d’échange A-M-A’, et la Vente-Achat-Vente de la force de travail sous toutes ses formes, qui engendrent sa crise. Le système engendre sa crise.

La seule solution pour éloigner le plus possible la société capitaliste d’un effondrement, c’est, dans le système actuel macronien, libéral mondial généralisé, de détruire ou de geler en proportion égale et même en proportion plus grande le capital accumulé par rapport aux progrès de la productivité. La productivité en système capitalisme et à la fois le moteur de son développement et le moteur de sa crise, la crise gagnant sur le développement.

La politique d’austérité généralisée, ses conséquences quantitatives et qualitatives, n’est pas une cause mais une conséquence du système et de sa crise. La bataille des retraites, de la santé, de l’organisation du travail, de la production et de l’échange, de la formation-transmission-qualification des activités humaines…. cette bataille va dans le sens de reformer en santé le système au lieu de le réformer en aggravant la maladie actuelle et actuellement.

C’est ce que le capital fait déjà , et en grand par les guerres physiques et économiques mêlées et par le gaspillage des richesses produites, non ou mal consommées, en relation avec son comportement anti écologiste du type de consommation et de non-consommation qu’il impulse par la pub, grande pourvoyeuse de financement numérisé,  et ses orientations économiques dans la production et la distribution. ET encore plus dans le travail : notre type de relations, de rapports sociaux et la qualité qu’ils exigent, en qualité et santé, sont à l’opposé des besoins de créativité humaine, d'invention, de précision et de prospective, en relation avec les besoins humains et leur définition démocratique, leur mouvance, leurs évolutions quantitatives et qualitatives, qu’ils soient, en unité, élémentaires et en complexification.

Je renvoie aussi sur cette question au schéma du dispositif à trois pôles (Marché-gestion-politeïa) de la recherche ergologique traité dans d’autres articles de ce blog.

Le mythe d’un marché se régulant seul dans le sens d’une poursuite saine d’accumulation ou d’un équilibre stable, est usé par les économistes orthodoxes et même ceux, médiatiques car « ils conviennent », qui se présentant comme progressistes et résolveurs de la crise, ne font que freiner les solutions opérationnelles de transformation radicale du système financier :  crédit, production monétaire, sécurité d’emploi et de formation, le tout soutenu par des décisions politiques et les luttes nécessaires pour les imposer.

La Chine, seul pays actuellement procédant à des régulations de l’accumulation, sous l’effet des éléments les plus conscients du PCC et de la société chinoise en général, pâtit malgré tout d’un système de contraintes, hérité d’une histoire ancienne et de son accélération exponentielle, différent du nôtre, ce en quoi cela choque nos consciences historiques. Si le développement permet de faire progresser les droits de l’homme au sens absolu, c’est à dire les droits du producteur et  pas seulement d’un citoyen réduit aux choix de la couleur de la tapisserie, la relation développement-démocratie n’est pas automatique. Il est cependant lié à un niveau des forces productives le permettant.

La vieille opposition intérêt de l’individu, intérêt collectif, n’est pas une opposition antagonique, c’est-à-dire qu’elle peut être résolue sans la destruction d’un des deux éléments en opposition, auquel cas la destruction de l’humanité serait au bout de cette opposition. La question de la conscience entre besoins  immédiats et à long terme de l’individu et développements immédiats et à long terme de la collectivité, micro et macro, réside à la fois dans la conscience du type de développement nécessaire en prospective et en résolution dans l’état présent, mais aussi, en unité, dans la conscience du lien entre le corps-soi et le corps social, ce qui est aussi une lapalissade, mais les lapalissades révèlent souvent des réalités élémentaires qui restent dans un coin de la tête sans en sortir…

Le rapport antagonique à résoudre est celui du capital/travail. Et pas seulement par la question de la répartition entre salaire et plus-value, mais aussi et surtout dans celle de l’accumulation-dévalorisation que le système engendre et que les progrès foudroyant des capacités de la productivité aggravent avec force et rapidité. Progrès de la productivité et taux de profit pour investir ne font pas bon ménage avec l’investissement répondant aux besoins sociaux.

L’objectif économique ne peut être séparé de la libération de l’initiative humaine, de la libération d’une contrainte qui limite des capacités de représentation prospective du cerveau humain en relation avec les capacités sociales, et vont de pair. Que ce soit la représentation du "lit de Platon" par le menuisier imaginant son ouvrage, son processus de fabrication  accompli, comme celle de la représentation collective d’une organisation sociale dont le processus tende au rapprochement permanent entre besoins et satisfaction des besoins matériels et moraux et leur développement.

Pierre Assante. Mercredi 18 décembre 2019.

 

LE RECUEIL "Le 5 Décembre": Cliquer

 

ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

******

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 19:20

 

QUALITÉ DE LA VIE HUMAINE

ET

MESURE DU TEMPS DE TRAVAIL.

Ulysse nous salue...!

 

Tant que les forces productives ne se seront pas affranchies dans l’échange, de la mesure du temps de travail et que la détermination de la valeur d’échange dans la production-consommation de masse en dépendra, une nouvelle qualité des conditions de vie ne sera pas possible. Cela peut s’appeler, pour le dire d’une autre façon, développer jusqu’au bout les valeurs sans dimension.

Ce qui a permis aux classes dominantes des modes de production et d’échange passés, avant le capitalisme, de progresser en qualité dans leur consommation, c’est justement qu’elle ne reposait pas sur cette mesure.

La consommation des ultras privilégiés du capitalisme qui singent ces classes sociales passées, perd elle-même en qualité. Malgré leur opulence, c’est un recul de civilisation pour eux aussi.

La qualité dépend de la possibilité de l’homme producteur de produire indifféremment de cette mesure. C’est d’un processus dans ce sens que dépend la qualité et la santé de l’humanité. La qualification est  liée à la capacité de produire sans cette mesure et du processus pour atteindre cet objectif de nouvelle civilisation en santé pour tous. Tout le reste n'est que robinsonnade !

Les progrès quantitatifs de la consommation de masse se fait au détriment de la qualité de la consommation de masse. En même temps ce sont les progrès quantitatifs de la consommation de masse qui permettent d’ouvrir, avec l’explosion quantitative de forces productives, les possibilités de s’affranchir de la mesure de la valeur par la mesure du temps de travail, de la valeur marchande par les capacités de forces productives de s’affranchir de cette mesure et par la même occasion de la vente-achat de la force de travail qui va de pair, au profit de l’activité libre de production, d’invention et d’auto-projection-création du développement humain dans l’univers.

Le mode de production capitaliste en régulation et en tentative de régulation plus avancée de la Chine, malgré la guerre économique du capital dominant à laquelle elle doit faire face et répondre, se trouve devant deux possibilités réelles. Ou un dépassement de la mesure, auquel les théoriciens du PCC commencent à faire allusion, d’une façon sans doute hésitante et imprécise, mais révélatrice de ce qu’une régulation et une possible sortie de crise de suraccumulation-dévalorisation du capital, telle que préconisée par les propositions de Paul Boccara et de son « école économique », rend accessible, de façon progressive et radicale. Cependant devant les défis auxquels se trouve confrontée l’humanité pour produire en santé et en rapport avec son milieu terrestre dans lequel il est une composante, une question de rapidité se pose urgemment.

Les bons choix sont à la portée de l’humanité. Y accèdera-t-elle ? Il s’agit de passer de la mesure abstraite du travail par la mesure du temps de travail moyen social nécessaire à une production, à une capacité productrice le permettant. La révolution numérique mise au service des besoins sociaux ouvre cette possibilité.

Travail abstrait, valeur de la plus-value plus valeur du capital variable, et travail concret, sont en contradiction avec une cohérence et une santé entre travail prescrit et travail réel. La distance naturelle et énigmatique entre les deux, est poussée dans notre système à la déqualification du produit et de l’homme producteur, qui s’accroît sans cesse avec l’accroissement de l’accumulation capitaliste, et le  paroxysme actuel de la suraccumulation-dévalorisation du capital qui conduit  à cette déqualification et au blocage progressif de l’échange par-dans la circulation de sang de ce système : la circulation obsolète du capital dans son corps vieilli.

La « qualification d’élite minoritaire » dans la masse des populations du monde, illustre le retard entre les possibilités de développement humain et l’arriération relative dans laquelle l’humanité vit, l’arriération du système économique et social, l’arriération du mode de production et d’échange A-M-A’ confiné à l’échange A-A’, dans sa monstrueuse et mortifère financiarisation sans mesure, telle dans la masse de l’échange.L'abolition réelle et actuelle de la mesure "naturelle" du système dans l'immesure de la financiarisation, va de pair avec le besoin de son abolition générale.

Ulysse nous salue...!

Pierre Assante. 22 décembre 2019.

**************

LE RECUEIL " Le 5 décembre 2019 ": Cliquer

ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

*******

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 08:59

 

Noel, l’Eglise, le Parti, les pouvoirs, contraintes et transformations,  et la crise économique et culturelle.

 

Ceci est une réflexion, par une étude. Pour une étude se reporter à « Athéisme dans le christianisme » d’Ernst Bloch.

On ne peut séparer mentalement christianisme et Eglise de même que Communisme et Parti.

Les aspirations humaines qu’elle et il témoignent à travers eux, à double sens, en rapports dialectiques, en interaction, sont à la fois engendrées par l’état matériel de la société et portées par l’organisation qui y correspond, dans l’infini diversité des situations. La guerre que se sont menée Eglise et Parti Communiste dans les siècles passés n’est pas un hasard, y compris pour le parti bourgeois de la révolution bourgeoise, mais à la fois un état de concurrence et un état idéologique dans l’acte d’intervention sur l’état de la société, où transformation en santé et conservatisme réactionnaire ont joué dans les deux sens et à l’intérieur des deux, en fonction de la période historique et même à l’intérieur d’une même période historique.

Dans « état matériel de la société », je comprends état des forces productives, hommes, machines et cultures, institutions, état de développement, de stabilité relative ou de fin de vie du mode de production du moment.

La secte judéo-chrétienne, comme la secte ouvrière, sans connotation négative sur le mot secte, ont des parcours parallèles, des rencontres et des contradictions mutuelles. La secte chrétienne-judaïque a une histoire relativement longue par rapport au communisme, et par rapport à l’histoire longue de l’humanité, du galet aménagé à l’informationnalisation numérique.

L’Eglise s’est développée et a maintenu avec des variations une existence quantitative forte dans et par sa capacité à s’allier avec les pouvoirs depuis Constantin, et quelquefois s’y substituer lorsque les pouvoirs subissaient l’affaiblissement et la quasi disparition dans les crises des modes de production et d’échange, l’esclavagisme par exemple à la fin de l’Empire Romain d’Occident.

Tradition et aspirations sont toujours liées. Il s’agit de l’unité dialectique des forces contraires à l’intérieur d’un mouvement de la nature ou de la société, y compris à l’intérieur des forces contraires, et leur composition en multiples mouvements micros et macros. Elles tiennent ce lien, pour la société humaine, de la pesanteur des normes antécédentes qui régissent production, comportements et organisation humaine. « Le mort saisit le vif », et le vif procède cependant tant que les capacités d’invention ne sont pas neutralisées, du moins relativement, par le système ou cantonnées rigidement dans son maintien et dans  les champs indispensables au processus de base du système, ce qui est le cas dans ce début de XXIème siècle. Certes nul ne peut brimer l’invention, mais elle peut être canalisée relativement, ce qui entraîne son affaiblissement, empêche son explosion positive comme nous la connaissons dans de grands moments historiques qui sont la résultante d’une infinité micro et macro d’invention en unité organique, sociale.

Le christianisme d’église a conservé sa base de l’Ancien Testament alors que l’origine du christianisme est une contestation de cet ancien testament réifié, rigidifié, par et de l’organisation sociale et religieuse dans le monde romain travaillé en contradiction par le commerce méditerranéen et ses idées, de l’esclave au paysan, du négociant à l’artisan, d’ Epicure  à Archimède…

Ce soutien et quelquefois assimilation de l’église et du christianisme au pouvoir qui lui a permis de perdurer fortement, avec des variations, parmi les siècles, tout en étant « l’expression en tant que religion, des misères et douleurs et détresse humaines », a conduit l’Eglise à se maintenir par la contrainte physique et morale puisée dans les forces sociales dominantes et leurs moyens de domination. Le cas du communisme est révélateur que dans l’état des forces productives modernes, leur exigence d’initiative, d’invention collective, la contrainte physique et morale ne peut qu’aboutir à la négation de la visée, donc de l’aspiration et de l’échec de l’entreprise, relatif ou total. Certes, on ne peut pas mettre dans le même sac les partis qui ont exercé un pouvoir d’Etat et ses contraintes et ceux qui construisent une alternative. En même temps l’action sur l'Etat des forces productives dans un pays concerne les communistes, qu’ils soient au pouvoir ou non. La contradiction révèle l’opposition entre ce qui naît dans l’existant et ce qu’il contient de futur possible. La question du rapport entre libertés et forces productives doit conduire à un processus de démocratisation, une démocratie de l'homme producteur-citoyen, la sortie de la contrainte et une société échappant à la domination de classe allant de pair, progressivement et radicalement. La guerre des dominations économiques n’est pas la cause de l’organisation capitaliste, mais la cause des dominations économiques tient dans le système d’accumulation capitaliste mondialisé, bien sûr en relation réciproque dans le système et ses normes installées. Le substrat « animal » peut être en contradiction avec le processus d’humanisation, mais pas en antagonisme. Les transformations dans les fonctions maternelle et paternelle, si elles procèdent de l’histoire passée, montrent aussi les capacités de transformations de l’homme lui-même et de l’humanité et elle-même, en Santé.

Engels souligne la ressemblance et les différences des premiers chrétiens et des premiers communistes. Le règne de la justice sur terre et non dans l’au-delà fait leur différence. Certes il y a dans les deux cas de « l’abstraction -de la déadhérence conceptuelle- non opérationnelle » dans le projet. Mais les forces productives aujourd’hui ouvrent la possibilité d’une libération du travail contraint marchand au profit d’une libre activité développant la personne et sa cohérence entre la société, l'humanité, dans les rapports entre hommes eux-même et les rapports entre l’homme et l’univers.

C’est ainsi que peuvent se rencontrer la double et simple aspiration entre croyant et incroyant jusqu’à la disparition des idéologies, expressions d’une société de classe divisée, au profit d’une société sans classe unifiée et d’une recherche scientifique, matérielle et morale, des contenus du réel et de son processus. Ce qui éloigne encore croyant et non croyant, c’est une conscience du processus prévisionnel élaboré, des moyens du chemin progressif et radical pour concrétiser la visée. La différence entre les deux démarches se concrétise souvent par un degré plus ou moins important de « gauchisme » par rapport à la conscience du processus, sa mise en pratique, ses révisions, ses retours et ses avancées. Ce n’est pas attenter à la fête de Noël -moi, je chante en souvenir de mon père, le « Minuit Chrétien »- que de poser la question en cette fin Décembre. Fin décembre 2019 que les luttes pour une vie après la période salariée, aspiration vers une civilisation pour tous, en non pour une classe sociale privilégiée ou des groupes sociaux sans coopération au niveau nécessaire, viennent illuminer. Viennent illuminer malgré les difficultés qu’elles créent. Mais ce ne sont pas ces luttes qui créent des difficultés, elle tentent au contraire de résoudre les difficultés issues de la crise du système et recherchent une sortie de la crise dans un autre type de production et d’échange que celui de l’échange A-M-A’, de la vente-achat de la force de travail sous toutes ses formes, et la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital qui en découle et conduit à la fois à la surconsommation sélective et sans qualité, et à l’austérité en particulier pour les déjà démunis.

Pierre Assante. Dimanche 22 décembre 2019.

Illustration : trouvée sur internet. Yasser Araffat à Bethléem à Noël. Sans doute un symbole d'un autre futur humain.

**************

LE RECUEIL " Le 5 décembre 2019 ": Cliquer

ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

*******

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2019 5 20 /12 /décembre /2019 17:11

 

Une heure d’interview en direct de Fabien Roussel,

c'est ce dimanche à 10h00 sur Cnews et Europe 1.

 

Le capital a besoin de détruire ou geler une part toujours plus grande de son accumulation au fur et à mesure que progresse, s’accroît la productivité, et les capacités productrices des forces productives, les hommes, leurs machines et leurs cultures. Cette contradiction entre les progrès des forces productives et la capacité du système à y répondre est majeure dans la crise économique mondiale et de civilisation d’aujourd’hui. Elle influe négativement sur le processus de développement de l’humanité et évidemment sur la satisfaction des besoins matériels et moraux humains, et ne répond plus à leur évolution et leur complexification utiles et nécessaires. Une des conséquences est la priorité pour les actionnaires principaux non pour l’entreprise, non ce pour ce qu’elle produit - et encore moins pour les services qui le permettent -, mais qu’on achète et qu’on vend au gré du rapport des opérations financières dans le marché. Ventes et achats qui au passage détruisent du capital accumulé et des hommes qui n’ont que la vente de leur force de travail comme ressource. C’est la différence entre la concentration capitaliste sous le CME * social et de main d’œuvre du gaullisme et de l’échec passé programmé du nationalisme social, et le CMMnIgF **, et le capitalisme mondialisé et financiarisé de ce début de XXIème siècle et de son échec actuel et encore plus, futur...

La politique d’austérité généralisée, ses conséquences quantitatives et qualitatives, n’est pas une cause mais une conséquence du système et de sa crise. La bataille des retraites, de la santé, de l’organisation du travail, de la production et de l’échange, de la formation-transmission-qualification des activités humaines…. cette belle et dure bataille va dans le sens de reformer en santé le système au lieu de le réformer en aggravant la maladie actuelle et actuellement comme le fait le pouvoir LREM et ses représentants néfastes et pernicieux au plus haut niveau.

Pierre Assante. 20 décembre 2019.

* Capitalisme Monopoliste d'Etat social, formule de Paul Boccara.

** Capitalisme Monopoliste Mondialisé Numériquement Informationnalisé Globalement Financiarisé, que j'emploie dans mes exposés, et en dérivant.

**************

LE RECUEIL " Le 5 décembre 2019 ": Cliquer

ici

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/12/le-5-decembre-2019.recueil.html

*******

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE.

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55