Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juillet 2020 2 28 /07 /juillet /2020 14:46
CLIQUER CI-DESSUS

 

Numéro 790-791 (mai-juin 2020)

Contre le tsunami du chômage, sécuriser l’emploi et la formation.

LE LIEN : https://www.economie-et-politique.org/2020/07/25/1272/

 

et VOIR

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2020 1 27 /07 /juillet /2020 05:37

 

MONDE REEL. MONDE MENTAL. ABSTRACTION DE LA REALITE.

 

« Je vis dans un autre monde,… Tu vis dans un autre monde… ».  Cette expression populaire tend à affirmer à l’autre les différences de conceptions de la réalité et la différence des choix faits et des actes accomplis.

Si le réel existe bien indépendamment de notre conscience, du reflet et de l’interprétation que fait notre cerveau de ce reflet, du mouvement perpétuel de ce reflet, nous appartenons bien à cette réalité, à son mouvement et notre conscience en fait partie jusqu’à la dissolution de notre corps-soi, de notre conscience d’individu et de notre individu tout entier.

Evidemment faire abstraction de notre rapport avec la société en interaction du mouvement particulier et du mouvement général que la société constitue dans le mouvement global de la nature, c’est constituer une interprétation du reflet constituant un handicap de survie et de développement de soi-même et de la société. La répétition du terme « constituer » n’est pas un hasard de ma part.

L’infinité des éléments des rapports sociaux constituant le moment présent issu du mouvement du temps du passé un futur sont la résultante en mouvement, en processus d’évolution- complexification-condensation humain du rapport réel-conscience.

Toute entrave à une perception la plus synthétique possible, en synchronie et en diachronie du réel constitue une menace pour le processus humain. En ce sens, la discrimination de classe, et la domination masculine issue de la division primitive homme-femme du travail « greffée » sur la domination de classe, la domination issue de l’accumulation capitaliste, de la vente-achat de la force de travail, mondialisée, numérisée, financiarisée, constitue ce handicap à son paroxysme.

Jamais la perception et l’interprétation du réel par l’humanité n’a été à la fois quantitativement développée et à la fois autant parcellaire.

La société communiste préhistorique  et sa conquête des savoirs et savoir-faire dans et par le travail pour satisfaire ses besoins et leur développement a certainement appréhendé plus globalement la réalité dans le rapport social avec la nature et avec elle-même. Paradoxalement le capital est un moteur d’appropriation par l’homme de son milieu au sens le plus large, mais cette appropriation privée que constitue l’accumulation capitaliste, tout en étant l’antichambre d’une appropriation générale, est un obstacle létal à cette appropriation. La crise de suraccumulation-dévalorisation du capital, accélérée dans les années 1970, confirmée vers 2008, au paroxysme actuel n’est pas seulement un phénomène économique. Elle est la condensation négative de l’évolution de la production des richesses nécessaires aux hommes dans l’évolution-complexification-condensation naturelle discernée par l’analyse dialectique du mouvement de la nature et de la société dans la nature.

La cirse du capital qui n’en finit pas, ses palliatifs successifs bloquant le besoin de transformation qualitative, et son enfoncement dans les régressions, constituent la crise générale de croissance de l’humanité et son adolescence, c’est  à dire le moment où son autonomie grandit, mais où l’accumulation des repères sur elle-même n’a pas atteint la quantité et la qualité nécessaire pour constituer un bond vers son âge adulte, c'est-à-dire la sortie de sa préhistoire et son entrée dans l’histoire.

Le monde mental est une abstraction de la réalité et constitue une part de la réalité. Le rapport entre les deux constituant une réalité unique, constitue le mouvement conjoint de la conscience et du réel, du moment historique dans le processus de complexification de l’humanité, moment en santé ou pas, la santé n’étant qu’un état du mouvement où le processus reste possible.

Pierre Assante. 27/07/2020 05:10:34.

 

LIRE aussi : http://pierre.assante.over-blog.com/2020/07/une-dette-mondiale-deferlante-vers-son-paroxysme-sans-les-criteres-pour-la-rendre-feconde.html

 

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2020 7 26 /07 /juillet /2020 07:32

 

Denis DURAND. Suite de « Austérité : la BCE aurait l’antidote, les dirigeants européens préfèrent propager le virus de la finance ». 23 Juillet 2020.

 

Supposons néanmoins que, de compromis en compromis, les gouvernements européens finissent un jour par décider l’émission de titres européens, qu’ils les baptisent coronabonds ou autrement. Faudra-t-il y voir un acte de solidarité européenne, en faveur de l’Italie, de l’Espagne, dont la population est durement touchée par l’épidémie, dont les économies sont à terre, et qu’on dispenserait ainsi des conditions inhumaines imposées, en leur temps, à la Grèce et aux autres pays du Sud de l’Union » ? Non. On aura en réalité deux virus pour le prix d’un : le virus mortel de l’austérité, en plus du coronavirus.

Avec les coronabonds, c’est en effet une vieille idée qui est remise au goût du jour. Déjà, il y a dix ans, Jean-Claude Juncker, qui n’était pas encore président de la Commission européenne mais seulement président de l’Eurogroupe des ministres des Finances, vendait la mèche : « Les euro-obligations visent à créer un grand marché européen des obligations afin d’apporter de la liquidité et de drainer du capital non européen en Europe… Je voudrais qu’en Europe, au sein de la zone euro, nous fassions tout pour éliminer ce désavantage de ne pas disposer d’un gouvernement unique et central qui veille au respect du bon sens… il faut suppléer à cette défaillance par l’émission d’euro-obligations qui au moins, faute d’un gouvernement que nous ne voulons pas avoir, nous donne un instrument pour nous permettre de gouverner avec des mécanismes de marché ».

En faut-il davantage pour se convaincre que la mise en place d’un État européen fédéral, vieux projet d’une partie des classes dirigeantes européennes, et plus spécialement françaises, n’est qu’un autre visage de la dictature des marchés financiers ? Imaginons que de tels titres soient effectivement émis. Une fois les coronabonds dans les mains des marchés, si les détenteurs de ces titres ne sont pas satisfaits des politiques menées dans l’Union européenne, ils les vendront aussitôt, et organiseront la spéculation à la baisse sur leur cours, comme ils l’ont fait pour la Grèce il y a dix ans ! Résultat, les États européens devront accepter de payer des taux bien plus élevés pour se financer. Nous vivons déjà une expérience similaire avec les « obligations pandémies » émises en 2017 par la Banque mondiale, qui n’ont toujours pas servi à secourir les victimes d’Ebola mais qui rapportent déjà des rendements de 6 à 14 % aux financiers qui les ont souscrites.

Voici ce que j'écrivais le 13 avril dernier :

https://www.economie-et-politique.org/2020/04/13/austerite-la-bce-aurait-lantidote-les-dirigeants-europeens-preferent-propager-le-virus-de-la-finance/

Denis DURAND.

 

LIRE aussi : http://pierre.assante.over-blog.com/2020/07/une-dette-mondiale-deferlante-vers-son-paroxysme-sans-les-criteres-pour-la-rendre-feconde.html

 

Partager cet article

Repost0
24 juillet 2020 5 24 /07 /juillet /2020 08:57

UNE DETTE MONDIALE deferlante vers son paroxysme, SANS LES CRITERES POUR LA RENDRE FECONDE DANS LE CYCLE DE PRODUCTION- ECHANGE ELARGI, CEST UN PALLIATIF DE DUREE DU SYSTEME AGGRAVANT LA MENACE QUI PESE SUR L’HUMANITE, sur l’humain et son developpement.

 

Le capital en crise recherche des palliatifs  pour accroître sa durée, c'est-à-dire le temps historique d’exploitation de la force de travail et du possesseur de la force de travail, l’ouvrier, le salarié et tout acteur des activités qui la permettent.

La crise historique de ce XXIème siècle est celle du paroxysme de la baisse tendancielle du taux de profit et de la suraccumulation-dévalorisation du capital dans son processus de croissance et les contradictions bloquantes qu’elle contient.

La production monétaire des banques centrales, le déferlement monétaire qui se produit en cette période dite de « relance du système productif » atteint par la crise sanitaire est caractéristique de cette crise et des palliatifs qui ne peuvent en aucun cas y remédier. Car ce n’est pas le covid19 qui est au cœur de cette crise, c’est suraccumulation-dévalorisation du capital.

La crise qui est congénitale au capital s’est accélérée dans les années 1970, déchaînée dès  2008, et est entrée à son paroxysme vers 2018. Les grands argentiers des banques centrales s’en sont affolés lors des réunions mondiales de l’été 2019.

La réponse monétaire actuelle créant une dette  mondiale astronomique pourrait être le remède si elle n’était injectée dans un système qui ne restitue pas la valeur ajoutée dans cycle de production et d’échange. La critique du système limitée à la distribution, critique nécessaire certes, est d’un grand « cache ton quoi », car elle ne pose pas la question de comment, que et quoi produire en fonction des besoins sociaux : elle cache les besoins du cycle nécessaire à la production-échange nécessaire au cycle élargi des besoins humains. Elle empêche la promotion des solutions radicales et progressives nécessaires que sont la sécurité d’emploi de formation et de revenu couplée aux reformes révolutionnaires nécessaires du système financier, de la création de Fonds, de leur contrôle politique et populaire, des crédits productifs s ‘y rattachant, d’une souveraineté mondiale des peuples sur la monnaie, les Droits de tirage spéciaux en étant un élément progressif dans le contrôle et l'utilité pratique du FMI.

Pour résumer la question de la production monétaire dans la crise sanitaire dite du covid19, le capital crée une dette planétaire sans créer les conditions d’une production apte à régénérer une consommation productive rendant cette dette fertile et féconde. Ce n’est pas la dette qu’il faut critiquer, c’est son utilisation.  La conjonction d’extrême droite et gauchiste-populiste de cette critique débile, au sens de sans force ni physique ni intellectuelle est un handicap au progrès de la compréhension de la crise et des possibilités d’en sortir par le haut.

Au cœur de l’utilisation possible en santé de la dette, c’est le choix de gestion des entreprises. Il s’agit de progresser du critère du pourcentage, du taux de Profit sur Capital (P/C) à celui de Valeur Ajoutée sur Capital Matériel et Financier (VA/CMF).

PETIT RAPPEL : Depuis que le système capitaliste existe, la base de son existence c’est l’accumulation du capital. Cette accumulation permet de développer  la puissance du capital, la concentration qui permet ce développement, dans la guerre économique des capitalistes entre eux, même si l’individualisation du capitaliste est voilée dans la mondialisation-financiarisation-numérisation, dans le mouvement global du capital virtuel détaché de la valeur marchandise de référence qu’était l’or,  et la distance grandissante avec la valeur déterminée par le temps de travail moyen nécessaire ( TTMN) à la production d’une marchandise, de ce début de XXIème siècle.

Marx a caractérisé le capitalisme par la transformation de l’échange par le cycle élargi Marchandise-Argent-Marchandise plus (M-A-M’) en Argent-Marchandise-Argent plus (A-M-A’).

C’est la naissance du « travailleur libre » auquel le capital achète sa force de travail qui permet l’accumulation. L’accumulation c’est développée par le non paiement d’une part de la valeur des marchandises produites à l’homme producteur, au salarié et à l’ouvrier à l’origine de la production dite matérielle.

Les données recueilles depuis des décennies montrent l’écart grandissant entre la progression des valeurs produites et la part de valeur destinée par le capital à l’homme producteur. De plus le travail « non réglementé » par le code du travail conquis dans les luttes élargit les capacités de préhension de la valeur produite sous toutes les formes d’achat de la force de travail, au delà du salarié reconnu. Cet écart c’est aussi une aliénation croissante de l’homme producteur se répercutant sur l’ensemble de la société et un écart croissant entre le développement et la complexification des besoins humains et leur satisfaction, auquel s’ajoutent les phénomènes parasitaires du marché dans la recherche du profit maximum.

Mais au phénomène de la plus-value s’ajoute, en fonction non complémentaire mais unie, le phénomène de la suraccumulation-dévalorisation du capital et la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital, phénomène bloquant du processus capitaliste, donc le la production-échange capitaliste basée sur cette accumulation : c’est un phénomène lié à l’accumulation qui permet la croissance de la composition du capital, celle du capital constant, machines en particulier, qui tend à une baisse du taux de profit qui induit une croissance globale de l’exploitation dans les remèdes à la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital.

Pierre Assante. 24/07/2020 08:48:14.

 

et

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2020 7 19 /07 /juillet /2020 09:10
CLIQUER CI-DESSUS

 

REPRISE DE BROCHURE EDUCATIVE N3-2018

MATERIALISME ET IDEALISME.

REGRESSIONS AU NOM DU PROGRES.

 

Des brochures ont été faites dans la période de préparation du congrès du PCF de 2018.

Il s’agissait de fournir des éléments de réflexion pour une formation militante de section.

On en pensera ce qu’on voudra. Elles n’ont peut-être aucune valeur ni scientifique ni éducative. En tout cas leur critique peut-être occasion de réflexion.

Depuis 2018, l’accélération de la crise mondiale du capital s’est considérablement aggravée l’été dernier 2019 et le covid19 en a montré les terribles conséquences. Je rappelle les alertes qui ont réuni les gouverneurs de banques centrale en août qui confirmaient les nôtres sur la crise, mais évidemment différaient sur les solutions.

Le système ne peut résoudre l’énorme crise de production et du travail dans laquelle nous sommes entrés. Il faut donc en changer, radicalement et progressivement.

Les propositions immédiates :

  • d’autres critères de gestion pour l’usage de la production monétaire de la Banque centrale européenne.
  • et de sécurité d’emploi ou de formation et de revenu.

Deux  brochures "SCHEMA D’INTERVENTION DE BASE SUR LE CAPITAL DU XIXème AU XXIème SIECLE"  et « Sur les épaules du prolétariat »  ont a été re-mises en ligne jeudi 2 juillet et le jeudi 9 juillet 2020. En voici une troisième.

 

MATERIALISME ET IDEALISME.

REGRESSIONS AU NOM DU PROGRES.

Recueil N°3.

2018 mars-avril.

Philosophie réactionnaire,

théories économiques conservatrices

et politiques néo-libérales au paroxysme

sont liées.

Y répondre par des théories philosophiques  et économiques de progrès

est inséparable d’une action  politique de progrès.

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/Recueil_N3_2018.pdf

 

et

VOIR AUSSI LE RECUEIL

MON CERVEAU S’ENLISE…

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

Pierre Assante. 1° Juin – 22 Juin 2020

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/recueil.mon-cerveau-s-enlise.html

 

et

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2020 6 18 /07 /juillet /2020 06:41

 

 

Les gens les miroirs

C'est le plus souvent

Sans même s’y voir

Qu’ils passent devant

Ils n’ont pas le sens

De ce qu’est leur vie

C’est une innocence

Que je leur envie

Aragon

 

 

L'insoutenable légèreté de l’être

Kundera

 

Sans folie

Il n’y a pas de créativité

 

« ils ont été grands et courageux les psychiatres qui ont  engagé une action  pour la reconquête des droits de l’interné, mais tout cela n’est possible que parce qu’il y a une ouverture, parce qu’il y a une participation des gens,… ce n’est pas le paternalisme du « bon » psychiatre qui fait participer le peuple, c’est le peuple qui revendique ses droits, c’est le peuple qui oblige le médecin à sortir de sa mystification, de son hypocrisie et à mettre en évidence devant tout le monde ce qu’est son savoir et ce qu’est son pouvoir…

… Nous, les psychiatres démocrates, même si nous avons suscité la nouvelle loi, nous sommes une minorité, mais comme dirait Gramsci, une minorité hégémonique… Naturellement nous devons être très vigilants, parce que cette minorité, une fois capturée, peut devenir nouvelle majorité recyclée… »

Franco Basaglia

 

La Femme n’est pas un homme comme un autre

C’est l’avenir de l’Homme

 

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/CRITERES_ECONOMIQUES._ENERGIE._EUROPE._AUTOGESTION-APST.pdf

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2020 6 18 /07 /juillet /2020 05:25

Une intervention de Frédéric BOCCARA au CONSEIL ECONOMIQUE SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL sur le rapport annuel sur l'état de la France.

 

Chers collègues, chers Daniel, cher Pierre,

Votre rapport sur l’état de la France est stimulant mais contradictoire : l’analyse des causes de la crise économique est discutable – on ne veut pas voir que la crise a commencé avant la COvid qui est en a été un révélateur et un catalyseur, on ne veut pas voir la montée de suraccumulation financière – l’analyse des enjeux est partielle. Mais le repérage des écueils est à saluer et vous énoncez plusieurs bonnes préconisations.

Ces préconisations :

- Assurance chômage : « Suspendre la réforme entrée en vigueur en novembre 2019 »

- Protection sociale « Les impacts de la crise sur son financement … ne devront pas avoir pour effet de porter atteinte à celle-ci »

- vous mettez en garde contre « une relance économique indifférenciée »

- Vous dénoncez « les dangers d’une austérité récessive » et la « dégradation du « pacte social »

- Vous appelez à une « Europe plus coopérative », à une « coopération industrielle » et à la révision du pacte de stabilité et de croissance… Mais, ceci dit, que faire de l’orientation actuelle de concurrence libre et non faussée, et pro-finance, qui prévaut ?

- Vous dénoncez les « fusions et fermetures d’hôpitaux publics » et la « pénurie de personnel » comme la « démographie médicale déséquilibrée », « des EHPAD sous-médicalisés »

- Vous appelez à « moins d’inégalités pour une société moins vulnérable »

Vous appelez à « la sécurisation de l’emploi » et à « une réflexion de fond sur le contrat de travail et sa protection, plus que jamais nécessaire en lien avec la sécurisation des revenus » et avec la formation.

Je prends.

Vous appelez, enfin, à deux renouveaux : « Renouveau démocratique », « Renouveau des services publics ».

Mais surtout, ce qui donne de la cohérence

Vous ouvrez des pistes de financement audacieuses

- D’une part « Une monétisation de la dette publique par la BCE (…) afin de permettre les investissements indispensables (…) en faveur de la transition écologique [si urgente] et de la sécurisation des emplois »

- D’autre part « mettre la création de monnaie au service de l’économie dite ‘’réelle’’ ». Ce qui est cependant un peu flou…

- Et vous proposez un « soutien aux entreprises » mais, ce qui est bien, sur des critères environnementaux, sociaux et économiques.

- Enfin, vous insistez pour une « fiscalité plus progressive », en interrogeant la TVA, et sur l’évitement fiscal des grandes multinationales.

Ces préconisations ouvrent vers un ensemble de travaux ultérieurs nécessaire de la part du CESE pour, comme votre titre le dit : « se donner un nouveau cap ». Ceci complété par les préconisations et analyses des différentes sections de notre assemblée sur leurs propres domaines de compétence et ceux des CESER donne un avis dont les préconisations peuvent utilement contribuer à pousser la réflexion pour le changement profond dont notre société a besoin. Mais qui ne vient pas… Le vieux monde est là et résiste.. Avec sa logique !

Je voterai pour votre Rapport.

Alors, où est la contradiction annoncée ?

C’est l’absence d’institutions nouvelles.. !

Pas de pouvoirs nouveaux face aux forces qui s’opposent à tout cela : les marchés financiers et leur logique, symbolisée par BlackRock, la rentabilité financière maximale qui saisit l’activité des entreprises et même des hôpitaux. Celle-là même qui a amené François Mitterrand, entre autres, à tourner le dos à son ambition de « changer la vie », celle-là même que dénonçait le premier de Gaulle en se dressant contre « tous les conformismes ». Ces forces contre lesquelles le fameux Conseil national de la Résistance faisait serment de lutter.

C’est pourquoi, il ne faut pas seulement soutenir les entreprises, mais changer leur comportement, la logique qui les domine. De même pour les banques ! La domination du grand capital et de sa logique sur toute notre vie sociale doit être mise en cause.

C’est pourquoi il faut, dépasser le keynésianisme et donner priorité aux capacités humaines et à l’emploi, base d’une nouvelle production écologique, d’une offre réelle, s’appuyer sur le monde du travail et de la création, sur la créativité des travailleurs.

Comme pour toute sortie de crise, il faudra bien que tou.te.s les travailleurs.ses, celles et ceux qui se sont battus pour tous obtiennent des pouvoirs et droits nouveaux, comme les sans-culottes des armées de l’an II ont conquis la pleine citoyenneté, comme les hoplites athéniens défendant leur cité ont obtenu des pouvoirs nouveaux. Des pouvoirs nouveaux démocratiques sur les grandes entreprises et leur gestion, des pouvoirs sur les banques et le crédit bancaire, des droits à l’émancipation et à l’emploi dans la sécurité. Tel est l’enjeu qui nous est posé.

C’est le sens de l’histoire.

 

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/CRITERES_ECONOMIQUES._ENERGIE._EUROPE._AUTOGESTION-APST.pdf

 

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2020 6 18 /07 /juillet /2020 05:25

Une intervention de Frédéric BOCCARA au CONSEIL ECONOMIQUE SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL sur le rapport annuel sur l'état de la France.

 

Chers collègues, chers Daniel, cher Pierre,

Votre rapport sur l’état de la France est stimulant mais contradictoire : l’analyse des causes de la crise économique est discutable – on ne veut pas voir que la crise a commencé avant la COvid qui est en a été un révélateur et un catalyseur, on ne veut pas voir la montée de suraccumulation financière – l’analyse des enjeux est partielle. Mais le repérage des écueils est à saluer et vous énoncez plusieurs bonnes préconisations.

Ces préconisations :

- Assurance chômage : « Suspendre la réforme entrée en vigueur en novembre 2019 »

- Protection sociale « Les impacts de la crise sur son financement … ne devront pas avoir pour effet de porter atteinte à celle-ci »

- vous mettez en garde contre « une relance économique indifférenciée »

- Vous dénoncez « les dangers d’une austérité récessive » et la « dégradation du « pacte social »

- Vous appelez à une « Europe plus coopérative », à une « coopération industrielle » et à la révision du pacte de stabilité et de croissance… Mais, ceci dit, que faire de l’orientation actuelle de concurrence libre et non faussée, et pro-finance, qui prévaut ?

- Vous dénoncez les « fusions et fermetures d’hôpitaux publics » et la « pénurie de personnel » comme la « démographie médicale déséquilibrée », « des EHPAD sous-médicalisés »

- Vous appelez à « moins d’inégalités pour une société moins vulnérable »

Vous appelez à « la sécurisation de l’emploi » et à « une réflexion de fond sur le contrat de travail et sa protection, plus que jamais nécessaire en lien avec la sécurisation des revenus » et avec la formation.

Je prends.

Vous appelez, enfin, à deux renouveaux : « Renouveau démocratique », « Renouveau des services publics ».

Mais surtout, ce qui donne de la cohérence

Vous ouvrez des pistes de financement audacieuses

- D’une part « Une monétisation de la dette publique par la BCE (…) afin de permettre les investissements indispensables (…) en faveur de la transition écologique [si urgente] et de la sécurisation des emplois »

- D’autre part « mettre la création de monnaie au service de l’économie dite ‘’réelle’’ ». Ce qui est cependant un peu flou…

- Et vous proposez un « soutien aux entreprises » mais, ce qui est bien, sur des critères environnementaux, sociaux et économiques.

- Enfin, vous insistez pour une « fiscalité plus progressive », en interrogeant la TVA, et sur l’évitement fiscal des grandes multinationales.

Ces préconisations ouvrent vers un ensemble de travaux ultérieurs nécessaire de la part du CESE pour, comme votre titre le dit : « se donner un nouveau cap ». Ceci complété par les préconisations et analyses des différentes sections de notre assemblée sur leurs propres domaines de compétence et ceux des CESER donne un avis dont les préconisations peuvent utilement contribuer à pousser la réflexion pour le changement profond dont notre société a besoin. Mais qui ne vient pas… Le vieux monde est là et résiste.. Avec sa logique !

Je voterai pour votre Rapport.

Alors, où est la contradiction annoncée ?

C’est l’absence d’institutions nouvelles.. !

Pas de pouvoirs nouveaux face aux forces qui s’opposent à tout cela : les marchés financiers et leur logique, symbolisée par BlackRock, la rentabilité financière maximale qui saisit l’activité des entreprises et même des hôpitaux. Celle-là même qui a amené François Mitterrand, entre autres, à tourner le dos à son ambition de « changer la vie », celle-là même que dénonçait le premier de Gaulle en se dressant contre « tous les conformismes ». Ces forces contre lesquelles le fameux Conseil national de la Résistance faisait serment de lutter.

C’est pourquoi, il ne faut pas seulement soutenir les entreprises, mais changer leur comportement, la logique qui les domine. De même pour les banques ! La domination du grand capital et de sa logique sur toute notre vie sociale doit être mise en cause.

C’est pourquoi il faut, dépasser le keynésianisme et donner priorité aux capacités humaines et à l’emploi, base d’une nouvelle production écologique, d’une offre réelle, s’appuyer sur le monde du travail et de la création, sur la créativité des travailleurs.

Comme pour toute sortie de crise, il faudra bien que tou.te.s les travailleurs.ses, celles et ceux qui se sont battus pour tous obtiennent des pouvoirs et droits nouveaux, comme les sans-culottes des armées de l’an II ont conquis la pleine citoyenneté, comme les hoplites athéniens défendant leur cité ont obtenu des pouvoirs nouveaux. Des pouvoirs nouveaux démocratiques sur les grandes entreprises et leur gestion, des pouvoirs sur les banques et le crédit bancaire, des droits à l’émancipation et à l’emploi dans la sécurité. Tel est l’enjeu qui nous est posé.

C’est le sens de l’histoire.

 

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/CRITERES_ECONOMIQUES._ENERGIE._EUROPE._AUTOGESTION-APST.pdf

 

Partager cet article

Repost0
17 juillet 2020 5 17 /07 /juillet /2020 07:54

 

Printemps Marseillais et transformation sociale en santÉ.

 

Je crois qu’on peut reprocher sans se tromper au Printemps Marseillais d’avoir mené une campagne insuffisamment insistante sur la catastrophe économique que nous traversons, et sur les causes profondes de cette catastrophe : la crise générale du capital dans la crise de croissance de l’humanité. Et en quoi et pourquoi le capitalisme est en  crise.

Ceci dit la bataille du PM a été est reste une belle et grande bataille pour la démocratisation de la politique, et ce n’est pas rien. Le taux d’abstention et le peu de participation des « milieux populaires », de la jeunesse, et de la classe ouvrière nous le rappelle avec insistance.

CAR, NON SEULEMENT il n’y a pas d’opposition entre bataille, non pour la démocratie mais pour la démocratisation permanente, et la bataille pour la transformation sociale en santé, MAIS elles sont totalement complémentaires et indispensable l’une à l’autre.

Il faut cependant tenter aujourd’hui de combler le retard sur les conditions de transformations sociales, sur l’analyse de la crise économique et les solutions avancées par les économistes communistes comme par les chercheurs sur les situations de travail, condition de l’exercice du travail en santé, sur la bataille contre la financiarisation et pour une sécurité d’emploi, de formation et de revenu, conditions d’une sortie de la crise par le haut ET DE REPRISE MONDIALE DE LA PRODUCTION NECESSAIRE A NOTRE VIE.

On ne mesure pas encore suffisamment l’ampleur de la crise et de ce qui nous attend encore. On ne mesure pas assez pour pouvoir réagir au niveau de la réalité telle qu’elle est.

 

Pierre Assante. 17/07/2020 07:47:04.

 

2 articles de réflexions sur les conditions de transformation sociale de progrès, en santé sociale.

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/07/transformation-sociale-et-developpement-inegal.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/07/relocalisations.html

 

 

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/CRITERES_ECONOMIQUES._ENERGIE._EUROPE._AUTOGESTION-APST.pdf

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2020 4 16 /07 /juillet /2020 23:08

 

TRANSFORMATION SOCIALE ET DEVELOPPEMENT INEGAL

 

Lorsque le développement des forces productives et l’organisation économique et sociale entrent en  contradiction au point de mettre en difficulté l’ensemble du processus d’une entité humaine micro ou macro, des conditions peuvent exister dans l’affrontement des forces contraires, dans leur unité, pour permettre une transformation du mode de production et d’échange résolvant cette contradiction.

Ce n’est pas une formule, c’est un constat dans l’histoire de l’humanité qui a été confirmé par les études économiques, sociales les plus avancées.

Je ne reviens pas sur la description des forces productives ici et maintenant.

Le rôle du psychisme fait partie de l’élément de base des forces productives : les hommes génériques, l’espèce humaine, leur corps et la société en unité dépendante et autonome à la fois. L’outil crée la pensée et la pensée crée l’outil, en spirale de complexification et d’interaction dialectique. La pensée devient l’outil premier. L’inversion n’est pas une inversion abstraire idéaliste affirmant une primauté de la pensée sur la matière. C’est une inversion dans l’ordre des fonctions biologiques et mentales. L’ère possible de « l’intelligence artificielle » -d’ailleurs mal nommée puisque ce n’est pas une intelligence-, c’est à dire du remplacement de fonctions mentales dans la production matérielle comme auparavant celle de la main dans la production matérielle, dira si cette inversion est réelle, vivable, fertile, féconde. C’est d’ailleurs à l’aune de cette possible capacité de fécondité de « l’intelligence artificielle », le numérique et l’automation numérique de production et de gestion, que se mesurera sans doute les capacités de l’humanité de dépasser l’état actuel du mode de production et d’échange.

C’est bien ce que nous devons nous dire dans cette crise qui s’aggrave sans cesse depuis les années 1970, n’en finit pas et ne trouve  pas issue. Le psychisme fait partie de l’unité de l’humain, et donc des forces productives. Psychisme et corps humain et social sont mentalement dichotomisés dans le système marchand, hiérarchique en particulier dans son paroxysme, le capitalisme financiarisé numériquement mondialisé, alors qu’il s’agit d’une unité de « fonction » de l’être humain.

II est certain que sur le plan psychique, les contradictions mettant en difficulté et en danger le processus humain n’ont pas été dépassées dans la conscience des personnes et collective. Ce système est certes contesté, mais les mentalités continuent à fonctionner dans le même moule, sur les mêmes rails. Remettre en question le système pour le transformer est perçu comme une agression psychologique pour les êtres humains  dans leur majorité.

Les transformations qualitatives sociales dans l’histoire ont connu en général à la fois des conditions objectives et aussi des conditions subjectives  -les deux en unité et en inégalité de développement entre elles-, apportées et souvent importées par l’interaction des diverses sociétés entre elles, et ces interactions ont été l’effet en général des développements inégaux de ces diverses sociétés elles-mêmes.

Une transformation qualitative de la société, à l’instar d’une transformation qualitative physique peut connaître des formes brutales et rapides comme des formes "douces" de longue durée, l’eau par exemple pouvant se transformer en vapeur soit en bouillant soit en s’évaporant lentement.

La mondialisation capitaliste et le transfert des valeurs produites vers la financiarisation, ce qui pallie au moins un temps les effets de la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital, mais non à la crise elle-même, modifie les conditions d’échange découlant des développements inégaux.

Sous quelles formes peuvent être réunies aujourd’hui les conditions objectives et les conditions subjectives ? Pour y répondre il faudrait au moins commencer à se poser la question, au-delà des protestations et actions nécessaire contre l’exploitation et les douleurs de l’exploitation de l’homme par l’homme.

Des pistes sont pourtant possibles et en voici à débattre pour agir :

  • Un parti, des partis peuvent-ils être l’interprète collectif conscient du processus inconscient ?

Et en découlant :

  • En quoi peut consister ce rôle d’interprète ?
  • Quel lien cet interprète peut faire entre l’action immédiate et la mise en pratique d’un pré-apparaitre en santé sociale ?
  • Quelle unité dans l’action de cet interprète entre le présent et le futur, entre le senti et le pensé ?

Voilà déjà de quoi travailler l’action syndicale, politique, citoyenne.

Il faudrait sans doute ajouter que les limites de la nation sont plus une barrière à ce témoignage et aux relations du travail sur l’inégalité de développement et que les bases que les nations apportent dans leurs héritages démocratiques et social parviennent à obsolescence plus qu’à créativité révolutionnaire. Même s’il faut bien sûr travailler le micro et le macro, du local et mondial, à travers les identités « empilées » et les entités de production et d’échange.

Pierre Assante. 16/07/2020 22:31:21.

 

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/CRITERES_ECONOMIQUES._ENERGIE._EUROPE._AUTOGESTION-APST.pdf

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2020 3 15 /07 /juillet /2020 22:24

RELOCALISATIONS

 

Relocaliser sans négociations, sans plans de développement et de coopération européenne et internationale équivaut à appauvrir les salariés et les peuples là où les activités ont été délocalisées, et pour l’Europe, voir arriver les appauvris en masse vers les nations plus développées avec un coût du travail affaibli aussi pour tous.

Car une relocalisation capitaliste ne peut en aucun cas obéir à autre chose que le profit maximum et immédiat.

C’est simple à comprendre ou pas ?

Ensuite une campagne de relocalisation sans contenu progressiste de coopération et de développement soutenu par les luttes syndicales, politiques, citoyennes, ne peut que renforcer idéologiquement les souverainismes et les fascismes institutionnels et « populaires », c’est-à-dire chez les gens et les peuples appauvris par le chômage et la baisse du coût du travail, c’est-à-dire, de façon relative par rapport aux situations de départ : tous.

Mener une campagne de relocalisation sans contenu progressiste de coopération, c’est déchaîner la guerre des pauvres, leurs divisions nationales, ethniques et culturelles, au profit de la finance capitaliste mondialisée, numérisée, et des groupes multinationaux plus puissants que les Etats auxquels ils dictent leur loi, indépendamment des lois nationales, européennes, des accords internationaux rendus caducs. Le capital pour s’adapter à la crise et à la baisse tendancielle du taux de profit renforce sans cesse une exploitation de la force de travail et renforce en cercle vicieux sa propre crise et explose toutes règles institutionnelles, de vie et de rapports humains. Les outils de numérisation et d’automatisation de la production et des échanges  deviennent de plus en plus des outils d’appauvrissement de l’humanité au lieu de production de richesses pour sortir de cette préhistoire vers une libération de la vente-achat de la force de travail et du travail contraint.

Bonjour le RN en France et en Europe et dans le monde comme aux USA qui mènent cette politique plus que souverainiste : impérialiste.

Espérons que la Chine résiste à l’opération, car un effondrement de la cohérence et de la richesse nouvelle de cette entité, qui possède la classe ouvrière la plus nombreuse, et les forces productives en développement modifiant le rapport de force avec l’impérialisme, serait non un tsunami, mais un effondrement général mondialisé.

Au tsunami du chômage, particulièrement des jeunes chercheur.e.s d’emploi de la rentrée, et des mesures antisociales et répressives de ce pouvoir, donner une réponse d’un salariat uni dans les luttes. Il est indispensable de s’appuyer sur les luttes des salariés pour l’emploi et la qualification, contre « l’anarchie » du marché organisée par le patronat et le capital dans la course et la guerre du profit.

Relocalisation ne peut en aucun cas rimer avec "démondialisation", sauf effondrer la réponse aux besoins sociaux mondiaux divers mais imbriqués.

Répéter, expliquer que le covid19 a précipité une crise économique et sociale, globale du capitalisme  qui s’annonçait déjà monumentale. Crise à propos de laquelle, les gouverneurs des banques centrales, l’ex président de la BCE, J.C.Trichet en tête, sur le journal « La Repubblica », donnaient un avertissement au mois d’août 2019 lors de la préparation de leur réunion à Jackson Hole aux USA. Certes un avertissement qui n’allait pas dans le sens des solutions à la crise du capital, mais avertissement quand même (1).

Un peu de marxisme éloigne de l’humanité, de l’humanisme, beaucoup de marxisme et de dialectique en rapproche, ouvre les capacités de développement en santé du processus humain.

Pierre Assante. 15/07/2020 21:50:52.

(1) "Reformes ou la crise vous frappera fort". Jean-Claude Trichet, 19 août 2019.

 

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/CRITERES_ECONOMIQUES._ENERGIE._EUROPE._AUTOGESTION-APST.pdf

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2020 2 14 /07 /juillet /2020 14:03

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2020 2 14 /07 /juillet /2020 07:23

REVIVIFIER LA CREATION SIMPLE ET COMPLEXE, LE POIETIQUE DANS LA PRATIQUE QUOTIDIENNE.

Un homme produisant les biens nécessaires à sa vie, son développement, sa complexification nécessaire, et les solidarités et coopérations indispensables qui peuvent et doivent en découler.

 

La base du développement de la pensée chez Marx et Engels, c’est le rapport entre l’objet, la représentation mentale et la conscience dans la résolution des besoins individuels-sociaux en unité et en autonomie. Le l’introduction à la critique de l’économie politique aux livres du Capital, c’est ce qui sous-tend leurs analyses, choix, décisions : leur action. Ce qui n’en fait pas un modèle sacré, mais un profond cheminement de l’humanité dont la réaction du capital nous a largement privés.

Henri Lefebvre a qualifié la propriété de l’homme : il est quotidien, mimétique, poïétique. MAIS Le poïétique, sous le règne du profit à son paroxysme, est resté sur les rails de la logique. Les recherches les plus avancées qui permettent d’envoyer des sondes sur mars ou de manipuler la génétique sont sur les rails de la logique, et pour le quotidien, du "bon sens", ce qui est la même chose et ce qui est un immense handicap pour une synthèse générale des capacités de l’humanité dans les progrès d’appropriation nécessaire de l’univers pour y survivre et s’y développer.

Le marxisme dogmatique en sautant par-dessus Hegel et sa critique marxienne a créé les conditions du maintien du système de vente-achat de la force de travail, d’accumulation capitaliste, et de sur-accumulation-dévalorisation conduisant aux restrictions des satisfactions des besoins sociaux, de leur développement-complexification.

L’appel restreint à un retour-développement de la dialectique a été très timide, plus instinctif que conscient. Le praticisme a écrasé la création. La révolution scientifique et technique ne doit pas nous cacher cet état de régression des capacités-possibilités de l’humanité dans son processus de conscience en marche de la nature sur elle-même.

Un être humain ne peut dépasser tout seul les conditions historiques dans lesquelles il vit. C’est bien là son drame. C’est pourtant dans l’effort de l’individu que réside la solution de la société toute entière.

Les « grandes gueules » gagnent en général. Althusser contre Politzer à courte distance de temps et contre Henri Lefebvre contemporainement. Il faut relire les écrits de Lefebvre sur la dialectique et sur le structuralisme qui lui ont valu son éloignement, à double sens. On ne mesure pas ce qu’a représenté la perte de la poursuite et du développement des cours de philo de Politzer pour la suite des évènements. Le capital a fait là avec le nazisme une grande conquête régressive.

De cette perte, pas seulement des personnes qui portaient l’effort de dialectique, mais de l’affaiblissement considérable de ce mouvement auquel bien sûr a participé le stalinisme, l’humanité, malgré ses immenses progrès sectoriels, ne s’est pas encore relevée. Qu’elle soit incapable encore de traiter de la crise systémique pour pallier aux menaces climatiques en est l’illustration la plus flagrante.

Crise de santé et crise d’énergie, comme crise de ressources naturelles nous entourent et nous menacent pendant que le quotidien va bon train sur ses rails.

Un danger ne peut tout seul nous alerter de nos carences. C’est de la critique des normes et des re-normalisations collectives et personnelles, micros et macro, en santé, qui peuvent en naître, et de la mise en pratique conjointe par l'homme lui-même, dans le mouvement des forces productives, mondialisées, numérisées, que réside l’existence d’un homme total, vraiment quotidien, mimétique et POIETIQUE tout ensemble, c’est-à-dire un homme produisant les biens nécessaires à sa vie, son développement, sa complexification nécessaire de ses rapports avec la nature et avec lui-même, et les solidarités et coopérations indispensables qui peuvent et doivent en découler.

Pour les 100 ans du Pcf, on aurait pu s’attendre à une floraison de bilans critiques.

Mais pas du tout, pour le moment il s’agit d’une commémoration interrompue non par la crise économique mondiale, mais par la pandémie. Nous savons faire des additions, mais pas de synthèses. C’est l’état actuel général de l’humanité qui ne nous cache pas le particulier, mais le maintient au sol à l’instar d’une force répressive.

On ne peut être évêque et hérétique il faut choisir. Des hérétiques ont été faits saints, histoire de les neutraliser.

Pierre Assante. 14/07/2020 06:30:35.

 

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/CRITERES_ECONOMIQUES._ENERGIE._EUROPE._AUTOGESTION-APST.pdf

 

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2020 1 13 /07 /juillet /2020 08:40

 

POUR DES RETOURS PRATIQUES ET IDÉOLOGIQUES EN UNITÉ À LA DIALECTIQUE.

 

Il y a des évolutions parallèles de la pensée humaine qui ne se rencontrent qu’en catharsis lorsque la contradiction interne des forces productives appellent à transformation.

C’est le cas des théories de l’évolution, de la critique de l’économie politique au XIXème.

 

La catharsis en cours, malgré ses accidents et reculs, a lieu avec la découverte de la formation de la conscience par la dialectique hégélienne mise « à l’endroit » matérialiste par Marx et Engels

 

Le retour au bon sens, à la logique cartésienne dans les travaux pratiques révolutionnaires est un recul dont les forces réactionnaires ont largement profité à la fin du XXème.

 

Il n’y a pas de progrès de l’humanisation, de saut de qualité sans la rencontre entre le corps social et la conscience collective : cette rencontre seule crée les grands mouvements d’humanisation. Des forces existent dans la mondialisation capitaliste financiarisée, numérisée qui sont à la fois l’antichambre d’une société mondiale diverse et multiple, coopérative et solidaire, d’entités autonomes mais non indépendantes, libérée de la vente-achat de la force de travail et de l’accumulation capitaliste. Mais si les conditions objectives sont quasiment atteintes pour cette transformation, l’immense force du capital, technique, et idéologique qui s’ensuit, et à l’origine, son pouvoir sur le travail et la force de travail, freine les conditions subjectives de la transformation en santé.

 

La lutte entre le  communisme vulgaire et la dialectique nécessaire à la transformation qualitative peut être caricaturée mais non résumée dans l’affrontement idéologique à l’intérieur du marxisme entre Althusser er Lefebvre. Par exemple. Oui caricature, mais caricature certes significative.

 

Les bases de l’idéalisme révolutionnaire et sa stérilité : L’objet posé comme pensée, l’homme  = sa conscience, l’illusion de la révolution par le texte, Henri Lefebvre après Marx les a critiquées sans le succès nécessaire au mouvement du salariat, pointe avancée de la production et de l’échange. Voir ses écrits sur la dialectique et le structuralisme.

 

Il y a dans l’ergologie, l’analyse des situations de travail un retour au dépassement de la logique aristotélicienne et bien sûr du dogmatisme marxiste. Il y a dans la continuation de la critique de l’économie politique et ses avancées-propositions sur la suraccumulation-dévalorisation du capital, la loi Sécurité-Emploi-Formation-Revenu, les Fonds et crédits démocratiques pour un usage en santé de la création monétaire vers les besoins sociaux et vers des forces productives libérant du temps de travail capitaliste contraint, pour une explosion positive de la créativité, de l’invention humaine, de l’appréhension-appropriation élargie en santé de l’univers par l’homme, une autre retour conjoint du dépassement du marxisme dogmatique d’appareil.

 

Le retour à la dialectique c’est le retour aux hypothèses opérationnelles au rêve d’un préexistant supérieur populaire et démocratique dans l’acte au présent de production et d’échange « matériels et moraux ». C’est aussi le dépassement des mythes philosophique et religieux restant historiquement la base du mouvement de la conscience de la nature sur elle-même, de l’homme sur lui-même en tant que part de la nature en relations dialectiques unies.

 

Pierre Assante. 12/07/2020 08:05:23.

 

VOIR AUSSI : http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-desir-c-est-l-appetit-de-l-esprit-criteres-economiques.energie.europe.autogestion-apst.html

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2020 7 12 /07 /juillet /2020 14:52

 Intervention de Denis DURAND

au CONSEIL NATIONAL du PCF du 9 Juillet 2020.

 

Le taux record d’abstention aux élections municipales témoigne de l’approfondissement de la crise politique. La crise n’épargne pas notre parti, avec deux aspects contradictoires : d’une part le lent épuisement d’un modèle périmé de relations entre les élus et le Parti s’accélère. D’autre part, la preuve est administrée qu’un redressement est possible. C’est à la lumière de ce fait politique qu’il faut analyser la situation à Vitry si on veut, comme l’affirme le rapport, rétablir la sérénité dans le département, dans le respect des communistes de Vitry et de leurs décisions. Dans les plus grandes villes, des coalitions de gauche, auxquelles nous contribuons de tout notre apport militant, ont pu l’emporter sur la droite et sur l’extrême-droite. Mais la portée de ces victoires doit être relativisée au regard de l’abstention massive de l’électorat populaire – ce qui devrait être notre électorat. Or, c’est bien d’une mobilisation convergente de ces couches populaires et des couches moyennes que nous aurions besoin pour résister à la crise et pour faire des prochaines échéances électorales un moment de reconquête, pour une alternative aux politiques inspirées par la domination du capital. Le déferlement des plans de suppressions d’emplois dans les grands groupes, avec le soutien actif du gouvernement, ne peut plus être ignoré, ni l’onde de choc qu’il produit sur l’ensemble du tissu économique et social. Face au désespoir que cultive Macron en constituant un gouvernement voué à rendre encore plus violente cette agression contre notre peuple, il dépend de nous d’ouvrir un débat à gauche. Les Françaises et les Français ne jugeront pas crédible une gauche qui prétendrait garantir pour tous un revenu universel en se résignant à ce que 20 % de la population soit privée par le chômage de contribuer à la création de richesses ; une gauche qui espérerait réparer les dégâts sociaux du capitalisme par la fiscalité ; une gauche qui prétendrait combattre le réchauffement climatique en excluant le recours à l’énergie nucléaire ; qui ferait comme si la révolte mondiale de la jeunesse contre le racisme n’avait rien à voir avec des choix économiques qui font exploser les discriminations en rejetant une génération entière dans le chômage et la précarité ; qui ferait croire qu’un repli national protégerait notre peuple contre les méfaits de la mondialisation capitaliste, alors que la pandémie vient de montrer combien chaque être humain, sur la planète, a besoin de tous les autres… Pour gagner, pour permettre le rassemblement, il est vital que nous participions activement au débat à gauche pour dépasser les oppositions métaphysiques entre Etat et marché, entre « fin du mois » et « fin du monde », entre « social » et « sociétal »… il faut une force qui montre où est l’adversaire – le capital – et qui montre la cohérence des luttes et des constructions institutionnelles à lui opposer. Une force qui aide les luttes sociales en affirmant de façon intransigeante que la crise ne justifie aucun chômeur supplémentaire, au contraire, qu’il faut ouvrir bien plus largement l’accès à la formation pour préparer l’avenir de nos filières économiques et pour permettre à chacune et à chacun de créer les richesses nécessaires à la sécurisation des revenus de tous. Une force qui fasse la lumière sur la mauvaise utilisation de l’argent au service de la rentabilité capitaliste, et sur les nouvelles orientations du crédit, de la politique monétaire, de la fiscalité et des dépenses publiques qui permettront d’atteindre les objectifs sociaux et écologiques dont dépend la survie de la civilisation. Une force agissante, dans les luttes, dans les territoires, pour arracher au capital le pouvoir de décider de cette utilisation de l’argent. Il ne suffit pas d’un candidat ou d’une candidate communiste à l’élection présidentielle pour que cette bataille soit menée : nous le savons depuis 2007. Mais nous savons aussi, depuis 2017, que s’il n’y a pas de candidat ou de candidate communiste à l’élection présidentielle, ces idées ne seront pas défendues. Il faut donc les deux, la candidature et les idées. En créer les conditions, comme nous l’avons décidé au congrès, se décide dans la rude bataille contre le capital et contre le déferlement des plans de suppressions d’emplois et de réduction du coût du travail. Malgré notre affaiblissement, nous en avons les moyens, comme nous avons eu les moyens de mener la bataille des élections municipales. La campagne pour l’emploi qui fera l’objet du conseil national de début septembre fait partie de ces moyens. Elle donne dès cet été lieu à des initiatives qui devront converger vers une manifestation nationale à Paris.

 

RECUEIL. LE DÉSIR C’EST L’APPÉTIT DE L’ESPRIT

CRITÈRES ÉCONOMIQUES. ÉNERGIE. EUROPE. AUTOGESTION-APST

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/CRITERES_ECONOMIQUES._ENERGIE._EUROPE._AUTOGESTION-APST.pdf

 

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2020 6 11 /07 /juillet /2020 07:29
CLIQUER sur l'image puis descendre après la couverture.

 

ARAGON EPILOGUE. Extrait  de "LES POETES".

Un poème de vieillesse d’Aragon qui apprend la sagesse

mais non le renoncement.

Je me tiens sur le seuil de la vie et de la mort les yeux baissés les mains vides

Et la mer dont j'entends le bruit est une mer qui ne rend jamais ses noyés

Et l'on va disperser mon âme après moi vendre à l'encan mes rêves broyés

Voilà déjà que mes paroles sèchent comme une feuille à ma lèvre humide.......

Cliquer sur ce lien puis descendre après la couverture :

https://pierreassante.fr/dossier/ARAGON_EPILOGUE.pdf

 

 

************

 

VOIR AUSSI LE RECUEIL

"MON CERVEAU

S’ENLISE…"

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

Pierre Assante. 1° Juin – 22 Juin 2020

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/recueil.mon-cerveau-s-enlise.html

 

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2020 5 10 /07 /juillet /2020 08:55

 

In-com-prÉhension = aliÉnation

ALIUS : l'autre, LE DIFFÉRENT, l'iNcompris

 

La dé-appropriation de ses propres produits « matériels et moraux », le produit et les gestes de production, avec tout ce que le produit contient d’histoire de l’humanité, par l’autre, base de l’accumulation capitaliste, c’est la privation de soi par l’autre.

Aliénation et incompréhension sont un même mouvement ou plutôt un vide de mouvement dans le mouvement, vide qui menace sans cesse le mouvement global et les mouvements micros dans le mouvement macro.

Com-préhension c’est soi prendre avec l’autre. La non-préhension n’est pas un phénomène naturel, mais un phénomène social, à la différence de la chaîne alimentaire écologique de la nature non-pensante.

La contradiction entre production et non-appropriation, aliénation en se développent avec l’accumulation marchande puis capitaliste, entre avec la mondialisation financiarisée, numérisée, dans un paroxysme mortel.

L'effet des forces contraires dans le mouvement c’est aussi un possible et mortel « non-mouvement dans le mouvement ».

L’in-compréhension et l’aliénation, la non re-ligio, c’est-à-dire la religio devenue avec la société marchande un non-re-ligio de classe, sont une seule et même chose, un seul et même objet à l’intérieur du mouvement, qui le menace de façon croissante, de façon exponentielle…

La com-préhension c’est la résolution de la contradiction entre conditions objectives et conditions subjectives de la transformation qualitative, donc de la transformation sociale en santé, qui dépasse la contradiction entre propriété et besoins individuels, entre capital et besoins sociaux.

Nous sommes prisonniers de l’homme abstrait que nous avons créé dans notre cerveau, l’homme concret étant l’homme social, et l’homme social libéré est l’homme dépassant la contradiction un temps fertile, puis devenant stérile, entre l’individu et l’espèce, entre la personne et l’organisation sociale privative d’appropriation collective.

Marx résumait abstraitement la chose concrète par « développement de tous dans le développement de la société », société humaine,  chose non réifiée par l’inversion-opposition pensée/réalité.

L’homme ce n’est pas sa conscience. La conscience c’est l’outil de développement des forces productives, issu des forces productives développées depuis l’homo habilis et la horde devenue société. La relation interne-externe de la conscience avec la réalité, dont elle fait partie, est « effacée » dans la dichotomie mentale philosophique et religieuse entre corps et pensée, entre mouvements micros autonomes mais non indépendants et mouvement macro, global.

« L’homme c’est la conscience de la nature sur elle-même » en mouvement, complexification, produit du réel et de la relation entre la nature et lui-même donc aussi, en unité avec lui-même. Ce n’est pas une conscience isolée de son support, de sa fonction propre et de ses fonctions communes avec la nature et la société dont il dépend dans ses relations avec la nature.

Toute maladie sociale va de pair avec une incapacité de dépasser durablement une contradiction entre forces productives, hommes, techniques cultures en unité,  avec elles-mêmes : une contradiction interne des forces productives.

Une menace externe peut être combattue par l’usage de la conscience historique du moment. Evidemment le succès n’est pas garanti. Tout dépend de la menace et des capacités d’y réponde.

Une menace interne pose plus problème puisque l’in-capacité est interne.

L’aliénation qui égale l’in-compréhension, la  non-préhension, l’incapacité de préhension commune pose la question de se dépasser soi-même, en tant que personne et en tant que société, personne dans la relation mutuelle dialectique entre elle et la société, mouvement et fonction unique, dans sa diversité et sa multiplicité infinie.

La maladie de l’humanité du XXIème siècle qui s’étale et s’aggrave en temps long passé et présent, est sans doute une maladie de croissance, d'adolescence, dans laquelle la dé-appropriation, fin d’Empires du passé et du présent dans leurs liens trans-historiques, une maladie d’adolescence, lorsque l’entité s’engage dans l’autonomie sans avoir acquis les défenses suffisantes de la conscience y correspondant.

Le christianisme est un communisme aliéné. Le communisme grossier est un christianisme aliéné. Ni l’un ni l’autre ne possèdent les conditions objectives et subjectives de leur dépassement. Mais ils sont un mouvement de dépassement des contradictions entre développement de la personne et développement de la société, au-delà de la propriété et de l’accumulation devenue capitaliste, à son paroxysme.

La mondialisation de la dé-appropriation est l’antichambre de l’appropriation et de la désaliénation dans un développement des forces productives égalant un processus de libération du travail contraint, et une explosion positives des capacités créatrices libérées.

La diminution du temps de travail capitaliste, du temps de vente-achat de la force de travail, c’est le processus du communisme, au-delà de ses tentatives grossières, y compris chrétiennes, dramatiques, comme tout processus humain inachevé. Non pas fin de l’histoire, mais de la préhistoire, début d’autres contradictions nouvelles de l’appropriation de l’univers par l’humanité.

Pierre Assante. 10/07/2020 07:46:35.

Sur le terme « Aliénation ».

Marx emploie ici le terme  Entfremdung. Mais il utilise aussi, avec un fréquence presque égale, celui de Entäusserung. Etymologiquement le mot Entfremdung insiste plus sur l’idée d’étranger tandis que Entäusserung marque plus l’idée de dépossession. Nous avons pour notre part renoncé à tenir compte d’une nuance que Marx n’a pas faite puisqu’il emploie indifféremment les deux termes. Hegel ne faisait pas non plus la différence et il nous a semblé inutile de recourir au procédé de M. Hippolyte qui a créé, dans sa traduction de la Phénoménologie (De Hegel), le mot extranéation. Là où Marx, pour insister, utilise successivement les deux termes, nous avons traduit l’un des deux par dessaisissement. Quand Marx utilise l’adjectif Entfremdet, nous avons traduit, lorsque c’était possible, par rendu étranger. Mais le terme aliéné n’a pas été réservé uniquement pour rendre entäussert.

Note d’Emile Bottigelli dans sa traduction de 1969 des Manuscrits de 1944 de Karl Marx. Editions Sociales.

 

Voir aussi :

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/futurs-extrait-d-un-article-precedent.html

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

 

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2020 4 09 /07 /juillet /2020 15:10

 

REPRISE DE BROCHURE EDUCATIVE N2-2018

Sur les épaules du prolétariat

 

Des brochures ont été faites dans la période de préparation du congrès du PCF de 2018.

Il s’agissait de fournir des éléments de réflexion pour une formation militante de section.

On en pensera ce qu’on voudra. Elles n’ont peut-être aucune valeur ni scientifique ni éducative. En tout cas leur critique peut-être occasion de réflexion.

Depuis 2018, l’accélération de la crise mondiale du capital s’est considérablement aggravée l’été dernier 2019 et le covid19 en a montré les terribles conséquences. Je rappelle les alertes qui ont réuni les gouverneurs de banques centrale en août qui confirmaient les nôtres sur la crise, mais évidemment différaient sur les solutions.

Le système ne peut résoudre l’énorme crise de production et du travail dans laquelle nous sommes entrés. Il faut donc en changer, radicalement et progressivement.

Les propositions immédiates :

  • d’autres critères de gestion pour l’usage de la production monétaire de la Banque centrale européenne.
  • et de sécurité d’emploi ou de formation et de revenu.

 

Une brochure "SCHEMA D’INTERVENTION DE BASE SUR LE CAPITAL DU XIXème AU XXIème SIECLE" a été re-mise en ligne jeudi 2 juillet. En voici une autre.

 

Sur les épaules du prolétariat

RECUEIL N°2-2018

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/RECUEIL_N2-2018.pdf

 

 

VOIR AUSSI LE RECUEIL

MON CERVEAU

S’ENLISE…

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

Pierre Assante. 1° Juin – 22 Juin 2020

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/recueil.mon-cerveau-s-enlise.html

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2020 4 09 /07 /juillet /2020 10:04

 

SI L'ARGENT EST LE LIEN QUI ME LIE À LA VIE HUMAINE.

 

"...Si l'argent est le lien qui me lie à la vie humaine, qui lie à moi la société et qui me lie à la nature et à l'homme, l'argent n'est-il pas le lien de tous les liens ? Ne peut-il pas dénouer et nouer tous les liens ? N'est-il non plus de ce fait le moyen universel de séparation ? Il est la vraie monnaie divisionnaire, comme le vrai moyen d'union, la force chimique de la société.

Shakespeare souligne surtout deux propriétés de l'argent :

1º Il est la divinité visible, la transformation de toutes les qualités humaines et naturelles en leur contraire, la confusion et la perversion universelle des choses ; il fait fraterniser es impossibilités.

2º Il est la courtisane universelle, l'entremetteur universel des hommes et des peuples.

La perversion et la confusion de toutes les qualités humaines et naturelles, la fraternisa­tion des impossibilités - la force divine - de l'argent sont impliquées dans son essence in tant qu'essence générique aliénée, aliénante et s'aliénant, des hommes. Il est la puissance aliénée de l'humanité.

Ce que je ne puis en tant qu'homme, donc ce que ne peuvent toutes mes forces essen­tielles d'individu, je le puis grâce à l'argent. L'argent fait donc de chacune de ces forces es­sen­tielles ce qu'elle n'est pas en soi; c'est-à-dire qu'il en fait son contraire.

Si j'ai envie d'un aliment ou si je veux prendre la chaise de poste, puisque je ne suis pas assez fort pour faire la route à pied, l'argent me procure l'aliment et la chaise de poste, c'est-à-dire qu'il transforme mes vœux d'êtres de la représentation qu'ils étaient, il les transfère de leur existence pensée, figurée, voulue, dans leur existence sensible, réelle; il les fait passer de la représentation à la vie, de l'être figuré à l'être réel. Jouant ce rôle de moyen terme, l'[argent] est la force vraiment créatrice.

La demande existe bien aussi pour celui qui n'a pas d'argent, mais sa demande est un pur être de la représentation qui sur moi, sur un tiers, sur les autres n'a pas d'effet, n'a pas d'existence, donc reste pour moi-même irréel, sans objet. La différence entre la demande effective, basée sur l'argent, et la demande sans effet, basée sur mon besoin, ma passion, mon désir, etc., est la différence entre l’Être et la Pensée, entre la simple représentation existant en moi et la représentation telle qu'elle est pour moi en dehors de moi en tant qu'objet réel .

Si je n'ai pas d'argent pour voyager, je n'ai pas de besoin, c'est-à-dire de besoin réel et se réalisant de voyager. Si j'ai la vocation d'étudier mais que je n'ai pas l'argent pour le faire, je n'ai pas de vocation d'étudier, c'est-à-dire pas de vocation active, véritable. Par contre, si je n'ai réellement pas de vocation d'étudier, mais que j'en ai la volonté et l'argent, j'ai par-dessus le marché une vocation effective. L'argent, - moyen et pouvoir universels, extérieurs, qui ne vien­nent pas de l'homme en tant qu'homme et de la société humaine en tant que société, - moyen et pouvoir de convertir la représentation en réalité et la réalité en simple représen­ta­tion, transforme tout aussi bien les forces essentielles réelles et naturelles de l'homme en représentation purement abstraite et par suite en imperfections, en chimères douloureuses, que d'autre part il transforme les imperfections et chimères réelles, les forces essentielles réellement impuissantes qui n'existent que dans l'imagination de l'individu, en forces essen­tielles réelles et en pouvoir. Déjà d'après cette définition, il est donc la perversion générale des individualités, qui les change en leur contraire et leur donne des qualités qui contredisent leurs qualités propres.

Il apparaît alors aussi comme cette puissance de perversion contre l'individu et contre les liens sociaux, etc., qui prétendent être des essences pour soi. Il transforme la fidélité en infidélité, l'amour en haine, la haine en amour, la vertu en vice, le vice en vertu, le valet en maître, le maître en valet, le crétinisme en intelligence, l'intelligence en crétinisme.

Comme l'argent, qui est le concept existant et se manifestant de la valeur, confond et échan­ge toutes choses, il est la confusion a la permutation universelles de toutes choses, donc le monde à l'envers, la confusion et la permutation de toutes les qualités naturelles et humaines.

Qui peut acheter le courage est courageux, même s'il est lâche. Comme l'argent ne s'é­chan­ge pas contre une qualité déterminée, contre une chose déterminée, contre des forces essentielles de l'homme, mais contre tout le monde objectif de l'homme et de la nature, il échan­ge donc - du point de vue de son possesseur - toute qualité contre toute autre - et aussi sa qualité et son objet contraires; il est la fraternisation des impossibilités. Il oblige à s'embras­ser ce qui se contredit.

Si tu supposes l'homme en tant qu'homme et son rapport au monde comme un rapport humain, tu ne peux échanger que l'amour contre l'amour, la confiance contre la confiance, etc. Si tu veux jouir de l'art, il faut que tu sois un homme ayant une culture artistique; si tu veux exercer de l'influence sur d'autres hommes, il faut que tu sois un homme qui ait une action réellement animatrice et stimulante sur les autres hommes. Chacun de tes rapports à l'homme - et à la nature -doit être une manifestation déterminée, répondant à l'objet de ta volonté, de ta vie individuelle réelle. Si tu aimes sans provoquer d'amour réciproque, c'est-à-dire si ton amour, en tant qu'amour, ne provoque pas l'amour réciproque, si par ta manifestation vitale en tant qu'homme aimant tu ne te transformes pas en homme aimé, ton amour est impuissant et c'est un malheur..."

MARX. 1844. Extrait.

 

Voir aussi :

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/futurs-extrait-d-un-article-precedent.html

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

 

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2020 2 07 /07 /juillet /2020 09:38

UN TEXTE COLLECTIF POURQUOI ?

« Permettre au PCF d’exprimer ses analyses et ses propositions de solution et d'action aux présidentielles »

 

Les décennies passées nous ont montré que sans expression propre, les communistes étaient absents ou très insuffisamment présents des médias pour faire connaitre leurs analyses de la situation et son évolution, et les propositions nécessaires pour résoudre les problèmes économiques et sociaux traversant la société française, l’Europe et le monde, dont nous subissons tous les conséquences au quotidien et pour notre futur.

Les décennies passées nous ont montré aussi que la question économique de progrès est la grande absente du débat démocratique alors qu’elle est la question centrale pour donner les moyens de développement à l’ensemble des activités humaines, lutte contre le réchauffement climatique, réponse à la crise sanitaire et énergétique  en faisant éminemment partie.

Certes, la question des transformations progressives et radicales du système économique et social demande un grand rassemblement populaire de proposition et d’action : pouvoir sur l’argent contre la dictature de la financiarisation, usage de la création monétaire des banques centrales, Fonds démocratiques pour cet usage, critères de développement et d’investissement à partir de la valeur ajoutée, sécurité d’emploi, de formation, de revenu, pour assurer une production et les services en fonction des besoins sociaux dépassant le critère du profit immédiat.

Il ne s'agit pas de défendre seulement l’existence du PCF en soi, mais aussi pour soi, de lui donner les moyens d’agir dans le sens de l’intérêt des salariés, de la population. Mais pour cela il faut dépasser les seules questions sociétales, car elles dépendent  des moyens que créent la société, les hommes producteurs pour cela. Social et sociétal sont réciproquement dépendants, malgré une autonomie relative.

Permettre au PCF d’exprimer ses analyses et ses propositions de solution et d'action est la seule façon, la seule possibilité immédiate de sortir du cercle infernal, du « tout changer pour que rien ne change » et du « dégagisme » remplaçant une incapacité par une autre.

Certes, on peut imaginer que d’autres forces fassent le pas vers ces solutions, et d’ailleurs il est absolument nécessaire, à notre sens, que d’autres forces, et tout le peuple le fassent.

Mais pour l’instant l’expression du Pcf particulièrement sur ces questions reste indispensable et le restera sans doute au fur et à mesure de la construction d’un rassemblement opérationnel, efficace de transformation de progrès.

En ce sens se pose la question de la présence des communistes lors des prochaines élections présidentielles.

D’ici là, la crise va poursuivre sa terrible progression. Crise de l’emploi, des services, de la transmission et de la formation, de la production, dans la famille, les entités locales, et dans la société. De nombreux évènements vont se produire modifiant le « scénario » politique et social. Rien ne prouve que le pouvoir actuel aille jusqu’au bout de son mandat.

Mais en tout état de cause la question du contenu d’une transformation sociale en santé est posée et celui de l’expression du PCF de même.

C’est la raison de la diffusion de ce texte collectif :

https://enavantlemanifeste.fr/2020/07/06/urgent-apres-les-municipales-construire-une-candidature-communiste-pour-lelection-presidentielle/

Pierre Assante. 07/07/2020 09:18:24.

 

Voir aussi :

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/futurs-extrait-d-un-article-precedent.html

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2020 6 04 /07 /juillet /2020 09:20

 

FUTURS (Extrait d'un article précédent)

 

Chacun sait -ou pas, réfléchissons à la chose- que le présent contient le futur, des futurs possibles, une infinité de futurs possibles.

Chacun sait aussi que ces futurs possibles, aléatoires, naissent du passé comme le présent est né du passé, présent dont on a conscience à retardement, puisqu’il nous faut observer le mouvement du passé immédiat et ses effets de même que le passé lointain pour savoir « ce qui s’est passé ». En mettant notre quotidien, notre présent en rapport avec ce passé pour le comprendre, les comprendre.

Il y a donc certes de nombreuses hypothèses du devenir de l’humanité et dans ce devenir, l’infinité des mouvements qui la constituent (1).

L’hypothèse d’un processus dépassant l’état actuel, sans catastrophe réduisant l’humanité dans sa masse, mais dans un mouvement « en santé », semble à certains impossible, et cette « semblance «  devient un argument de renoncement. Bien sûr catastrophe réduisant l’humanité dans sa masse fait partie des hypothèses possibles, peut constituer actuellement une pré-réalité en développement dans le présent. Cependant cette hypothèse possible s’appuie non sur une compréhension de l’état global du processus actuel, mais sur des visions parcellaires et dichotomisées les unes des autres. Ecologie d’un côté, libéralisme de l’autre, menaces techniques d’un côté, avancées scientifiques de l’autre, science sans conscience d’un côté, négation de la science de l’autre, le tout enveloppé d’une conscience limitée à son état actuel, considérée comme immobile, et sa morale de même.

Voilà donc qui handicape tout effort pour mettre en œuvre d’autres hypothèses. Une croissance non productiviste au sens capitaliste c’est une croissance d’une autre qualité, condensée dans son processus continu et discret en unité micro et macro (2), et dont une production d’énergie d’une autre qualité est la condition : Tirer l’énergie de la composition corpusculaire « la plus ordinaire », sans passer par le « feu préhistorique », bien qu’il y ait dans le feu - non dans la technique actuelle de la combustion - bien de propriété à découvrir,  le feu expression en tant qu’image du présent, ce qui demande une élévation considérable de la coopération scientifique et technique mondiale et son organisation politique locale, européenne et mondiale. Iter par exemple multiplié par 1000 dans le monde.

Pour ma part je pense que l’hypothèse d’une croissance conjointe, organique des forces productives et de la conscience collective faite de la conscience des individus en rapports sociaux, n’est pas une hypothèse sans fondement. De plus c’est une hypothèse la plus humaniste qui soit, et à mettre en œuvre dans le sens de cet humanisme. L’humanisme n’est pas une valeur chosifiée, à la condition de considérer que l’homme (générique) ce n’est pas sa conscience mais le rapport entre ses besoins de développements en santé, les actes qui le permettent et la conscience qui permet les actes de développement en santé. Voir l'article " de l'homme abstrait à l'homme réel" (3)

Nous voulons être des inventeurs de Nouveau, pas des apprentis sorciers mais de sages mais fertiles expérimentateurs des possibles, en marchant, et rectifiant en reculant si nécessaire, à reprenant le chemin, les chemins en santé qui s’ouvrent à chaque instant au processus humain de survie, de vie, de développement.

Si, par malheur l’hypothèse s’avérait inopérationnelle, il est possible aussi que ce soit par le refus de la mettre en œuvre.

S’il y a bien une réalité qui rend difficile cette mise en œuvre c’est la résistance du capital et son besoin de se réaliser par l’accumulation, accumulation qui suppose profit maximum, négligence des besoins sociaux qui « coûtent », et achat de la force de travail sous toutes ses formes anciennes ou nouvelles (Uber, dépendance du travail libéral des lois du profit financier et groupes multinationaux de pair etc.).

L’hypothèse d’un processus en santé inclut celle d’un processus de la productivité libérant du travail contraint, de la vente achat de la force de travail. L’automatisation et la digitalisation d’une grande partie de la production et des échanges, de la consommation-distribution-productives et en rapports dialectiques, de la production-distribution-consommatrice, en est la condition.

Certes un retour « en arrière », qui serait synonyme du sacrifice d’une bonne partie de l’humanité est possible. Mais comme le précise « l’Idéologie allemande », ce retour nous ramènerait au même point où il s’agit de résoudre la contradiction que nous connaissons actuellement entre le développement de chacun et le développement de tous.

Encore un peu de développement de la conscience des possibles de transformation en santé dans le mouvement conjoint du réel nous mènera sans doute à une sécurité d’emploi ou de formation, à un usage de la production monétaire et du crédit gérés démocratiquement, par les forces politiques et syndicales et associatives de progrès, c’est-à-dire en tant que lien avec la masse de la population et des producteurs, dans leur infinie diversité, qui gérera directement dans le processus de démocratisation, dont une organisation du travail du local au mondial, naîtra de la sortie du taylorisme, de la cohérence de la personne humaine entre ses besoins de développement et le travail producteur, ce à quoi répond l’analyse pluridisciplinaire des situation de travail et sa recherche de santé dans l’activité humaine.

Le poids du religieux pèse encore sur l’organisation rationnelle de transformation de progrès, en santé, puisque jusqu’à présent nous  n’avons pas encore réussi à faire de l’organisation populaire, de notre organisation de rêveurs de progrès, une organisation qui ne prenne pas un tour religieux : une organisation dont la croyance domine sur la pensée rationnelle et les hypothèses des possibles concrets. En sortons-nous de la « croyance » ?

Les capacités d’auto-organisation populaire et du salariat (dans les hôpitaux entre autre), dans la réponse à la crise économique de suraccumulation-dévalorisation du capital, sociale, de civilisation et de transmission, est peut-être en train de répondre à la question.

Pierre Assante. 27/06/2020 16:21:44

(1) Dans les possibles : une société correspondant à l’état des forces productives et dépassant celle qui meurt de son inadaptation à sa propre transformation technique et culturelle -à la transformation des moyens de production et d'échange qu’elle a elle-même créés et à laquelle elle ne peut plus répondre « en santé ».

(2) J’use souvent ici de l’image du développement cérébral, de son organisation, de sa croissance de sa poursuite chez l’adulte et de sa mort et sa transmission.

(3) L'article " de l'homme abstrait à l'homme réel" :

 http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/de-l-homme-abstrait-a-l-homme-reel.html

 

VOIR AUSSI LE RECUEIL

MON CERVEAU

S’ENLISE…

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

Pierre Assante. 1° Juin – 22 Juin 2020

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/recueil.mon-cerveau-s-enlise.html

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2020 4 02 /07 /juillet /2020 07:15

 

REPRISE DE BROCHURE 1

 

Des brochures ont été faites dans la période de préparation du congrès du PCF de 2018.

Il s’agissait de fournir des éléments de réflexion pour une formation militante de section.

On en pensera ce qu’on voudra. Elles n’ont peut-être aucune valeur ni scientifique ni éducative. En tout cas leur critique peut-être occasion de réflexion.

Depuis 2018, l’accélération de la crise mondiale du capital s’est considérablement aggravée l’été dernier 2019 et le covid19 en a montré les terribles conséquences. Je rappelle les alertes qui ont réuni les gouverneurs de banques centrale en août qui confirmaient les nôtres sur la crise, mais évidemment différaient sur les solutions.

Le système ne peut résoudre l’énorme crise de production et du travail dans laquelle nous sommes entrés. Il faut donc en changer, radicalement et progressivement.

Les propositions immédiates :

  • d’autres critères de gestion pour l’usage de la production monétaire de la Banque centrale européenne.
  • et de sécurité d’emploi ou de formation et de revenu.

D’autres brochures seront mises en ligne dans les jours qui viennent si cela s’avère intéressant. En voici une.

SCHEMA D’INTERVENTION DE BASE SUR LE CAPITAL DU XIXème AU XXIème SIECLE, le nôtre.

 

SUR CE LIEN :

https://pierreassante.fr/dossier/Schema_d_intervention_de_base.pdf

 

 

VOIR AUSSI LE RECUEIL

MON CERVEAU

S’ENLISE…

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

Pierre Assante. 1° Juin – 22 Juin 2020

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/recueil.mon-cerveau-s-enlise.html

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2020 3 01 /07 /juillet /2020 07:55

STATISTIQUES BLOG DU MOIS DE JUIN :

594 Visiteurs uniques

955 Pages vues

Total depuis la création

83 103 Visiteurs uniques

159 146 Pages vues

 

 

Pages les plus visitées le mois de juin :

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/rapport-a-la-commission-economique-sur-la-securite-d-emploi-ou-de-formation.27-mai-2020.frederic-boccara.html

http://pierre.assante.over-blog.com/article-besoins-biologiques-de-l-espece-humaine-complexification-et-satisfaction-des-besoins-conscience-125467935.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/le-jour-des-quarante-trois-couchers-de-soleil.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/la-loi-du-profit-pourrit-le-royaume-de-danemark.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/05/message-d-yves-schwartz-du-president-de-la-societe-internationale-d-ergologie.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/de-l-homme-abstrait-a-l-homme-reel.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/les-verts-est-ce-que-ce-sont-les-communes-qui-decident-des-dividendes.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/iter-une-des-reponses-possibles-mondiale-a-la-crise-energetique-possible-et-qui-s-annonce.html

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/voici-le-texte-adopte-lors-du-38e-congres-du-pcf-publie-ici-dans-son-integralite.html

 

VOIR AUSSI LE RECUEIL

MON CERVEAU

S’ENLISE…

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

Pierre Assante. 1° Juin – 22 Juin 2020

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/recueil.mon-cerveau-s-enlise.html

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

 

 

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2020 3 01 /07 /juillet /2020 06:25

 

EXTRAIT DE LA LETTRE DE Nathalie Tessier secrétaire de section DU PCF MARSEILLE 8ème 

 

Le parti communiste a joué pleinement son rôle. Tous les secteurs du Printemps Marseillais ont reconnu l'importance du parti communiste. 

Aujourd'hui nous avons 

5 conseiller.e.s municipaux. 

7 conseiller.e.s  à la métropole 

8  conseiller.e.s d'arrondissement. 

Samedi l'élection du maire, de la maire, est la prochaine étape. 

Nous ne nous laisserons pas voler la victoire finale.

 

Nathalie Tessier secrétaire de section 8ème 

 

VOIR AUSSI LE RECUEIL

MON CERVEAU

S’ENLISE…

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

Pierre Assante. 1° Juin – 22 Juin 2020

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/recueil.mon-cerveau-s-enlise.html

 

et Tous les articles du blog (3099 publiés, par séries de 25) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >

et les plus anciens :  << < 100110120 121 122 123 124 > >>

 

 

Partager cet article

Repost0
30 juin 2020 2 30 /06 /juin /2020 07:21

 

Fessenheim

 

29 juin 2020 : arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim vers son démantèlement, triste nouvelle.

Certes le nucléaire peut provoquer de très graves catastrophes. Le civil comme le militaire.

Certes il faut mettre plus de moyens pour la sécurité du nucléaire civil et supprimer le nucléaire militaire.

Certes le plus grave danger mondial réside dans la production du CO2, le changement climatique et la pénurie menaçante d’énergie, dont l’humanité a besoin pour répondre à sa crise.

Et tout cela sous la menace du mode de production basé sur le rapport Profit/Capital qui limite les moyens de satisfaction des besoins humains.

Certes la recherche internationale pour produire de l’énergie à partir de la matière, dépassant la révolution du feu, est indigente.

Un peu plus de courage, un peu moins d’opportunisme : dire vrai c’est commencer à faire juste.

Notre humanité est une si petite et si faible partie de l'univers : soignons-la.

Pierrot. 30/06/2020 07:22:34.

 

VOIR AUSSI LE RECUEIL

MON CERVEAU

S’ENLISE…

DE L’HOMME ABSTRAIT À L’HOMME RÉEL

Pierre Assante. 1° Juin – 22 Juin 2020

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/06/recueil.mon-cerveau-s-enlise.html

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche