Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2018 1 10 /09 /septembre /2018 11:20
 
 
 

 

ÉCONOMIE et POLITIQUE sera présente à la fête de L'HUMANITE, les 14, 15 et 16 septembre

 

Paul BOCCARA en débat lors d'une fête de l'Humanité

Notre revue aura son stand avec les autres revues du PCF au Village du livre, avenue Rosa Luxemburg. On pourra s’y abonner et prendre connaissance de notre dernier numéro et de son dossier « services publics, fonction publique ».


On pourra aussi se procurer Passion et Patience de la créativité révolutionnaire, l’anthologie, qui vient de paraître aux éditions Delga, des œuvres théoriques de Paul Boccara, et adhérer à l’association pour la Fondation Paul Boccara.

 

Parmi les débats auxquels les auteurs et les animateurs d’Économie et politique participeront, on peut citer :

  • ·la carte blanche sur l’œuvre de Paul Boccara, au village du Livre, avenue Rosa Luxembourg, samedi 15 septembre à 14 heures, avec Catherine Mills qui dédicacera ensuite l’ouvrage Passion et Patience de la créativité révolutionnaire ;
  • le débat sur les enjeux économiques et politiques de la rentrée avec Frédéric Boccarasamedi 15 septembre à 15 heures, au stand de la Drôme, avenue Georges-Séguy. Le stand de la Drôme abritera également le débat avec le collectif des usagers de l’Association Valentin Haüy animé par Stéphane Guyard, samedi 15 septembre à 11 heures ;
  • le débat « Hôpital public, urgence : quelle alternative, quelle nouvelle gestion, quels nouveaux financements pour le service public de la santé » avec Evelyne Vander-Heim, Christophe Prudhomme, Jean-Michel Toulouse et Denis Duranddimanche 16 septembre à 11 heures, au stand de Montreuil, avenue Georges Valbon ;
  • le débat sur le droit à la formation professionnelle continue avec Frédéric Boccaradimanche 16 septembre à 13 heures, à l’espace des Jeunes communistes de Paris, avenue Henri-Malberg.

 

Nous serons également présents au dîner de Progressistes, jeudi 13 septembre à 19 heures 30, au stand de la Gironde, avenue Paul-Éluard. Denis Durand y dédicacera son ouvrage Sept leviers pour prendre le pouvoir sur l’argent, aux éditions du Croquand

 

 

Nouveautés sur le site economie-politique.org
 

_______________________Voir aussi sur ce blog ____________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: *Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 101 102 103

Ou

<< < 10203040 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 708090100> >>

 

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

_______________________________________________

QUELQUES RECUEILS ET LIENS DE CE BLOG :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/08/quelques-recueils-et-liens-de-ce-blog.html

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2018 4 06 /09 /septembre /2018 20:26

La régulation ou la mort !

Ceci n’est qu’une pâle explication qui se veut pédagogique pour les militants

de la transformation sociale en santé.

 

…à partir de quelques éléments recueillis ici sans les développer, dans les 2 volumes sur les théories sur les crises de la suraccumulation et la dévalorisation du capital, de Paul Boccara (1). Dans le meilleur des cas, peut-être cela peut constituer une incitation à l’étude partielle ou entière, meilleure que la mienne, de ces ouvrages pour apprendre, comprendre, agir en santé dans le mouvement de la société :

 

Certes nous combattons le capitalisme à partir de ses effets dans notre vie quotidienne, et dans  ce qui apparait des difficultés de vivre à venir.

Aucun pouvoir n’a apporté jusqu’à présent solution à la crise systémique actuelle en cours d’aggravation exponentielle si ce n’est sous forme d’illusions gratifiantes provisoires, rapidement dissipées, qui font passer les gouvernements et leurs hommes du moment à la retraite dorée ou en réserve au profit d’autres hommes qui apparaissent à nouveau changer les choses dans un premier temps, mais ne changent rien à l’avancée de la crise et de ses effets. Illusion, déception. Désengagement ou régénération de l’action humaine, des peuples et des personnes ?

Oui, le capitalisme a « fait tourner » et « fait tourner » encore la société humaine, mais de plus en plus mal : production, consommation, multitude des activités humaines et leur diversité, malgré les douleurs sociales subies par les personnes et les entités humaines dans ses crises et ses convulsions.

Alors que dénoncent les communistes ? Quelle société parfaite prétendent-ils construire ?

La société que les communistes souhaitent construire n’est pas "leur société parfaite", ce n’est pas leur prétention, mais une société de toute l’humanité coopérant progressivement à la construction sur un pied d’égalité dans les responsabilités et les fruits en découlant pour tout un chacun et dans ses choix.

Cette société proposée à une caractéristique : une capacité de régulation assurant la continuité des processus vitaux de l’humanité, de la personne humaine dans le processus général de l’humanité, et dans ses rapports d’usage des richesses naturelles qui sont à la base de la vie sur cette terre.

Les capacités de destruction de la planète sont liées à l’incapacité de régulation du système économique actuel et à travers lui des activités humaines. Le système du profit maximun dans la guerre du capital est incompatible avec un usage mesuré des richesses, de toute les richesses de la planète, humaines comprises évidemment.

Coopération et cohérence démocratique ne peuvent se déployer sans régulation permanente au fur et à mesure du mouvement de la société et de la nature, de la création de l’homme par lui-même. Le déséquilibre est la base du mouvement, de la société comme de la nature en général, à condition qu’il ne soit pas trop grand, qu’il ne devienne pas mortel. C’est là le rôle de la régulation.

La régulation économique est complexe. La révolution c’est n’est pas une prise de pouvoir un point c’est tout, c’est la capacité de gérer en santé la société dans ses besoins matériels et ses aspirations, dans son processus de complexification de l’humanisation, de ses prémisses lointaines à aujourd’hui et à son futur.

Pour donner des exemples de régulation, comment harmoniser la production de moyens de production (machines qui produisent les machines de consommation) et la production des moyens de consommation (machines qui produisent les biens de consommation) ? Comment réguler l’accumulation dans et entre les deux sous-systèmes de production et d’échange ? Comment assurer la qualité de la production nécessaire à la vie et son développement tout en condensant sa croissance, à l’image du développement biologico-culturel cérébral, pour qu’elle soit non seulement soutenable mais aussi  correspondante aux besoins quantitatifs et qualitatifs?

Comment faire en sorte que la suraccumulation ou la sous-accumulation dans un sous-système ne provoque pas un défaut ou un excès d’accumulation dans l’autre sous-système bloquant l’ensemble du système relativement ou d’une façon absolue ? Et donc bloquant les moyens de satisfaction des besoins historiques humains, du mouvement présent et des moments à venir ?

L’origine de la contradiction antagonique de notre système est dans la transformation de la société marchande primitive en société capitaliste qui pour se reproduire à besoin d’accumuler dans l’échange Argent-Marchandise-Argent plus, et de la suraccumulation-dévalorisation qu’elle induit. C’est-à-dire de produire de la plus-value, de soustraire dans la production une partie de la valeur produite pour accumuler et se renouveler en spirale de développement, de crise en sortie de crise.....

Car il ne suffit pas au capital de produire de la plus-value, il faut aussi qu’il la réalise en monnaie-capital pour pouvoir poursuivre le cycle d’accumulation dans la guerre au profit de subsistance du système et de ses composantes. Il ne peut la réaliser parce qu’il ne peut trouver régulation, c'est-à-dire équilibre-déséquilibre en santé entre le producteur vendeur de sa force de travail et le producteur-acheteur de son propre produit, le même.

Il y a suraccumulation lorsque le capital constant accumulé oblige la destruction ou le gel d’une part de capital, c’est à dire une part de la production humaine des richesses, produisant plus que ce qui peut être consommé. Pas qui pourrait être consommé. Pour pallier à la baisse tendancielle du taux de profit avec l'accroissement du capital constant dans la composition générale du capital, et à cette suraccumulation qui sont liées, cette destruction ou ce gel relance le taux de profit. La même productivité est appliquée à une part  du capital et une productivité supérieure à une autre part, dont les taux de profit s’ajoutent globalement dans le capital globalisé.

A condition que la suraccumulation ne soit qu'une crise cyclique et ne devienne pas systémique, permanente, ce qui est le cas dans le cadre de la globalisation, de la mondialisation, de la révolution scientifique et technique numérique, qui démultiplie la production et la suraccumulation jusqu’à rendre le réinvestissement improductif, le capital improductif de profit, de valeur ajoutée, même en produisant des marchandises. Relativement ou globalement.

Ceci explique la financiarisation et la spéculation elle aussi multipliée. La crise systémique de la reproduction capitaliste élargie est la mère de la financiarisation et de la spéculation amplifiée, généralisée et non le contraire.

C’est en quoi la protestation contre la financiarisation, les privatisations qui s’en suivent et le détachement  croissant et l’indifférence du capital à l’égard du type de travail concret, et des besoins humains immédiats et à long terme, sont stériles si elle ne s’accompagnent pas de mesures concrètes de régulations, par les fonds démocratiques publics de financements, la sécurité de l’emploi et de la formation, la régulation des échanges et des coopérations mondiales dans une réforme démocratique du FMI, de la création monétaire au service de ces fonds et des besoins de développement en quantité et en qualité. En prélude d'un mode de production et d'échange où le moteur soit les besoins et non le profit capitaliste : le communisme.

 

Pierre Assante, 6 septembre 2018

 

__Cliquer sur la photo__

(1) Déjà présentés sur ce blog par une conférence (vidéo et texte en cliquant sur la photo ci-contre) de Catherine Mills. Editions Delga. Peut-être pourrait être rédigé dans un but pédagogique, par un, ou des économistes communistes un court ouvrage reprenant possiblement, du premier volume, en attendant d’autres :

« De la réfutation du point de vue sous-consommationniste à l’affirmation du caractère dualiste de la théorie de suraccumulation ou des crises par Vladimir Illitch Lénine » et « les linéament d’un schéma dialectique marxien et néomarxiste de suraccumulation »

 

_______________________Voir aussi sur ce blog ____________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2018 3 05 /09 /septembre /2018 07:27

CRISE DE CROISSANCE ET DOUBLE HANDICAP :

Mode d’échange et mentalités.

Que représente le Macronisme ?

 

Je ne reviens pas ici sur le caractère de la crise de croissance immense que traverse l’humanité et la révolution scientifique et technique qui en fait partie et le besoin d’une autre qualité de la croissance. J’ai développé cela dans ce blog et bien d’autres l’ont fait de même.

 

Le premier handicap, c’est le mode d’échange et de production basé sur la circulation A-M-A’, la suraccumulation-dévalorisation du capital qui l’accompagne, au paroxysme.

 

Le deuxième handicap, c’est le mode de développement de la personne basé sur l’individualisme et non l’individu en relation en santé avec son espèce et son organisation sociale et son processus.

 

Mode de production et mode d’échange, et mentalités individualistes par imitation, sont liés à la montée puis au pourrissement d’une classe sociale, la bourgeoisie et son stade final de propriété mondialisée du capital, de son mouvement, sa circulation, son processus d’éloignement progressif des besoins humains, dans leur développement et leur complexification.

 

Emmanuel Macron et son équipe restreinte, et son influence réelle (13% du corps électoral au premier tour, certes grandie par l'élection, mais aujourd'hui en interrogation forte), représente ET le mode de fonctionnement de la financiarisation généralisée, ET le mode de développement élitiste et restreint de la personne humaine.

 

Une tyrannie ne peut fonctionner que si elle a une fonction, et c’est de moins en moins le cas du macronisme. D’autant que la formation des mentalités par le système réclame sans cesse ou plus d’élitisme et-ou moins d’engagement.

 

« On en a marre d’être subalterne », ou « on ne peut plus tenir dans nos responsabilités », c’est le cri inconscient généralisé des diverses et multiples individualités et entités sociales, d’une mentalité formée aux besoins du capital, dans toutes les activités humaines.

 

La question de fond : comment faire monter dans l’ensemble de la société la minorité actuelle de pensée, (opposée à la minorité dominante), qui exige de s’attaquer concrètement à la financiarisation, et pas seulement en protestant, mais pour orienter le mouvement de la société vers une organisation démocratique et en santé à partir des besoins humains, des rapports en santé entre les hommes entre eux et avec la nature, et comment rendre l’initiative au citoyen et au producteur, au travail, en cohérence, en coopération, et en santé. Au double handicap, double solution en une, le dépassement radical et progressif du système.

 

Les marges de manœuvre "sociale" - face aux luttes revendicatives ouvrières et populaires- d'un capitalisme dont la crise n'était pas au point actuel disparaissent depuis de nombreuses années. C'est aussi la raison de l'effacement progressif de la social-démocratie et de nos propres problèmes en matière de résultats des luttes et des élections. L'ordre du jour est vraiment la transformation-dépassement du système économique (1) et de son poids négatif sur toutes les activités de la société (production et échange des biens, qualité, emploi, vie quotidienne, organisation du travail, "loisirs", financements, rapports internationaux, solidarités, coopérations, création... etc.) . Affronter la crise dans ce qu'elle a de systémique : plus de contournement possible de cette question.


Pierre Assante, 5 septembre 2018

 

(1) Voir les propositions des économistes marxistes du PCF dans la revue "Economie et politique" et les analyses de la démarche ergologique progressiste, dans le revue "Ergologia" et les deux, entre autre, sur ce blog.

_______________________Voir aussi sur ce blog ____________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

_______________________________________________

QUELQUES RECUEILS ET LIENS DE CE BLOG :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/08/quelques-recueils-et-liens-de-ce-blog.html

Partager cet article

Repost0
4 septembre 2018 2 04 /09 /septembre /2018 13:53

4ème Congrès de la

Société Internationale d'Ergologie

BRASILIA,

INTERVENTION  d'ouverture DU PRÉSIDENT

Yves SCHWARTZ.

 

Nous nous sentons très honorés de la présence de personnes si illustres pour l’ouverture de notre Quatrième Congrès de La Société Internationale d’Ergologie. Merci beaucoup de cet accueil si chaleureux. Et je me sens très ému  à constater le travail accompli par nos amis et collègues de l’Université de Brasilia pour assurer la réussite de cet événement.

C’est une joie de se retrouver, ou se trouver, ici  ensemble pour cette  4ème édition du Congrès de la SIE.

 

La D.E (démarche ergologique) se promène, ou est promenée tous les deux ans en des lieux et milieux si différents : Strasbourg en 2012, Sierre dans le Valais suisse en 2014, Aix-en-Provence en 2016, et aujourd’hui Brasilia. Signe remarquable de maturation et de prise en charge de « fondamentaux ergologiques » dans des régions du monde et  des expériences professionnelles et de vie qui, au départ n’avaient aucune raison de se rencontrer : une histoire inimaginable il y a 34 ans !

Mais ces déplacements ne doivent rien au hasard. Strasbourg ne l’était pas, avec les investissements de long terme de Louis Durrive et de son équipe alsacienne, Sierre, avec les liens noués non seulement avec B.Lévy et la Haute Ecole de Sierre, mais avec de si nombreux collègues de la Suisse romande, et bien sûr aujourd’hui dans la capitale du Brésil. Premier Congrès en Amérique du Sud, et large prise en charge brésilienne de son organisation : tout le monde sait aujourd’hui que sans la rencontre entre l’expérience aixoise et le dynamisme, la chaleur intellectuelle et humaine brésilienne, l’ergologie ne serait pas aujourd’hui ce qu’elle est. Les échanges ont été très intenses entre nous depuis vingt ans, séminaires, cours, doctorats sandwichs, post doctorats, discussions d’expériences. Pour donner un exemple : ce dernier mois de Mars, je suis venu ici à l’UNB pour un cours sur Epistémologie et Ergologie, avec la présence active de collègues de diverses régions du Brésil.    Et dans la foulée, d’un côté l’inestimable apport du monde lusophone (Portugal, Mozambique) ; et de l’autre les pays hispanophones d’Amérique latine, l’Uruguay en première ligne, le Pérou, la Colombie,  se préparent à être des protagonistes éminents de la D.E.

 

Aujourd’hui, comment comprendre et évaluer ce rassemblement que nous formons, dix ans après la création de la Société ?  

Je répondrais par une prise de position et un constat, qui peuvent paraître partiellement contradictoires mais qu’il faut tenir ensemble, je crois :

-La prise de position nous renvoie à ce que je disais au Congrès de Strasbourg, et concerne précisément ces « fondamentaux ergologiques »..... 

 

.....SUITE  ici

https://pierreassante.fr/dossier/4eme_CONGRES_SIE_BRASILIA_INTERVENTION_PRESIDENT.pdf

_______________________Voir aussi sur ce blog _________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

_______________________________________________

QUELQUES RECUEILS ET LIENS DE CE BLOG :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/08/quelques-recueils-et-liens-de-ce-blog.html

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2018 1 03 /09 /septembre /2018 18:28

UN PETIT CONSEIL QUI PEUT TEMPERER NOTRE  romantisme politique et verbal, POUR RENDRE PLUS EFFICACE NOTRE ACTION… et POUR ne pas remplacer

un serviteur du pouvoir financier

par un autre… (P.A.)

 

« … pour éviter les malentendus possibles, encore un mot. Je n’ai pas peint en rose le capitaliste et le propriétaire foncier. Mais il ne s’agit ici des personnes, qu’autant qu’elles sont la personnification de catégories économiques, les supports d’intérêts et de rapports de classes déterminées. Mon point de vue, d’après lequel le développement de la formation économique de la société est assimilable à la marche de la nature et à son histoire (1), peut moins que tout autre rendre l’individu responsable de rapports dont il reste socialement la créature, quoi qu’il puisse faire pour s’en dégager… ». 

Karl MARX, extrait de la préface de la première édition de « Le Capital », 25 juillet 1867

 

(1) Il ne s'agit pas de voir là un point de vue déterministe de la part de Marx, autre malentendu possible, toute son œuvre en témoigne dans le détail. Il ne s'agit là que d'un extrait choisi pour illustrer le moment présent. (P.A.)

 

_______________________Voir aussi sur ce blog ____________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2018 1 03 /09 /septembre /2018 07:54

René MERLE. Nòvas de blòg

 Bonjorn en totei,

Vaquí de nòvas de mon blòg http://archivoc.canalblog.com/

Aquest estiu, per mei 82 ans, lei collègas dau CIRDOC son venguts recuperar meis archius papier e copiar sus clau USB la grand part de meis obratges e intervencions publicas. Una sauvaguàrdia reconfortanta.

Siguèt l’ocasion de tornar organizar lei « Catégories » de mon blog, e de lo completar grandament.

Desenant, a l’escasença, vau contuniar enca’n’pauc de li apondre informacions, documents e reflexions.

Restabliguèri tanben lei foncions « Contacter l’auteur » e « Newsletter », que marchavan pas ben.

Vous trouverez en tête de liste un billet d’explication et de motivation, en français pour être bien compris par les lecteurs locuteurs du francoprovençal.

"...On peut légitimement se demander pourquoi, dans un monde où les vagues migratoires de tous ordres (de l’héliotropisme d’outre Loire aux espoirs africains de vie meilleure) submergent les parlers autochtones résiduels, dans un monde où une acceptation de conformisme social fait écho à la domination de l’idiome officiel, je m’intéresse encore à un parler, l’occitan provençal maritime qui fut celui de mes grands-parents, et plus largement pourquoi je m’intéresse encore à l’occitan dans toutes ses composantes, langue dont la mort..." [Lire la suite]

_______________________________

_______________________Voir aussi sur ce blog (P.A.)____________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

_______________________________________________

QUELQUES RECUEILS ET LIENS DE CE BLOG :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/08/quelques-recueils-et-liens-de-ce-blog.html

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2018 1 03 /09 /septembre /2018 07:53

NAIVETE COUPABLE ET PACIFISME BELANT. LE TEMPS QUI RESTE.

 

Sous prétexte de démocratie, et l’air de rien, les autorités libérales et autoritaires soutiennent une montée des extrêmes droite dans la monde, en Europe et en France, et éventuellement leur prise de pouvoir si la démocratie bourgeoise limitée n’est plus à même d’imposer ses solutions à la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital. Et éventuellement aussi un élargissement exponentiel des solutions de guerre de revalorisation du capital. La démocratie citoyenne a besoinS de la démocratie des producteurs, sinon elle est soumise à la loi du taux de profit maximum.

 

La réponse de la gauche toute entière, et sa limite, c’est la dénonciation de l’austérité, c’est un constat sur la crise de société, c’est-à-dire pour les populations une montée des mécontentements et des colères qui alimente l’opération politique et les solutions économiques de secours d’urgence du capital. C’est ce que les communistes les plus actifs, les plus lucides devant les menaces de cet ordre, appelaient le « pacifisme bêlant », allant de pair avec la coupure entre revendications d’une part et économie, politique d’autre part. La faiblesse des liens entre les luttes et l’apport de l’analyse économique, le romantisme politique et verbal, c’est ce que Marx dénonçait dès la critique du programme de Gotha (1875 !). Cette critique reste d’actualité brûlante par rapport à la situation de l’humanité et des personnes dans les événements que nous vivons aujourd’hui, et dans l’usage que fait le capital de la révolution scientifique et technique, de la mondialisation numérique du XXIème siècle, qui pourraient pourtant ouvrir une ère nouvelle de la civilisation.

 

MinoritaireS ou pas, ce sont bien les solutions économiques à laquelle l’analyse et l’action marxiste poussent objectivement, qui constituent la position centrale, opérationnelle et incontournable d’issue à la crise pour débloquer l’ensemble des freins à tous les développements de toutes les activités humaines.

 

Et rien d’autre !

 

Expliquer, apprendre, étudier, les causes de la crise et les solutions possibleS au phénomène de suraccumulation-dévalorisation du capital, il n’y a pas d’autres tâche plus urgente, aussi « difficile » soit-elle. Cette tâche doit être au centre du congrès du PCF et de toute entité ayant la volonté de sortir d’une crise qui menacera de plus en plus le processus de développement de l’humanité.

 

Le temps qui me reste (qui nous reste ?), je le consacre à ça, dans la mesure du possible, en tant que service à mes semblables en général, que dans celui auprès de ceux que j’aime parce qu’ils font partie de ma vie, réciproquement.

 

J’attends pour cela que ce temps qui reste ne soit pas gaspillé, non qu’une expérience doive être privilégiée, mais parce qu’elle ne doit pas être perdue, autant que possible.

 

La démocratie deS producteurs dépend tant de l’analyse marxiste de l’économie*, que de l’analyse anthroponomique*, que de l’expérience et connaissance du travail*, de l’analyse pluridisciplinaire des situations de travail* et de leur pratique.

 

Pierre Assante, 2 septembre 2018

 

* Ces questions sont développées d’autre part dans le blog.

 

_______________________Voir aussi sur ce blog ____________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

______________________________________________

QUELQUES RECUEILS ET LIENS DE CE BLOG :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/08/quelques-recueils-et-liens-de-ce-blog.html

Partager cet article

Repost0
31 août 2018 5 31 /08 /août /2018 08:09
L'Ecole et la Nation, février 1970

L’HOMME NOUVEAU EST-IL POSSIBLE ? CRISE DE L’ECOLE ?

 

Bien sûr que oui, l’homme nouveau est possible.

D’ailleurs l’homme est toujours nouveau.

Mais dans quel sens cette nouveauté ?

Il s’agit de surmonter La crise généralisée du système, et à l’intérieur de cette crise, la crise généralisée de la transmission des savoirs.

 

La question est : quelle transmission sociale, quelle qualité du processus de conscience, quelle place de l’individu dans le processus de production des biens « matériels et moraux » nécessaires à la vie humaine, dans leur intrication et leur unité.

 

Il est clair que, malgré l’explosion de la nouvelle révolution scientifique et technique du XXIème siècle, ouvrant des possibilités immenses à l’humanité et la personne humaine, le processus de transmission généralisée à toute l’humanité des savoirs et des savoir-faire, est en régression relative et quelquefois absolue. La crise de l’école ici et dans le monde en est un témoignage, entre autres.

 

Les conditions de transmission et de la qualité du processus de transmission dépendent du dépassement d’un système économique, politique et social où la question de l’accumulation privée du moyen de production et d’échange, le capital, domine le processus de l’évolution humaine. Le capitalisme monopoliste mondialisé numériquement informatisé, globalement financiarisé, est au paroxysme de la contradiction avec l’intérêt général et celui de la personne humaine.

 

Le retour vital à Marx et le développement de la pensée Marx sont intriqués à l’état des forces productives, les humains,  leurs savoirs et leurs techniques, leurs cultures, en développements inégaux,  au mouvement de ces forces productives, dont le mouvement de la conscience humaine. La crise généralisée de la société humaine, de ses rapports avec la nature, et de ses rapports entre les humains, entre dans une phase finale, dont on ne connait pas l’issue, mais sur laquelle on peut avoir la volonté d’agir pour une sortie par le haut, en santé.

 

Pierre Assante, 31 août 2018

 

Post scriptum : il s'agit aussi d'abolir la hiérarchie aliénante entre les savoirs et gestes "domestiques", quotidiens, d'une part, et les gestes et savoirs "savants" d'autres part, hiérarchie encore aujourd'hui attachée à la division sexiste du travail, bien qu'une part du rôle maternel séculaire commence à être assumé aussi par les hommes (au sens des hommes mâles et non au sens de l'espèce humaine en général) et le rôle séparateur paternel par la mère aussi, et le tout par toute la société, sans oublier  qu’il s'agit de moments particuliers dans le mouvement général de régénération. C'est aussi là une révolution anthroponomique.

 

_____________________Voir aussi sur ce blog ____________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

_________________________________________________________________

STATISTIQUES DU BLOG

Total depuis la création du blog 

65 618 visiteurs uniques

131 497 pages vues

2,004 vues / visiteur

Partager cet article

Repost0
29 août 2018 3 29 /08 /août /2018 08:00
Paul Boccara.

DEMISSION DE NICOLAS HULOT

 

Y a-t-il crise politique ?

Certes oui. Ici et dans le monde.

 

Mais cette crise politique est la conséquence directe et indirecte de la crise du système économique qui ne permet plus de répondre aux besoins de l’humanité et de la personne.

 

La guerre économique (et celle armée) pour le taux de profit, qui existe depuis que le capitalisme existe, entre aujourd'hui, avec la nouvelle révolution scientifique et technique, en contradiction extrême avec les besoins humains.

 

Certes, si l’on parvenait à transformer le système économique, on ne règlerait pas par miracle les retards pris dans le développement en santé de l’humanité, mais on aurait les moyens de le faire.

 

Les mesures proposées par les économistes communistes qui travaillent depuis des décennies à la suite du mouvement marxiste non dogmatique, dans une large union, à l’analyse et la transformation en santé de la société humaine, mettent le pouvoir sur l’argent, le dépassement de la financiarisation, au cœur de l’initiation d’un processus de transformation sociale en santé.

 

Ils sont quasiment les seuls, y compris dans leur parti, avec les nombreux militants qui partagent ces analyses, à aller au-delà d’un constat de la situation, et des discours ronflants sur l’état du pays, de l’Europe et du Monde, et à proposer des solutions concrètes pour un tel changement (1).

Seuls dans le paysage politique général et dans leur parti, mais de plus en plus influents.

 

Le 38ème congrès  du PCF de novembre des 23-25 et le vote interne des communistes des 5 et 6 octobre sur le choix d’une base commune (2) prend une très grande importance, toute proportion gardée,   dans le devenir de leur parti sur une  l’évolution humaine en santé.

 

Mais d'ici ces instances, le mouvement de la société et des luttes sociales et politiques, peut réserver des surprises, des mauvaises mais aussi des bonnes...

 

Pierre Assante, 29 août 2018

 

Sur la photo, Paul Boccara récemment disparu, auteur d'analyses fondamentales sur la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital et de propositions de solutions à la sortie de crise.

 

NOTES.

(1) J’essaie d’énumérer en vrac et sans grande clarté et organisation du propos sans doute, les points et besoins auxquels répondre pour cela, et sur lesquels réfléchir pour agir.

1) L’Europe, une nécessaire zone de développement et de coopération mondiale économique, politique, culturelle.

2) mesures progressives et radicales de transformation du système bancaire et financier, de la création monétaire, de Fonds démocratiques (régionaux, nationaux, européen, mondial, réforme du FMI, usage des DTS pour échapper à la domination du dollar, etc.), loi SEF, organisation du travail mettant en cohérence la personne, l'entité de production locale et globale, les besoins humains de la personne, du local au global. Economie, politique, ergologie, écologie, anthroponomie, en interdépendance. Développement de la conscience de la nature sur elle-même, l'humanité. Mise de la révolution scientifique et technique, de la numérisation mondialisée au service des besoins humains. Construction d'une nouvelle civilisation correspondant à ces moyens et ces besoins en développement

3) Bilan de la construction capitaliste de l'UE. Conquête des marchés vers l'Est au détriment du développement global de l'Europe, de ses salariés, de la population, au détriment de marchés et de coopérations stables et en développement historiquement institués dans le passé et à réformer dans un sens progressiste et non par destruction de l'ensemble. Aggravation d'inégalités locales, nationales, générales. Domination stérilisante des Konzern sur l'économie européenne eux-mêmes dominés par le capital US.

4) Analyser l'épisode de la destruction de l'entité yougoslave, initiation de l'aggravation de l'état de guerre des marchés, de la montée des nationalismes contre la coopération, date marquant la fin de l'effet de marché dominant sur l'état de  paix relatif.

6) besoin d'Europe, confédérale, d'une zone de développement et de coopération avec les autres zones de développement et de coopération pour une mondialisation progressiste.

7) danger impérieux de dissolution des entités humaines de coopération et de développement et de l'état de paix relatif si cette politique n'est pas mise en œuvre sous la pression des luttes ouvrières et populaires dont la situation de l'emploi, entre autre, s'aggrave exponentiellement.

6) besoin d'organisation du salariat au niveau de la mondialisation numérisée, de l'Europe à partir des luttes locales et nationales et des besoins qu'elles manifestent, à unir à l'international.

7) lien entre les acteurs du cœur de la production des biens nécessaires au développement humains, ouvriers, ingénieurs, techniciens, cadres, formateurs et tout le salariat (3) dans sa diversité et toute la population qui souffre comme eux des contradictions entre besoins humains et taux de profit lié au mode de production A-M-A', suraccumulation du capital, dévalorisation du capital, et guerre de marché contre la coopération et la paix.

6) Prolétaires de tous les pays, vendeurs de votre force de travail, unissez-vous, reste au cœur du développement humain. La réalité du capitalisme en tant que mode de production et d'échange, sa force de développement s'éteint. Sa poursuite menace l'humanité. Une action humaine de transformation-dépassement conscient partant de projets concrets, de rassemblement-synthèse de la recherche sur l'activité humaine dans sa diversité et sa multiplicité est un besoin impératif. Je renvoie encore aux propositions de la commission économique du PCF, mais pas seulement, aussi à toutes les recherches et formes d'organisation tendant au progrès de l'activité humaine, de l'organisation du travail en fonction de la personne humaine en premier lieu.

 

(2) MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_______________________Voir aussi sur ce blog ____________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

_____________________________________________

QUELQUES RECUEILS ET LIENS DE CE BLOG :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/08/quelques-recueils-et-liens-de-ce-blog.html

 

Partager cet article

Repost0
28 août 2018 2 28 /08 /août /2018 18:05

Lettre de Karl MARX à l'éditeur de la traduction française, de Joseph ROY,

de "DAS KAPITAL", "LE CAPITAL".

 

Au citoyen Maurice La Châtre

 

Cher citoyen,

J’applaudis à votre idée de publier la traduction de Das Kapital en livraisons périodiques. Sous cette forme, l’ouvrage sera plus accessible à la classe ouvrière et, pour moi, cette considération l’emporte sur toute autre.

Voilà le beau côté de votre médaille, mais en voici le revers: la méthode d’analyse que j’ai employée, et qui n’avait pas encore été appliquée aux sujets économiques, rend assez ardue la lecture des premiers chapitres, et il est à craindre que le public français toujours impatient de conclure, avide de connaître le rapport des principes généraux avec les questions immédiates qui le passionnent, ne se rebute parce qu’il n’aura pu tout d’abord passer outre.

C’est là un désavantage contre lequel je ne puis rien si ce n’est toutefois prévenir et prémunir les lecteurs soucieux de vérité. Il n’y a pas de route royale pour la science, et ceux-là seulement ont chance d’arriver à ses sommets lumineux qui ne craignent pas de se fatiguer à gravir ses sentiers escarpés (1).

Recevez, cher citoyen, l’assurance de mes sentiments dévoués.

 

Karl Marx.

Londres, 18 mars 1872

 

(1) Ce n'est pas là une expression prétentieuse, mais une réalité dite avec le sourire habituel. Althusser a pris le risque de conseiller au lecteur les débuts de l'ouvrage sur la marchandise, pour y revenir après la lecture sur la plus-value. Ainsi il rend encore plus difficile la compréhension qui a besoin dès le début de cette analyse de la marchandise pour saisir la synthèse du mouvement du capital et ne pas tomber dans une vision dogmatique, mécanique, des lois de la plus-value et du profit.

Qui prend soin de faire un effort au début de l'ouvrage y trouvera une description lumineuse de la société dans laquelle il vit encore aujourd'hui, malgré les transformations du capital, la mondialisation, la numérisation, la financiarisation globalisées.

 

_______________________Voir aussi sur ce blog ____________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

________________________________________________

QUELQUES RECUEILS ET LIENS DE CE BLOG :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/08/quelques-recueils-et-liens-de-ce-blog.html

Partager cet article

Repost0
27 août 2018 1 27 /08 /août /2018 12:42

 

Article déjà publié le 16/08/2018

PROCHAIN CONGRÈS DE LA SIE

27 AU 29 AOÛT 2018

BRASILIA

La Société Internationale  d’Ergologie ( SIE ) tient son 4ème congrès du 27 au 29 Août 2018 à Brasilia (Brésil) sur le thème :

La démarche ergologique : bilan et perspectives.

___________________

A l'occasion de ce rappel, je me permets de reprendre cette contribution du colloque « Penser et réaliser la transformation du travail  : l’apport de la démarche ergologique et de l’œuvre d’Yves Schwartz ».

 

CONTRIBUTION « OFF »

au colloque d’ergologie

et auX débatS économiqueS atterré et marxiste

 

L'ERGOLOGIE, UNE PHILOSOPHIE DE LA PRAXIS POUR CONNAITRE LE TRAVAIL ET POUR LE TRANSFORMER EN SANTE.

 

Schématiser pour simplifier l’exposé n’est pas la meilleure façon pour se faire comprendre. C’est pourtant une entrée dans un débat qui doit ensuite se débarrasser souvent avec difficulté du schéma de départ. Je vais essayer donc un schéma dont il faut ensuite se débarrasser.

Le débat scientifique savant est à la fois une négociation au sens propre entre « savants » et un débat entre influence de la science et influence des conditions matérielles de vie de la société où a lieu le débat, et les conditions « morales » « découlant » des conditions matérielles, en fait en unité organique des conditions matérielles et morales (Hommes, techniques, culture, organisation sociale…).

C’est tout le débat que l’on croit dépassé sur infrastructures sociales et superstructures sociales, leur séparation OU leur unité organique, débat qui, en fait, a été stoppé par un structuralisme sous-jacent voilé et consanguin à la société de classe et son caractère toujours plus écrasant dans le capitalisme monopoliste mondialisé numériquement informationnalisé, globalement financiarisé. Le débat savant n’est en aucun cas un lieu d’effacement du combat dominant/dominé et la forme qu’il prend, l’évolution qu’il prend en fonction de l’évolution des forces productives, évolution objective et subjective en unité et inégalité de développement des champs de savoir comme des entités humaines du local au mondial.

Ce n’est pas en cachant les problèmes sous le tapis que le débat avance et la question des relations entre champs de savoir, comme entre courants politiques et sociaux (oui c’est lié !) est de la plus grande importance dans la solution d’une crise qui menace les conditions de production des bien nécessaires à la vie humaine comme celle du rapport entre l’homme et la nature dont il extrait ses biens, et qui menace la civilisation in fine.

J’en reviens à mon schéma, et j’en resterai à mon schéma, laissant à plus savants que moi le soin de faire fructifier le débat (et peut-être ce schéma aussi ?) et d’en prendre à témoin l’opinion dont je suis pour qu’elle puisse s’en mêler à égalité.

L’ergologie (mon schéma) se préoccupe de connaitre les conditions d’exercice de l’activité de la personne dans l’entité collective relativement pertinente d’activité et que ceux qui exercent cette activité puissent être en capacité de tendre à la transformer dans le sens des besoins de la personne (dont en unité, de la société), en santé. En santé, c'est-à-dire de façon à ce que le mouvement de la vie préserve la vie et l’accélère en fonction de l’accélération des besoins sans la mettre gravement en danger. C’est tout le schéma du développement économique non unilatéral, c'est-à-dire un schéma économique tenant compte en unité du mouvement et du rapport entre le processus de la consommation et l’excès ou l’insuffisance d’investissement dans le processus de production et d’échange.

L’économie, en tout cas l’économie progressiste, et marxiste se préoccupe des rapports de production et d’échange et leur relation en unité avec l’organisation politique, ce que l’ergologie va schématiser dans l’organisation tripolaire de la société, que je schématise moi-même par la citation de cette formule qui est avant tout un concept bien plus développé (Jaurès avertissait sur le danger des formules en politique et en philosophie). Pour l’économie marxiste, elle propose de s’affranchir de l’échange A-M-A’ et de la suraccumulation du capital qui en découle, son blocage congénital à terme du processus de production et d’échange, par des mesures économiques et politiques radicales et progressives sur le système financier local et mondial, les banques et le crédit, la création monétaire, la BCE, la FED, le FMI, et les institutions politiques locales et mondiales qui les pilotent et en sont pilotées. La sécurisation de l'emploi et de la formation est au cœur de ces mesures.

Fini le schéma, voici ma réflexion :

Parmi tous les dialogues sociaux, les réflexions, l’expérience et la connaissance de l’ontologie de l’être social, plus économie et ergologie tardent à dialoguer, plus les conditions de mise en santé du processus sera difficile, et à terme impossible. Le dialogue suppose engagement non dogmatique, mais engagement dans le processus quotidien des événements sociaux.

Certes l’ergologie subit une pression des autres savoirs investis pour lesquels elle est une sociologie parmi d’autre alors qu’elle est les travaux pratiques des concepts de transformation du processus social en santé. C’est une situation qui la met en tendance de prudence.

Pour ma part je considère l'ergologie en tant que philosophie de la praxis pour connaitre le travail social et le transformer en santé. Ainsi il y a dans l’ensemble des points de contact entre ergologie et économie un point de contact particulier qui en dernière instance leur permettrait de « fonctionner » en unité : les droits nouveaux à développer dans le travail, travail qui est encore et toujours, y compris dans la diminution de sa forme contrainte, à terme, par l’évolution scientifique et l’organisation automatique généralisée et mondialisée de la production, le lieu privilégié de l’activité et du processus de conscience humaine que Marx qualifie de processus de conscience de la nature sur elle-même.

Cette rencontre sur le processus en avancées et en reculs des droits nouveaux dans l’entreprise, reculs que les transformations-régressions du code du travail illustrent  fortement aujourd’hui, ne peut faire l’économie du débat et de l’engagement.

Pour cela économie et ergologie ont besoin de se fortifier dans leur champ propre, champ qui est pour l’une et l’autre un champ multidisciplinaire, malgré des apparences contradictoires. Mais n’est-ce pas aujourd’hui plus que jamais, la problématiques de tous les champs de savoir et leur interpénétration et la résistance à leur interpénétration favorisée par la parcellisation et la division -de classe- à outrance du travail, parcellisation entretenue dans la confrontation dominants/dominés, favorisée aussi par la convergence de l’organisation du travail, de la recherche, et du développement dans le taylorisme de plus en plus voilé mais de plus en plus prégnant, volontairement.

Pierre Assante, 29 septembre 2017

* Yves Schwartz, « l’activité humaine génère des réserves d’alternative »:

http://pierre.assante.over-blog.com/2017/10/l-activite-humaine-genere-des-reserves-d-alternatives-par-yves-schwartz-philosophe-du-travail.html

* 2 questions pour procéder. Ecrits sur l’ERGOLOGIE :

http://pierre.assante.over-blog.com/article-2-questions-pour-proceder-118937707.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

Partager cet article

Repost0
26 août 2018 7 26 /08 /août /2018 11:31

 

DES POLITIQUES ET DES PHILOSOPHES ENCYCLOPEDIQUES

ET SANS SYNTHESE…

 

La tendance et l’horizon de la production et de l’échange capitaliste c’est une minorité de concepteurs ultra spécialisés œuvrant dans la mondialisation numérisée, financiarisée,  et une masse d’exécutants sans qualification.

C’est-à-dire une mise en réserve du capital d’une masse d’êtres humains avec ou sans activité, qui pourraient, dans une société juste et cohérente,  contribuer à l’enrichissement général des savoirs, des techniques, de la production et des échanges, de la conscience humaine sur la nature et sur elle-même pour assurer une complexification du processus humain en qualité et en santé.

Mais la réalité résiste à une déadhérence conceptuelle (1) nécessaire, mais mise au service d’un mode de production et d’échange obsolète A-M-A’, sa vente-achat de la force de travail, son accumulation-dévalorisation du capital, sa crise mondialisée généralisée,

Mais toute résistance a besoin d’un projet social transformateur sous peine de ne développer que la désespérance.

Un projet transformateur part de la réalité du mode de production et d’échange et des moyens de transformer en sante cette réalité

L’encyclopédisme et la rhétorique de Mélenchon en politique, d’Onfray en philosophie pour ne citer qu’eux, n’ont aucune capacité synthétique.

C’est pourtant de la synthèse de la connaissance de la réalité et des moyens formant un projet que dépendent les capacités de transformation progressiste de la société humaine en crise.

Ce besoin de synthèse, Marx, Engels, interprètes conscients d'un moment d'histoire et leurs successeurs s'en réclamant ou pas, l'ont fait leur.

 

Pierre Assante, 26 août 2018

 

 

 

(1) La capacité de concevoir mentalement ce qui n'existe pas encore et par conséquent de permettre l'activité industrieuse.

 

_______________________Voir aussi sur ce blog ____________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

______________________________________________

QUELQUES RECUEILS ET LIENS DE CE BLOG :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/08/quelques-recueils-et-liens-de-ce-blog.html

Partager cet article

Repost0
26 août 2018 7 26 /08 /août /2018 08:42

Article publié une première fois le 23 août 2018

REGULATION micro et REGULATIONS macro. COHERENCE micro et COHERENCES macro. DEMOCRATIE DU TRAVAIL.

Brouillon et propositions.

L’existence du processus humain dépend de ses capacités de régulation, c'est-à-dire de l’intervention humaine aux transformations de son milieu naturel et social, dont les transformation conséquentes à son propre processus, dans leur interaction et leur unité nature-société humaine partie de la nature, pour lui conserver une cohérence vitale.

La cohérence vitale c’est la tendance à un équilibre-déséquilibre relatifs sans chute mortelle, suffisant pour assurer le mouvement macro,  global, de l’espèce dans son milieu et des mouvements qui le constituent.

Il ne s’agit pas que des mouvements tangibles, visibles, il s’agit de tous les mouvements de la nature et de l’homme dans la nature, de son activité industrieuse et de son activité symbolique qui en fait partie, en relation dialectique et en développements inégaux et conjoints, avec des « décrochages » et des « rattrapages » temporels et spatiaux de mouvements.

L’organisation sociale de société bourgeoise  contient la force contraire dans le mouvement de transformation, au mouvement de régulation et de cohérence de l’ensemble humain-nature et de l’individu humain-nature dans cet ensemble.

Cette force contraire qui entretient le mouvement le met aussi en déséquilibre excessif incompatible in fine avec un processus vital viable. Les forces contraires sont contenues dans l’activité industrieuse devant répondre au besoin du processus humain, au développement quantitatif et qualitatif des propriétés de l’humanité.

Et cette activité industrieuse, dans le capitalisme,  contient les règles, les normes de l’échange capitaliste, A-M-A’ conduisant au développement des forces productives, les hommes, leurs activités tangibles et leurs activités symboliques intriquées, mais à une inégalité excessive entre le quantitatif et le qualitatif de ce développement.  En clair, besoins du capital de s’accumuler et besoins de développement quantitatif et qualitatif de l’humanité constituent des forces non seulement  contradictoires mais aussi antagoniques. La dissymétrie temporelle de l’échange de valeurs d’usage et de l’échange en capital et en accumulation de capital constitue la base de cet antagonisme réclamant le dépassement-élimination du mode de production capitaliste….

Pour cela il faut continuer la recherche ergologique sur la condition des conditions de développement de l’activité humaine, une praxis  ergologique.

Il nous faut lier activité industrieuse, économique à l’analyse micro et macro anthroponomique en considérant anthroponomie et ergologie comme deux champs distincts coopérant à une vision d’ensemble du mouvement du réel pour une naissance des conditions de régulation démocratique.

La Régulation économique doit être en rapport avec les activités globales macro et micro.

Un des objectifs essentiel étant une Organisation du travail à partir des rapports avec l'activité industrieuse développant et amplifiant la déadhérence conceptuelle (la capacité de concevoir mentalement ce qui n'existe pas encore et par conséquent de permettre l'activité industrieuse), la dénormalisation-renormalisation des règles sociales pour un développement en santé.

Le besoin et la tâche du moment large de l’humanité est bien une régulation démocratique dont la condition première est la libération de l’achat-vente de la force de travail.

En ce sens :

Il n’y a pas de création des conditions d’une régulation démocratique du moment parental, du moment travail, du moment politique, du moment informationnel et leur unité dans le processus social sans préparation de ces conditions. Les concepts ergologiques forment les conditions de libération de l’organisation taylorienne du travail. Les conditions anthroponomique de lien entre production et règles micro et macro de la société en mouvement et les conditions ergologiques sont liées.

Il se peut que la préparation des conditions de régulation démocratique passent par une phase centralisée de préparation de décentralisation et d’autogestion de régulation, en quelque sorte à l’image des « tyrannies » qui préparaient les prises de pouvoir des classes montantes, dans l’Athènes antique comme dans la révolution française par exemple. Mais évidemment une préparation de  régulation démocratique ne peut faire l’économie de la promotion des droits de l’homme et du citoyen, mais doit l’apporter au-delà d’une démocratie limitée, de classe, actuelle et en décomposition qui ignore la démocratie du travail, la démocratie du « que, quoi et comment produire » liée à la démocratie du citoyen, en unité. Nous ne sommes plus ni dans l’antiquité esclavagiste ni sous la monarchie absolue héritée de la féodalité.

Une régulation sociale ne se décide pas sans que des conditions historiques existent pour son développement. Nous pouvons repérer dans l’évolution de l’humanité des moments où ces conditions sont nées des nécessités et des volontés humaines conjointes. Mais ce n’est pas le bateau à voile qui fait le vent, c’est l’usage savant du vent, de l’événement, qui permet à l’équipage de se diriger sur l’océan de la vie sociale et dans la nature dont l’humanité constitue un mouvement de la conscience, limitée certes mais en processus, au sens de Marx dans ses manuscrits de 1844, puis dans sa compréhension du réel qu’est la société capitaliste à dépasser, et celle d’aujourd’hui, mondialisée, numérisée, financiarisée : c’est à cette financiarisation qu’il faut s’attaquer pour la transformer-dépasser dans un autre mode de production et d’échange, le communisme. Les tentatives avortées et grossières ne remettent pas en cause cet idéal, cette praxis...

Pierre Assante, 23/08/2018 06:15:44

_______________________Voir aussi sur ce blog ____________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

________________________________________________

QUELQUES RECUEILS ET LIENS DE CE BLOG :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/08/quelques-recueils-et-liens-de-ce-blog.html

Partager cet article

Repost0
26 août 2018 7 26 /08 /août /2018 08:41

Article publié une première fois le 13 août 2018

Sur « Neuf leçons sur l’anthroponomie systémique », Paul Boccara.

Une lecture ergologique de l’anthroponomie et d’un ouvrage de profonde, nécessaire et urgente analyse progressiste de transformation sociale en santé.

Dans son dernier ouvrage sur l’anthroponomie systémique (1), Paul Boccara, grand intellectuel et grand lutteur que nous avons hélas perdu,  dénormalise-renormalise à nouveau les rapports entre ses concepts et catégories qui ont fondé l’économie politique marxiste moderne, celle du capitalisme mondialisé, numérisé et financiarisé d’une part avec l’ensemble des activités humaines d’autre part, tout en affirmant leur unité.

Dénormaliser-renormaliser, c’est ce que fait toute activité humaine, avec des sauts de plus ou moins grande importance dans la continuité des analyses humaines sur la réalité et son mouvement, à plus forte raison quand  une analyse se veut de fort contenu inventif.

Il finit d’ailleurs son ouvrage par cette réflexion de haute tenue morale sur l’utilité d’un travail destiné à une conscience réparatrice et de poursuite du développement en santé du processus humain : lire les dernières phrases sur le besoin de cette analyse et de cette invention concluant « Face à l’énormité de ces questions, il est urgent d’y aller, au risque d’essuyer les plâtres, de se tromper ; car il y a une béance formidable, un appel » .

Au centre de son long développement en 9 leçons, la régénération humaine et les moments du système anthroponomique de regénération humaine, la scission dialectique de l’étude des règles en mouvement des sociétés humaines non seulement pour les connaitre, mais pour les changer en santé : le moment parental, le moment travail, le moment politique, le moment informationnel et leur unité dans le processus social.

Il accorde une place importante à l’identification et à la symbolisation. Sans réduire à une image cette longue et profonde analyse qui touche aussi à la psychanalyse, mais pas seulement, loin de là, à toute l’accumulation de savoirs dans une synthèse, j’oserai le terme : il faut appeler un chat un chat, ou il faut reconnaitre un objet et le nommer pour que ce nom puisse être usé dans la transmission, dans la transformation informationnelle nécessaire à la transformation concrète, « physique ».

Je ne crois pas par contre aux limites de Marx qui ne serait pas libéré de l’idéalisme ou plutôt des ses propres limites. Certes toute personne est tributaire des limites de son temps et personne ne l’est, libéré, dans une société qui ne se libère pas globalement de l’idéalisme, mais dans toute situation concrète décrite par Marx, il est clair pour moi que la conception matérialiste dialectique habite son exposé et sa conscience.

La revendication d’une analyse systémique dépassant l’analyse structuraliste habite de même constamment la pensée de Paul Boccara, son exposé et ses propositions transformatrices. Il ne peut d’ailleurs y avoir d’analyse systémique sans un effort permanent contre le retour à la tendance structuraliste de l’observation immédiate des objets isolés par l’observation et la pensée et l’élaboration cérébrale qui s’en suit dont les systèmes de concepts normalisés sont impactés et subissent une normalisation-dénormalistion positive…ou négative. De même pour l’objet « pensée » et son observation en miroir, en aller-retour, en double anticipation du mouvement d’action-observation de l’action, rectification inconsciente et consciente de l’action.

Si l’on peut penser à une dé-désidéalisation furtive de la pensée, c’est plutôt au niveau du vocabulaire de Lénine (plutôt que celui de Marx) et de son temps qui tend à rejeter une formulation relative à une juste conception de la matérialité de la pensée, de crainte de sembler céder à l’idée que les idées modifient directement la matière sans l’intervention de l’action humaine « physique ». C’est le débat sur Dietzgen dont je ne trouve pas que la maladresse de « non intellectuel » soit si négative, au contraire, à partir du moment où on s’efforce d'entrer dans le vocabulaire d’un ouvrier-penseur philosophique, d’un auteur militant.

La pensée est bien un mouvement de la matière, du cerveau humain entre autre, dans son rapport dialectique, interactif, en aller-retour avec le processus social dont le travail, la transformation de la matière par l'homme pour subvenir à ses besoins et leur développement complexe est le moteur.

La poussée de la pensée Marx sur le développement de la pensée transformatrice d’aujourd’hui n’est pas épuisée, à la différence de celle de la révolution d’Octobre,  d’un pays à dominante agricole arriérée massive qui a du passer par le mouvement ouvrier naissant pour mettre à bas les oppressions de classes de son temps, et même si le gel de cette révolution, le rejet de la NEP et l’agression impérialiste permanente ont favorisé un régime policier et une organisation militarisée.

Paul Boccara poursuit cette poussée de la Pensée Marx en économie et en philosophie et dans l’étude des règles en mouvement de la société pour les transformer en santé, de façon magistrale, pour moi en tout cas qui suis essentiellement un auteur militant et un militant tout court.

Pierre Assante, 31 août 2018.

(1) Anthropos : l'humain, Nomos : les règles. Etude des normes, des règles dans la société humaine, leur mouvement, leur développement en santé ou pas, et l'intervention de l'humain sur l'humain...

Voir sur ces liens :

http://pierre.assante.over-blog.com/2017/04/catherine-mills-une-conference-texte-et-video-une-histoire-marxiste-de-la-pensee-economique-sur-les-crises-la-suraccumulation-et-la

 http://pierre.assante.over-blog.com/2017/08/neuf-lecons-sur-l-anthroponomie-systemique-de-paul-boccara.html

_______________________Voir aussi sur ce blog ____________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

Partager cet article

Repost0
20 août 2018 1 20 /08 /août /2018 17:37

 

  • Vendredi 24, 13h30 - 14h50, salle Benoît-Frachon, "La société française et l'argent" (Denis Durand, anim. Constantin Lopez) 
  • Vendredi 24, 16h20 - 17h40, Salle Jean-Pierre-Kahane, "Après les ordonnances Macron, les enjeux de la sécurisation de l’emploi et de la formation" (Evelyne Ternant, anim. : Constantin  Lopez) 
  • Samedi 25, 9 heures-10h30, salle Paul-Boccara, hommage à Paul Boccara (Catherine Mills, Frédéric Boccara, Léon Caquant, anim. Claude Gindin)
  • Samedi 25,15h30 - 16h55, salle Jean-Pierre Kahane, "Face à la loi PACTE, de nouveaux critères de gestion pour prendre le pouvoir dans l'entreprise " (Denis Durand, anim. Sabrina Royer)
  • Dimanche 26, 9 heures 30, campus des élus "La proposition de loi d'expérimentation Entreprises et territoires" (Hervé Defalvard, Denis Durand, Sylvie Mayer)
  • Nous vous y donnons rendez-vous avec plaisir.

    En attendant, retrouvez l'intervention de Frédéric Boccara sur LCI à propos de l'université d'été.

    Fraternellement, le collectif d'animation de la commission économique
 
 

_______________________Voir aussi sur ce blog ____________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

 

Partager cet article

Repost0
19 août 2018 7 19 /08 /août /2018 18:13

 

QUELQUES RECUEILS

ET

 

LIENS

 

de ce blog

 

 

 

RECUEILS

*MOINS MAIS MIEUX. 3 ARTICLES :

https://pierreassante.fr/dossier/MOINS_MAIS_MIEUX_2.pdf

*RECUEIL N°3-2018. Matérialisme et idéalisme.

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/04/recueil-n-3-mars-avril-2018.materialisme-et-idealisme.html

*RECUEIL N°2-2018.  Nations européennes en crise.

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/03/les-nations-europeennes-sont-en-grande-crise-politique.html

* RECUEIL N°1. 2018. DIRECTION ET MAJORITE. PHILOSOPHIE ET PRATIQUE DU DEVENIR".

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/02/recueil-janvier-2018.html

* PHILO_ET_COMMUNISME :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/01/philosophie-et-communisme.html

*Essai sur LA PENSEE MARX :

http://pierre.assante.over-blog.com/2017/02/la-pensee-marx-i-ii-iii-iv.html

* 2 questions pour procéder. Ecrits sur l’ERGOLOGIE :

http://pierre.assante.over-blog.com/article-2-questions-pour-proceder-118937707.html

* Sur l'ergologie

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/06/donner-a-une-organisation-des-salaries-un-contenu-de-transformation-du-xxieme-siecle.html

* NE PAS DOUTER DE LA MONTÉE DES PROTESTATIONS ET LEUR DONNER UNE ISSUE DANS LES PROPOSITIONS DE SOLUTIONS À LA CRISE ÉCONOMIQUE :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/02/ne-pas-douter-de-la-montee-des-protestations-et-leur-donner-une-issue-dans-les-propositions-de-solutions-a-la-crise-economique.html

* L'INDIFFERENCE du capital vis-à-vis du travail concret :

http://pierre.assante.over-blog.com/article-l-indifference-50422166.html

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

 

ARTICLES DE L’HUMANITE.

-Moins mais mieux, brève introduction à l'ergologie | L'Humanité

https://www.humanite.fr/moins-mais-mieux-breve-introduction-lergologie-598115

5 févr. 2016 - Par Pierre Assante, syndicaliste. « Un des concepts ergologiques : usage de soi par soi et usage de soi par les autres. »

-Les bureaux de paiement | L'Humanité

www.humanite.fr/node/391207

Pierre Assante Marseille (Bouches-du-Rhône). Mardi, 8 Avril, 2008. L'Humanité. Notre établissement, le lycée Marcel-Pagnol à Marseille, a été le premier dont ...

-Intellectuel collectif et producteur collectif | L'Humanité

https://www.humanite.fr/intellectuel-collectif-et-producteur-collectif-633813

24 mars 2017 - De la Renaissance à notre futur par Pierre Assante Retraité, syndicaliste. Le XVIe siècle et le XXIe siècle ont en commun deux révolutions ...

-Une reconstruction s'impose sur une autre base | L'Humanité

www.humanite.fr/une-reconstruction-simpose-sur-une-autre-base-601025

Par Pierre Assante, syndicaliste. La survie à crédit mondial du capital, dans ses monopoles, ses entreprises.

DOCUMENTS

* Yves Schwartz, « l’activité humaine génère des réserves d’alternative »:

http://pierre.assante.over-blog.com/2017/10/l-activite-humaine-genere-des-reserves-d-alternatives-par-yves-schwartz-philosophe-du-travail.html

*Boccara, Dimicoli, Durand, Mills, DOCUMENTS DES JOURNEES ECONOMIE ET POLITIQUE des 19-20-21 janvier 2018 :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/01/documents-des-journees-economie-et-politique-des-19-20-21-janvier-2018.html

 

Site de la Revue ECONOMIE et POLITIQUE :

 http://www.economie-politique.org/

 

_______________________Voir aussi sur ce blog ____________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

Partager cet article

Repost0
19 août 2018 7 19 /08 /août /2018 07:32

Publié une première fois le 29/06/2018

 

Donner à une organisation des salariés  un contenu de transformation du XXIeme siècle est inséparable de leur capacité à maîtriser l'expérience et la connaissance des situations de travail

 

Dans les "batailles" militantes pour donner à une organisation politique et syndicale des salariés un contenu de transformation du XXIeme siècle, qui ne soit pas seulement une formule, l'économie marxiste développée est un outil de premier ordre remettant sans cesse les analyses, les décisions, les actions en question, pour qu'elle répondent aux besoins des hommes et leur développement.

MAIS la connaissance et l'expérience du travail et de l'activité humaine, de la personne, l'intégration de l'activité micro et macro est et sera de plus en plus indispensable, si tant est qu'une bifurcation sociale progressiste à la suraccumulation du capital puisse être entamée...

Je ne sais si dire cela est pompeux mais en tout cas cela exprime une conviction....

 

Pierre ASSANTE, 29 juin 2018

 

2 QUESTIONS POUR PROCEDER, ESSAI SUR L'ERGOLOGIE, PIERRE ASSANTE, sur ce lien :

http://pierreassante.fr/dossier/ECRITS_SUR_L_ERGOLOGIE_ET_LES_EPISTEMICITES.pdf

 

MOINS MAIS MIEUX, BREVE INTRODUCTION A L'ERGOLOGIE, Vendredi 5 février 2016, l'Humanité, sur ce lien :

https://www.humanite.fr/moins-mais-mieux-breve-introduction-lergologie-598115

 

________________________________Voir aussi ____________________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

______________________________________________________________________________

 

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

RECUEIL N°3 TROISIEME DE 2018 :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/04/recueil-n-3-mars-avril-2018.materialisme-et-idealisme.html

QUELQUES RECUEILS ET LIENS de ce blog sur ce lien :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/01/pollution.html

Partager cet article

Repost0
16 août 2018 4 16 /08 /août /2018 10:37

 

EUROPE

NOUVELLE (1)

une nécessaire zone de développement et de coopération mondiale économique, politique, culturelle. (brouillon, projet, proposition). 

 

 

Pétrarque, 1304-1374 dans son poème sur l’Italie exprime de fait  une volonté l’unité nationale rassemblant les différents Etats en formation puis en développement qui la constituent. Elle s’exprime aussi non seulement dans sa demande du retour du Pape d’Avignon en Italie par exemple, mais aussi par sa conception de la culture, du savoir, du monde, dans ses œuvres latines, de ses jugements moraux sur les comportements humains à ses poèmes en « langue vulgaire », le toscan, sur ses rapports à la femme, qui illustre plus largement les rapports des être humains entre eux à un moment historique,  à travers la Laura de son Canzoniere.

Machiavel, (1469-1527) se trouve dans une situation plus concrète de mise en œuvre d’une politique dans La Toscane des banques, de la naissance des prémices de l’achat-vente de la force de travail (remplaçant la servitude) qui est la forme actuelle généralisée du contrat social, Toscane de l’explosion artistique symbolisant le progrès d’une société marchande en période de santé et d’expansion.

Leur point commun, c’est la richesse de développement moderne tant culturellement que dans l’avancée des forces productives de l’Italie d’alors et de ses entités étatiques morcelées dans le cours de l’histoire de la péninsule, de l’antiquité aux invasions barbares et à la reconstitution d’une société marchande nouvelle en avance sur son temps.

Mais c’est aussi ce qui les suivra dans l’échec de leur effort. Les Etats modernes de la Renaissance Italienne vont être dominés par les Etats centralisés en formation, leur puissance militaire, la puissance politique et économique qui en naîtra.

L’Europe imite quelque peu l’incapacité des Etats italiens de la Renaissance, et ce n’est pas d’aujourd’hui. La puissance des USA nait aussi de la division capitaliste des pays européens développés, des guerres impérialistes qui en découlent, le tout évidemment de l’incapacité des marchés nationaux à coopérer plutôt qu’à s’affronter. Mais encore de l’incapacité du capitalisme lui-même, en soi, de se développer sur les vieilles règles héritées des développements historiques passés. Double pesanteur de l’Italie du Sud et de son substrat grec antique et ses règles.

Antonio Gramsci

Il n’est pas question de faire de cette comparaison simpliste une doctrine au service d’un nationalisme européen. Le centre d’une transformation progressiste du monde d’aujourd’hui est le dépassement de la forme actuelle du mode de production et d’échange, le capitalisme tel qu’il est devenu, mondialisé, financiarisé, numérisé, donc dépassement engendrant la coopération dans toutes les relations entre zones mondiales de développement et d’échange. A condition de favoriser le développement de ces zones pour le développement de toutes, l’Europe parmi elles. Cohérence et cohésion économique et politique font partie de ces conditions. Pour l’Europe de même, et pour l’EU et une future EU de coopération démocratique de même.

Evidemment, le centralisme et les décisions autoritaires camouflées  dans l’ignorance des peuples de leur contenu et leur projet capitaliste inavoué ou avoué, mais claires dans leurs effets négatifs, et effectives dans leur application, par la Commission de la BCE, c'est-à-dire les Etats de l’UE concernés ou pas, les plus puissants en tête, ne vont pas dans ce sens d’une Europe de coopération démocratique et de développement général. Mais le rejet des méfaits du capitalisme sur l’Europe et la solution des replis nationaux et nationaliste non plus.

On peut poursuivre, sans en faire une assimilation historique entre les deux moments, celui de Pétrarque ou de Machiavel et le notre (2), ce qui serait ridicule et anti historique, la réflexion sur les événements et décisions actuelles de nos apprentis sorciers au gouvernement des Etats européens et de L’EU, par rapport aux Etats Italiens du XIVème et XVème siècles, et au gouvernement du monde : domination du capital US en tête et aujourd’hui le degré supplémentaire du capitaliste symbolisé par l’éclatement « trumpien » de ses propres règles internationales, bafouées systématiquement certes depuis toujours, mais plus prudemment pour les intérêts capitalistes, après le conflit de 1939-45 et avant Trump, illustration du degré supplémentaire de la guerre économique capitaliste et de la concentration capitaliste, qui sont un même mouvement dans deux manifestations de la réalité de notre monde malade à soigner par dépassement du système.

 

J’essaie d’énumérer en vrac et sans grande clarté et organisation du propos sans doute, les points et besoins auxquels répondre pour cela, et sur lesquels réfléchir pour agir.

1) une nécessaire zone de développement et de coopération mondiale économique, politique, culturelle.

2) mesures progressives et radicales de transformation du système bancaire et financier, de la création monétaire, de Fonds démocratiques (régionaux, nationaux, européen, mondial, reforme du FMI, usage des DTS pour échapper à la domination du dollar, etc.), loi SEF, organisation du travail mettant en cohérence la personne, l'entité de production locale et globale, les besoins humains de la personne, du local au global. Economie, politique, ergologie, écologie, anthroponomie, en interdépendance. Développement de la conscience de la nature sur elle-même, l'humanité. Mise de la révolution scientifique et technique, de la numérisation mondialisée au service des besoins humains. Construction d'une nouvelle civilisation correspondant à ces moyens et ces besoins en développement

3) Bilan de la construction capitaliste de l'UE. Conquête des marchés vers l'Est au détriment du développement global de l'Europe, de ses salariés, de la population, au détriment de marchés et de coopérations stables et en développement historiquement institués dans le passé et à réformer dans un sens progressiste et non par destruction de l'ensemble. Aggravation d'inégalités locales, nationales, générales. Domination stérilisante des Konzern sur l'économie européenne eux-mêmes dominés par le capital US.

4) Analyser l'épisode de la destruction de l'entité yougoslave, initiation de l'aggravation de l'état de guerre des marchés, de la montée des nationalismes contre la coopération, date marquant la fin de l'effet de marché dominant sur l'état de  paix relatif.

6) besoin d'Europe, confédérale, d'une zone de développement et de coopération avec les autres zones de développement et de coopération pour une mondialisation progressiste.

7) danger impérieux de dissolution des entités humaines de coopération et de développement et de l'état de paix relatif si cette politique n'est pas mise en œuvre sous la pression des luttes ouvrières et populaires dont la situation de l'emploi, entre autre, s'aggrave exponentiellement.

6) besoin d'organisation du salariat au niveau de la mondialisation numérisée, de l'Europe à partir des luttes locales et nationales et des besoins qu'elles manifestent, à unir à l'international.

Chaîne automatisée

7) lien entre les acteurs du cœur de la production des biens nécessaires au développement humains, ouvriers, ingénieurs, techniciens, cadres, formateurs et tout le salariat (3) dans sa diversité et toute la population qui souffre comme eux des contradictions entre besoins humains et taux de profit lié au mode de production A-M-A', suraccumulation du capital, dévalorisation du capital, et guerre de marché contre la coopération et la paix.

6) Prolétaires de tous les pays, vendeurs de votre force de travail, unissez-vous, reste au cœur du développement humain. La réalité du capitalisme en tant que mode de production et d'échange, sa force de développement s'éteint. Sa poursuite menace l'humanité. Une action humaine de transformation-dépassement conscient partant de projets concrets, de rassemblement-synthèse de la recherche sur l'activité humaine dans sa diversité et sa multiplicité est un besoin impératif. Je renvoie encore aux propositions de la commission économique du PCF, mais pas seulement, aussi à toutes les recherches et formes d'organisation tendant au progrès de l'activité humaine, de l'organisation du travail en fonction de la personne humaine en premier lieu.

 

Pierre Assante, 1° août 2018.

 

Notes

 (1) Il fut un temps où un hebdomadaire de recherche politique, lorsque la production était organisée en dernière instance économique au niveau du marché national, avait pour titre "France Nouvelle", celle du CNR (Conseil National de la Résistance, créé le 27 mai 1943), d'Ambroise Croizat (Responsable CGT métallurgie puis ministre communiste du travail, au centre de la création humaine que sont la Sécurité Sociale et les systèmes de retraite), etc.

Aujourd'hui pour un nouveau développement humain, pourquoi pas "Europe Nouvelle" pour une France nouvelle, et une civilisation nouvelle de coopération, de liberté et de partage d'une croissance qualitativement nouvelle.

(2)  Gramsci s’est essayé à la chose sur la question du pouvoir, du Prince moderne, de l’intellectuel collectif.

(3) Cette illustration : une chaîne automatisée ne doit pas nous cacher les être humains qui l'ont réalisée, l'entretiennent, la font fonctionner et l'alimentent en matière première brute ou élaborée. Et tout ce qui la relie à l'ensemble de la société.

 

 

POST SCRIPTUM. J'ai voté (Nous avons voté nombreux) NON au référendum sur le traité de Maastricht de 1992, et NON au TCE (Traité instituant une constitution pour l’Europe) de 2005, pas contre une construction politique, économique et culturelle, une entité européenne (confédérale dirai-je pour ma part aujourd’hui), mais contre une constitution antidémocratique confiant par l'intermédiaire de ses institutions les pouvoirs aux monopoles capitalistes, financiers, renforçant les attaques antisociales contre les acquis de la Libération et contre leur développement, et renforçant aussi les divisions agressives du monde. Des résistants et partisans s'étant battu sous l'occupation nazi pour l'entité française ont voté NON  à la constitution gaulliste, pour les mêmes raisons et pas contre l’entité française, ça se comprend très bien.  Ce qui n’empêche pas de lutter dans le cadre de ces traités contre leur politique antisociale, comme nous nous battons dans le cadre de la république française pourtant tout aussi capitaliste que l’U.E, par exemple pour la création de fonds financiers démocratiques mis à disposition de la production et des services publics en fonction des besoins des travailleurs, producteurs, et de la population, entamant un processus de transformation révolutionnaire du mode de production et d’échange. L’article 123.2 du traité par exemple peut être utilisé comme une brèche dans la politique du capital pour ce faire.

D’autres, en haut lieu qui ont voté OUI se parent aujourd’hui des vertus anticapitalistes. Un rassemblement de progrès ne peut être leur œuvre, ils ne peuvent en être les maîtres d’œuvre. On le comprend de mieux en mieux dans leur comportement politique, économique et social et même personnel. Et leur souverainisme plus ou moins avoué n’est que le voile de leur soumission objective, sinon subjective, à l’état actuel du monde.

Il s’agit d’éclaircir le paysage et de tracer dans l’union un chemin.

Le débat (scission?) à l'intérieur de Die Link ou le départ (provisoire?) du PCB de l'organisation du PGE, évènements récents, comme les positions plus anciennes du PdG  ou de FI relèvent de la confusion à dissiper, sous peine des plus grands dommages.

15 août 2018

_______________________Voir aussi sur ce blog ____________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

Partager cet article

Repost0
14 août 2018 2 14 /08 /août /2018 03:20
Tête de vieux. Art étrusque, V° Siècle avant JC

 

...Je veux montrer la foule immense et divisée

La foule cloisonnée comme en un cimetière

et la foule plus forte que son ombre impure

Ayant rompu ses murs ayant vaincu ses maîtres...

 

...Minuit n'a plus d'écho que pour un très vieil homme

Qui gâche son trésor en des chansons banales

Même si cette heure de la nuit n'est pas perdue

Je ne m'endormirai que si d'autres s'éveillent...

Paul Eluard. Septembre 1950.

 

 

Le mouvement de la sociÉtÉ procÈde par à-coups….

Le mouvement de la société procède par à-coups dans la continuité (continuité et discontinuité) et dans de multiples processus connaissant avancées et reculs de développements les uns par rapport aux autres, le tout correspondant à une résultante historique du moment.

A travers ces développements inégaux, transformation des moyens de production et transformation du mode de production et d’échange doivent aller de pair sans quoi il y a régression de l’organisation et de la santé sociale.

La numérisation de l’industrie est un saut quantitatif et qualitatif de transformation des moyens de production qui réclame une transformation qualitative du mode de production et d’échange. Il s’agit aujourd’hui d’échapper progressivement et radicalement à la loi du profit de l’échange A-M-A’, de la crise d’accumulation et de suraccumulation du capital et leurs effets sur l’insatisfaction "matérielle et morale", sociale, des besoins élémentaires et complexes humains dans leur unité en mouvement.

Loi SEF, transformation du système financier du local au mondial, de la création monétaire, du FMI, l’extension des DTS, (1) (sur ces éléments voir les articles économiques qui les développent sur ce blog et dans la revue "Economie et Politique") font partie de cette transition possible vers un mode de production et d’échange en accord, en santé sociale avec la transformation actuelle des moyens de production, à la fois impétueuse et limitée par le système.

Croissance de la qualité de la production et croissance de la conscience vont aussi de pair.

C’est sur la base de cette connaissance du réel que s’est effectuée la rencontre entre Marx et Engels et c’est sur cette base que reposent le progrès de l’humanité.

C’est aussi cette base qu’un parti de progrès doit conserver ou retrouver et développer pour être en capacité d’agir dans et sur le mouvement de la société.

Pierrot, 5 août 2018.

(1) Loi SEF : Sécurité Emploi Formation, ouvrant un droit à l'emploi et à un revenu tout au long de la vie, au-delà des transformations de la production et de l'échange. DTS : droits de tirage spéciaux au niveau du FMI (Fond Monétaire International) constituant une monnaie à partir de diverses monnaies nationales, pour échapper à la domination des échanges en dollar, vers une monnaie mondiale indépendante du dollar.

Illustration : "Tête de vieux", sculpture étrusque, 5ème siècle avant notre ère, Musée étrusque d'Orvieto.

_______________________Voir aussi sur ce blog ____________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

Partager cet article

Repost0
4 août 2018 6 04 /08 /août /2018 07:02

Le champ général

26 mai 2004

 

 

L’humanité a cette tendance à considérer comme un antagonisme la réalité matérielle de sa composition biologique et la réalité subjective des sentiments.

C’est au contraire cette contradiction féconde qui réalise l’humanité.

Cette fécondité est liée à l’impossibilité d’atteindre la connaissance pleine de cette contradiction, bien que la conscience de cette contradiction contienne pleinement cette réalité contradictoire. L’assimilation de cette réalité à Dieu est une réduction de cette réalité parce qu’elle croit apaiser cette contradiction.

L’idée de dieu tend à réduire, repousser la conscience de l’humanité, bien que cette conscience puisse traverser aussi un concept figé, immobile, de dieu.

C’est ce que font les « grands croyants » (Pascal, et pourquoi pas Jésus ou ses modèles, en mettant en mouvement une réflexion sur dieu ; et en faisant partager cette réflexion à l’humanité en mouvement).

Le corps comme la pensée sont bien des réalités matérielles, mais le matérialiste mécaniste réduit l’homme en faisant abstraction de la pensée et le déiste en faisant une dichotomie entre corps et pensée.

Finalement « l’abstraction » du matérialiste mécaniste est une régression par rapport à un déisme critique, mais aussi un « passage » entre le déisme et un humanisme matérialiste.

 

Je suis parti à Assise, dans le village de ma femme, avec cette idée en tête des « humains-interface ».  J’ai tenté toute ma vie professionnelle de T.O.S. (1), de servir d’intermédiaire entre T.O.S. et enseignants, en tant que milieux sociaux différents, les uns « plus subalternes », les autres « plus couches moyennes », ce rôle m’apparaissant justement comme « rôle d’interface ».

Là-dessus, dans tout mon voyage, je lis « Ce qui reste d’Auschwitz » d’Agamben. Je constate, comparant ma réflexion à la sienne, que le rôle de témoin « qui ne peut pas témoigner » peut s’appliquer à des cas beaucoup moins extrêmes, « ordinaires ». Sagot-Duvauroux note bien la situation de celui qui a la parole et celui qui ne l’a pas dans « Héritiers de Caïn ». D’autre part, Yves Schwartz souligne les 3 points des « champs de l’activité humaine » : l’héritage culturel du champ, l’activité des humains de ce champ, et le 3° pôle, le contact avec l’inconnu.

Si l’on imagine la multiplicité des champs,  mais aussi leur interpénétration, on devrait imaginer une multiplicité de « zones de témoignage » qui s’interpénètrent, et pourquoi pas, la multiplicité des individus à la fois enfermés dans leur champ et en même temps en situation de témoin et d’interface.

C’est oublier la dichotomie de l’activité humaine héritée d’une société de classe qui sépare l’action et la pensée, hiérarchise les champs d’activité et les individus à l’intérieur des champs.

Il n’y a pas, ainsi, de fluidité entre champs et donc pas de fluidité dans la pensée sensée être la propriété du champ.

Les champs de classe sociale en sont une illustration particulière et la rigidité des pensées découlant de ces champs représentés par les classes sociales en est un témoin, mais pas un témoin qui témoigne, un témoin d’immobilité comme sur un bâtiment fissuré.

Les églises, les partis qui se comportent comme les églises, connaissent cette situation ou plutôt les vivent sans obligatoirement les connaître. Le pôle de contact avec l’inconnu est atrophié, et ce n’est que la modification des conditions de contact qui peut modifier la condition des échanges. Cette modification des conditions de contact dépend bien sûr des conditions techniques des contacts mais aussi et d’une façon incontournable de la volonté humaine de modifier les conditions des contacts.

C’est toute la question de l’ouverture des couches sociales sur des alliances ou le contraire, de leur repliement sectaire.

L’ouverture est conditionnée par une volonté humaine de ne pas replier l’humain sur un champ étroit d’activité, mais de le mettre en contact avec des champs d’activité incluant de grandes diversités de sous-champs en contact entre eux.

Toutes les périodes de grande ouverture ont été caractérisées par ce mouvement. Que ce soit le développement des  échanges méditerranéens de l’antiquité, comme celui de la Renaissance et des communications atlantiques et européennes. Mais à cette réalité près et qui est énorme : la mondialisation ne peut que souffrir aujourd’hui des systèmes d’octroi que constituent les grands groupe financiers et industriels qui enferment les échanges dans leur champ d’intérêt privé.

Il ne peut y avoir de pôle de contact entre couches sociales « à allier » que s’il y a pour elles, à l’intérieur de leur « champ global », multiplicité des champs d’activité en contact. Unifier le champ d’activité de la classe ouvrière dans un champ d’activité unique relevait en partie du totalitarisme dont parle Giorgio Agamben et que le nazisme a porté jusqu’à la bio-politique.

Heureusement, les champs sains et les concepts sains ont résisté à cette unification totalitaire, mais pas au point d’avoir mis en adéquation la mondialisation et l’activité des champs qui la soutiennent. « …..il est temps de tenter une redéfinition des catégories de la modalité du point de vue qui nous intéresse. Celles-ci -possibilité, impossibilité, contingence, nécessité- ne sont pas d’innocentes catégories  logiques ou gnoséologiques, qui concerneraient  la structure de propositions ou la relation de toute chose à notre faculté de connaître. Ce sont des opérateurs ontologiques, autrement dit des armes dévastatrices au moyen desquelles se mène la gigantologie biopolitique pour la conquête de l’être, au moyen desquelles on décide chaque fois de l’humain  et du non humain,du « faire vivre » ou du « laisser mourir ». Le champ de cette bataille est la subjectivité….. » (Giorgio Agamben).

 

Il ne faudrait cependant pas réduire la question des champs et des contacts à une étude scientifique au microscope ou au télescope, mais bien agir sur les points de contact où ils s’affrontent. Pour les couches sociales ce sont les horizons de vie et aussi les conditions de vie. Les salaires par exemple, de même que l’usage du salaire et les conditions d’usage du salaire.

 

« Peut-être nous reprochera-t-on de n’avoir pris en compte que l’endroit du décor. Il est vrai, on aurait pu écrire une somme sur le travail comme réceptacle des médiocrités, des mesquineries, des inerties de l’espèce humaine. Cela fait partie aussi de la réalité. Mais cet envers trouve facilement preneur, souvent sans nuances ni goût du détail. Et si l’envers existe, ce qu’en réalité nous ne nions pas, c’est que l’endroit n’a guère été dans la culture envisagé comme tel…..Redisons que l’histoire fait elle-même la preuve qu’elle existe…. La vie est expérience, le travail est horizon : certains trouveront irritant, peut-être, que le concept ne puisse jamais enfin dominer son sujet. Mais chacun le prendra comme il voudra : nous croyons heureux que, passée et présente, l’expérience contraigne à refaire en nous, toujours neuve, la soif d’apprendre » (Y. Schwartz).

 

Imaginez l’activité à 3 pôles:

Imaginez une multitude de champs qui se coupent, s’entrecroisent, se superposent presque, multiplient les pôles de contact. Tout cela au point qu’il ne soit pas possible de distinguer « avec l’œil » ni triangle, ni pôle, alors qu’ils sont en multitude.

Cet ensemble de champs va constituer un « champ général ». C’est la  révolution judéo-chrétienne qui  le distingue en créant la notion de « saint-esprit ». Le « père » étant l’héritage du champ global, le « fils » la résultante en mouvement du champ global et donc l’individu humain.

La représentation par triangle des champs est une des représentations sans doute les plus proche de la pensée, du cerveau, tels qu’ils fonctionnent. Ces représentations « poétiques » sont en fait les plus « rationnelles » de la représentation de la pensée. Les rationalités à tout crin qui ne l’ont pas saisi s’éloignent en fait de la rationalité.

 

Le nazisme est en fait l’extrême du « rationalisme » étroit. Il se place dans les champs des rapports les plus « utilitaristes » et par là éliminent tout ce qui n’a pas l’apparence « touchable » de l’utilité. Le concept d’une utilité saine tronquée de l’héritage et ignorant d’une conception tripolaire de l’activité conduisent les nazis à l’élimination de l’héritage et de tout ce qui le représente : livres, « art décadent », HUMAINS symbolisant cet héritage, les Juifs et les autres ; ceci au profit de cette « race » sans activité autre qu’utilitaire symbolisée par la « race aryenne ». Le stalinisme tend en fait vers cette « rationalisation » de « l’homme nouveau » qui est une régression spectaculaire, dangereuse et dramatique pour l’individu comme pour l’espèce. Mais il y a une différence : sa contradiction avec ses aspirations sociales et philosophiques universelles revendiquée freine cette régression, à la différence du nazisme.

 

Dans le judéo-christianisme il y a l’intuition de ces contradictions. Le réseau humain, « saint esprit », la pensée collective déchaîne d’abord l’échange marchand et aboutit à l’apocalypse. Dans le système marchand antique, le réseau n’est pas en abondance « au niveau de la planète » comme il se construit aujourd’hui.

La pénurie qui se dessine au bout du système marchand par la destruction par l’homme de ses ressources est sans doute la réalisation de cette apocalypse. Mais l’apocalypse n’est pas seulement destructeur, il est renouvellement, résurrection.

Il semble que tous les bonds de développement ou de disparition des espèces passent par des « évènements extérieurs ». La pénurie peut en jouer sans doute le rôle. En doit-il sortir disparition ou développement ? La « foi », ou la « grâce », ou le « libre arbitre conscient de l’ensemble je-nous » doit jouer son rôle, c’est notre volonté collective qui peut donner le coup d’épaule vers la « bifurcation-développement ». Et cette bifurcation dépend essentiellement d’une saine, et cette fois vraiment saine conception de l’activité humaine tripolaire ; l’héritage en étant  un élément essentiel dans la mesure où la mondialisation capitaliste actuelle tend à le nier purement et simplement ; c’est une nouvelle forme de nazisme.

« Jouer » sur les « restes » ou les « marges » ou les « résidus » est VITAL.

 

Ce « réseau de pensée-accumulation culturelle » contenant passé, présent et prospective (le présent dans son unité) est bien dans sa globalité un OBJET. Il y a peu et à la fois beaucoup entre concept de saint esprit chez Paul et réseau de pensée dans sa conception matérialiste : la différence tient dans une conception élitiste de l’activité humaine, hiérarchisée, ou au contraire une conception NON hiérarchisée, NON dichotomisée de l’activité humaine « pensée/acte ». L’une est issue d’une société marchande qui contient pourtant déjà sa contestation, l’autre est issue d’une prospective de société NON marchande renouant avec la réalité d’une activité humaine créatrice qui unit parole, pensée, acte.

 

Les évangiles témoignent d’une période historique de confusion ayant son épicentre en Palestine ; période de confusion où ce que l’on espère se confond avec la réalité parce que ce que l’on espère est pris pour la réalité. Et c’est bien ce qui fait toute la richesse des Evangiles ; ce qui compte avant tout pour tout humain, c’est ce qu’il espère.

 

« …..Dès lors, il est pratiquement impossible de se demander s’il existe un être étranger au-dessus de la nature et de l’homme. En effet, une telle question impliquerait l’inessentialité de la nature et de l’homme. L’athéisme, dans la mesure où il nie cette inessentialité, n’a plus de sens, car l’athéisme est une négation de Dieu et, par cette négation, il pose l’existence de l’homme. Mais le socialisme en tant que tel n’a plus besoin d’une telle médiation. Il part de la conscience théoriquement et pratiquement sensible de l’homme et de la nature comme de l’essence. Il est la conscience de soi positive de l’homme, non médiatisée par la suppression de la religion. De même, la vie réelle est devenue la réalité d’une manière positive qui n’a plus besoin du communisme, c'est-à-dire de la suppression de la propriété privée. Le communisme pose le positif comme négation de la négation. Il est donc le moment réel de l’émancipation et de la reconquête de l’homme, un moment nécessaire pour le développement futur de l’histoire. Le communisme est la forme nécessaire et le principe dynamique de l’avenir immédiat, mais le communisme n’est en tant que tel ni le but du développement humain ni la forme de la société humaine…. » Karl Marx.

 

La poursuite du savoir rationnel ne doit pas être une négation de l’espoir mais un dépassement qui traque tout ce qu’il y a de possible dans l’espoir.

 

Pierre Assante, La Madrague de Montredon,  Marseille, le mercredi 26 mai 2004

 

(1) Personnel Technique Ouvrier et de Service.

 

_______________________Voir aussi sur ce blog ____________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2018 1 30 /07 /juillet /2018 06:11

Copie de 20100825 003Article publié sur ce blog le 29 mars 2011 regroupant 2 textes publiés avant encore

 

A 5 ans d’intervalle, ces deux textes se répondent l’un à l’autre.

Deux facettes complémentaires d’une même réalité et des contradictions qui la meuvent.

 

Mais Il y a du mal à comprendre qu'on ne décide pas des évènements, qu'il n'y a pas un plan, un mode d'emploi prescrit des évènements...et pourtant qu'il faut une volonté et une orientation...(je crois)...

 

LE CHAMP GENERAL (déjà publié sur ce blog) :

L’humanité a cette tendance à considérer comme un antagonisme la réalité matérielle de sa composition biologique et la réalité subjective des sentiments.

C’est au contraire cette contradiction féconde qui réalise l’humanité.

Cette fécondité est liée à l’impossibilité d’atteindre la connaissance pleine de cette contradiction, bien que la conscience de cette contradiction contienne pleinement cette réalité contradictoire.....

.....suite en cliquant :  ici

http://www.pierreassante.fr/dossier/LE_CHAMP_GENERAL.pdf

 

L'ECONOMIE POLITIQUE (déjà publié souvent sur ce blog) :

1 L’illusion comptable du profit

Contrairement aux apparences lorsqu’on regarde « la course du soleil », la terre tourne sur elle-même, et non le soleil autour de la terre.

Une autre apparence nous donne l’illusion que le profit est tiré d’une transaction où la vente est effectuée à un prix supérieur à celui de l’achat. Cela c’est de la comptabilité. Seul le travail incorporé dans une marchandise lui confère une valeur supérieure....

 .....suite en cliquant :  ici

http://www.pierreassante.fr/dossier/petit_rappel_economie_politique_elementaire.pdf

 

 

__________________________Voir aussi sur ce blog _____________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2018 7 29 /07 /juillet /2018 08:08

ExpliquÉ, MALADROITEMENT résumÉ

comme ça, ça aide OU PAS ?

Si les mouvements revendicatifs des salariés ne trouvent plus les réponses relativement positives des périodes précédentes aux revendications, est-ce que c’est parce que le capitalisme est devenu plus « méchant » ? Explication sommaire :

 

Plus le capital investit dans les moyens matériels de modernisation dont la quantité et la valeur marchande et le prix s’accroissent, plus la proportion du profit diminue en fonction de l’accroissement de cette part du capital par rapport au capital investi total.

La révolution scientifique et technique accroit exponentiellement cet investissement , c’est-à-dire accroît ce qu’on appelle le capital constant, machines et moyens de production de plus en plus sophistiqués et performants, et matières premières de même, terres et métaux rares par exemple.

Le reste du capital investi étant les salaires, c’est-à-dire le capital permettant le renouvellement de la force de travail du salarié, ce qu’il consomme, au sens large, sur la masse du capital global et non seulement sur une entreprise, bien que ça « commence » essentiellement par l’entreprise qui se situe elle-même dans la mondialisation du capital et de la production capitaliste à la base de la production.

 

Cette diminution de la proportion de profit, Marx l’a appelé « baisse tendancielle du taux de profit ». Il a aussi décrit des phénomènes économiques « corrigeant » cette baisse par l’accroissement de la masse de profit. Mais ce phénomène existe toujours dans l’échange et la circulation en capital et conduit à la suraccumulation et à la dévalorisation du capital, à la difficulté croissante du capital à se réinvestir dans la production, sa quantité et sa qualité, c’est-à-dire à une crise générale du capital, une crise générale de la production humaine en quantité et en qualité correspondant aux besoins humains et leur développement. La crise générale systémique du capitalisme n’est pas une vieillerie, mais ce qui ce passe en ce moment, le moment du capitalisme monopoliste mondialisé, numériquement informationnalisé, globalement financiarisé, formule juste mais qui demande à être développée et qui est démontrée dans les travaux des économistes communistes à partir des données et des effets constatés. Par les économistes communistes et par les ergologues progressistes dont les travaux théoriques et pratiques contribuent à dépasser l’organisation taylorienne du travail qui est celle du capitalisme et de l’aliénation du produit et des gestes du travail, et des sociétés tendant à en sortir mais n’en sont pas sorties. Les effets de la crise dont souffrent salariés et populations sont aussi la cause de la crise de désaffection politique relative et de la concentration grandissante des pouvoirs, de l’aggravation des répressions, de la crise fondamentale de la démocratie.

 

Si les mouvements revendicatifs de salariés ne trouvent plus les réponses des périodes précédentes, est-ce que c’est parce que le capitalisme est devenu plus « méchant » ? Ou est-ce parce que le capital a besoin de renflouer cette diminution du taux de profit et répondre à la suraccumulation-dévalorisation du capital en drainant vers les grands groupes financiers le maximum de capital pris sur les revenus des salariés et les besoins sociaux de toutes les populations ?

 

Répondre à cette interrogation c’est donner aux luttes salariées et populaires les moyens de déboucher sur des progrès sociaux, de sortir de la crise et de poursuivre  en santé le processus de l’humanité et son rapport avec la nature. Prendre le pouvoir politique sur l’argent c’est cela : donner à la société des moyens grandissant d’investissement dans les besoins humains en quantité, et en « croissance-condensation » en qualité, échappant à la guerre  mondiale de la course au profit, c’est cela que permettront les réformes radicales et progressives des systèmes bancaire et financier, de la production monétaire pour des fonds démocratiquement gérés, du droit du travail prenant en compte les conditions matérielles et morales de la personne dans la production de richesses.

 

Pierre Assante, 28 juillet 2018

 

"...Selon une enquête réalisée par la National Association for Business Economics (Nabe) américaine auprès de 45 économistes, la moitié d'entre eux estiment qu'une récession interviendra entre le dernier trimestre 2019 et le deuxième trimestre 2020. C'est dire qu'ils sont divisés quand il s'agit de formuler des pronostics. Dans ces conditions, la navigation reste de mise [pour le capital et ses décideurs économiques et gouvernementaux, Note du blogueur]...".

François Leclerc, l'Humanité Dimanche, 26 juillet 2018

____________________________Voir aussi sur ce blog _______________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

Partager cet article

Repost0
24 juillet 2018 2 24 /07 /juillet /2018 11:03

Mis en ligne une première fois le 23 juillet 2018

Denis Durand

Sept leviers pour prendre le pouvoir sur l’argent

Editions du croquant 

Le XXXVIIIème congrès et les propositions économiques.

 

Une action politique qui ne propose pas un processus  à engager, un contenu transformateur allant au-delà de la protestation sur les effets de la crise du capitalisme financiarisé et mondialisé ne peut qu'engendrer illusions et échecs. Denis Durand condense ici les recherches, travaux et propositions économiques de la commission économique du PCF. Indispensable pour toute personne de progrès.

Cet ouvrage a déjà été présenté sur ce blog. Au moment où s’engagent les débats et les votes de préparations du XXXVIIIème Congrès du PCF, le rappel de ces propositions n’est pas inutile.

Pierre Assante. 23 juillet 2018.

 

Introduction et sommaire.

 

D’un côté, l’allégeance aux marchés financiers et à leur obsession de rentabilité du capital présentée comme la seule rationalité économique concevable. De l’autre, la dénonciation de la finance, d’autant plus véhémente qu’elle dissimule le refus de tout projet concret pour que l’utilisation de l’argent devienne l’affaire des citoyens, au point que l’extrême-droite en vient à en faire un aliment de sa démagogie.  Sommes-nous pour toujours condamnés à cette impuissance ? Non, si nous trouvons la force, à gauche, de dépasser l’illusion que l’action de l’État aurait le pouvoir de corriger les méfaits du capitalisme sans qu’il soit besoin de conquérir des pouvoirs démocratiques sur l’argent dans l’entreprise et dans les banques. Nous pouvons trouver cette force car le sujet intéresse nos concitoyens. Depuis la crise de 2007-2008, chacun a pu mesurer l’influence que les banques, les salles de marchés, les banques centrales exercent sur la situation des entreprises, les politiques économiques, et finalement sur l’emploi, les retraites et la situation de chacun. Les révélations sur l’évasion fiscale ont déclenché un vrai phénomène d’opinion. L’exigence d’un autre comportement des banques et d’une autre politique de la Banque centrale européenne en matière de financement des PME rassemble un consensus étonnamment large (1).

Nous partons d’une conviction : la question de l’utilisation de l’argent va demeurer d’actualité dans le monde instable, fragile, traversé de logiques de guerre où le Brexit, l’élection de Trump aux États-Unis, l’approche de nouvelles crises financières, les premiers effets du réchauffement climatique nous ont fait entrer. La résistance aux politiques réactionnaires et néolibérales va nécessairement se heurter au pouvoir des banques et des marchés financiers. Pour faire émerger des alternatives, qu’elles soient globales ou relatives aux enjeux localisés de mobilisations sociales et écologiques concrètes, il faudra que les citoyens et les mouvements sociaux disposent d’une stratégie cohérente pour prendre le pouvoir sur l’argent ou, à tout le moins, pour commencer à prendre du pouvoir sur l’utilisation de l’argent. « Prendre le pouvoir sur l’argent » pour contribuer à sécuriser tous les moments de la vie et jeter les bases d’une nouvelle civilisation, à partir des contradictions du capitalisme financiarisé en crise ? Le but est ambitieux – osons le mot : révolutionnaire.  L’objet de ce petit ouvrage est modeste : montrer, par quelques exemples, que le chemin pour y parvenir existe et que nous avons commencé à l’explorer. Ces observations guident la succession des sujets abordés dans les pages qui suivent. Nous proposons au lecteur de partir de quelques questions très présentes dans le débat public : l’évasion fiscale, la malédiction de la « dette », les nouveautés apportées par la révolution numérique en matière de monnaie et de banque, les espoirs mis dans le développement des monnaies locales… Chacune de ces questions ramène à un facteur clé : le rôle des banques et des banques centrales dans la mise en circulation, par le crédit, de l’argent nécessaire à la création de richesses. Le chapitre suivant rappelle quelques informations utiles aux citoyens qui considéreront, alors, que l’argent, sa mise en circulation, son utilisation, sont des enjeux de pouvoir, et qui voudront faire valoir leur point de vue sur ces enjeux. Enfin, la plus grande partie de ce petit volume rassemble un ensemble cohérent de propositions montrant comment, dès aujourd’hui, à partir d’enjeux concrets relatifs à l’emploi, à la formation, au développement des territoires, à la préservation de l’environnement, on peut développer des mobilisations sociales et politiques, « du local au mondial », pour changer effectivement l’utilisation de l’argent.

 

1. Ainsi, par exemple, l’avis Les PME/TPE et le financement de leur développement pour l’emploi et l’efficacité (http://www.lecese.fr/sites/default/files/pdf/Avis/2017/2017_07_PME_TPE.pdf ) présenté au Conseil économique, social et environnemental par Frédéric Boccara a été voté le 15 mars 2017 à une très large majorité incluant les groupes de l’artisanat, de l’agriculture et des professions libérales.

 

Sommaire. Pages

L’argent, une question d’actualité 13

En finir avec l’évasion fiscale ? 14

La dette, une malédiction ? 16

La révolution numérique va-t-elle faire disparaître la monnaie ? 18

« Sortir du système » avec les monnaies locales ? 21

Et si on se passait des banques ? 23

L’argent, un enjeu de pouvoir 27

L’argent des entreprises, ou le pouvoir du capital 27

L’argent des banques, enjeu politique par excellence 30

L’argent public, un moyen de contrôler l’argent privé ! 37

Sept leviers pour prendre le pouvoir sur l’argent 43

L’information des citoyens dans les territoires 45

Le pouvoir des salariés dans l’entreprise 51

Un fonds national et des fonds régionaux pour l’emploi et la formation 58

La nationalisation des banques privées et la constitution d’un pôle financier public 66

Le « plan B » : une autre politique monétaire, pour un euro commun de tous les Européens 74

Un Fonds européen pour le développement des services publics  81

Une monnaie commune mondiale pour le développement de tous les êtres 93

 

________________________________Voir aussi ____________________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

_______________________________________________________________________

_________________et_________________

Sur l'ergologie

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/06/donner-a-une-organisation-des-salaries-un-contenu-de-transformation-du-xxieme-siecle.html

___________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2018 6 21 /07 /juillet /2018 22:30

 

Article mis en ligne une première fois 

le 21 mai 2018

 

FORMATION DES MILITANTS

ET DES AUTRES SOI-MÊME COMPRIS EVIDEMMENT.

 

Nous avons vu, si nous ne trompons pas.

Inventaire et RécapitulatioN

 

Nous avons vu, si nous ne trompons pas, ce que c’est que :

 

Les richesses de la nature utilisées par les êtres humains pour vivre.

Leurs transformations par le travail humain en biens nécessaires à la vie humaine.

Le surproduit, l'échange du surproduit.

La division du travail dans le rapport femme-homme et la division de classe du travail

La marchandise

L’échange M-A-M’ puis A-M-A’ qui se développe dans la phase M-A-M’ jusqu’à transformation qualitative du mode d’échange.

Le capitalisme et la division du travail dans la manufacture et l'industrie mécanisée.

La transformation de l’argent en capital dans la transformation de l’économie marchande originelle en économie marchande capitaliste.

La caractéristique du travail libre en économie capitaliste et la vente-achat de la force de travail.

La valeur de la force de travail et son contenu économique pur et son contenu culturel, le moment historique et le lieu de son achat-vente, les effets propres du marché et des forces qui agissent sur le marché.

Nous avons vu la plus-value absolue, la plus-value relative, la plus-value extra.

Nous avons vu la baisse tendancielle du taux de plus-value et du taux de profit, l’effet de la révolution scientifique et technique sur la masse de surproduit et sur le taux de profit, la modification de la composition organique du capital, capital constant, capital variable, plus-value.

Nous avons vu l’effet actuel de la révolution scientifique et technique sur le capitalisme monopoliste mondialisé, numériquement informationnalisé, algorithmisé, globalement financiarisé qui est celui du XXIème siècle, et sur la suraccumulation structurelle du capital, qui passe des crises décennales à une crise structurelle permanente.

Nous avons vu la baisse tendancielle du taux de profit, la suraccumulation-dévalorisation du capital.

Nous avons vu la revalorisation du capital et de son taux de profit par sa destruction relative ou son gel relatif.

 

Nous avons vu, si nous ne trompons pas

 

Les Crises économiques décennales et longues aboutissant à des crises progressives et-ou explosives de suraccumulation de capitaux, sont "prévenues" ou "conclues" par le capital dans la guerre de concurrence économiques par des crises politiques, diplomatiques, pouvant aboutir à la guerre militaire.

Entre autres,

A la fin de la montée de phase longue de 1851-1870  → guerre de 1870.

De 1896-1914 → guerre de 14, et aussi révolution d’Octobre et montée de révolutions dans toute l'Europe, décapitées dans la phase révolutionnaire descendante .

Au contraire, "redémarrage" de 1946 après la guerre de 39-45, et après le fascisme et destruction de capital permettant une revalorisation.

Libération 1946-47 et progrès sociaux rapides : double effet de la destruction de capital, de sa revalorisation après destruction qui augmente le taux de profit et

Nous avons vu les conditions historiques de la Libération de 1945 ici et dans le monde qui outre la revalorisation systémique par destruction-revalorisation par la guerre, a connu un rapport de forces politique progressiste, son intervention dans les luttes de libération et de reconstruction et ses effets sur la relance du taux de profit en particulier dans les conditions de relance d’une économie mécanique de main d’œuvre et d’une première révolutions scientifique et technique permettant une forte plus-value relative.

Nous avons vu un compromis historique correspondant à ce rapport de force, avec la sécurité sociale, les congés payés et une réduction du temps de travail, l’énergie, la recherche, l’enseignement progressistes, des droits du travail améliorés etc. sans aller jusqu’à une sécurité d’emploi et de formation qui reste à mettre en œuvre aujourd’hui pour assurer une cohérence générale et une avancée de ces progrès.

Nous avons vu la remontée de la suraccumulation, l’affaiblissement relatif du capitalisme le plus puissant, les mesures de Brettons Wood, relançant son hégémonie,

Le décrochage du dollar et de sa parité avec l’or permettant la production monétaire ex nihilo et

Le maintien de l’hégémonie de ce capitalisme US dans des négociations ou il reste dominant (Trilatérale, G7, G20, économiquement, politiquement, militairement.

Nous avons vu sa tendance actuelle, dans son affaiblissement, entre sortie des négociations internationales, relance du nationalisme dominant et aller-retour périlleux pour le capital et nous-mêmes entre ces tendances en fonction du moment étroit du rapport de forces, accompagné par les nationalismes locaux.

 

Nous avons vu, si nous ne trompons pas.

 

La crise structurelle nouvelle de suraccumulation des années 1960, sa reprise en main par le gaullisme puis directement par les monopoles en 1970, son accompagnement social-démocrate, son accélération en 2008 et explosive depuis 10 ans.

Nous avons vu le mouvement des ouvriers et des étudiants en 1968, moment où commencent à s'affirmer les contradictions entre possibilités nouvelles de progrès et entraves aux progrès par le système et ses tenants.

Nous avons vu depuis 2000 et surtout après 2008 la masse de création monétaire ex nihilo des banques centrales pour refinancer le système bancaire et le système productif, mais avant tout le système bancaire et le système parasitaire, entre autre par le rachat d’obligations qui est un équivalent de remise de dette et de recapitalisation pour les groupes financiers multinationaux, mondiaux, plus puissant que des Etats, malgré la suraccumulation, paradoxalement, mais logiquement pour le système.

Nous avons vu le drainage des capitaux vers ces groupes, le renflouement du taux de profit sur la destruction des services publics et la diminution relative ou absolu des revenus populaires.

Nous avons vu comment le capital se payer de la baisse tendancielle du taux de profit sur l’accroissement de la plus-value, le cout du travail.

Nous avons vu le monde passer du CME au CMMNI et contourner les avancées politiques du programme commun, du compromis historique, de l’eurocommunisme, des victoires de Portugal, du Vietnam etc.

 

Nous avons vu si nous ne trompons pas les solutions proposées par les économistes du Parti pcf :

 

Le pouvoir sur l’argent, le crédit, sur le système financier pour le transformer, sur la création monétaire de la BCE (Banque Centrale Européenne), les Droits de tirage Spéciaux, portefeuilles internationaux de monnaies diverses (DTS) pour se libérer de la domination du dollar, la création de fonds régionaux, nationaux, européens destinés à financer les besoins humains en échappant progressivement à la course au profit, ne sont-elles pas des mesures économiques indispensables pour résoudre la crise de croissance de l'humanité et dépasser en qualité le système capitaliste obsolète qui la produit ?

D’autres forces politiques accompagnent la protestation dressent des bilans, répertorient les priorités, Mais les convergences s’arrêtent là. La question de débattre avec elles sans se soumettre à leurs erreurs, leurs robinsonnades et leurs programmes de Gotha, est au cœur des possibilités de développement de luttes dépassant la protestation et débouchant sur une transformation sociale en santé de l’humanité.

 

Nous avons vu

 

Que les marges qui permettaient à social-démocratie d’assurer un accompagnement social se sont réduites et que cette réduction est la cause première de sa perte d’influence sur la société. Que l’illusion de jouer sur ces marges par ignorance des lois du système capitaliste plombent les partis traditionnels et mettent en avant des partis dégagistes qui sont élus avec une toujours plus faible participation des citoyens et se trouveront bientôt dans la situation de ceux qu’ils ont dégagés.

 

Nous verrons que

 

sans un travail politique sur les solutions proposée de sortie de crise économique et le rassemblement des luttes régionales, nationales et européennes sur ces solutions, nous risquons d’aller progressivement ou rapidement vers une régression sociale (inédite peut-être depuis la chute de l'Empire Romain ?), politiquement et culturellement aussi.

 

Il existe un parti capable de rassembler pour une sortie de crise et une nouvelle civilisation du partage, le nôtre, si tant est qu’il retrouve le chemin de l’économie dite marxiste pour impulser et partager dans la population ces solutions. Une Unité politique efficace est à ce prix.

 

Nous verrons qu’une prise de pouvoir politique et des nationalisations ne peuvent avoir d’effet positif :

 

Sans

Le pouvoir sur l’argent,

Sans un détournement du mouvement des capitaux progressif hors du circuit de production de profit permettant les investissements sociaux de progrès, une NEP.

Une organisation du travail respectant la personne et permettant une cohérence entre production des moyens de production et production des moyens de consommation, investissement et épargne,

 

Le tout dans l’objectif d’utiliser le progrès de la productivité pour le progrès humain, entre autre la réduction du temps de travail et la progression conjointe de la recherche, des connaissances de l’humanité et leur mise en pratique, de la conscience du mouvement qu’elle représente dans la nature et dans l’univers et leur besoin d’évolution conjointe en santé.

 

Lorsque Marx, Engels et les  « eisenachiens » critiquent le programme de Gotha

 

dans l’unification des partis sociaux-démocrates allemands, ils notent  à la fois cette marge existant pour les accompagnement sociaux ainsi que les limites de partis qui veulent transformer la société avec des conceptions conservatrices habitant les mentalités, y compris dans le parti, de la société telle quelle. Ils se trouvent en butte à l’incapacité du parti d’imaginer les voies de transformation parce que le parti a une vision qui se fige au moment historique du système productif.

Ainsi il se prive des moyens d’user des marges pour le progrès et se retrouve en collaboration de classe comme pendant les guerres, ou il se prive des moyens d’user de la limitation des marges pour entamer un processus de transformation radicale et en santé.

 

Oui, la lutte pour des améliorations immédiates et la lutte pour la transformation progressiste et en santé de la société vont de pair. Sachant aussi, ce que beaucoup n’ont pas compris, que les marges pour des améliorations immédiates se rétrécissent au fur et à mesure que s’aggrave la crise de suraccumulation des capitaux, incompatible matériellement, physiquement et moralement pour le patronat et le capital avec un accompagnement social de la crise, mais compatible et allant de pair avec une aggravation permanente de la baisse du cout du travail et du salaire différé que constituent les services sociaux publics et même privés qui comportent une réduction du social tout en prétendant y suppléer.

 

Pierre Assante, lundi 21 mai 2018

Pour la matinée de formation du 2 juin 2018

 

________________________________Voir aussi ____________________________________

MANIFESTE POUR UN PARTI COMMUNISTE DU XXIème SIECLE

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/07/en-direct-sur-le-site-pour-un-manifeste-du-parti-communiste-du-21eme-siecle-avec-les-dernieres-nouvelles.html

 

_________________________________________________________________________

 

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

__________________________________________________________________________

RECUEIL N°3 TROISIEME DE 2018 :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/04/recueil-n-3-mars-avril-2018.materialisme-et-idealisme.html

_____________________________________________________________

 

QUELQUES RECUEILS ET LIENS de ce blog sur ce lien :

http://pierre.assante.over-blog.com/2018/01/pollution.html

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2018 6 21 /07 /juillet /2018 19:15
ARLES. Photos.

 

 

Article publié une première fois le 19/07/2018

 

ELEMENTS A PRENDRE EN COMPTE POUR UNE VISION DE LA SOCIETE HUMAINE ACTUELLE ET SES BESOINS DE TRANSFORMATION REVOLUTIONNAIRE.

 

 

 

Les techniques de production et d’échange sont révolutionnées par le passage progressif mais rapide de la mécanisation simple à la mécanisation numérisée, automatisée, ce qui permet une globalisation mondialisée de la production et de l’échange, des conditions matérielles de vie et du mouvement des mentalités qui  sont liés.

 

Les techniques de production et d’échange sont révolutionnées mais le mode de production et d’échange  reste fondamentalement le même, basé sur la marchandise et l’accumulation du capital, donc gros des crises de sa suraccumulation-dévalorisation et des freins-blocage à son propres développement, donc au développement quantitatif et qualitatif humain.

 

Archéologie industrielle.Cheminée rampante.La Madrague

Le développement des forces productives permet une part de plus en plus grande de libération des activités contraintes de la production des biens dans le cadre de la vente-achat de la force de travail, et dans le cadre des nécessités élémentaires naturelles de survie et de développement de la personne et de l’espèce humaine, et cet élément de liberté, bien que réparti de façon inégale entre les êtres humains et les différentes entités humaines dans le monde, constitue une révolution dans le processus de l’humanisation.

 

Le choix des activités « libres », le lien conscient entre nécessités et liberté entre dans un besoin essentiel de développement.

 

Sans ce développement, la société ne pourra que s’enfoncer dans une confusion croissante et menaçante pour sa survie. Le rapport de force capital/travail dans les rapports de production capitaliste ont pour effet de libérer relativement l’activité humaine du travail contraint, du temps de travail contraint, mais en même temps la part absolue de contrainte par rapport à la masse d’activité augmente, y compris par et dans ce qui est considéré comme activité libre.

 

Les nécessité naturelles vitales semblent immuables, mais se transforment. C’est l’action humaine sur l’organisation de sa propre vie qui modifie le rapport concret aux nécessités naturelles. Par exemple l’organisation de la santé, l’organisation de la solidarité humaine qui réduit des handicaps naturels, accidentels, matériels et moraux, et permet un développement personnel et collectif de libération relative en mouvement des nécessités naturelles. Quant aux contraintes sociales imposées par la société de classe, leur libération tient au dépassement de la société de classe qui libère l’humanité dans son ensemble. Cela va de pair.

 

La confusion essentielle est celle conséquente au mode de production et d’échange basé sur l’accumulation du capital qui entre en contradiction croissante avec les besoins vitaux humains et leur mouvement de développement.

 

Le progrès fulgurant des sciences et des techniques cache les régressions sociales. Ces régressions sociales auront tôt ou tard des effets sur les progrès des sciences et techniques avec de graves conséquences négatives sur le développement humain général.

 

Le progrès fulgurant des sciences et des techniques sont du ressort d’une partie de la population qui se réduit relativement de plus en plus. Cet écart scientifique et culturel a de graves conséquences sur la vision du monde. Elle rend cette vision de plus en plus floue et éloignée des repères élémentaires et complexes ensemble nécessaires à l’activité de la personne et de la société pour survivre dans son milieu et dans la transformation par elle-même de son milieu.

 

Les capacités de transformation de la nature par l’homme, le travail, pour produire les biens nécessaires à sa vie et son développement ont produit la pensée élémentaire, son développement, sa complexification, le concept de catégorie nécessaire à cette complexification, les systèmes de concepts en mouvement progressif et-ou régressif dans leur progression même.

 

Les effets du système marchand, de l’accumulation capitaliste, des inégalités de développement culturel des savoirs et de savoirs faire, du détachement progressif du travail formateur de pensée et de conscience au profit d’une transformation des mentalités de l’homme producteur à l’homme consommateur des marchandises sans la conscience développée qu’il les produit, sont en corrélation.

 

Remettre le travail au centre des besoins humains devient une nécessité et une urgence vitale. C’est ce sur quoi se penche l’analyse pluridisciplinaire des situations de travail dont les découvertes développées par Yves Schwartz (1) sur l’activité humaine révèlent les conditions dans lesquelles le développement humain peut se poursuivre ou pas. Et les variations alarmantes de réserves d'alternative intellectuelles et industrieuses ensemble. Donc dans lesquelles une révolution sociale 

peut être viable ou pas. Lénine, après la prise de pouvoir, la guerre civile et la mise en place de la NEP, en avait eu l’intuition, et Marx avant lui dans sa description des effets de la grande industrie et de sa division du travail  sur la perte relative d’autonomie de la pensée de l’homme producteur qui conduit à l'impasse structuraliste. Seule la démocratie du producteur, du « que, quoi, comment produire », quels que soient les moyens de production et la part due aux nécessités de la production, régénérera le dynamisme,  l’invention humaine, la conscience de l’humanité en tant que conscience de la nature sur elle-même. C’est la "nécessité des nécessités".

 

Il s’agit de travailler cette intuition, qui a été bien négligée dans  le cours du développement de l’organisation politique du salariat, pour dépasser l’immense crise de croissance que connait actuellement la société humaine, pour reprendre son cours en santé. Il ne s’agit pas d’entrer en décroissance pas plus qu’en démondialisation, il s’agit de donner à la croissance une autre qualité par réduction-condensation des objets de production et des systèmes de concepts dans leur mouvement. J’en ai déjà fait mention dans la comparaison du développement mental-cérébral de l’enfant et dans la croissance-condensation des objets informatiques.

 

Pierre Assante, jeudi 19 juillet 2018.

 

(1) Lire "Expérience et connaissance du travail", ouvrage présenté sur ce blog. Yves Schwartz. Editions sociales.

 

Post scriptum : lire les derniers écrits de Lénine (certains mis en ligne sur ce blog), qui constituent de fait une espèce de bilan sur ce qu'il reste à faire politiquement et économiquement pour que la transformation sociale se développe en santé. Pour compléter cet article et celui sur "moins mais mieux", le mien, pas celui de Lénine qui lui est extraordinaire, il faut rappeler ses recommandations sur la nécessité de prendre le temps pour constituer l'accumulation primitive d'une l'industrialisation socialiste, afin de s'assurer le soutien de la production de la paysannerie russe qui fournira cette accumulation, tout en répondant à ses propres  besoins et satisfactions.

Le "programme" PRENDRE LE POUVOIR SUR LARGENT en tant qu'initiation à une transformation qualitative du mode de production et d’échange n'est pas mentionné précisément dans cet article. Il l'est dans de nombreux autres et est contenu dans le texte  « Manifeste pour un Parti Communiste du XXIème siècle » (2)

_________________________________________________________________________

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

* 31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

 

_____________________________Voir aussi ____________________________________

(2) « Manifeste pour un Parti Communiste du XXIème siècle ».

http://manifestecommuniste2018.fr/

____________________________________________________________________

 

POUR ALLER PLUS LOIN Sur la numérisation et l’automation : « …L’automate prend sur lui le connaître (la science) en tant que réalisation théorique. Il supprime à sa manière la scission entre objet et sujet, entre le connaître et l’être, entre le réel et la représentation. Devenue acte pratique et réalité, la connaissance n’exige plus une théorie distincte (philosophique). L’automate tend à capter et à s’incorporer la totalité du connaître et des représentations, libérant ainsi l’être humain de sa part objective, lui permettant cependant de prendre appui sur cette consolidation. Il est, lui, le grand automate, l’animal abstrait dans sa compréhension entière et sa pleine extension, parodie fascinante de l’homme accompli, simulacre quasiment parfait de la totalité appréhendée, vécue, reconstruite : réalité et apparence unifiées. N’est-il pas à la fois, en pleine simultanéité « synchronisée », la réalisation et l’aliénation ? Ce qui permet aux uns de dire qu’il les concilie, donc les supprime l’une et l’autre en tant qu’opposition et problème. Et aux autres (dont nous serions !) d’affirmer qu’il pousse au paroxysme le conflit et annonce le grand dépassement… » Henri Lefebvre, 1964, dans « Métaphilosophie », chap. « Mimesis et praxis », page 186. Editions Syllepse.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche