Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 13:49

jan10 001Commentaire en français sur l’article : « La mutazione darwiniana del PD renziano », « La mutation darwinienne du Parti Démocrate de Renzi »,

article de Enzo Scandurra sur Il Manifesto (1).

 

Cet article ci-dessous a été mis en lien brouillon-manuscrit peu lisible sur l'article "Milan, Piazza Venezia 1", de même que celui sur la "Piazza Venezia (suite 2) La stratégie actuelle du capital".

 

Citation de l’article de journal "Il manifesto" du 14 octobre 2014: « Il Partito Democratico (P.D.) è il piu adatto a suppravivere nella geopolitica italiana e europea. Capire perchè vince è compito nostro se la sinistra non vuole fare la fine dei dinosauri ». « Le Parti Démocratique (P.D.) est le plus adapté pour survivre dans la géopolitique italienne et européenne. Comprendre pourquoi il gagne est notre devoir si la gauche ne veut pas faire la fin des dinosaures ».

 

Je ne compare évidemment pas le P.D. au parti NAZI d’Hitler. Mais dans les 2 cas, "l’adaptation" (au moment de leurs progrès électoraux) est celle aux intérêts du moment du grand capital. Adaptation de qui prépare ou qui laisse aller, inconsciemment ou pas, la droitisation extrême de la société en réponse inadaptée, elle, à la crise.

Ceci n’est pas une formule, mais un constat pour qui veut aller au-delà des apparences. L’adresse à la gauche de l’auteur de cet article, Enzo Scandurra, son appel apparent ou réel à la « mutation darwinienne », si j'ai bien compris, a l’odeur de la compromission et de l’abandon, au moment de la reconstruction politique nécessaire et contre la reconstruction politique nécessaire.

 

Certes, une situation historique, particulièrement en période de crise, peut demander des alliances, demande des alliances les plus larges possibles, mais en aucun cas un alignement sur une idéologie héritée de la Démocratie Chrétienne gouvernementale ou pas, devenue très influente dans cette période, et qui est, dans toute l’Europe libérale, celle de la collaboration de classe, du « bon capitalisme » répondant à l’illusion d’une sortie de crise économique et institutionnelle sans transformation sociale radicale et saine.

C’est cette idéologie que reflète, à mon avis, la vision d’adaptation de « type darwinien » qui en somme refuse l’idée de résistance, une résistance correspondant aux situations historiques toujours particulières et semblables à la fois, sauf qu’une crise systémique demande transformation du système, Lapalisse dirait de même.

 

De plus parler de mutation et non d’évolution, de processus pour une situation sociale, sent le « naturalisme grossier » (pratique de longue date de l’extrême droite), le biologisme grossier calqué à l’évolution sociale, appliqué aux sociétés et aux personnes au même titre qu’au minéral et au biologique stricto sensu, sans aucune référence au processus de conscientisation humaine, ce qu’accentue encore plus cette référence au darwinisme.

 

Continuité et sauts sont à considérer dans le processus social sinon le dérapage nous guette.

 

Le « compromis historique » du PCI et de Berlinguer, intéressant essai correspondant à son temps, d’alliance démocratique de poursuite de l’œuvre transformatrice de la Libération de 1945, introduisant des éléments de socialisme dans le capitalisme, pour initier un processus populaire de démocratie avancée vers le socialisme (le réel, pas seulement le nom !), s’est rompu sur le mur de l’offensive de la trilatérale du capital et de l’assassinat d’Aldo Mauro conjoints, comme de celui de la démocratie chilienne.

L’accélération globale de la crise repose la question de la transformation réelle, et la transformation réelle à celle d’une bataille idéologique conséquente, et la « mutation darwinienne », même s’il faut y répondre,  prête plus à sourire qu’à s’enrager.

 

Pierre Assante, Milan, Piazza Venezia, 14 octobre 2014.

 

 (1)Il Manifesto, beau journal à soutenir, reste de la presse italienne « non alignée » sur le libéralisme, mais dont certains articles contredisent, je crois,  l’essentiel de son contenu.

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 13:48

2013 05 03 005Suite de l’article du 12 octobre 2014,

publié manuscrit en lien (peu lisible) sur ce blog 16 octobre 2014,

dans l’article « Piazza Venezia…. » 

 

LA STRATEGIE ACTUELLE DU CAPITAL.

 

"La richesse des sociétés dans lesquelles règne le mode de production capitaliste s'annonce comme une « immense accumulation de marchandises ». L'analyse de la marchandise, forme élémentaire de cette richesse, sera par conséquent le point de départ de nos recherches.

La marchandise est d'abord un objet extérieur, une chose qui par ses propriétés satisfait des besoins (1) humains de n'importe quelle espèce. Que ces besoins aient pour origine l'estomac ou la fantaisie, leur nature ne change rien à l’affaire. Il ne s'agit pas non plus ici de savoir comment ces besoins sont satisfaits, soit immédiatement, si l'objet est un moyen de subsistance, soit par une voie détournée, si c'est un moyen de production"

Karl Marx, première page de « Das Kapital »

Note : (1) « Le désir implique le besoin ; c'est l'appétit de l'esprit, lequel lui est aussi naturel que la faim l'est au corps. C'est de là que la plupart des choses tirent leur valeur. » (Nicholas BARBON, A Discourse concerning coining the new money lighter, in answer to Mr Locke's Considerations, etc., London, 1696, p. 2 et 3.)

 

Ainsi débute le Capital de Marx. Où en est depuis l’état du Monde ?

 

Le capital, le business, ont un gouvernement mondial dont les principales institutions sont le FMI, la CIA, le Pentagone et leurs « succursales » plus ou moins autonomes. Ces institutions ont leurs propres contradictions internes et externes.

 

Sa stratégie, compte tenu des succès des mouvements de libération nationale passés, est d’orienter les mouvements, les moments des hommes et de leurs regroupements organisés (nations, partis, ethnies etc.)

 

Cette orientation se fait au jour le jour à partir de plans, de stratégies à long terme à modifier en fonction des évolutions multiples et diverses. La stratégie d’Obama vis-à-vis de l’E.I. à ce jour (12 octobre 2014) et depuis 40 ans de la "trilatérales et ses suites" (Afghanistan etc.) en donne une idée.

 

Le qualificatif double et sémantiquement divers de « capital » et « business » donne une idée du mouvement du capital qui passe à travers la multitude « d’échelons » de la production et de la finance qui reposent en dernière instance sur la production dite « matérielle ».

 

Les échelons, de la petite entreprise à la multinationale ont un support idéologique qui traverse toutes les couches sociales, toutes les classes sociales.

 

La stratégie de pénétration idéologique des couches dites « moyennes » (attaquées elles aussi aujourd’hui vers leur « prolétarisation » de plus en plus rapide, à l’opposé de la croissance de la minorité des plus riches), et même de la classe ouvrière productrice des biens dits matériels, repose sur le type d’organisation de la production elle-même et sur les valeurs morales instrumentalisées.

 

Une des caractéristiques de cette instrumentalisation est le discours reposant sur les dites valeurs morales, discours les affirmant et actes les contredisant, ce qui sème la confusion et l’illusion, dévoie la générosité comme l’égoïsme populaires vers des voies sans issue.

 

Les mobilisations telles que celles du 16 en France ou du 25 en Italie, nécessaires, utiles, indispensables, ne peuvent aboutir à des rassemblements suffisamment puissants tant que la stratégie du capital n’est pas suffisamment comprise et les solutions des partis de transformation sociale (dont le PCF et sa ComEco) qui s’y opposent, suffisamment connues.

 

La crise mondiale, générale du capitalisme peut éclairer ces solutions à travers les effets de cette crise.

 

Mais il y a une marge importante entre compréhension des conséquences et compréhension des causes. C’est ces marges qu’il faut combler dans un processus politique partant du particulier vers le général en aller-retour.

 

Pierre Assante, 12 octobre 2014, Milan, Piazza Venezia.

 

P.S. Mise au propre à venir sur le commentaire manuscrit peu lisible (publié aussi sur ce blog le 16 oct.) d’un article de Il Manifesto (Journal à soutenir, reste de la presse italienne « non alignée » sur le libéralisme, mais dont certains articles contredisent l’essentiel de son contenu). Cet article affirme une « modernité » du Partito Democratico italien (ex-PCI aujourd'hui à "direction Démocratie Chrétienne" italienne), la gauche ne le « comprenant pas » risquant le « destin des dinosaures ». Fausse affirmation qui assimile alignement sur les intérêts du capital et l’aide qu’il en  obtient, sur le plan des médias et des élections, avec une réelle modernité, celle d’une transformation sociale répondant aux besoins de l’humanité et de la personne, dans une poursuite active, positive du processus partant de la réalité du moment, et de sa connaissance.


ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici


Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 13:47

Article déjà publié sur ce blog le Jeudi 16 octobre 2014


MILAN-2014-10-15-001--12-.jpgLe krach financier local et mondial c’est celui de la production.

Le krach de la gouvernance locale et mondiale c’est celui de la production.

 

La crise générale du capitalisme c’est accélérée vers une crise finale dès les années 1970, puis en 2008 pour aboutir dans les semaines, mois et années qui viennent.

 

Il est enfantin (mais notre humanité en est à une dangereuse crise de croissance) d’injecter du capital (par la BCE, la FED etc...., par les banques centrales, via le drainage des capitaux par l’austérité) au-delà du garrot qu’il crée lui-même, …de les injecter pour faire « redémarrer » sa circulation (du capital), dans les dettes par exemple, au lieu de l’injecter dans la production des biens nécessaires à l’humanité, à la personne humaine, au quotidien et dans ses projets sains de tous ordres, la recherche scientifique et les solutions qu’elle peut apporter, entre autres « dépenses »…

 

Un budget d’Etat n’est pas un budget familial (on nous le fait croire), il a entre autres les moyens de la création monétaire…

 

Les lois de l’échange en capital, A-M-A+ (voir cette définition dans les articles de ce blog) constituent le garrot grandissant à la circulation des biens et des moyens d’échanges.

 

Faute de temps, je mets en ligne 5 petites pages de brouillon (sur le lien ci-dessous), faites à Milan sur un coin de table de café, sur la crise mondiale de gouvernance, que je mettrai j’espère au propre plus tard, m’excusant auprès des lecteurs éventuels (merci à eux et à leurs échanges), sachant, eux et moi, le peu d’utilité de ces réflexions…


Le lien en question :    http://pierreassante.fr/dossier/MILAN_2014.10.12.pdf

 

Pierre Assante, Jeudi 16 octobre 2014

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 19:58
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 08:10

stage COMECO 2012.LIRE

 ici

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans ECONOMIE ET POLITIQUE
commenter cet article
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 07:02

L'oeuvre de Glaudi Barsotti est marquée par la diversité des genres (photo MN)

Mis à l’honneur à Ventabren le weekend passé, l’écrivain journaliste estime que les langues minoritaires jouent un rôle face à la mondialisation capitaliste. L’occitan idiome de résistance ?.....

 

Lire

ici

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 09:54
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 05:42

magaliEn ÒC : Magali Bizot-Dargent : « Esquissas per un retrach de l’ombra, racòntes »

« Esquisses pour un portrait de l’ombre, moments racontés »

 

 

A travers une sorte de biographie où apparaissent aussi des personnages « extérieurs » mêlés aux ombres majeures, esquissés par petites touches qui font de chaque « ombre » l’objet d’une sorte de nouvelle littéraire, Magali Bizot nous donne sa vision anthropologique et philosophique de l’univers proche qui nous entoure.

 

Et aussi sa vision politique avec les incertitudes du comment résoudre nos besoins vitaux malgré nos impertinences génériques, celle de notre genre humain et celle de nos appartenances particulières héritées, non choisies, mais assumées jusqu’au point de nos possibilités.

 

Puis ses moments particuliers dans les moments d’un mouvement ouvrier  international auquel les ombres ont été mêlées intimement.


Puis les moments ou seule la personne unique compte avec son travail, son quotidien dans la dureté et la douceur des rapports avec les autres, qui fait son éternité.

 

Subretot lo tròbi fòrça ben escrich, aquest libre. M'agrada l’autritz coma parla e escriu, es pas una paraula de luench nimai una paraula leugiera. Es una paraula fonsa, que siágue d'umor coma dins sei autrei libres, ò que devengue grèva coma aquest còp. Mai Magali saup desperse de segur que fa pas d'umor a la galejada, coma es de mòda, mai un umor que parla de pas ren. E çò que ditz grevament es portaire d'una meteissa filosofìa.
 
E la politica, per ieu, se pensa pas sensa filosofia, l'istòria nimai, nimai l'engatgament de son paire e son oncle. Se jutja pas dins l'absolut, mai dins lo contèxte e dins lo contèxte urosament l'a agut de luchaires coma elei...

 

Çò que me tòca dins aquest libre es subretot una vision, un rapòrt au monde que me sembla pròche de la mieuna vision, çò qu'ai dich d'un autre biais, en francés çai-sus. 

 

« Umblament, pichòta part d’umanitat que siáu, la vòli ajudar la memòria, la vòli transmetre coma m’es estada transmessa, a pena aumentada, a pena transformada per son passage au travèrs de ieu, de ma consciéncia, de ma vida, malhon que siáu, malhon que revendiqui d’estre…. »

Magali Bizot-Dargent, « Esquissas per un retrach de l’ombra, racòntes », IEO Edicions, 195 pages, 15 €

 

Pierre Assante, 5 octobre 2014

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 07:10

GARO PORTRAITIsabelle GARO, nouvelles lectures pour des classiques, Marx...,

L'Humanité, 9 octobre 2014

 

LIRE

ici

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 10:04

160602127697-massilia-sound-system-30122010-1745.jpgECOUTER

ici

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans MUSIQUES
commenter cet article
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 08:54

eco_po_714_715_couv_1_1_300_10.jpg

Article déjà publié sur ce blog le 24/03/2014 

 

Conjoncture mondiale : un répit préparant la tempête

Dans ses « perspectives économiques mondiales » de janvier 2014, le FMI table sur une poursuite de l’amélioration de l’activité en 2014-2015, principalement sous l’effet de la reprise dans les économies avancées. Après avoir été de 3 % l’an dernier, la croissance mondiale atteindrait 3,7 % en 2014, puis 3,9 % en 2015, soit un taux supérieur de un dixième de point à celui retenu dans les « perspectives » d’octobre 2013. L’économie mondiale connaîtrait donc un répit, après les turbulences de la crise financière de 2008-2009 et les gigantesques interventions des États et des banques centrales pour conjurer la déflation. Mais, grosse d’antagonismes, cette accalmie prépare, en fait, de nouvelles difficultés systémiques beaucoup plus graves encore. Celles-ci vont faire saillir, comme jamais, l’enjeu d’une nouvelle création monétaire nécessaire pour un très grand essor concerté de tous les services publics et une sécurisation de l’emploi, de la formation et des revenus du travail de chacun-e….

.....LIRE LA Suite sur ce lien : http://www.economie-politique.org/52438

 

Les derniers N° d’Economie & Politique sur le site d'Economie & Politique :

http://www.economie-politique.org/

 

Lire l'avant-projet de la convention industrie (date changée, 22 et 23 novembre 2014):

http://www.pcf.fr/sites/default/files/20141010-11-convention_industrie-avant-projet-ld_1.pdf


Le point de conjoncture octobre 2014 de l'INSEE :

http://www.insee.fr/fr/indicateurs/analys_conj/archives/ve_octobre_2014_VF.pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans ECONOMIE ET POLITIQUE
commenter cet article
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 10:44
2012 11 23 040Chers amis,
vous trouverez en pièce jointe une lettre que j'ai adressée à Madame Patricia Adam, Présidente de la Commission Défense à l'Assemblée nationale et membre -de droit- de la Délégation parlementaire au renseignement.
A toutes fins utiles, adresses de la destinataire et de ses collègues commissaires et délégués en Cc.
Marie-Ange Patrizio

LIRE

ici

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 08:53

H.D. 9 decembre

" Temps Present "

Les Grecs se cachent

pour survivre

RTS 2014

VOIR LA VIDEO

ici

http://www.youtube.com/watch?v=2ljXXmFztGs

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 09:44

IVORRA_ARGENTINE_TAFTA_141003.jpg

 

LIRE

ici

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans ECONOMIE ET POLITIQUE
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 23:01

FAJONRôle de l’élu et rôle du parti, rassemblement d’humains codifiant une action pour un objectif.

 

Lorsque la nécessité n’apparaît plus en tant que nécessité à la majorité des humains qui composent une entité humaine, cette entité est en grand danger de survie car elle n’est plus à même de produire ce qui lui est nécessaire pour vivre.

 

« 1968 » qui nous a libéré de certains tabous ne nous a pas appris à mesurer les nécessités, l’anankè comme disaient les philosophes grecs antiques ou comme le soulignent Marx, Camus (et quelquefois son « absurdité » bien que nécessité), ou avant eux Augustin ou Diderot.

 

Lorsque l’entité est l’humanité entière, c’est l'humanité entière qui est menacée.

 

Lorsque l’idéologie dominante constitue des rails sur lesquels circulent les activités humaines, il est difficile d’en sortir.

 

Mais lorsque le besoin de transformation devient impérieux et se manifeste par une crise de production, une crise dans l’infrastructure productrice et les superstructures qui lui sont liées, en mouvements autonomes et dans l’unité constituée par tous les mouvements qui les constituent, des conditions existent pour « sortir des rails » sans dérailler.

 

Ces conditions n’induisent pas automatiquement la sortie des rails en santé. Une condition pour une transformation saine, c’est l’existence de forces sociales qui ont constitué une petite flamme de longue haleine et un contenu transformateur de cette petite flamme, contenu dont la base est constituée des conditions dans lesquelles les humains peuvent poursuivre la production des biens nécessaires à leur vie, la petite flamme étant un parti, au sens large, qui a entretenu les concepts scientifiques, techniques et philosophiques nécessaires à la production.

 

La flamme qui peut entrainer l’incendie d’une transformation en santé ne décide pas de l’évènement mais peut agir sur le sens que peut prendre l’évènement, et quelquefois le susciter.

 

Ce n’est pas le bateau qui fait le vent, mais il l’utilise pour arriver à bon port.

 

La patience ce n’est pas l’attentisme.

 

Ce n’est pas le robinet qui fabrique l’eau, mais c’est l’aboutissement du travail du plombier, des travailleurs du canal etc...

 

Le lever de soleil, c’est un phénomène naturel, pas le remboursement des médicaments qui sont un phénomène social dépendant de choix d’actes humains.

 

On ne peut comprendre un film en en voyant quelques secondes, il faut le suivre attentivement pour comprendre, idem pour la vie, la politique, la gestion de la cité.

 

« Le grand soir », ce n’est pas l’évènement miracle, c’est la prise de conscience que l'objet  produit, c’est un rapport entre celui qui le produit et celui qui l’utilise. Quand je m’assois sur une chaise, il y a une solidarité objective entre celui qui l’a faite (ceux qui l’ont faites, il est aujourd’hui l’œuvre d’une coopération multiple) et celui qui s’y assoit. Solidarité objective et solidarité subjective dont les travailleurs prennent conscience en tant qu’entité de classe qu’ils constituent, prémices d’une conscience de toutes les activités humaines en tant que solidarité constitutive de la satisfaction des besoins humains.

 

L’objet argent n’a qu’une valeur symbolique des richesses concrètes qu’il représente, et du consensus sur l’accord de cette valeur pour déterminer les conditions de l’échange. En système capitaliste les conditions de l’échange ont comme préalable l’accumulation du capital et la crise de suraccumulation et de mutilation de l’activité productrice que produit cette suraccumulation.

 

C’est cette crise de suraccumulation qui crée l’évènement sur lequel agir pour une transformation en santé des rapports de production, des rapports humains.

 

L’aberration des échanges, la dictature des institutions financières, les rails sur lesquels se déplacent la gestion de ces valeurs symboliques, éloignées de plus en plus de la réalité des richesses concrètes produites, des valeurs d’usage produites, ont comme remède une maitrise des institutions financières par les institutions des travailleurs producteurs, les vieilles institutions dépassées transformées par eux.

 

La démocratie du producteur, de sa décision du « que et comment produire » ne peut se développer sans cette maitrise des institutions financières, sans un processus de maitrise de ces institutions financières.

 

Le service public est à la fois un bien matériel de base et une superstructure au service de la production des biens matériels de base produit par l’infrastructure, la base de la production des biens matériels nécessaires à la reproduction élargie de la vie humaine. Infrastructures et superstructures fonctionnent en unité.

 

Exemple, la superstructure école va fournir à l’industrie de base les savoirs en personnes en tant qu’ouvriers, ingénieurs qui construisent des bus de transports publics. Transports publics et école sont des services publics de superstructure et l’usine de production de bus l’infrastructure.

 

La division entre infrastructure et superstructure indique dans quelle condition une base de production est nécessaire pour développer l’ensemble d’une activité. Elle n’indique pas une hiérarchie de classe, mais une hiérarchie dans le temps et dans l’ordre du processus humain à l’origine et la persistance des conditions d’origine de production dans le moment actuel et futur du procès de production des biens nécessaires à la reproduction élargie de la vie humaine.

 

Ainsi le rôle de la classe ouvrière n’est pas un rôle mythique, ni une hiérarchie de classe au sens le la hiérarchie de classe du système capitaliste, des inégalités qu’il induit et d’une division mutilante du travail où il y a ceux qui conçoivent et ceux qui exécutent sans initiative, en aliénation du produit et des gestes de leur travail.

 

Ainsi le lien entre l’expression des besoins immédiats quotidiens et le rôle d’un parti de classe des producteurs sont indispensables et inséparables.

 

Le front de Gauche est un embryon déjà important d’un rassemblement populaire dont la taille explosera lorsque les conditions matérielles d’une issue à la crise, civilisationnelle et économique en dernière instance, existeront.

 

Il est, avec ses composantes actuelles et futures en relation dialectique entre elles et entre le mouvement de la société, la flamme à entretenir pour un embrassement en santé, à condition que la question de la production, des transformations des systèmes de financement de la production la permettant, les propositions et leur mise en œuvre, soient suffisamment maitrisées par le FdG et ses composantes.

 

L’expression des besoins immédiats quotidiens et sa prise en compte par l’élu, nécessaire et indispensable ne peut à elle seule substituer le rôle d’un parti de classe des producteurs. Rôle de l’élu et rôle du parti sont indispensables et inséparables.

 

A tout cela il faut ajouter le besoin de connaissance de la transformation des moyens de production, et de la production, son informationnalisation, sa mondialisation avec ses transformations et ses composantes de grands ensembles mondiaux et leur coopération, la révolution numérique et les immenses possibilités de production qu’elle permettent, à condition d’un usage en santé, immensité que fait mesurer par exemple les millions de calculs secondes que peut effectuer un ordinateur (et l’usage de ces capacités nouvelles dans la production), ordinateur de plus en plus réduit en dimension et de plus en plus réduit en alimentation énergétique, à l'image d'une croissance-concentration qualitativement nouvelle économe et écologique.

 

En pratique, je vous renvoie à ce tract : http://www.pcf.fr/58555

 

Pierre Assante, 1er octobre 2014

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 19:40

Laurencin 000......Le communisme vulgaire dans toutes ses variétés a nié le singulier, ce qui l’a conduit à construire des  concepts et des systèmes de concepts figés, certes, mais fondamentalement inopérationnels car ils ne pouvaient refléter une réalité sur laquelle agir.

 La négation de la négation du singulier, c'est-à-dire son affirmation ne peut tenir que dans la conscience de l’ontologie de l’être social, c'est-à-dire dans la conceptualisation de l’ensemble des rapports sociaux, et entre autre du mode de production et du type de rapports sociaux qu’il a induit, non automatiquement, mais effectivement, qui eux peuvent faire l’objet de généralisation.......

 

LIRE LA SUITE

ici

 

http://pierreassante.fr/dossier/LE_SINGULIER.pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et philosophie
commenter cet article
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 19:21

CRISE HUMA SPECIAL

Elections sénatoriales

Par le groupe CRC / 29 septembre 2014

Cinq élus du groupe CRC étaient renouvelables à l’occasion des élections sénatoriales. Le groupe retrouve deux sièges, en Seine-Maritime et dans les Côtes-d’Armor, mais en perd trois, dans l’Allier, les Bouches-du-Rhône et le Rhône. De 21, il passe donc à 18 membres. Dans les Côtes-d’Armor, Christine Prunaud succède à Gérard (...)

 


LIRE

(la suite et les travaux effectués par le groupe)

ici

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 22:15
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 09:29

OBAMA-CHEF-DE-GUERRE-140927.jpgLes conditions du « redressement », de la sortie de crise.

Les luttes, les infrastructures et les superstructures.

 

Pour employer un vocabulaire « savant », mais finalement c'est le chemin le plus court :

 

La bataille sociétale (celle des superstructures) est importante.

 

A une condition, c'est que soit menée en priorité et conjointement la bataille sur les infrastructures.

 

Certes, les superstructures et les infrastructures « fonctionnent » en un même mouvement.

Cependant la construction des superstructures se fait sur les infrastructures (Lapalissade non évidente pour tous).

 

C'est bien parce que le capital a réussi à entrainer et détourner les batailles qu'il ne pouvait pas empêcher vers les superstructures que ces superstructures ont pu devenir si puissantes, paradoxalement.

 

Une de ces dérives des luttes (Jusqu’à leur absence quelquefois) a été « Tout sauf le PCF ». Certes ce dernier a fourni des arguments à sa désertion (forte mais relative), je ne les énumère pas, mais l'influence des dérives n'a pas été sans effet aussi sur lui-même. Ce qu'il tente de corriger (Voir la préparation de la « Convention sur l'Industrie »).

 

La construction des superstructures se fait sur les infrastructures, l'abandon relatif de la bataille sur les infrastructures a permis une maîtrise quasi totale, sans partage, du capital sur les superstructures. Sa maîtrise des médias en est l'effet le plus visible, et des médias sur les populations évidemment pour qui observe d’un peu haut. 

 

Pas de reconquête des médias pas plus que des institutions sans reconquête sur les infrastructures, c'est-à-dire la production et ses moyens. Les réformes révolutionnaires de la Libération, leurs éléments de socialisme dans le capitalisme nous en avaient donné une leçon.

 

Pierre Assante, Samedi 27 septembre 2014

 

L’avant projet de la « Convention sur l'Industrie », fondamental pour moi,  est en lien sur cet article : http://pierre.assante.over-blog.com/article-convention-industrie-avant-projet-et-appel-a-contribution-convention-industrie-du-pcf-124647695.html

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 06:09

Aimé Assante 1LA JEUNE FILLE ET LA MORT, AUGUSTIN, SIMONE, KARL, FRANTZ ET LES AUTRES...

SOMMAIRE

Page  1   Mon très cher Augustin. 2006

Page  7   Hominisation et humanisation. 2006

Page 14  De la pensée unique à la pensée dissoute. 2006

Page 17  La jeune fille et la mort. A Simone. 2006

Page 19  Lettre de Karl à Pierre. 2008

 

Lire

ici

http://pierreassante.fr/dossier/AUGUSTIN_SIMONE_KARL_ET_LES_AUTRES.pdf

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici


Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 05:28

CANGUILHEMLe singulier et les rapports sociaux.

Et Georges Canguilhem.

 

 

Le communisme vulgaire dans toutes ses variétés a nié le singulier avant, pendant et après Marx. C’est bien justement à une construction libérée du communisme vulgaire que s’est attelé Marx sans en voir le bout. Le communisme vulgaire ne peut que renaître sans cesse  tant que les conditions « matérielles et morales » du communisme ne seront pas devenues une réalité, si elles le deviennent, c'est-à-dire tant qu’un mode de production basé sur les besoins humains, son besoin de croissance en pensée en tant que mode de production entre autre, ne sera pas réalisé, tant que l’usage des valeurs sans dimensions, non mesurables, ne seront le paradigme du « support contractuel, imaginé et mis en pratique » de l’échange des valeurs d’usage ; ce que permettra et une abondance et un usage en santé de cette abondance, et que permettra le développement du besoin d’usage en santé de cette abondance ; ce que  peut permettre en autre la révolution scientifique et technique et la révolution numérique et ses applications (entre autre aussi, et en rapports dialectiques, aller-retour) en matière d’abondance en santé et pensée.

 

Le communisme vulgaire dans toutes ses variétés a nié le singulier, ce qui l’a conduit à construire des  concepts et des systèmes de concepts figés, certes, mais fondamentalement inopérationnels car ils ne pouvaient refléter une réalité sur laquelle agir.

 

La négation de la négation du singulier, c'est-à-dire son affirmation ne peut tenir que dans la conscience de l’ontologie de l’être social, c'est-à-dire dans la conceptualisation de l’ensemble des rapports sociaux, et entre autre du mode de production et du type de rapports sociaux qu’il a induit, non automatiquement, mais effectivement, qui eux peuvent faire l’objet de généralisation.

 

Une généralisation, n’est pas un objet concret sinon en tant que fonctionnement concret du cerveau, mouvement de conceptualisation du cerveau, du corps soi, de l’être social.

 

La réaction intellectuelle, syndicale, politique etc. des années 1970 (et ses prémices) au communisme vulgaire a eu un double effet 1) celui de commencer à décrire le réel à partir de la réalité qu’est le singulier 2) mais de tendre à dissocier les éléments de cette réalité qui est le contexte et le processus historiques dans lesquels s’est construit le communisme vulgaire ; car il existe bien une réalité qui est l’activité humaine constituée de l’ensemble des activités singulières interdépendantes ET RELATIVEMENT AUTONOMES et solidaires objectivement si ce n’est dans une totalité subjective, relativement auto-consciente

 

L’affaire Lyssenko est une illustration de cette contradiction, de ces deux « forces-activités » contradictoires en une, et leur résultante, troisième « pôle » interchangeable, relié, pôles auxquels on peut subjectivement faire faire une rotation triangulaire d’interactivité, pour les « voir » dans leur réalité. S’appuyant sur un pouvoir personnel et les capacités répressives dont il dispose, Lyssenko nie la génétique en raison d’application mécanique, dogmatique du concept marxien du rôle du travail, au motif que c’est l’activité, le travail, qui modifie l’individu dans et avec l’espèce humaine. Mais dans le même temps, « en face », dans « le camp du singulier », à travers des concepts scientifiques justes, expérimentés apparemment librement, il échappe aux chercheurs sérieux que le patrimoine génétique est modifié dans le courant de la vie elle-même et non seulement dans les aléas de la transmission générationnelle biologique et de l’action du milieu sur les choix d’actes multiples, énigmatiques, marqués de la causalité des évènement antérieurs ; expérimentés apparemment librement si l’on fait abstraction de la pression des rapports sociaux qui nient le travail en tant qu’activité à la fois libre et aliéné ; et dont la négation « taylorienne », pour dire vite n’est pas non plus étrangère au rapport entre le mode de pensée du chercheur et l’objet de sa recherche.

 

A travers cette dernière remarque, on peut penser, c’est mon cas, que le concept schwartzien d’épistémicité n’est pas une fantaisie de chercheur mais a un contenu opérationnel évident dans l’organisation du travail de recherche et son lien avec le travail, sa division, sa « généralité ». De même l’accent mis sur « continuité et saut », dans le monde minéral, biologique et pensant qui et que constituent l’espèce humaine et l’humain singulier.

 

Le singulier et le général ne font qu’un au sens qu’un mouvement général est constitué d’une infinie variété de mouvements perceptibles et non perceptibles, que ce soit dans le mouvement général de la nature comme dans le mouvement général de la société et de la pensée, conscience en processus de la nature sur elle-même.

 

Georges Canguilhem*, il me semble, car je ne saurais donner autre chose qu’un avis vulgaire, à l’instar DU communisme vulgaire, sur l’œuvre de G. Canguilhem, vu mon incompétence en la matière, a été il me semble une des transitions entre le communisme vulgaire, et la négation de la négation du singulier, l’affirmation du singulier. Ce qui n’est pas rien ! Son "mode d’engagement" tant social que scientifique semble corroborer une telle vision. Mais peut-être est-elle totalement erronée.

 

Pierre Assante, 23 septembre 2014

 

* « …Mais quand même : la quête conceptuelle, tout discrète qu’elle soit est toujours pour lui conquête d’une zone d’ombre, mise à disposition pour le vivant humain d’espaces nouveaux. Preuve non d’immortalité, que Georges Canguilhem repousserait avec effroi, car il lui faudrait réécrire tous ses livres ; mais de santé, certes, et cela suffira, je crois, à celui qui nous a tous tant et si diversement marqués. »

Yves Schwartz, «Une remontée en trois temps » Georges Canguilhem, la vie, le travail. "Travail et Philosophie. Convocations mutuelles", p.247, OCTARES, 1994.

 

 

 ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans ERGOLOGIE
commenter cet article
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 21:54

Article déjà publié sur ce blog le 18/09/2014


Copie de JAN10 010

Ce qui suit n’est pas un détail.

le concept d’autonomie relative : d'une économie restreinte à une économie généralisée. Et nouvelles notes.

 

Marx développe à de nombreuses reprises le concept d’autonomie relative des idées par rapport aux conditions matérielles antécédentes dans lesquelles elles ont été créées, dans lesquelles elles sont nées alors que ces conditions ont changé*.

 

Dans le début des années 2000, j’ai développé cette thèse, sans rien inventer, mais en  essayant de la généraliser, pour les sentiments par exemple, leur autonomie relative par rapport aux conditions antécédentes dans lesquelles ils sont nés,  et à partir desquels nous abordons les évènements, les informations etc.

 

De même pour les autres « objets » soumis à pensée.

 

Autre chose : il est juste d’aborder les débats sur le contenu des idées, leurs relations avec la « réalité extérieure indépendante de notre conscience » avec des mots qui rassemblent pour l’action de transformation en bonheur, en santé, quelle que soit l’opinion philosophique, religieuse etc. des interlocuteurs. Il est cependant  nécessaire de revenir aux mots les plus « exacts », ceux qui peuvent décrire le plus rationnellement possible la réalité**. En ce sens les termes « âme », « esprit », ne peuvent remplacer le terme « pensée » et ce qu’il représente en tant qu’activité individuelle et sociale, dans l’ontologie de son processus comme dans « l’état présent », celui qu’on observe à un moment donné.

 

Le concept « d’autonomie relative » cité en début d’article est de la plus grande importance. De lui dépend la compréhension d’un processus et de l’état présent d’un « objet » observé, car il permet de rejeter dans toutes nos actions à court et long terme, les idées fausses et mutilantes telles celle de l’automaticité du développement, celle d’immuabilité d’un état et celle de l’indépendance de la pensée de son support : le corps humain, la société, leurs relations générales dans le mouvement général de la nature observable.

 

Une leçon de la chose nous est donnée par Marx dans l’observation, la conceptualisation et la synthèse du mouvement de l’échange des marchandises. Dans  son introduction à la critique de l’économie politique du 29 août 1857 entre autre, l’observateur se trouve du côté de la vente, puis du côté de l’achat, puis du côté de la production, puis du côté de l’échange et de la distribution pour finalement voir le mouvement dans son ensemble, dans la synthèse de tous ces mouvements constituant de fait un mouvement unique dans sa diversité.

 

Cette leçon de chose est applicable à tout objet réel et d’étude et à tout mouvement particulier et à leur relation dialectique, leur interaction avec la constitution d’un mouvement d’ensemble de l’individu, de la société, de la nature, mouvement d’ensemble dont les antécédents constituent la causalité.  

 

Des antécédents constituent la causalité et le futur du mouvement particulier dans le mouvement d’ensemble n’est pas écrit d'avance et dépend en partie, mais seulement en partie de la conscience, de la volonté et de l’action humaine quand il s’agit précisément d’un mouvement de l’être social, même si les mouvements de l’être social peuvent modifier la nature et inter-réagir avec ces modifications de la nature opérée par l’activité de l’être social.

 

Je pose dont ici deux questions qu’on ne peut aborder sans le concept d’autonomie relative par rapport aux conditions matérielles antécédentes : 1) quelle est « la quantité et la qualité » de la « nécessité » et de la « liberté » dans l’évaluation des possibilités précédant un acte humain, y compris dans les capacités de décision en faisant partie ? 2) L’accumulation des concepts (des systèmes de concepts en mouvement) et des capacités, leur « condensation » dans une « miniaturisation-concentration » de ces concepts, à l’image de la révolution numérique par exemple,  a le même effet que la suraccumulation du capital dans une société qui prélève des richesses au passage de l’échange, et stérilise une partie de ces prélèvements produisant une dévalorisation de l’activité humaine. Quelle est donc « la quantité et la qualité » de transformations à opérer non seulement en matière d’économie en dernière instance, mais dans tous les domaines de l’activité humaine et le mouvement d’ensemble qu’ils constituent, sans oublier les différents points d’observation des différents mouvements et leur « résultante », à l’instar de l’observation de Marx sur la circulation des marchandises ?

 

Comme dit précédemment, ceci n’est pas un détail, ni une lubie d’intellectuel en mal de réflexion. C’est une condition sine qua non pour que l’action dite triviale, au quotidien, trouve issue, si tant est qu’une issue existe, autre question faisant partie de l’étude et l’action en santé sur le réel. Le passé historique de l’humanité nous donne de nombreux exemples de ces conditions de développement humain

 

L’accumulation des concepts et des capacités, leur « condensation » dans une « miniaturisation-concentration » de ces concepts a un autre effet comparable en « économie restreinte », et conduit à une massification d’un surproduit, à l’instar du surproduit de l’économie dans la grande industrie et à fortiori dans la grande industrie informationnalisée. Dans cette énorme marge de surproduit, en comparaison avec le surproduit paysan d’il y a quelques siècles par exemple, il est évident que l’autonomie relative des concepts s’accroit démesurément dans le même temps que se rigidifient des « lois-tendance » si tant est que les contradictions entre les besoins humains et leur développement prennent trop de distance entre eux. Il y a bien là une correspondance entre économie et processus social généralisé du fait qu’il s’agit non de deux activités indépendantes mais d’un même mouvement dans lequel économie et social n’ont qu’une autonomie relative, quelle que soit son degré.

 

On peut ajouter qu’un écart trop grand est arrêt de mouvement de même qu’une superposition totale, qui ne peut exister, mais dont on peut se rapprocher trop,  seraient mortels l’un et l’autre.

 

Il n’y pas plus grande « spiritualité », pour reprendre un terme de la philosophie nommée « idéaliste », c'est-à-dire croyant que la pensée fabrique stricto sensu la matière et son mouvement et non le contraire, pas plus grande « spiritualité » dis-je, que la mise en pratique de concepts de ce qu’on peut nommer « une économie généralisée », à l’instar de la relativité. Economie généralisée, c'est-à-dire subsistance « matérielle et morale » en santé, en processus de l’humanité, elle-même conscience de la nature sur elle-même. 

 

Causalité et téléologie (et non eschatologie utopique d’un mouvement, même si la volonté eschatologique intervient dans la téléologie d’un mouvement) « fonctionnent de concert » dans l’unité du mouvement social. « L’économie généralisée » requiert la vision « en miroir » du mouvement sur lui-même, c'est-à-dire la conscience de l’être social sur ses mouvements passés dans la perception d’un présent juste passé, et l’imagination empirique et scientifique des futurs possibles, dans le choix de ses mouvement futurs, leur élaboration anticipante, et les utopies opérationnelles qu’ils contiennent***.

 

Le concept d’économie généralisée a le même ordre d’importance et plus que celle de relativité généralisée. Il brisera par sa force toutes les barrières idéologiques placées en défense des barrières économiques et sociales placées par l’ordre ancien, ses gestionnaires et ses utilisateurs relativement bénéficiaires. « En se libérant les sujets producteurs des biens nécessaires à l’humanité libèrent la société entière »****.

 

Pierre Assante, 18 septembre 2014.

 

Notes :


  Dans un premier temps j’ai rédigé cet article en affirmant l’autonomie relative de tout objet dans la nature. Démarche tout à fait justifiée je crois, à la lumière des ultimes connaissances (bien qu’on en ait eu l’intuition empirique depuis des millénaires) en matière de génétique, du processus génétique en saut à travers les générations et en continu à travers l’individu, son environnement et son activité, (et en saut et continu en unité dans tout processus), de neurologie, de la pluridisciplinaire ergologie, de transmission socioculturelle, anthropologie, travail inducteur de l’humain, de philosophie matérialiste débarrassée d’un dogmatisme institutionnel qui avait malgré tout lui aussi ses intuitions, de l’unité-diversité du mouvement général, etc.

Les interprétations mécanistes de la nature une fois dépassées, de même que la transposition mécanique de propriété minérales, biologiques à la matière pensante, à la psychologie et à la sociologie, l’unité minéral-biologique-pensée dans un processus particulier d’un processus d’ensemble permet d’affirmer l’autonomie relative de tout objet dans la nature en contredisant de plus positivement  les interprétations d’ordre « biblique » de la nature.

Je suis cependant revenu à la seule formule de Marx pour attaquer cette réflexion car il n’est pas certain que l’on puisse élargir le concept d’autonomie relative à l’ensemble des objets de la nature et le rendre compréhensible sans ce passage par la compréhension de l’autonomie de nos représentations en mouvement en processus dans notre cerveau, notre être social. D’où l’utilité de cette note.

 

** Le langage poétique tente au contraire, je crois, d’utiliser et jouer avec les multiples couleurs, sonorités,  et significations superposées d’un mot et d’un complexe de mots, les réminiscences et projections qu’ils contiennent etc. Ce qui ne veut pas dire qu’un langage scientifique ne puisse pas être poétique.

 

*** "...C'est cet inéliminable moment d'apprentissage qui nous fait prendre nos distances par rapport au projet d'une "science de l'individuel". Mais pour arriver à ce constat, il faut pouvoir généraliser ce qu'on vient de suggérer à propos des situations de travail. Or nous croyons que le travail concentre particulièrement la question des rapports entre le concept et le singulier...."

Yves Schwartz,"Une science du sujet singulier est-elle possible ?". "Travail et Philosophie. Convocations mutuelles", p.225, OCTARES, 1994.

 

**** "...Pour Marx lui-même, l’économie était toujours le fondement matériel des formes (catégorielles) décisives de la vie humaine, de leur développement historique, dont l’expression la plus générale se concrétise réellement comme la généricité sortie du mutisme. Ses successeurs, en faisant de cette base universelle de l’être de l’homme une « science particulière », isolée de cet être, ne pouvaient découvrir dans ses contextes partiels que des applications aux activités de l’homme purement particulier, de sorte que même leur synthèse la plus totale ne pouvait pas dépasser cette particularité…..Puisque toute expression non strictement économique de la vie humaine…..se trouvait face à cette économie artificiellement isolée sous l’aspect d’une superstructure mécaniquement dépendante d’elle…..l’économie elle-même ne pouvait que perdre tout lien interne avec la généricité humaine…."

 Lukács 1971, « Prolégomènes à l’ontologie de l’être social », p.308, Ed. Delga, 2009

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et philosophie
commenter cet article
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 21:28

CONGRES 2013 02 08 005 (11)au Conseil National du PCF du 19 septembre 2014

Yves DIMICOLI

 

INTERVENTION AU CN DU 19/09/2014

 

Le discours de Pierre à La Rochelle et sa forte initiative politique à la fête de l' Huma ouvrent une nouvelle phase, plus propice à la construction d'un large rassemblement pour une alternative de progrès à gauche.

 

Il y a des possibilités nouvelles pour avancer en ce sens, malgré les difficultés considérables.

 

Au plan politique, c'est, dans le PS, l'enkystement des désaccords sur la politique économique ; c'est aussi l'ancrage des verts dans l'opposition à Vals II.

 

Au plan social, c'est, face au MEDEF, la montée de l'exaspération  syndicale, malgré les efforts d'intégration au pacte de responsabilité qui baisse le coût du travail.

 

Au plan économique, c'est l'échec du pari de Hollande que l'Allemagne jouerait le rôle de locomotive européenne alors que sa croissance a été négative au deuxième trimestre, tandis que la France stagne et que l’Europe est au bord de la déflation.

 

La situation est devenue si grave en zone euro que la BCEa été contrainte de baisser son taux d'intérêt directeur à presque 0 % et d'injecter encore plus de monnaie. Ainsi, les banques se refinancent à un coût réel (défalcation faite du taux d'inflation) négatif, inférieur à celui des États-Unis.

 

Du coup, l'euro s'affaiblit et les dirigeants s'en réjouissent, malgré l'impératif fondateur d'« euro fort ». Cela sonne comme un désaveu des politiques conduites en son nom. Mais c'est aussi la  confirmation éclatante que la BCE peut bouger sous le poids des nécessités et des luttes.

 

Certes, la façon dont elle le fait va conduire à de nouvelles difficultés.

 

En effet, elle a baissé son taux directeur et injecte plus de monnaie, mais sans sélectivité. Cela va favoriser les profits bancaires, la finance, la spéculation, sans déverrouiller le crédit pour des investissements réels créateurs d'emplois. Pire, la BCE va pousser la titrisation des créances qui a pourtant conduit à la « crise des subprimes » aux États-Unis!

 

D'où deux grands défis.

 

Premier défi : Contre la déflation, il faut des politiques expansives stimulant la demande et redressant l' efficacité de l' offre. Cela exige d'augmenter les revenus salariaux et d'engager un vaste effort de formation pour accroître les qualifications. Et, au lieu du pacte de stabilité, il faut relancer tous les services publics, pour répondre aux besoins, redresser la production et absorber sa progression.

 

Deuxième défi : il faut réorienter la BCEet le crédit bancaire. Nous avons raison de dire qu'il faut « une nouvelle loi bancaire». Mais comment y arriver sans chercher à rassembler pour transformer la BCEet les relations banques/entreprises ?

 

Soyons précis et pugnaces sur nos propositions économiques pour alimenter, à la base et au sommet, le débat sur le contenu d'un programme de redressement national.

 

Je veux insister sur trois grandes propositions à populariser.

 

UN : Le financement direct par la BCEd'une expansion de tous les services publics, via un Fonds social, solidaire et écologique de développement européen ;

 

DEUX : Il faut que la création monétaire de la BCEsoit relayée par les banques, notamment la BPI. Répétonssans relâche que cela exige de nouvelles règles du crédit pour les investissements : plus ceux-ci programmeraient d'emplois et de formations correctement rémunérés et plus le taux du crédit, pour les financer, serait abaissé jusqu'à zéro, voire moins. Répétons sans relâche que, sans ce conditionnement pro-emploi dés leur financement, les investissements, aujourd'hui très économes en travail avec les nouvelles technologies, accroissent le chômage et l'insuffisance de la demande. Ce nouveau crédit est nécessaire, avec une réforme fiscale, pour faire reculer le coût du capital et engager une relance sociale.

 

TROIS : Il faut de nouveaux droits et pouvoirs des salariés dans les entreprises pour sécuriser l'emploi, la formation, le revenu, promouvoir une démocratie économique et sociale pour une République vraiment nouvelle.

 

Plus, par nos initiatives, nous stimulerons un dialogue étendu à gauche contre l'austérité et plus, pour qu'il permette un rassemblement efficace, il nous faudra pousser le débat sur les solutions avec des propositions économiques précises  développées dans l'action populaire. D'accord avec les « 1000 débats » proposés, mais pour organiser 1000 initiatives d'action, sur les banques notamment. Sinon, le dialogue accouchera d'un replâtrage des illusions à gauche. Et incitons tous les communistes à se former sur ces questions, trop peu traitées à l'université d'été, car il faut qu'ils gagnent en confiance pour les affronter.

 

l'intervention d'Yves Dimicoli: YD_intervCN_190914

l'intervention de Nicolas Marchand: NM_intervCN2014_09_19

le rapport, le compte-rendu de la discussion et le relevé de décisions, sur le site du PCF:http://www.pcf.fr/59059


ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 20:56
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 08:55

Progressistes n°5 juillet-août-septembre"...L'industrie à venir, c'est à dire là où se crée la valeur, sera structurée par la révolution numérique. l'ampleur de ces changements conduit l'industrie à s'organiser au plan mondial par domaines d'activités (aéronautique, informatique, construction navale, finance...) alors que l'organisation politique et culturelle de la planète est territoriale. Il y a matière à réflexion pour le mouvement révolutionnaire..." Yvan Lavallée, Progressistes N° 5. (suite sur le lien)

Une citation et la réduction qu'elle induit peut faire confusion. Dans cette citation, je ne pense pas qu'il y ait antagonisme entre l'organisation mondiale, activités de la personne et activités d'entités formées historiquement ou en formation à venir, la France par exemple, notée dans le bel article complet d'Yvan et tout le dossier "Révolution Numérique". Si antagonisme il y a aujourd'hui, il tient essentiellement au mode de production actuel. Ce qui ne veut pas dire que l'organisation du monde doit être figée, mais que soient en cohérence interne la personne, l'entité micro et l'entité macro, dans leur développement et leur activité. Travail créatif, Pain, Paix et Liberté... Ce qui est antagonique avec la visée énnoncée par Angela Merkel qui déclarait : " la démocratie doit être conforme au marché..."....(P.A.)

 

LIRE la suite :

 

 

ici

http://pierreassante.fr/dossier/PROGRESSISTES_N_5.pdf

(Le N° entier et son dossier sur la révolution numérique sur le site de progressisteS, pour moi, une suite indispensable au chapitre sur la grande industrie du Capital de Marx...P.A.)

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans ECONOMIE ET POLITIQUE
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche