Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2019 7 05 /05 /mai /2019 07:31

Article Edité sur ce blog une première fois le 12/07/2016

 

ESSENTIEL : Paul BOCCARA."La révolution informationnelle, ses ambivalences, ses antagonismes, ses potentialités".

Mon commentaire ci-dessous et l'article de Paul Boccara en ligne (lien à la fin de ce commentaire après l'extrait)

 

 

Ce texte peut constituer une suite logique, dialectique au Chapitre sur "la grande industrie" du livre I du Capital de Marx, ainsi que de "Impérialisme, stade suprême du capitalisme" de Vladimir Oulianov.

C'est à dire une description d'un processus humain, jusqu'à aujourd'hui et les possibles qui s'ouvrent pour une "Nouvelle civilisation" répondant à la crise actuelle, la crise économique, la crise de l'activité de la personne qu'analyse l'ergologie recherche pluridisciplinaire(1), et la crise de civilisation actuelle.

Il ne s'agit pas que de « l'humain d'abord » en tant que description d'une crise morale résultant de la négation de la personne. Il s'agit des causes de la négation de la personne et de ses effets.

Les causes de la négation de la personne sont bien reliées aux conditions matérielles de vie de la personne dans un système concret, le capitalisme monopoliste mondialisé et informationnellement numérisé, et la crise morale est bien liée et partie intégrante de ces conditions matérielles.

Dans le même temps, les nouveaux possibles économiques, systémiques, ouvrent aussi les possibilités d’une révolution philosophique dans laquelle la conscience humaine en progrès « exponentiel » peut rendre profondément naturel son rapport à la nature, aux autres humains. Mais là n’est pas le but premier de cet article, à mon sens. Sur la question d’une autre civilisation et de la conscience humaine collective, lire « Pour une nouvelle civilisation », autre texte de Paul Boccara présenté dans ce blog.

Les travaux sur le capitalisme monopoliste d’Etat social, ont constitué une étape dans l’étude du processus qui nous mène à la crise systémique d'aujourd’hui, ses solutions possibles par hypothèse, et la poursuite possible du processus humain sous des formes encore inimaginables pour la plupart d’entre nous, dans un passé relativement récent.

Pierre Assante, 10 juillet 2016

(1) Voir les travaux d'Yves Schwartz sur ce blog

.

Cet article se trouve dans le N° de mai-juin de la revue ECONOMIE & POLITIQUE, présentée dans ce blog aussi.

.

UN EXTRAIT :

.

« On peut considérer que la montée de la prédominance des partages des résultats et des coûts informationnels entraîne, désormais, la possibilité d’autres règles que celles du marché et du capitalisme.

Cependant, nous l’avons vu, sous les pressions spéculatives, idéologiques et politiques des capitaux financiers transnationalisés, la prédominance des informations et de leurs partages a été récupérée, avec la mondialisation capitaliste, par les privatisations et l’expansion formidable des groupes monopolistes multinationaux. En effet, ces derniers peuvent partager les coûts de recherche-développement à l’échelle mondiale, et cela bien davantage que ne le pourrait une entreprise publique nationale. Ils utilisent le marché financier pour les prises de contrôle, le financement et aussi la valorisation des actifs informationnels ou immatériels. Ils visent en outre le contrôle des marchés et la protection de leurs surprofits.

Le partage des coûts informationnels cherche à réduire les coûts dans de grands ensembles privatifs monopolistiques. Mais ceux-ci rivalisent entre eux, jusqu’à chercher à se détruire. Ils mettent en concurrence les salariés du monde entier en détruisant des emplois, et en refoulant les exigences nouvelles de formation, pour la rentabilité financière des capitaux. D’où l’ambivalence et les antagonismes entre le développement des potentiels de dépassement effectif et, au contraire, l’exaspération des contradictions et des rentes du système existant mondialisé…… »…..

 

..........SUITE ICI : ​http://www.economie-politique.org/89986

 

*******

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

 

Partager cet article

Repost0
3 mai 2019 5 03 /05 /mai /2019 07:49

PARENTÉ.

 

Les humains qui ont inventé l’usage humain du feu, ceux qui ont pratiqué les premiers l’agriculture, qui sont intervenu dans la transformation de la nature pour subvenir à leurs besoins au lieu de l’utiliser telle qu’elle se présentait à eux, ceux qui se sont regroupés dans les premières cité et leurs lois, ceux qui sont partis à la conquêtes de ce que les autres avaient déjà construits, tous ces hommes sont divers et pourtant ont la parenté de l’humain et leur histoire, le processus général de leur histoire est parent.

Les hommes des divers temps ne sont pas les mêmes, ils ont changé et pourtant c’est la même espèce et dans son mouvement l’héritage est là. Et jusqu’où, jusqu’à quand, jusqu’à quoi cet héritage peut être dépassé en nouvelle qualité de l’espèce, où l’espèce être dépassée par son héritage et détruite par son héritage ?

La prise et la destruction de Troie par la Grèce et non par les grecs, c’est-à-dire par ce à quoi les rois et peuples de la Grèce étaient parvenus dans le mouvement du croissant fertile vers le couchant, cette prise et destruction ne se retrouve-t-elle pas dans la première guerre mondiale et l’affrontement des bourgeoisies nationales et des marché nationaux et de l’usage des producteurs dominés par les possédants dominants pour perpétrer les destructions par la domination ?

Après la tentative locale de la Commune de Paris battue et réprimée sauvagement -10.000 à 20.000 fusillés sans jugement- et ses avatars divers, tentatives isolées d’un communisme moderne, héritier d’un communisme primitif et d’un communisme religieux du moyen Age et ses suites dans le dépassement de La Réforme, telle la guerre des paysans allemands münzeriens, les producteurs dominés trouvent dans la période précédant la Guerre de 14 un moment de rassemblement solidaire : sous la représentance de Jaurès, successeur et accomplisseur et amélioreur de Lassalle en Allemagne, ils construisent un compromis historique limité et limitant, contournant les répressions, dans la création de la social-démocratie. Ce compromis historique vole en éclat dans le massacre généralisé de 1914-1948 et la guerre et la destruction de Troie se poursuit de plus belle, dans les colonies et autres dominations. La plus importante domination et aussi la plus subtile étant le travail « libre » de l’achat-vente de la force de travail, dont l’apparence semble claire, mais la représentation pour les vendeurs de leur force de travail est une énigme  acceptée, comme l’existence de Dieu ou la non existence de Dieu, comme des hiéroglyphes non encore déchiffrés. Le compromis historique vole en éclat et laisse un temps la place à une militarisation du mouvement ouvrier « oriental » et ses effets dans le monde, son échec malgré des succès potentiels et un retour illusoire et trompeur et à la social-démocratie qui imbibera le « communisme occidental » dans son action sur les marges d’un compromis progressiste.

Le compromis historique social-démocrate vit ses dernières heures dans l’abolition des marges du compromis que la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital, la crise structurelle du capitalisme induit. Et par l’Uberisation de la vente-achat de la force de travail conjointe de cette crise structurelle dans laquelle le capital dissout tout en rigidifiant ses propres lois de fonctionnement.  C’est un non-encore-conscient qui peut devenir conscient ou ne jamais le devenir, ce qui serait ou sera un arrêté implicite d'autorité d’autodestruction humaine. Les producteurs dominés des biens nécessaires à la vie humaine étant les rassembleurs possibles d’un mouvement social d’abolition de la domination de l’achat-vente de la force de travail. L’automatisation de l’exploitation capitaliste repose encore sur la plus-value de main-d’œuvre stricto sensu existant fortement dans le monde et qui fournit l’accumulation primitive de capital de l’automatisation, comme l’agriculture a fourni celui de l’industrialisation mécanique.

Guerre de Troie et Guerre de 14 ont une parenté pour moi évidente. C’est plus que « la trace » chère à Ernst Bloch, c’est une emprise de très longue durée. Hiroshima et Nagasaki sont de cette durée. Mais dans cette durée il y a aussi Stalingrad contre Hitler, La Libération et la Sécurité Sociale. Forces contradictoires dans le mouvement de transformation qualitative aboutissante ou pas.

Si le mouvement ouvrier « présidé » par des représentants et inventeurs géniaux tels que Marx et Engels dont les successeurs ne trouveront pas jusqu’à présent les conditions de leurs inventions, si ce mouvement initie autre chose que la guerre de Troie, cette initiation hérite aussi de la Guerre de Troie.

Au moment où la crise d’accumulation-dévalorisation du capital qui est la dernière forme et la plus monumentale des crises de l’humanité, accumulation privée issue de la vente-achat privée, « libre », de la force de travail, cette crise est au bord de la destruction de l’humanité par la destruction de son milieu naturel, déjà instable par lui-même, et de son milieu social, conjointement.

Cette vision de la parenté entre destruction de Troie et Guerre de 14 doit nous ramener à une vision de haut de notre processus, de l’intervention humaine de l’enrichissement des entités par le pillage d’autres entités, avec la retombée des miettes du pillage sur les dominés et l’allégeance des dominés obtenue.

Maîtriser et transformer « le pouvoir de l’argent », de l’accumulation des richesses et des institutions qui l’organisent pour les dominants ce n’est qu’un moment d’une transformation possible en santé dépassant la Guerre de Troie. Le moment essentiel étant le lien entre la transformation des conditions matérielles de vie avec un autre usage possible de l’accumulation et des techniques nouvelles d’accumulation et une bifurcation hors de la guerre de Troie.

La bifurcation en santé c’est l’usage en santé du temps libre que peut nous fournir la productivité et son usage lui aussi en santé. La sécurité d’emploi et de formation est au cœur de la résolution de la crise de croissance de la société humaine, comparable à toute crise de croissance de toute entité vivante. La sécurité de d’emploi et de formation c’est aussi l’organisation ergologique du travail, la cohérence et la coopération de la personne dans l’entité de production et d’échange, dans la production et l’échange global, mondialisé numérisé en santé. Elle est au cœur parce qu’elle propose un droit du producteur des biens nécessaires à la vie humaine, d’user massivement et par tous du temps de création, comme Galilée en usait, libéré dans sa vie des tâches paysannes, artisanes ou nouvellement ouvrières qui lui fournissaient, par l’intermédiaire de ses maîtres, le temps nécessaire à sa création. Ce temps libre de création peut être généralisé par l’usage en santé et par le partage dans les nouvelles possibilités d’usage de la nouvelle productivité. Lénine voulait la NEP, nouvelle politique économique. La NP, la nouvelle productivité en santé, c’est la transformation en santé du mode de production et d’échange, la poursuite possible du processus humain en santé. L'humain est une création de l'homme -l’homme générique, les femmes et les hommes en tant qu’espèce en mouvement de transformation permanente- par lui-même, aujourd'hui  entravée par un mode de production et d'échange A-M-A' (Argent-Marchandise-Argent plus) devenu obsolète dont le dépassement est possible. Il dépend de l'homme de poursuivre la création de l'homme.

Pierre Assante. Vendredi 3 mai 2019.

 

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

 

Partager cet article

Repost0
2 mai 2019 4 02 /05 /mai /2019 21:04
F. ROUSSEL et I. BROSSAT au centre de la photo

 

ELECTIONS du Parlement de l'U.E.,

LES MUNICIPALES,

CRIS D'ALERTE,

L’HUMANITÉ, L’ÊTRE HUMAIN EN DANGER.

LE CAPITAL, CE QU’IL EST,  ET LES SOLUTIONS

POSSIBLES.

LES "ÉCOLES ÉLÉMENTAIRES"

 

Nous avons pu entendre à « La Grande Librairie » les cris d’alerte de Fred Vargas, célèbre écrivaine de polar, entre autre.

Je n’entre pas dans la critique de sa vision et de son intervention, mais lorsqu’elle déclare l’humanité et les personnes humaines, leurs familles, leurs multiples et diverses entités en danger, on ne peut qu’être réceptifs.

C’est bien d’aller jusqu’à la responsabilité des lobbys, des groupes financiers multinationaux, et des pouvoirs qui leur sont soumis, mais il faut appeler un chat un chat. C’est du CAPITAL dont il est question.

Lorsque nos dix Euros mis de côté à la Caisse d’Epargne pour assurer nos fins de mois en cas de besoin vont se placer au taux de profit le plus élevé, c’est un effet du système économique et social dans lequel nous vivons. Evidemment, s’ils vont se placer au taux de profit le plus élevé en compagnie des capitaux immenses de la finance mondiale, ils ne peuvent pas aller vers la satisfaction de besoins qui ne sont pas rentables pour le capital : école, santé, recherche fondamentale pour l’énergie, l’écologie, etc., tant de domaines pour donner les moyens à la santé de la société nécessaire à sa survie. Un exemple : Les élus communistes et le Pcf en tant que parti siégeant dans les assemblées sont les seuls à avoir lancée l’idée d’user de l’article 123.2 permettant de créer des Fonds publics alimentés par la création monétaire de la BCE pour investir en échappant au taux de profit dans les champs « non rentables » indispensable à la vie de la société. le Pcf en tant que parti siégeant dans les assemblées est le seul qui se soit prononcé dans les référendums non contre la coopération européenne et de l’Europe dans le monde, mais contre les traités, Maastricht en 1992 et Traité Institutionnel Européen en 2005 instituant le principe libéral de « la concurrence libre et non faussée » et un fédéralisme libéral autoritaire et non une Union de Nations Européenne avec des institutions européennes démocratiques.

L’Union Européenne a besoin d’unité, de solidarité, de coopération interne et externe et non de concurrence libre et non faussée contre laquelle nous avons voté, pour être à même de participer à une coopération mondiale, et a aussi besoin de structures, sans doute confédérales  assurant son fonctionnement en santé et celui des peuples et des nations qui la composent. Notre campagne des européennes est très belle et enthousiasmante, et sa conduite par Ian Brossat et les autres candidats  magnifique, quels que seront les résultats immédiats. Sans oublier le rôle de Fabien Roussel et la direction du PCF, sans culte de la personnalité mais en soutenant leurs efforts, en nous soutenant nous-même, les salariés, la population dans leurs aspirations et les solutions à leurs aspirations, leurs vies, à « la beauté des choses », en mouvement ascendant et non en recul actuel.

La campagne doit se situer dans un contexte général dont la suite est les élections municipales, l’élection de conseillers communistes dans un contexte le plus unitaire possible. De conseillers et maires qui seront les porteurs de la critique du système et des solutions locales et globales du mieux vivre, de l’emploi jusqu’aux transports, au logement etc…

La campagne des élections du parlement de l’Union Européenne doit continuer à se situer aussi dans une accélération de la prise de conscience du rôle du capital dans la mise en mauvaise santé de l’humanité et des périls qui la menacent. La meilleure façon de répondre à ce besoin est d’organiser dans le parti qui se veut répondre au besoin de santé et aux menaces qui pèsent, l’explication économique marxiste, relever partout ce que nous appelions nos écoles élémentaires. C’est un besoin pour les communistes qui répond au besoin de toute la société. Il y a peu de candidats, en fait il n’y en en pas sinon les candidats communistes pour expliquer, avec les économistes communistes, ce qu’est la Banque Centrale Européenne par exemple, son rôle et comment le transformer pour qu’il réponde aux besoins de financement des besoins sociaux dont le manque motive les protestations grandissantes de toutes sorte. Et ce ne sont pas les syndicats et la CGT en particulier comme le martèlent les médias, qui sont responsables de la politique de Macron et du capital. C'est le CAPITAL qui est responsable de sa propre politique. Il faut rendre à César ce qui est à César, ce qui n’empêche de progresser dans les explications de fond pour aider le mouvement social à trouver une issue politique et pourquoi pas philosophique à la maladie de la société.

On ne peut pas mettre au second plan une préoccupation majeure, celle de l’explication de ce qu’est le capital et les solutions à mettre en œuvre,  sous prétexte que c’est difficile à réaliser. D’autant que cette difficulté, c’est la volonté d’agir et d’expliquer, du petit comité jusque dans l’action de masse des victimes du système, qui la résoudra. Je crois.

Pierre Assante. Jeudi 2 mai 2019.

*******

VOIR AUSSI

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
1 mai 2019 3 01 /05 /mai /2019 08:29
_______Affiche anonyme. 1936.

 

UN 1ER MAI ET DES MOBILISATIONS QUI FLEURISSENT

Mardi, 30 Avril, 2019

« L’Humanité »

Clotilde Mathieu, Kareen Janselme

 

Syndicats, gilets jaunes, défenseurs du climat, partis politiques, citoyens vont s’échauffer partout en France, ce mercredi, avant deux mois de manifestations non-stop.

Pas d’apaisement du climat social en vue. Après le galop d’essai plutôt réussi de plusieurs organisations syndicales CGT et de gilets jaunes samedi dernier à Paris, les défilés du 1er Mai s’annoncent comme le premier rendez-vous national de mobilisation post-conférence de presse du président de la République. Ils devraient inaugurer une nouvelle phase de la contestation sociale, celle de la riposte à ce qui est perçu comme un pseudo-ripolinage de la politique Macron. L’agenda social, déjà chargé en rendez-vous avant la prise de parole du chef de l’État jeudi dernier, ne devrait pas s’alléger, au contraire. De nouvelles dates pourraient même enrichir le programme, tant il est vrai qu’à la colère intacte des gilets jaunes, s’ajoutent désormais la déception et l’amertume à l’égard des conclusions du grand débat national.

« Il n’y a rien » dans les annonces de Macron, selon la CGT

Les mesures esquissées par Emmanuel Macron n’ont suscité aucun élan de confiance retrouvée dans le pays. Selon un sondage réalisé par Harris Interactive, seulement 7 % des Français ont trouvé le chef de l’État très convaincant, et 30 % plutôt convaincant. À l’opposé, 38 % des sondés se sont déclarés plutôt pas convaincus, et 25 % pas du tout convaincus, soit une large majorité de 63 %. « Il n’y a rien » dans les annonces de l’hôte de l’Élysée, a résumé le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, au lendemain de sa conférence de presse. Emmanuel Macron « a confirmé les orientations mises en œuvre depuis le début du quinquennat », a noté de son côté Force ouvrière, en regrettant le maintien de réformes « contestées » comme celles des retraites et de la fonction publique, qui donneront lieu à d’autres journées d’action.

Pour ce 1er mai 2019, au-delà des appels des organisations syndicales et de certaines formations politiques de gauche, circulent ceux de nombreux groupes de gilets jaunes sur les réseaux sociaux. Depuis quelques semaines, les manifestants ont décidé d’élargir leur agenda et de cocher, en plus des mobilisations du samedi, la date du 1er Mai comme rendez-vous de lutte à saisir contre le cap inchangé ou presque du pouvoir......

......SUITE SUR CE LIEN :

https://www.humanite.fr/agenda-social-un-1er-mai-et-des-mobilisations-qui-fleurissent-671617

 

*******

VOIR AUSSI

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

 

Partager cet article

Repost0
1 mai 2019 3 01 /05 /mai /2019 06:01

 

 

LE « NON-ENCORE-CONSCIENT ».

Expression due à Ernst Bloch, dans « Le principe Espérance ».

1. Découverte. 2. Formation. 3. Constat de blocage et besoin de déblocage.

4. Transmission, Extinction, Trace, Naissance, Renaissance.

 

1. DÉCOUVERTE.

Développer dans un système malade obsolète, les qualités d’un système en santé à venir

Il ne s’agit seulement pas de la découverte en pointe avancée dans la société humaine par une personne et une mouvance qui le permet, mais de la maturation du cerveau de tout un chacun qui met sur la piste puis sur la révélation d’une vérité, micro et-ou macro, et à la mesure des capacités de l’espèce humaine et de la personne. Avec l’infinie diversité de la construction cérébrale de chaque individu, et la multiplicité des capacités de chacun dans son rapport social, son rapport avec la société pour vivre.

Ernst Bloch décrit magistralement cette maturation et cette révélation dans son «Le Principe Espérance ». Et sa description est une découverte de Bloch lui-même, avancée et personnelle, dans le mouvement philosophique marxiste allemand, et le mouvement philosophique mondial.

Une avancée majeure est constituée par la naissance de la mouvance marxiste au XIXème siècle dans la conscience du processus inconscient que constituent les transformations des forces productives, leurs sauts qualitatifs et les sauts qualitatifs de l’organisation sociale. La maturation de la pensée de Marx qui de la « philosophie du devenir » au « vol de bois », en arrive  jusqu’à la conscience du mouvement du capital, de la marchandise y compris la marchandise force de travail, de leur circulation dans la société humaine, ses besoins et  les contradictions antagoniques de ce mode de circulation avec les besoins ; quelle révélation !

Quelle révélation son « Introduction à la critique de l’économie politique » de 1859, puis son développement dans « Das Kapital ». Et aujourd’hui son développement par les économistes d’Economie et Politique et de la ComEco et leur mouvance au-delà de la forme partisane, mais aussi grâce à la forme partisane à dépasser dans les temps à venir ; objectif à préparer mais pas immédiat, besoin est encore d’une organisation humaine « interprète conscient du processus inconscient » de la société capitaliste.

Il me semble qu’après extinction, étouffement (relatifs) de la conscience marxiste dans le développement de l’économie et l’idéologie ultralibérale dominante, puis sa trace continue, sa renaissance s’annonce à travers la conscience croissante de ce qu’est la dictature du taux de profit et les remèdes à cette dictature.

Sans entrer dans les détails du discours et du sous-bassement du discours que constituent les recherches économiques marxistes, je crois que cette campagne avec en tête de liste Ian Brossat, et tous ceux qui la composent et le mouvement populaire qui la porte, témoigne de cette renaissance et de l’espoir qu’elle accouche. Quels que seront les résultats électoraux.

Que ceux qui continuent de porter l’accent sur les drames humains issus de la lutte des classes en les attribuant principalement aux dominés, comme l’ont fait toutes les réactions historiques au long de l’histoire de la société marchande, perdent leurs illusions ! Le sens de l’histoire va vers la démocratie du producteur qui donne une dimension universelle à la démocratie du citoyen. La version bourgeoise de la démocratie limitée, certes un progrès humain, trouve sa complétude dans la version du salariat et de la sortie du salariat et une organisation du travail et de l’activité libérée de la vente-achat de la force de travail. C’est paradoxalement le développement de la productivité capitaliste qui donne les moyens d’échapper au travail contraint salarié sous ses formes anciennes ou nouvelles, au profit de la libre activité et de la coopération et de la cohérence humaine pour répondre au développement et la complexification des besoins humains.

Certes la découverte générale et élargie de la dictature du taux de profit ne répond pas à « que faire dans une société libérée du taux de profit, quels choix individuels et collectifs, comment se pose la question de l’activité et de son efficacité en santé pour la personne ? » C’est ce que pose alors l’ergologie marxiste, qui comme l’économie marxiste, conjointement et en unité nécessaire, met dès à présent la société en capacité de développer dans un système obsolète, les qualités d’un système en santé à venir.

Pierre Assante. 25 avril 2019.

2. « FORMATION ».

Le droit effectif à la sécurité d’emploi et de formation est la clef du développement humain de ce siècle. C’est le processus qui peut mener à l’abolition-dépassement de la vente-achat de la force de travail, de ses contraintes matérielles et morales et à l’usage en santé de la productivité. La sécurité d’emploi et de formation est la clef d’une progression intensive, extensive et en même temps condensée en volume « matériel et moral » de la productivité et de ses outils « physiques et psychiques » et de son usage en santé ; et la condition du développement de l’activité libre, non contrainte, de la non-séparation, de l’harmonie de la science et de la conscience, de leur unité.

Il n’y a aucun risque d’usage « abusif » de cette sécurité dans la mesure où la formation est une formation dans laquelle formation technique et formation mentale ne subit pas de séparation. La séparation technique/mentale-psychique ne peut exister, irait à l’encontre de la formation biologique, culturelle et civilisationnelle de l’humanité, c’est une hypothèse sans fondement, une absurdité. Platon et sa description de la fabrication d’un lit par un artisan de l’antiquité l’explique la non-existence d’une activité humaine physique sans activité psychique. L’ergologie étudie et développe cette connaissance et cette expérience dans un but pratique de développement de l’activité, et un développement en santé. Mais la tendance actuelle à les dissocier par une formation « mécanique », oui ça existe et c’est d’ailleurs le corollaire de la maladie de l’accumulation-dévalorisation du capital comme de l’accumulation-dévalorisation de l’accumulation  des savoirs, de l’activité psychique comme de l’activité économique.

Les marges d’usage abusif d’une sécurité, l’usage d’un droit pour « ne rien faire d’utile à la société » donc à soi-même ne peuvent être une préoccupation sérieuse. La préoccupation sérieuse d’une formation qui ne développe pas cet abus est une formation qui s’oppose à la tendance à la séparation de la formation d’avec l’activité. L’aller-retour entre l’apprentissage et l’activité vont de pair. Evidemment l’apprentissage au sens large et noble, pas au sens limité et utilitariste de la bourgeoisie. L’apprentissage au sens noble c’est le contraire de la séparation entre activité physique et activité mentale-psychique. D’ailleurs l’apprentissage c’est de l’activité comme l’activité c’est le corps, le corps-soi dans la société. « Le corps-soi dans la société » est une tautologie. Cette non-séparation doit être une préoccupation majeure et permanente. Loin de l’orientation libérale « macrono-blanqueriste », qui, elle, conduit à l’usage abusif que le capital autorise à ses conducteurs idéologiques et physiques, objectifs et subjectifs. Usage abusif pour le dominant et conséquences imposées à ses dominés, et dont les immenses inégalités sociales sont l’illustration pratique. Que les conceptions macronistes d’hier soir sont loin de la résolution pratique de la crise de société ! Qu’elles sont loin des besoins humains incessant et de leur complexification incontournable en santé ; qu’elles sont illustratives de l’évidence du conservatisme et de la réaction au progrès humain, tout en voulant se donner la couleur de la modernité, d’une mondialisation et d’une numérisation « à la page » ; qu'elles sont conjointes aux contradictions du capitalisme monopoliste mondialisé numériquement informationnalisé globalement financiarisé (C.M.M.N.I.g.F) !

Le progrès humain c’est la complexification en santé jusqu’au rejoindre sans cesse des « stades supérieurs » de développement dans l’univers en surmontant chaque fois les contradictions de ces stades et en travaillant à l’élimination-dépassement des antagonismes.

L’humanité, son processus non-linéaire et aléatoire, sans « garantie » du « tout » ni fatalité du « rien », entre dans une phase du « non-encore conscient » vers le « conscient » relatif mais synthétique. « Non-encore conscient », expression d’Ernst Bloch. Ce qui pourrait constituer son adolescence dans laquelle elle est ses propres parents.

Le droit effectif à la sécurité d’emploi et de formation, clef du développement humain de ce siècle est un droit créateur de conscience et de productivité en santé pour répondre au besoin d’en avant, de « non-rapidité sans régulation », de qualité et de « moins mais mieux », c’est-à-dire de plus de développement quantitatif de la production-condensée nécessaire à la vie humaine.

Pierrot, 26 avril 2019.

3. CONSTAT DE BLOCAGE ET BESOIN DE DÉBLOCAGE

Ciel ce sont des machines/ Des machines divines/ Qu’on décore à cette heure/ Le grand ordinateur. Guy Béart

La résistance du capital aux transformations nécessaires au processus humain a créé une société bloquée ; résistance à l’aide des moyens les plus divers et les plus puissants qu’il a créés, que les hommes ont créés avec lui et pour lui. Nous vivons un despotisme fonctionnel, c’est-à-dire qui a organisé des moyens limités de survie humaine limitée, perdant aujourd’hui toute fonctionnalité dans sa crise de longue durée (1). C’est une confiscation du génie humain, de l’activité des hommes et des peuples dans tous les domaines.

Nous n’en sommes plus ni à la "guerre de tranchée idéologique et de classe" de Gramsci, ni à la "prise du Palais d’Hiver" de Lénine.

Dans cette société bloquée, nous ne vivons pas pour l’instant une révolution sociale mais des convulsions sociales.

Pourtant, nous avons raison de dire que nous vivons une crise du système, une crise systémique de suraccumulation-dévalorisation du capital, propre au système capitaliste, et la dictature du taux de profit qu’il entraîne, d’où est issu, qui va de pair, avec le blocage. C’est un blocage du développement des besoins humains et de leur complexification progressive, de leurs satisfactions qualitatives. Besoins techniques, institutionnels, philosophiques impliquant la transformation-dépassement des normes techniques, institutionnelles, philosophiques actuelles.

Le déblocage a existé historiquement, radical, par la révolution d'Octobre Russe malgré ses suites à la fois créatrices d’un autre mode de production et d’échange et ses limites inscrites dans l’incapacité de faire correspondre démocratie du producteur-citoyen et l’évolution des moyens de production dans l’évolution du monde, entre autre l’automatisation et la numérisation et ce qu’elle implique de participation citoyenne pour réussir. La poussée historique de la révolution bourgeoise est épuisée et avec elle les formes grossières et inachevées de son dépassement. L’expérience et la connaissance de ce processus historique ne sont pas arrivées à maturité.

Le déblocage a existé aussi dans le compromis historique de la Libération du Nazisme, compromis historique et sa socialisation relative et limitée des moyens de production et d'échange, arrivé à terme et à épuisement avec la crise systémique de longue durée, et qui demande un déblocage radical, aussi progressif puisse-t-il être.

Transformations qualitative du système financier, de l’usage des moyens symboliques d’échange (la monnaie), de l’organisation de la vente-achat de la force de travail par une sécurité d’emploi et de formation vers le dépassement-abolition de la vente-achat de la force de travail, ce sont les trois éléments essentiels, sans doute, d’un déblocage possible. Hypothèse de grande importance elle-même bloquée à ce jour, par le système qu’elle combat.

Certes parler de blocage est une description sociale de vieillard que je suis, de la crise. La jeunesse d’un Ian Brossat, parle, à juste titre, différemment. Cette différence fait sans doute partie des éléments d’un déblocage de la société bloquée.

Pierrot. La Madrague de Mont Redon. 27 avril 2019.

(1). Cette crise cyclique décennale, puis de longue durée n’est pas illimitée, comme tout mouvement, mais peut s’achever, se conclure dans un nouveau tout, comme dans un rien. L’immobilité c’est la mort. La mort de l’entité dans la vie de l’univers, ses traces et sa « résurrection » ici ou ailleurs, dans le mouvement général énigmatique pour notre espèce et ses limites actuelles d’appréhension du réel.

4. TRANSMISSION. EXTINCTION. TRACE. NAISSANCE. RENAISSANCE.

Il est clair qu’une pensée, un mouvement d’idées, s’ils ne trouvent pas le « personnels humain » suffisant à sa transmission, s’éteint.

Cependant, la trace de son existence persiste et continue d’influencer de multiples façons, visible ou invisible, le processus humain.

C’est aussi valable pour une naissance ou une renaissance. L’histoire en fait plus d’une fois la preuve évidente, il suffit de l’avoir observé, dans la transmission et dans les effets, conjointement.

La naissance peut s’appeler l’Iskra (l'Etincelle), l’entretien permanent d’une petite flamme humaniste, sociale et politique, qui trouvera le moment de sa propagation.

Le personnel humain peut résider en un Parti et ses liens locaux et globaux avec l’humanité.

Les Xème, XIème et XIIème siècles européens, constituant une renaissance avant l’heure, écrasée momentanément par l’institution, montrent le rôle minoritaire d’intellectuels modernes, monastiques ou autres, dans l’institution malade; des intellectuels finalement en contact et en aller-retour discret avec la masse des producteurs agricoles, et producteurs divers et constructeurs d’un nouveau monde en gésine dont témoigne l’architecture. L’architecture en tant qu’élément le plus visible.

Pierrot, Mercredi 24 avril 2019.

*******

Ces 4 article sont extraits de :

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

******

LE RECUEIL PRECEDENT :

TEKHNE ET ANANKE. ART ET NECESSITE. RECUEIL N° 5-2018 :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/11/tekhne-et-ananke.art-et-necessite.recueil-n-5-2018.html

Partager cet article

Repost0
30 avril 2019 2 30 /04 /avril /2019 15:07

 

MORALE ET ECONOMIE.

Derrière chaque point de la morale dominante….

 

Derrière chaque point de la morale dominante, il y a un point de l’économie dominante qu’on peut rapporter l’un à l’autre. Certes, les idées et les faits et les sentiments passés gardent leur pesanteur sur les idées et les faits et les sentiments présents. Mais évidemment c’est l’économie dominante dans la mondialisation ici et maintenant qui possède le dernier mot sur la morale (et la culture savante, scientifique et esthétique comme celle de la production « matérielle ») comme sur la vie pratique quotidienne. L’éthique dominante qui en découle est celle de l’économie dominante, plus ou moins contestée, mais incontournable pour vivre dans le système dominant.

Si vous ôtez du discours macronien la rhétorique destinée à envelopper « esthétiquement » la philosophie du « travail » à sa sauce, c’est-à-dire d’une activité humaine qui « ne peut exister sans l’accumulation capitaliste », la rentabilité (du capital)  motivant l’activité du collectif et de la personne, vous trouverez l’essence de cette morale.

Ce n’est pas faux, l’activité humaine dans sa plus grande masse quotidienne « ne peut exister sans l’accumulation capitaliste », mais c’est une lapalissade et un scandale des possesseurs qui défendent leur possession et leur domination par l’existence du système lui-même en l’imposant comme une réalité éternelle à subir. Qui peut en profiter en profite, c’est une loi « naturelle » ou « de Dieu ». « Chacun pour soi et Dieu pour tous » : effectivement dans un mode de production basé sur l’accumulation capitaliste rien ne se fait sans accumulation capitaliste. Et les marges que laisse l’accumulation capitaliste à une libre activité se rétrécissent au fur et à mesure que la loi du capital s’installe, se renforce, se mondialise, se généralise.

Les marges se rétrécissent  mais existent. Dans la somme et le reste, le reste peut envahir la somme. C’est cela une transformation qualitative dans laquelle une force contradictoire neuve se développe en santé au détriment de la force conservatrice. User des contradictions en santé pour développer ce qui la promeut, c’est la base de l’action révolutionnaire en santé (Si pas de santé recherchée, pas de révolution !) et des regroupements humains y aspirant. Certes il y a des inégalités de conscience comme des inégalités générales, qui ne se recoupent d’ailleurs pas complètement.

L’humain use du travail concret physique et psychique pour produire. Cela aussi est une lapalissade, mais une lapalissade progressiste. Il n’y a pas de travail abstrait, d’équivalant valeur marchande sans travail concret. Ils sont l'un dans l'autre.

Le sentiment de bien et de mal est lié à l’utilité personnelle dont on tire d’une action. Morgan expliquait ça pour les indiens sénécas et Marx et Engels et d’autres pour tout un chacun, en particulier dans « l’origine de la famille, de la propriété et de l’Etat », texte d’Engels sur des notes de Marx, certes à mettre à jour, mais dont les bases sont éclairantes, je crois. L’utilité qu'on tire d’une action peut être liée plus ou moins, ou non, à une utilité générale, quelquefois plus, quelquefois moins. A notre corps défendant ou pleinement en accord, on n’échappe pas à une utilité générale, c’est en cela qu’on peut utiliser pour les êtres humains de l’expression de « semblables ».

L’utilité personnelle entre y compris et surtout dans la valorisation du capital, et la transformation d’une valeur d’usage en valeur marchande nécessaire à cette valorisation. C’est la condition d’existence dans la société dans laquelle nous vivons, globalement et mondialement. Qu’il existe d’autres cultures que la culture dominante ne préserve pas les cultures dominées de la culture dominante du mode de production dominant. La valorisation du capital ne se produit pas sans la guerre au taux de plus-value et de profit et sans le détournement de la production plus ou moins grand des besoins sociaux. La bataille des besoins sociaux converge et se confond avec la bataille pour un autre usage des valeurs symboliques représentant la production réelle, de la monnaie, du crédit, de l’accumulation. Et contre le gaspillage du capital, donc des valeurs produites ou à produire, gaspillage de renflouement du taux de profit remède palliatif sans lendemain (qui chante !) à la suraccumulation-dévalorisation du capital.

On comprend que dans ces conditions, la survie quotidienne et générale, de la personne et du capital lui-même dans le système qui est le sien est liée à une morale défendant le capital, tout en la niant sans la dépasser ; la niant parce que les effets du capital causent des souffrances et des maladies graves du processus social, mais que le ressenti de la souffrance ne la règle pas sans les moyens concrets de la soulager, de la guérison de la maladie qui les cause. C’est bien cette morale que l’on retrouve dans les morales sœurs ennemies que contiennent les opportunismes de gauche et de droite, les social-démocraties-libérales ou gauchistes comme les souverainismes capitalistes locaux ou impérialistes plus ou moins fascisants. Elles n’ont pas tranché leur lien d’avec la morale d’un renouvellement de la société par dépassement de l’accumulation capitaliste et de l’achat-vente de la force de travail dans un processus radical et progressif. C’est quoi une « garantie d’emploi et de formation » dont le projet de loi a été déposé auprès des assemblées nationales, sénateurs et députés par des élus communistes et progressistes ? C’est en somme une sorte de revivification du CNR dans les conditions du CMMNIgF (voir les articles précédents). C’est un objectif de dépassement de l’achat-vente de la force de travail vers une activité libre permise par l’usage en santé de l’explosion d’une productivité que le capital a développée lui-même mais pour laquelle il devient le frein essentiel. Une productivité en santé c’est celle d’une croissance en qualité et en condensation, en regroupement-condensation des qualités-aptitudes de la société et des personnes qui la constituent dans son existence au sein de l’univers.

Pierrot. 30 avril 2019.

 

*******

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
27 avril 2019 6 27 /04 /avril /2019 08:03

Article déjà publié le 15 Octobre 2010.

 

Face à la RETRAITE, L'USURE des corps,

 

Noëlle Lasne est médecin du travail. Elle parle de Flora, Personnel de Service dans un collège. Très bel article.  

 

J'y ajouterai, non pour le critiquer, mais pour commenter le sujet sur un plan plus général, que la question de la pénibilité s'ajoute à tous les aspects de la revendication de la retraite à 60 ans à taux plein, et fait la preuve que pour vivre pleinement sa vie, la part de vie qui concerne la retraite fait partie d'une révolution de l'activité humaine, "le temps de vivre", entamée avec les avancées sociales "des jours heureux" sur laquelle le système en crise profonde de suraccumulation du capital veut agir et réagir en régression. D'autant que cette régression lui assure un accroissement rapide du marché des services privés lucratifs et ségrégationnistes.

Les luttes actuelles s'inscrivent dans la revendication d'avenir d'assurance sociale dans tous les domaines, travail, activité, santé, alimentaire, culturelle.....créativité humaine qui fait l'intérêt de la vie au quotidien en lui donnant un horizon dans son cheminement, à ses pieds comme à l'infini.

Jean Vilar et Gérard Philippe, entre autres, nous montraient la voie de ce que pourrait être l'assurance sociale culturelle en lançant le théâtre populaire gratuit et itinérant. Cette comparaison peut paraître absurde, mais il y a lieu d'y réfléchir.....

L'assurance sociale alimentaire est évidemment ici et dans le monde une question première qui dépasse largement la question de la nourriture élémentaire, bien que cette question reste encore et toujours brûlante.

Assurance sociale échappant à l'activité marchande, comme le médicament peut y échapper quand il n'est pas frappé par des mesures de restrictions alors que le développement des forces productives permet de le distribuer hors marché.

La retraite est cette part de la vie d'activité "libre" c'est à dire échappant au moins en partie grandissante à l'activité marchande, part qui doit accroître sur toute la vie d'autant plus vite que la crise du système s'approfondit avec rapidité.

Cet article est paru dans le journal "Le Monde" et j'espère qu'il n'y a pas de problème à en présenter ici un extrait plusieurs jours après sa publication, d'autant qu'il a été diffusé largement par diverses voies syndicales et est arrivé ainsi jusqu'à moi.

(P.A. 15.10.2010)

 

Face à la retraite, l'usure des corps

 

 Madame Flora est femme de ménage dans un collège. Tous les jours elle fait le ménage de cinq classes, trois bureaux, deux couloirs, deux halls et un escalier. Le seul point d'eau se trouve au rez-de-chaussée. Elle doit donc monter ses seaux d'eau par l'escalier où les bandes antidérapantes ont été arrachées depuis longtemps. Son chariot de ménage se trouve en revanche au premier étage. Elle préfère descendre son équipement à la main. La descente du chariot par les escaliers est périlleuse et lui a déjà valu un accident de travail lorsque la totalité du chariot a basculé sur son pied droit.

Le sol est un lino usé sur lequel elle effectue un balayage humide, mais en hiver, elle doit le laver tous les jours à grande eau ; elle se sert alors d'un balai à franges, qui se manipule en effectuant des mouvements en huit sur le sol. Puis on essore les franges dans le chariot à presse en appuyant très fort de façon répétée. Ce balai à franges a été introduit il y a plusieurs années dans les services de nettoyage, où il est venu remplacer le vieux balai-brosse. Heureusement Madame Flora a conservé la brosse, qui lui permet, périodiquement, chaque fois que le lave-linge du collège tombe en panne, de brosser vigoureusement, et à la main, les lavettes à franges........

     

Extraits de l'article à LIRE sur ce lien :

 

http://www.pierreassante.fr/dossier/Face_a_la_retraite_l_usure_des_corps.pdf

 

*******

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
27 avril 2019 6 27 /04 /avril /2019 05:42

 

 

CONSTAT DE BLOCAGE ET BESOIN DE DÉBLOCAGE

 

Ciel ce sont des machines

Des machines divines

Qu’on décore à cette heure

Le grand ordinateur

Guy Béart

 

 

La résistance du capital aux transformations nécessaires au processus humain a créé une société bloquée ; résistance à l’aide des moyens les plus divers et les plus puissants qu’il a créés, que les hommes ont créés avec lui et pour lui. Nous vivons un despotisme fonctionnel, c’est-à-dire qui a organisé des moyens limités de survie humaine limitée, perdant aujourd’hui toute fonctionnalité dans sa crise de longue durée (1). C’est une confiscation du génie humain, de l’activité des hommes et des peuples dans tous les domaines.

Nous n’en sommes plus ni à la "guerre de tranchée idéologique et de classe" de Gramsci, ni à la "prise du Palais d’Hiver" de Lénine.

Dans cette société bloquée, nous ne vivons pas pour l’instant une révolution sociale mais des convulsions sociales.

Pourtant, nous avons raison de dire que nous vivons une crise du système, une crise systémique de suraccumulation-dévalorisation du capital, propre au système capitaliste, et la dictature du taux de profit qu’il entraîne, d’où est issu, qui va de pair, avec le blocage. C’est un blocage du développement des besoins humains et de leur complexification progressive, de leurs satisfactions qualitatives. Besoins techniques, institutionnels, philosophiques impliquant la transformation-dépassement des normes techniques, institutionnelles, philosophiques actuelles.

Le déblocage a existé historiquement, radical, par la révolution d'Octobre Russe malgré ses suites à la fois créatrices d’un autre mode de production et d’échange et ses limites inscrites dans l’incapacité de faire correspondre démocratie du producteur-citoyen et l’évolution des moyens de production dans l’évolution du monde, entre autre l’automatisation et la numérisation et ce qu’elle implique de participation citoyenne pour réussir. La poussée historique de la révolution bourgeoise est épuisée et avec elle les formes grossières et inachevées de son dépassement. L’expérience et la connaissance de ce processus historique ne sont pas arrivées à maturité.

Le déblocage a existé aussi dans le compromis historique de la Libération du Nazisme, compromis historique et ses socialisation relative et limitée des moyens de production et d'échange, arrivé à terme et à épuisement avec la crise systémique de longue durée, et qui demande un déblocage radical, aussi progressif puisse-t-il être.

Transformations qualitative du système financier, de l’usage des moyens symboliques d’échange (la monnaie), de l’organisation de la vente-achat de la force de travail par une sécurité d’emploi et de formation vers le dépassement-abolition de la vente-achat de la force de travail, ce sont les trois éléments essentiels, sans doute, d’un déblocage possible. Hypothèse de grande importance elle-même bloquée à ce jour, par le système qu’elle combat.

Certes parler de blocage est une description sociale de vieillard que je suis, de la crise. La jeunesse d’un Ian Brossat, parle, à juste titre, différemment. Cette différence fait sans doute partie des éléments d’un déblocage de la société bloquée.

Pierrot. La Madrague de Mont Redon. 27 avril 2019.

(1). Cette crise cyclique décennale, puis de longue durée n’est pas illimitée, comme tout mouvement, mais peut s’achever, se conclure dans un nouveau tout, comme dans un rien. L’immobilité c’est la mort. La mort de l’entité dans la vie de l’univers, ses traces et sa « résurrection » ici ou ailleurs, dans le mouvement général énigmatique pour notre espèce et ses limites actuelles d’appréhension du réel.

 

*******

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 08:36
___________CLIQUER SUR L'IMAGE CI-DESSUS

 

PROGRAMME ET CANDIDATS DE "L'EUROPE DES GENS",

tête de liste IAN BROSSAT

sur ce lien :

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf2019/pages/208/attachments/original/1556214276/exe_camp_europe_programme_enieme_2.pdf?1556214276

*******

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 08:34

Déjà publié le 27 mars 2019

ELECTIONS DANS L'U.E.

 

Juste un petit rappel de principe.

Il ne s’agit pas d’élection Européenne comme l’indique le titre légal de la chose. Il s’agit d’élections dans l’Union Européenne, l’U.E.

L’union européenne considérée comme une Europe élargie est en fait une Europe restreinte à un nombre de nations européennes ne constituant pas toute l’Europe qui comme disait le nationaliste De Gaulle, quelquefois de progrès et souvent de réaction fermement droitière, va jusqu’à l’Oural, précision qui n’est pas que géographique (1).

L’U.E. est une Europe restreinte et une Europe ultralibérale rongée par la crise générale du capital et sur-affaiblie dans la guerre du capital par ses divisions issues d’une diversité usée négativement.

Une diversité fonctionnant négativement parce que sa richesse de diversité est écrasée par l’uniformisation capitaliste dont la culture se réduit au taux de profit, à l’accumulation du capital dans les échanges nécessaires à la vie humaine, qui conduit à la suraccumulation et la dévalorisation du capital, ses blocages et ses remèdes austéritaires appliqués à tous indifféremment qui aggravent la maladie.

J’ai dit ce que fut la division de la riche et développée Italie de la Renaissance face aux nations centralisées, les réflexions de Pétrarque, de Machiavel et leur relation non mécaniques mais illustratives avec la division de l’Europe actuelle.

La nation s’est constituée à partir des marchés constitués dans les entités géographiques construites par l’histoire, les hommes dans leur histoire. Les hommes génériques, c’est-à-dire humains femmes et hommes ensemble, ont construit des nations et la bourgeoisie en a été le maître d’œuvre. Elles ont été construites à travers les marchés de ces entités et ont été dès cette construction un élément supplémentaire d’affrontement entre entités nationales constituées qui ont donné les guerres napoléoniennes, les guerres de 1870, 1914, 1939, qui ne sont pas sans relation avec les guerres napoléoniennes, dans la logique des guerres du capital où sont mêlés les peuples, victimes essentielles évidemment, instrumentalisés dans les haines « raciales » entre nations développées, et les guerres coloniales de domination impérialiste.

Dans ces nations, la classe ouvrière au sens large, et son noyau manuel et intellectuel de production stricto sensu a mené des luttes pour transformer les acquis de la bourgeoisie contre l’aristocratie en acquis universels. Cette lutte des classes a connu de grandes avancées dans les droits sociaux et les droits de l’homme, et de la femme, bien sûr. En même temps, développer des acquis à partir du mode de vie de la bourgeoisie développe des progrès mais aussi des contradictions contre la vie dont un mode de production et de consommation sans qualité est l’illustration et dont l’humanité et la vie terrestre font les frais écologiques.

La révolution parisienne, française de 1789 en poussant très loin les principes des droits de l’homme, en particulier de subsistances citadines et rurales a ouvert plus largement la porte à cette lutte des classes, en contradiction avec la répression bourgeoise contre la classe ouvrière dès ses débuts et dans la suite de l’exercice de son pouvoir (répressions antipopulaires et anti-ouvrière de 1830, 1848, 1851, 1871, Commune de Paris et les suites dans les répressions contre le socialisme et le communisme et l’usage de leurs erreurs, répressif destructeur de progrès, par le capital )

Mais être contre l’entité de la construction européenne au nom de la lutte des classes et des justes acquis nationaux est être fou. La nation française, capitaliste connait la lutte des classes et l’U.E. capitaliste de même. Le capitalisme se combat à tous les niveaux et la construction sociale de progrès se même à tous les niveaux, y compris international et mondial.

La mondialisation n’est pas qu’une décision du libéralisme, c’est un phénomène qui tend à unir l’ensemble de l’humanité dans un processus de progrès de la coopération et de solidarité. Que ce processus soit confisqué par le capital, sa recherche mortelle du taux de profit, ne lève en rien la nécessite de construction de grands ensembles de développement, l’Europe de l’U.E. en constituant historiquement un élément, mais aussi un élément faible malgré sa richesses économique, historique, culturelle dans sa diversité positive.

J’ai voté, avec le PCF, contre le traité de Maastricht et le Traité Constitutionnel. Contre ces traités parce qu’ils renforcent le caractère libéral, austéritaire de la politique de l’U.E., et malgré ce qui en est dit, ils renforcent dans la compétition capitaliste libérale les conflits, y compris les conflits guerriers, dont le drame yougoslave est un exemple, drame yougoslave dont les effets sur la droitisation des résultats des élections européennes est patent jusqu’à aujourd’hui. Se rappeler de la liste Hue et des divisions de la liste sur la question du bombardement criminel de Belgrade qui a contribué à détruire une entité humaine de cohérence européenne et à renforcer le nationalisme de l’Europe et des nations européennes.

Se targuer de l’opposition du PCF aux traités est contreproductif si n’est pas adjoint a cette opposition l’affirmation claire et répétée du besoin de la construction européenne, de l'U.E. et au-delà de l’U.E., tout en prenant en compte la réalité historique de la division européenne induite par son histoire pour la dépasser politiquement, sans en gommer les différences culturelles et institutionnelles en mouvement, en en prenant sérieusement le temps et les moyens économiques et sociaux, de ce que peut être une Europe Con-Fédérale et non une Europe Fédérale.

Je suis les travaux de la commission économique du PCF sur la question européenne. Elle a tout au long des années depuis 1970 produit des analyses et des propositions qu’elle a mis avancées dans les batailles publiques. La maîtrise de la production monétaire dans des fonds publics et la sécurisation de l’emploi et de la formation en étant le centre. Nous n’en sommes pas à un discours et une action claire et ferme et centrale sur cette position. C’est pourtant et ces propositions et cette fermeté sur notre conviction européenne qui nous rendraient lisibles face à la discrimination, à l’ostracisme dont nous sommes victimes dans les médias au service du capitalisme national, européen, international, impérialiste et nationaliste.

Dans une campagne électorale il y aussi des questions pratiques à régler absolument pour avoir les élus nécessaires à des choix politiques. Mais ces questions pratiques dépendent de la réalité à analyser dans sa complexité pour agir efficacement sur cette réalité. Sinon, on peut ne peut que protester sans construire.

L’Europe démocratique de  progrès se constituera, malgré les difficultés « naturelles » et les entraves sociales de l’état du monde capitaliste.

Pierrot, Mercredi 27 mars 2019.

(1) Il ne s'agit pas là d'une proposition farfelue d'entrée de la Russie dans l'U.E. Il s'agit de considérer l'Europe dans son ensemble culturel et plus. La Russie ayant d'ailleurs cette constitution d'Etat historique qui la met à cheval sur l'Europe et l'Asie. Ce qui n’empêche aucune coopération et construction d’ensembles cohérents de progrès. Par contre la construction européenne de l'Europe depuis le Moyen Age doit nous être en tête, y compris l'Europe de Russie, de la Leningrad, la construction européenne de Pierre Le Grand de Saint Pétersbourg, et élément de l'Europe ce qu'a montré la dernière guerre et la bataille de ce nom.

*******

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

 

 

Partager cet article

Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 07:50

« FORMATION ».

 

Le droit effectif à la sécurité d’emploi et de formation est la clef du développement humain de ce siècle. C’est le processus qui peut mener à l’abolition-dépassement de la vente-achat de la force de travail, de ses contraintes matérielles et morales et à l’usage en santé de la productivité. La sécurité d’emploi et de formation est la clef d’une progression intensive, extensive et en même temps condensée en volume « matériel et moral » de la productivité et de ses outils « physiques et psychiques » et de son usage en santé ; et la condition du développement de l’activité libre, non contrainte, de la non-séparation, de l’harmonie de la science et de la conscience, de leur unité.

Il n’y a aucun risque d’usage « abusif » de cette sécurité dans la mesure où la formation est une formation dans laquelle formation technique et formation mentale ne subit pas de séparation. La séparation technique/mentale-psychique ne peut exister, irait à l’encontre de la formation biologique, culturelle et civilisationnelle de l’humanité, c’est une hypothèse sans fondement, une absurdité. Platon et sa description de la fabrication d’un lit par un artisan de l’antiquité l’explique la non-existence d’une activité humaine physique sans activité psychique. L’ergologie étudie et développe cette connaissance et cette expérience dans un but pratique de développement de l’activité, et un développement en santé. Mais la tendance actuelle à les dissocier par une formation « mécanique », oui ça existe et c’est d’ailleurs le corollaire de la maladie de l’accumulation-dévalorisation du capital comme de l’accumulation-dévalorisation de l’accumulation  des savoirs, de l’activité psychique comme de l’activité économique.

Les marges d’usage abusif d’une sécurité, l’usage d’un droit pour « ne rien faire d’utile à la société » donc à soi-même ne peuvent être une préoccupation sérieuse. La préoccupation sérieuse d’une formation qui ne développe pas cet abus est une formation qui s’oppose à la tendance à la séparation de la formation d’avec l’activité. L’aller-retour entre l’apprentissage et l’activité vont de pair. Evidemment l’apprentissage au sens large et noble, pas au sens limité et utilitariste de la bourgeoisie. L’apprentissage au sens noble c’est le contraire de la séparation entre activité physique et activité mentale-psychique. D’ailleurs l’apprentissage c’est de l’activité comme l’activité c’est le corps, le corps-soi dans la société. « Le corps-soi dans la société » est une tautologie. Cette non-séparation doit être une préoccupation majeure et permanente. Loin de l’orientation libérale « macrono-blanqueriste », qui, elle, conduit à l’usage abusif que le capital autorise à ses conducteurs idéologiques et physiques, objectifs et subjectifs. Usage abusif pour le dominant et conséquences imposées à ses dominés, et dont les immenses inégalités sociales sont l’illustration pratique. Que les conceptions macronistes d’hier soir sont loin de la résolution pratique de la crise de société ! Qu’elles sont loin des besoins humains incessant et de leur complexification incontournable en santé; qu’elles sont illustratives de l’évidence du conservatisme et de la réaction au progrès humain, tout en voulant se donner la couleur de la modernité, d’une mondialisation et d’une numérisation « à la page », qu'elles sont conjointes aux contradictions du capitalisme monopoliste mondialisé numériquement informationnalisé globalement financiarisé (C.M.M.N.I.g.F) !

Le progrès humain c’est la complexification en santé jusqu’au rejoindre sans cesse des « stades supérieurs » de développement dans l’univers en surmontant chaque fois les contradictions de ces stades et en travaillant à l’élimination-dépassement des antagonismes.

L’humanité, son processus non-linéaire et aléatoire, sans « garantie » du « tout » ni fatalité du « rien », entre dans une phase du « non-encore conscient » vers le « conscient » relatif mais synthétique. « Non-encore conscient », expression d’Ernst Bloch. Ce qui pourrait constituer son adolescence dans laquelle elle est ses propres parents.

Le droit effectif à la sécurité d’emploi et de formation, clef du développement humain de ce siècle est un droit créateur de conscience et de productivité en santé pour répondre au besoin d’en avant, de « non-rapidité sans régulation », de qualité et de « moins mais mieux », c’est-à-dire de plus de développement quantitatif de la production-condensée nécessaire à la vie humaine.

Pierrot, 26 avril 2019.

*******

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 07:41

 

Anniversaire de la RÉVOLUTION DES ŒILLETS

VIDEO de Fabien ROUSSEL sur ce lien :

https://www.facebook.com/Particommuniste/videos/361157974494997/

 

*******

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

 

Partager cet article

Repost0
25 avril 2019 4 25 /04 /avril /2019 08:37

 

DÉCOUVERTE.

Développer dans un système malade obsolète,

les qualités d’un système en santé à venir.

 Que faire dans une société libérée du taux de profit, quels choix individuels et collectifs, comment se pose la question de l’activité et de son efficacité en santé pour la personne ? 

 

Il ne s’agit seulement pas de la découverte en pointe avancée dans la société humaine par une personne et une mouvance qui le permet, mais de la maturation du cerveau de tout un chacun qui met sur la piste puis sur la révélation d’une vérité, micro et-ou macro, et à la mesure des capacités de l’espèce humaine et de la personne. Avec l’infinie diversité de la construction cérébrale de chaque individu, et la multiplicité des capacités de chacun dans son rapport social, son rapport avec la société pour vivre.

Ernst Bloch décrit magistralement cette maturation et cette révélation dans son «Le Principe Espérance ». Et sa description est une découverte de Bloch lui-même, avancée et personnelle, dans le mouvement philosophique marxiste allemand, et le mouvement philosophique mondial.

Une avancée majeure est constituée par la naissance de la mouvance marxiste au XIXème siècle dans la conscience du processus inconscient que constituent les transformations des forces productives, leurs sauts qualitatifs et les sauts qualitatifs de l’organisation sociale. La maturation de la pensée de Marx qui de la « philosophie du devenir » au « vol de bois », en arrive  jusqu’à la conscience du mouvement du capital, de la marchandise y compris la marchandise force de travail, de leur circulation dans la société humaine, ses besoins et  les contradictions antagoniques de ce mode de circulation avec les besoins ; quelle révélation !

Quelle révélation son « Introduction à la critique de l’économie politique » de 1859, puis son développement dans « Das Kapital ». Et aujourd’hui son développement par les économistes d’Economie et Politique et de la ComEco et leur mouvance au-delà de la forme partisane, mais aussi grâce à la forme partisane à dépasser dans les temps à venir ; objectif à préparer mais pas immédiat, besoin est encore d’une organisation humaine « interprète conscient du processus inconscient » de la société capitaliste.

Il me semble qu’après extinction, étouffement (relatifs) de la conscience marxiste dans le développement de l’économie et l’idéologie ultralibérale dominante, puis sa trace continue, sa renaissance s’annonce à travers la conscience croissante de ce qu’est la dictature du taux de profit et les remèdes à cette dictature.

Sans entrer dans les détails du discours et du sous-bassement du discours que constituent les recherches économique s marxistes, je crois que cette campagne avec en tête de liste Ian Brossat, et tous ceux qui la composent et le mouvement populaire qui la porte, témoigne de cette renaissance et de l’espoir qu’elle accouche. Quels que seront les résultats électoraux.

Que ceux qui continuent de porter l’accent sur les drames humains issus de la lutte des classes en les attribuant principalement aux dominés, comme l’ont fait toutes les réactions historiques au long de l’histoire de la société marchande, perdent leurs illusions ! Le sens de l’histoire va vers la démocratie du producteur qui donne une dimension universelle à la démocratie du citoyen. La version bourgeoise de la démocratie limitée, certes un progrès humain, trouve sa complétude dans la version du salariat et de la sortie du salariat et une organisation du travail et de l’activité libérée de la vente-achat de la force de travail. C’est paradoxalement le développement de la productivité capitaliste qui donne les moyens d’échapper au travail contraint salarié sous ses formes anciennes ou nouvelles, au profit de la libre activité et de la coopération et de la cohérence humaine pour répondre au développement et la complexification des besoins humains.

Certes la découverte générale et élargie de la dictature du taux de profit ne répond pas à « que faire dans une société libérée du taux de profit, quels choix individuels et collectifs, comment se pose la question de l’activité et de son efficacité en santé pour la personne ? » C’est ce que pose alors l’ergologie marxiste, qui comme l’économie marxiste, conjointement et en unité nécessaire, met dès à présent la société en capacité de développer dans un système obsolète, les qualités d’un système en santé à venir.

Pierre Assante. 25 avril 2019.

*******

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

 

Partager cet article

Repost0
24 avril 2019 3 24 /04 /avril /2019 19:28

 

Coopération et cohérence entre les hommes c’est bien ce que pose et propose le marxisme par son effort d’unité entre conscience humaine et forces productives, homme, technique et culture unies, en développements conjoints et inégaux. Il n’y a pas de mouvement linéaire comme le dogme l’affirmait. Volonté humaine, nécessités, en mouvement, sont en rapports dialectiques et aléatoires.

 

*******

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
24 avril 2019 3 24 /04 /avril /2019 07:02

TRANSMISSION. EXTINCTION. TRACE.

NAISSANCE. RENAISSANCE

 

Il est clair qu’une pensée, un mouvement d’idées, s’ils ne trouvent pas le « personnels humain » suffisant à sa transmission, s’éteint.

Cependant, la trace de son existence persiste et continue d’influencer de multiples façons, visible ou invisible, le processus humain.

C’est aussi valable pour une naissance ou une renaissance. L’histoire en fait plus d’une fois la preuve évidente, il suffit de l’avoir observé, dans la transmission et dans les effets, conjointement.

La naissance peut s’appeler l’Iskra (l'Etincelle), l’entretien permanent d’une petite flamme humaniste, sociale et politique, qui trouvera le moment de sa propagation.

Le personnel humain peut résider en un Parti et ses liens locaux et globaux avec l’humanité.

Les Xème, XIème et XIIème siècles européens, constituant une renaissance avant l’heure, écrasée momentanément par l’institution, montrent le rôle minoritaire d’intellectuels modernes, monastiques ou autres, dans l’institution malade; des intellectuels finalement en contact et en aller-retour discret avec la masse des producteurs agricoles, et producteurs divers et constructeurs d’un nouveau monde en gésine dont témoigne l’architecture. L’architecture en tant qu’élément le plus visible.

Pierrot, Mercredi 24 avril 2019.

 

*******

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

 

Partager cet article

Repost0
24 avril 2019 3 24 /04 /avril /2019 06:28

Une explication marxiste des crises du capitalisme.

Constantin LOPEZ

Conférence prononcée aux universités d’été du PCF, cette piqûre de rappel des analyses marxistes des crises du capitalisme éclaire les luttes sur les contradictions de ce dernier autant que sur les leviers concrets d'une réelle sortie de crise.

 

« C’est la crise ». L’expression, galvaudée, est rentrée dans toutes les bouches, à tel point qu’elle semble ne plus vouloir dire grand-chose. Forçons un peu le trait, et faisons-nous l’espace d’un instant l’avocat du diable. Nous sommes dans une période de reprise : c’est François Hollande qui l’a dit, le premier, le 14 juillet 2013, dans des propos rapportés par l’AFP1. Il s’était certes un peu avancé, mais il avait en partie raison : la France retrouve en 2013 son niveau de PIB d’avant crise. En 2017, la croissance du PIB en France a atteint 1,9 %. En 2018, elle devrait atteindre environ 2,1 %.

Pourtant, il y a un problème dans ce constat : il ne « colle pas » au vécu de la majorité de la population française. Les grands mots économiques et sociaux qui frappaient le pays semblent toujours présents : chômage, désindustrialisation, précarité, accroissement des inégalités, désertification des territoires exclus du processus de métropolisation… Ces maux ne datent pas d’hier, et remontent pour certains aux années 1970. Ils n’ont cessé de s’aggraver depuis.

Il semble donc qu’il faille distinguer deux niveaux dans la crise :

La crise comme moment, ponctuel, au cours duquel s’opère un basculement. C’est une manifestation brusque et intense, de durée limitée : un « Ensemble des phénomènes pathologiques se manifestant de façon brusque et intense, mais pendant une période limitée, et laissant prévoir un changement généralement décisif, en bien ou en mal, dans l’évolution d’une maladie. » (TLF)

La crise comme période, plus ou moins longue, de difficultés : « Situation de trouble, due à une rupture d’équilibre et dont l’issue est déterminante pour l’individu ou la société et, p. méton., période ainsi caractérisée. » (TLF)

Le mystère que nous mentionnions en accroche commence à s’éclaircir un peu : il peut y avoir un moment de crise (conjoncturelle) dans une période de crise plus durable, où s’accumulent les difficultés. Mais ces deux niveaux ne sont-ils pas interdépendants ? Ne peut-on pas imaginer qu’ils ont des causes similaires ?

Pour articuler ces deux niveaux, il est nécessaire d’adopter une approche dialectique, c’est-à-dire qui intègre les interactions complexes des phénomènes économiques, sociaux et politiques et qui permette de penser le mouvement historique. C’est ce qu’a cherché à faire Marx dans son analyse des crises économiques.

Intéressons-nous maintenant à l’étymologie du mot « crise ». D’après le Littré, ce terme est issu du grec krisis (séparation, jugement), le mot crise renvoie à l’idée d’embranchement, à un moment où un choix doit s’opérer. Notons que le mot « crise » est apparenté étymologiquement à la critique. L’étude critique que Marx fait du capitalisme vise à révéler ses lois internes, et balise le champ des possibles pour ouvrir la voie à la transformation sociale, à des choix de société permettant de mettre fin aux impasses de ce mode de production. Mais elle permet également de penser les transformations historiques du capitalisme, et notamment ses divers stades.

Quelles sont les causes des crises du capitalisme identifiées par Marx ?

Nous présenterons dans un premier temps la façon dont Marx « décortique » le mode de production capitaliste, procède à une analyse de ses éléments simples, pour définir son essence (I). Nous nous arrêterons plus précisément sur l’analyse qu’il fait du capital et comment il étudie sa composition. Cela permet de penser le capitalisme comme un système, doté d’une structure spécifique et se régulant par le biais d’un régulateur central : le taux de profit (II). Les lois internes du capitalisme conduisent à des crises périodiques, qu’on peut expliquer à partir de la loi de la baisse tendancielle du taux de profit, qui montre comment le mouvement d’accumulation du capital tend à faire baisser le taux de profit au cours du temps en dépit de contre-tendances s’opposant à cette baisse (III). Nous terminerons en montrant l’intérêt de cette approche pour la compréhension des cycles économiques, qui peuvent être reliés aux mouvements d’accumulation et de dévalorisation du capital, donnant un sens à l’évolution historique du capitalisme et notamment à ses divers stades (IV).

L’exposé qui suit correspond à une approche néo-marxiste particulière : celle de « l’école de la régulation systémique » développée par Paul Boccara et la commission économique du PCF. Insistons sur ce point : il ne s’agit pas ici de récapituler uniquement ce qu’a pu dire Marx dans le Livre III du Capital, de faire de la marxologie, mais d’exposer une lecture particulière qui a donné lieu à des élaborations théoriques complémentaires, en tenant compte :

– Des évolutions du capitalisme postérieures à la mort de Marx.

– Des développements « utiles » de la science économique de fin xixe et xxe siècle (sur les cycles économiques, les théories des crises).

– Du développement de la pensée systémique, nourrie notamment par les progrès de la cybernétique après la Seconde Guerre mondiale.

Il s’agit d’un éclairage destiné à être utile aux luttes, et donnant des perspectives concrètes pour l’action politique.

…….

 

……..SUITE du texte sur le lien :  ici

http://www.economie-politique.org/111300

 

En video : ici

https://www.youtube.com/watch?v=AOUflGAoNkA

 

******

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
23 avril 2019 2 23 /04 /avril /2019 06:30

 

CONTRADICTIONS LIBÉRALES et SOLUTIONS COMMUNES.

 

La société libérale et l’idéologie libérale sont triomphantes. C’est du moins l’apparence que donne notre société occidentale dominante dans la vie du monde et sa réalité si l’on s’en tient à des lieux et des moments locaux ou généraux (micros et macros) actuels. Toute solution individuelle est promue et acceptée au quotidien au détriment de la solution commune. Uberisation de toutes les activités contre services publics qui ne peuvent vivre qu’avec des moyens concrets pour vivre, symboles à double sens et réalité en action de la chose. La « libre » précarité contre l’emploi et le statut. La privatisation contre la propriété et l’usage sociaux.

Mais à condition de pas en être victime soi-même. C’est une transition me direz-vous entre un moment de dénormalisation des règles sociales et une renormalisation sur la base de l’individu et du commun à unir dans les droits, les devoirs et la nécessité naturelle et sociale transformée par l’humain, en santé.

Certes, la prédominance de la subalternité et le refus conjoints de la subalternité est une caractéristique contradictoire de cette fin de capitalisme en crise de suraccumulation-dévalorisation du capital.

Si les « essais » de communisme, grossiers mais pas inutiles, ont accouché de régimes policiers, comme le capitalisme a accouché, dans son essence de lutte pour la domination de l’argent accumulé par l’achat-vente de la force de travail humaine, et la lutte des capitalistes entre eux-mêmes, de la guerre et du fascisme qu’elle a engendré, le communisme a engendré aussi et malgré tout des avancées de la conscience réunissant le « je » et le « nous », dans leur contradictions fertiles.

« …Mais le développement dans l’homme de toutes les aptitudes humaines est-il un idéal accessible ? La force du préjugé ancré dans les esprits qui attribue des sources internes au développement intellectuel de l’homme est si grande qu’elle mène à considérer ce développement  en quelque sorte la tête en bas : ce ne serait pas l’assimilation des acquisitions de la science qui serait la condition de la formation des aptitudes scientifiques, mais les aptitudes scientifiques qui conditionneraient cette assimilation ; ce n’est pas l’assimilation de l’art qui serait la condition du développement du talent artistique, mais le talent artistique qui conditionnerait l’acquisition de l’art. On évoque habituellement des faits montrant l’aptitude des uns et l’inaptitude complète des autres à telle ou telle activité. On ne recherche même pas la source de ces aptitudes et l’on a coutume de prendre le caractère spontané de leur apparition pour quelque chose d’inné. Mais maintenant nous avons des preuves irréfutables qui montrent que les aptitudes et en particulier celle dont la nature est la plus masquée … apparaissent au cours de la vie…

Le véritable problème n’est donc pas dans les aptitudes et les inaptitudes des gens à assimiler les acquisitions de la culture humaine, à en faire des acquisitions de leur personnalité et de contribuer à leur enrichissement. Le véritable problème  est que chaque homme,  que tous les hommes et que tous les peuples reçoivent la possibilité pratique de prendre le chemin d’un développement illimité. Tel est l’objectif exaltant que se fixe maintenant toute l’humanité tournée vers le progrès.

Cet objectif peut être atteint. Mais ce n’est possible que dans des conditions qui peuvent réellement libérer les hommes de leur fardeau du besoin matériel, supprimer la division mutilatrice entre le travail manuel et le travail intellectuel, créer un système d’enseignement qui assure leur développement multilatéral  et harmonieux, qui donne à chacun la possibilité de participer d’une façon créatrice à toutes les manifestations de la vie humaine.

C’est ainsi que sera l’homme de demain… ». Alexis Léontiev, 1965.

Le « fascisme doux » d’aujourd’hui est assumé par la maitrise biologie et numérique des activités humaines par le capital. Son idéologie contient « ceux qui sont quelque chose et ceux qui ne sont rien ».

Pierre Assante. 22 avril 2019.

 

*******

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

 

Partager cet article

Repost0
21 avril 2019 7 21 /04 /avril /2019 21:46

Publié une première fois le 18 Avril 2019

 

Les Économistes communistes au cœur des luttes des salariÉs et du peuple.

 

Je propose, à qui en a les moyens, de relire « La situation de la classe laborieuse en Angleterre » de Friedrich Engels, 1840, et son avant-propos d’E.J. Hobsbawm dans l’édition de 1960 par les Editions Sociales :

 

« …Nous savons que loin de constituer la fin du capitalisme, cette crise [ de 1840 en Angleterre] n’était que le prélude à une grande période d’expansion fondée d’une part sur le développement massif de l’industrie lourde, acier, fer, chemin de fer par opposition à l’essor de l’industrie textile de la période précédente et d’autre part sur la conquête  de secteurs encore plus vastes dans des pays jusqu’alors non encore développés , sur la défaite des agrariens, et enfin sur la découverte de nouvelles méthodes plus efficaces, d’exploitation des classes laborieuses par l’accroissement de la plus-value « relative », plutôt que la plus-value « absolue ». (Ce sont d’ailleurs ces mêmes méthodes qui permirent finalement aux capitalistes anglais de procéder à des améliorations substantielles des salaires réels)… »

 

Ce sont encore ces mêmes méthodes, transposées à la révolution scientifique et technique et à un rapport de force d’après-guerre de 1945 qui ont permis une nouvelle économie en partie relativement autonome du taux de profit (Sécurité sociale, Comités d’entreprise etc…), dans la production mécanisée de main d’œuvre, qui ont permis les trente glorieuses (  ̴ 1945-1965). On peut dire que les succès de la classe ouvrière l’ont à la fois renforcée et affaiblie. L’usage d’une conquête et la poussée vers d’autres conquêtes ne vont pas systématiquement ensemble.

L’accélération de la baisse tendancielle du taux de profit et de suraccumulation-dévalorisation du capital date des années 1970 et des prémisses de cette accélération s’en font sentir dès les années 1960.

2008 est un autre coup d’accélérateur qui n’est pas séparable de l’accélération de la numérisation capitaliste de la production et de l’échange. Nous sortons de l’industrie mécanisée de main-d’œuvre au sens strict, bien qu’elle fournisse encore dans les pays moins développés ou nouvellement développés, pour le capital mondial, la plus-value permettant l’investissement dans l’automatisation et la numérisation, un peu comme le capital agricole a permis l’accumulation primitive du capital industriel.

Je propose aussi au lecteur de faire un lien entre la numérisation capitaliste mondialisée et la double crise de « surpopulation relative » de salariés (chômage) due à la numérisation capitaliste et à la tendance naturelle du système capitaliste d’emploi avec armée de réserve de producteurs salariés,  et la « crise du marxisme ».

Le marxisme subit d’une part l’ostracisme de tous les moyens gigantesques de toutes sortes dont dispose la classe dominante régissant ce capital, et d’autre part l’affaiblissement du rôle de la classe ouvrière de main-d’œuvre au sens strict et de son organisation syndicale et politique dans la mondialisation de la production et de l’échange capitalistes, leur organisation, leurs institutions d’Etat et institutions Internationales (Banques centrales, FMI etc…). L’organisation ouvrière « nationale » n’est pas en « concordance » avec « le mondial », elle n’en a pas encore acquis les moyens, même si les luttes dans le cadre national « traditionnel » nourrissent la naissance d’un cadre mondial généralisé et dans la diversité des caractéristiques des entités humaines et de développements. L’U.E. est un échelon d’organisation, de coopération mondiale à développer et de luttes pour cela. L’U.E. n’est ni immuable ni inutile. Il faut la transformer, comme transformer la nation a été un objectif syndical et politique et le reste.

Cependant, lorsqu’un mode de production et d’échange arrive à obsolescence, la société a besoin d’une transformation qualitative de son organisation économique et sociale, et de l’organisation du travail et de la place de la personne humaine dans le travail. Un mode de production et d’échange qui arrive à obsolescence, c’est le cas du capitalisme monopoliste mondialisé numériquement informationnalisé (l’imprimerie de Gutenberg c’est une informationnalisation mécanique et manuelle de masse en gésine), globalement financiarisé (le taux de profit et la spéculation  qui en fait partie prennent un pas gigantesque sur les choix d’investissements sociaux, financiarisation et privatisation).

La reconstruction massive d’une conscience de classe de tous les producteurs salariés ou non officiellement salariés vendeurs de leur force de travail et participant à l’accumulation du capital en crise, c’est dès à présent et comme toujours depuis le capitalisme (et la société marchande en général pour les classes exploitées passées), à la fois l’effet d’une réalité concrète économique, sociale et culturelle, civilisationnelle, de la société et d’une prise de conscience de cette réalité qui se développe en même temps, de façons inégales évidemment. Les entités constituées et en mouvement du capital sont elles-mêmes à la fois diverses et globales et en inégalité de développement. Engels le notait et Lénine en a fait une théorie dans « Impérialisme, stade suprême du capitalisme ». Mais conscience et réalité concrète économique, sociale et culturelle non seulement vont de pair mais sont des mouvements dans un même mouvement.

 

L’interprète conscient du processus social inconscient que doivent être les regroupements humains d’organisation sociale de la transformation qualitative du mode de production et d’échange a besoin de la connaissance du processus et en premier lieu, ou plutôt en dernière instance, du processus économique. Ce qu’a compris Marx en écrivant « Das Kapital », Engels et les économistes communistes de « la fondation originale » et à leur suite les économistes communistes, Paul Boccara en tête, dans leurs ouvrages actuels et leur participation aux mouvements ouvrier, salarié et populaire et général. Et ils y sont de plus en plus entendus.

 

 

En ne cédant pas à l’organisation gouvernementale et patronale du CAC 40 et autres géants du capital « national » et mondial, de la spectacularisation de notre vie et de nos événements quotidiens et à moyen terme, ce qui est très facile lorsqu’on a la conviction de ne pas y succomber. Il ne faut pas prendre la mesure du sérieux avec le manque de dynamisme. Le long et moyen terme avec le désintérêt pour le quotidien. Au contraire. Le futur se prépare sérieusement au quotidien.

Pierre Assante. 18 avril 2019.

 

_______________

 

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

_______________

 

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
21 avril 2019 7 21 /04 /avril /2019 09:53

SUBALTERNITÉ et EUROPÉENNES. 

SYNDICALISME ET ERGOLOGIE.

 

A travers les "Gilets Jaunes", le XXIème siècle « découvre » la « Subalternité », sa réalité, ses travers, ses demandes et ses sentiments.

La subalternité n’est pas une cause des révoltes, c’est un effet, une conséquence de la société de classe. Les gilets jaunes sont loin de représenter la subalternité, toute la subalternité, ils n’en représentent qu’une partie, qu’un aspect et qu’un moment, agréable ou pas à l’observateur impliqué ou pas.

La subalternité n’est pas qu’un sentiment c’est une condition sociale avec ce qu’elle contient de difficultés à vivre matérielles et morales, et les inégalités sociales qu’elle subit et qu’elle témoigne. La subalternité c’est un manque à vivre matériel, mais aussi un déni de la personne, de son rôle, de son être social original dans le mouvement complexe de la société. Outre les plus pauvres des salariés, chômeurs, femmes  seules avec enfants etc., les dites « classes moyennes », les « cadres moyens » en particulier sont aussi en état de subalternité. Elles ne décident pas, elles exécutent, et souvent aussi dans les pires conditions d’autoritarisme et de déni de leur personne. En ce sens la révolte des plus pauvres est une condition qu’elles ont difficulté à rejoindre, mais en même temps une maturation plus lente et peut-être plus profonde des conditions réelles sociales et des besoins de transformation en santé. Cela dépend de leur rôle dans la production et l’échange, et de leur gestion.

Dans la préparation d’un congrès syndical du début de ce siècle (1), de catégories C d’exécution de « tâches matérielles », classées dans la catégorie des « non qualifié-e-s », comme s’il était possible d’exercer une fonction sans qualification effective, si ce n’est institutionnelle, je soulignais le double contenu du comportement des dominés : soumission et révolte à la fois.

Dans le schéma ergologique de DD3P*, on peut classer, partant du mouvement contradictoire naturel et social, dialectique hégélien et marxiste, soumission et révolte dans 1) l’état présent 2) la négation de l’état présent.

Manque le 3) le dépassement qualitatif de l’état présent.

Tous les modes de production et d’échange basés sur la division en classe et ses représentations philosophiques et religieuses ont connu les révoltes de subalternité, le Christianisme originel, les Bagaudes décrites par Salvien, par Guerre de paysans par Engels et Bloch et aujourd’hui par Vuillard. Ce n’est pas une liste exhaustive, mais quelques exemples (2).

Le XXème siècle, avec une organisation syndicale et politique du prolétariat, du salariat, sur les bases nationales sont un début de dépassement de la soumission et des révoltes vers une transformation qualitative « scientifique » du mode de production et de domination. Avec des avancées et des reculs suivant le rapport de force capital/travail.

Le 3) le dépassement qualitatif de l’état présent, ne peut être atteint sans conscience radicale et progressive du mode de production, de son état, des transformations qu’il contient à développer en santé. L’économie politique marxiste actuelle contient ET l’analyse des transformation des moyens de production dans le système d'accumulation du capital, structures et superstructures ET les propositions de transformation radicales et progressives de l’état présent du mode de production, en particulier de sa financiarisation mondialisé, de la Nation au Mondial, en passant par l’Entité régionale, l’Union Européenne, dont les élections du parlement auront lieu le 26 mai 2019, et pour lesquelles Ian Brossat, est la tête de liste du PCF, qui inclut de façon exceptionnelle la representation ouvrière et subalterne en général.

Voilà, j’ai été court et sans doute trop théorique, donc trop condensé. D’autres articles développent dans ce blog.

 

Pierre Assante, Dimanche de Pâques, 21 avril 2019.

 

*DD3P : dispositif dynamique à 3 pôles, Gestion, Marché, Politéïa, schéma ergologique de l’organisation de l’activité sociale ici et maintenant, et des rapports sociaux si l’on en vient à l'analyse du mode de production, économique et politique, non réduits aux apparences, mais pris dans leur complexité.

(1) Voir en lien * mon brouillon d’alors et sa traduction dans le « spécial préparation congrès » de « Régions Atos », bulletin de l’UNATOS-FSU. Il est à noter que la bataille essentielle de cette organisation syndicale, défauts compris, a été le rôle éducatif de ces personnels « non-qualifiés » et que la mise en minorité au congrès départemental 13 s’est faite à partir d’une « décentralisation » instituant des primes avantageuses, mais abandonnant quasiment la valorisation de la fonction de TOS (Personnel Ouvrier et Technique), dont la dénomination a d'ailleurs disparu, signe d’une nouvelle orientation gouvernementale et aussi syndicale. La bataille pour l’aménagement du temps de travail, mais sans création d’emploi suffisante, obtenue en tenant compte de l’emploi du temps des élèves et de la mission propre des TOS dans le système éducatif est l’œuvre de la relation de l’Unatos-FSU, plus que toute autre, avec les personnels. Acquis qui restent partiellement en vigueur dans « La Décentralisation » régionale et départementale, mais en danger supplémentaire dans la métropolisation. Pour preuve, lire les heures du vote du texte ministériel avec les syndicats sur cet aménagement pour les TOS.

* Le brouillon :

https://pierreassante.fr/dossier/congres_texte_pierrot_chapeau_3_pages_ecrit_gros_et_europe_demi_page.pdf

* Le bulletin du congrès :

https://pierreassante.fr/dossier/UNATOS_2004_2_pages.pdf

* Voir aussi, travail au Commissariat Général au plan :

http://pierre.assante.over-blog.com/article-rappel-travail-non-qualifie-59054638.html

(2) Chirac, en bon successeur d’un nationalisme gaulliste « éclairé » par son expérience de la Résistance, puis de pouvoir  avec les forces de gauches et les communistes de 1944 à 1946, avait saisi ce qu’est la « fracture sociale » dans le libéralisme en 1988, aujourd’hui à son paroxysme. Ce n’était qu’un slogan de campagne. On ne résout pas la fracture sociale en poursuivant la politique du grand capital et de son système. De Gaulle en avait déjà fait l’expérience. De slogan en slogan, l’incrédulité a saisi les subalternes, à juste titre. Seule une démagogie d’une extrême droite n’ayant pas encore accédé aux preuves du pouvoir, ou l’expérience de la crise liée à la conscience progressive du contenu de cette crise aura raison de cette incrédulité. Evidemment la première hypothèse ne peut répondre à l’incrédulité politique. Ni aux solutions à la crise d’accumulation capitaliste

*******

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
20 avril 2019 6 20 /04 /avril /2019 08:20

 

Yves Baunay

Institut de recherche de la FSU

 Une étude et une expérience sur : 

« Nous sommes tous des gilets jaunes »

 

Voilà plus de deux mois que le mouvement des gilets jaunes occupe la scène politique sur tout le territoire français. L’acte XII du mouvement a eu lieu le 2 février. L’acte I a eu lieu le 17 novembre. A la mi-mars, le mouvement se poursuit. L’exaspération du pouvoir est toujours manifeste. Une tentative de jonction entre le mouvement syndical et le mouvement des gilets jaunes a eu lieu le 5 février avec un appel à la grève. Une tentative plutôt ratée et sans prolongement.

Pendant ces trois mois, l’Institut de recherche de la FSU et le mouvement syndical dans son ensemble ont observé de l’extérieur cet événement qui marque pourtant une accélération extraordinaire de l’histoire de notre société et de sa transformation en profondeur, dans des directions qui ne sont pas anticipables et qui résulteront en dernière analyse de ce que feront les citoyens et les travailleurs.

Mais pendant ces deux mois, il s’est passé quelque chose dans le champ politique qui reste énigmatique, hors norme et donc déstabilisant.

En tant que membre du chantier travail et comme militant, je me sens impliqué depuis le premier jour dans cet événement, à ma façon, sans participer ni aux rassemblements des ronds-points, ni aux manifestations. J’ai tenté de mener l’enquête, à ma façon......

 

......SUITE SUR CE LIEN : ici

https://pierreassante.fr/dossier/YVES_BAUNAY_NOUS_SOMMES_TOUS_DES_GILETS_JAUNES.pdf

 

_______________

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 

_______________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
20 avril 2019 6 20 /04 /avril /2019 08:18
 

Publié une première fois le 20 Avril 2017

 

FUSION-SÉPARATION.

LUCRÈCE.

 

Certes, sa vision matérialiste est quelque peu mécaniste. Difficile de faire autrement par empirisme avec les connaissances scientifiques de son temps.

 

Mais né près en 98 avant notre ère,  on ne peut nier qu’il ait, avec les atomistes grecs, quelques siècles d’avance, une conception lucide du réel, de la matière de et dans laquelle nous sommes, du corps, la pensée, les systèmes de concepts et les sentiments en mouvement, le tout uni et en procès,

Bien sûr ses interprétations de certains phénomènes sont prétentieusement et outrageusement improvisées, mais cela ne lève rien à sa vision globale et à la musique de son discours, au discours de sa musique poétique.

Quelques siècles d’avance, une conception lucide du réel : entre autre, sa vision et la compréhension concrète de la fusion-séparation (dont je parle dans mon petit essai « Organisation sexiste du travail » et ailleurs),  que renferme (et est) la sexualité, celle de la reproduction, celle nourricielle fusionnelle mère-enfant ensuite recherchée dans les besoins-satisfaction jamais assouvis de toute la vie, celle des normes sociales en procès permanent et de la base sexuelle biologique qu’elles contiennent, de la plus élémentaire et animale à la tout aussi nécessaire sublimation intellectuelle, qui sont liées, unies et à distance et à proximité dans le processus historique.

 

En voici l'expression :

« …Denique cum membris collatis flore fruuntur

aetatis, jam cum praesagit gaudia corpus

atque in eost Venus ut muliebria conserat arva,

adfigunt avide corpus junguntque salivas

oris et inspirant pressantes dentibus ora

- nequiquam, quoniam nil inde abradere possunt

nec penetrare et abire in corpus corpore toto;

nam facere interdum velle et certare videntur,

usque adeo cupire in Veneris compagibus haerent,

membra voluptatis dum vi labefacta liquescunt… »

Lucrèce, env. 98- env. 55

(Voir traduction ci-dessous)

 

Pierrot, 20 avril 2017

 

« …Dans leur enlacement quand ils goûtent la fleur/de l’âge, quand leur corps pressent la joie prochaine,/lorsque bientôt l’amour va jeter sa semence,/ils s’approchent encore, ils mêlent leur salive/et leur souffle, pressent la lèvre sous leur dent,/mais ils sont impuissant à prendre rien à l’autre,/à pousser plus avant, à passer l’un dans l’autre./C’est là qu’ils voudraient, c’est là qu’est leur combat,/à voir avec quel feu ils serrent leur lien/tandis que de plaisir ils pâment et se fondent… »

 

L’HUMANITÉ ENTRE DANS SON ADOLESCENCE 

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN : 

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

 *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
17 avril 2019 3 17 /04 /avril /2019 23:06

 

Pierre IVORRA. Chronique dans "L'Humanité" du mercredi 17 avril 2019

 

Le pouvoir des héritiers et celui des financiers

 

 

Thomas Piketty a développé une analyse historique dans laquelle il montre notamment l’importance de l’héritage dans les périodes de crise. A sa suite, Philippe Frémeaux, un autre économiste, a publié récemment aux éditions du Seuil un ouvrage consacré aux « nouveaux héritiers ». Il y rappelle qu’en France, « les 10 % les plus riches détiennent à eux seuls plus de la moitié des richesses privées, et les 1 % les plus riches près du quart » et il y affirme que de plus en plus cette inégalité est liée à l’héritage. Une étude d’Euronext, le plus important organisme boursier européen, sur le CAC 40 semble confirmer ce point de vue.
L’étude montre que les familles et les fondateurs des 40 sociétés cotées à cet indice, le plus important de la Bourse de Paris, et qui regroupe certaines des multinationales françaises les plus puissantes, ont pris une part grandissante dans leur capital. Leur pourcentage, qui était de 9,7 % fin 2012, est passé à 10 % en 2016 et 11,2 % en 2017. En valeur, ces participations sont passées de 136 milliards d’euros à 163 milliards entre ces deux dernières années. La part de l’actionnariat familial dépasse même 20 % dans 10 des 40 sociétés.
Certes, 3 familles contrôlent 7,6 % du capital de l’ensemble des groupes qui y sont cotés : 3,9 % pour les Arnault, au travers de LVMH et de Carrefour ; 2,3 % pour les Bettencourt Meyers, avec L’Oréal ; 1,4 %, enfin, pour la famille Pinault qui possède indirectement plus de 40 % du groupe de luxe Kering. Cependant, les fonds financiers de différents acabits (d’investissement, de pension, souverains, …) en ont 8,4 %. Au-delà du CAC 40, si l’on examine le capital des 120 sociétés les plus importantes de la Bourse de Paris, on s’aperçoit que la part de leur capital appartenant à ces fonds est passée de 27,6 % en 2012 à 30,7 % en 2017, progressant de 11,2 %, contre seulement +0,9 % pour les familles.
Ces constats faits, on peut se demander si le facteur essentiel qui explique cette importance un peu plus grande des familles et surtout cette mainmise des fonds d’investissement n’est autre que la financiarisation des économies, le forcing effectué par les gouvernements de la plupart des grands pays afin de doper le capital, d’accroître son emprise sur la vie des hommes, sur celle des affaires, sur l’évolution technologique, afin d’augmenter ses rendements, sa rentabilité, ses capacités à enfoncer ses rivaux. Une politique de transformation devrait dès lors non seulement réformer la fiscalité du patrimoine et celle de l’héritage, mais aussi faire reculer les prélèvements du capital et son emprise sur la société.

 

Cet article a été copié sur Pierre Ivorra facebook

 

_______________

 

L’HUMANITÉ ENTRE-ELLE DANS SON ADOLESCENCE ?

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN :  ICI

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

_______________

 

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

_______________

Partager cet article

Repost0
16 avril 2019 2 16 /04 /avril /2019 08:09
Statuette en bois peint. Cathédrale de Porto.

NOTRE DAME DE PARIS

 

Huit siècles d’histoire, ce sont huit siècles pendant lesquels des femmes et des hommes ont vécu, agi, inventé, ce n’est pas seulement l’âge d’un monument exceptionnellement beau et fort de sa beauté.

Parce qu’un monument exceptionnel, sa forte symbolique, faite d’une multitude de rapports avec lui, c’est aussi des décennies de mise en œuvre des qualifications, des compétences, des motivations positives et négatives pour le construire.

Ce sont des ouvriers et leurs familles qui ont sué sur cet effort, la plupart du temps avec la fierté et l’enthousiasme de l’œuvre.

L’émotion de cette destruction par le feu ne peut être séparée de celle de l’angoisse de la nécessité à laquelle l’argent répond  de moins en moins, celle de la transmission des savoirs et des savoir-faire qui ont permis un tel chef d’œuvre, mais aussi qui ont permis et permettent encore aujourd’hui la réalisation et l’usage non seulement d’œuvres d’art mais aussi d’objets de notre quotidien, de la centrale électrique à la casserole pour faire la soupe et au portable avec lequel nous communiquons quotidiennement.

Il y a contradiction entre formation au niveau des sciences et techniques du passé et du présent, de ce présent d’une extraordinaire complexité technologique et symbolique, et taux de profit.

La conservation et l’usage de grandes réalisations artistiques fait partie de la qualité de la vie humaine, de la compréhension de ce qu’est l’humain et l’humanité, mais n’entre pas dans les critères de rentabilité.

Il est pourtant possible de construire une société en accord entre besoins et financement des besoins. Ce blog revient souvent sur les propositions tendant à développer cet objectif et cette cohérence.

Il existe des réserves d’alternatives dans l’activité humaine pour la rendre plus saine, plus efficace dans ses buts et aspirations. Il faut les mettre en œuvre.

Pleurer ne suffit pas, s’indigner non plus, reconstruire ponctuellement non plus. Il faut accorder nos volontés aux moyens de les réaliser. C’est une question d’organisation sociale en mouvement solidaire et en santé. Et en pensant à cela on ne peut pas ne pas penser à la condition ouvrière (ouvrières et ouvriers) et à sa nécessaire solidarité internationale.

En pensant aux ouvriers qui ont construit Notre Dame, je pense aussi à la condition des femmes d’alors et aux séquelles de la compétitivité financière qui pèsent encore sur les femmes d’aujourd’hui.

Je pense aussi au « moins mais mieux » qui pourrait être notre réflexion sur notre mode de vie aujourd’hui, l’American way of life, qui s’il a de la grandeur a aussi les marques handicapantes de la finance. Moins mais mieux ce n’est pas un abaissement productif, c’est une condensation qualitative de la production par la révolution scientifique et technique utilisée avec une conscience des besoins en processus de développement humain, les moyens de le réaliser en santé, ce qu’il représente dans la nature comme partie possible de son développement. Partie merveilleuse pour nous, c’est la nôtre. Notre « petitesse » dans cet univers n’a rien à voir avec une inutilité d’être. L’utilité d’être c’est d'abord la solidarité dans notre espèce pour quelle vive. Et la solidarité avec la nature pour qu’espèce humaine et nature dont elle fait partie, s’apportent mutuellement secours en progressant. A travers Notre Dame de Paris, au-delà de la ritualisation humaine de leur religion, ceux qui s’interrogent sur notre raison d’être à travers leur religion, doivent être sensibles à cela, je crois. Comme les autres humains tous à la recherche dans la vie de chaque jour, d’un sens à donner aux actes qui constituent leur existence, de la naissance à la mort.

Pierre. 16 avril 2019.

 

___________________

 

L’HUMANITÉ ENTRE-ELLE DANS SON ADOLESCENCE ?

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.AVRIL. REMANIÉ AU FUR ET A MESURE DE SON ELABORATION.

SUR CE LIEN :  ICI

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

_______________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
14 avril 2019 7 14 /04 /avril /2019 07:57
Un éminent théoricien marxiste : A.Gramsci

Le compromis historique SOCIAL-démocrate est dépassÉ ou en voie de dépassement.

Après la répression de la Commune de Paris et lorsque le mouvement ouvrier  -des canuts jusqu’aux temps de l’organisation et la réorganisation permanente du mouvement-, se pose, avec l’installation assurée de la bourgeoisie aux affaires d’Etat et la prospérité de son mode de production et d’échange, la question d’une stratégie globale. La question d’une stratégie globale pour le capital comme pour le travail, pour les acheteurs comme pour les vendeurs de la force de travail. Stratégies opposées et imbriquées, c’est dans un même mouvement.

Le capital a besoin du marché et de la force de travail que constituent doublement les salariés, sous toutes les formes, institutionnalisées ou pas. Aujourd’hui encore, malgré  le besoin du capital d’un taux de profit en contradiction avec le besoin d’élargissement du marché. Dans la bataille du salariat pour le salaire, la part de la richesse produite, et la bataille du capital pour la réduire et augmenter la part de la plus-value et du profit, existe un rapport de force. Une vente est un achat, un mouvement à deux sens, comme dit Marx dans « l’introduction à la contribution à la critique de l’économie politique ». Ce rapport de force peut mener soit directement à  l’abolition de la vente-achat de la force de travail, soit à un compromis provisoire ou à long terme. L’histoire a fait, et en particulier après la Commune de Paris, que s’est développé un compromis à long terme, relativement au temps humain général. Ce que développe un compromis à long terme, relativement au temps humain général c’est la naissance et le développement de la social-démocratie de l’Europe occidentale et son point culminant à la charnière entre le XIXème et XXIème siècle : la répartition des richesses pour assurer les services par l’impôt sur le revenu, progrès de la vie humaine en est un exemple clair de compromis de classe car cette répartition est favorable au capital qui d’autre part a un double besoin de service assurant le marché, et de main d’œuvre. Le processus de la société d’Europe occidentale est propre à l’Europe occidentale et à sa traversée vers l’Ouest avec la destruction des civilisations indiennes d’Amérique, à l’instar des prédécesseurs ibériques et autres plus tôt et au Sud. Si le mode de production capitaliste se généralise dans le monde, cela ne veut pas dire que d’autres modes de développement ne peuvent pas exister, ni qu’ils n’existent pas. Vu sur le plan de son usage par les médias, le modèle occidental est une triste et redoutable plaisanterie. On peut se rappeler que les guerres bourgeoises napoléoniennes ont abouti, entre autre à une occupation au progrès ambigu, entre des aspirations contradictoires de l’Allemagne des Princes à la nation et de sa bourgeoisie à l’industrialisation, et de sa paysannerie et ses intellectuels à la liberté et au pain, qui n’a auguré rien de bon pour la suite de l’histoire. L’aspiration à la liberté et au pain a développé l’Aufclarung (Les Lumières allemandes) et l’Aufclarung, dans une situation de développement inégal, la pensée hégélienne et marxiste et la plus forte social-démocratie qui a été détruite préventivement par la confindustrie en 1918 et en 1933. La suite on la connait, mais les régressions après victoires sociales aussi.

La répartition et le compromis historique se développera positivement avec le Front Populaire et plus encore avec la Libération du nazisme de 1945, les nationalisations, les services publics élargis, la prise en charge (relative) par les employeurs et les employés de problèmes de santé, de famille ou de vieillesse, la Sécurité Sociale, les réinvestissements plus importants dans le système productif du capital accumulé. Entre parenthèse, la sécurité sociale doit absolument se compléter, sous peine de retour en arrière brutal par le droit effectif à la sécurité d’emploi et de formation. Ce sera sans doute la voie vers une abolition à terme de la vente-achat de la force de travail.

Je ne reviens pas sur la crise systémique de suraccumulation-dévalorisation du capital et son accélération dans la mondialisation numérique de la production et de l’échange et sur l’explosion conjointe des possibilités non encore sainement et suffisamment utilisées des forces productives, de la productivité : contradiction du système. Mais c’est dans cette crise que réside l’incapacité du capital de poursuivre l’expérience du compromis historique français et européen occidental, pas plus que le compromis keynésien mondial des trente glorieuses.

C’est d’ailleurs la raison de l’effondrement de la social-démocratie qui a entrainé toutes la gauche avec elle, en écopant ses fuites par ponction sur toute la gauche, et sur les communistes en particulier. Et en s’appuyant sur les moyens que lui a donné le capital jusqu’à ce que la marrée de droite arrive jusqu’à elle.

Je relis en ce moment un texte d’Alvaro Cunhal de 1965 sur « La droite est notre principal ennemi ». Il y rappelle en anticipant le projet, que le mouvement des forces armées qui a chassé la dictature ne naîtra pas de rien, mais de l’organisation de la gauche et de son rassemblement, à l’initiative et l'incitation du PCP, que ses militants ont payé souvent cher. Mais c’était leur conviction. Les guerres coloniales portugaises y ont joué un rôle catalyseur. Certes nous n'en sommes plus au mouvement des forces armées portugaises, mais nous en sommes encore plus que jamais au rassemblement des forces sociales sur un objectif de transformation sociale en santé et le rôle du PCF et de sa vision transformatrice reste indispensable. Organisation et vision, les deux ensemble et sans cesse confrontées au mouvement de la société, sinon à buter sur une incapacité de synthèse répondant à la dispersion des questions à traiter.

La question de la démocratie du citoyen, la démocratie du producteur (Au sens que lui donne Berlinguer), n’est pas traitée ici mais dans d’autre articles. Cependant la démocratie y est traitée indirectement en évoquant le processus économique de passage à un autre mode de production. Ce processus peut bénéficier de l’apprentissage des erreurs et des crimes, et peut bénéficier surtout du développement lui-même des forces productives, en particulier de l’allègement radical et progressif du temps de travail contraint correspondant à la vente-achat actuelle de la force de travail libérée par une productivité mise au service de la qualité des produits et de la  vie humaine. Il n’est plus question des mesures coercitives du communisme de pénurie ayant entraîné la bonapartisation-dictature policière.

Au-delà et en deçà des moralismes étroits, il m’est très difficile d’entendre les discours sur le travail, le chômage, les qualifications, sans entendre son corollaire du taux de profit. Le glissement de la social-démocratie à l’hyperlibéralisme généralisé est un phénomène correspondant à la crise systémique de suraccumulation-dévalorisation du capital. Et ce glissement frénétique entraîne la droite, pour les mêmes raisons, à l'extrême exploitation relative ou absolue des humains et de la nature, c'est-à-dire non au fascisme historique, mais à la collaboration à la dictature biologico-numérique d’une révolution scientifique et technique mise au service du capital et non des besoins humains. Résister à cette dictature est l’honneur de notre temps comme il a été celle à l’occupation nazie. Deux histoires diverses, deux formes d’opposition au capital, deux espoirs d’en sortir par le haut d’une civilisation de toute l’humanité.

Pierre Assante. vendredi 12 avril 2019

___________________

 

L’HUMANITÉ ENTRE-ELLE DANS SON ADOLESCENCE ?

RECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS.avril. REMANIÉ au fur et a mesure de son elaboration.

SUR CE LIEN :  ICI

HTTP://PIERRE.ASSANTE.OVER-BLOG.COM/2019/03/L-HUMANITE-ENTRE-ELLE-DANS-SON-ADOLESCENCE-RECUEIL-JANVIER-FEVRIER-MARS-2019-REMANIE.HTML

_______________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0
13 avril 2019 6 13 /04 /avril /2019 09:05

RELIGIONS SOUS TOUTES LES FORMES, DOMINATIONS, DEPASSEMENT DES NORMES DE PRODUCTION ET D’ECHANGES DU CAPITAL.

Il ne s’agit pas de « condamner » les croyants. Il s’agit de constater que les religions, toutes les religions, ont été massivement du côté de la domination. Elles font massivement l’éloge et de la soumission aux dominants et du maintien des normes sociales et sociétales dépassées.

Autre chose est l’incursion des mouvements populaires, des producteurs dominés, dans l’action de la religion. Ernst Blog a très bien expliqué ça dans  « L’athéisme dans le christianisme ». Je ne développe pas. Le poème d’Aragon « La rose et le réséda » témoigne de la convergence possible entre croyants et non croyants à partir de l’aspiration commune de réduction de la misère humaine. Intrusion que constitue le christianisme original dans l’Israël juif dominé par l’Empire et la société marchande non de droit mais en constitution avancée dans toute la méditerranée, et esclavagiste. De même plus tard le protestantisme, dans l’Europe occidentale catholique, différemment puisqu’il s’agissait de la montée de la bourgeoisie dans le système économique féodal puis monarchique absolue. Il y a bien d'autres exemples historiques.

La pesanteur des normes de la domination est telle que toute avancée dans l’unité que forment la conscience et les forces productives, et leurs développements conjoints mais inégaux, est toujours récupérée au moins en partie par le fait religieux, du dehors ou du dedans. C’est le cas du marxisme et du communisme eux-mêmes.

Cependant, une proposition qui a pour but la conservation et le développement de l’espèce humaine (c’est la notre !) dans la construction d’un mode de production qui le permette en dépassant les lois de l’échange marchand à son paroxysme est un pas en avant par rapport aux normes de dominations. C’est un pas vers la coopération et cohérence entre les hommes et entre les hommes et la nature qui est la source de leurs richesses de vie. Rappelons que ce paroxysme et le capitalisme monopoliste mondialisé numériquement informationnalisé, globalement financiarisé.

Coopération et cohérence entre les hommes c’est bien ce que pose et propose le marxisme par son effort d’unité entre conscience humaine et forces productives, homme, technique et culture unies, en développements conjoints et inégaux. Il n’y a pas de mouvement linéaire comme le dogme l’affirmait. Volonté humaine, nécessités, en mouvement, sont en rapports dialectiques et aléatoires.

Ce n’est pas une morale issue du passé qui crée le lien entre les hommes, comme les pensent les religieux, y compris les religieux qui se veulent du « camp progressiste », pour rendre possible cette coopération et cette cohérence, c’est la construction de cette cohérence qui crée la morale nouvelle.  Il y a rapport dialectique entre la construction mentale et la construction physique. Construction mentale et construction physique habitent indissolublement tous les objets humains, les machines, les institutions, les objets de consommation comme les objets de production. Et les corps-soi issus de la société humaine et construisant la société humaine.

Mais dans nos aberrations mentales qui sont encore loin d’être dépassées à ce jour, celle consistant à séparer philosophie et économie est en est une essentiellement négative. Il y a une organisation sociale de la production comme il y a une organisation sociale de l’administration et pour nous encore de la domination étatique. Lorsque Marx décrit le capital, la plus-value, la circulation marchande, la circulation du capital, la suraccumulation du capital et sa dévalorisation et ses crises qui mettent à mal le processus de l’humanité et de la planète, séparer philosophie et économie c’est ça l’aberration majeure.

Certes, le marxisme et le communisme ont été eux aussi dogmatisés, mais ils n’en constituent pas moins la pointe avancée de la conscience humaine sur son propre processus. Et cette avancée se poursuit, en économie par exemple avec les analyses de Paul Boccara et du mouvement qu’il représente. Et que Paul Boccara présente lui-même en tant « qu’hypothèse opérationnelle » comme dirait Ernst Bloch, à mettre en œuvre. De même en matière d’organisation du travail, et de la production et de son exercice en cohérence entre la personne, l’entité de production et d’échange, et le mouvement général de la société, avec Yves Schwartz et le mouvement qu’il représente, l’ergologie, malgré les difficultés due au fait que la transition à un mode de gestion du travail progressiste dès à présent soit moins évident que celui du dépassement de la vente-achat de la force de travail dès à présent. « Quoique ! », dirons-nous si nous sommes conscients des moyens matériels que l’argent accumulé qu’est le capital, sa propriété des moyens de production et d’échange et sa circulation entre quelques mains garantissant son taux de profit au détriment des besoins humains et leurs institutions financières, possède, pour contrer toute évolution qualitative.

Mais on ne contre pas indéfiniment. Tous les barrages craquent quand il y a trop-plein. Et si rien ne réussit pour empêcher que le barrage craque, il craque de façon catastrophique.

Pierre Assante, 12 avril 2019

___________________

 

L’humanité entre-ELLE dans son adolescence ?

rECUEIL JANVIER.FEVRIER.MARS. REMANIÉ.

Sur ce lien :

http://pierre.assante.over-blog.com/2019/03/l-humanite-entre-elle-dans-son-adolescence-recueil-janvier-fevrier-mars-2019-remanie.html

_______________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 101 102 103 104 105 106 107 108

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche