Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 19:29

ECO.-et-POL.Echantillon.-Au-travail.jpg

 

Témoignage direct, cahier d’EcoPo en cours.

Pardon pour l’écriture rapide et les fautes…

 

 

LIRE :

 

http://pierreassante.fr/

dossier/CAHIER_D_ECOPO.pdf

 

 

(Autre excuse : "super conquérant" ce n'est pas moi,

c'est la marque du cahier...!   )     

 

******

      ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans ECONOMIE ET POLITIQUE
commenter cet article
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 10:57

Le bilan de 30 ans de décentralisation de l'action sociale  plaide pour le maintien des départements, mis en danger par l'austérité. Un risque qui pose autrement la question du choix politique en jeu, le 22 mars : réduction du service public ou lutte pour les moyens nécessaires.

LES-MISSIONS-DU-DEPARTEMENT-001.jpg

LES-MISSIONS-DU-DEPARTEMENT-002.jpg

Paru sur l'Humanité du 18 mats 2015

Aggrandissez le document, "zoomez", si besoin est, pour mieux lire...

 

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans ECONOMIE ET POLITIQUE
commenter cet article
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 06:58

Le mouvement de l’anthropologie vers  l’économie et2012 02 25 vice versa mène à l’ergologie, "expérience et connaissance de l'activité humaine", n’élimine pas leur dimension ET renforce leur rôle.

 

Si l’on considère d’une façon simple, (simpliste ?) le parcours de Marx, on peut distinguer dans les manuscrits de 1844 un approfondissement de la réflexion anthropologique, c'est-à-dire un approfondissement du rôle du travail primitif puis complexe qui crée l’humanisation à travers la question objective et subjective (objective en dernière instance) de la solidarité dans l’économie, dans leur unité de « fonction » humaine, de processus humain. La critique de l'économie politique et son approfondissement, ses découvertes, en est la suite logique.

 

Le trajet inverse de l’économie à l’anthropologie passe, les rejoint et les unit dans l’expérience et la connaissance théorique et pratique de l’activité humaine.

 

Dans le poids idéologique de la société de classe, et le type d’échange à travers le capital, et dans la vie au quotidien, son agent d’échange, l’argent, l’ensemble des fonctions de l’activité (mouvement des normes, rapports du corps et de la société…) , dans leurs particularités, leurs autonomies relatives, ne reconnaissent pas le réel : le désir d’un objet, d’un ensemble d’objets et leurs représentations déterminant la vie d’une personne cache la réalité globale dans laquelle peut évoluer cette personne et sur laquelle elle pourrait agir opérationnellement pour répondre en santé à ses besoins concrets et ses besoins symboliques, dans leur unité.

 

Le travail approfondi sur la critique de l'économie politique et ses découvertes est la suite logique de la démarche anthropologique et l'ergologie dans sa recherche sur l'expérience et la connaissance du travail peut en faire la synthèse opérationnelle, politique.

 

Ainsi il y a bien un aller retour nécessaires entre anthropologie, économie, expérience et connaissance du travail, et en ce sens l’ergologie ne peut être que la suite et la synthèse  le la recherche marxienne pour « connaître et agir sur le monde ».

Cela ne remet pas en cause la centralité de la critique de l’économie politique et son usage en santé tant que le mode d’échange et de gestion de la production auront cours.

 

Pour cette transformation je renvois aux réformes progressives et opérationnelles que propose cette critique de l’économie politique, dans le cadre du capital d’aujourd’hui, de sa mobilité à la micro seconde en tant que mouvement particulier et son déplacement dans la moyenne durée qu’est l’échange concret des moyens de vie au niveau de la personne quotidienne, mimétique et poïétique

 

Si l’on observe des notions indiquées ici quasiment dans chaque paragraphe « conclusif » on ne peut manquer de s’apercevoir de la réalité tripolaire de l’activité, particulièrement exprimée dans le rapport dialectique entre pôle des gestions, de la politeïa, du marché.

 

Il est évident pour moi que poser la question de la transformation sociale dans la réalité concrète et abstraire d’aujourd’hui c’est poser la question de la possibilité d’une régulation du marché par lui-même ou de l’impossibilité de la régulation du marché par lui-même, la possibilité d’une régulation hors du marché ou l’impossibilité de la régulation en dehors du marché.

 

Partant de ces questions quels obstacles de posent dans les deux hypothèses à la réalité concrète et abstraite aujourd’hui à la construction d’autres « règles » des échanges dans lesquelles la personne puisse exercer ses activités en santé, c'est-à-dire en se créant elle-même en exerçant ses activités et créer ces autres « règles » en aller retour dialectique.

 

L’anthropologie et l’économie ont partie liée, ce que démontre je crois le parcours de Marx, et l’expérience de la politeïa ne peut se passer de la connaissance du travail en tant que centre des résolutions des contradictions sociales.

 

Pierre Assante, vendredi 13 mars 2015

 

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans ERGOLOGIE
commenter cet article
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 07:09

Karl Kraus

 

 

Dans un même mouvement de situation des interventions humaines,

 

sans doute aurait-il lieu, concernant une saine expression publique,

 

une intransigeance et du courage dans l'échange,

 

tout en prenant de risque de l'erreur humaine,

 

de le rechercher en santé,

 

de se rappeler des positions rares et anticipatrices de Karl Kraus

 

KRAUS FACKELen le relisant,

 

concernant la montée du militarisme vers la première guerre mondiale puis "plus tard" la montée du pouvoir Nazi.

 

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 06:08

Mon couronnementÀ tous ceux qui ayant atteint un certain âge, aspirent encore (comme moi), et plus ou moins,  à une intervention publique propre, à une utilité sociale particulière, je propose la lecture de ce livre. Pas pour imiter obligatoirement le très savant personnage de ce roman, mais…..

Une vision pleine d'humour qui, pour moi, ne nie pas la participation de chacun à la santé du processus humain, mais relativise les ambitions et les éloigne avec bonheur de la méritocratie ambiante des médias et des institutions dominants, sans se priver d'une saine expression publique.

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 08:18

SCHWARTZ 1988Poids du Mouvement de Moralisation et Normalisation figée, réponse malsaine à la maladie de croissance de l’humanité mondialisée et informationnalisée.

 

Il n’y a pas d’autre alternative pour un être humain que d’allier dans l’activité humaine, l’audace de déchiffrer des chemins nouveaux et la prudence de l’expérience acquise et à acquérir.

 

C’est cela le choix de la santé, c'est-à-dire du processus du corps-soi, de la société dans laquelle il évolue et dont il fait partie.

 

Tout le reste est répression et normalisation figée, répression moraliste aussi vieille que les religions, leurs normes antécédentes et leurs dénormalisation dans les « protestantismes » successifs, qui ne se sont pas toujours nommés par ce terme, des premiers chrétiens (rapidement renormalisés et "figés" !) aux contestataires communistes du socialisme réels (rapidement instrumentalisés !), etc….

 

Connaître cela aussi fait partie des sentiers, des vallées et des sommets, des routes à parcourir.

 

Une normalisation figée (fortement figée mais non totalement, l’immobilité n’existe pas)  règne dans la société actuelle, où pourtant le mouvement des connaissances et des réalisations techniques n’a jamais été si puissant et si rapide, et vit autour d’exemples telle la moralisation contenue dans une œuvre comme celle d’Onfray (ne pas la diaboliser à partir de cette critique !), qui somme toute se manifeste à travers un enseignement encyclopédique (contenant aussi quelques inexactitudes) et les normes économiques de la « pensée unique ».

 

L’épanouissement de la personne, de la société, c'est-à-dire de leurs activités tient encore dans les mouvements de minorités dont l’activité traverse leur propre mouvement autonome, comme l’ensemble du mouvement de la société, y compris dans les forces « majoritaires » contradictoires de cet épanouissement.

 

Je vois dans la théorie de l’activité et ses concepts développés par Yves Schwartz, le « centre » du mouvement d’épanouissement, de la santé du processus humain, c'est-à-dire du processus de la conscience dans l’activité. Le déclarer ne suffit pas si cela n’entraine pas une connaissance (et une critique au sens scientifique) de ces concepts.

 

Bien sûr tout concept peut aussi se figer en même temps que se répandre, l’inventeur être transformé par les usagers de ses concepts en gourou... Ce fut en partie le sort des usagers des concepts de Marx (et de biens d’autres), lequel les a développés parce qu’ils étaient en état de gestation dans la « société globale ». C’est aussi là que réside la seule alternative pour un être humain que d’allier l’audace de déchiffrer des chemins nouveaux et la prudence de l’expérience acquise et à acquérir.

 

Le processus humain (et donc de la personne humaine) est minuscule dans l’immensité de l’univers. Mais c’est le notre. Et c’est à nous de le faire vivre comme de faire vivre notre corps-soi, sa pensée de résolution de ses besoins dans celui de la société.

 

 

Pierre Assante, 12 mars 2015.

 

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans ERGOLOGIE
commenter cet article
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 07:27

0082011 04 13 001

Aménagement de La Madrague de Montredon

du 13008 et du littoral Sud (1)

 

 

La page de « La Provence » du 2 mars 2015 ne peut être plus claire.

Il est bien question de consulter pour relancer le projet d'Océanis.

 

Pour les habitants de la Pointe Rouge à Callelongue en passant par La Madrague, la nuisance d'un tel projet sur le plan de la pollution, de la circulation, de l'impact sur ces quartiers a été démontrée, et négocier la construction de l'ensemble que veut imposer le promoteur Océanis ne présage rien de bon.

 

 

lire aussi sur le blog de Marie Françoise PALLOIX, élue PCF-Front de Gauche dans ces quartiers :

https://corvasce.wordpress.com/2015/03/04/amenagement-de-la-madrague-de-montredon-13008-littoral-sud/

 

La Page de La Provence :

http://pierreassante.fr/dossier/LEGRE%20MANTE%202.03.15.pdf

 

 

S'il doit y avoir concertation, c'est sur un projet global d'aménagement

 

S'il doit y avoir concertation, c'est sur un projet global d'aménagement du quartier s'intégrant à l'aménagement général de l'arrondissement (2), du littoral et de Marseille, et avec les pouvoirs publics et non un promoteur.

 

Cette partie de Marseille débouchant sur les falaises de Marseilleveyre est devenue à la fois un poumon vert avec les calanques et un lieu de loisir avec les plages et la mer, qui attire la population de la ville, du département, de la France et du monde. Mais dans cette évolution rien n'a été fait pour préserver l'emploi, l'activité industrielle et de service.

 

Il n'est pas possible d'augmenter la pression démographique sur ces quartiers qui constituent un cul de sac. Pour autant la population, qui souhaite légitimement conserver le caractère de ces quartiers, l'humanité de leur mode de vie développé à travers les années, ne veut pas non plus qu'ils s'endorment sur ce passé, meurent petit à petit et deviennent une réserve d'indiens en extinction.

 

Il faut donc aménager les espaces en concertation en tenant compte de la réalité telle qu'elle est, sans l'aggraver mais en l'améliorant.

 

Sans développer en détail cette intervention, énonçons quelques principes.

 

- Sur la pression démographique :

Certes les constructions massives comme le projet Océanis doivent être abandonnées.

Par contre il faut aménager des activités sociales non envahissantes sur le terrain de Legré Mante telles que par exemple maison des calanques et maison des métiers de la mer, accueillantes,

pédagogiques, utiles pour l'emploi comme pour l'enseignement.

 

- Sur les transports :

Il convient de diminuer le trafic en développant et améliorant les transports en commun. Les navettes maritimes et terrestres, doivent s'ajouter aux moyens existant au lieu de les remplacer, et servir à la fois les touristes et la population locale.

 

Jamais l'usine d'acide tartrique n'aurait dû faire l'objet des licenciements, de déménagements et de spéculation immobilière, mais elle aurait dû être modernisée, dépolluée et rentabilisée. L'objection des camions de livraison était un faux argument car leur pression est à relativiser par rapport aux conditions de circulation régies par le principe du tout-voiture dans un cul de sac (3).

 

- Le tourisme :

Il doit servir au plaisir des Marseillais et des visiteurs tout en développant l'emploi et la création de richesses, le travail producteur étant la seule solution à la crise.

 

- La santé :

La dépollution doit être financée par le propriétaire actuel ou à venir du terrain, et tenir compte de la situation géographique : difficulté de circulation, vents tourbillonnants transportant des terres polluées encore plus dangereuses en mouvement que fixées au sol. On ne répare pas les méfaits de tant d'années d'indifférence aux besoins des gens sans prendre les mesures adaptées, certes coûteuses mais nécessaires pour le long terme, et en accord avec la population (4). L’étude d’impact est rendue obligatoire et doit être faite.

 

Il ne s'agit pas de nier les héritages et les difficultés de la situation actuelle

 

Il ne s'agit pas de nier les héritages et les difficultés de la situation actuelle, difficile, contraignante et malsaine en certains points. Mais les habitants ont le sentiment qu'il ne s'agit pas d'améliorer les choses dans les projets municipaux et les permis de construire, mais de les aggraver.

 

Par exemple, le Parc des Calanques ne ressemble absolument pas à un Parc National (du moins pour l’instant et voici bientôt trois ans qu’il est en fonction) mais à un abandon encore plus grave de l’entretien de cette zone dite protégée, sans une signalisation claire, sans un nombre plus important de personnel qui devraient pouvoir assurer sa  continuité, et son entretien, non seulement en saison estivale mais bien toute l’année. C’est une catastrophe si rien n’est fait pour permettre que soit régulé géographiquement et pédagogiquement l’accès à cette merveille de la nature qui doit être au service de l’humanité et non de la finance. Il est clair que soit dans le Parc, soit autour, selon la volonté de tel ou tel groupe de pression, la préoccupation essentielle est la spéculation immobilière (4). Le pourtour du PNC doit être autant protégé que l’intérieur de la pression foncière et ses conséquences néfastes.

 

Autre exemple, les difficultés de circulation qui s'étendent jusqu'à la Corniche, dont tirait prétexte un élu de la majorité municipale pour justifier ses difficultés de gestion. Nous avons répondu qu'il aggravait cet héritage par sa politique actuelle.

 

PCF – La Madrague de Montredon

 

1) Ce sont des réflexions en vrac et en urgence reflétant le débat dans les associations et en particulier le CIQ, auquel les communistes ont apporté leur pierre, parmi toutes les contributions. Les problèmes demandent débats et décisions démocratiques. Celles-ci ne peuvent être imposées du haut d'instances dans lesquelles les citoyens déboussolés par tant d'indifférence à leur situation, par la crise et les réponses inefficaces qui lui sont apportées ne se sentent plus concernés, et risquent de verser dans une révolte improductive si leurs aspirations ne peuvent déboucher démocratiquement.

 

2) Il faut ajouter l'action du CIQ, petit poucet contre le géant immobilier, sa bataille financière avec le procès en cours qui coûte des milliers d'euros et les interventions à renouveler sans cesse.

 

3) Marie Françoise Palloix -élue PCF/Front de Gauche dans nos quartiers- a suivi pas à pas et intensivement ces questions. De l'occupation de l'usine et du soutien aux salariés, au procès actuel, et ses tenants et aboutissants sur toutes les questions (emploi, santé, pollution, pression démographique et géographique, transport etc.) Elle a formulé des solutions et consulté en permanence les habitants.

 

4) Certes tout cela peut paraître bien ambitieux, mais il faut cesser les bricolages qui nous ont amenés aux difficultés des populations. Ce qu'il nous faut est un véritable plan d'ensemble dans la durée. Le monde d'aujourd'hui s'est fait sans projet ou avec de mauvais projets qui ont conduit dans une impasse. Impasse fort différente de la magnifique muraille naturelle de Marseilleveyre qui domine notre paysage physique et moral et nous invite à en aménager les abords de la façon la plus humaine.

 

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

 

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans INITIATIVES
commenter cet article
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 07:51
2015-03-08-006.jpgVOIR
ici
******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 


Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 07:10

SCHWARTZ-CORPS-SOI.jpgSCHWARTZ YVES

 

 

 

LIRE la suite

ici

 

http://sites.univ-provence.fr/ergolog/

Bibliotheque/Schwartz/

Article_YS_Travail_

et_apprentissage.pdf

 

 

 

*******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans ERGOLOGIE
commenter cet article
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 07:09

      Article publié une première fois sur ce blog

le Vendredi 13 février 2015

 

LA PHILO DU PROLO fevrier 2015-copie-1 

 

 

LIRE

ici

 

http://pierreassante.fr/dossier/

LA_PHILO_DU_PROLO_1_

Guerir_les_causes.pdf

 

       

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

 

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et philosophie
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 07:05

CHARLIE et LA REPUBLIQUELa curée et ses suites.

 

Cela mériterait un livre, des livres.

Ils existent déjà.

 

Il a des temps où les dominants transforment les hommes en chiens.

Il en est d’autres où ces hommes chiens redeviennent des hommes par la solidarité face à leurs dominants.

 

Il en est peu (y en a-t-il même eu dans la société de classe?) où les hommes sont des hommes pour être des hommes, tout simplement, des êtres conscients de leurs besoins communs, où ce n’est pas une réaction à une domination qui les y poussent, mais leur état d’humain, espèce pensante en processus dont la santé de tous est nécessaire à la santé de chacun.

 

Le passage de chien à homme n’est pas sans manifester encore, par les exploités, contre les plus faibles d’entre eux,  la violence qu’ils ont subie. Les femmes tondues de La Libération sont un gouffre de malheur dans l’explosion de bonheur d’un peuple libéré. Babeuf le disait déjà pour le défilé des têtes sur les piques. Mais, libéré l’est-il vraiment quand l’argent et l’inégalité poursuivent leur chemin imperturbablement et que les mêmes exploités le regardent passivement passer emportant leurs rêves et les moyens de leur réalisation ?

 

Et puis il y a des moments où, après des décennies de temps humain de préparation et de dressage, vient l’heure précise de bascule de l’homme à chien.

 

Ce basculement, je le vois à ce moment, quand sonne l’hallali où le dirigeant de l’Etat tribal-social libyen, pas « saint », mais qui méritait mieux que la domination meurtrière mondiale du monde du travail et de la création ensemble par la finance, le capital, domination mondialisée et informationnalisée dans son hypocrisie aveuglante ; dans ce moment où il doit se réfugier dans un tuyau d’évaluation et est finalement rattrapé par la meute qui le déchire sous les yeux bienveillants de soldats (pas tous les soldats heureusement !) français, anglais, américains et  le regard majoritairement passif des auditeurs de colporteurs de nouvelles et d'almanachs, puis de la presse, puis de la radio, puis des spectateurs de télé-vision, vision à distance...

 

Et puis il y a le moment où les chiens échappent à leurs maitres, menacent de les mordre, deviennent enragés. Ils (les mêmes que ceux de la curée) commencent par mordre les serviteurs de maître puis tout ce qui leur passe à côté, sous la dent, de vivant ou de représentation de la vie. Les spectateurs passifs ont peur, se déchainent aussi alors sous l’effet de cette peur, prêts à se transformer aussi, et d’autre sont pris de malaises d’impuissance.

 

Y a-t-il des moments où les hommes sont à la fois chiens et hommes, enragés et solidaires en santé. Sans doute est-ce toujours le cas, et dans des situations toujours différentes. Il n’y a sans doute pas de moment totalement "polarisé"  (peut-il y avoir des exceptions, des transformations, une transformation inédite, de sainteté laïque, à la fois naïve, consciente ?).

 

Peut-on être communiste, au sens humaniste et économique après être passé par l’anti-exploitation. Peut-on passer sans drame énorme de « l’anti » au « pro », du contre une chose au pour autre chose née le la même chose ?

 

Nous ne sommes jamais purement chien, purement homme, comme il n’y a pas de chien immobile, de chien tout dormant et chien tout courant, de chien tout léchant, de chien tout mordant, de chien tout rêvant. Céline veut nous le faire croire avec une vision morbide et calmement haineuse et détachée, isolée, sœur ennemie de la sainteté.

 

La curée est finie, nous sommes au temps des chiens enragés échappant à leurs maitres et qui menacent les spectateurs passifs de toutes les curées passées et à venir.

 

Dans le double mouvement animal-humain peut mûrir un humain-humain. Et c’est dans le travail de chacun, producteur en tant que personne des objets « matériels et moraux » dont nous avons tous besoin pour vivre, leur échange,  que se manifeste l’apprentissage de l’humanité, de la solidarité, du mouvement supérieur de la nature, celui de la conscience.

 

La conscience se manifeste dans la création scientifique, technique, les arts et la philosophie d’action sur la réalité naturelle et la réalité sociale, ensemble.

 

Pour faire court et vite, Athènes antique de Solon et Clisthène et d’aujourd’hui, Paris de 1793, La Commune ou l’Octobre prolétarienne, le C.N.R ici et dans le monde, la Renaissance Européenne du XVI° siècle, la naissance de l’agriculture néolithique et des cités primitives antiques,  ont montré que sciences, critique de l’économie et des institutions vont de pair avec le progrès humain, le progrès politique, de la « gestion de la cité ».

 

La propension actuelle à isoler ces « fonctions unies » au profit d’une seule critique tout-morale va à l’encontre d’une transformation en santé. C’est pourquoi il est donné par les dominants à cette critique morale toute la place possible pour contrer la critique scientifique opérationnelle, économique en particulier.

 

Lorsqu’on devient « Charlie hebdo », on n’est pas Charlie Hebdo et c’est bien d’être simplement soi-même. Mais … on est plus que de simples spectateurs des curées ou des meurtres massifs de chien enragé sous les ordres de leur maitre ou leur échappant. Mais … on n’est pas encore libéré. C’est dans notre rôle d’homme, d’humaine productrice et d'humain producteur et sa transformation en santé, sa libération de l’exploitation, que tient toute la liberté, l’égalité, la fraternité : la solidarité non seulement sentiment mais acte.

 

Pierre Assante, 8 mars 2015. 

 

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans OPINIONS
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 08:18

departementales.jpg

 

Alors que le scrutin des 22 et 29 mars s’annonce difficile pour la gauche, entre abstention et montée de la droite et de l’extrême droite, des alliances nouvelles au sein de la gauche alternative se traduisent par des candidatures communes. À la fois concrétisation et mise à l’épreuve pour un rassemblement déjà engagé.

 

 

LIRE la suite

ici

 

http://www.humanite.fr/elections-departementales-la-gauche-alternative-elargit-son-rassemblement-567039?IdTis=XTC-FT08-AOZES9-DD-WHJ5-DUCP

 

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 07:13


Copie de JAN10 010La « prime », la « rente » des pays dits « capitalistes, occidentaux, économiquement avancés avant les autres ».

Nouveau "mode de production asiatique occidental" en voie de dépassement ?

 

En réponse à des amis concevant une sorte de malthusianisme plus ou moins conscient, qu’ils imaginent comme une forme de solidarité vis-à-vis des peuples les plus pauvres, pour répondre au développement inégal dans le monde et aux pauvretés et aux richesses qui se font face géographiquement, je tente cette réflexion critique à leur égard. On pourra me répondre utilement sur la validité de cette réflexion comme réflexion intéressante, médiocre ou totalement fausse.

 

La « prime », la « rente » des pays dits « capitalistes, occidentaux, économiquement avancés », ayant procédé avant les autres à une accumulation primitive, c'est-à-dire encore dominants politiquement, institutionnellement, militairement…jusqu’à ce jour, même si c’est en bout de course, reposent sur le développement inégal des sociétés humaines et se vérifient dans les coûts du travail locaux (1), le développement et les fluctuations en avancées et en recul des services…

 

L’usage ici des termes « prime », « rente » n’est en aucune façon un usage scientifique, mais une image, une métaphore explicative (2). Mais je pense l’image juste.

 

Je ne reviens pas sur le processus général du capitalisme dans le monde, ses lois-tendances, les rapports dialectiques entre infrastructures et superstructures, le rapport dialectique entre les éléments des forces productives, techniques, machines, pensée, conscience, entité « globale » et personne dans leur activité productrice, le tout « fonctionnant » en unité d’éléments relativement autonomes.

Je n’aborderais qu’un élément du processus d’ensemble, et très brièvement, en forme de pense-bête soulignant une réalité :

 

La consommation majoritaire de ces pays, l’accumulation des moyens financiers dans ces nations du capitalisme avancé et le pouvoir qu’ils ont acquis dans les institutions mondiale financière, permet une « prime », une « rente » de niveau de consommation moyen pour les populations de ces nations en dissolution mondiale, mais en soutien institutionnel et politique de la globalisation capitaliste.

Ce qui fait des populations de ces nations à la fois un soutien inconscient de la globalisation capitaliste et une sorte d’entité d’exploitation collective des peuples les plus pauvres et-ou les moins consommateurs, à l’instar d’une sorte de mode de production asiatique,  en rapport avec leur coût de travail inférieur, élément historique local de la valeur de la force de travail.

 

Les solutions économiques (entre autre, les Pôles de crédit démocratiques, politiques et institutionnels à tous les niveaux) locales et mondiales de la ComMéco tiennent compte ces éléments d’inégalité de développement. Elles permettent de détourner à tous les niveaux, progressivement et radicalement une partie de la circulation du capital sans cesse croissante en fonction des luttes populaires conscientes du processus inconscient de la société.

 

Elles permettent de détourner à tous les niveaux, progressivement et radicalement une partie de la circulation du capital jusqu’à atteindre une « masse critique » constituant un bond en qualité de l’organisation sociale passant des critères de profit aux critères des besoins humains.

Ceci demande plus ample développement, mais je l’ai fait dans la masse des écrits de mon blog et les essais que j’ai dupliqué à disposition des amis qui s’y intéressent.

 

Certes l’accumulation partant des développements plus précoces et plus rapides n’est qu’une rente provisoire à l’entité humaine qui a bénéficié de cette prime de consommation et de valeur historique de la force de travail. Mais elle ne peut durer éternellement face à une réalité économique et culturelle mondiale qui ne correspond plus à la réalité acquise de la « rente ».

En ce sens les solutions de la ComEco répondent non seulement aux besoins de coopération mondiale, mais aussi au contenu de ce que doit être cette coopération pour une élévation générale de la condition humaine.

 

Pierre Assante, jeudi 5 mars 2015

 

(1) Tenant compte que le poids historique de la valeur locale de la force de travail doit être relié à la formation mondiale de cette valeur, dans la globalisation du capital et ses mouvements rapides à la fraction de seconde et lents dans le mouvement des marchandises-valeurs d’usage elle-même, de même que la valeur marchande locale et la dépendance relative de la formation des prix et des salaires de la formation de cette valeur.

 

(2) Pour connaître le sens réel d’une rente, sa réalité, lire « Le Capital » de Marx et les analyses des continuateurs de la critique de l’économie politique.

 

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans ECONOMIE ET POLITIQUE
commenter cet article
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 06:03

GARO PORTRAITEn librairie le 5 mars 2015 :

 

Marx politique

 

(Dirigé par Jean-Numa Ducange et Isabelle Garo)

 Kevin Anderson, Antoine Artous, Guillaume Fondu, Stathis Kouvélakis, Ellen Meiksins Wood

 

Editions La Dispute, 220 pages, 18 €

 

Marx est un penseur politique majeur, en dépit de préjugés qui demeurent tenaces. Mais en quoi consiste précisément sa pensée politique ? Pour répondre à cette question, ce livre présente des recherches internationales récentes, qui renouvellent le regard sur Marx – théoricien, journaliste et militant –  et sur l’actualité de sa pensée.

Cet ouvrage collectif aborde les divers terrains de Marx : philosophie, histoire, économie, théorie politique, question sociale. Stathis Kouvélakis montre que la critique de l’État, remise sur le métier au fil des évolutions historiques et politiques, le conduit à repenser les rapports entre économie et politique. Ellen Meiksins Wood relie critique du capitalisme, analyse des luttes de classe, examen des questions de la démocratie, du genre et de la race, en les replaçant dans une perspective historique de longue durée. Kevin Anderson remet en cause l’idée reçue d’un Marx ethnocentriste et souligne l’attention qu’il a accordée à l’étude des sociétés non-occidentales. Guillaume Fondu examine l’économie politique hétérodoxe contemporaine et souligne ses limites. Antoine Artous revient sur la théorie de la valeur en discutant un livre récent de Moishe Postone.

Fenêtre ouverte sur un marxisme contemporain divers et vivace, ce livre montre le caractère inséparable de la théorie et de la politique, qui fait de l’œuvre de Marx, et de ses prolongements, des outils cruciaux pour penser la transformation sociale et l’action politique aujourd’hui.

 

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 06:01
Le premier roman d'Emmanuelle HEIDSIECK  (dont vous avez des comptes rendus de diverses œuvres sur ce blog), "Notre aimable clientèle" a été adapté au théâtre, la première a eu lieu Vendredi 27 février à Vaulx en Velin, voici le lien du programme ou vous trouverez les informations sur ce spectacle :
LIRE
ici

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 06:00

POUR RIRESport et psychologie

 

Le Qatar suit de près l’évolution du PSG.

 

Ce n’est plus l’avancée triomphante permanente des premiers investissements.

Ce pays a sans doute des restes essentiels, précieux, riches et importants de l’antique culture de sa population originale, mais la vieille culture européenne qui nous amenés à Freud, Darwin, Marx, Weil, il doit l’importer en échange de pétrodollars.

 

Il faut puiser dans la culture étrangère et même dans la culture adverse pour réussir dans la finance. Bien sûr il fait un tri subtil, judicieux, correspondant à ses valeurs propres afin de ne pas être contaminé par les diableries qui s’opposent à sa modernité.

 

Le fait est que la psychologie et la psychanalyse ne lui sont pas étrangères, particulièrement dans le domaine du sport.

 

Ainsi, afin de donner plus de souplesse aux mouvements heurtés inévitables dans les rapports entre joueurs adverses et de l’équipe elle-même, il a été décidé d’appliquer aux footballeurs des méthodes permettant d’acquérir plus de rapidité dans l’adaptation aux multiples transformations des phases de jeu.

 

L’étude des grandes familles occidentales montre que la polyvalence dans le sport de loisir et même de la musique aide non seulement au perfectionnement de chaque sport mais aussi donne du punch et de l’habileté aux comportements de « gagneur » pour ne pas dire de « tueur » dans les affaires financières.

 

En ce qui concerne le sport, la pratique du patin à glace donne plus de liant, plus de fluidité aux déplacements des footballeurs et à la cohésion de l’équipe. Le patinage artistique accompagné de musique est encore plus efficace.

 

Voilà une excellente mesure pour redonner punch et moral dans les moments plus difficiles de la saison sportive.

 

Une seule objection, veiller à ne pas multiplier les chutes dans la patinoire, car l’effet serait inverse : le joueur ayant chuté à plusieurs reprises pourrait sombrer dans l’apathie noire.

 

 

Pierre Assante, 28 février 2015.

 

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans POUR RIRE
commenter cet article
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 06:00

photo-rassemblement-hsbc

 

 

 

VOIR ET ECOUTER

ici

http://www.dailymotion.com/video/x2i9qni_je-reve-d-une-reve-d-une-banque-qui-episode-1_news

 

Le PCF a initié un collectif intitulé "Je rêve d'une banque qui...".  

La première initiative s'est tenue jeudi dernier aux champs-élysées devant le siège français de la banque HSBC (Voir la vidéo)

 

Suivez les prochaines initiatives !

 

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans ECONOMIE ET POLITIQUE
commenter cet article
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 10:08

SOYONS-SERIEUX.jpgStratégies politiques, philosophies dominantes, paix et luttes sociales, laïcité.

 

Les stratégies réactionnaires et répressives contre les processus démocratiques au socialisme (1) s’appuient entre autre et aussi sur la diffusion d’une vision dominante du monde qu’on appelle « idéalisme » dans un des vocabulaires philosophiques, non en référence à un idéal humaniste, mais en référence à un mode de voir rendant la réalité abstraite, idéellement déformée, irrationnelle dans nos têtes, et par conséquent rendant inopérante la volonté mutilée par cette vision, de transformer la société en santé.

 

Voilà de ma part une formule trop condensée pour être claire et juste, mais ce n’est qu’une allusion effleurant la question philosophique, la question religieuse et la question de la laïcité.

 

Cette dernière, la laïcité, dans les derniers évènements ici et maintenant se retrouve transformée en « soyez tolérants, surtout ne vous montrez plus critiques, la démocratie, la paix sociale ne le supporterait pas… ».

 

Ce qui n’empêche pas nos bons donneurs de leçon de la faire, la leçon, (2) en ce moment aux imams et aux seuls imams pour leur expliquer ce qu’ils doivent dire et penser, au lieu de poser la question de la formation de tous les citoyens à un esprit critique et à une réelle participation à la société à travers ce qui lui assure sa survie, la production et donc le travail, l’activité de travail concret, libéré en particulier sur son lieu d'exercice du principe établi du patronat monarchique, excluant l’homme producteur des décisions….

 

Ceci fut un des idéaux du CNR et des communistes en France, et dans le PCI de La Libération de 1946 (3) et ses suites historiques, et de Berlinguer de 1971 à 1985 (sans doute assez isolé, très en avance dans la direction de son parti) d'une démocratie du producteur (4), du "que, quoi, comment produire" (c’était sa formule précise) dans une cohérence entre l'activité de la personne et une cohérence dans la société italienne et dans le monde.

 

Certes, le marché national s'est depuis transformé en marché mondialisé, informationnalisé, réagissant à la fraction de seconde dans le placement de capitaux et leur choix de placement productif de profit mais de moins en moins de production... Cela change la donne, mais pas le besoin de production et de cohérence de l'activité humaine...

 

J'en reviens à mon article de 2008 pour le congrès du PCF, au début d'accélération de la crise, que j’avais intitulé : "une crise de production et rien d'autre..."(***). Services, salaires différés socialisés, sont dépendants de la production et de l'efficacité de son organisation (5).

 

Pierre Assante, le Dimanche 1er mars 2015

 

1 Contre les stratégies pacifique et  démocratiques des années passées, dans les années 70 en France et en Europe, au Chili et en Italie en particulier… et aujourd’hui encore ici, en Grèce et partout dans le monde.

 

2 "On" oublie tout à coup toutes les autres religions et les autres philosophies (sans oublier la notre propre quand on en a une avouée, consciemment, à repenser sans cesse), quand leurs interventions politiques et leurs prises de positions rigides se transforment en errances maladives et nocivement influentes) 

 

3 Partisans Communistes de la résistance au fascisme et au nazisme, ouverts à l’unité ouvrière et l’union des forces populaires en Italie, DC comprise.

 

4  Lire des travaux italiens des prédécesseurs de l’ergologie (étude et concepts des situations de travail), en particulier à la FIAT. Puis les travaux ergologiques actuels, en partticuliers ceux d'Yves Schwartz.

 

5  Développer un tel article, de tels argument, celui-ci y compris, c’est parler « ancien », « martien », c’est un « ovni », pour toute personne (et celle-ci n’en est ni responsable ni incapable), en particulier pour la jeunesse (qui apprend aussi à nouveau à lutter à sa façon), parce qu’un certain nombre d’information et de concepts n’ont été données ni à l’école, ni dans les médias dominants, où dominent (lapalissade et tautologie) les idées dominantes de l’échange A-M-A’, (voir les articles précédents de ce blog sur la formule A-M-A’ ).

 

***http://pierre.assante.over-blog.com/article-crise-de-la-production-et-rien-d-autre-70602308.html

 

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans PHILOSOPHIE
commenter cet article
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 00:00

POUR-RIRE.jpgLa mouture des céréales du néolithique à nos jours.

 

L’on imagine mal l’évolution technique du conditionnement d’une des premières denrées, tant par son importance quantitative dans son usage culinaire que dans le temps long de son apparition dans la nourriture humaine.

 

C’est une erreur de croire que les céréales, le blé etc. ont été écrasés au début de leur utilisation avec une pierre ronde sur une pierre creusée servant de meule. Cette erreur est due à la représentation que nous nous faisons de la mouture de la cueillette découverte au paléolithique, telle celle des tubercules sauvages.

 

Les principaux sites du néolithique nous ont révélé la présence d’os de tibia d’origine animale dont la partie enflée à l’extrémité, à l’image du pilon de mortier du pistou provençal,  recèle des traces de frottement et des résidus de céréale écrasée. Des pierres creusées par une usure comportent les mêmes traces, et les préhistoriens considèrent ces os comme des outils à moudre primitifs.

 

Avec l’évolution de la meule à main, puis des moulins à vent et à eau qui couvraient autrefois nos sommets de villages et nos cours d’eau de montagne, et ensuite, il y a relativement peu de temps, les moulins géants industriels employant des centaines d’ouvriers meuniers concentrant la fabrication de farine pour des régions entières tel le moulin de La Giudeca à Venise (Hélas transformé en hôtel de luxe  pour rassemblement et congrès patronaux des groupes géants internationaux, et en vente aujourd’hui sous l’effet de la crise), la mouture artisanale à l’aide d’os d’animaux (nous n’avons pas trouvé d’ossements humains à cet usage), nous permet de mesurer l’évolution démographique de notre espèce.

 

Ces techniques primitives ont perduré bien après de paléolithique jusqu’à il y a une centaine d’années, dans les campagnes ou l’activité ménagère, héritée de la nuit des temps s’est perpétuée telle quelle, et même aujourd’hui dans certains milieux souhaitant reconstituer les modes de vie ancestraux, ou simplement parce que revient, renait aux côtés de l’activité industrielle une activité ménagère ou artisanale.

 

Cette  activité ménagère ou artisanale est formatrice de gestes et de savoir-faire, créatrice de loisirs conviviaux dans les temps d’activité non-contrainte, présageant la transformation sociale à venir où l’humain retrouvera ses racines industrieuse libres pour avancer mieux dans la modernité.

 

On peut noter cependant que la modernité n’est pas toujours autocréatrice d’humain si elle n’est pas utilisée dans le cadre de la citoyenneté, d’une démocratie du producteur, du « que quoi, comment produire », mais seulement dans celui d’une productivité coupée des besoins humains élémentaires et de leur complexification dans la société mondialisée et informationnalisée méprisant et niant l’activité sociale solidaire, les besoins. La société mondialisée et informationnalisée ne sera porteuse de civilisation supérieure, porteuse d’élévation de conscience, d’humanité en tant que conscience de la nature en processus sur elle-même que si elle dépasse le mode d’échange et de production «A-M’A’ » (Argent-Marchandise-Argent plus)

 

Pour en revenir à la durée d’usage de cette technique, on la voit, au-delà du néolithique, dans l’activité des civilisations antiques. On a trouvé, dans Vallée de Rois, en Egypte, de relativement modestes sépultures ornées de bas-reliefs illustrant les vies et les activités des paysans après les grandes crues et les moissons. On les voit pilant des grains et même des os avec des os pilant. « Des os pilant », c’est le terme donné à ces outils en os utilisés dans cette technique.

 

Pierre Assante, 27 février 2015 

 

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans POUR RIRE
commenter cet article
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 22:01

LIREAUGUSTIN

ici

 

http://pierreassante.fr/dossier/

MARX_RELIGION_HUMA_DIMANCHE_15.01.29.jpg

 

(ouvrir le lien et agrandir en cliquant dessus une fois ouvert)

 

 ******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et philosophie
commenter cet article
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 05:40

Matérialisme-et-Empiriocriticisme-Lénine-1909Lénine cite et commente longuement Dietzgen, ouvrier communiste et philosophe, à deux reprise, dans "Matérialisme et Empiriocriticisme".

 

Cet ouvrage, destiné à contrecarrer les idées de Mach contient de la part de Lénine, politique et intellectuel du mouvement ouvrier, de fulgurantes visions scientifiques relatives à son temps (sur la masse et la matérialité de l’électron, par exemple, ce qui sera démontré 40 ans plus tard), au moment (1909) où la science est en train d'hésiter dans ses démonstrations et conceptions en essayant de s'approcher d'une vision de la constitution de notre cosmos, entre rationalité et mythes.

 

Mach et son école se revendiquent du bolchévisme et pensent révolutionner la pensée Marx avec un rapprochement conscient ou inconscient des idées de Berkeley.

 

La question pour Lénine est de s'approcher le plus possible d'une vision de la réalité en mouvement, pas par esthétique pure ou simple curiosité, mais pour permettre d'agir sur cette réalité en santé, et dans l'intérêt de la classe sociale exploitée, la classe ouvrière, et de la libération de toute la société à travers sa libération.

 

C'est en 1909, après l'échec de la révolution russe de 1905, reposer les bases d'une action et de conceptions opérationnelles pour cette transformation sociale.

 

Que Lénine "recommence" par la philosophie n'est pas sans signification militante.

 

L’on sait aussi depuis (plus ou moins, je crois !) que la transformation sociale, nécessaire et réelle depuis que l’humanité existe, demande aujourd’hui plus qu’hier une longue évolution et de solides connaissances s’opposant à un romantisme révolutionnaire généreux mais insuffisant en soi, et une interprétation consciente de son processus inconscient.

 

Vous trouverez en lien une brève réflexion personnelle, faite à mes risques et périls...et j'espère non aux périls de lecteurs (éventuels), sur ce débat d’alors qui se poursuit aujourd’hui, insuffisamment, sur « corps, pensée et société », miroirs de notre devenir.

 

Pierre Assante, 25 février 2015

LIRE

ici

http://pierreassante.fr/dossier/Pensee_et_matiere_Dietzgen_et_Lenine.pdf

(1,29Mo)

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

 


Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et philosophie
commenter cet article
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 06:04

1844Toute aliénation de soi de l'homme à l'égard de soi-même et de la nature apparaît dans le rapport avec d'autres hommes, distincts de lui…

  

 ……Réfléchissons encore à la proposition précédente : le rapport de l'homme à lui-même n'est objectif, réel, pour lui que par son rapport à l'autre. Si donc il se comporte à l'égard du produit de son travail, de son travail objectivé, comme à l'égard d'un objet étranger, hostile, puissant, indépendant de lui, il est à son égard dans un tel rapport qu'un autre homme qui lui est étranger, hostile, puissant, indépendant de lui, est le maître de cet objet. S'il se comporte à l'égard de sa propre activité comme à l'égard d'une activité non-libre, il se comporte vis-à-vis d'elle comme vis-à-vis de l'activité au service d'un autre homme, sous sa domination, sa contrainte et son joug.

Toute aliénation de soi de l'homme à l'égard de soi-même et de la nature apparaît dans le rapport avec d'autres hommes, distincts de lui, dans lequel il se place lui-même et place la nature. C'est pourquoi l'aliénation religieuse de soi apparaît nécessairement dans le rapport du laïque au prêtre * ou, comme il s'agit ici du monde intellectuel, à un médiateur, etc. Dans le monde réel pratique, l'aliénation de soi ne peut apparaître que par le rapport réel pratique à l'égard d'autres hommes. Le moyen grâce auquel s'opère l'aliénation est lui-même un moyen pratique. Par le travail aliéné, l'homme n'engendre donc pas seulement son rapport avec l'objet et l'acte de production en tant que puissances étrangères et qui lui sont hostiles ; il engendre aussi le rapport dans lequel d'autres hommes se trouvent à l'égard de sa production et de son produit et le rapport dans lequel il se trouve avec ces autres hommes. De même qu'il fait de sa propre production sa propre privation de réalité, sa punition, et de son propre produit une perte, un produit qui ne lui appartient pas, de même il crée la domination de celui qui ne produit pas sur la production et sur le produit. De même qu'il se rend étrangère sa propre activité, de même il attribue en propre à l'étranger l'activité qui ne lui est pas propre…… »

Karl Marx, 1844

 

* Note du blogueur : il faut « resituer » ce « prêtre » dans le contexte de domination institutionnelle et idéologique de l’époque de Marx de la religion. On peut « assimiler » ceci aujourd’hui dans tout autre rapport de domination institutionnelle et idéologique, à l’entité, au journaliste des médias dominants complaisant ou à une personnalité médiatique éludant dans sa communication tout ce qui pourrait, en ne dévoyant pas des luttes concrètes les constats évidents de domination,  affaiblir la domination du système. On sent bien la complexification de la domination dans la complexification du système au niveau atteint aujourd’hui. Le reflet et l’effet concret de la domination dans l’idéologie et vice versa trouve contestation et action opposée dans la sphère de la domination elle-même. C’est le cas de la théologie de la libération ou de ses limites, comme de toutes limites dans un moment historique particulier, des forces anti-système, paradoxe apparent. Les contradictions, les forces contradictoires se manifestent dans tout mouvement de la société et de la nature. Evidemment toute idéologie qui rend abstrait les rapports entre les humains, en donne un reflet inversé, mutile les abstractions opérationnelle conduisant à l'action contre le système, pour sa transformation , son dépassement en santé. Cette note essaie de résumer en quelques mots ce qui prendrait beaucoup plus de place pour être développé, mais qu'on peut trouver, en beaucoup mieux, dans toute la pensée marxienne.

 

 ******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et philosophie
commenter cet article
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 05:44

Eco Po Juil Aout 2011 UneDETTE GRECQUE : une alternative pour commencer à refonder l’Europe

Par

Dimicoli Yves,  Rauch Frédéric,  Boccara FrédéricDurand Denis.

Le 5 février 2015

 

En refusant l'austérité et de discuter avec la Troïka, le nouveau gouvernement grec ouvre la bataille pour une alternative de progrès en Europe.

 

 

Yanis Varoufakis, nouveau ministre des finances, a proposé de décider un moratoire sur le remboursement de la dette lié à une clause de croissance de l’économie grecque : rembourser quand la croissance dépasse 3%. Nous soutenons cette proposition.

 

En outre, nous proposons que le rachat de titres publics grecs par la BCE ne soit pas conditionné à l’austérité et soit l’occasion de les remplacer par des titres détenus jusqu’à leur échéance par la même BCE. L’État grec ne paierait pas d’intérêts dessus. Cela devrait être généralisé aux dettes de l’ensemble des États de la zone euro.

 

La seule façon, pour quiconque, de se débarrasser de la dette, c’est de relancer durablement la création de richesses en sécurisant l’emploi et la formation à l’occasion de l’injection de 1140 milliards d'euros annoncée par M. Draghi. Pour cela, il faut développer les services publics, investir efficacement pour redresser l'industrie et les productions en Europe en réduisant le poids des intérêts perçus par les créanciers (le coût du capital).

 

Car, au-delà de traiter la dette héritée du passé, il faut surtout financer l’avenir : services publics et investissements efficace des entreprises.

 

Pour les services publics, le PCF, le Front de gauche, le PGE et Syriza exigent la création d’un Fonds de développement économique, social, solidaire et environnemental européen financé à 0 % par l’argent de la BCE (le Traité de Lisbonne l’y autorise). Il prendrait les titres des États. Ses interventions seraient démocratiquement décidées et contrôlées. La France devrait proposer tout de suite à quelques pays une « coopération renforcée » en ce sens.

 

Pour les entreprises, la BCE doit agir autrement sur les banques : leur fournir de l’argent à bas taux, mais seulement pour refinancer les crédits aux investissements qui créent des emplois et développent leur qualité, les richesses réelles (la valeur ajoutée territoriale et non le profit de quelques-uns) et l’environnement. Et refuser de refinancer les crédits pour spéculer et délocaliser.

 

Grâce à la restructuration de la dette, à une action conjuguée sur la demande et sur l’offre, par une autre orientation des financements, l’économie grecque se redresserait, ses chômeurs commenceraient à retrouver du travail et à produire des richesses. C’est le sens à suivre pour toute la zone euro qui aurait là l’occasion de se libérer des politiques d’austérité. Non seulement la Grèce ne ferait pas défaut, mais les Européens y gagneraient… sauf les financiers qui ont honteusement profité de l’endettement grec.

 

Le choc sur le reste des détenteurs peut être amorti par le système européen, dans un premier temps, et, si l’argent est correctement utilisé, le redémarrage simultané des économies européennes revigore l’ensemble, en repartant sur des bases saines faisant fondre les dettes.

 

On parle des européens ? Mais la puissante confédération syndicale allemande (DGB) soutient les demandes du nouveau gouvernement grec.

 

Le PCF a proposé une alliance des pays du sud, et au-delà (Irlande), pour surmonter les réticences des classes dirigeantes allemandes. Des voix nouvelles s’expriment dans le même sens (Gaël Giraud, Thomas Piketty...).

 

Même la BCE jette aux orties ses doctrines traditionnelles, mais sans changer la façon dont l'argent qu'elle crée est utilisé, « ciblé » ! Or c’est le cœur du problème.

 

La bataille qui s'ouvre désormais est celle d'une mobilisation dans toute l'Europe pour que les euros de la BCE soient utilisés pour les peuples et commencer ainsi à refonder démocratiquement l'Europe.

 

Le 5 Février 2015

http://www.economie-politique.org/66086

 

                                                                    ******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans ECONOMIE ET POLITIQUE
commenter cet article
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 09:25

DEMOUSTIER.jpgLa "réSolution" *. LETTRES à Emilie…...et lettres à....

 

De 1786 à 1798, Demoustier écrivit « Lettres à Emilie sur la mythologie » (1). Il mettait dans cet enseignement toute la générosité, l’humour et la douceur (2) d’un monde ou les convulsions n’avaient pas atteint l’ampleur du notre.

Malgré les drames de la Révolution Française qui précédaient ou entouraient d’assez près ces écrits, ou plus tard les massacres de la Commune , pour ne citer que ces affrontements de classe-là, l’environnement de l’écrivain de ces siècles (XVIII° et XIX°) gardait, en lente évolution, transposés dans le milieu savant, intellectuel, cette continuité et ce conservatisme de la paysannerie traditionnelle et traditionnaliste séculaire, dans le "bien" et dans le "mal", que l’industrialisation capitaliste n’avait pas encore terrassés.

Ce qui constituait une contradiction dont nos convulsions actuelles semblent témoigner d’un processus de tentative de résolution à la fois subie et inconsciente, active et consciente.

 

La formule de la lettre à une personne et ouverte à tous, contient à la fois l’intimité de l’échange et la vérité du rapport humain de la particularité, cependant quelque peu faussées.

Elle peut aussi glisser vers la condescendance car enseigner à d’autres autrement que dans le cadre de la transmission nécessaire et officielle de la société à la jeunesse ou de la « formation permanente », place le transmetteur en situation de domination stérilisante si cet échange est à sens unique.

 

De plus, si la mythologie n’est pas figée, car son interprétation suit le mouvement, le processus des connaissances, elle peut mieux supporter une certaine rigidité d’enseignement, et un dogmatisme millénaire plus ou moins dépassé qu’elle a subi, que l’expression d’une opinion sur un sujet essentiellement présent et brûlant, même si tout sujet est sujet d’histoire à courte et longue durées fertilement mêlées.

 

Ces lettres, c’est pourtant ce que contient en grande partie mon blog, car adressées ou non, c’est à une opinion lue ou entendue d’une personne souvent connue en tant qu’individu concret, non que je répondais, mais avec qui je dialogue ou j’imagine dialoguer, non à son issue ni en polémiquant, mais en conversation intérieure retranscrite, ce qui ne peut être clair en termes d’intention pour la personne ou les idées qu’elle a émises et que j’ai reçues,  évidemment .

 

Mais à la « publication », cela peut s’éclaircir, peut-être

 

Pour ce qui est de l’actif, le conscient, la lettre ne peut être que pédante et les miennes le sont, mais cette propension au pédantisme annule-t-elle toute qualité d’échange qui se voudrait savant par nécessité, mais aussi sans doute naïves mais peut-être utiles. C’est la question du parler ou du mutisme, c'est-à-dire de l’agir et de ses erreurs et de l’observer en silence prudent, de la médiatisation plus ou moins intime et des vagues minuscules ou énormes auxquelles elle peut se mêler. En ce qui concerne « l’actif » la comédie populaire moyenâgeuse devait être « ainsi ».

 

J’ai adressé aussi des lettres à Augustin, à Marx, à Schubert, à Simone Weil, à Salvien de Marseille... avec une envie  prégnante de pouvoir les adresser à ces personnes vivantes.

 

C’est « ainsi » que l’effroi du bain idéologique dominant dans lequel je baigne moi-même comme un chacun,  m’a fait adresser aussi ces mots à une amie d’ici et de maintenant, sur le moralisme ambiant et l’économisme aveuglant.

 

« Chère A…..

Ce qui arrive sur notre table pour manger, pour nous et nos enfants, dans notre maison pour s’abriter, se protéger et penser, dans notre cité pour vivre tout ce que nous vivons d’humain dans nos cerveaux et nos muscles, n’existerait pas sans l’économie.

Ce n’est pas l’économie qui est mauvaise en soi, c’est un type de politique économique.

Lorsque morale et économie  divorcent, c’est que la politique économique doit être modifiée, améliorée, transformée.

Opposer économie et morale, c’est  couper la vie en deux, c’est la décapiter.

Si la Grèce est en crise, si les banques la mettent à mal, c’est que la politique économique est mauvaise en Grèce et en Europe.

Ce n’est pas seulement de soutien moral que la Grèce a besoin, c’est d’une autre politique économique, et cette politique économique ne tombera pas du ciel, mais viendra de l’initiative humaine, sa réflexion et son action, dans toute l’Europe, car nous avons besoin, comme la Grèce, d’une autre politique économique.

Certains se sont déjà préoccupés d’une politique économique nouvelle possible. De quelle nouvelle économie politique avons-nous besoin ? Il n’est rien de plus moral que de s’y intéresser, ce qui n’a rien à voir ni avec le « moralisme » ni avec « l’économisme » ou « l’économicisme », dans la mesure où nous voulons mettre en harmonie nos besoins vitaux et notre morale, dans le mouvement de l’humanité.

Parler de moralisme et d’économisme, c’est faire de la morale et de l’économie des activités coupées entre elles,  fonctionnant hors sol, comme ces tomates sans goût qui nous nourrissent très peu, je crois….

Bises à…...

Pierrot, le 17 février 2015 »

 

La vieillesse et « l’assurance » des incertitudes me donnent plus « d’assurance » et de témérité intellectuelle, aventureuse, individuelle, ce qui n’est pas sans danger ni pour moi ni pour la société et mes rapports avec elle, la société.

 

Pierre Assante, Vendredi 20 février 2015

 

* Dans le mouvement de la société, la réSolution, au sens de résoudre, n'est-elle pas le dépassement d'une entrave dans le mouvement des forces contradictoires, une ouverture nouvelle au processus humain en santé ? La réSolution n'est-elle pas la réVolution achevée, repartant vers un moment nouveau de progrès humain ?

 

(1) Couverture du livre de la bibliothèque de mon père en illustration.

les Lettres à Emilie sont des lettres à une Femme dans une intimité particulière. Mes lettres sont le plus souvent des lettres à des amis, simplement, sur la réSolution qui nous concerne tous et chacun, notre rapport singulier à cette réSolution et entre chacun de nous, Vous et Moi. Manquent-elles en cela d'humanité ? Oui, un peu, par leur retenue, malgré leur impudeur, elles ont quelque chose d'artificiel, apparemment...

Mes lettres sont souvent des lettres à des amis, simplement, que je ne nomme pas ni implicitement ni explicitement si j'ai peur de leur désaccord légitime à respecter si telle est leur volonté d'anonymat, ou du moins si je la suppose. Et quelquefois mes lettres sont des lettres à mes semblables de l'autre rive, de l'effort du "non commun", avec lesquels je ne partage pas d'amitié, et que je nomme précisément pour situer les rives "adverses" dans le mouvement de rencontre et de discorde des pensées.

 

(2) Par exemple, et "conformément" à son temps, dans le rapport aux femmes exprimé dans cet ouvrage, il y a contradictoirement et donc à la fois, l'amour et le respect de la Femme et une "gentille misogynie" comme on dit aujourd'hui. Notre temps par contre est généralement plus cynique, au sens populaire du mot.

 

                                                                    ******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 08:38

CHASSAIGNE-150219Certes, voilà un travail de longue haleine, mais dont les objectifs démocratiques décrits ne sont peut-être pas si éloignés que l'on peut penser. Rien n'est automatique, les possibles heureux demandent aussi l'effort de conception et de réalisation des humains.

Cependant tout ne se passera pas au parlement, cela est dit, mais le parlement peut être un des interprètes d'un mouvement progressiste de la société.

Conscience, démocratie et pouvoir doivent pouvoir se rejoindre en santé. La démocratie du "que quoi, comment produire" étant le coeur de l'issue à la crise économique et de civilisation.

P.A. 19.02.2015.                         

L'entretien d'André Chassaigne est publié dans l'Humanité de ce jour.                            

 ******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche