Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 12:04

Face à « la monarchie présidentielle »,

le PCF appelle à « un choc démocratique »

 

SAMEDI, 28 JANVIER, 2017

HUMANITE.FR

 

Aux côtés de 124 des candidats aux législatives soutenus par le Parti communiste ,

Pierre Laurent a présenté, samedi lors d’une conférence de presse, le « pacte Républicain pour une France en commun » que son parti défendra en 2017.

 

C’est en présence de 124 de ses candidats aux législatives que le PCF a officiellement lancé samedi sa campagne pour les élections de 2017, à l’occasion d’une conférence de presse à Paris placée sous le signe d’un « choc démocratique » contre « la monarchie présidentielle ». «Changer le locataire de l’Élysée ne sera rien si la confiscation actuelle du pouvoir se poursuit », a lancé le secrétaire national du Parti communiste, Pierre Laurent, appelant à « une République où les citoyens se sentent à nouveau pleinement respectés, une VIe république qui renouvelle profondément les institutions et donne un nouveau souffle à la vie politique ».

Partageant avec Jean-Luc Mélenchon l’idée d’un « processus constituant pour aboutir à la rédaction d’un nouveau projet de Constitution soumis à référendum », le dirigeant communiste a ensuite décliné le « pacte Républicain pour une France en commun » que son parti entend porter dans les campagnes présidentielle comme législatives. « Sortir de présidentialisme » avec la suppression du 49-3, des votes bloqués, de l’usage à répétition des ordonnances ; « faire à nouveau entrer le peuple au parlement » avec la proportionnelle intégrale à toutes les élections, le droit de vote et d‘éligibilité des résidents étrangers, la limitation des cumuls et des renouvellements de mandat, un statut de l’élu ; accroître « l’indépendance du parlement des intérêts privés » avec le renforcement du contrôle des conflits d’intérêts ; « refonder les pouvoirs citoyens dans la cité et dans l’entreprise » avec de « nouveaux droits d’intervention dans la gestion des entreprises ; « reprendre la marche en avant de tous les droits humains » avec l’inscription dans la constitution de la lutte contre toutes les discriminations, le droit à l’avortement, les droits LGBT…

Autant de propositions défendues par le sénateur de Paris lors de sa prise de parole. Fustigeant le programme d’Emmanuel Macron, « comme si les banques et la finance n’avaient pas assez de pouvoirs », ou de François Fillon, qui veut « sacrifier la sécurité sociale », Pierre Laurent a également assuré que « les pouvoirs doivent changer de mains et (que) ceux donnés aux citoyens, aux salariés doivent prendre le pas sur ceux de la finance qui gangrènent notre démocratie. La voilà, la vraie révolution politique ».

 

Julia Hamlaoui

*

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

*

31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

*

 

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 07:28

*

Le choix des l'illustrations et mes commentaires sont de ma seule responsabilité. P.A.

*

HAMON, MELANCHON, FILLON, MACRON, ETC.

 

*

 

Pendant que Mélenchon et Hamon nous écrivent chacun à sa façon «Philosophie de la misère», la ComEco répond quasiment toute seule «Misère de la philosophie » (1).

 

Ces deux gaillards ne se rendent pas compte que sans une sortie de la crise systémique et durable de suraccumulation du capital, qui demanderait une transformation radicale et progressive du système financier européen, des régions à l'U.E. et la B.C.E., en passant par le système bancaire français, pour les mettre au service des besoins et du développement humains, ils ne nous porteront que vers une répartition de la misère, et une aggravation de la crise et de ses conséquences sur la vie matérielle et morale au quotidien.

 

Pendant ce temps, Fillon-Dollfuss qui ne constitue en rien un contre-feu mais conforte à sa façon aussi la montée d’une société fascisante avec les monopoles mondiaux aux commandes, et Macron pour l'instant sur leur strapontin, nous promettent en réalité un raidissement du capitalisme en crise mortelle, pour différer quelque temps sa chute imminente.

 

Proudhon serait-il un contre-feu provisoire, en attendant un rassemblement sur des objectifs économiques et sociaux capables de sortir de la crise et relancer le développement humain, matériel et moral ? J’en doute, mais faut-il jeter des armes idéologiques en maladroite construction possible, même aléatoires, dans le combat ? Question !

 

Réécrire "l’idéologie allemande [aujourd'hui germano-franco-européenne...]" et "Le Capital ", et écrire "Le C.M.M.N.I." (Capitalisme Monopoliste Mondialisé Numériquement Informationnalisé) est d’une grande urgence pour rendre une action politique salvatrice, si l’on ne veut pas voir « La Commune de Paris-La France en commun » sombrer dans les mêmes impuissances. Certains le font, comme à la ComEco, il faudrait les entendre (1).

 

Du local au global, de la personne à l’entité locale et mondiale de production, cette réforme radicale du système financier doit permettre une démocratie du citoyen élargie à une démocratie du producteur des biens nécessaires à la vie humaine.

 

Il n’y a pas de code dans cette réflexion, mais simplement des repères métaphoriques et culturels à utiliser avec prudence.

 

Pierrot, Lundi 30 janvier 2017

 

(1) http://pierre.assante.over-blog.com/2017/01/comeco-info-l-originalite-des-propositions-communistes-dans-le-debat-electoral-la-proposition-de-loi-pour-une-securite-d-emploi-et-d

 

*

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

*

31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 00:59

Article publié une première fois sur ce blog le 23 janvier 2017

 

ComEco - Info
Bonjour à tous,

La proposition de loi "pour une sécurité d'emploi et de formation" a été déposée par André Chassaigne et ses collègues du groupe du Front de gauche à l'Assemblée Nationale.
André Chassaigne tiendra une conférence de presse à ce sujet, avec la participation de Pierre Laurent et de Frédéric Boccara,  Mercredi 1er février à l'Assemblée nationale.

Par ailleurs, au lendemain de la publication exhaustive des programmes présidentiels, la Commission économique convoque sa plénière le lundi 13 février avec pour ordre du jour : L'originalité des propositions communistes dans le débat électoral.
Bien fraternellement,
Denis Durand
Frédéric Boccara
 

*

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

*

31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

*

 

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 00:05

.

CLIQUER ICI

 

Pierre Assante

 

I.

LE CAPITAL.

LA CRITIQUE DU PROGRAMME DE GOTHA.

LE CMMNI.

L’HISTOIRE DANS L’OBJET.

MATER-IA

Recueil décembre 2016

 

II.

Transformation du travail,

mouvements de la société,

lutte de classe

2 SCHEMAS

Recueil juin 2016

 

III.

REFLEXION COMMUNE AUX DEUX RECUEIL : DEBAT DE VALEURS ET TRANSFORMATION SOCIALE

29 décembre 2016

 

http://pierreassante.fr/dossier/LA_PENSEE_MARX_II_+_TRANSFORMATION_du_TRAVAIL.pdf

 

*

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

*

31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

*

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 08:15

Notre ignorance perd ou gagne plus ou moins en conséquence selon la tournure que prend l’évènement individuel et collectif permanent dans lequel nous vivons. Notre connaissance de même.

*

29 janvier 2017.

*

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

*

31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

*

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 08:02

NOUS NE POUVONS AUJOURD’HUI NOUS CONTENTER

DE N’IMPORTE QUEL PROGRAMME.

(Signification des sigles et des abréviations courantes au bas du texte)

 

 

Nous avons à faire à une vision globale majoritaire de la société et de la réalité à travers le prisme des intérêts d’une classe sociale dominante, liée au mode d’échange A-M-A’ (1) et à son stade au paroxysme, le CMMNI (1),  toute petite numériquement par rapport à la masse des populations humaines de la terre.

 

La question est que cette vision a envahi le monde et la conscience mondiale parce que la vie quotidienne des humains est soumise à ce type d’échange. Et parce que la révolution scientifique et technique qui a permis l’existence du CMMNI et dont il est issu en tant que système social,  lui permet d’exercer sa domination par les même instruments de cette révolution scientifique et technique sur :

 

- l’organisation du travail et de la production,

- la recherche,

- les moyens de diffusion des idées,

- les institutions politiques et de gestion, et  l’organisation policière et militaire.

 

Ceci dans une unité organique de « fonctionnement ».

 

L’échange A-M-A’ à son paroxysme dans le CMMNI conduit à une S-D-C du capital (1) et transforme les crises économiques décennales en crise systémique permanente généralisée.

 

Il n’y a pas d’issue à cette crise qui impacte négativement la croissance, sa qualité et la qualité de la vie humaine, sans remède à la S-D-C du capital. C’est bien là où le bas blesse dans les différents programmes électoraux qui nous sont proposés, même quand ils contiennent des propositions sociales intéressantes, progressistes ou d’apparence progressiste.

 

On ne peut guérir la S-D-C du capital, qu’en allant progressivement et radicalement vers un autre type d’échange, échange millénaire qui a atteint sa maturité puis son pourrissement à travers son propre développement et ses propres progrès en matière de production.

 

Ce cheminement progressif d’issue à la crise passe aujourd’hui par plusieurs reformes radicales essentielles liées organiquement en elles. Il faut commencer par :

 

- s’attaquer à la dictature de la BCE (1),

- réformer des institutions européennes soumises aux dictats du CMMNI et de ses techniques mortifères sur la dette, le crédit, la création monétaire ciblée pour le profit monopoliste,

- promouvoir la sécurisation de l’emploi et de la formation assurant une continuité du développement social et technique, dans son unité avec la nature, l’humanité qui est une part de la nature, non séparée, en unité dialectique.

 

Qui se tient hors de ce type de réforme se condamne à la stérilité politique et aux conséquences économiques, sociales et civilisationnelles de cette stérilité.

 

C’est la raison pour la laquelle nous ne pouvons aujourd’hui nous contenter de n’importe quel programme politique, aussi généreux soit-il.

 

Autre élément essentiel : la guerre économique des monopoles mondiaux entre eux, et groupes de monopoles de régions mondiales entre elles, qui menace et l’économie et la paix.

 

Relire le texte à la lumière des notes ci-dessous !

 

Pierrot, Samedi 28 janvier 2017

 

(1) Note sur les sigles et abréviation :

A-M-A’ : échange Argent-Marchandise-plus d’Argent.

CMMNI : Capitalisme Monopoliste Mondialisé Numériquement Informationnalisé.

S-D-C du capital : Suraccumulation-Dévalorisation du Capital, qui du fait de l’impossibilité de réinvestir son excès relatif d’accumulation, entraine le capital à chercher sa productivité de plus-value et de profit dans le parasitisme financier, ce qui évidemment enlève des moyens énormes (compte tenu de la nouvelle masse de la production et de surproduit), qui ne sont pas investis dans la satisfaction des besoins humains, production et services.

BCE : Banque Centrale Européenne.

*

Proposition de loi :

http://pierre.assante.over-blog.com/2017/01/comeco-info-l-originalite-des-propositions-communistes-dans-le-debat-electoral-la-proposition-de-loi-pour-une-securite-d-emploi-et-d

*

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

*

31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

*

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 13:23

MAUVAIS MOMENT .

 

Il y en a un peu marre de voir cette société s’enfoncer jusqu’au cou, que dis-je, jusque par-dessus la tête dans cette boue étouffante de l’argent, du pognon, de la monnaie métamorphosée en capital impalpable mais bien réel, sans lequel nous ne pouvons plus vivre au quotidien, système oblige.

 

Et moi personnellement et autour de moi dans la vieillesse, l’affaiblissement, les douleurs.

 

Il faudra bien qu’au bout d’un compte (le quel ?), on se préoccupe (par quel chemin, quels détours ? Et pourquoi pas droit au but !) de la maladie sociale pour ne pas en mourir .

 

Mais en attendant il est insupportable de voir le monde qui souffre de la maladie,  ne se préoccuper, par conditionnement, que des boutons douloureux que provoque la maladie... 

 

...et de voir rejeter avec énergie, colère et agressivité, pour tout dire en pratiquant aveuglément une sorte de discrimination décidée vis-à vis du  réel, du savant, du moral et du rationnel curatif, de tout ce qui peut agir sur la maladie, au profit de ce qui flatte le malade, des illusions (vendues !) par des charlatans.

 

Précipitation et gesticulation stérile ou patience de l’action longue et concertée ?

 

Pessimisme de l’intelligence et optimisme de la volonté ?

 

Pessimisme à court terme, optimisme à long terme. Mais sans trop tarder à se mettre en marche, et en ordre de marche, divers et unis…et jeunes.

 

Le débat ? Oui, des questions sur le réel commencent à frémir, dans la confusion de la crise de laquelle sortir en secouant les idées reçues, en s'écartant, pas toute seule, pas tout seul, du parcours imposé, officiel, de la logique du capital...

 

...pour atteindre un rivage de continuité en santé, sans trop graves maladies, plus agréable et plus amoureux.

 

Tâche nouvelle en cette fin de société marchande et de vente-achat de la force de travail, et de moins en moins de droit, au paroxysme...

 

...et tâche enthousiasmante pour qui la prend :

http://pierre.assante.over-blog.com/2017/01/dans-quelques-siecles-brouillon.d-anticipation.html

 

Pierrot, 27/01/2017 05:03:39

 

*

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

*

31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

*

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 13:18

La police devant les usines du textile bangladais, où des débrayages se sont soldés par le licenciement de plus de 1500 travailleurs par les groupes sous-traitants de marques occidentales telles que Gap, Zara et H&M.

Les manifestations pour les augmentations de salaire dans le secteur du textile ont été violemment réprimées. Au moins 1500 ouvriers ont été licenciés dans des entreprises qui fournissent les grandes marques occidentales.

 

La grève s’est achevée dans le sang. Des ouvriers du textile bangladais réclamant des augmentations de salaire ont été violemment réprimés après avoir pris part à des manifestations ce mois-ci. Les débrayages, qui ont forcé une cinquantaine d’usines sous-traitantes de marques occidentales telles que Gap, Zara et H&M à arrêter totalement la production pendant une semaine, se sont également soldés par le licenciement d’au moins 1500 travailleurs. Les premières manifestations, qui ont leur origine dans le renvoi de 121 ouvriers, ont vite laissé place aux revendications salariales et au triplement du salaire minimum mensuel de 63 euros. Un revenu bien loin du salaire vital. Ce concept va plus loin que le revenu minimum puisqu’il entend que le salaire « doit au minimum correspondre au salaire minimum légal ou pratiqué dans un secteur donné, et doit toujours suffire au travailleur à subvenir à ses besoins élémentaires (logement, alimentation, santé, éducation – NDLR) et à ceux de sa famille, tout en lui laissant une part de revenu discrétionnaire », explique le réseau international Clean Clothes Campaign.

 

Dix manifestants ont été blessés par des balles en caoutchouc

Dans ce pays coutumier de la répression antisyndicale, dix manifestants ont été blessés par des balles en caoutchouc. Les cortèges ont été déclarés illégaux par le pouvoir et trente manifestants, sept responsables syndicaux et un journaliste ont été arrêtés. « Toutes les usines ont repris la production. Et 90 % des travailleurs se sont remis au travail », s’est ainsi félicité Nur Nabi, de la police de Dacca, précisant que cinq enquêtes avaient été ouvertes contre des « travailleurs indisciplinés » en plus des licenciements. Les ouvriers concernés ont découvert leur renvoi de retour à l’usine sur les listes placardées à l’entrée. Selon Babul Akhter, président de la Fédération des travailleurs industriels et du vêtement du Bangladesh, le nombre de travailleurs licenciés serait même bien supérieur aux chiffres officiels. Ce dernier évoque le renvoi de 3500 personnes et l’arrestation de 50 syndicalistes.

 

Le salaire minimum reste l'un des plus bas du monde.

D’aucuns se félicitaient pourtant des « progrès » réalisés dans le domaine du textile depuis l’effondrement du Rana Plaza, en avril 2014, qui avait entraîné la mort de 1134 personnes. Après le drame, soixante-dix marques européennes signèrent un accord visant à améliorer la sécurité et les conditions de travail dans les usines. Des contrôles réguliers avaient également été décrétés, même si le nombre d’inspecteurs reste à l’heure actuelle insuffisant pour les 4500 usines à bas coûts. « Il s’agit d’avancées non négligeables mais le compte n’y est pas », estime Amirul Haque Amin, président de la Fédération nationale des travailleurs de la confection. Malgré les augmentations, le salaire minimum reste l’un des plus bas au monde et les enfants des bidonvilles travaillent en moyenne 64 heures par semaine pour un salaire hebdomadaire de 8 euros environ. Le secteur du textile pèse pourtant 30 milliards de dollars dans l’économie nationale.

 

Si le gouvernement s’est engagé à collaborer avec l’Organisation internationale du travail (OIT), il n’hésite pas non plus à ressortir du placard une loi controversée sur la sécurité de l’État datant de la guerre afin de faire taire les ouvriers. « Lorsqu’un ouvrier est suspendu ou licencié par le propriétaire d’une usine, il lui est très difficile de retrouver un travail. Les patrons établissent une liste de ces travailleurs ainsi que leurs photos et les distribuent. Il est alors impossible à ces travailleurs de retrouver du travail dans cette zone », souligne Taslima Akhter, une responsable syndicale. La méthode est justifiée au sommet de l’État. Il y a une semaine, le ministre du Travail, Mujibul Haque Chunnu, assurait que les grévistes souhaitaient « détruire l’industrie du textile ». Au Bangladesh, un député sur dix ou sa famille possède une usine. Mais les responsables syndicaux soulignent régulièrement que le vrai pouvoir se trouve du côté des marques occidentales, qui, en imposant des délais intenables et des coûts toujours plus bas, entravent l’amélioration des conditions de travail.

 

LINA SANKARI. JEUDI, 29 DÉCEMBRE, 2016. L'HUMANITÉ.

*

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

*

31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

*

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 00:00

 

DANS QUELQUES SIECLES : brouillon…..d'anticipation !

 

 

DANS QUELQUES SIECLES les historiens résumeront ainsi un morceau d’histoire qui est la nôtre. "Société du travail" ? "Revenu universel" ? : le débat est faussé, figé sur image.

 

 

Le débat électoral et général sur une "société du travail", sur un "revenu universel" est très important car il aborde enfin la question du type de société dans lequel nous vivons et le type de société vers lequel nous pourrions nous diriger pour sortir de la crise et se développer sainement. Les deux propositions mises en opposition développement séparément soit la crise de suraccumulation du capital soit la dévalorisation du capital, alors que la crise est celle, conjointe, de suraccumulation-dévalorisation du capital. En fait ce débat actuel coupe le réel en tranche et l'immobilise dans une situation donnée, figée. Ne vous affolez pas devant les mots suraccumulation-dévalorisation, on va essayer de développer un tableau de la réalité qui nous a emmenés à la société d'aujourd'hui et comment en sortir "par le haut". 

 

 

Dans le développement de la mondialisation du XVIème siècle, le commerce et la colonisation se développant, certaines nations en constitution bourgeoise ont pris de l’avance sur le monde et développé un système transformant l’argent en capital, c'est-à-dire basé sur l’échange ARGENT-MARCHANDISE-ARGENT PLUS (A-M-A’), au XXème. Cet échange dont l'analyse est développée dans "Le Capital" de Marx et ses suites, on peut en résumer les conséquences de façon simpliste comme ceci : il favorise l'accumulation du capital qui cycliquement est en excès et ne trouve plus à s'investir ce qui provoque sa dévalorisation. Ces crises cycliques conduisent à une crise systémique durable que la révolution scientifique et technique favorise, qui induisent une financiarisation parasitaire et dont il faut sortir par une transformation progressive et radicale, en santé et en développement nouveau.

 

L'historique :

 

Partout le capitalisme a eu besoin pour se développer de constituer une accumulation primitive. Il l’a toujours fait à marches forcées, c'est-à-dire en prélevant violemment sur une partie des populations « nationales » et dans le monde des richesses pour constituer cette accumulation primitive à partir de laquelle, développant les forces productives, les nations « avancées » ont constitué des situations privilégiées de domination sur le monde pour leurs classes dirigeantes et des « retombées sociales » relatives répondant aux besoins du marché local-national et aux luttes populaires locales-nationales.

 

Cette domination a permis un développement de pays dits avancés, mais a été aussi un frein au développement général de la planète.

 

Les autres pays qui ont tenté d’échapper à la domination de l’échange A-M-A’ des pays développés ont du suivre le même chemin autoritaire et développer leurs échanges intérieurs et dans le monde de la même façon et à partir de leur « retard » d’accumulation primitive.

 

L’URSS (Union Soviétique), suivant l’exemple de la Commune de Paris (Gouvernement ouvrier progressiste éphémère - du 18 mars au 28 mai 1871- à la suite de la défaite militaire contre la Prusse) en matière de visée, mais dans des circonstances différentes, dans la tourmente et des massacres de la guerre mondiale de 1914, n’a pas suivi les conseils d’une accumulation lente et progressive "de Lénine" (La NEP, Nouvelle Politique Economique - mixte) apportant à la fois un développement conjoint d’accumulation capitaliste et de transformation progressive du mode d’échange A-M-A’ améliorant progressivement la satisfaction des besoins humains. Avec la bonapartisation stalinienne du régime, elle a pris une marche forcée sacrifiant une grosse partie de la population à l’accumulation primitive, les Koulaks antirévolutionnaires entre autre.

 

Mais le frein à l’accumulation primitive des pays « en retard » et en voie de développement a été d'abord la répression pure et simple et par tous les moyens exercée sur eux par l’impérialisme, le et les capitalismes dominants.

 

La Chine (En 1949, année de sa révolution, encore un état très sous-développé économiquement) est un exemple historique pour la compréhension de la mondialisation capitaliste à partir des pays « avancés » et s’étendant à la planète. Les communistes chinois ont compris qu’ils ne pouvaient atteindre une accumulation primitive et un développement les libérant de ces dominations, qu’en favorisant l’investissement du capital étranger à partir de l'intérêt de ce dernier à augmenter son taux de plus-value et de profit par un coût du travail le plus bas possible, là ou la valeur de la force de travail était historiquement plus basse.

 

Mais ce développement au profit du capital international a créé les conditions pour constituer la Chine en puissance capable de résister relativement à la domination des impérialismes initiaux, sans cependant échapper aux dépendances créées par l’imbrication des économies et leur ordination mondialisée du XXIème siècle.

 

Trump est la réaction d’une partie du capital qui réagit à sa mise en difficulté par le développement général de la planète, développement il faut le rappeler qui ne comporte pas de garantie d’issue saine pour l’humanité et la nature qu’elle exploite, ou plutôt de la façon qu’elle l’exploite. L’impérialisme « illuminé », violent comme les autres impérialismes, n’a d’issue que dans le dépassement du capitalisme monopoliste mondialisé numériquement informationnalisé, sa transformation progressive et radicale en un nouveau mode de production et d’échange et de coopération.

 

Dans cette mondialisation capitaliste il faut rappeler aussi que l’Allemagne et ses Konzerns (Groupes industrialo-financiers géants exportateurs allemands) ont pris le dessus avec leur zone Mark puis leur domination sur l’Euro. Cette domination n’est pas basée sur son seul développement intérieur, même si le développement intérieur peut permettre des miettes privilégiées aux populations par rapport à d’autres populations. Elle est basée comme toute domination impérialiste sur la domination en matière d'exportation, et pour cela de « qualité et de quantité » productives maintenues par cette domination.

 

Trump est aussi la réaction à cette concurrence que l’Allemagne prend dans sa domination dans l’UE (comme le Japon dans d'autres circonstances et d'autres parties du monde etc.), et l’élargissement de son marché, en particulier vers les pays de l’Est.

 

L’Allemagne a développé ces capacités exportatrices à partir des lois antisociales qui ont permis de baisser le coût du travail et a baissé en même temps, relativement, les moyens de vivre de sa population et des populations qui dépendent d’elle, la population des autres pays de l’UE et la France entre autre.

 

Le modèle allemand de compétitivité c’est la règle de l'UE, de la Commission Européenne, de son Parlement qui y est acquis et des gouvernements et parlements de l’Europe qui y sont acquis (Lois du gouvernement Schröder SPD/Verts allemand des premières années 2010-2015 - les lois Hartz I, II, III et IV  2004).

 

On ne peut à la fois développer l’ensemble de la planète et réduire ses moyens de vivre pour augmenter les profits capitalistes en même temps.

 

Les historiens du futurs expliqueront comment des mouvements populaires se sont développés pour résoudre cette contradiction et mettre les moyens d’échange et de production progressivement et radicalement au service du développement, le vrai, celui des humains et non de l’accumulation capitaliste.

 

Ils expliqueront comment, à partir de l’échec du peuple grec (ses luttes et sa longue patience dans un rapport de force défavorable) de s’affranchir de la domination du capital mondialisé et du système financier européen le représentant (Schäuble et Merkel en assurant la représentation politique avec des nuances plus ou moins humanistes, mais dans la même logique mortifère), les peuples d’Europe ont fini par constituer un mouvement commun, divers mais uni à partir duquel les mesures politiques de maîtrise de la finance se sont répandues dans le monde, favorisant l’échange coopératif généralisé.

 

Evidemment il aura fallu commencer par le problème de la dictature de la BCE, de ses techniques mortifères sur la dette, le crédit, la création monétaire ciblée pour le profit monopoliste, et commencer aussi par la bataille de la sécurisation de l’emploi et de la formation assurant une continuité du développement social et technique dans son unité avec la nature, c'est-à-dire l’humanité qui en est une part non séparée, en unité dialectique.

 

Nous avons trouvé, parmi les millions de réflexions qui traversaient la fin de la domination du CMMNI (Capitalisme Monopoliste Mondialisé Numériquement Informationnalisé), ou plutôt les débuts d’une voie nouvelle de développement, celle-ci :

 

« C'est bien au-delà du problème du PS que se posent les questions.

 

L'élection de TRUMP est un signe de l'écroulement de l'Empire sous les coups de boutoirs des transformations des forces productives dans un système qui ne leur convient plus. Et "nos événements" en font partie.

 

La question d'une nouvelle force politique ne se pose pas en terme de "nouveauté" mais en terme de contenu.

 

Si elle n'est pas en mesure de saisir les transformations du monde et de leur donner une réponse économique ce sera une nouveauté inutile, ou plutôt une copie de l'ancien. Ce qui ne veut pas dire que la question n'est qu'économique, évidemment.

 

Les communistes gardent des résidus d'un savoir qui s'appelle le marxisme et qui a permis en son temps de comprendre et d'agir sur la réalité (1). Le nouveau capitalisme je l'appelle CMMNI (tu peux en voir l'explication sur le blog), et c'est à celui-là qu'il faut répondre, évidemment pas à celui du XIX° ni du XX°. Le marxisme il faut le revivifier, c'est ça la nouveauté.

 

Ce qui est nouveau, essentiellement dans le CMMNI, c'est que les marges dans le capitalisme que nous avons utilisées dans le passé pour répondre aux besoins des populations n'existent plus. Nous sommes donc revenus à l'équation initiale : la transformation du système, mais pas hors de la mondialisation. La personne humaine reprend ses droits.

 

Mélenchon est un homme digne, peut être, mais un homme du passé prêt à casser les métiers à tisser des Canuts (Ouvriers lyonnais du textile révoltés du XIXème siècle) d'aujourd'hui, mais pas à les rendre aux besoins d'une production pour les humains. »

 

Il n'y a pas de vie humaine sans production des biens "matériels et moraux" nécessaires à la vie humaine, et dans les conditions de production historiques du moment et dans un processus de développement en santé, une "démocratie de l'homme producteur", de la personne dans l'entité de production et la société en général. La production contient toute la culture passée de l'humanité et tous ses possibles à venir.

 

Je dis dans quelques siècles, mais c'est un peu pessimiste, nous le verrons, nous les jeunes gens d'aujourd'hui !

 

Mes excuses pour les répétitions, l’usage hétérodoxe des formes grammaticales et du terme « développement » en leitmotiv.

 

Pierre Assante, Mercredi 25 janvier 2017

 

(1) LA PENSEE MARX :

http://pierreassante.fr/dossier/LA_PENSEE_MARX_II_+_TRANSFORMATION_du_TRAVAIL.pdf

*

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

*

31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

*

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 13:31

"Après sans problèmes

parle le deuxième"

Guy Béart

 

La France en commun ?

TRUMP ET L'EUROPE.

 

On peut donner deux sens à « France en commun ».

Soit France en commun dans le monde

Soit France en commun entre nous en France, ce qui est une vision du passé et une  voie de garage pour la population.

Entre les deux il y les tentatives illusoires du PS d’accompagnement social du CMMNI (Capitalisme Monopoliste Mondialisé Numériquement Informationnalisé, celui de notre temps).

 

La primaire de droite comme la primaire de gauche traitent essentiellement et démagogiquement de la France "entre nous français" pas obligatoirement sur le ton et le but raciste selon qui la propose, mais dans la vision d'un pays sans lien objectif, précis, concret avec le monde. Il s'agit à la fois de flatter l'électeur d'ici et de se fourvoyer sur le contenu des choix répondant aux problèmes réels.

 

Cette vision franco-française, "innocente" ou concertée de la part des uns et des autres, a réduit et continue à réduire l'action revendicative et l'action de transformation sociale. Elle a renforcé l'extrême droite dans ses arguments et a poussé une partie de la gauche à rejoindre ces arguments "pour ne pas les laisser utilisés par l'adversaire". Elle a contribué au retard à s'engager dans une transformation en santé du monde réel, plutôt que d'un monde imaginé qui n'existe pas ou qui n'existe plus ou qui n'a jamais existé et sur lequel on ne peut donc agir.

 

Macron est quasiment le seul à traiter un peu plus de la France dans le monde, de la réalité du monde d’aujourd’hui, le CMMNI, qu’il n’appelle pas ainsi bien sûr, mais c’est évidemment du côté du point de vue du capital monopoliste mondial qu’il traite cette réalité nouvelle, c'est-à-dire de l’organisation capitaliste numériquement informationnalisée du travail et des institutions y correspondant : avec pour but augmenter pour ces monopoles leur taux de profit, pour cela baisser le coût du travail, mettre au service de ces buts la société entière et les êtres humains.

 

Malheureusement  "La France insoumise", "L'avenir en commun", restent aussi sur une vision du passé. Il y a quelque chose de digne dans son programme, qui est une réaction à la façon des Canuts qui brisèrent les métiers à tisser modernes des années 1830.

 

Mais cette dignité ne correspond pas, ne suffit pas, au besoin d’efficacité pour sortir de la crise et aller vers un autre mode de production et d'échange radicalement et progressivement, remplaçant le mode actuel parvenu à son paroxysme et à son obsolescence dangereuse pour l’avenir de l’humanité et en tout cas de plus en plus invivable pour la population, et en premier lieu pour les premières victimes, les salariés et les plus pauvres. Cette dignité en soi est une voie de garage.

 

La France insoumise fait comme si nous n’avions pas tiré les expériences depuis les dernières élections présidentielles. Comme si la question grecque n’avait pas montré que le sort des peuples européens se joue au niveau de l’Europe, d’une révolution du système financier et bancaire et de la BCE, du crédit, de la dette, de la création monétaire, de la sécurité de l’emploi et de la formation.

 

A contrario, la B.C.E., Banque Centrale Européenne, a utilisé les instruments financiers contre la Grèce jusqu’à lui couper totalement les vivres pour la plier à sa politique et est prête, et menace, au service des monopoles mondiaux et européens, et germaniques en particulier, de les utiliser contre tous les peuples d’Europe encore aujourd’hui divisés.

 

La maîtrise du capital n’est évoquée que comme un principe vague et général, sans solution concrète, dans le programme de la France insoumise, sans entrer dans un objectif pratique, ou si peu.

 

On peut dire qu’au moment où la question devrait être prioritaire, le programme de « La France en commun » lui-même est en retrait relatif par rapport aux transformations nouvelles du monde et de l’Europe et par rapport programme du Front de Gauche d’il y a 5 ans. Et cela ne peut être compensé par des discours de congrès au PGE.

 

Le discours de Pierre Laurent lors du congrès du PCF sur la question, son intervention pour le vote du congrès dans ce sens était excellente. Mais qu’est-il devenu depuis dans le programme du PCF "la France en commun" ? La question des résultats électoraux, hypothétiques, ont pris le dessus sur toute autre considération. Ils ont obnubilé notre pensée, ils nous laissent perdre la proie pour l’ombre en nous empêchant de saisir les problèmes politiques et économiques par les deux bouts. La question des résultats électoraux nous a désarmés et nous empêche de  donner réponse à l’explosion de la crise qui se profile ou à toute régression de niveau de vie et de civilisation plus ou moins rapide que notre retrait favorisera s'il n'y est pas mis remède.

 

Je lis régulièrement le qualificatif « dictature » quand il s’agit de parler de la Chine, sans qu’il soit donné dans quel sens il est employé, alors que nous sortons pour nous approvisionner au quotidien, des commerces avec un gros pourcentage de la production chinoise que le capital monopoliste a permise en allant chercher la baisse du coût du travail en Chine (et ailleurs), condition qu’il a imposée à ce peuple pour pouvoir se développer, développement qui n’a d’ailleurs pas été le but du capital, mais qu’il n’a pu empêcher. Baisse du coût du travail imposée aujourd'hui aussi aux autres peuples à travers, le JobAct pour l’Italie, la loi El Khomri pour la France, et en premier lieu le plan Schröder SPD/Verts (les lois Hartz I, II, III et IV -2004) pour l’Allemagne, etc.

 

La baisse du coût du travail dans le monde, là est aussi l’essentiel de l’histoire de la Chine et non le parangon de nos institutions avec les siennes. Là est aussi l’essentiel si nous voulons développer une coopération mondiale nécessaire au développement en santé de tous, et de l’Europe dans laquelle la France peut jouer un rôle plutôt que de se tourner vers un passé révolu et illusoire, une marche arrière du temps, de "démondialisation" ou de partage à la baisse des revenus par le "revenu universel", attitude qui ne peut qu’accélérer les régressions.

 

L'imbrication des économies est une donnée irréversible avec laquelle il faut construire un avenir en santé, irréversible si ce n'est par la destruction d'une part de l'humanité.

 

Certes le programme de 2017 de « La France en commun », donne des orientations pour une politique de progrès, des revendications populaires et leurs satisfactions. Mais faute d’orienter suffisamment le programme dans le sens de leur réalisation possible, à la lumière des luttes des travailleurs et de la population, des expériences de la Grèce ou du Portugal, des expériences de l’Europe des peuples, Angleterre malgré le Brexit et Allemagne comprises,  des avancées dans la prise de conscience sur l’état des lieux et les besoins d'y répondre et des recherches et propositions des économistes communistes, la liste risque d’en rester au vœux pieux de « l’humain d’abord ».

 

Le Traité Européen de Stabilité de Coordination et de Gouvernance (1° janvier 2013) a été l’acte N°1 de ces années passées pour pouvoir entrer totalement dans l’orientation des monopoles mondiaux après les élections. Se donner les outils théoriques et pratiques d’y répondre est la tâche première.

 

Les déclarations de Trump sur l’Europe, le Brexit, la Russie et la Chine etc., Trump non plus représentant des monopoles mondiaux à base américaine, mais lui-même avec les siens, monopoles mondiaux "en soi" au gouvernement,  sont sans ambigüité, quoiqu’en disent les commentateurs. Il s’agit pour les monopoles à base des USA de soumettre les monopoles à base germanique qui sont devenus dominants dans l’organisation de l’Europe capitaliste, aux monopoles à base USA (1).

 

C’est « l’ordo libéralisme » comme le nomme Bruno Odent, dépassé et fusionné par la montée mondiale du nationalisme fascisant ici et ailleurs dont Trump devient l’interprète et l’acteur le plus puissant. C’est la menace de guerre économique renforcée entre monopoles et militaire en puissance.

 

Du Serpent Monétaire Européen à l’Europe à domination des Konzerns germaniques et de sa domination de l’Euro, après celle du Mark, du chemin a été accompli ou nous n’avons fait que compter les points faute de comprendre ce qui arrivait. Ne continuons pas ainsi. Les effets de la crise seront tels, qu’une base de prise de conscience pour les peuples pour s’attaquer à l’orientation capitaliste du CMMNI peut grandir, à condition que nous ne les égarions pas en chemin par des programme faux ou insuffisants pour sortir de la crise en prenant le dessus sur l’organisation financière telle qu’elle existe et telle qu’elle pourrait devenir au service des peuples, dans leurs diversités.

 

L’argent est un outil, moyen d’échange des produits nécessaire à la vie humaine. Il a été confisqué par le système marchand au service des plus forts, des plus riches. Cette confiscation et la maladie qu’elle induit mérite plus qu’une réponse indignée pour changer la vie humaine en santé.

 

Le travail reste la base de la production des biens nécessaires à l’homme à condition qu’il se réapproprie l’organisation locale et mondiale du travail et de l’usage de ses produits, pour et par la personne humaine, pour et par la société à laquelle la personne humaine appartient, dans sa multiplicité, sa diversité et son rapport à la nature qui lui fournit « sa matière première » dont elle fait partie elle-même, son corps et sa conscience dans leur unité, le corps-soi comme l’appelle Yves Schwartz, avec grande exactitude scientifique.

 

Pierre Assante, 20 janvier 2017

 

(1) C’est à cette aune-là qu’il faut apprécier le Brexit ou l’affaire Volkswagen sur les normes antipollution, et bien d’autres affaires du même type

 

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 06:50

On peut se réjouir que Valls et sa politique d'accompagnement d'une mondialisation malade de l'accumulation-dévalorisation du capital, et non de la mondialisation en soi, soit battu à la primaire du PS, comme on s’est réjoui que Sarkozy soit battu aux présidentielles de 2012.

 

Mais les rêves de Hamon ne font pas un programme de transformation sociale globale nécessaire à la guérison de la maladie sociale dans laquelle nous nous débattons au quotidien, et de sortie de crise économique et de civilisation.

 

On peut aussi regretter amèrement qu’un candidat communiste et un programme qui s’attaque sérieusement à la finance dans une France et une Europe de coopération du local au mondial, pour mettre les moyens d’échange et de production au service des besoins humains, ne puisse pas « jouer le rôle d’outsider », comme disent les commentateur à chaque surprise électorale.

 

Mais il n’est peut-être pas trop tard ? En tout cas proposer un contenu différent des différents programmes actuels reste une priorité pour faire avancer le mouvement social vers des solutions moins fantaisistes à la crise, c’est le moins qu’on puisse dire, et plus opérationnelles dans le concret et dans le projet.

 

Je remets en ligne le lien sur une vision plus globale de la situation :

http://pierre.assante.over-blog.com/2017/01/la-france-en-commun-et-trump-et-l-europe.html

 

Pierre Assante, 23 janvier 2017

 

P.S. Le choix de l'illustration, "LA FINANCE AU PAS, ce qu'il faut savoir sur la finance pour la combattre" de Pierre Ivorra, "EUROPE, état d'urgence" de Bruno Odent, et "THEORIES SUR LES CRISES, la suraccumulation et la dévalorisation du capital" volumes 1 et 2, de Paul Boccara, est de ma seule responsabilité.

 

*

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

*

31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 13:37
à M......., la mienne [d'analyse]:
C'est bien au-delà du problème du PS que se posent les questions.
L'élection de TRUMP est un signe de l'écroulement de l'Empire sous les coups de boutoirs des transformations des forces productives dans un système qui ne leur convient plus. Et "nos événements" en font partie.
La question d'une nouvelle force politique ne se pose pas en terme de "nouveauté" mais en terme de contenu.
Si elle n'est pas en mesure de saisir les transformations du monde et de leur donner une réponse économique ce sera une nouveauté inutile, ou plutôt une copie de l'ancien. Ce qui ne veut pas dire que la question n'est qu'économique, évidemment.
Les communistes gardent des résidus d'un savoir qui s'appelle le marxisme et qui a permis en son temps de comprendre et d'agir sur la réalité. Le nouveau capitalisme je l'appelle CMMNI (tu peux en voir l'explication sur le blog), et c'est à celui-là qu'il faut répondre, évidemment pas à celui du XIX° ni du XX°. Le marxisme il faut le revivifier, c'est ça la nouveauté.
Ce qui est nouveau, essentiellement dans le CMMNI, c'est que les marges dans le capitalisme que nous avons utilisées dans le passé pour répondre aux besoins des populations n'existent plus. Nous sommes donc revenus à l'équation initiale : la transformation du système, mais pas hors de la mondialisation. La personne humaine reprend ses droits.
Mélenchon est un homme digne, peut être, mais un homme du passé prêt à casser les métiers à tisser des Canuts d'aujourd'hui, mais pas à les rendre aux besoins d'une production pour les humains.
Bises
Pierrot

*

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

*

31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

*

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 13:34

*

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1  2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

*

31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici 

*
 

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 15:30

Euro : en finir avec le tabou monétaire

30 AOÛT 2013

PAR DENIS DURAND

 

Cet article, écrit il y a trois ans reste d'une actualité brûlante dans le débat d’aujourd’hui, par rapports aux divers programmes électoraux et surtout par rapport aux besoins de transformation sociale face à la crise, son approfondissement et ses conséquences sur notre vie quotidienne et notre futur proche…

Souvent il en est ainsi : la pertinence d’une analyse se vérifie avec le temps passé et la démonstration que les événements en ont faite pendant cette période.

P.A. 30.12.16

 

Le débat sur l’euro dure depuis 25 ans, c’est-à-dire depuis que la création d’une monnaie unique a fait l’objet du traité de Maastricht.

 

À l’époque, la critique de gauche contre ce traité n’avait pas été particulièrement centrée sur les inconvénients monétaires de cette nouvelle étape de la construction européenne. L’argumentation visait plutôt la bien réelle régression démocratique qui l’accompagnait, et dénonçait, en termes généraux, la réaffirmation de l’« économie de marché ouverte où la concurrence est libre et non faussée » comme base de toute la construction européenne. La création d’une banque centrale déclarée indépendante des gouvernements était principalement vue comme une conséquence de ce principe, et non comme le cœur d’un projet destiné à asseoir le pouvoir des marchés financiers sur l’Union européenne pour restaurer la rentabilité des multinationales au détriment des salaires, de l’emploi et des services publics Pour le reste, les arguments se distinguaient assez peu de ceux des adversaires de droite du traité : critique de l’atteinte portée à la souveraineté nationale par la disparition de son attribut monétaire, démonstration que la zone euro ne constituerait pas une zone monétaire optimale au sens de Mundell.

 

Par contraste, la critique du projet d’Union économique et monétaire d’un point de vue de classe était restée, de fait, au second plan : la proposition, alors énoncée par les économistes communistes, de transformer l’écu en monnaie commune européenne était surtout comprise comme un moyen de préserver les monnaies nationales, alors que son aspect principal était plus ambitieux. Il s’agissait d’instaurer, à l’échelle de l’Europe, une capacité de création monétaire capable de peser dans la mondialisation. Radicalement opposée au pouvoir des marchés financiers, cette faculté de création monétaire aurait permis l’exercice par les citoyens et les travailleurs de pouvoirs sur les décisions prises dans la sphère financière pour mettre l’argent au service d’objectifs sociaux à travers de nouveaux critères d’allocation des crédits. Tout cela avait été assez peu pris en compte à l’époque dans le mouvement populaire. Peut-être faut-il voir là, rétrospectivement, une origine de l’insuffisance du « non de gauche » et de la victoire du « oui » au référendum de septembre 1992.

 

Vingt-cinq ans après, l’histoire ne reviendra pas en arrière : entre-temps, la crise s’est considérablement aggravée ; la mise en cause de l’euro déclenchée par la spéculation contre les titres de la dette publique grecque a scellé l’échec de la construction monétaire européenne définie à Maastricht, même si l’euro est toujours là parce qu’Angela Merkel et la BCE ont décidé de faire « tout ce qu’il faudrait » pour qu’il en soit ainsi. L’enchaînement des événements depuis l’effondrement du marché des subprimes a non seulement mis en évidence les méfaits de la régulation de l’économie mondiale par les marchés financiers, il a aussi démontré combien cette domination est fragile : les banques centrales, aux États-Unis, en Grande-Bretagne et dans la zone euro, sont devenues le dernier rempart protégeant le système financier occidental d’un effondrement complet…..

 

……SUITE SUR CE LIEN :

https://blogs.mediapart.fr/denis-durand/blog/300813/euro-en-finir-avec-le-tabou-monetaire

 

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 10:23

$ : HUMANISME DE CLASSE DOMINANTE, L’ILLUSION PARTAGÉE ET LE DOLLAR

 

Ce sujet étant souvent traité ici, je vous en donne de brefs exemples.

 

1) Don Quichotte de la Manche, Cervantès

L’idéal de « chevalerie » est bien ce qui justifie idéologiquement la domination féodale.

La conquête coloniale espagnole et l’accumulation par l’importation de l’or pousse l’Espagne vers une Renaissance limitée et une naissance de la bourgeoise limitée aussi qui va demander une généralisation de l’humanisme pas pour tous mais pour elle-même, comme le font et le feront toutes les bourgeoisies nationales en croissance.

La critique de l’idéal féodal va donc être l’expression d’un acte double contradictoire : une caricature et une justification de la domination. Caricature qui permet le dépassement de l’état présent sans mettre en cause la domination de classe, « tout changer pour que rien ne change ».

 

2) L’île aux esclaves et l’île aux femmes, Marivaux. Le mariage de Figaro, Beaumarchais. Comment traiter les serviteurs, Swift....

Sans répéter ce qui est dit précédemment, il faut rappeler qu’après les velléités de liberté,  d’égalité, mais surtout d’inversion momentanée des rôles, tout « rentre dans l’ordre ».

 

3) Il Gattopardo.

C’est l’analyse du phénomène d’un humanisme de classe dominante et d’illusion partagée. Partagée et en même temps posée en interrogation mais pas en dépassement. A la différence que l’illusion est rompue, au moins partiellement.

 

4) Marché mondial, establishment,

continuité et "sécurité" d’establishment/contre/Nationalisme mondiaux et locaux en marche mettant en danger, contradictoirement et paradoxalement, volontairement ou non, pour les uns comme pour les autres une « sécurité » de continuité de la domination du $.

La morale dominante est celle du dollar. Il faut au moins tenter de faire cette constatation de cette réalité, hors ou/et dans la situation personnelle de chacun, en tant que personne dans l’ensemble social qui « fonctionne » certes et fonctionne mal, et jusqu’à quand ? La « morale du dollar » condamne tout ce qui n’est pas dans la logique du dollar. Une longue démonstration n’est pas inutile, mais son « résumé » peut être parlant sans suffire.

En général une longue démonstration fige les uns et les autres dans leur propre appréciation du bien et du mal, d’un bien et d’un mal figé, vertu réifiée en soi, hors de tout mouvement de la réalité.

Mieux vaut mettre en relation l’observation du mouvement de la société et du monde en se posant la question : que se passe-t-il vis-à-vis de tel ou tel événement en le mettant en relation avec des choix du « monde de la monnaie dominante », choix réels et médiatiques, ses institutions financières, militaires, politiques et leurs actes séparés un par un et leur logique d’ensemble.

En l’absence d’une transformation du mode d’échange et de production abolissant radicalement et progressivement la domination de classe, aujourd’hui celle du CMMNI, des monopoles mondiaux et leur domination par l’informationnalisation numérisée détournée à leur profit, la critique de « l’idéal » présent et de l’état présent du monde, du monde réel, du moment historique présent, la critique reste donc être l’expression d’un acte double contradictoire : une caricature et une justification de la domination.

 

Pierre Assante, Mardi 17 janvier 2017

 

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 07:20

"Les professionnels de santé et les tâches du présent" auront lieu les 17 et 18 mars 2017 (Programme)

*****

Yves Schwartz interviendra au CNAM Paris dans le cadre du Master Analyse du Travail et Développement des Compétences les 14 et 28 janvier, 25 février, 11 et 24 mars, 41 rue Gay-Lussac, de 9h30 à 12h30)

*****

LE SITE :

http://www.ergologie.com/

*****

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 17:01

.

Conseil national du PCF du 14 janvier 2017. Interventions de Denis Durand, Jean Marc Durand, Didier Le Reste. Note de Christian Picquet 

.

ici

http://pierreassante.fr/dossier/Conseil_national_du_PCF_du_14_janvier_2017.pdf

************

  • ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et Tous les articles de ce blog :

*************

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 10:52

LA SCIENCE POUR LUTTER CONTRE LES OBSCURANTISMES

 

"...Anne Musso, journaliste:

L’Académie des sciences, dont vous faites partie, célèbre son 350e anniversaire. À cette occasion, 58 académies des sciences du monde ont signé une déclaration commune pour « exprimer leur détermination à travailler au sein de la société ». Comment considérez-vous ce texte ?

 

Jean Pierre Kahane, mathématicien de renommée mondiale, Académie des Sciences, militant communiste :

J’aime le titre de ce manifeste, « Science et confiance », à contre-courant de l’atmosphère générale qui serait plutôt « Science et méfiance ». Dans son article du 6 octobre dans l’Humanité Dimanche, le secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, Catherine Bréchignac, développe les raisons du divorce entre la société et la science. Par la signature de cette déclaration commune, les 58 représentants d’académies des sciences affirment l’importance des liens entre science, société et politique et s’engagent à les renouer. La dernière phrase du manifeste en est l’expression : « Les académies des sciences réunies renouvellent leur confiance dans l’éducation et dans la capacité de la recherche scientifique à contribuer au progrès de l’humanité. ».......

 

Extrait de la revue PROGRESSISTES N°14, voir la suite à la page 4 : 

https://revueprogressistes.files.wordpress.com/2016/12/revue-progressiste-nc2b014-basdef-2.pdf

 

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 05:51

Mis en ligne une première fois le Vendredi 13 janvier 2017, jour de sa rédaction. Comprendre l'état du monde pour lui "refaire une santé".

 

La mondialisation est un phénomène de mise en commun de l’activité humaine, au niveau mondial, de la planète, qui a débuté avec l’existence de l’animal humain et sa socialisation dans le travail de transformation de la nature pour répondre à ses besoins élémentaires et complexes.

 

Il n’y a pas de vie humaine sans exploitation de la nature. Tout ce dont l’homme à besoin se trouve dans la nature, inévitablement, et pas dans un ailleurs qui n’existe pas. La question est de ne pas exploiter la nature en la tuant, et l’exploitation de l’homme par l’homme est la meilleure façon de tuer la nature.

 

Le capitalisme, l’échange « Argent-Marchandise-Argent plus » a eu un double effet antagonique, celui de développer les forces productives nécessaires à l’homme et donc de développer la mondialisation, et celui de mettre en contradiction la mondialisation et la satisfaction des besoins humains dont le but n’est pas l’accumulation du capital, mais le contraire, socialement.

 

La suraccumulation du capital, fondement de la crise du capitalisme et de l’énormité de développement actuel de cette crise et de ses conséquences dans une énorme maladie du développement humain, est entrée dans une phase mortelle si la volonté humaine ne s’oppose pas à la cause de la maladie pour la soigner par un autre mode d’échange et de production que cette accumulation de capital pour lui-même, en soi.

 

Dans l’énormité de la crise en préparation accélérée, se fixer sur les seuls résultats électoraux et non sur les remèdes à la crise est d’une indigence intellectuelle mortifère.

 

Soit on recrée une force sociale outillée pour répondre à la crise par des remèdes, remèdes économiques en dernière instance, résolvant la crise de toutes les activités et leur « fluctuation de santé ».

Soit on est incapable de donner une telle réponse, alors une modernité malade ira encore plus loin espérant trouver dans sa seule évolution malade des voies de sortie de la maladie. C’est prendre d’immenses risques pour la survie de l’humanité.

 

Ce risque est assumé imbécilement par les acteurs politiques qui se contentent d’un simple état des lieux et d’en conclure que les choses étant se qu’elles sont, un bricolage de la modernité dans l’organisation du travail (loi El Khomri, Job-act...), dans l’école, etc. seront une réponse pragmatique à la crise qui se résorbera d’elle-même. Macron est le prototype et la caricature de ce pragmatisme.

 

En désarmant le PCF de son rôle d’interprète conscient du processus inconscient social, et en se confiant à des interprètes « antimondialisation primaire » se rabattant étroitement sur l’échelon national, en ignorant la réalité des imbrications universelles des activités humaines, de l’activité humaine dans son unité et sa diversité, c’est la voie au pragmatisme imbécile qui a été  choisie. L’Europe est une construction nécessaire pour répondre à une mondialisation saine, sortant des contradictions du capitalisme.

 

S’il n’y a pas une réaction à ces choix de repli national et de frein à un développement « naturel » des relations sociales et des rapports de productions, frein qui ne peut que provoquer des dérapages incontrôlés, les conséquences pour l’humanité peuvent être terribles.

 

Les rapports sociaux mondialisés c'est l’avenir de l’humanité. Les rapports sociaux de classe dominante à classe dominée et de vente-achat de la force de travail en est la contradiction antagonique, aujourd'hui le CMMNI, le Capitalisme Monopoliste Mondialisé Numériquement Informationnalisé (voir articleS précédentS).

 

Mener la bataille pour la démocratisation d’une Zone-Europe de développement mondial, l’extraire de la domination des groupes monopolistes capitalistes mondiaux qui soumettent la Commission Européenne et le Parlement Européen à leurs intérêts est la tâche première pour une amélioration de la vie, ici et maintenant en France, nos villes et nos campagnes, nos lieux de production, de services, de culture, avec comme objectif essentiel la production nécessaire à la vie humaine, localement et dans le monde

 

Le climat intellectuel actuel et les décisions politiques actuelles sont loin très loin de ces préoccupations essentielles à notre vie.

 

La mondialisation est un phénomène de mise en commun de l’activité humaine rendu malade par l'accumulation capitaliste. Cette mise en commun libérée du système capitaliste d’échange A-M-A’ à son paroxysme sans retour, dont on ne peut sortir que dans un mode  nouveau et non dans le bricolage de l’ancien. Cette mondialisation saine, c’est le communisme développé, non les communismes grossiers des «premiers essais».

 

Les premiers pas dans cette voie consistent dans la maîtrise des institutions financières (qui assument aujourd'hui les échanges humains, mais les assurent mal), la maîtrise des banques, de la création monétaire et du crédit, et dans une sécurité de l’emploi et de la formation assurant une continuité saine à la production humaine et à la vie de la personne humaine, une cohérence et une liberté, pour les mettre au service du développement sain de la production et des besoins humains en développement, ce qui va de pair.

Le tout dans un mouvement de masse politique et conscient du salariat de production et du salariat en général dans sa complémentarité, de ses alliés et des peuples.

 

Pierre Assante, Vendredi 13 janvier 2017

 

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 17:46

«Comment dépasser la notion de salariat ?»
Un projet de loi va être déposé par les députés communistes liant sécurisation des ressources et type de production.


Le revenu universel est proposé aussi bien par la droite que par une certaine partie de la gauche. Qu’est-ce que cela reflète ?

Catherine Mills. Il y a des différences entre ce que portent les uns et les autres. La droite, par exemple, veut donner un revenu pour que chacun fasse ce qu’il veut dans le cadre des choix libéraux – c’est d’ailleurs l’économiste américain Milton Friedman qui est à l’origine de ce projet – et ce, contre la protection sociale, contre le Smic, etc. Mais il y a aussi un fond commun. En France, ce projet va de Benoît Hamon jusqu’à Christine Boutin. Ce revenu pour tous est ultra-cher à financer et serait octroyé aussi à des gens qui n’en ont pas besoin. D’ailleurs, pour le financer, beaucoup veulent fusionner tous les minima sociaux au détriment de la protection sociale. Ce fond commun, que l’on va trouver même chez Benoît Hamon, revient à dire que ce serait une révolution de la Sécurité sociale, mais dans quel sens ? Si on simplifie de cette façon, le revenu universel remplace toutes les protections sociales. Or, la question du financement est cruciale. Dans son cas, comme dans celui de la droite, on ne parle jamais du rôle des entreprises et de leurs cotisations. Cela revient à les déresponsabiliser. C’est donc une mauvaise réponse à de vrais problèmes que sont le chômage et les inégalités. Ne serait-ce que parce que son montant est fixé, par exemple dans le projet de Benoît Hamon, à 700 euros maximum par mois. Un montant en dessous du seuil de pauvreté. Ce n’est donc pas de nature à l’éradiquer.

Faut-il attendre de régler la question du chômage pour sécuriser l’attribution de ressources ?

Catherine Mills. Il ne faut pas attendre de régler la question du chômage. Une autre politique économique et sociale est possible et nécessaire. Nous, économistes communistes, avons une proposition alternative. Qui passe par l’abrogation de la loi El Khomri évidemment, mais qui instaure surtout la sécurité de l’emploi et de la formation. Ce projet, sous forme d’une proposition de loi, sera déposé par André Chassaigne à l’Assemblée nationale. L’idée de sécuriser l’attribution des ressources pose aussi la question d’un nouveau type de production des richesses. C’est d’ailleurs l’essentiel du sujet. Cela implique une autre fiscalité, une nouvelle Sécurité sociale et la responsabilisation des entreprises. C’est pour cela que nous défendons le principe révolutionnaire de la cotisation sociale, liée à l’entreprise où les salariés créent les richesses. Il faut aussi défendre un autre type de plein-emploi et se poser la question de la sécurisation de l’emploi, de la formation et procéder à des nationalisations avec des critères nouveaux de gestion.

D’autres au PCF, comme Bernard Friot, proposent un salaire universel...

Catherine Mills. Je partage sa critique fondamentale du revenu d’existence et sa défense de la cotisation sociale. Concernant le salaire à vie, je ne partage pas l’idée que le salaire soit aussi de l’investissement, de la politique familiale ou des retraites. La Sécurité sociale, c’est avant tout du «hors salaire» qui ne peut être confondu. On ne peut pas appeler tout et n’importe quoi, du salaire. La question est aussi, comment on dépasse le salariat, qui est un rapport de dépendance. C’est ce rapport qu’il faut abolir à terme.

Propos recueillis par Olivier Morin.
Catherine Mills, Directrice de la revue Économie et Politique, économiste du PCF

 

L’Humanité, 12 janvier 2017

 

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 08:22

"....Les gains promis par les nouvelles technologies sont gâchés. C’est cette contradiction entre la place du travail et celle du capital que les hommes doivent résoudre. Aujourd’hui, avec la révolution informationnelle encore plus qu’hier....."

 

Pierre IVORRA

Les effets de la révolution informationnelle

 

Le progrès technique a pour effet d’économiser le travail dans la production d’un bien ou d’un service. Avec la révolution informationnelle, ces gains de productivité sont considérables. On ne le mesure pas assez d’ailleurs car nous ne sommes qu’au tout début de cette mutation technique, mais aussi cognitive, sociale, culturelle, politique. Imprimantes 3D, voitures connectées, sans chauffeur, opérations chirurgicales à distance, interventions médicales au niveau cellulaire, plateformes Internet de locations entre particuliers, … Quasiment tous les domaines de notre vie commencent à être bouleversés. Des métiers, des activités sont appelés à disparaître, d’autres à muter, d’autres encore vont apparaître. De nouvelles formes de relations entre les hommes se font jour.

L’emploi est évidemment concerné au premier chef. Selon certaines études, la moitié des emplois seraient menacés, d’autres en limitent l’impact à seulement 15 % d’entre eux. Apparaît en plus le Mistigri de l’ubérisation du travail, le statut d’autoentrepreneur facilitant cette disparition apparente du salariat. Alors quel est notre avenir, allons-nous, dans notre grande masse, être refoulés vers un revenu universel à défaut d’un salaire, condamnés que nous serions à regarder travailler les autres, une minorité privilégiée, bénie des dieux jusqu’à la prochaine invention qui leur fera partager le lot commun et la misère universelle ?

Mais si le progrès technique permet de booster la productivité, il ne donne pas forcément un coup de fouet à la production et par ricochet à l’emploi : l’économie japonaise tourne au ralenti, l’européenne a du mal à redécoller, la Chine freine. Que se passe-t-il donc ? Pour produire, on oublie trop souvent qu’il faut utiliser un autre facteur que le travail : le capital. Et si notre cousine est muette et la croissance fatiguée, cela tient au fait que les gains de productivité sont accaparés par le capital. Il bouffe tout ! Ou presque.

Là est le problème. Cela d’autant que par rapport à la révolution industrielle, la révolution informationnelle place la connaissance, la qualité de l’intervention humaine au cœur des processus productifs. On ne peut pas innover, faire preuve de souplesse et de créativité en étant mal payé, mal formé, mal dans sa peau, en vivant dans un monde où 90 % de la population vit dans la peur d’être mis à l’écart. Les gains promis par les nouvelles technologies sont gâchés. C’est cette contradiction entre la place du travail et celle du capital que les hommes doivent résoudre. Aujourd’hui, avec la révolution informationnelle encore plus qu’hier

 

L'Humanité, Chronique du 11 janvier 2017

 

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 07:33

DE GOTHA(s) EN GOTHA(s) ?......

 

En 1891, seize ans après la lettre de Marx -approuvée et soutenue par Engels et d’autres- constituant la critique du programme de Gotha (1875), dont il est fait souvent mention sur ce blog (contenu et présentations), la social-démocratie allemande publiait dans sa presse une critique de la critique contenue dans la lettre de Marx.

 

Cette presse reprochait à Marx d’avoir été trop sévère et d’avoir voulu imposer trop en avance, en quelque sorte, une analyse qui n’était pas indispensable et inutile du fait qu’en avançant, les questions de fond se résolvaient en chemin.

 

Le programme de Gotha reprenait les analyses superficielles de Lassalle, tribun agité, très actif et très estimé pour la dénonciation des souffrances sociales, prenant le contre-pied des analyses de Marx qu'il avait un temps soutenu.

 

Dans sa critique et son attaque contre Marx, la social-démocratie de 1891 concluait ainsi : «Nous savons -et les derniers jours nous en ont fourni des témoignages indubitables venant de tous les cercles du Parti- que nos camarades sont unis dans la décision de rester ensemble, qu’ils ne se laisseront pas écarter par rien ni par personne de ce chemin sur lequel la social-démocratie allemande a remporté sa victoire triomphale. »

 

Lorsqu’on sait comment a sombré la social-démocratie européenne quelques années plus tard on peut douter des raisons de la satisfaction de ne pas avoir suivi Marx et Engels dans leur volonté de fournir des bases solides de l’analyse du réel, de la société capitaliste, non seulement pour « comprendre le monde, mais pour le changer ». J’ajouterai le changer en santé.

 

De la volonté et la tentative heureusement avortée d’adhésion directe au Front de Gauche permettant de contourner le PCF, à un programme de "L’avenir en commun" de "France insoumise" allant dans le même sens, et somme de mesures sans cohérence par rapport aux causes de la crise économique systémique dans la crise de civilisation, se manifeste l’ignorance des bases nécessaires à la transformation du réel et le rejet du débat militant et populaire indispensable pour faire en sorte que « les idées s’emparant des masses deviennent une force matérielle ».

 

Il y a dans cette "avancée" à reculons  inavouée la volonté d'un rassemblement sans le contenu suffisant qui permettrait la transformation sociale de sortie de crise et de construction d'un système répondant aux besoins humains dans notre période historique.

 

Depuis le début d'aggravation de la crise du capitalisme dans les années 1960 et son accélération dans les années 2000, tous les gouvernements se sont heurté à leur incapacité d'appliquer des remèdes efficaces à cette crise. C'est la raison première de l'usure du politique ressentie par la partie de la population qui est la victime principale de la crise.

 

C'est aussi la raison pour laquelle seule une mobilisation populaire sur des objectifs transformateurs opérationnels répondra aussi à la "crise du politique" qui fait les choux gras de commentateurs des "grands médias" stupides et sans horizon.

 

Perdre du temps à « former une base populaire et ouvrière solide idéologiquement » c’est en gagner.

 

Pierre Assante, 10 janvier 2017

 

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 08:18

LA RECHERCHE,

LE DEVELOPPEMENT,

LA COOPERATION,

Une "O.N.U." pour la coopération des peuples, pour leur développement conjoint.

 

Mettre des représentants autour d’une table de l’ONU pour négocier des cessez-le-feu pour aller vers une paix provisoire ne suffit pas.

 

La base des conflits provient des inégalités et des dominations qui les maintiennent et les aggravent.

 

L’idée grandit qu’autour de la table il faut parler de développement et de partage. En parler d’abord au local, au régional, au national, au niveau des zones mondiales de développement organisées ou en voie d’organisation et d’intégration autoritaire qu’il faudrait démocratiser (Europe, Chine, Amérique du Nord, Amérique Latine, Indes etc.…), entre zones de développement, et au niveau mondial. Le PNUD, hélas bien dépendant des dominations impérialistes et de leur logique stérilisante, est un embryon d'un tel projet.

 

Répondre aux besoins de production des biens nécessaires à la vie, et réduire les inégalités veut dire poursuivre le développement des plus développés et permettre aux moins développés d’obtenir la coopération des plus développés pour assurer le développement de tous.

 

La recherche est un élément essentiel du développement, c’est à partir d’elle que peuvent progresser les capacités de production des biens nécessaires à la vie, de leur qualité pour le développement de la personne, de l’être humain dans la nature qui est sa maison.

 

Certes, de grands progrès ont été faits en matière de coopération mondiale pour la recherche. Mais in fine, cette coopération se heurte à la guerre des intérêts entre monopoles mondiaux entre eux et entre monopoles mondiaux et besoins de développement humain. Le type d’échange Argent-Marchandise-Argent' plus, la crise de suracculation du capital qu’elle produit in fine, et l’austérité comme remède à cette crise sont le handicap majeur de toute conférence pour le développement et la paix.

 

Mais l’objectif, conjoint aux remèdes à la crise systémique reste bien une sorte d’ONU qui ne traite pas seulement des crises militaires du moment, mais de la coopération des peuples pour leur développement conjoint.

 

Le développement de la conscience humaine, en tant que conscience de la nature sur elle-même, est nécessaire à la poursuite du processus de l’humanité, de la personne humaine dans l’humanité

 

Certes, en disant ONU, il ne s’agit pas de prédéterminer à l’avance la forme des institutions du local au mondial capables d’assurer les négociations de développement.

 

Il s’agit seulement d’indiquer une direction vers des organismes de coopération pour le développement mondial, la recherche, et la paix. Mais pourquoi pas l’ONU élargie à ces questions, rassemblant et coordonnant les efforts de construction d’une société de partage, du local au global, dans le respect des multiples différences, cultures, états du moment et leurs mouvements permanents.

 

L’idée monte, alors que paradoxalement il se manifeste un certain désespoir face aux convulsions du monde, que la paix, le développement, et en premier lieu la sortie de crise économique et de civilisation dépend des capacités des humains de se mettre autour d’une table pour négocier sur toutes les questions dont la vie de l’humanité et les personnes dans cette humanité, dépend.

 

Il est clair, de plus en plus que la paix ne dépend pas que de l’ONU et que l’ONU ne dépend pas que de la paix, mais que la paix dépend du développement de tous les peuples et de leur coopération pacifique.

 

Les inégalités, les sous-développements, la domination des « plus développés » où le capitalisme est apparu en avance sur le reste du monde sont de moins en moins acceptés par les peuples et par les personnes.

 

Chacun se rend compte que le développement personnel dépend du développement des autres, peuples, nations, monde et toutes les entités qui les constituent, de l’entreprise privée ou publique au service public, de la production des biens comme de toutes les activités dont la vie humaine dépend.

 

La crise de l’énergie et son besoin de développement sain, le climat, le besoin de développement durable… poussent à une coopération de plus en plus incontournable. La mise en commun des efforts des êtres humains, dans la démocratie et le respect des différences est un besoin de plus en plus évident. Cela s’appelle aussi communisme, loin des communismes grossiers de l’utopie originelle et ses avatars  limités ou monstrueux.

 

Mes excuses pour les répétitions des mots « développement », « paix », « coopération », "diversité", etc. mais mieux vaut appeler les choses par leur appellation la plus simple correspondant à leur réalité et leur réalisation.

 

Pierre Assante, lundi 9 janvier 2017

 

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 17:13

QUELLE ISSUE DANS LE TRAVESTISSEMENT EFFRAYANT DES RESPONSABILITÉS ?

Sur le rôle essentiel des monopoles capitalistes mondiaux dans l’effondrement du monde.

 

Le vieux monde est en train de s’effondrer parce que la croissance de ses moyens de production est en contradiction totale avec l’organisation du mode d’échange Argent-Marchandise-Argent plus, en rapports dialectiques.

 

La tare originelle qui habite nôtre système économique mondial arrive au blocage de ce système. Ce blocage obère les capacités de croissance quantitative et surtout qualitative absolument nécessaire à la poursuite du processus humain, en tout cas pour un temps d’histoire essentiel qui est le nôtre.

 

Toutes les critiques, justes ou fausses que l’on puisse faire à des personnels politiques du haut en bas de l’échelle des responsabilités locales, nationales, de zone de développement mondial, et mondiale sont l’arbre malade qui cache la forêt malade : la critique d’un président, par exemple, ici ou dans le monde, qui ne met pas en cause des monopoles mondiaux capitalistes se cache volontairement ou pas derrière ce président ou ce gouvernement et ses convictions, ses débats de valeur propres, en santé ou pas, pour qu’on ne voie pas le rôle essentiel de ces monopoles dans l’effondrement du monde.

 

La société humaine, du clan et l’organisation de la chasse par le clan, en passant par l’Empire agricole antique, ses structures et superstructures en osmose, en unité, et la mondialisation de son commerce antique, jusqu’à notre mondialisation, le CMMIN (Capitalisme Monopoliste Mondialisé Numériquement Informationnalisé), repose sur une règle du jeu en mouvement que l’état des forces productives et le rapport de force -idéologique et physique en unité- entre ses acteurs dominants ont établi.

 

Ce rapport de force est fluctuant en fonction de la croissance relative des acteurs les uns par rapports aux autres de même que l’état de guerre correspondant. En période de crise qui remet en cause le mode de production et d’échange, tous les acteurs, de la base au somment, de la personne, du quidam à l’Etat et au monde dans leur hiérarchie mortifère, tous rejettent une règle du jeu qui ne correspond plus à rien. C’est la guerre entre individu comme entre monopoles, ses deniers en étant le moteur imbibant toute la société, avec les ententes de circonstance derrière des affrontements massifs réels, physiques et idéologiques, objectifs et subjectifs dans leur unité et leur diversité. Affrontements monétaires par exemple dont les velléités de sortie et la sortie actuelle d’entités des grands ensembles politiques et économiques sont un exemple de résolution à l’envers, mais aussi militaires qui ensanglantent de Moyen Orient et le monde avec le risque d’un embrasement total.

 

On comprend que dans un monde où règne une puissance nucléaire dominante et des forces armées dominantes et une puissance financière dominante possédant un pouvoir de blocage et de destruction physique et institutionnel des mouvements progressistes dans le monde, l’écroulement de la règle du jeu et l’effondrement physique du monde sont totalement imbriqués, comme est imbriqué l’ensemble de l’activité économique et ses conséquences sur l’ensemble des activités humaines dans leurs diversités et leurs multiplicités.

 

On en a marre de ces commentateurs qui critiquent la couleur du séjour sans montrer que la maison s’écroule. Développer une conscience individuelle et collective des moyens de poursuivre le processus humain dans une croissance qui dépend de sa qualité, dépend aussi dramatiquement des capacités d’apprentissage de l’état réel du monde et non de morceaux du monde sans cohérence entre eux.

 

Cet apprentissage fait cruellement et dangereusement défaut, dans une société dont les institutions y compris d’éducation et de formation à la vie et au travail producteur des biens nécessaires ont été dénaturées, ne correspond plus à l’exposé des besoins réels mais est dépendant d’un rapport de force entre monopoles et de l’organisation de cette vie et de ce travail producteur par eux.

 

Il dépend donc des groupement humains opposés au système et agissant pour sa transformation avec des objectifs définis à expérimenter, d’initier un autre contenu, un contenu sain et cohérent de l’apprentissage et d’en faire la diffusion dans toutes les entités multiples et diverses constituant l’ensemble humain, non sous la forme d’une contre société mode FARC -Biens qu'elles aient joué un rôle historique-, mais d’une évolution progressive et radicale de l’ensemble d’un système humain, en commençant par l’évolution du type de moyens d’échange, le système monétaire et financier, ses institutions locales et mondiales.

 

Apprentissage et action pour transformer le monde malade et monde en santé non seulement vont de pair mais vont en unité de temps et d’espace, avec des sauts certes, mais une nécessaire et indispensable continuité de construction.

 

Comme toute évolution historique, la capacité de mobilisation des populations dans un objectif défini à expérimenter est incontournable. C’est bien là le problème dans un monde de forces politiques et syndicales alternatives cantonnées à l’action locale et nationales nécessaires mais insuffisantes au moment où les forces dominantes possèdent une force de frappe militaire, politique et financière mondialisée (le dollar, le FMI, la FED, la BCE et une Commission Européenne soumise au capital par déficience de lutte au niveau idéologique et géographique nécessaire, le G7 etc.) capable d’attaquer les révoltes locales une par une.

 

Le nationalisme, le populisme de droite est ainsi le meilleur atout que possèdent les monopoles mondiaux dans leur domination de l’humanité.

Mais le populisme de gauche est encore plus insidieux car il désarme la lutte pour une transformation progressive et radicale et en santé des règles obsolètes d’un échange qui bloque de plus en plus la société.

 

J’hésite à fournir des exemples en Europe et dans le monde, car à partit d’un exemple on peut comprendre un ensemble, ou au contraire faire de cet exemple un cas unique de la situation générale.

 

Mais je peux quand même citer la Grèce où en une seule décision du ministre allemand des finances représentant de fait si ce n’est d’institution les règles des monopoles capitalistes, les moyens d’échange, la monnaie étaient menacés de tarissement à la source, ou le Venezuela où les progrès sociaux ont été remis en cause par l’usage monopoliste politique du marché général par le marché du pétrole et de la puissance du dollar.

 

Ces deux exemples doivent être mis en relation avec la multiplicité des situations dans le monde où les règles du CMMNI ont emprise totale, y compris où ont lieu des révoltes de gladiateurs et d’esclaves moderne, vendeurs de leur force de travail contre des moyens de vie en diminution quantitative et qualitative relative par rapport au développement incontournable des besoins.

 

Dans la mise en œuvre, par un mouvement politique de masse, une construction hégémonique de l’inconscience à la conscience du processus social, l’imposant aux forces dominantes, d’une transformation progressive et radicale du système financier -de la création monétaire et le crédit- et de son rôle, transition à une transformation du mode de production et d’échange, je partage les propositions de la Commission Economique du PCF -ComEco- exposées dans la revue Economie & Politique, minoritaires mais opérationnelles, remèdes à la crise systémique de suraccumulation du capital dans la crise de civilisation en rapports dialectiques..

 

Pierre Assante, 8 janvier 2017

 

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 16:35

LA SUPERPOSITION DE SINUSOÏDES DONNE UNE GRANDE VAGUE,

DANS L’HISTOIRE COMME EN PHYSIQUE

 

J’ai beau chercher, je ne trouve rien dans ce que je connais de l’histoire qui puisse ressembler, historiquement, et avec la distance de l’évolution de l’humanité en « spirale », à notre période actuelle.

 

Il me semble que cette période tient à la fois de la chute de l’Empire romain, de la Féodalité et de la Renaissance.

 

De la chute de l’Empire parce qu’arrivé à un point de développement des forces productives dont la force de travail dépendait en grande partie du système esclavagiste et de la petite paysannerie libre, dans un système centralisé, le prélèvement structurel excessif des richesses sur le travail conduit à un non renouvellement élargi des forces productives, hommes et leurs savoirs et leurs besoins, et moyens de production, ensemble, en unité.

Salvien au Vème siècle a très bien décrit cela pour l’Empire.

 

De la féodalité, d'une "féodalité" mondialisée,  par la dispersion des pouvoirs dans les monopoles mondiaux et leur système économique, ce CMMNI, capitalisme arrivé à paroxysme et à obsolescence.

 

De la Renaissance, par une nouvelle révolution scientifique et technique d’une ampleur inégalée, par la taille et la rapidité avec comme corollaire, toujours, le besoin d’expansion, de destruction des civilisations dans le monde pour en faire une à ses besoins d’accumulation de capital et parvenir à cette expansion sauf que cette expansion se heurte à un monde déjà occupé partout et partagé féodalement et dont le repartage a du mal a trouver une solution militaire généralisée comme en 1914 par exemple, du fait de la puissance autodestructrices des techniques militaires, du nucléaire, malgré la puissance de domination de l’impérialisme le plus puissant.

 

Que peut-il sortir de ces nouvelles conditions : une société brisant les dominations de classe, dont la révolution d'Octobre ont été des prémisses avortées que l'on croit à tort sans lendemains possibles.

 

La sinusoïde qu’on peut construire en représentant les évolutions-mouvements de longue durée de la société humaine de classe semble être aujourd'hui composée de la superposition de trois sinusoïdes en résonance, celle des Empires centralisés, celle des Féodalités des puissances économiques dispersées, aujourd'hui les monopoles mondiaux, celle des Révolutions techniques de Renaissance, le tout réclamant une démocratisation généralisée de la personne, de l’homme producteur du XXIème siècle dans cette société ultra qualifiée qui se meurt de la participation restreintes des élites : tous les ingrédients d’une révolution.

 

Chacun sait que la superposition de trois sinusoïdes donne une vague géante.

 

Comme diraient nos vieux révolutionnaires, « la liberté ou la mort ». Choisissons la liberté, la liberté d’agir, d’être, socialement, pas l’incohérence.

 

Pierre Assante, 8 janvier 2017

 

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche