Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 07:42

 

TRAVAIL. MOYENS DE PRODUCTION. SYSTEME : UNITE DE LA CRISE.

Entité collective relativement pertinente *

Groupe de rencontre du travail *

 

« Conjugué, voilà exactement le terme. Ce n’est pas une somme mais une conjugaison. Or regardez les outils de gestion : ils considèrent les collectifs comme une somme : ils considèrent les collectifs comme une sommer regardez les outils de gestion : ils considèrent les collectifs comme une somme. Et c’est ça encore un héritage du taylorisme ! Du moment que c’est une somme, les membres du collectifs sont interchangeables. Il y avait dans l’équipe un maçon, de quoi vous vous plaignez ? Mais tout simplement du fait qu’il ne s’agit pas du même ! Voilà de quoi je me plains ! Un maçon égale un maçon est une abstraction qui fait l’impasse sur les modalités concrètes de fonctionnement de l’équipe de maçons. Il en résulte alors une augmentation de la charge de travail, un accroissement du stress… Cela veut-il dire qu’il est impossible de changer ? Evidemment non, mais il faut alors prévoir les moyens nécessaires à la reconstruction du collectif… »

Jacques Duraffourg. Travail et ergologie. Entretiens sur l’activité humaine. Premier volume. Page 63.

 

Que peut-on dire aujourd’hui sur le même thème dans une organisation numérisée et parcellisée du travail et de l’emploi, d’une crise systémique tsunamique, et d’une crise sanitaire, sans doute conséquente à une incapacité systémique de prospective du mouvement général de la société, crise sanitaire qui vient voiler les causes de la crise économique et de civilisation, scinder et parcelliser encore plus l’emploi et le travail, « déshumaniser » l’équipe, modifier les mentalités dans le sens de cette « déshumanisation » : couronner une crise globale !

Un groupe de rencontre de travail d’une entité collective relativement pertinente est un élément essentiel de l’autogestion de la personne dans l’entité et de l’autogestion de l’entité dans l’activité globale du local au mondial en passant par les différents « niveaux » temporels et géographiques de coopération.

Mais dans sa concertation un tel GRT se heurte à un double aspect de la crise et ne peut y répondre à son « niveau » sans intégrer dans son débat de valeur* et d’organisation concrète ce double aspect de la crise.

- L’obsolescence du système économique et social : la baisse tendancielle du taux de profit, la suraccumulation-dévalorisation du capital et sa crise.

- La transformation non du mode de production et d’échange, mais des moyens de production, contradiction entre moyens de productions et mode de production.

Ce double aspect n’est qu’apparent.

Transformation des moyens de production et crise du système fonctionnent en unité, elles se conditionnent l’une l’autre, ont une autonomie relative et une dépendance totale. C’est un rapport dialectique dans lequel la contradiction Capital/Travail n’a jamais été aussi puissante. Elle arrive à un terme gravement destructif. L’autogestion de la personne et de l’entité n’ont jamais été dans une contradiction aussi bloquante avec la vente-achat de la force de travail.

Travail et emploi se heurtent à l’augmentation de l’armée de réserve du capital, conséquence en unité, à la fois

- de l’organisation digitale, numérique du travail et de la production suscitant moins de main-d’œuvre et moins d’emploi, laissant de côté la régénération de la formation et la continuité de transformation nécessaires à l’évolution-complexification et de la production et des besoins humains : « arrêt » de civilisation dans un mouvement quantitatif et répétitif de l’organisation d’un travail à la fois obsolète et rapide et incohérente : effet du critère P/C (Profit sur Capital)

- et à croissance exponentielle du capital constant dans la composition du capital, sa suraccumulation-dévalorisation, sa crise systémique demandant transformation qualitative du mode de production et d’échange en passant par un nouveau critère VA/CMF **(Valeur Ajoutée sur Capital Matériel et Financier), antichambre d'un échange mondialisé de l’activité de la personne, de l'entité, à toute l'humanité, d’un échange du travail sur la base des besoins sociaux à partir d'une évolution des forces productives le permettant.

Une sécurité d’emploi et de formation** n’est pas seulement un remède du moment à la crise de l’emploi. Elle met en œuvre un mouvement de transformation du système vers une libération de la production  du taux de profit et de la personne dans la transformation-dépassement de l’achat de la force de travail.

De même une révolution prenant le pouvoir sur l’argent par une réforme radicale et progressive  du système financier du local au mondial **,

- de l’usage de la production monétaire. Banques centrales, FMI, Droits de tirages spéciaux etc. Fonds régionaux, nationaux, européens etc. à gestion démocratique, droits du travail incluant ces mouvements de transformation qualitative et comités d’entreprise et comités locaux, régionaux... salariés-population de gestion permettant la mise en œuvre.

- d’une démocratie des choix de développement entre autre par le choix des financements : terme simplificateur mais résumant un mouvement qualitatif des termes de l’échange dans une démocratie du « que, quoi, comment produire »*** les biens matériels et moraux nécessaires à la vie humaine, ses besoins en développement-complexification, et de sa conscience individuelle et collective de même, en unité, d’une espèce pensante : conscience en mouvement de la nature sur elle-même.

Pierre Assante. 27/08/2020 06:35:03.

* Concepts ergologiques d’Yves Schwartz.

** Concepts de Paul Boccara.

*** Concepts d’Enrico Berlinguer.

P.S. Certes, cet article répète des concepts et propositions dits et redits. Mais il s’agit de faire des pas nouveaux dans leur élaboration et compréhension pour transformer en santé le mouvement du processus humain, dans sa continuité et ses sauts de qualité.

La photo : Enrico Berlinguer, penseur très important, à mon avis, du mouvement communiste démocratique, disparu sans doute trop tôt en 1984, opportunément pour le capital, frappé d'une congestion cérébrale en plein meeting. J'ai assisté à un meeting juste précédent à Milan en duplex avec Rome. Il me semble qu'il avait l'intuition de la profondeur des transformations de la société, mais n'a pas eu le temps de la mettre en pratique dans son parti, qui s'est auto-dissous à l'issue  du  "tournant de Bologne", 1989-1991.

 

et voir :

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

 

Partager cet article

Repost0
28 août 2020 5 28 /08 /août /2020 08:19

 

chapitre

"Cohérence du programme démocratique"

 

« …La loi du profit entraîne le gaspillage de ses propres moyens, par l’exploitation des travailleurs et la multiplication des conflits d’intérêt : d’où les surinvestissements et les pénuries, les pertes et mutilations de ressources (par exemple les déqualifications, les régressions régionales). L’efficacité du régime capitaliste est aujourd’hui un mythe. La socialisation des forces productives exige la mise en œuvre de l’économie de moyens, non dans le seul cadre de l’entreprise ou du groupe capitaliste, mais au plan national et dans le contexte international et dans un nouveau but : la satisfaction des besoins… »

Philippe Herzog. "L’union populaire et la maîtrise de l’économie", Editions Sociales-Economie et Politique. 1972. Page 131.

 

et voir :

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

 

Partager cet article

Repost0
28 août 2020 5 28 /08 /août /2020 05:57

 

BRIBES DE POEMES DEFORMES ET SUR LE TSUNAMI ECONOMIQUE

A force de répéter mentalement des poèmes, j’ai constaté cette légère déformation de ma mémoire de ces poèmes.

 

Rien n’est précaire comme vivre

Rien comme être n’est passager

C’est comme fondre pour le givre

Et pour le vent être léger

J’arrive où je suis étranger

D’après Aragon

 

J’interroge les ossuaires

Et je contemple les berceaux

D’après Victor Hugo.

 

Contre le tsunami du chômage, sécuriser l’emploi et la formation

Dossier d’Economie et politique :

Frédéric Boccara, Gisèle Cailloux, Fanny Charnière, Thalia Denape, Denis Durand, Tibor Sarcey.

Introduction

Le chômage ne fait que démarrer : que faire ?, Gisèle Cailloux

Les plans sociaux déferlent, subventionnés par le gouvernement, Tibor Sarcey

Pour une sécurité d’emploi ou de formation, Frédéric Boccara

SEF et 38e congrès du PCF

Neuf caractéristiques de la sécurité d’emploi et de formation

La SEF dans le débat politique

Revenu universel : fausse bonne idée, Thalia Denape

Une logique économique en phase avec les révolutions du XXIe siècle, Frédéric Boccara

La SEF, réponse à l’urgence sociale et à la crise de civilisation

Des conférences régionales et nationale pour la SEF et la transformation écologique et sociale : nouvelles institutions

Des chantiers à identifier et à travailler

Accès à ce dossier :

https://www.economie-et-politique.org/wp-content/uploads/2020/07/17_EP790791Eco_Po_790_791_21_07_2020_DD-1.pdf

 

PHOTO : rapport de Fédéric Boccaca télécopié en main.

et voir :

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
27 août 2020 4 27 /08 /août /2020 07:37

FIN DE SOCIETE FIN DE VIE

 

On peut considérer ce XXIème siècle comme une fin du néolithique, c’est-à-dire la fin de la transformation de la nature par l’homme pour créer ses subsistances, survivre et se développer avec l’outil mécanique.

Cette fin de néolithique, c’est l’entrée dans une nouvelle ère humaine, celle de la transformation de la nature par l’homme pour créer  ses subsistances,  survivre et se développer avec l’outil informatique, la « pensée artificielle » qui n’est pas une pensée mais un outil, la numérisation, l’automation, l’automatisation et la libération du travail contraint, la fin de l’exploitation de la force de travail en général puis de la vente capitalistique de la force de travail par le salarié, pour entrer dans l’ère du temps de création généralisée, mondialisée, coordonnée : l’autogestion de la personne dans la cohérence coopérative globale de l’espèce, de l’entité de production et d’échange local à l’entité société humaine mondialisée.

 

Cette ère n’est pas synonyme de l’abandon de la main, de son lien main-cerveau, et la double anticipation qui y est liée et qui a formé la pensée, au profit de la machine, il faut que ce soit clair. L’abandon de la main serait l’abandon des bases animales sur lesquelles s’est construite notre espèce pensante, son évolution-complexification pensante. Il n’y a pas d’existence sans base matérielle. Tout est matière, pensée comprise, c’est-à-dire mouvement psychique comme mouvement musculaire en unité organique.

 

Que l’espèce humaine disparaisse un jour au bout de sa naissance-enfance-adolescence-maturité et mort, évolution biologique et mentale, si un accident ne survient pas avant, est une évidence. Ce qu’elle transmettra de son activité dans l’univers existera, même si nos capacités d'espèce humaine ne nous permettent pas aujourd'hui  de le saisir, sinon en vague imagination,  de même qu’elle ne peut saisir dans notre période historique, qu’un essentiel nécessaire à sa lutte pour la vie.

 

Ce qui fait le changement d’ère humaine est un changement qualitatif d’outil. L’agriculture qui n’est pas un outil en elle-même mais qui met en œuvre des outils fondamentalement nouveaux, est une rupture progressiste qualitative de l’invention humaine, par rapport à l’évolution du galet aménagé, et je crois que la « pensée artificielle » peut être considérée comme un bond de transformation progressiste qualitative de l’outil.

 

En cette fin de société permettant à l’humanité d’entrer dans une ère nouvelle, si elle est capable d’éviter les dangers que l’évolution humaine elle-même crée, me voici en fin de vie. Et dans l’incertitude profonde sur les conséquences de ces dangers, ce qu’il font courir à mes proches, ceux que j’aime et toute l’humanité que j’aime aussi à la façon dont on peut aimer un ensemble vaste pour un individu. Double anxiété pour leurs devenirs en danger et double enthousiasme pour leur devenir dans ces progrès immenses possibles, ce que ce mouvement incertain peut créer de grandeur à la personne, ses entités d’activité et l’humanité tout entière dans ses rapports avec l’univers.

 

Comment je pars, comment nous partons, vieillard-e-s conscient-e-s de « la lumière qui baisse », l’atténuation consciente des capacités, progressive et inéluctable et leur fin, la dissolution de l’organisation biologique dans la mort. Ceci est plus qu’un poème, plus que de la poésie, s’en est un dépassement d’ère littéraire.

 

Pierre Assante. 24/08/2020 07:10:46.

 

et voir :

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

 

Partager cet article

Repost0
26 août 2020 3 26 /08 /août /2020 07:05

 

ENCORE SUR L’AUTOGESTION DE LA PERSONNE.

 

L’autonomie de la personne dans l’entité collective d’activité, son autogestion demande une profonde adhésion à des objectifs définis en commun et en marchant.

De même pour l’autonomie-autogestion de l’entité dans l’activité globale.

Cela rejoint en unité totale la double anticipation* et l’usage de soi par soi*. Et les groupes de rencontre du travail *(GRT), dans le mesure où ils n'ignorent pas le contexte, le système, ses contradictions et le besoin de dépassement du système et de sa crise.

Finalement on est proche et au-delà des intuitions des religions sur « la loi et la foi », « la foi sans l’œuvre est morte », c’est-à-dire en termes modernes, la loi, la nécessité en transformation et la conviction de même, non une conviction aveugle, mais construite et en mouvement.

« Préconisations » religieuses des temps de l’expansion de la société marchande M-A-M’ antique et de toutes ses imbrications infinies et énigmatiques d’activités dans le temps et l’espace, préconisations restées lettre morte puisque les religions ont toutes maintenu un type d’organisation sociale monarchique au somment de la société comme dans ses entités.

Le communisme primitif des jésuites en Amérique latine, entre autre,  et le sort qu’il a subi en témoignent. Evidemment le communisme jésuite, hérésie pour l’église était aussi une utopie dans les conditions des forces productives dans lequel il existait.

Le « retour » de la bourgeoise à la religion, après l’installation de sa domination est du même ordre : ne pas aller au-delà de cette domination. Idem pour le « capital global », ce monstre sans visage et sans tête apparente, si ce n’est quelque grande fortune qui trahit les inégalités mais pas le système, qui hante nos échanges et nos esprits et dicte implicitement et explicitement ses lois.

Le CMMnIgF ** est l’antichambre du communisme développé et « démocratique » des nouvelles forces productives du XXIème siècle, si le fruit, l’existant en contradiction dans la vie du système se développe et donne naissance à un nouvel arbre, ce qui demande du temps, de la volonté et de la conviction, des générations et de la transmission-régénération non interrompues.

Pierre Assante. 26/08/2020 05:57:56.

* Concepts ergologiques du Professeur Yves Schwartz.

** Capitalisme Monopoliste Mondialisé numériquement Informationnalisé globalement Financiarisé.

 

et voir :

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
25 août 2020 2 25 /08 /août /2020 07:32

 

BESOIN IMPERIEUX DE CROISSANCE DES VALEURS SANS DIMENSION

 

Dans le système d’échange par la mesure de la valeur, du TTMSN (1), la croissance qualitative des forces productives est freinée, jusqu’au blocage et à l’effondrement, si la contradiction entre valeurs sans dimension et mesure de la valeur n’est pas dépassée dans le processus de la société humaine.

Croissance des valeurs sans dimension et décroissance de la mesure de la valeur d’échange constituent l’unité de mouvement des forces contraires dans un système de processus en santé des forces productives.

L’exemple de la S.S.(Sécurité Sociale, "à la française", par cotisations patronales et des salariés instituée essentiellement à la Libération du nazisme de 1945), embryon d’échange nouveau dans lequel la place directe, stricto sensu, de la valeur marchande est réduite, sans que la production de la valeur d’échange échappe au profit et à la mesure marchande, capitaliste de la valeur, contient cette marche des forces opposées en unité, cette contradiction flagrante.

L’incapacité provisoire ou pas de maintenir un rapport de forces suffisant pour faire progresser l’échange sans mesure directe de la valeur marchande du médicament et du soin, bien qu’elle n’existe que  dans et par l’intervention du CME (2) renflouant la valeur d’échange pour le capital, a eu pour conséquence un recul de civilisation, malgré ou dans la marche contradictoire interne globale de la société.

Recul des valeurs sans dimension et progrès de la mesure marchande de l’échange est un tout dans une mondialisation sur la base du cycle A-M-A’ (3) et de la vente de la force de travail au capital. L’accroissement de l’armée de réserve de vente de la force du travail va de pair avec l’accroissement des capacités des forces productives, réalité évidente : contradiction Capital/Travail en  ce XXIème siècle de la numérisation et d’une robotisation sans horizon, elle-même freinée par cette contradiction. Et l’accroissement de l’armée de réserve avec son acculturation et sa déculturation.

Comme jamais la contradiction capital/travail n’a été aussi forte malgré l’apparence d’abondance matérielle, de richesse, abondance dont la croissance ni en quantité ni en qualité ne correspond aux besoins d’évolution-complexification d'une espèce devenant progressivement et possiblement à l’infini, conscience de la nature sur elle-même

Les progrès de la consommation dans les pays les plus développés ou souvent les luttes ont agi sur une moins grande augmentation progressive de la plus-value (4), et particulièrement à travers la plus-value relative,  cachent l’aggravation des mécanismes d’exploitation. Il y a eu confusion entre augmentation réelle de la plus-value et paupérisme absolu et son interprétation théorique. Des analyse erronées ont aggravé une non-perception d’une la réalité ignorant  l’intensité réelle de l’exploitation par rapport à sa description pourtant catastrophiste.

Mais surtout il y a eu sous-estimation, par le capital lui-même de la baisse tendancielle du taux de profit par augmentation du capital constant lié au développement scientifique et technique, qui est le phénomène second devenu contradiction première

Par le capital lui-même qui est occupé au jour le jour à organiser le travail et la collecte du profit et sa guerre interne, ce qui l’empêche organiquement,  d’imaginer un autre système et une autre morale que celle de l’argent.

Pierre Assante. 21/08/2020 22:49:42.

(1) Temps de travail  moyen socialement nécessaire pour une production.

(2) Capitalisme monopoliste d'Etat, deuxième moitié du XXème siècle faisant aujourd'hui place au CMMnIgF. : Capitalisme Monopoliste Mondialisé numériquement Informationnalisé globalement Financiarisé.

(3) Argent-Marchandise-Argent' : Cycle élargi du capital dans la production-échange-production.

(4) Ou survaleur selon les terminologies choisies.

 

et voir :

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

 

Partager cet article

Repost0
23 août 2020 7 23 /08 /août /2020 18:52

 

 

CRISE DE CROISSANCE : RESOLUTION PAR DESTRUCTION ET REGRESSION ? OU NOUVEAU TYPE DE DEVELOPPEMENT.

 

L’histoire DE l’humanité est traversée de crises de croissance.

Celle que nous traversons est particulièrement énorme, à la mesure de la croissance actuelle, quantitative, scientifique, technologique et productive.

Elle a toujours surmonté ses crises de croissance par un nouveau développement, avec des régressions relatives, et des redéveloppements supérieurs.

Peut-il en être autrement aujourd’hui ?

Certainement pas.

Soit on détruit une part du capital constant, du capital cristallisé dans les équipements « matériels et moraux » de production, d’échange, de consommation et distribution et plus encore une part de l’humanité pour « régler » une croissance mettant en périls l’ensemble de l’humanité, ce qui est une aberration, puisque l’humanité, sans une nouvelle forme de croissance et de développement reproduira d’une façon ou d’une autre les mêmes contradictions mortifères.

La question est de résoudre aujourd’hui les contradictions contenues dans le type de croissance actuelle, celle d’un capitalisme mondialisé et financiarisé dont la priorité en matière de décisions et d’action EST le taux de profit au détriment des besoins sociaux, de leur développement, de leur complexification.

Un nouveau développement repose sur une participation de tous les humains au développement : élévation des capacités de tous, autogestion de la personne dans l’entité d’activité collective du local au mondial, ce que le développement des sciences et techniques, la digitalisation-numérisation-automation mise au service de ce type de développement peut permettre

Berlinguer (1) disait, « ce que demandent les ouvriers de la Fiat, ce n’est pas de choisir la marque du téléviseur ou de la voiture mais « que, quoi comment produire ». Il en est de même aujourd’hui pour toute la population : le ras le bol et le refus des nécessités, assimilées au principe de liberté avec ce que cela comporte d’aberrations mentales destructrices, est la conséquence des conditions monarchiques dans lesquels le travail est organisé par et pour le capital pour satisfaire au taux de profit et sa dictature appliquée à tous, de l’exécutant aux firmes multinationales qui en sont à la tête et subissent leur propre loi régressive, en passant par les PMI et ETI qui leur sont soumises.

Cette dictature, cause de conflits et de guerres, ne peut maintenir une société en santé pas plus que la planète. La planète comme l’homme est malade du taux de profit et de la crise systémique liée au développement  de la société sur la base de l'accumulation du capital et de sa crise de suraccumulation-dévalorisation, blocage à son extrémité de la circulation, et donc de la production des biens nécessaires à la vie.

Un des éléments indispensable à un autre type de développement est la condensation de « type cérébral » de la production-consommation et parmi ses éléments une croissance nouvelle de la production d’énergie de type nouveau dont ITER, si ça marche, mais bien d’autres tentatives possibles donnent une idée.

Il n’y a pas de vie sans croissance de l’enfant à l’adulte en passant par l’adolescence que commence à traverser notre humanité. Et l’adulte lui-même continue une forme de croissance de ses capacités qu’on appelle l’expérience en dans laquelle la croissance de la conscience, sauf situation historique exceptionnellement négative, se poursuit. Croissance de l’individu, de ses rapports avec la société et de la société sont une seule et même croissance constituée d’éléments à la fois autonomes et dépendants.

Il n’y a pas d’antagonisme entre le jardin et l’agriculture, entre l’industrie numérisée mondialisée et le Km zéro mais complémentarité possible à partir d’une organisation humaine démocratique recensant les besoins, les quantifiant et les résolvant au fur et à mesure de leur croissance par des transformations qualitatives de condensation des activités et de la consommation-productive.

Fera-t-on sauter la planète ? Ou rentrerons-nous dans un Moyen Age moderne de « transition » ou pas ? Ou sortirons-nous de notre nouvelle renaissance technologique qui met à nouveau le monde à feu et à sang, ré-instituant une nouvelle inquisition ? 

Sortir par le haut : le communisme développé, dont les expériences de communisme vulgaire et autoritaire ne représentent pas la finalité du mouvement en santé de la société, mais de formes religieuse reprenant les balbutiements d’une classe ouvrière et d’un salariat inexpérimentés dont l’expression se  trouvait déjà dans « la ligue des juste » sur laquelle  Marx et Engels avaient agi pour en faire une « ligue des communistes, puis une Internationale ouvrière sur des bases scientifique. La critique du programme de Gotha contient déjà toutes les critiques sur l’enfance de la lutte pour dépasser la vente par la personne humaine de sa force de travail au capital qui en fixe les conditions : son accumulation au détriment des besoins sociaux dont la crise systémique de suraccumulation-dévalorisation est l’aboutissement.

Pierre Assante. 23/08/2020 08:11:14.

(1) Photo : Berlinguer porté par Benigni lors d'un meeting

 

et voir :

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

 

Partager cet article

Repost0
22 août 2020 6 22 /08 /août /2020 18:43

SEXUALITES

 

Il y a une sexualité féminine et une sexualité masculine.

Et il y autant de sexualités diverses que d’individus humains.

Et il y a une base animale à la sexualité liée aux besoins de reproduction de l’espèce.

Et il y a une culturation sociale et individuelle de cette base qui font du respect, des droits de la personne et de la dignité humaine, une base incontournable de civilisation.

Le respect, la dignité, les droits, ne sont pas des objets figés, mais des mouvements de la personne dans le mouvement de la société, en évolution, en complexification évolutive.

Tout arrêt de l’évolution est un arrêt de la vie à court terme.

Il existe un dogmatisme féministe comme un dogmatisme tout court qui agit  dans tous les domaines de l’activité humaine, dans les idées et dans les actes, en unité

Qu’il existe un dogmatisme féministe veut dire qu’il existe qu’il existe un féminisme, est c’est cela l’important

Le dogmatisme est le revers d’une médaille dans un moment positif de la société humaine.

Certes le féminisme est d’abord un mouvement-femme dont le succès dépend de l’alliance, d’un rassemblement démocratique agissant.

Elle touche à la domination de tous les subalternes.

Elle touche aussi à la division du travail et à la division de la société en classes.

Résumer le féminisme à la lutte des classes est un dogmatisme à l’autre extrémité de la contradiction des forces qui s’exercent dans le mouvement général, c’est-à-dire au refus, à la négation de la lutte de classe.

Pierre Assante. 1 août 2020.

 

et voir :

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
19 août 2020 3 19 /08 /août /2020 05:32

 

DEUX RECUEILS

 

LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÉRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

25 juin 2020- 18 août 2020

 

 

SUIVI DE

Mon cerveau s’enlise…

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

1° Juin – 22 Juin 2020

 

Et de

MAIS ENCORE…

Les travaux pratiques de la révolution.

 

sur ce lien :

http://www.pierreassante.fr/dossier/DEUX_RECUEILS_CRITERES_ECONOMIQUES._ENERGIE._EUROPE._AUTOGESTION-APST.pdf

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

 

Partager cet article

Repost0
18 août 2020 2 18 /08 /août /2020 07:33

 

Un « mythe de l’activité » en soi.

 

Un mythe de l’activité militante réponse aux difficultés sociales s’est substitué la compréhension et l’action totales du processus de la société humaine et de l’intervention consciente de l’homme sur ce processus.

Cette tare liée aux difficultés de la lutte du prolétariat, des répressions successives qu’il a subies, avec ce qu’elles ont impliqué de reculs, est contenue dès l’origine du mouvement ouvrier et salarié (critique du programme de Gotha).

La réponse du capital à la diffusion des idées marxistes et au travail de poursuite de la révolution d’un humanisme total qu’il constitue, est au cœur des répressions qu’il a exercées.

Ce n’est pas « seulement » les massacres du XIXème siècle de la Commune de Paris et des grands moments des luttes ouvrières et ceux effectués à l’occasion des guerres impérialistes mondiales et locales et de la contre-révolution au paroxysme que constitue la guerre nazie, qui constituent les répressions et les régressions qu’ils ont entraînées : c’est un ensemble constitué par la guerre physique et la guerre idéologique menée par la capital en réponse au mouvement d’émancipation de l’achat-vente de la force de travail et de l’accumulation capitaliste et sa crise, et ceci dès les premiers pas de la diffusion de l’analyse du capital et de la formation de la conscience sur le processus humain que constituent les œuvres de Marx et d’Engels.

Parmi les régressions, il y a la dogmatisation de ces œuvres, la réification religieuse de leur contenu et leur diffusion tronquée par citations et par ouï-dire négligeant la compréhension approfondie.

La poursuite de ces œuvres, leur critique en fonction des mouvements de la société et des transformations qualitatives du capital ont subi un frein et le stalinisme, réponse limitée à la guerre du capital a accentué le phénomène.

La réponse scientifique reste minoritaire dans l’organisation syndicale et politique du salariat, et à plus forte raison dans la société tout entière.

Le reflux du rapport de force en faveur de transformations sociales profondes hérité de la victoire contre le nazisme, la reprise en main par le capital de l’organisation du travail dans la révolution scientifique et technique, numérique, mondialisée a favorisé un glissement nouveau vers ce mythe de l’activité militante se suffisant à elle-même, réponse aux difficultés sociales se substituant à la compréhension et l’action totales du processus de la société humaine et de l’intervention consciente de l’homme sur ce processus.

L’abandon pur et simple du marxisme, sa substitution par une théorie « légère » du socialisme scientifique s’est accéléré dans les années 1970, après les riches tentatives de Waldeck Rochet et sa direction nationale et locale, de mise à jour du mouvement ouvrier face aux réalités nouvelles de la société capitaliste, et son élimination par la nouvelle direction du PCF.

Ceci dit tout en sachant que les critiques du PCF par le capital font partie et poursuivent la guerre physique et idéologique contre le marxisme et contre le mouvement nécessaire de transformation de la société et du système de production et d’échange actuel.

Marx et Engels et les expressions originelles théoriques et pratiques du processus inconscient et conscient de l’humanité ne sont pas restés sans successeurs. Mais ces successeurs ont du mal à redonner vie à une réelle action de transformation sociale, son projet, son processus et le chemin à parcourir à inventer à chaque pas.

Ce mythe de l’activité en soi-même, s’il maintient un niveau de résistance, il tend à figer l’organisation de la société dans son état, aujourd’hui le CMMnIgF. Il contribue à reproduire l'existant et non à le transformer qualitativement.

18/08/2020 06:46:30

 

et voir :

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
16 août 2020 7 16 /08 /août /2020 19:56

STATISTIQUES DU BLOG 

 

JUILLET 2020

590 Visiteurs uniques

999 Pages vues

1,628 Vues / Visiteur

Total depuis la création

83 856 Visiteurs uniques

160 389 Pages vues

1,913 Vues / Visiteur

Les 10 pages de juillet les plus visitées :

1

http://pierre.assante.over-blog.com/

280

2

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/07/lettre-de-nathalie-tessier-secretaire-de-section-du-pcf-marseille-8eme.html

48

3

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/07/intervention-de-denis-durand-au-conseil-national-du-pcf-du-9-juillet-2020.html

39

4

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/07/reprise-de-brochure-educative-n3-2018-materialisme-et-idealisme.regressions-au-nom-du-progres.html

26

5

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/07/reprise-de-brochure-1.schema-d-intervention-de-base-sur-le-capital.html

24

6

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

24

7

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/07/une-intervention-de-frederic-boccara-au-conseil-economique-social-et-environnemental-sur-le-rapport-annuel-sur-l-etat-de-la-france.h

23

8

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/07/reprise-de-brochure-1.schema-d-intervention-de-base-sur-le-capital-3.html

22

9

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/07/5f0d9f9f-2c29.html

21

10

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/07/aragon-epilogue.html

20

 

et voir :

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
15 août 2020 6 15 /08 /août /2020 07:06

8 août 2007

 

Il n’y a pas de réalité universelle

sans entités particulières.

ou

l’unité contradictoire

de l’aléatoire et de la logique du processus global,

résultante de cette infinité aléatoire.

 

 

La multiplicité des évènements qui se produisent dans le cerveau, le corps-soi de l’individu, la multiplicité des évènements qui se produisent dans l’humanité, le processus unifié que constituent ces évènements entre la personne humaine et la société, dans la multiplicité des champs d’activité, illustrent l’unité contradictoire de l’aléatoire et de la logique du processus global, résultante de cette infinité aléatoire.

Le « génie » philosophique, celui qui équivaut à l’action révolutionnaire, consiste en une marche sur la corde raide entre le structuralisme d’un côté, la philosophie analytique de l’autre. Sans cette marche sur la corde raide, tout n’est que répétition, c'est-à-dire la mort. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait pas mimétisme dans nos actions. L’homme est quotidien, mimétique, poïétique disait Henri Lefebvre.

 

Structuralisme et philosophie analytique alimentent le savoir, et le font souvent avec des résultats partiels très féconds. Ils doivent cependant, pour donner un horizon opérationnel au processus de l’accumulation des savoirs, s’intégrer à la circulation globale qu’est l’humanité dans son milieu global, ce que le mouvement de pensée désigné par le terme « marxisme »,  malgré tous les culs-de-sac dans lequel ce dernier à pu s’engouffrer, sans que pour cela son fondement en soit devenu obsolète (bien au contraire), s’est efforcé de faire.

 

Le marxisme, c’est cette marche sur la corde raide, que l’on peut rejeter parce qu’on la trouve inconfortable et que l’on préfère un confort mortel. Mais la marche, la marche toute simple est un exercice permanent d’équilibre auquel on ne prête même plus cas, sauf en cas de maladie de l’équilibre ou toute autre difficulté d’équilibre quel qu’il soit. Et chacun sait qu’il faut apprendre à marcher. On a toujours du vide, autour, de chaque côté de soi. Le danger est lié relativement à sa profondeur et le confort à la capacité d’équilibre en mouvement…pour ma part, j’essaie….

« Ce mouvement de pensée appelle sur le plan théorique un nouvel approfondissement de découvertes anciennes et leur entrée en résonance avec de nouvelles découvertes à faire quant à la consistance réelle et la fécondité possible de l’inspiration marxienne » nous dit Lucien Sève. (« Marx et nous I », Editions La dispute)

 

L’action révolutionnaire s’est généralement plus préoccupée de la résultante du moment et des possibilités de transformation de cette résultante en tant que photo du processus, que de l’énigme de l’infinité des composantes qui produisent cette résultante. D’autant que l’étude des composantes aboutit souvent à la réification de la composante. Mais cet écueil possible a conduit à un autre : celui d’ignorer la complexité des situations et donc d’ignorer les conditions nécessaires aux transformations.

 

Ainsi, le « génie » philosophique, celui du devenir par rapport à la philosophie « purement » spéculative,  a besoin d’un arrière-fond de la complexité du mouvement des savoirs, comme liant de sa perception de l’unité contradictoire de l’aléatoire et de la logique du processus global, résultante de cette infinité aléatoire.

 

En langage plus simple : le dogmatisme aggrave les déformations de la perception de la réalité. L’aller-retour entre la vision globale du moment et les différents champs du savoir est nécessaire à l’action.

 

En langage encore plus simple : l’action révolutionnaire ne peut pas se passer d’une grande curiosité de la part de ses acteurs et du collectif qu’ils constituent. Une humanité sans curiosité, sans ouverture perd toute identité, c'est-à-dire la cohérence nécessaire à l’existence de toute entité, quelle qu’elle soit. Et il n’y a pas de réalité universelle sans entités particulières.

 

Encore, encore plus simple : chaque geste quotidien qui résout une question quotidienne est une action révolutionnaire. Je pense en particulier aux gestes de la mère pour répondre à son enfant. Et je ne connais pas de meilleur exemple. C’est tout l’instinct, le sentiment et la réalité de vie que contiennent ces gestes. Les oublier est la pire des aliénations, celle qui induira toutes les autres et conduira à l’opposition entre la personne humaine et le groupe, à la domination contre la coopération, réduisant le mouvement de l’humanité à une robotisation, un emprisonnement dans l’outil.

 

L’outil et la pensée sont liés. Le progrès technique et la capacité de création de l’humain, mouvement en aller-retour et en spirale n’échappe pas à la constitution biologique de l’entité humaine et aux contraintes naturelles et sociales qui en découlent. Comment pourrait-il en être autrement ?

La constitution de la société en classe découlant de la capacité humaine de sur-produire par rapport à ses besoins élémentaires de survie,  qui s’est développée dans le néolithique, alors que le paléolithique avait déjà engendré la production symbolique, est une contradiction féconde pour le développement des forces productives. Mais elle est féconde de par cette autre contradiction, cette autre opposition entre la survie de l’individu et celle du groupe. C’est bien la résolution à chaque instant, dans chaque situation,  de cette contradiction qui permet l’existence de l’humanité.

 

La résolution à chaque instant, dans chaque situation,  de cette contradiction se pose différemment au fur et à mesure que l’activité humaine modifie les conditions de son existence. C’est le cas dans les conséquences de ces modifications en matière d’écologie par exemple. Nicolas Sarkozy « a raison » quand il laisse à entendre que l’inégalité sociale de l’individu découle de l’inégalité de développement. Là où il a tort, c’est de faire de cette réalité une réalité figée (1). Si cette fixation perdurait, ce serait une mort annoncée. Et cette mort commence par la réduction de la solidarité à la charité.

 

Le geste de la mère illustre à la fois l’intérêt particulier de la mère et l’intérêt particulier de l’enfant dans la fusion que ce geste constitue POUR LA MERE. Pour l’homme mâle, la femme avec ou sans enfant, la présence (ou l’absence qui est une forme de présence sociale) de la mère (ou son souvenir), est le plus fort témoignage du mode de vie humain, d’où découle le processus du rôle séparateur-libérateur de la société et son aller-retour-unité entre dépendance et autonomie. Le rapport homme-femme dans ce qu’il constitue de rapports de domination dans les rapports sociaux de production, production qui s’étend au-delà de « l’industrieux », est LE rapport type de domination. Le mépris conscient ou inconscient, l’affection ou la haine paternalistes, la fuite des rapports de sexes, ou plus rarement le respect et le sentiment d’égalité conscient qui en découlent, forment le modèle qui va induire le comportement de l’enfant devenu adulte.

 

L’essence de l’homme (générique, en tant qu’espèce en mouvement), c’est l’ensemble des rapports sociaux dit Marx. Mais cette affirmation est une affirmation qui vaut pour le moment et le type de mode de production. Lorsque le mode de production n’induisait pas d’existence de classes sociales, les rapports sociaux n’étaient pas des rapports de classes, même si des dominations d’autres types existaient. Marx, Engels en particulier, considèrent que la première division du travail qui induit une domination découlant du mode de production est la division du travail entre homme et femme.

 

Ces remarques sur le rapport homme-femme ne sont pas une digression anodine ou une parenthèse par rapport à notre propos général. La constatation des rapports homme-femme ne doit pas plus se figer que ne doivent se figer comme des formules les concepts de « rapports de classe » ou de « division sexiste du travail ». En cela nous rejoignons le début de cet article et fermons la boucle, ou plutôt élargissons la spirale : La multiplicité des évènements qui se produisent dans le cerveau, le corps-soi de l’individu, la multiplicité des évènements qui se produisent dans l’humanité, le processus unifié que constitue ces évènements entre la personne humaine et la société, dans la multiplicité des champs d’activité, illustrent l’unité contradictoire de l’aléatoire et de la logique du processus global, résultante de cette infinité aléatoire.Quantum et durée.

 

Le travail est une réalité et un concept. Réalité et concept peuvent se limiter à l’aspect du travail salarié, du travail contraint, et dans ce cas il s’agira d’une vision structuraliste. Réalité et concept peuvent aussi se résoudre à une généralité qui serait l’activité humaine. Et dans ce cas ce serait une vision analytique rassemblant des éléments de particularités, c'est-à-dire, non une synthèse mais une erreur composée.

Les concepts d’activité ne peuvent se passer du particulier dans l’activité. Mais il ne deviennent « génie philosophique » que s’ils saisissent le vif, c'est-à-dire l’activité dans le contexte naturel et social, dans les rapports sociaux, qui sont aujourd’hui ceux du capitalisme mondialisé et informationnalisé, dont la logique inchangée de son origine, l’échange inversé basé sur A-M-A’ constitue une contradiction de moins en moins motrice, donc de plus en plus stérile au développement humain.

 

Aussi une réflexion intitulée « travail et société », replace la question de l’activité humaine dans une problématique opérationnelle et non pas seulement spéculative, si tant est quelle respecte le contenu de sa formulation.

 

Il y a dans la formation du symbolique, comme dans celle du langage, une analogie avec la fonction religieuse, sa révolution par le christianisme qui entre en jeu avec l’entrée en jeu des rapports de classe, et son dépassement de la forme poétique à la forme prosaïque, qui elle-même n’élimine pas la poésie mais la contient.

« L’historicisme se contente d’établir un lien causal entre divers moments de l’histoire. Mais aucune réalité de fait ne devient, par simple qualité de cause, un fait historique. Elle devient telle, à titre posthume, sous l’action d’évènements qui peuvent être séparés d’elle par des millénaires. L’historien qui part de là cesse d’égrener la suite des évènements comme un chapelet. Il saisit la constellation que sa propre époque forme avec telle époque antérieure. Il fonde ainsi un concept du présent comme « à-présent », dans lequel se sont fichés des éclats de temps messianiques. », nous dit Walter Benjamin.

 

Ce marxiste qui poursuit, continue, avec les particularités de sa propre culture dans sa propre histoire de personne, dépasse, tout ce que Marx nous recommande de dépasser, y compris les incompréhensions des concepts qu’il a développés et qui semblaient faire « un sort » au symbolique par rapport à l’économique.

La mise en garde date de longtemps, relativement à la longévité individuelle : « …C’est Marx et moi-même, partiellement, qui devons porter la responsabilité du fait que, parfois, les jeunes donnent plus de poids qu’il ne lui est dû au côté économique. Face à nos adversaires, il nous fallait souligner le principe essentiel nié par eux, et alors, nous ne trouvions toujours pas le temps, le lieu, ni l’occasion de donner leur place aux autres facteurs qui participent à l’action réciproque. Mais dès qu’il s’agissait de présenter une tranche d’histoire, c'est-à-dire de passer à l’application pratique, la chose changeait et il n’y avait pas d’erreur possible. Mais, malheureusement, il n’arrive que trop fréquemment que l’on croie avoir parfaitement compris une nouvelle théorie et pouvoir la manier sans difficulté, dès qu’on s’en est approprié les principes essentiels, et cela n’est pas toujours exact. Je ne puis tenir quitte de ce reproche plus d’un de nos récents « marxistes », et il faut dire aussi qu’on a fait des choses singulières. » écrit Friedrich Engels,  à Joseph Bloch, le 21 septembre 1890.

 

Ce qui n’empêche qu’il nous faille encore souligner le principe essentiel nié avant tout par « ceux qui veulent tout changer pour que rien ne change » et mettre le travail, lieu de la production et de l’exploitation au centre de notre action de transformation sociale

 

«…. Un usage de soi par soi, usage de soi par d’autres. L’usage de soi par d’autres, d’une certaine manière, c’est le fait que tout univers d’activité, d’activité de travail, est un univers où règnent des normes de toutes sortes : encore une fois, qu’elles soient scientifiques, techniques, organisationnelles, gestionnaires, hiérarchiques, qu’elle renvoient à des rapports d’inégalité, de subordination, de pouvoir : il y a tout cela ensemble. Lorsque nous disons que chacun essaye de se vivre comme centre d’un milieu, avec toutes les réserves nécessaires, cela signifie qu’on entre dans un milieu où les contraintes sont très fortes. On ne fait pas ce qu’on veut -très, très loin de là- et chacun le sait bien. Au point qu’on a eu tendance, dans la culture et les sciences sociales, à uniquement envisager l’usage de soi par les autres, par d’autres, c'est-à-dire à ne supposer ou à n’évoquer que le monde de contraintes, en pensant que cela suffisait pour comprendre l’activité…… » conclurait peut-être Yves Schwartz, mais il faudrait pour le savoir qu’il nous le dise lui-même, comme il le fait dans « Travail et Ergologie, entretiens sur l’activité humaine », Editions Octarès, Ouvrage collectif.

 

Je finis par cette autre citation d’Yves Schwartz, tirée de la conclusion de « Le Paradigme ergologique, ou un métier de philosophe », Octarès, qui rejoint, il me semble,  celle de W. Benjamin :

…..« Les processus d’anticipation pertinents, pour le neurophysiologue, sont de l’ordre de « quelques millisecondes » dit Berthoz : oui, si l’on ne va pas jusqu’à l’infinitésimal de l’activité, comme nous n’avons nous-mêmes cessé de le répéter et cela sans disposer de l’extraordinaire confirmation de laboratoire, on risque peut-être de rater l’essentiel de celle-ci ; et c’est en effet ce qui arrive souvent dans le champ des sciences sociales. Mais ce jeu introduit dans l’infiniment petit temporel interdit paradoxalement de penser qu’un quelconque protocole de laboratoire, une quelconque modélisation parviendra à cerner le sens de ce qui se joue dans ces millisecondes. Si on parle des buts du « soi », c'est-à-dire de ce qui importe fondamentalement, et qui nous donne sans doute les clefs pour comprendre l’historicité des configurations humaines, alors, il faut certes sortir du laboratoire, et articuler sur l’infiniment bref, des horizons de durée très variable, dont certains sont aux antipodes de ces millisecondes….. »

(1) Cette citation date d'Août 2007, du quinquennat de Sarkosy.

La photo est une photo de Walter Benjamin.

 

Pierre Assante,

Marseille, La Madrague de Mont Redon,

Le 8 août 2007

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0
14 août 2020 5 14 /08 /août /2020 06:36

LA SOCIETE : NOTRE CORPS

La société, notre corps est malade. Nous en ressentons les douleurs et pourtant nous ne cherchons ni à comprendre notre maladie ni à la soigner rationnellement : scientifiquement.

La société-notre corps a fait d’immense progrès. La croissance de la productivité a permis de libérer l’humanité d’une part importante de ses contraintes matérielles, dans des conditions de développement inégal entre les personnes et entre les entités humaines formées en mouvement, constituant à la fois des pulsions de développement et des freins au développement.

Et cette croissance de la productivité nous a mené jusqu’à une ère nouvelle de la productivité : la mondialisation numérisée ouvrant la voie à une automation généralisée de la production matérielle et de la production des savoirs en unité, en rapports réciproques, à une nouvelle évolution-développement-complexification de notre appropriation en santé de l’univers.

Mais le cycle élargi de l’échange A-M-A’ du capital qui est celui des marchandises, de leur valeur d’échange et de leur valeur d’usage qui permettent de répondre aux besoins d’existence et de développement en complexification, se heurte à une crise : la suraccumulation-dévalorisation du capital liée à la croissance du Capital Constant dans la composition du capital, et la baisse tendancielle du taux de profit, taux de profit qui est le moteur de l’échange capitaliste, donc de l’échange tout court dans notre corps-société. En même temps, l’autonomie de la personne qui est le moteur de son engagement dans le mouvement d’ensemble de la société se trouve handicapée par la contradiction entre l’achat de la force de travail sous toutes ses formes et la motivation-initiative nécessaire au progrès quantitatif et qualitatif de cette intervention dans le progrès quantitatif et qualitatif du mouvement d’ensemble du corps-société. Ce handicap croit avec la croissance des savoirs, des besoins de savoirs, de transmission des savoirs et du besoin de l’usage autonome des savoirs par la personne humaine dans son activité propre particulière.

La financiarisation du système capitaliste mondial et la croissance massive des activités parasites qu’elle contient et développe est la conséquence de la suraccumulation-dévalorisation du capital et un palliatif assurant provisoirement sa survie dans sa crise générale, avec des ressorts étonnants si ce n’est à la fois prévisibles et insoupçonnés, que l’on voit surgir chaque jour, tel l’usage de la production monétaire dans la crise sanitaire du covid19.

La croissance capitaliste est entrée en contradiction avec les besoins de croissance de l’humanité. La croissance capitaliste, ce n’est pas la croissance de l’humanité. Elle l’a permise un temps, tout en la freinant  en même temps et aujourd’hui, les lois du développement du capital s’opposent à cette croissance en qualité de l’humanité.

La croissance de l’humanité tient à la croissance de ses capacités et non à une accumulation quantitative liée au profit du capital comme seul horizon.

Assurer la subsistance humaine, le développement humain, c’est d’abord permettre à l’homme de produire les biens qui lui sont nécessaires dans son développement-complexification. Dans l’état actuel de la société, une loi de Sécurité d’Emploi, de Formation et de Revenu les trois « fonctionnant » en unité est absolument nécessaire. Sans elle il ne peut y avoir de continuité de la production, de son développement et de sa transformation qualitative, en santé de la société-corps.

Les tendances des lois du capital s’opposent évidemment à une telle loi. Les tendances du capital, celle du moteur du profit conduisent à réduire la population productive, ce qui a pour conséquence une diminution des capacités immédiates et à long terme du développement de la société-corps. En même temps le capital ne peut survivre sans entretenir aussi une armée de réserve et sa survie matérielle précaire dont l’existence est contradictoire avec une croissance du développement de toute la société. Les théories des "revenus d'existence" détachés des capacités productives et du développement en santé de la productivité sont issues de la tendance du capital à réduire la population productrice et augmenter l’armée de réserve. Contradiction d’autant plus grande que la production-échange industrielle numérique et des savoirs  numériques  pousse le capital à réduire l’emploi, alors que cette production et cet échange numérique doit être la base d’une nouvelle ère de progrès de l’humanité dans son appropriation-échange en santé de et dans son univers.

La mondialisation numérique en santé dépend de l’intelligence de l’humanité et de la personne corps-société et corps-soi en unité à la libérer du capital et dès à présent de la financiarisation qui en est l’extrémité, puis dans cette libération des capacités nouvelles intelligentes à créer pour la gérer. Il y a révolution puis gestion des transformations : continuité du processus humain, organisation du cerveau dans son rapport dialectique de développement originel avec le travail, poursuivi, dénormalisation-renormalisation permanente en spirale, et sa complexification dans le développement historique continu de l’humanité, et la société, à assurer.

Pierre Assante. 14/08/2020 06:15:11.

et voir :

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
13 août 2020 4 13 /08 /août /2020 07:36

 

A Propos de l’article précédent « De la Grèce aux USA » (1), sur le poids de l’histoire, l’intervention humaine et le croissant fertile.

 

Le poids du passé perdure indéfiniment, même si comme lorsqu’on lance une pierre dans l’eau, les ondes s’affaiblissent au fur et à mesure qu’elles s’éloignent du point de choc.

Dans un évènement, et à un point précis de l’événement une très faible impulsion peut changer toute l’orientation des mouvements qui le constituent et l’événement lui-même. Si « le mort saisit de vif », c'est-à-dire si dans le mouvement de la société, le mouvement des forces productives et à l’intérieur et parmi leurs multiples mouvements, le mouvement des mentalités, cela veut dire que le passé intervient de multiples façons que la conscience humaine en mouvement peut « utiliser » pour modifier le mouvement global, en santé ou pas.

Il n’y a pas de déterminisme, il y a une causalité. Le présent est le fruit du passé, les infinies possibilités aléatoires de « bifurcations » de la nature et de la société dans la nature en sont la conséquence. Il y a une flèche du temps dans notre univers connu. Le futur hérite du passé qui fait l’histoire de la nature comme de la société.

C’est en ce sens que j’insiste sur l’importance du passage du paléolithique au néolithique, particulièrement au Moyen Orient. Pour la première fois, l’homme par l’invention de l’agriculture, ne va plus seulement exploiter la nature telle qu'elle pour ses subsistances, mais il la transforme à son usage. La société marchande que la productivité de l’agriculture va entraîner, par l’excédent croissant de produit échangeable au-delà de la consommation élémentaire, c’est à la fois un progrès de l’organisation sociale et la tare sur laquelle vont se construire les inégalités d’accumulation et les pouvoirs y correspondant. Les pouvoirs y correspondant contiennent à la fois des capacités de gestion du présent, et une perte progressive, RELATIVE mais grandissante de l’autogestion de la personne dans le groupe et du groupe dans l’ensemble social, aujourd’hui mondial.

Lorsque je pense à l’intervention mondiale du capital au Moyen-Orient -qui concentre ce « départ d'histoire », des ressources énergétiques, une pesanteur historique dans les communications et la mobilité humaine dans le temps long multimillénaire-, comme une réaction CONTRE un retour de l’inventivité et de l’autogestion de la personne, c’est par rapport à ce poids de l’histoire en santé ou pas.

Car s’il y possibilité d’autogestion de la personne et des entités humaines, c’est bien dans le développement de la mondialisation et dans cette mondialisation, l’automation, la numérisation-digitalisation, et l’accélération des recherches –biologiques et corpusculaires- qui les permettent, à condition de les utiliser en santé.

Cette évolution-complexification des forces productives ouvre la possibilité aléatoire sur, de et par  l’homme, de façon inconsciente et consciente, pour passer de l’achat de la force de travail à l’échange de la force de travail : l’homme, l’espèce humaine se donne la capacité de créer ses subsistances et son avenir sans l’entrave d’une accumulation progressivement parvenue au blocage du processus dans le CMMnIgF. Rappelons brièvement la crise de suraccumulation-dévalorisation que contient le CMMnIgF, extrémité du processus marchand et antichambre possible du communisme : antichambre du communisme, tout en sachant qu’un processus social comme un processus naturel, au terme du mûrissement du fruit sous l'effet de ses forces contradictoires et de leur unité, peut donner un fruit pourri qui nourrira les arbres ou directement un nouvel arbre. « A ceci prés », par rapport à l’arbre, et malgré et en fonction des capacités propres non conscientes contenues dans la vie de l’arbre, que l’homme intervient sur son propre processus et que les coups d’épaule qu’il donne a son mouvement peuvent avoir des effets très divers, infiniment divers. Mais il en décide dans la réalité des nécessités et du mouvement du processus de la douleur des nécessités naturelles et sociales en unité, qu’il tente de soulager, et qu’il réussit progressivement et indéfiniment à soulager en développant sa sécurité de subsistance, parmi laquelle, sa capacité de penser.

Le bonheur contient cette capacité. Réussir fait partie des sentiments qui exaltent l’homme. Mais réussir est mortifère lorsque la réussite personnelle  handicape ou met en danger le processus humain et les processus personnels dans le processus humain. Du Capitole à la Roche Tarpéienne, il n’y a qu’un pas disaient les romains. Ils ne savaient pas, en tout cas pas tous que cette chute peut aller au-delà de la personne, ni que l’ambition peut être collective-sociale au point d’être totalement sociale, dépassant la contradiction fertile entre l’individu et l’espèce, sans l’éliminer, mais en la rendant à son origine : l’existence et son instinct.

Le bond de productivité de la mondialisation numérisée est de l’ordre du bond de productivité du néolithique. Il ne peut s’accommoder le l’accumulation capitaliste. Il la rend à la fois obsolète et dangereuse au point de menacer l’existence de l’humanité en bloquant son processus. La contradiction entre forces productives, leurs capacités et l’organisation économique et sociale périmée arrive à maturité et à explosion ou transformation possibleS.

Une transformation qualitative du mode de production et d'échange est à l’ordre du jour et ne se fera pas sans l'intervention consciente de la personne dans l’intervention collective de la société humaine.

Mais mes mots s'en vont et je dois aller les chercher où ils se cachent. C'est un petit jeu qui rend lent. Jusqu'à quand m'en reviendra-t-il suffisamment pour redire ce que je dis au fil du temps qui passe...  Jusqu'à quand et jusqu'à quel point l'expérience compense la faiblesse ?

Pierre Assante. 13/08/2020 06:52:07.

(1)  http://pierre.assante.over-blog.com/2020/08/sans-doute.peut-etre-de-la-grece-aux-usa.html

 

et voir :

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
11 août 2020 2 11 /08 /août /2020 09:01

SANS DOUTE. PEUT-ÊTRE…

De la Grèce aux USA.

Le "sans doute peut-être" est le lot de la réflexion empirique, mais pas seulement d'elle.

L’agriculture est arrivée du Croissant Fertile (1) en Grèce par la vallée du Danube.

Les mycéniens (2) ont formé une base de civilisation par l’élimination de peuples paléolithiques « néolithisés »  antécédents, comme les peuples américains d’USA ont pour base l’élimination des peuples indiens paléolithiques plus le libéralisme sans frontière que leur création a libéré.

Et sur la dissolution de la civilisation mycénienne s’est formé la relation de pré-mondialisation commerciale des îles et la démocratie esclavagiste et machiste.

Les constitutions athéniennes de Solon et Clisthène (3) sont bien autre chose du point de vue de la créativité que la constitution des USA dont la base économique est aujourd’hui l’échange marchand à son extrémité : le CMMnIgF (Capitalisme Monopoliste Mondialisé numériquement Informationnalisé globalement Financiarisé).

 

Y a-t-il dans l'élimination d’un peuple par un autre, dans la barbarie constituant une charnière entre néolithique original et société marchande en formation mondialisée, puis accédant à un niveau supérieur d’organisation marchande, à la fois la tare initiale de l’échange marchand dominant et un progrès dont la réification finale constitue un poison mortel ?

Dans le gardien de l’ordre mondial capitaliste que constitue non Israël mais le sionisme issu de l’horreur de la Shoah, et de l’horreur extrême du capitalisme nazifié, et sa recherche d’alliance à n’importe quel prix pour son existence, n’y a-t-il pas un dernier sursaut contre le retour à un croissant fertile originel et la fin du capital ??

NON un retour à un croissant fertile agricole primitif et une mondialisation décroissante comme sa négation stupide peut le laisser imaginer, mais au contraire un retour à la source de l’inventivité dans les conditions des forces productives actuelles, mondialisées, numérisées, digitalisées, autogestion de la personne et de l’entité de production et d’échange dans une coordination mondialisée de l’autogestion ?

Si les peuples américains d’USA et leur libéralisme fédéral négateur d’une véritable intervention populaire, sur lequel s’appuie une domination mondiale en déclin, ont pour base l’élimination des peuples indiens paléolithiques, le néolibéralisme mondialisé dont ils sont à la tête par l’intermédiaire de leur pouvoir économique et politique, ne contient-ils pas la tare originelle de l’échange marchand de la valeur marchande, sa réification et son blocage. La baisse tendancielle du taux de profit, la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital, la crise de l’achat de la force de travail opposé à l’autonomie et à l’autogestion de la personne et des entités humaines et leur qualité, n’expriment-elles pas cette réification et ce blocage, cette tare originelle ?

La colonisation sioniste portée au niveau de l’élimination de l’autre, porte-parole et exécutant d’un intérêt de classe mondial dominant n’est-elle pas une ultime résistance au retour à la création sociale de l’humanité et l’autocréation de l’homme par lui-même dans une appropriation en santé de son univers, c'est-à-dire dans une résolution en complexification continue et en santé de ses besoins de subsistance.

Agression désordonnée de Trump dans l’échange mondial, et du capital dominant qui cherche une « évolution » ordonnée de son agression, rapprochement Trump-Netanyahou, dissolutions des pouvoirs autoritaires, recherche de nouvelle démocratie en harmonie avec le mouvement des forces productives, homme et ses machines et techniques et cultures, inventions et transmissions en évolution-complexification en correspondance : tout cela contient les contradictions, l’expression des forces contradictoires dans leur unité,  du mouvement mondial de la société humaine en cours recherchant un niveau supérieur d’organisation sociale.

Le Liban actuel me fait aussi penser à tout cela, comme les grèves des cheminots et autres salariés pour les retraites, soutenues durablement par les populations, volonté de temps de travail non marchand, en France et dans le monde.

Domination masculine comme exploitation capitaliste sont un anachronisme dans l’état des forces productives et de leurs nouvelles possibilités de productivité en santé affranchissant l’humanité d’une nouvelle part des nécessités naturelles et sociales dépassables constituant un pas nouveau de la conscience de la nature sur elle-même que nous constituons tous ensemble.

Pierre  Assante. 11/08/2020 08:17:12.

(1) L'agriculture est "inventée" au Moyen Orient, dans le "croissant fertile, vers moins 9.000 ans, début du néolithique.

(2) Environ vers 1500 ans A.C. (Avant « l’ère Chrétienne »).

(3) 5éme siècle A.C.

 

et voir :

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

 

Partager cet article

Repost0
9 août 2020 7 09 /08 /août /2020 07:23

LE DOUBLE EFFET DE LA CRISE SANITAIRE ET LE PARTI.

La crise du cavid19 a pour effet

- de voiler les causes profondes de la crise systémique et de « relancer » la machine économique sur les rails usés du libéralisme, rails qui portent à une impasse à plus ou moins long terme.

- En même temps elle pose l’insuffisance de réponse aux  besoins du processus humain dans le monde. Cette réponse passe par la recherche et son apport aux problèmes posés à l’humanité dans son processus, jusqu’à la mise en pratique dans la production, l’échange, le cycle élargi de consommation reproductrice. Mais aussi et surtout jusqu’à la conviction de l’humain de la quantité-qualité nécessaire de sa participation à sa propre existence individuelle-sociale.

Dans la « profusion » apparente de distribution monétaire des Banques Centrales et des Etats, vivre à crédit permet de développer le cycle de production. A deux conditions :

- que la production attendue corresponde à l’avance faite, c’est à dire dans d’autres conditions que celle du libéralisme. Dans le mesures gouvernementales prises, Il est d’ailleurs manifeste qu’il existe une contradiction entre distribution telle qu’elle et libéralisme : le besoin d’un autre système s’y exprime, et les critères institutionnels y explosent, mais non les critères capitalistes systémiques. De plus les replis souverainistes tranchent avec les financements européens, non sur le fond mais dans la forme, et contredisent un processus incontournable de coopération des grandes zones mondiales de développement

- et que l’avance, cela va de pair, corresponde aux besoins sociaux, y compris la qualité de la production et le rapport en entre la production et le milieu dans lequel elle se réalise, la société et sa base, notre Terre. Economie, écologie, ergologie, développement généralisé démocratisé des savoirs et savoir-faire et de leur transmission, ont partie liée.

Il ne peut y avoir de révolution systémique sans révolution des mentalités, dans un même mouvement alliant progrès des conditions objectives et progrès des conditions subjectives du processus humain. La participation de la personne au processus global de l’humanité et par conséquent à son propre processus dépend d’une double autonomie de gestion, celle de la personne dans l’entité d’activité-production-échange et  celle de l’entité de production dans le mouvement général du cycle élargi de régénération matérielle et morale de l’humanité.

En ce sens, l’existence d’une organisation humaine pouvant se faire l’interprète conscient du processus inconscient qu’est le mouvement général de l’humanité et les mouvements particuliers dans ce mouvement général, prend, dans la crise inouïe que nous traversons, une dimension exceptionnelle : nous avons besoin comme jamais d’un parti jouant de ce rôle d’interprète conscient du processus inconscient. Oui, cet interprète s’appelle un parti, au sens large et non pas au sens strictement institutionnel que sont devenus les partis y compris ceux se réclamant de la transformation sociale en santé.

Un parti communiste à l’origine, c’est le rassemblement de forces humaines, sous les formes mouvantes correspondant au moment historique, remettant en cause le système basé sur l’accumulation capitaliste, et la vente-achat de la force de travail qui la permet et contredit à double sens, dans l’aller-retour entre accumulation de capital et achat-vente de la force de travail, physiquement et mentalement, le processus humain. Le manifeste de 1848, s’il contient des éléments propres à sa période historique, entre autre sur la forme d’appropriation de l’outil de production, qui ne peuvent être reproduits dans toutes les périodes historiques du capitalisme, reste essentiel sur cette question.

Lorsque je précise « non au sens institutionnel », il ne s’agit pas de rejeter les forme d’action agissant dans et sur les institutions, mais au contraire d’y intervenir comme dans l’ensemble des activités humaines. Il s’agit de ne pas être prisonnier des institutions et de l’institution que le parti constitue lui-même.

Il ne s’agit pas non plus de sauter à pieds joints en criant "non à l’achat de la force de travail", mais il s’agit d’initier un processus, un voie, un chemin à inventer à chaque pas, pour abolir-dépasser l’achat de la force de travail dans des reformes permanentes du système productif local européen et mondial alliant droits du travail et droits de la personne.

Notre période historique est celle de la financiarisation globale de l’outil de production et d’échange et le blocage « progressif » par la financiarisation mondialisée de l’outil de production et d’échange, et de l’activité de l’homme producteur, du salarié et de l’ensemble social qui permet son activité productrice.

- La sécurité d’emploi et-ou de formation alternatifs, et de revenu,

- un autre usage de la production monétaire pour les choix de développement en santé économique, culturelle, "médicale",

- un critère "d’investissement" basé sur un plus grand cycle de la Valeur ajouté vers la production et les services,

sont au cœur d’une possible sortie des rails du libéralisme du XXIème siècle, et de financiarisation aux mains des groupes multinationaux et s pouvoir locaux et mondiaux qu’ils maitrisent.

Une numérisation-digitalisation-automation-mondialisation mise au service des besoins sociaux, des besoins humains ouvre la voie à une productivité libérant l’homme des activités contraintes, de l’achat de la force de travail. Encore fut-il qu’il en soit convaincu, par et dans un marche en avant vers la santé sociale, ce à quoi un parti peut contribuer, matériellement et moralement.

De la contradiction entre capital et travail résumée à la question de la répartition e la plus value, est apparue, dans le développement du processus capitaliste,  celle de la composition du capital, de la croissance exponentielle du capital constant, celui de machines et de la recherche qui les permettent, de la baisse tendancielle du taux de profit qui en découle et de la suraccumulation-dévalorisation du capital qui bloque l’échange et par conséquent la production.

Aucune tentative de répartition de la plus-value ne peut résoudre la crise systémique. C’est dans cette contradiction que se situent d’une part les réformistes de droite et de gauche, ET les révolutionnaires conséquents, créatifs et constructifs, pacifiques mais non soumis, de l’autre.

Pierre Assante. 09/08/2020 06:38:27.

et voir :

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
8 août 2020 6 08 /08 /août /2020 08:08

 

 

 

L’HUMANITE ENTRE DANS SON ADOLESCENCE

Economie et Ergologie

http://www.pierreassante.fr/dossier/RECUEIL_FEVRIER_2019_L_HUMANITE_ENTRE_DANS_SON_ADOLESCENCE..pdf

SOMMAIRE. PAGES 151-152

 

Partager cet article

Repost0
7 août 2020 5 07 /08 /août /2020 08:46

 

LIBAN

Il ne faut pas s’y tromper, sous le voile humanitaire, notre président est allé déstabiliser un peu plus un pays et une région qui le sont déjà tant !

Certes une aide internationale est indispensable, et pas seulement au Liban, mais aide internationale basée sur la coopération.

Nos interventions, disons "nos" étant que nous dépendons de ce pouvoir et de cet Etat, sont basées sur une économie libérale et une morale libérale, car là est bien le pire : la conviction du Président lui-même que la morale et la philosophie du libéralisme sont les meilleures, alors que le libéralisme  sa morale et sa philosophie plombent le devenir de la planète et de chacun de ses habitants.

Réussira-t-il à renforcer « pacifiquement » l’emprise impérialiste sur le monde, avec son « changement de ton », ce qui a échoué avec les bombardements et menaces de bombardements passés qui ont déjà détruit plusieurs nations certes déjà en crise mais encore plus aujourd’hui. Car régner sur des ruines peut renforcer l’exploitation mais ce n’est pas l’idéal du monde des affaires qui préfère quand même tirer d’une vache à lait le plus grand profit possible. Donner un visage humaniste à une politique internationale libérale ne peut changer les effets antisociaux et mortifères du libéralisme : c’est reculer pour mieux sauter. C’est la question du Liban, mais aussi de l’EUROPE visée par le Président français, et du Monde si bien « représenté » par le président des USA.

C’est d’une autre politique qu’a besoin de monde et pas seulement le Liban.

Pour relancer la machine à produire des richesses pour tous, il faut introduire dans nos protestations, et surtout dans nos constructions, dans vie quotidienne et dans nos projets, l’explication et la pratique d’une réforme radicale et progressive du travail, et d’abord la SEF (1), et d’une réforme radicale et progressive du système bancaire et financier, de la production monétaire des banques centrale et de son usage. Répéter les proposition théoriques et pratiques des économistes communistes de la ComEco et celles des ergologues marxistes, ce que je résume pour ma part par l’autogestion de la personne dans son lieu d’exercice, sans laquelle il ne peut y avoir d’autogestion de l’entité de production et d’échange, pas plus que de coordination ni de cohérence de l’ensemble productif, locale et mondial.

Le Président lui-même pourrait-il s’en convaincre ? Hélas certainement non, c’est toute la question de formation culturelle des hommes en fonction de leur milieu d’exercice et de société, sauf exception portée par des évènements personnels et-ou historiques pour la personne et pour la société...

Pierre Assante. 07/08/2020 08:08:46.

(1) Sécurité d’Emploi ou de Formation, dont le projet de loi a été déposé le 15 janvier 2017 à l’Assemblée et au Sénat par les élus communistes et affiliés. http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion4413.asp

et voir

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

 

Partager cet article

Repost0
6 août 2020 4 06 /08 /août /2020 08:08

APPELER UN CHAT UN CHAT,

NÉCESSITÉ POUR LA CLARTÉ DU DÉBAT ET LA CONFRONTATION DES IDÉES.

À compléter et corriger

 

Dans le mouvement de la société comme dans le mouvement de la nature, il y a des forces contraires agissant en unité contradictoire, qui s’opposent et déterminent le sens du mouvement.

Le Pcf a été fondamentalement, dans son lien avec l’homme, et beaucoup de moments de son existence, c'est-à-dire avec lui-même, dans son action et dans les lieux de production et d’échange, du côté des forces en évolution-complexification  progressiste. Ce qui n’a rien à voir avec la formule de « globalement positif ». Il  s’agit d’une tendance et non une qualité intrinsèque et abstraite correspondant à un mouvement linéaire de l’histoire en général et de son histoire en particulier, mais la résultante aléatoire des tentatives de réponses de l’homme à son développement. Dans une tendance, on tend, soit à se rapprocher soit à s’éloigner d’un fondement naturel ou social, pour l’homme, partie sociale de la nature, les deux à la fois. C’est d’ailleurs la question qu’a posé la relative désindustrialisation des pays développés dont les choix dans la financiarisation ont mis et mettent en péril les forces de transformation en santé et leur organisation sous diverses formes et entités.

Choix fondamentaux,

-à sa création en 1920, en 1936,

-dans la Résistance, dans la Libération et ses orientations économiques antilibérales, et les droits du travail qui ont dépassé provisoirement la crise du capital par de nouveaux progrès sociaux -car il en existait les marges élargies dans et par la production de plus-value, ce qui n'est plus le cas dans la crise systémique de suraccumulation-dévalorisation du capital,

-dans le mouvement de grève de 1968 crise du CME (Capitalisme Monopoliste d’Etat),

-dans la défense de la retraire moment anthroponomique de dépassement du marché du travail, c'est-à-dire de la vente-achat de la force de travail en 1995-2020,  etc.

Mais là n’est pas le sujet et la fin, le but de cet article. Le sujet actuel c’est poursuivre le mouvement d'évolution-complexification progressiste dans la transformation du monde du XXIème siècle, du CMMnIgF (Capitalisme Monopoliste Mondialisé numériquement Informationnalisé globalement Financiarisé, voir articles précédents).

Aller, on se jette à l’eau : qu’un militant et particulièrement un Secrétaire Général soit honnête, ait fait figure de cette honnêteté dans un monde politique d’opportunisme, ne le rend pas intouchable en matière de critique de son action. Appeler un chat un chat, et pour mon expérience qui me semble confirmée par l’histoire dans son déroulement, je l'exprime par cette expression : « la brejnévisation de la période Marchais » (1). Que tant de membres du B.P. (Bureau Politique, organe exécutif tandis que le Comité Central était l’organe délibératif et décisif, en principe, le Secrétaire Général ayant pris un pouvoir prépondérant dans un centralisme démocratique sans démocratie véritable) soient entrés en dissidence ou aient quitté le parti particulièrement dans cette période, c’est une réalité mentalement auto-voilée dans le parti. C’est pourtant un des éléments historiques qui devrait faire question.

L’unification des réponses à la société de classe et l’organisation le permettant n’ayant jamais été atteinte. Pourtant l’épisode de l’opposition publique de Kamenev et de Zinoviev à la prise du Palais d’Hiver lors de la révolution russe d’octobre 1917 et leur maintien dans le parti Bolchévique pouvait augurer historiquement un autre « centralisme démocratique ». Il faut aussi se rappeler la reconnaissance par Lénine lui-même de la russification du mouvement communiste international, de même que le bilan et les critiques qu’il exprime dans ce qu’on appelle son testament, en particulier sur la construction de l’Etat socialiste (la peinture en rouge de l’administration tsariste), l’alliance patiente d’intérêt commun du prolétariat avec les autres couches sociales (la paysannerie pour la Russie), le danger d’un pouvoir personnel et brutal à propos de Staline et Trotski.  J.J. Goblog a fait une analyse des prémisses du stalinisme dans l’expérience léniniste. Mais surtout le rôle de la formation, apprendre, apprendre, apprendre pour être en capacité de comprendre le réel pour créer le  nouveau !

Un petit rappel développé dans de précédents articles :

Pendant les 30 glorieuses le monde change non de bases mais de moyens de production. Le CMMnIgF (Capitalisme Monopoliste Mondialisé numériquement Informationnalisé globalement Financiarisé) commence à se construire. Le mouvement du salariat, particulièrement de la classe ouvrière au sens strict de la production  dite matérielle dans ses grandes concentrations qui ont été la base du Pcf, a poursuivi l’action à partir d’une organisation nationale avancée qui obtint nationalement et internationalement de grandes avancées en matière de temps et revenu du travail, de lutte de décolonisation etc. Certes ces avancées ont ouvert des possibilités de sortie de l’humanité de sa préhistoire dont la société marchande aujourd’hui dans son paroxysme, le CMMnIgF, fait encore partie. Il s’agit d’entrer dans une civilisation de tous, que d’aucun ont appelé communiste.

Le communisme, c’est le mouvement de la société et ce qui dans son mouvement la porte à une appropriation en santé de son milieu dont aussi d’elle-même. Le fruit qui mûrit donne un arbre ou pas. Les conditions énigmatiques pour l’homme de ce mûrissement ne sont pas totalement inconnues. L’inconnu est un horizon en mouvement, et l’horizon donne un sens au mouvement humain : depuis les antiques la question de la part d’action de l’homme sur  lui-même, non en tant qu’élément indépendant de la société mais élément autonome dépendant de la société, est connu et reconnu.

Le choc de la marche forcée du capital à la mondialisation capitaliste, en numérisation.digitalisation.automatisation.robotisation -en santé possible- mais dévoyée de ses possibilités par le critère de gestion du taux de profit et son corollaire mental-moral en unité dans les mentalités et comportements, a pris l’organisation des forces contradictoires agissant dans le mouvement-processus en santé par surprise, ET elle ne s’y est ni préparée, ni même posé fondamentalement la question sinon à la marge de militants eux-mêmes plus ou moins marginaux.

On peut mettre Waldeck Rochet, dernier SG marxiste,  dans cette marge. L’abandon des avancées de 1965’66 de la Conférence Internationale sur l’Economie et le CME et le Comité Central sur la culture et les intellectuels dans la prise de pouvoir à l’intérieur du parti pendant et après 1968 en témoigne. Cf la mise en minorité de Waldeck par Georges, notée par Paul Boccara, concernant la diversité du salariat et l'évolution sociale en découlant. Ces avancées, malgré les efforts poursuivis par quelques-uns, se sont dissoutes dans le praticisme étroit, sans l’objectif de fond qui est le dépassement progressif du marché, le dépassement de la vente achat de la force de travail.

Le dépassement de la vente achat de la force de travail c’est dans des périodes différentes, la toile de fond du Manifeste du parti communiste de 1848, de 1969 du Manifeste de Champigny justement impulsé par Waldeck Rochet avec des limites d’invention en tant que prémisses, et des propositions actuelles des économiste communistes sur la SEF, une révolution de l’usage de la production monétaire etc. qui ont bien de mal à en faire celle du parti non pas en paroles de congrès, ça c’est fait, mais en colonne vertébrale  de toute revendication populaire et action ouvrière.

Quelle bataille a dû se livrer avec lui-même le cerveau de Waldeck devant ses résistances externes et internes ? Sa maladies y est peut être en partie liée. C’est peut-être aussi le cas d’Enrico Berlinguer sur son projet de démocratie du « que, quoi comment produire ». Mais un grand respect et remerciement leur est dû.

Du "Manifeste" de 1848 à "7 leviers pour prendre le pouvoir sur l’argent" issu des travaux de la ComEco (Commission économique nationale du Pcf), c’est de la libération de la force de travail de son achat-vente dans le cycle d’accumulation capitaliste qu’il est question.

Cela n’est pas seulement une réalité historique globale, c’est un vécu militant :

Un responsable fédéral historique venant me régler gentiment mais fermement mon compte de mes responsabilités en 1975 après 10 ans d'activité intense de secrétaire de section, c’est l’image d’un parti qui s’est raidi sur de justes positions mais qu’il faut faire avancer, et dont le "respect de la ligne" devient une obsession. Idem sur le plan syndical quand il s’agit d’unir le but du travail avec les conditions de travail : le contenu  concret de l'activité du salarié pour sa reconnaissance sociale, c'est-à-dire aussi professionnelle, ce qui va avec la lutte contre la plus-value mais aussi ses limites dans la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital. La prise ne compte syndicale de l’ergologie d'Yves Schwartz c’est l’élargissement de la reconnaissance du travail, et de la force du travail, à la réalité du travail concret, la sortie de l’aliénation du travail abstrait liée à la mesure du temps dans une société de pénurie qui reste la nôtre mais dont les forces productives en développement sont la clef : si elles mûrissent. Les valeurs sans dimension contiennent le développement de la conscience de la nature sur elle même arrivée au seuil d'une appropriation en santé de l'univers.

Vers 1985, une camarade à l’origine de la démarche du responsable fédéral vient me dire 10 ans après ou plus dans une fête en s’excusant, ce dont je la remercie : « Pierrot, je t’ai emmerdé, hein ? ». L’origine de la méfiance est partie d’une intervention de 1971 aux congres de ville où je faisais le bilan de l’effondrement électoral – avant une reprise partielle et non durable des municipales d’union de 1977- des bastions du Pcf lié à l’effondrement industriel de la vallée de l’Huveaune entre autre. Le raidissement sur la défense du parti à pris le dessus sur l’analyse et la critique nécessaires.

Les dogmes du centralisme démocratique et de la dictature du prolétariat indépendamment des périodes historiques les ayant engendrés, de même que leur élimination autoritaire des statuts, c'est-à-dire sans débat de compréhension de ces périodes historiques, la révolution française et les jacobins en faisant partie à juste titre dans l’alliance artisans-ouvrier-bourgeoisie dans laquelle la bourgeoise et ses intérêts sont hégémoniques, est une illustration des raidissements de défense partisane, à mon sens. Autre chose est une hégémonie précédant l’installation d’un nouveau mode de production, comme de tout novum et de la mise en pratique utilitaire qui le précède ?

La crise du capital ici et dans le monde, dans son paroxysme ne suffira pas à transformer la société en santé. La poursuite du processus humain global  a besoin dans cette période plus que jamais, d’un interprète conscient du processus inconscient : ça s’appelle un parti révolutionnaire alliant rassemblement large et contenu de rassemblement.

La brejnévisation n’est pas l’effet du hasard, mais de l’éloignement, à travers les péripéties et drames de la société mondiale, des objectifs initiaux des communistes et des dérives sous l’effet de la partiellisation des phénomènes observés et de leur prise en compte émiettée.

Le développement de la Chine, des son salariat et sa classe ouvrière, modifiant le rapport de force mondial, développant une régulation pouvant  déboucher sur une reforme du marché du travail modifiant les conditions de la vente de la force de travail, est le lieu central du développement mondial. Son évolution complexification, son processus ne garantit en rien la suite de ce développement mais indique des possibilité à développer, y compris sur ce que le capital appelle les droits de l’homme, mais qu’il n’a pas inventés mais mis au service d’une minorité de détenteurs de capital , droits qui  grandissent dans ces modifications des rapports de force.

Le stalinisme a été un drame et n’a pas été inévitable, comme certains le disent. Et pourtant dans la modification du rapport de force mondial, l’existence de l’URSS a pesé sur la démocratisation du travail et de la production et les droits de l’homme en « occident ».

Le stalinisme a marqué le monde, y compris en Chine. Mais ce n’est pas de cela qu’il est question. Il est question de mettre le développement de la société au service développement de l’individu, entre autre et surtout ce qui permet, dans la mondialisation numérique, un niveau des force productives libérant la force de travail du travail contraint, du capital.

Isoler le développement de la personne de celui de a société c’est ce que fait sans cesse le capital, son idéologie, et ses médias, à travers l’organisation de la production, et contre lequel nous devons lutter.

Emile Bottigelli explique très clairement la formation des premiers groupes communistes « chrétiens » artisans-ouvriers, clandestins et réprimés, issues des révolution de 1830, 1848… de la formation de l’industrie et de l’expression propre de la classe ouvrière face à la bourgeoise triomphante et répressive, sanglante, et leur transformation en organisation ouvrière échappant aux limites originelles, actée dans le Manifeste.

Pierre Assante. 03/08/2020 08:32:38.

(1) Ce qui n’empêche que les tentatives de débaptisassions de son nom sont un scandale de droite visant les progrès et s’opposant aux progrès.

(2) L’hégémonie dogmatique althussérienne d’une part, opportuniste de Roger Garaudy d’autre part (pour résumer !) et se rejoignant objectivement, sur les intellectuels communistes au dépend des dialecticiens tels qu’Henri Lefebvre n’a  pas peu compté sur la brejnévisation, au corps défendant du dogmatisme inconscient althussérien, ce qui montre le rôle de la philosophie à l’origine de l’analyse de transformation du monde, qui oriente positivement ou négativement cette transformation. Politzer, reviens !

et voir

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
4 août 2020 2 04 /08 /août /2020 17:40

 "Penser et réaliser la transformation du travail, l'apport de la démarche ergologique ET L'OEUVRE D'YVES SCHWARTZ"

en 2017 au Cnam

 https://ergologie.hypotheses.org/

 

Ci-DESSOUS lien sur la contribution du blogueur a ce colloque

Extrait du carnet

 

ANNONCES

SUR LE BLOG DE PIERRE ASSANTE

01/10/2017 EQUIPE DE COORDINATION

Blog à suivre,  si ce n’est déjà le cas.  Pierre Assante nous envoie une « contribution off » et sera présent au colloque.  

http://pierre.assante.over-blog.com/2017/09/contributioon-off.html

 

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0
2 août 2020 7 02 /08 /août /2020 17:08

 

REPRISE : Recueil italien d'Août 2019

 

LE RECUEIL  : ici

http://www.pierreassante.fr/dossier/RECUEIL_ARTICLES_DE_VACANCES_ITALIE_AOUT_2019.pdf

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2020 5 31 /07 /juillet /2020 20:24

 

LE MORT SAISIT LE VIF ET L’ENTRAÎNE

 

Les hommes ne sont pas que des animaux producteurs. Ils ont une conscience et celle-ci est le produit de leur vie en société…

Avec la production se modifie aussi la division du travail. Elle se fait de plus en plus complexe, plus multiforme…

La classe dirigeante peut s’imaginer que ce sont les grandes idées de portée universelle qui dirigent son action et non la poursuite de ses intérêts…

La conscience et l’idéologie jouent aussi un rôle dans l’histoire. Si les hommes veulent transformer leurs conditions de vie, les « circonstances », il faut qu’iIs aient une connaissance scientifique des conditions de cette transformation…

Emile Bottigelli. Introduction au Manifeste du Parti Communiste.

 

Si nous considérons,  à la lumière de ces citations brèves, l’état actuel de la société dans le CMMnIgF (1), le cycle A-M-A’(2) dans la financiarisation, l’évolution interne de la vente-achat de la force de travail, de l’organisation du travail, de la division du travail, il faut bien admettre la pertinence de l'analyse d'E. B., et de l'analyse marxiste, et en même temps constater la pesanteur des idées formées dans le passé, celles du capital, leur « perduration » dans les conditions matérielles à la fois « perdurantes » et révolues de leur naissance. Et le recul de leur négation.

Les moyens de productions se sont transformés, le mode de production a évolué mais conserve ses bases systémiques. Le mort saisit le vif doublement : ce qui perdure ajoute à ce qui demeure.

D’autant que les moyens entre les mains du capital, sont immenses techniquement, idéologiquement, institutionnellement, militairement, politiquement, en unité. La société entière, qu'il domine, y compris sa contestation, sont entre ses mains.

Que les contradictions internes au système arrivent au paroxysme, et leurs effets de même, n’efface en rien cette pesanteur mais l’accroît.

La dissolution avancée de l’idéologie ouvrière, actée dans l’état des forces communistes dans les pays capitalistes développés, du salariat dans sa diversité et sa complexité, est un témoin de cette pesanteur  « matérielle et morale ». La surmonter  passe par les transformations involontaires de la société et de la production ET par la conscience d’une organisation humaine, quelle qu’en soit la forme, qui exprime consciemment le processus inconscient de la société et des hommes qui la composent.

La crise de suraccumulation-dévalorisation du capital, saturante et bloquante, son exacerbation dans la crise sanitaire et énergétique, ne fournit pas à elle seule les conditions d’une transformation sociale en santé relançant le processus humain et son processus de production.

La phase de transfusion générale de capitaux produits hors production réelle, accélérée depuis 2008 est certes un palliatif à la survie du système. Mais les capacités d’usage de pesanteurs par le capital de même. D’autant que nous fonctionnons tous dans cette pesanteur.

Je ne veux pas poursuivre ici une réflexion sur les conséquences  de cet état de fait. Non que je n’aie de réflexions sur une poursuite pratique sur cet état de fait, mais parce que, si les propositions économiques et politiques existent, la conscience de cette pesanteur dans la  mise en pratique de ces propositions doit aller de pair avec elles. Sinon, aussi poussée soit l’analyse scientifique de la crise, les propositions économiques seront transformées dogmatiquement en recettes, c’est à dire n’auront pas les moyens d’être l’œuvre concrète des populations à l’instar des grands mouvements utopiques restés sans lendemain.

Sauter à pied joint en criant sur la Chine : démocratie, démocratie, démocratie, n’effacera par le fait que le développement et la régulation de forces productives nouvelles qui s’y produisent, donnent à son salariat des possibilités de se hisser idéologiquement au niveau de son développement industriel mécanique, matériel, numérique et virtuel. Les tentatives de déstabilisation par le capital USA et de ses collaborateurs internationaux ont une double signification et action qui fonctionnent en unité : affaiblir un concurrent dans le marché et affaiblir une transformation qui menace le système capitaliste. Ce « jeu » est une guerre qui menace le processus global de l’humanité. Ce qui ne veut pas dire que les droits de la personne n’intéressent pas la construction d’un autre type de société en santé dont les contours sont incertains, tant que la réalisation aléatoire et diverse ne naît pas.

Dixi et salvavi animam meam.

Pierre Assante. 31/07/2020 07:22:39.

 (1) Capitalisme Monopoliste Mondialisé numériquement Informationnalisé globalement Financiarisé.

(2) Argent-Marchandise-Argent plus.

 

et voir

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2020 5 31 /07 /juillet /2020 05:56

 

VIème et XIème thèses de Marx sur Feuerbach

 

Extrait de la VIème thèse de Marx sur Feuerbach

l'essence de l'homme n'est pas une abstraction inhérente à l'individu isolé. Dans sa réalité, elle est l'ensemble des rapports sociaux…

XIème thèse de Marx sur Feuerbach

Les philosophes n'ont fait qu'interpréter le monde de différentes manières, ce qui importe c'est de le transformer.

 

et voir

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2020 4 30 /07 /juillet /2020 14:40

 

citation : L'identité entre la consommation et la production apparaît donc sous un triple aspect.

 

1. Identité immédiate. La production est consommation; la consommation est produc­tion. Production consommatrice. Consommation productive. Toutes deux sont appelées consommation productive par les écono­mis­tes. Mais ils font encore une différence. La première prend la forme de reproduction; la seconde, de consommation productive. Toutes les recherches sur la première sont l'étude du travail productif ou improductif; les recherches sur la seconde sont celle de la consommation productive ou improductive.

2. Chacune apparaît comme le moyen de l'autre; elle est médiée par l'autre; ce qui s'expri­me par leur interdépendance, mouvement qui les rapporte l'une à l'autre et les fait apparaître comme indispensables réciproquement, bien qu'elles restent cependant extérieures l'une à l'autre. La production crée la matière de la consommation en tant qu'objet extérieur; la consommation crée pour la production le besoin en tant qu'objet interne, en tant que but. Sans production, pas de consommation; sans consommation, pas de production. Ceci figure dans l'économie politique sous de nombreuses formes.

3. La production n'est pas seulement immédiatement consommation, ni la consommation immédiatement production; la production n'est pas non plus seulement moyen pour la consommation, ni la consommation but pour la production, en ce sens que chacune d'elles fournit à l'autre son objet, la production l'objet extérieur de la consommation, la consom­ma­tion l'objet figuré de la production. En fait, chacune d'elles n'est pas seulement immédiate­ment l'autre, ni seulement médiatrice de l'autre, mais chacune d'elles, en se réalisant, crée l'autre; se crée sous la forme de l'autre. C'est la consommation qui accomplit pleinement l'acte de la production en donnant au produit son caractère achevé de produit, en le dissolvant en consommant la forme objective indépendante qu'il revêt, en élevant à la dextérité, par le besoin de la répétition, l'aptitude développée dans le premier acte de la production; elle n'est donc pas seulement l'acte final par lequel le produit devient véritablement produit, mais celui par lequel le producteur devient également véritablement producteur. D'autre part, la production produit la consommation en créant le mode déterminé de la consommation, et ensuite en faisant naître l'appétit de la consommation, la faculté de consommation, sous forme de besoin. Cette dernière identité, que nous avons précisée au paragraphe 3, est com­men­tée en économie politique sous des formes multiples, à propos des rapports entre l'offre et la demande, les objets et les besoins, les besoins créés par la société et les besoins naturels.

Marx. 1859. Extrait de "Introduction à la critique de l'économie politique".

et

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2020 3 29 /07 /juillet /2020 09:33

 

COURRIER (extrait): 

toutes les CONTRIBUTIONS de "Penser et réaliser la transformation du travail, l'apport de la démarche ergologique et l'oeuvre d'Yves Schwartz"

en 2017 au Cnam

 

Bonjour à toutes et à tous,

....Le carnet de recherche qui a accueilli le colloque "Penser et réaliser la transformation du travail, l'apport de la démarche ergologique et l'oeuvre d'Yves Schwartz" en 2017 au Cnam a été lui-même transformé en "Carnet des Initiatives Ergologiques": https://ergologie.hypotheses.org/

Pour le collectif Anim'Ergologie, .....

Théo Simon

 

et VOIR, du blogueur

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche