Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 20:41

18441 Le rapport à l’égard de la femme...

2 Chacun de tes rapports à l’homme –et à la nature- devra être une manifestation déterminée...

  

C’est dans le rapport à l’égard de la femme, proie et servante de la volupté collective, que s’exprime l’infinie dégradation dans laquelle se trouve L’homme vis-à-vis de lui-même….

….Le rapport  immédiat, naturel, nécessaire, de l’homme [générique : au sens de genre humain] à l’homme [générique, idem] se confond avec le rapport de l’homme à la femme…

….Dans ce rapport apparaît donc de façon sensible, comme un fait concret, à quel point l’essence humaine est devenue naturelle pour l’homme [générique, idem], à quel point la nature est devenue l’essence humaine de l’homme….

….En partant de ce rapport, on peut donc juger du niveau culturel de l’homme…..

…..Le rapport de l’homme à la femme est le rapport le plus naturel de l’homme à l’homme…..

…..Dans ce rapport, apparaît aussi  dans quelle mesure le besoin de l’homme est devenu un besoin humain, donc dans quelle mesure l’autre homme en tant que tel est devenu  un besoin pour l’homme, dans quelle mesure l’homme dans son existence la plus individuelle est devenu en même temps un être social….

........

« Si tu supposes que l’homme [générique, idem] devient humain et que son rapport au monde devient un rapport humain, tu ne peux échanger que l’amour contre l’amour, la confiance contre la confiance, etc. Si tu veux jouir de l’art, il te faudra être un homme ayant une culture artistique ; si tu veux exercer  de l’influence sur d’autres hommes, il te faudra être un homme pouvant agir d’une manière réellement incitative et stimulante sur les autres hommes. Chacun de tes rapports à l’homme –et à la nature- devra être une manifestation déterminée, répondant à l’objet de ta volonté, de ta vie individuelle réelle. Si tu aimes sans susciter l’amour réciproque, c'est-à-dire si ton amour, en tant qu’amour, ne suscite pas l’amour réciproque, si par ta manifestation vitale en tant qu’homme aimant tu ne te transformes pas en homme aimé, ton amour est impuissant et c’est un malheur »

 Karl. Marx, 1844.......

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans PHILOSOPHIE
commenter cet article
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 08:31

SCHWARTZ 1988La chaîne et la trame du tissage social

La trace de la main et l’objet herminette du néolithique.

Sur « EspaceS Marx », 10 décembre 2006, par  Pierre Assante

  

"La dévalorisation du travail gagne à ce point du terrain et fait le lit d’une sorte de coup d’état que nous préparerait autoritairement ou en douceur les prochaines élections présidentielles dont la candidature de Nicolas Sarkozy est un révélateur puissant. Et à laquelle il nous faut répondre, chacun à notre façon, en fonction de nos propres activités."

Décembre 2006.

 

Le texte complet :

Une contribution pour mettre l’accent sur la relation entre l’effet de réseau humain et la complexité du travail

J’utilise dans ce texte la métaphore développée par Yves Schwartz sur le travail sur métier à tisser : la trame constituant la norme de l’activité et la chaîne l’activité à partir de la norme. En imaginant l’évolution de la norme elle-même et bien sûr les variations, la créativité de l’activité à partir de la norme elle-même en mouvement.

"C’est en découvrant l’anatomie de l’homme que nous comprenons celle du singe" dit approximativement (je résume !) Marx. C’est-à-dire que dans le phénomène ultérieur, plus avancé, que l’on vit, nous pouvons comprendre les phénomènes précédents et éclairer en retour les possibles du devenir. « C’est en voyant le fonctionnement du capital que nous pouvons comprendre la rente foncière », dit-il. Les bifurcations de la société, comme leurs résultats sur notre mode de pensée, nous les considérons comme des phénomènes éternels (phénomènes physiques de longue durée comme le lever du soleil chaque matin) ou au contraire que tout peut être changé d’un claquement de doigts parce que nous l’avons voulu ainsi.

Le rôle de la propriété, il nous faut la comprendre dans ses manifestations d’aujourd’hui pour comprendre quel rôle elle a joué dans le développement de la société. Il ne s’agit pas seulement de la propriété des grands moyens de production, mais de l’usage de tout ce que l’espèce humaine produit (production-échange). C’est le choix de l’usage des objets produits qui fait de la propriété une richesse sociale ou un handicap social. Marx souligne le rôle positif de la richesse, il ne la condamne pas. Il s’en prend à la propriété, non à la richesse, il souligne qu’échange est production, production et rapports sociaux, essence de l’humain.

La dévalorisation du travail gagne à ce point du terrain et fait le lit d’une sorte de coup d’état que nous préparerait autoritairement ou en douceur les prochaines élections présidentielles dont la candidature de Nicolas Sarkozy est un révélateur puissant. Et à laquelle il nous faut répondre, chacun à notre façon, en fonction de nos propres activités.

La réponse de Revuz Trémolières (Travail et Ergologie, Y. Schwartz et Louis Durrive, Collectif, Editions Octarès) sur la question de nécessité (besoin) et désir sur la question du travail répond à ce détournement des travaux de recherche des ergologues qui a gagné y compris partiellement des organisations ouvrières.

Je regrette de ne pas avoir assez insisté jusqu’à présent sur cet aspect de réponse à la question du désir, question juste et sérieuse mais aussi tarte à la crème facile et qui répond tout à fait aux besoins d’un patronat et d’un Etat qui réorganise le travail en fixant, figeant des hiérarchies sociales dans la pratique du travail et dans les têtes (et l’encadrement et les salaires), qui normalise cette pensée (le consommateur libre et le producteur soumis) dans le vécu au travail et dans toute l’activité.

La trame, de plus en plus, les pouvoirs concrets et abstraits du patronat et de l’Etat nous en imposent la forme parce qu’ils possèdent les techniques pour les construire avec nous à notre corps défendant. Ce n’est pas nouveau, mais c’est tellement plus efficace et terriblement plus efficace pour leurs choix qu’il fut un temps. Nous lisons chaque jour ou entendons des déclarations de ce patronat et de cet Etat dénonçant la précarité ou l’insuffisance de la recherche dans le même temps où ils retirent les moyens d’y remédier et créent ceux de les aggraver.

L’évolution du capitalisme, son affranchissement des forces « physiques » humaines, de la dextérité « artisanale » et de la parcellisation de la conceptualisation de la production ont libéré un temps les forces productives. Mais cet « affranchissement » a aussi libéré le pouvoir du capitalisme du contrôle et de l’initiative du producteur-consommateur, il a libéré le capital de la production ou du moins d’un lien immédiat avec la production qui évitait de couper celle-ci des moyens qui la permettent, ce qui est la raison d’une crise qui va s’accélérer, s’amplifier. On ne peut laisser aller les choses sous peine d’un effondrement social. Cette crise doit être l’occasion de construire une alternative à un mode de production entré en contradiction violente avec lui-même.

La question des grands moyens de production : peut-on tolérer qu’un premier ministre de gauche, par rapport aux licenciements de Michelin réponde « qu’un Etat ne peut pas tout », ce qui est en un sens, partiellement, vrai, mais qu’il considère que cette affirmation comme une réponse a refermé la question et n’a pas été sans conséquence sur la suite des évènements. Ce type de comportement ouvre la voie à la même réponse à toutes les autres questions sur l’équilibre « naturel » et « social » (qui sont la même chose) de la planète.

La question des grands moyens de production, oui, mais pas seulement. L’humanité, la personne humaine ne peut échapper à un questionnement sur la propriété. Y renoncer par opportunisme ne comporte pas moins de danger que la politique dite de « partageux ». Se cacher le visage devant la réalité qu’est la propriété au XXI° siècle ne nous éclaire pas sur cette trace de la main, son rôle, son usage, son essence. Les réformes de l’enseignement ont d’ailleurs buté sur l’opposition du concept d’usage, oppositions doublement conservatrices des réformateurs mal intentionnés comme des défenseurs du système éducatif et de ses acquis positifs qui campent sur ces acquis. Il y a un lien essentiellement fort entre cette trace de main et l’enseignement, détourné par les promoteurs-« simplificateurs » du « nouvel apprentissage » ou des « socles » scolaires.

Dans l’action quotidienne, le travail quotidien, l’action sociale et revendicative... il y a la réponse à ces questions à condition qu’elle soit liée à cette vision que l’humain est en une seule réalité « quotidien, mimétique, et poïétique » (Henri Lebebvre), sans mutilation d’une part de cette réalité. Les « simplificateurs » qui trouvent leur intérêt à courte vue à cette simplification sont au pouvoir. « Donner tout le pouvoir à l’activité humaine », est-il suffisamment complexe pour illustrer ou exprimer une volonté de remède à la maladie ? Certainement pas. Mais partir de là pour remplir en commun le contenant de cette formule (Jaurès disait qu’il faut se méfier des formules), sans doute. Mon réseau d’aiguilles aimantées achève son mouvement par un retour au même équilibre, comme le dit justement Janine Guespin. Seule une action sur le dispositif peut le transformer et une action consciente (collective en ce qui concerne la société) peut le transformer pour atteindre un but particulier. Action consciente du réseau sur lui-même.

Pierre Assante

Marseille, le mardi 5 décembre 2006

 

Autres articles sur « EspaceS Marx »,   

Articles de cet auteur)

·                                 La chaîne et la trame du tissage social

·                                 le capitalisme comme rapport social

·                                 Marx, Saint-Augustin, Héraclite & les autres : tentative de définition de l’atelier L

·                                 Du clan à la Cité, la genèse du travail et les diverses étapes du « retour d’actes »

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et philosophie
commenter cet article
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 08:30

HUMA pacte Sarkozy MerckelLa formation au cœur de la contradiction capital-travail :

Réflexion de Jean-Michel Borriello

Membre de l’Exécutif départemental du PCF 13 En charge des questions économiques

13 janvier 2011

 

Pour rebondir sur le texte de Pierre Bachman, une petite réflexion pour ajouter au débat à partir d’une proposition de N. Mansouri.

« L’activité économique est inséparable des relations sociales qu’elle contribue à structurer ; ces relations constituent l’espace de la formation et de l’expression des besoins évolutifs des êtres humains en société ; elle ne peut, in fine, trouver de sens que dans leur satisfaction ; répondre à ces besoins nécessite d’améliorer la capacité d’offre de l’économie nationale, de régénérer en permanence et de développer le potentiel de créativité et d’efficacité du système productif. Ceci présume la maîtrise et l’évolution constante et coordonnée des technologies, c’est-à-dire des processus complexes associant ceux qui conçoivent les équipements, ceux qui en organisent l’usage et ceux qui les mettent en œuvre ». N. Mansouri(1)

La désindustrialisation, loin d’être simplement une nouvelle répartition territoriale de la production entraînant une nouvelle spécialisation suivant les pays en fonction de leur niveau de développement, pose in fine la question de « l’expression des besoins évolutifs des être humains en société …et de leurs satisfactions ». Si cela présume pour y arriver, « la maîtrise des processus complexes associant ceux qui conçoivent…ceux qui organisent…et ceux qui mettent en œuvre », la désindustrialisation pose alors la question de la capacité d’une population d’un territoire donné à se projeter, à décider de son avenir.

Quel rapport avec la formation et l’éducation ?

Si « l’activité économique est inséparable des relations sociales qu’elle contribue à structurer », alors une société désindustrialisée, c’est-à-dire avec un système productif tronqué, incapable de régénérer en permanence sa créativité, ne contribuera à structurer que des relations sociales tronquées.

Il ne faut pas alors s’étonner si, comme le fait remarquer P. Bachman, l’employabilité devient le concept récurrent de la réflexion socio-économique depuis une vingtaine d’années dans les pays développés : être employable, ce n’est pas maîtriser des processus complexes afin de satisfaire des besoins humains exprimés. C’est accepter de tronquer une partie de ses capacités, de la même manière que depuis une vingtaine d’années le capitalisme libéral des pays développés a décidé de tronquer les capacités d’offre économique des territoires de ces même pays.

Il est évident qu’il existe un lien entre la perte de maîtrise démocratique sur l’avenir économique et productif d’un territoire et la transformation de la formation et de l’éducation au sens large en « employabilité ».

Il ne faut donc pas s’étonner si la désindustrialisation des vingt dernière années s’est accompagnée d’une baisse du taux de la participation financière des entreprises à la formation continue : la tertiarisation de l’économie semble aller de pair avec une moindre possibilité d’accéder à une formation tout au long de la carrière pour un part de plus en plus grande des salariés.

Sans la conservation sur un territoire donné d’une offre économique répondant aux besoins de la population, il sera difficile de mettre en place un système de formation et d’éducation répondant à la fois à l’exigence d’élévation des connaissances pour une participation citoyenne accrue tout en contribuant à « développer le potentialité…d’efficacité du système productif ».

Jean-Michel Borriello

(1) Dynamiser l’investissement productif en France, rapport du CES, Paris 2008.

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans ECONOMIE ET POLITIQUE
commenter cet article
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 07:04

Le texte ci-dessous, a été envoyé sous forme de correspondance à un ami qui l’a mis amicalement sur son blog.

 

Compte tenu des aléas d’un développement historique, d’un processus social a multiples bifurcations, j’ai fait de cette correspondance interrogation, un article récit conte sur ce blog.

 

CAC 40 12août 2011Les ouvriers de la 11° heure et leurs illusions dans leurs propres mensonges (1) :

 

Il est tout à fait probable que le CAC 40 se stabilise et oscille entre 3000 et 3500. Il reviendrait ainsi à la réalité de la dernière crise dite financière.

 

La bourse n'est pas un indicateur direct de l'économie, de la production réelle, mais elle peut les refléter de loin (2).

 

Si l'on établit une moyenne entre deux extrémités d'un cycle, entre deux bas de la courbe des valeurs en bourse, on s'approche d'un indice de l'activité réelle, concrète de la production, étant donné que les hauts au contraire reflètent les gonflement des bulles spéculatives.

 

Et comme le capital vit à crédit sur la croissance, s'il n'y a plus de croissance, l'indice se stabilise lui aussi, malgré les grandes peurs telle que celle qui vient de se produire et qui a rétabli l'indice.... jusqu'à ce que cette "immobilité" précipite finalement la chute du mouvement productif et par là même des possibilités de spéculation.

 

L'amusant est qu'ils croient avoir redressé la situation financière par leurs recettes, alors que la bourse peut se stabiliser momentanément "d'elle même", au moment particulier de la crise, et alors qu'ils poursuivent l'effet souterrain massif de leurs choix économiques et politiques en grand, bien au-delà des recettes pansements du moment..

 

Évidemment, s'il y a décroissance de la production, la bourse et ses indices le reflèteront. Pour le moment la croissance de la productivité a compensé à peu près les pertes relatives de profit, mais les drainages vers la spéculation du formidable excédent dû à cette productivité jusqu'à présent auront leurs limites. C'est ce qui a permis de contrebalancer le gâchis spéculatif du travail. A contrario, la contradiction entre la progression des techniques, des capacités productives "matérielles et morales" ne peut que s'accroître et exploser littéralement.

 

A combien peut-on chiffrer la destruction du travail réel de l'humanité, c'est à dire du travail des salariés, en premier lieu celui des producteurs directs des biens matériels ? 50% du produit général?

 

On est encore loin de répondre à la crise par ce fondement central : le travail. Pour le capital, la force de travail étant une marchandise, ce n'est pas sa propriété qui l'intéresse, c'est à dire pas le métier et son produit, mais sa valeur marchande et la possibilité d'en tirer le plus grand profit. C'est à dire être indifférent à la valeur d'usage du travail, indifférence dont il s'étonne de voir qu'elle gagne les producteurs eux même en crise de reconnaissance de leur valeur non marchande et de leur produit concret.

 

Les solutions pour la dernière crise dite financière ont consisté à injecter du sang (capital) au-delà du garrot relatif qui stoppait relativement la circulation. Cette fois-ci le capital veut en plus desserrer le garrot comme en Grèce, en accroissant l'austérité....! Certains en tireront profit, comme le mauvais médecin de la maladie, mais en tuant le marché faute de consommateurs, il ne leur restera plus qu'un marché d'Etat oppressif et dangereux (celui des armes par exemple, mais pas seulement) qui immobilisera la société jusqu'à une explosion en avant des garrots et du garrot "général", des garrots généraux, c'est à dire aussi les garrots politiques et moraux.

 

Ce scénario n'est évidemment pas sûr, heureusement, car à la différence du physique ou du biologique, la société humaine possède une pensée et une conscience que la crise fait grandir et dont les décisions et les actes peuvent transformer les normes, situations, antécédentes pour créer du nouveau, un novum comme dirait le philosophe.

 

C'est dans l'aplatissement de la courbe de la productivité du travail, non dans un secteur, mais sur la production mondiale et sa descente que se manifestera, si le mouvement populaire n'a pas trouvé la voie de l'action unie sur des objectifs autres que fantaisistes et menteurs des majorités politiques d'aujourd'hui, c'est dans cet indice qu'apparaîtra la réalité d'une crise demandant intervention urgente, indispensable sous peine de mort sociale.

 

Moi, je suis plutôt optimiste. Le mouvement social dans le monde, ce n'est pas le calme plat, surtout cet été...!!! Des 4 août et des 10 août nouveaux styles, nouvelle réalité, sont en préparation dans un avenir pas très lointain et partout dans le monde, même si géographiquement il y a des centres "névralgiques" et des entrecroisements au-delà, par dessus les zones, les frontières que le capital lui-même contribue à abolir pour lui ( les restrictions de liberté qu'il développe n'empêchent pas les personnes humaines d'exister et de communiquer et d'agir en commun). Pas sans douleurs bien sûr pour nous et pour la société, mais ces douleurs seront bien moins grandes qu'un effondrement social.

 

Bon je crois que je joue un peu beaucoup aux augures, mauvais et bons. Mais si les augures ne servent à rien, imaginer et réfléchir peut être utile. Réfléchissons

 

Pierre Assante, 12 août 2011

 

Note rétrospective : L’interrogation au point « pontuel » où en est la crise dite boursière et financière, qui découle en fait d’un long processus de suraccumulation dévalorisation du capital auquel celui-ci a cherché remède-profit de valorisation dans une spéculation que le développement technique, humain accéléré et multiplé des forces productives permettait, cette interrogation est celle-ci :

 

A quel moment l’accumulation dévalorisation du capital, de la spéculation, du complexe propre aux phénomènes boursiers, de l’appauvrissement relatif ou absolu, de l’arrêt-ralentissement relatif ou absolu du processus des échanges dans le capitalisme mondialement informationnalisé, à quel moment tous ces phénomènes peuvent aboutir ou non à une « masse critique » exigeant une transformation qualitative du mode de production incontournable ; dans un processus d’initiatives, de « palliers », avec des moments particuliers propulsant ce processus.

 

On ne répond pas à cette question en un moment mais en observant le processus sous nos yeux et en tentant d’agir sur lui pour permettre cette transformation salvatrice non d’un mode de production obsolète, mais de l’échange humain de la production de l’activité.

 

C’est à ce prix, seulement que peut être lue cette interrogation : où vont les bourses mondiales dans l’immédiat. Il est en partie inutile, en partie nécessaire à la compréhension d’imaginer des scénarios sur une base des connaissances économiques, allant d’une dégradation progressive avec des remontées temporaires, ou des crises nouvelles aux caractéristiques encore « inédites », dramatiques mais exigeant cette nécessaire transformation. C’est sur cette dégradation progressive que portait ce conte récit, que j’aurais dû m’abstenir de faire etplutôt poursuivre attentivement l’observation du processus en cours pour agir.

 

Pierre Assante, 20 août 2011

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans ECONOMIE ET POLITIQUE
commenter cet article
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 11:27

-Le Cahier rédigé par Catherine Mills et publié par “Economie et politique” donne un certain nombre de clefs de ces bases originelles sur lesquelles les phénomènes économiques actuels se développent. Ils sont publiés sur ce blog avec son autorisation et accompagnés du bulletin d’abonnement à la revue.

-L’économie est déterminante “en dernière instance”. Pour faire une métaphore simpliste, mais parlante, que peut le cuisinier possesseur de la plus grande culture gastronomique qui soit si le frigo ou la dépense sont vides ?

-Un certain nombre de lois tendances et de formules simples dont l’étude et la connaissance s’approfondissent avec la transformation de la société, gardent les bases originelles du mode de production en cours, le système capitaliste. Leur connaissance est nécessaire pour comprendre la crise, ses causes et ses effets, particulièrement aujourd’hui.

-Par rapport à l’acquis pratique et théorique, à l’organisation et à l’action du salariat révolutionnaire, de son centre qui produit les biens matériels au quotidien,  dans le moment possible d’un saut du mode de production mondial, ces éléments et l’effort de leur  connaissance (il n’y a pas de science infuse) sont d’une actualité brûlante. Particulièrement le chapitre III. Mais les autres sont nécessaires pour y accéder.

Pierre Assante, 12 août 2011

Copie de ECO&PO UNE JUIN2011Les Cahiers

d’Économie et Politique

Revue marxiste d’économie

Bulletin d'abonnement à Eco&Po

http://www.pierreassante.fr/dossier/eco_et_po_abonnement.pdf

Le cahier dans son intégralité : ici

 

Formation à  l’économie politique critique de Marx

Catherine Mills

I. La marchandise, ses contradictions et la théorie de sa valeur chez Marx

II. La production marchande capitaliste, la force de travail, la plus value

III. La baisse tendancielle du taux de profit, les contre-tendances, la suraccumulation du capital

Prix : 3 €

http://www.pierreassante.fr/dossier/Lecons_Catherine_Mills_revue_Economie_et_Politique.pdf



Repost 0
Published by Pierre Assante - dans ECONOMIE ET POLITIQUE
commenter cet article
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 06:09

Rodolfo Ricci« La poussée propulsive du capitalisme est finie. Phénoménologie de la crise du saut possible »

La spinta propulsiva del capitalismo è finita. Fenomenologia della crisi e del possibile passaggio.

 

Cet essai nous vient d'Italie.

Il traite des évènements économiques et politique à la lumière de l'expérience des militants Italiens face à la crise, à la politique dite de Berlusconi, à la prétention du patronat italien, de la technocratie des orientations et décisions européennes dans la crise, en un mot du capital national et international,  de s'opposer à la montée d'une volonté de changement réel, de le substituer par un gouvernement dit technique sur la base d'une politique d'austérité échappant totalement aux institutions, au contrôle démocratique, à la personne en tant que producteur et consommateur, etc....

A lire pour ceux qui le peuvent en italien, pour comparer les analyses d'un pays à l'autre, mais pas seulement : il s'agit là d'une recherche personnelle d'un militant pour le débat et la réflexion commune, et pour nous enrichir mutuellement de nos différences et de nos convergences.

Pierre Assante, 13 août 2011

 

La spinta propulsiva del capitalismo è finita. Fenomenologia della crisi e del possibile passagio

« La poussée propulsive du capitalisme est finie. Phénoménologie de la crise du saut possible »

di Rodolfo Ricci

 

 L’affannosa discussione agostana sui turbinii delle borse mondiali intorno al vacillare dei debiti sovrani (cioè degli Stati in quanto istituzioni), di fronte al mercato globalizzato della finanza, è penosa.

Si approccia il problema, generalmente, come scarsa capacità degli Stati di assecondare la fiducia dei mercati, ovvero, per la condizione transitoria, degli investitori (che sono milioni di individui gestiti dai fondi di investimento riconducibili a poche mani), nella loro funzione di risparmiatori.

Dall’altra parte, abbiamo altri milioni di individui. Questa volta, nella funzione di produttori, che, a causa della crisi, restano disoccupati o, ove si tratti di imprenditori, rischiano di fallire miseramente.

Poi, vi sono i consumatori, sempre meno entusiasticamente predisposti all’acquisto, a causa del vizioso rapporto tra reddito disponibile e capacità di consumo, ovvero del potere di acquisto, ridotto ai minimi termini.

Risparmiatori, produttori, consumatori. Tutti in lotta l’uno contro l’altro.

Ma quegli individui, quelle persone, sono le stesse: di volta in volta inquadrati dall’obiettivo del risparmio, della produzione, del consumo. Una specie di santa trinità intristita dalla crisi.

Si cerca di spostare l’attenzione sulla possibilità che la competitività di sistema-paese cresca a discapito di altri, affinchè i medesimi individui possano rafforzare allo stesso tempo la loro triplice funzione di risparmiatori, produttori e consumatori, facendone pagare dazio ad altri risparmiatori, produttori e consumatori di paesi meno scaltri o attrezzati. Si ipotizzano misure che generalmente prevedono l’abbassamento degli standard di welfare. Del tutto illogico che un paese diventi più competitivo allorchè si riducano i servizi sanitari, scolastici ed educativi, ecc. ecc.

Inoltre, di questi paesi meno scaltri, ve ne sono sempre meno a disposizione (visto anche che hanno, a loro volta, sperimentato il gioco in largo anticipo), quindi la partita diventa sempre più interna, giocata, per così dire, in casa. Dentro i confini storici del capitalismo. E la partita comincia a far emergere la coscienza che il sistema ha limiti strutturali. Ogni sistema è infatti finito. Come la scienza e la logica ci hanno insegnato da tempo. Quando non vi sono più frontiere esterne da conquistare e da superare, ci si deve fermare ad un presente contestuale.

Qui ed ora si devono fare i conti.....

.......Suite sur le site d'EMIGRAZIONENOTIZIE :  ici

http://www.emigrazione-notizie.org/articles.asp?id=459

 

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Philosophie et politique
commenter cet article
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 06:00

KKEContribution de Pierre Assante

Par Assante Pierre

Le 19 mars 2008

Section du 8ème arr. de Marseille


Fédération des Bouches du Rhône

 

Dans un objet, la société par exemple, où à certains moments historiques des forces se neutralisent par l’incohérence de leurs mouvements multiples, désordonnés et opposés, une petite force cohérente peut donner un sens, une direction au mouvement.

Un bon ou un mauvais sens.

Ce n’est pas nous qui le disons mais feu Prigogine, le chercheur-philosophe de talent connu internationalement, et pas pour des raisons médiatiques.

Mais bien sûr une force grande cohérente ou une force petite et incohérente ça existe aussi.

Quand toutes les forces sont incohérentes, il est difficile de savoir où va le mouvement.

Choisir un sens, c’est le mouvement essentiel de la vie humaine, de l’individu et de l’espèce en tant que corps humain et corps social

La démocratie ce n’est pas l’incohérence et la cohérence demande la démocratie dans toutes les activités de la vie, le travail et la production entre autres, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Pierre Assante

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Philosophie et politique
commenter cet article
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 16:47

KKELe but de cette intervention ecrite :

 

       1)       proposer un texte court bien que « concentré » pour éviter une longue intervention orale dans le cadre des propositions d’activité faites par le PCF et le FdG pour la période à venir et déjà entamée.

 

        2)       Intervention donc  pour mettre en relief que :

         a)         Il n’est pas possible de comprendre l’essence de la crise et pas seulement voir son aspect superficiel, sans les notions de bases telles que « la marchandise », le « taux de profit », la « composition organique du capital » (Capital constant, capital variable…), « la baisse tendancielle du taux de profit », « l’augmentation de la masse du profit », «  la suraccumulation dévalorisation du capital », etc….

b)         Ces notions ne se suffisent pas en elles-mêmes, elles doivent être mises en relation avec la totalité, l’unité de l’activité humaine en relation avec la nature dont elle fait partie, mais sont indispensables pour tenter de comprendre. Ces notions ne sont pas non plus incompréhensibles à condition de ne pas en rester à celles-ci telles que présentées ici, il suffit d’un petit effort d’apprentissage, de préférence collectif.  il n’y a pas de science infuse pour les militants ni pour personne.

c)         A partir de là, souligner le rôle du travail et le thème du travail car c’est à travers lui qu’on répond à toutes les questions essentielles sensibles des salariés et de la population en général. L’horizon positif et négatif que représente le travail dans les esprits (aspirations et espérances confuses et diffuses) et la réalité quotidienne susceptible de motiver l’action sociale.

Et souligner à partir de quelle réalité de l’échange actuelle il serait possible de transformer le mode de production et à partir de quelle perspective de civilisation, (la généralisation de la recherche) peut être entamée un processus nouveau de l’humanisation. Qui n’avance pas, ne se développe pas, meurt, la personne comme l’humanité.

 

Tableau de l'échangeBourse, crise, travail, élections, manifestations….

 

I) Nicolas Sarkozy et son collectif se sont emparés de la présidence et des assemblées sur le thème du travail, thème bien sûr mis au service du capital.

 

C’est autour de ce thème, à travers ce thème que doivent être abordées toutes les questions de société, à travers les besoins de la personne comme être social.

 

La réappropriation du travail, de l’activité humaine par la personne, dans la cohérence et la diversité sociales, c’est cela aborder la question centrale de civilisation qui émerge dans notre période historique.

 

Les mesures économico sociales qui peuvent garantir une sortie de crise (1), sont un outil de cohérence et de croissance de qualité. Elles ne seront mises en œuvre que par cette conscience de chaque salarié et acteur social aux côtés des salariés, du rôle qu’il joue dans la société, de sa reconnaissance salariale et morale, en libérant l’initiative du carcan du profit capitaliste et de l’aliénation qui en est le cœur (3) : le producteur est privé des fruits de sa production et par conséquent sa production ne lui apparaît plus concrètement dans le capitalisme mondialement informationnalisé et sa division et parcellisation sans liens apparents et sans limites du travail. L’abstraction du travail, sous toutes ses formes, et dans tous les sens, est à son comble.

 

Manifestations, élections, mouvements populaires ne peuvent trouver d’issue qu’à travers une relation avec cette question du travail et de l’aspiration à une reconnaissance sociale, à double sens, question à laquelle le capital ne peut répondre (3).

 

II) Dans le contexte actuel, qui peut nier la crise de la valeur ?

 

Crise de la valeur d’usage à travers celle de la valeur d’échange marchand.

Et de la valeur d’usage première, celle de la capacité d’activité, de TRAVAIL.

 

Aux travailleurs sérieux de la science, j’adresse cette remarque :

Par rapport à l’acquis pratique et théorique du salariat révolutionnaire, dans le moment possible d’un saut du mode de production mondial, 2 éléments à l’ordre du jour qui déterminent l’action immédiate dans la perspective de l’avenir :

 

1)       Les MOYENS d’échange. Il ne s’agit pas de revenir au troc pour l’échange du travail enfin non aliéné. L’accélération de la conscience que fait naître la crise peut permettre des utilisations nouvelles des moyens d’échange existants qui développent les forces productives. Ces utilisations nouvelles commenceraient à la fois à tendre « à s’opposer » à et « à accroître » la contradiction de la suraccumulation capitaliste et ses effets (blocage des techniques et des cultures en développement, régression croissance de civilisation à double sens). La crise systémique est le signe des limites du système, mais on ne joue pas avec la crise. Economie, politique, philosophie, éthique, conscience de l’être social en tant que personne dans l’être social en tant que société doivent aller si ce n’est du même pas, ce qui est impossible, mais en commun, ce qui l’est.

2)       La recherche doit devenir et le travail de tous et l’art de tous, s’appuyant sur l’activité de l’acquis culturel historique. La perception de la finesse de la matière, du mouvement, est aujourd’hui trop élémentaire pour entreprendre un saut culturel. L’infiniment petit, l’infiniment grand, nos limites actuelles sur leur processus cyclique, spiralique, peuvent connaître un saut de représentation par et pour cette recherche dans les champs particuliers et dans le champ général par l’humanité associée. Il n’y a jamais eu aucun saut de l’humanité sans un saut du savoir empirique puis de la science, et le saut à accomplir c’est celui d’une participation massive de la personne à cette création aujourd’hui et dans le passé confisquée par une classe dominante. La question du temps de travail aliéné, travail au sens de la production élémentaire de base confisquée par le profit étendu à toute les activités, et sa réduction massive en est la clef aujourd’hui. Pas la réduction de l’activité humaine libérée, au contraire. C’est possible. Il s’agit de passer par la philosophie, l’anthropologie, l’économie, la politique pour aboutir à l’éthique en tant que complexe, dans le champ général (complexe de complexes (4).) de l’activité humaine, en action et en mouvement. Com-prendre l’humain en tant qu’être social est nécessaire pour aboutir à cette éthique sous peine de confondre les fins et les moyens, santé humaine et morale figée. Connaissance du  travail est à la fois outil de com-préhension du processus de l’humanité dans la nature, outil de poursuite du processus de développement, dans ce qu’il a « d’aléatoire » et de « déterminé » par les normes antécédentes. Nécessité et liberté, causalité et volonté, ne sont ni une réalité arrêtée dans le temps, ni indépendante de toute loi biologique de l’espèce et de la nature.

 

Pierre Assante, 10 août 2011

 

(1). Voir propositions de la revue d’économie marxiste « Economie et Politique ».

(2). Voir dans « La métamorphose du travail » (en tête de ce blog) : « une crise de production et rien d’autre ». 

(3). Ceci est aussi du ressort de l’ergologie, voir travaux d’Yves Schwartz.

(4)   Voir Georges Lukacs, «  Ontologie de l’être social, Travail, Reproduction ».

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 08:16

LUKACS TRAVAIL COUV.-copie-1La Bourse ou la vie ! Rencontre - débat sur la crise financière :

Réflexion de Pierre Assante

Section du 8ème arr. de Marseille.


31 mai 2008

Réflexions sur le bel et riche exposé d’Alain OBADIA le 30 mai 2008 à la Fédération du PCF, et le débat qui a suivi,

 

Quelque notions qui ont fait débat et tentative de bref éclaircissement :

 

1 Crise

Une structure sociale, comme une structure mentale est en mouvement, est un mouvement. Un processus. On peut faire un instantané de ce processus mais cela ne peut être qu’une vision structuraliste et non dialectique de ce que nous pouvons percevoir de la réalité.

Si un ou des éléments entravent ce processus, il y a crise. Toutes les crises ne sont pas de même nature, à l’instar des maladies qui affectent un corps humain par exemple et par métaphore.

La crise peut affecter partiellement et provisoirement la santé sociale. Elle peut menacer la vie de la structure sociale de mort brutale ou lente.

La crise du capital est la crise de sa circulation. Elle affecte la production, la distribution et la consommation, en rappelant que Marx globalise ces 3 mouvements qui sont UN et que l’on peut « résumer » par le terme « production » (introduction à la critique de l’économie politique de 1859).

 

2 Caractéristiques d’une crise

Toujours par métaphore (image à effet limité) on peut imaginer la circulation du capital comme une circulation du sang. Si la circulation du sang est entravée dans une partie du corps, cela peut affecter tous les processus biologique, mentaux, dans le processus UNIQUE du corps dans son ensemble. Pour ce qui concerne le capitalisme, il est la phase ultime du processus de la société marchande initié à la fin de la préhistoire, au début de l’antiquité, au moment des premières accumulations de surproduit, c’est-à-dire de l’institution de l’agriculture puis des Cités-Etat. Cette phase ultime peut elle même être répertoriée en plusieurs sous-phases tel l’Impérialisme et ses différentes formes, le Capitalisme Monopoliste d’Etat etc…

Mais une analyse de ces phases du processus ne peut se contenter d’une recherche ou d’un sentiment empirique. Le « Capital » de Marx décrit des lois générale du processus capitaliste et reconstituer chacun individuellement la recherche sur ces lois est absurde. C’est comme si un ingénieur qui veut construire un pont, au lieu d’apprendre ce que la science a accumulé pour cela, repartait de zéro.

La lecture et l’exégèse de Marx et des œuvres du marxisme, du « Capital » en particulier n’est pas si énorme que ça finalement pour un militant qui cherche à comprendre le contexte dans lequel il milite et l’évolution actuelle des lois formulées par Marx sur le Capital. Et une organisation pédagogique du PCF aidant à cela aiderait à la chose.

 

3 Les caractéristiques actuelles de la crise

Nous sommes entrés dans une période d’accélération de la crise.

Les politiques que le Capital applique à son propre processus par l’intermédiaire des Etats et des coordinations étatiques, sont des remèdes qui renforcent considérablement les mécanismes de blocage et entraînent un processus en chaîne accéléré de ces blocages. Il n’est pas impossible que les blocages deviennent un blocage atteignant une masse critique. Il n’est pas impossible non plus que le blocage atteigne le corps social comme un cancer. Il n’est pas impossible non plus que les forces de transformation possible du corps social, et à leur cœur, « l’homme producteur » influent positivement sur le processus de sortie de la société marchande. Bien sûr c’est un processus d’une portée « incroyable » dans l’histoire de l’humanité, un processus non instantané et faisant appel à de nombreuses générations. C’est aussi un processus qui ne peut pas ne pas être douloureux. Mais le processus de mort sociale ne serait pas sans douleur non plus. Processus long, mais toute nouvelle phase à un « début », même si ce « début » est contenu aussi dans le passé, a des prémisses (mais je n’entre pas dans le développement du concept de processus, lire Ernst Bloch pour cela), l’humanité est constituée d’une façon unifiée des CONTRAINTES naturelles et de VOLONTE humaine, c’est-à-dire d’elle-même (c’est une lapalissade, mais une lapalissade qu’on oublie traditionnellement).

L’intervention de l’homme producteur sur le processus a besoin d’une organisation donnant une cohérence à son action globale. C’est le rôle d’un parti révolutionnaire, du PCF si tant est qu’il trouve les ressorts internes à cette action. On n’est pas révolutionnaire de label mais à chaque moment du processus social en fonction des aptitudes de décision et d’action, de rassemblement.

 

4 Rassemblement, action, diversité

Je ne reviens pas sur l’analyse marxiste de la division du travail (voir chapitre sur la manufacture et l’industrialisation du « Capital »).

Les divisions politiques ne calquent pas cette division du travail mais en découlent. Y compris à l’intérieur du salariat lui-même. S’attaquer à cette division c’est s’attaquer aux mesures concrètes, élémentaires de la politique « Sarkozi-MEDEF-Bush etc. » sur l’organisation du travail, le temps de travail, les salaires, les pensions, LE DROIT DU TRAVAIL…Et vice versa. Il n’y a pas « séparation » entre les activité humaines. Le travail et les « loisirs » par exemple. Ou l’art et l’industrie. L’humain ne se découpe pas en morceau. Si Marx insiste sur la production comme centre de l’activité humaine, il conçoit toutes les activités humaines comme en faisant partie, comme une unité. Au contraire lutter par exemple pour une « part » de cette activité sans faire le lien est faire du sociétal et non du social, c’est en général recouper et perpétuer la division du travail et la figer sur le « modèle » actuel, dominant.

Il ne peut y avoir d’issue au capitalisme sans une autre organisation du travail, un processus plus ou moins long qui modifie cette organisation qui n’est pas une division technique du travail mais une division de classe du travail. Les mesures « Borloo » (par exemple clair) et les contradictions qu’elles entraînent, le refus social encore inorganisé de la part de couche populaires qui en sont touchées et qu’elles suscitent, malgré tout, montrent les capacités potentielles de résistance à cette division de classe du travail. Je n’entre pas dans les détails, mais il faut prendre le temps et les moyens de le faire. Une organisation cohérente et démocratique du travail demande l’action au niveau de « l’atelier », du « bureau », du « magasin », et une cohérence d’ensemble, et une cohérence POLITIQUE ne peuvent naître que d’une cohérence de l’activité de l’individu, en aller-retour.

 

5 Les conditions de l’issue de la crise

Elles sont virtuellement réunies. Marx a bien développé l’idée qu’une prise de pouvoir d’un parti communiste dans des conditions où les forces productives ne connaissaient pas un développement correspondant à une société communiste pouvaient être un progrès de l’ordre d’une société bourgeoise plus ou moins développée, d’une société de strates sociales en conflit de classe. C’est ce que nous avons connu jusqu’à présent dans les diverses expériences étatiques de communisme. Ce qui ne contredit pas le fait que ces expériences relevaient d’une lutte des classes énorme à l’échelle mondiale.

Nous avons tenté de définir le CME et les conditions de dépassement du capitalisme, et depuis les choses se sont accélérées, alors que nous avons quelque peu stagné, pour diverses raisons, dans notre effort d’analyse.

Les conditions de l’automatisation de la plus grande part de la production sont de plus en plus réunies. Cela ne veut pas dire que nous allons devenir des robots, mais que les conditions de libération du travail et de la libre activité sont de plus en plus réunies, c’est-à-dire les conditions du communisme.

La contradiction entre la baisse moyenne du taux de profit, la division du travail qui permet de maintenir mondialement une main-d’œuvre seule source de profit capitaliste, et les besoins de mise en œuvre des techniques assurant cette automatisation, cette contradiction s’approfondit, devient un gouffre.

Qu’on ne donne pas l’illusion d’un modèle social idéal achevé, ou celle du grand soir est une chose. Mais qu’au « prétexte » de la non linéarité des développements (juste concept), de la nécessité de la patience révolutionnaire (idem), …on casse un principe espérance basé tout de même sur ces réalités et sans lequel une action humaine va se retrouver face à un horizon limité, c’est handicaper les luttes pour des objectifs limités elles-mêmes. Il faut UNIR horizon proche et lointain. C’est cette unité réalisé qui a permis les grandes transformations révolutionnaires du passé comme la vie quotidienne de chaque individu, composante unifiée d’une société humaine, qui comme dit (encore une fois) Marx est la prise de conscience la nature sur elle-même.

 

6 Mondialisation

Marx répète que l’histoire des forces productives est l’histoire de la mondialisation des forces productives.

Evidence soulignée lors de notre débat : au moment où production, gestion, distribution connaissent l’informationnalisation mondialisée, la recherche d’une cohérence de l’action du salariat mondial et de son, ses, organisation(s) politique(s) s’appuyant sur les « cultures » et acquis des salariats locaux ne devrait pas faire problèmes « stratégiques » conceptuels. « Prolétaires de tous les pays unissez-vous » n’a pas pris une ride, au contraire.

 

Pierrot Assante, 31 mai 2008

http://www.13.pcf.fr/Reflexion-de-Pierre-Assante,6314.html?var_recherche=pcf

Tous les articles de ce blog en cliquant   :  ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 01:46

 ·                                La crise, l'Euro, Yves Dimicoli, "l'Humanité" 4 août 2011. (05/08/2011 publié dans : EXTRAITS DE PRESSE )

 ·                                Economie et Politique mai-juin 2011- N° 682-683 (03/08/2011 publié dans : REVUE ECONOMIE & POLITIQUE )

Sommaire : http://www.pierreassante.fr/dossier/Eco_&_Po_Sommaire_juin_2010.pdf Edito : http://www.pierreassante.fr/dossier/ECOPO_edito_juin2011.pdf Bulletin d'abonnement : ...

 ·                                 Travail : Où en est-on ? (19/07/2011 publié dans : TRAVAIL )

Travail : Où en est-on ? Contribution de Pierre Assante. (1) 6 novembre 2010 On en est aux constats. On en est aux effets et à confondre effets et causes : Accidents du travail, inégalités ...

 ·                                 Contrat social et ergologie (19/07/2011 publié dans : TRAVAIL )

Encore sur le travail : Contrat social et ergologie Contribution de Pierre Assante (1). 21 octobre 2010 Essayons de faire un résumé lapidaire, en formules, du tournant de l’histoire de notre ...

 ·                                 Dépasser la vision franco française du salariat (19/07/2011 publié dans : TRAVAIL )

Dépasser la vision franco française du salariat et nourrir de cette nouvelle vision les luttes On peut dire que malgré les avancées des com-préhensions humaines, nous connaissons un recul relatif ...

 ·                               Sur la classe ouvrière (19/07/2011 publié dans : TRAVAIL )

Petite note dans le débat politique aujourd'hui. Au-delà des intéressantes études approfondies sur l'évolution « matérielle et morale » de la classe ouvrière, des différentes composantes du ...

 ·                               LA METAMORPHOSE DU TRAVAIL 5 (Essai personnel) (19/07/2011 publié dans : ESSAIS PERSONNELS )

PRESENTATION DE L'OUVRAGE Lorsqu’on veut parler TRAVAIL, penser TRAVAIL, on ne peut pas ne pas avoir en arrière-plan les notions élémentaires d’évolution de l’activité humaine, de l’HOMO HABILIS à ...

 ·                                 CAC40, 18 juillet 2011, cette fois la courbe (sur 10 ans) tend à s'aplatir...? (Et un essai personnel, "L'indifférence") (19/07/2011 publié dans : ESSAIS PERSONNELS )

Une courbe de CAC 40 ne peut évidemment pas donner tous les éléments d'une situation économique, ni au jour le jour, ni sur la longue durée. Elle peut être cependant une indication spectaculaire ...

 ·                                 Faut-il sortir de l'Euro ? Débat Jacques Nikonoff, Denis Durand. (19/07/2011 publié dans : EXTRAITS DE PRESSE )

Denis Durand : "Si la solidarité euripéenne éclate, on perd un grand atout pour affronter les marchés..." "Il faut aller au dela de l'étatisme pour développper une prise de pouvoir partout où se ...

 ·                                 A un ami minimisant le vote NON des députés communistes sur l’intervention en Libye (15/07/2011 publié dans : LETTRES A... )

Je ne partage pas l'analyse générale de la majorité de mon parti telle qu’elle s’exprime dans les instances en particulier dans la confusion ou l'indifférence ou la dichotomie entre "systémique" ...

 ·                                 Pourquoi la crise est-elle systèmique ? Une note de Pierre Ivorra (1) (12/07/2011 publié dans : ANALYSES AUTEURS DIVERS )

Pourquoi la crise est-elle systèmique ? : Une note de Pierre Ivorra (1) Économiste. Extrait ; POURQUOI LA CRISE ACTUELLE EST ELLE DITE SYSTEMIQUE? Pierre Ivorra Première partie Nombreux sont ceux ...

 ·                                 Rapport COMECO 1° juin 2011, Alain MORIN.(1) (12/07/2011 publié dans : ANALYSES AUTEURS DIVERS )

COMMISSION ÉCONOMIQUE DU 1ER JUIN 2011 ALAIN MORIN UN PROJET PS SOUS CONTRAINTE EUROPÉENNE Sommaire du rapport : 1 - Quelles sont les hypothèses économiques ? Sont-elles réalistes ? 2 - Recul ...

 ·                                 Unité populaire : Patrick Le Hyaric, 2 juin 2011. (12/07/2011 publié dans : EXTRAITS DE PRESSE )

Ce bel article (1), aux accents très jaurésiens qui me plaisent, peut être complémentaire, si on ne les sépare pas (ce qui serait bien dommageable pour l'avenir de l'unité populaire) de la ...

 

retour au blog principal :  ici

 

 http://pierre.assante.over-blog.com/

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 21:00

MATRIE blog VOIR :  ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 20:48

 La Marseillaise, 5 août 2011

 Legré Mante La Marseillaise 5 août 2011 0001

 

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 00:26

Recherches internationale 46 1965

Dans le contexte actuel, qui peut nier la crise de la valeur ?

 

Crise de la valeur d’usage à travers celle de la valeur d’échange marchand.

Et de la valeur d’usage première, celle de la capacité d’activité, de TRAVAIL.

 

Aux travailleurs sérieux de la science, j’adresse cette remarque :

 

14mai10 003Par rapport à l’acquis pratique et théorique du salariat révolutionnaire, dans le moment possible d’un saut du mode de production mondial, 2 éléments à l’ordre du jour qui déterminent l’action immédiate dans la perspective de l’avenir :

 

1)      Les MOYENS d’échange. Il ne s’agit pas de revenir au troc pour l’échange du travail enfin non aliéné. L’accélération de la conscience que fait naître la crise peut permettre des utilisations nouvelles des moyens d’échange existants qui développent les forces productives.

 

2)      La recherche doit devenir et le travail de tous et l’art de tous, s’appuyant sur l’activité de l’acquis culturel historique. La perception de la finesse de la matière, du mouvement, est aujourd’hui trop élémentaire pour entreprendre un saut culturel. L’infiniment petit, l’infiniment grand, nos limites actuelles sur leur processus cyclique, spiralique, peuvent connaître un saut de représentation par et pour cette recherche dans les champs particuliers et dans le champ général par l’humanité associée.

 

Pierre Assante, 6 août 2011

 

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et philosophie
commenter cet article
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 23:35

Copie-de-ECO-PO_UNE_JUIN2011.jpgNicolas Sarkozy et son collectif se sont emparés de la présidence et des assemblées sur le thème du travail, thème bien sûr mis au service du capital.

 

C’est autour de ce thème, à travers ce thème que doivent être abordées toutes les questions de société, à travers les besoins de la personne comme être social.

 

La réappropriation du travail, de l’activité humaine par la personne, dans la cohérence et la diversité sociales, c’est cela aborder la question centrale de civilisation qui émerge dans notre période historique.

 

14mai10 003Les mesures économiques qui peuvent garantir une sortie de crise (1), sont un outil de cohérence et de croissance de qualité. Elles ne seront mises en œuvre que par cette conscience de chaque salarié et acteur social aux côtés des salariés, du rôle qu’il joue dans la société, de sa reconnaissance salariale et morale, en libérant l’initiative du carcan du profit capitaliste et de l’aliénation qui en est le cœur (3) : le producteur est privé des fruits de sa production et par conséquent sa production ne lui apparaît plus concrètement dans le capitalisme mondialement informationnalisé et sa division et parcellisation sans liens apparents et sans limites du travail. L’abstraction du travail, sous toutes ses formes, et dans tous les sens, est à son comble.

 

Manifestations, élections, mouvements populaires ne peuvent trouver d’issue qu’à travers une relation avec cette question du travail et de l’aspiration à une reconnaissance sociale, à double sens, question à laquelle le capital ne peut répondre (3).

 

Pierre Assante, 4 août 2011

 

(3). Voir propositions d’ « Economie et Politique ».

(3). Voir « La métamorphose du travail » : « une crise de production et rien d’autre ». 

(3). Ceci est aussi du ressort de l’ergologie, voir travaux d’Yves Schwartz.

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 10:10
14mai10 003

Les articles peuvent mettre quelques secondes à s'ouvrir complètement avec leurs liens accessibles.

Tous les articles de ce blog en cliquant   :  ici

 

En outre, une sélection de 23 article vous est proposée dans l'article : ici

  

Merci pour la continuation de la lecture de ce blog et vos avis éventuels.

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 07:17

Ce blog contient 395 articles

Les articles peuvent mettre quelques secondes à s'ouvrir complètement avec leurs liens accessibles.

MERCI

20mai10 037Les statistiques générales de ce blog au 6 juillet 2011 depuis sa création :

Date de création 14 mai 2010

Pages vues 17 584 

Visites totales 5 239

Journée record (23 juin 2010) 232 pages vues

Mois record (mars 2011) 1 975 pages vues

Articles publiés 395

 

Tous les articles de ce blog en cliquant   :  ici

 

Une sélection de 23 articles (essais, poésie, économie, ergologie...) en cliquant sur le lien ci-dessous :

23 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 08:30

Attention, chaque article peut demander quelques secondes pour son ouverture.

MERCI. 

 

BIBLIOAu jour le jour

 

La dernière expérience passée apparemment similaire à la question  qui se pose aujourd'hui a été un échec !

Faisons donc le contraire aujourd’hui…

 

Cette façon de réagir dans l’immédiateté me paraît étrange.

On ne peut juger notre vie au quotidien ni l’histoire que sur une longue période et sur un ensemble d’éléments personnels et collectifs.

 

Et la juger à la lumière de notre conscience sur notre place « physique et morale » dans ce que l’humanité produit de biens « matériels et moraux » pour vivre et se développer, ce qu’elle produit et comment elle le produit. Comment nous survivons et nous développons. Dans ce que chaque objet de notre vie quotidienne contient de façon diversifiée, imbriquée et unifiée de geste et de pensée, d'histoire.

  BIBLIO2.jpg

benjamin.jpggaro.jpgLe travail humain depuis qu’il existe et produit et reproduit sa vie, la vie humaine, a toujours posé le « ce que je veux faire » et « comment vais-je le faire ». Ce repère-acte est en train de disparaître relativement dans la super parcellisation actuelle  du travail  et du non travail. Le mode de production et d’échange capitaliste qui va de pair, induit cette super parcellisation. Le mode de production capitaliste est dominé par l’échange sur la base de la mesure de la valeur capitaliste et non du besoin vital de valeur d’usage, des objets nécessaires à la vie en mouvement, en développement nécessaire et nouveau que les techniques informationnelles mondialisées permettraient pleinement dans un autre mode de production.

 

"Vie en mouvement", ça s'appelle une tautologie, c'est à dire qu'on dit deux fois la même chose d'une façon différente, bien que 'mouvement' s'applique à toute la nature et pas seulement à la vie, ni seulement à la vie humaine en particulier.

 

Le mode de production et d’échange capitaliste dominé par l’échange 14mai10 003sur la base de la mesure de la valeur capitaliste : en a-t-il toujours été ainsi et en sera-t-il toujours ainsi ?

C’est justement sur la longue distance de l’histoire humaine que nous pouvons répondre et c’est sur ce que la réalité d’aujourd’hui contient de prémices de futurs possibles que nous pouvons poser « ce que je veux faire » et « comment vais-je le faire ». Se limiter à un horizon immédiat c'est se condamner à reproduire les erreurs qui limitent l'humanité et chacun de nous à nos problèmes immédiats reproduits, autre tautologie pratique et pratiquée dont nous n'avons pas vraiment conscience.

 

La confusion de notre temps contient aussi la cohérence à imaginer et à mettre en œuvre par notre travail.

 

Pierrot, 4 juillet 2011

Tous les articles de ce blog en cliquant   :  ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 07:37

Attention, chaque article peut demander quelques secondes pour son ouverture complète.

MERCI. 

 

Jaurès-copie-1Le Parti et la transformation sociale, 

13 octobre 2007 : ici

http://www.bdr13.pcf.fr/Contribution-de-Pierre-Assante,4937.html

Question de démocratie,

17 décembre 2007 : ici

http://www.bdr13.pcf.fr/Contribution-de-Pierre-Assante,5333.html

 

Tous les articles de ce blog en cliquant :  ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 18:42
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 06:18

Cet article a été mis en ligne le 15 juin 2011. Il est paru à la création de ce blog dans "La métamorphose du travail" (page 171) et sur le site PCF 13 à sa rédaction (sans cette présentation) en décembre 2008. Nous le remettons à nouveau en ligne.

 

KKECRISE DE LA PRODUCTION ! ET RIEN D'AUTRE !

  

Grèce, Portugal, Europe, monde..., la crise est travestie et les explications données sont des explication comptables....

NON, c'est le mode de production et la crise de production qu'il entraîne qui demande transformation démocratique.

Cet article ci-dessous a été écrit le 10 décembre 2008 alors que "d'aucun" dans la presse et les médias niaient encore l'ampleur de la crise et qu'aujourd'hui les mêmes continuent à proposer des solutions comptables et boucher les yeux de leurs lecteurs et auditeurs sur ce qui nous attend si nous ne nous dirigeons pas vers des solutions économiques telles que la transformation démocratique des investissements pour produire mieux en qualité et quantité, assurer les ressources à un progrés de vie, résoudre les difficulté de vie des milieux populaires, travail, moyens et temps de vivre.

Cette transition proposée par la commission économique du  PCF (voir la revue "Economie et politique" cliquer sur ce lien pour la revue)14mai10 003 , c'est une transition d'issue du système marchand millénaire arrivé à son besoin de dépassement. Besoin d'une civilisation échappant à la mesure quantitative marchande de l'échange humain.

Transition ? Tout ce qui va dans le sens du processus quantité-qualité des forces productives ouvre cette voie et non la destruction du donné présent issu de ce processus. On ne repart jamais de zéro, le processus humain comme le processus de la nature est une continuité-dépassement des conditions présentes. C'est dans le donné présent qu'existe les éléments de cette transformation. Les forces productives actuelles, infiniment développées par rapport à la société marchande à ses origines, aujourd'hui en situation de blocage relatif, mais qui peut devenir absolu, sont capables de cette transformation.

Cliquer sur cette image pour lire cet essai 

Extrait de cet article :

"...La crise n'est pas « financière ». C'est une crise de la PRODUCTION. Nous inversons causes et effets en croyant le contraire. Les « lois d'usure du capital » sont contenues dans « Le Capital » de Marx qui a pu observer dans des conditions meilleures que nous ces lois. Conditions meilleures pour plusieurs raisons : proximité de leur formation, « virginité » de l'observation. « L'état de besoin » des théoriciens dominants les rend soumis au capital. Ils sont de plus au même titre que chaque humain soumis à cette « inversion des sens ».

La représentation de la société à partir du mouvement de consommation coupé de la production est significative. Cette inversion s'étend à tous les domaines. La représentation des institutions prend le pas sur celui de la production. Dans les esprits, ce n'est plus la production qui détermine les institutions mais le contraire. Tout est imaginé comme si toutes les activités humaines étaient indépendantes de la production, comme si elles étaient des fonctions indépendantes de la fonction générale de production. Comme si production de symbole était indépendante de production dite « matérielle », comme si la production de symboles n'était pas une fonction de la fonction générale de production. Et le dogmatisme de la production qui a marqué le mouvement ouvrier n'est que le reflet inversé de cette même dichotomie".........

 

.........SUITE de cet article  ici , qui

 

fait partie de l'essai "La métamorphose du travail" (pages 171)

 

 http://www.pierreassante.fr/dossier/CRISE_DE_LA_PRODUCTION.pdf

 

 

JAN10 010  23 articles sélectionnés de l'auteur de ce blog : ici

http://pierre.assante.over-blog.com/article-quelques-essais-nouvelles-poemes-articles-de-presse-de-l-auteur-de-ce-blob-cliquer-sur-les-titres-69744999.html

 

Tous les articles de ce blog en cliquant   :  ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et philosophie
commenter cet article
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 04:27

Cet article écrit il y a plus d'un an (10 mai 2010), est illustré et illustre encore mieux qu'hier la crise grecque et la crise dite financière dans l'Europe et le monde, qui est en fait une crise de la production, du mode de production basé sur l'échange marchand parvenu à son développement extrême.

 

CRISE DU CAPITALISME ET TRAVAIL

quelques idées sur la crise nécessaires pour en chercher l’issue.

 

Fig.4EXTRAIT :

 

.....Il y a quelques mois, les médias « grand public » ne parlaient pas de crise.

Depuis, elle est commentée, reconnue, développée.

Nous allons soutenir ici quelques idées sur la crise, nécessaires pour en chercher l’issue.

 

La crise de 2009 n’est pas née en 2009. Dès les années 1970, la crise de ce que Marx appelle la suraccumulation du capital s’aggravait.

2009 manifeste son accélération et son approfondissement.

Nous affirmons que la crise de 2009 n’est pas du même ordre que celle de 1929. Elle part des mêmes tendances du capital à se suraccumuler, de la même tendance à la baisse du taux de profit qui est son talon d’Achille.

L’expansion du profit tiré par la masse croissante de la production alors qu’il tend à diminuer sur un objet produit du fait de l’accumulation du capital constant (pour aller.....

suite ici

http://www.pierreassante.fr/dossier/Educ_Economie_et_travail.pdf

 

Tous les articles de ce blog en cliquant   :  ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans ECONOMIE ET POLITIQUE
commenter cet article
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 03:30

Division sexiste du travailDIVISION SEXISTE DU TRAVAIL

Résidu ou mode de gestion ?

 

C’est dans le rapport à l’égard de la femme, proie et servante de la volupté collective, que s’exprime l’infinie dégradation dans laquelle se trouve L’homme vis-à-vis de lui-même….

….Le rapport  immédiat, naturel, nécessaire, de l’homme [générique] à l’homme [générique] se confond avec le rapport de l’homme à la femme…

….Dans ce rapport apparaît donc de façon sensible, comme un fait concret, à quel point l’essence humaine est devenue naturelle pour l’homme [générique], à quel point la nature est devenue l’essence humaine de l’homme….

….En partant de ce rapport, on peut donc juger du niveau culturel de l’homme…..

…..Le rapport de l’homme à la femme est le rapport le plus naturel de l’homme à l’homme…..

…..Dans ce rapport, apparaît aussi  dans quelle mesure le besoin de l’homme est devenu un besoin humain, donc dans quelle mesure l’autre homme en tant que tel est devenu  un besoin pour l’homme, dans quelle mesure l’homme dans son existence la plus individuelle est devenu en même temps un être social….

Karl Marx. 1844.

Table des matières

 

Première partie

I Notre capacité à aimer                                                                    1

II Trobadors, Pétrarque, matriarcat                                                 6

III L’imaginaire comme fonctionnement humain

et le biologique comme support de l’imaginaire                           11

IV Le patriarcat moderne                                                                  15

V Pas d’issue sans une pédagogie et

une pratique révolutionnaires du travail                                      19

VI Un sens de l’histoire.                                                                   24

VII Le sens de l’échange                                                                  30

VIII Apparence et déterminisme.                                                     39

IX Le champ général                                                                          48

X Pour une nécessaire récapitulation                                             58

XI De « Expérience et connaissance du travail

(Yves Schwartz) » à « Travail et Ergologie,

entretiens sur l’activité humaine »,                                                 63

XII Pour Finir                                                                                      68

XIII Le débat de valeurs                                                                   84

Où en sommes nous en un pays où s’écrit ceci ?                         88

Récapituler = désacraliser l’humain ?                                             90

 

Deuxième partie

Annexes                                                                                             92

Une impasse historique à combattre                                            102

De L’amour                                                                                       110

Quelles ressources humaines?                                                      114

Et maintenant, LA ressource humaine                                         121

 

Tableau d’un sens de l’échange                              133

 

Bernartz de Ventadorn l'enten e-l di e-l fai e-l joi n'aten

 

L’essai en entier : ici

http://www.pierreassante.fr/dossier/DIVISION_SEXISTE_DU_TRAVAIL.pdf

 

Tous les articles de ce blog en cliquant   :  ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et philosophie
commenter cet article
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 22:44

AUTOGESTION-I.R.M.-1980.jpg

Il est dommage et même impossible de partir de zéro, comme si rien n'avait été fait auparavant.....

 

  

 

Sommaire du colloque

et introduction

de Francette Lazard

(fichier PDF de 9 pages)

 

cliquer : ici

 

http://www.pierreassante.fr/dossier/AUTOGESTION_IRM1980_SOMMAIRE_et_INTRO_F.LAZARD_619KB.pdf

Tous les articles de ce blog en cliquant   :  ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et philosophie
commenter cet article
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 06:27

Ce blog a connu des résultats modestes.

Il a permis quand même une certaine quantité d’échanges.

Quand à leur qualité, je ne peux dire moi-même.

 

20mai10 037Les statistiques générales de ce blog au 18 juin 2011 depuis sa création :

 

Date de création 14 mai 2010

Pages vues 16 863

Visites totales 5 000

Journée record (23 juin 2010) 232 pages vues

Mois record (mars 2011) 1 975 pages vues

Articles publiés 389

 

 

Je pense aux personnes de ma génération qui ont vieilli en même temps que moi. Ou plus âgées. A toutes et tous les amies et amis connus et inconnus

On dit qu’un vieillard qui meurt, c’est une "encyclopédie" qui disparaît.

KKEIl faudrait qu’il reste de chacun quelque chose de tangible. Par pour subsister éternellement, mais pour dialoguer avec les nouvelles générations, transmettre un héritage à transformer par elles, à trahir dans le bon sens pour créer, poursuivre le processus humain de la façon la plus riche possible, c'est-à-dire mieux que leurs prédécétrices.

Disons cependant qu'il reste toujours trace de la vie, tangible ou non, que tout ce que nous vivons de beau, de bon, contient déjà tout le bonheur du passé et du futur dans l’instant vécu. Je crois. 

Tous les articles de ce blog en cliquant   :  ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 11:25

Matérialisme-et-Empiriocriticisme-Lénine-1909Conscience et croyance.

 

Cette réflexion, qui part des travaux d'ergologie, pour flâner dans des champs divers en les traversant et en mettant en mémoire ces traversées, n'engage que l'auteur de ce blog.

 

Le « mouvement-matière » a plus de finesse et plus cohérence, qui nous sont insaisissables,  que ce qui nous apparaît dans l’observation « corpusculaire-ondulatoire », « ondulatoire-quantique », l’infiniment petit, l’infiniment grand (1), la génétique la plus fine à notre portée actuelle.

 

La science nous dit aujourd'hui qu'il y aurait auto-création-transformation génétique dans l'acte tout au long de la vie et non seulement dans la transmission générationnelle. Cela confirmerait, sans nier la génétique évidemment, ce qui fut un drame de la science et du despotisme et du détournement du marxisme,  l'intuition tirée de la philosophie du rapport de l'activité avec l'auto création humaine.

 

Sur un autre "plan" de la réflexion, le concept de dieu ne peut exprimer la finesse et la cohérence du « mouvement-matière ». Il contient une dichotomie esprit/matière, il est figé dans sa représentation et sa finalité, il est lié à une domination-concept personnifiée, il inverse le rapport d'antériorité réalité indépendante de la pensée-pensée et par conséquent le rapport entre création, auto-création, acte humain de transformation de la nature et de lui-même."

 

"L'idéalisme intelligent est plus proche du matérialisme intelligent que ne l'est le matérialisme stupide" nous rappelle Ernst Bloch en citant Lénine.

 

Copie de 20100825 003"On verra que le monde nourrit depuis longtemps le rêve d'une chose dont il lui suffit maintenant de prendre conscience pour la posséder réellement". Karl Marx, Lettre à Ruge, 1843, citée encore par Ernst Bloch dans "L'Athéisme dans le christianisme", 1968.

 

Il est, paradoxalement, pour moi en tout cas, des humains capables de penser avec la possession de ces deux registres,  « mouvement-matière » et "Dieu" comme avec et dans deux tiroirs qu’on ouvre en fonction du besoin particulier à résoudre. Ce qui importe, c’est le besoin particulier à résoudre, et chaque humain, partant de ces besoins, et tentant de les résoudre sainement pour soi et pour l’espèce a droit au respect comme tout humain et toute "nature" (2).

 

Lorsque l’on pense, l’on parle de conscience comme système de concepts organique découlant de la perception et de sa mise en cohérence en mouvement, on considère mécaniquement « soi » d’une part, le « milieu extérieur » d’autre part. Mais dans la pratique, il ne s’agit pas de soi et du milieu extérieur. Il s’agit d’un ensemble dans lequel sont inclus des « objets extérieurs à soi » et soi même comme « objet extérieur », comme si l’esprit était séparé du corps et considérait, du « dessus de la réalité », cet « extérieur » dans lequel serait compris le corps.

 

L’on voit donc que même dans une conception matérialiste et dialectique de l’activité, il est difficile d’échapper à une dichotomie de l’activité, parce que le « poste d’observation » humain est tel que dans son moment historique passé et actuel à très long terme, la conscience échappe difficilement à ce « poste d’observation ».

 

2011 05 06 002C’est exactement le problème que j’ai posé lors de mon envoi et ma réflexion sur les épistémicités (3), voir l’article de ce blog sur cette question.

 

Cette réflexion est un petit pas dans cette entrée de plus en plus en profondeur que nous tentons sur l’essence de l’humain, les rapports sociaux qui la « condensent », l’activité micro et macro dans ce qui nous est perceptible et ce qui doit se mesurer  dans le tangible et s’exprimer dans l’intangible, qui font l’étude ergologique et les développements humains qu’elle veut défendre.

 

Pierre Assante, 16 juin 2011

 

Notes :

(1) Des essais personnels publiés sur ce blog traitent en partie de ces questions.

(2) Dans notre société, les alliances qui se veulent de progrès social sont saines et fertiles lorqu'elles ont un contenu idéologique fort. Dans le cas contraire c'est une fusion-régression qui se produit.

(3)Sur les épistémicités :

http://pierre.assante.over-blog.com/article-epistemicite-reflexion-sur-les-travaux-d-yves-schwartz-73735796.html

Tous les articles de ce blog en cliquant   :  ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et philosophie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche