Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 14:16

BRECHT-CERCLE--.jpgUKRAINE ET CERCLE DE CRAIE CAUCASIEN.

 

Dans un précédent article où je faisais allusion, à propos de l’Ukraine,  à un "cercle de craie caucasien". Mireille me propose d’expliciter cette référence.

 

J’essaye, à ma manière :

 

Le cercle de craie caucasien est une "tradition" de communautés qui traçaient un cercle, et y mettaient les représentants de deux groupes humains en conflit, et dont ils ne sortaient pas tant qu’ils n'avaient pas trouvé les solutions du conflit.

 

La pièce de théâtre de Bertolt Brecht, partant de cette tradition, unifie trois mouvements de la pensée en un seul, les intérêts de subsistance différents, et leurs corollaires culturels, de deux ou plusieurs groupes humains et leur résolution par la résolution des contradictions qu’ils contiennent.

 

Ces trois mouvements sont :

 

-Le mythe biblique du jugement de Salomon, où la mère choisit de perdre son enfant au profit d’une autre femme, et pour sauvegarder cet enfant. La légende chinoise où l’enfant se trouve dans un cercle et les deux femmes essaient de l’arracher.

 

-Le conte réaliste d’une notabilité qui choisit de sauver ses vêtements plutôt que l’enfant. Là s’élargit la question de la position sociale, la hiérarchie de classe, et celle de la propriété individuelle sur laquelle elle repose et la mentalité qui s’y rattache.

 

-La réalité d’un conflit d’aujourd’hui, au sens large,  où une communauté d’éleveurs et une communauté de cultivateurs, de deux Kolkhozes d’Union Soviétique, se trouvent dans la situation de mettre en concordance, sur un territoire, leurs intérêts respectifs, communs ou divergents. Le "Cercle de Craie" le dira.

 

Dans un monde où quelque méga groupes capitalistes dans leurs ramifications économiques, institutionnelles et militaires, quelques milliers d’individus commandent à des milliards d’autres, où ces milliards d’autres doutent qu’ils puisse en aller autrement, et dans cette situation sont mis en conflit et en concurrence jusqu’à accepter de se battre objectivement pour ces milliers de privilégiés, la parabole du cercle de craie caucasien conviendrait tout à fait à la recherche de la solution ukrainienne, qui d’ailleurs n’est pas une question ukrainienne, mais une question mondiale se manifestant dramatiquement dans une région du monde, et en liaison avec le drame du monde dont elle fait partie.

 

Pierre Assante, 5 mars 2014

 

P.S. (Ajouté le 6 mars) Il est vrai que la pratique du "Cercle de Craie" relève d'un niveau élevé de socialité et d'humanité (tautologie !) et que l'état présent immédiat, avec ses régressions (malgré les progrès dans la régression ! En particulier dans les capacités productives, hélas gâchées), laisse plutôt envisager, dans le moins mauvais des cas, une solution de rapport de force non catastrophique mais peu fertile en coopérations....

Nous verrons, en tremblant quelque peu pour le moment, et en gardant sang froid, mais faisons nôtre l'optimisme de la volonté.

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 06:06

l'activité en dialogues 0001Samedi 1 mars 2014

Hommage À Ivar Oddone

Cet hommage a été écrit par Nathalie Clar

Publié par le site de l'O.R.T.,  dans les liens de ce blog.

 

Ivar Oddone, médecin, psychologue du travail, militant, nous a quitté il y a peu. Il était le dernier des trois médecins « atypiques », inspirateur de la démarche ergologique développée au sein de l’Université de Provence par Yves Schwartz. Rappelons pour mémoire, Georges Canguilhem, médecin, philosophe qui proposa une nouvelle manière de produire des connaissances en philosophie en introduisant la nécessité de s’instruire de «  matières étrangères », évoquant par là, la possibilité pour la réflexion philosophique de s’introduire à des problèmes humains concrets. Evoquons Alain Wisner, médecin, ergonome, un des fondateurs de l’ergonomie française qui milita pour la reconnaissance du travail réel et créa l’anthropotechnologie, fondée sur la nécessité de penser le développement économique et technique à partir de la culture des peuples. Au même moment, ils étaient quasiment contemporains, Ivar Odonne révolutionnait la psychologie du travail ; cette expérience est racontée dans son ouvrage principal « Re-découvrir l’expérience ouvrière. Vers une autre psychologie du travail ? ». Il s’agissait d’une recherche menée en commun par un laboratoire de sciences sociales et le syndicat CGIL de la Fiat à Turin. Confronté  à la gouvernance taylorienne de la production manufacturière avant les changements importants dans l’organisation du travail ( robotisation croissante, disparition du travail dit « immédiat »), les questions se posaient de « comment mettre en patrimoine l’expérience des ouvriers ? Comment connaître l’expérience humaine de travail ? Qu’est-ce que produire et comment, de là, penser autrement le rapport individuel et collectif de l’ouvrier à l’usine ? ». Trouver des réponses à ces questions ne pouvait pas se faire, selon Ivar Oddone, d’un point de vue extérieur, cela ne pouvait venir que de ceux qui travaillent sur les chaînes de production et leur organisation. Son idée était de pratiquer non une extraction de savoirs mais une co-construction des savoirs et des savoir – faire. On pourrait dire qu’il était un militant pour la reconnaissance de l’expérience humaine,  pour qu’on n’enferme pas l’expérience humaine et de surcroît l’expérience humaine de travail dans le langage de la science, insistant sur la nécessité de prendre en compte la diversité des formes de l’expérience, sur l’existence à côté de l’expérience formelle, objet de la psychologie, d’une expérience informelle, propre de tous les hommes. Finalement, faisant « du travail d’exécution (…) un processus d’apprentissage constant qui se développe par l’expérience, par sa transmission et la réflexion collective qu’elle fait naître » constituant  ainsi « un savoir ouvrier enfin reconnu comme fondamental ». (1) C’est aussi à ce moment là que Redécouvrir l’expérience ouvrière fut un encouragement, une inspiration puissante pour la construction du tout premier stage de formation continue  (1983-1984) d’où est issu le dispositif d’Analyse pluridisciplinaire des situations de travail (APST) à l’instigation d’Yves Schwartz, B Vuillon, D.Faïta à l’Université de Provence. Sans la richesse, la générosité, l’intelligence de sa pensée et son expérience, la posture ergologique ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui. Dans notre tâche, aujourd’hui, à vivre et à construire un monde commun, il nous reste infiniment à puiser dans ce que l’on peut appeler sans risque, son œuvre.

 (1) Ivar Oddone, Alessandra Re et Gianni Briante, Redécouvrir l’expérience ouvrière, Vers une autre psychologie du travail ? Editions sociales, 1981, p. 28-29


ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici


Partager cet article

Repost0
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 06:00

Copie de 100 1686à Yves B.,

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt mais surtout beaucoup d'émotion ta contribution sur Ergologia N°10, décembre 2013.

Il y a deux camarades avec lesquels je me suis retrouvé particulièrement sur la question du syndicalisme et du travail.

C'est Jean-Philippe et Georges : ils nous ont quitté tous les deux. Leur situation de réflexion était particulièrement celle de l'inconfort intellectuel.

On peut dire que la FSU et surtout le SNES ont été avant leur pénétration par la pensée ergologique au sens strict, en avance en pratique à travers la conception d'un syndicalisme de métier. Ce n'est pas caricaturer que d'y voir de l'ergologie en action.

Il est triste, sans que l'on puisse le reprocher à personne de voir s'estomper ce syndicalisme de métier, sinon s'effacer devant le syndicalisme d'employeur, sans que cela cause de grands remous ni de grandes interrogations...?

Crise et régression ? Certes, il peut y avoir des avancées à l'intérieur de la régression, je l'espère....

Pierrot

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 22:38

2012 11 23 040

Ukraine : " La France doit parler d'une voix qui lui est propre

pour la paix et la démocratie."

 Par la voix de son secrétaire national, Pierre Laurent, sénateur de Paris, le Parti communiste français s'est adressé aujourd'hui au président François Hollande pour qu'aucune décision de la France dans la crise ukrainienne ne soit prise sans consultation en amont des chefs de partis et des présidents de groupe au Parlement....

 

 

...LIRE la suite

ici

            

********

ET,

 

Certes, cette démarche (ci-dessus) est une démarche de sagesse à soutenir sans réserve. On peut cependant ajouter qu'ici, dans notre pays et dans les pays dominant le monde, l'indignation contre les interventions militaires et les ingérences dans les affaires d'un autre Etat, d'une autre nation, est très sélective, et toujours dans le sens des politiques impériales du capitalisme, et contre tout mouvement démocratique ou nationaliste ou quel qu'il soit s'opposant un tant soit peu à une domination impérialiste. Lénine disait qu'on ne peut mettre sur le même plan impérialisme dominant et impérialisme dominé...

Après les interventions américaines, anglaises, françaises, de l'OTAN etc... Et les bombardements sur la Yougoslavie, la Lybie, l'Irak, l’Afghanistan, le soutien aux interventions et armements des groupes extérieurs en Syrie et leur condamnation au Mali, etc etc etc...Ces indignations prêteraient à ironie si elles n'étaient pas lourdes de danger mondial sur la paix et de renforcement généralisé des dominations par le capital dominant.

J’ai trouvé aussi très sage un propos d’aujourd’hui d’un journaliste connaissant bien ces questions, précisant que l’Ukraine, dans l’état de son économie et de ses institutions aurait bien besoin d’une intervention financière et de la Russie et de l’UE, sans ingérence, dans le cadre des intérêts régionaux et mondiaux, pour mener une autre politique et surmonter sa crise budgétaire et sociale. Pour en arriver là, il faut faire un grand pas contre la politique libérale de l’UE au service des banques et des monopoles internationaux.

La question de la paix, dans le contexte immédiat,  est cependant une question première et urgente.

Pour toute solution, se remémorer « Le Cercle de craie caucasien » de Brecht…..

Pierre Assante, le 3 mars 2014

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 23:18

BLOCH ATHE.CHRIS.Théologien(s): avec Hans Küng, le retour du Jésus des pauvres

Le grand théologien suisse publie un livre sur le christ, dans lequel il prend le contre-pied des théories d'un certain Joseph Ratzinger...

Küng. Connaissez-vous Hans Küng? Agé de 86 ans, le théologien suisse est considéré par les progressistes chrétiens comme l’un des contestataires les plus importants depuis les années 1970, toujours en marge d’une Eglise dont il conteste la doctrine depuis qu’un certain Jean-Paul II a imposé une vision dogmatique de la doctrine de la foi, aidé, comme chacun le sait, par son successeur, Benoît XVI, redevenu Joseph Ratzinger. En 2012, Hans Küng avait ainsi publié un livre choc, «Peut-on encore sauver l’Eglise» (Seuil), dans lequel il dressait un bilan sans concession, quasi crépusculaire, d’une institution aux frontières desquelles il est pourtant resté attaché, mais à sa manière, avec une liberté de parole intacte et sans jamais rompre totalement. L’élection de François Ier, il y a bientôt un an, a-t-elle tout changé? 

N’exagérons rien. Mais faut-il quand même que le climat se soit à ce point réchauffé à Rome pour que de nombreux théologiens, sur place, accueillent plutôt favorablement le dernier livre de Küng, «Jésus» (Seuil, 288 p), qui reprend en partie, en l’adaptant à notre temps, «Etre chrétien», un livre paru au début des années 1970, et qui, à l’époque, dans la foulée de Vatican II, avait été perçu comme un brulot par les rigoristes, comme un message d’espoir par les héritiers des théologiens de la libération dont il se revendiquait en partie. Hans Küng défendait alors une Eglise moderne et sociale, disons plus «terrestre» et «humaine» que «divinisée». Il fut, comme tant d’autres, mis à distance et souvent critiqué sans ménagement… 

 

Jésus. Quarante ans plus tard, avec son «Jésus», Hans Küng entend dire son attachement sans faille à la figure d’un christ plus homme que fils de Dieu. Jadis, le sacrilège aurait été dénoncé en haut lieu ; aujourd’hui, la posture même du nouveau pape, en tant qu’évêque de Rome à la figure d’humilité et de simplicité, semble rendre ce postulat philosophique sinon acceptable, du moins discutable. De quoi se dire qu’il n’y a sans doute pas de hasard si Küng a décidé de publier ce livre, qui, avouons-le, dans ses fondamentaux, n’a d’autre ambition que de secouer encore une fois les chrétiens. Dans un chapitre intitulé «les normes de l’humain», le théologien suisse pose ainsi une question provocatrice.........

.....Suite ici

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 22:44

LONDON-TALON-DE-FER.jpg….Si j’ai mis tant de soins à exposer cet alphabet, c’est que grâce à lui je vais vous confondre, répliqua Ernest. C’est là le piquant de l’affaire. Et je vais vous confondre en cinq sec.

« Les Etats-Unis sont un pays capitaliste qui a développé ses ressources. En vertu de son système d’industrie, il possède un trop-plein dont il doit se défaire à l’étranger. Ce qui est vrai des Etats-Unis l’est également de tous les pays capitalistes dont les ressources sont développées. Chacun de ces pays dispose d’un excédent encore intact. N’oubliez pas qu’ils ont déjà commercé les uns avec les autres, et que néanmoins ces surplus restent disponibles. Dans tous ces pays le travail a dépensé ses gages et ne peut rien en acheter ; dans tous, le capital a déjà consommé tout ce que lui permet sa nature. Et ces surcharges leur restent sur les bras. Ils ne peuvent les échanger entre eux. Comment vont-ils s’en débarrasser ?

-En les vendant aux pays dont les ressources ne sont pas développées, suggéra M. Kovalt.

-Parfaitement : vous le voyez, mon raisonnement est si simple et si clair qu’il se déroule tout seul dans vos esprits. Faisons maintenant un pas en avant. Supposons que les Etats-Unis disposent de leur surplus dans un pays où les ressources ne sont pas développées au ....... par exemple. Souvenez-vous que cette balance est en dehors et en sus du commerce, les articles de commerce ayant déjà été consommés. Qu’est que le ….... donnera en retour aux Etats-Unis?....

"Le talon de fer", Jack London, 1907.

Lire de la page 190 à 201. London nous a quittés il y a près d’un siècle. Ses romans nous enseignent encore ce qui est l’essence et les solutions de nos problèmes actuels.

Le défaut de notre conscience vient du fait que du fait que les sujets dits « savants » qui ne font pas partie de notre quotidien nous sont voilés par les techniques de confusion entretenue par l’idéologie dominante, nous en décourage par tous les moyens.

C’est ma conviction.

Et ceci au point que nous rejetons nous-même l’effort de ces savoirs, pourtant à notre portée. C’est pourtant une question vitale. Peut-être que quand la guerre vient frapper à la porte, nous aurons une autre façon de réagir que de classer les gens, les peuples, les nations, dans les bons et les mauvais. ET que nous penserons que ce que notre pays fait en matière de guerre, d’autres peuvent le faire et que si tous le font, il n’y a plus d’issue sinon se lever tous pour la diplomatie contre la guerre, le travail contre l’enrichissement de quelques groupes mondiaux à son paroxysme.

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 19:02

Partager cet article

Repost0
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 06:22

PIROTTE.jpg

 

 

lire

 

ici

http://pierreassante.fr/dossier/JULIA_PIROTTE.pdf

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 


 


Partager cet article

Repost0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 03:44

2013 05 03 005Article déjà publié le 10/02/2014

 

  Lire

 ici

      http://pierreassante.fr/dossier/

4_ARTICLES_sur_L_ETRE_SOCIAL_L_EUROPE_LE_TRAVAIL..pdf

       

 

Ces articles utilisent des concepts créés par le professeur Yves Schwartz dans ses recherches ergologiques, dont il est à l’origine.

Voir la notion développée par le Professeur Yves Schwartz sur « l’usage de soi par soi-même et l’usage de soi par le, les autres » (« L’activité en dialogues 1 et 2 », Octarès), de même que les notions de dénormalisation-renormalisation et toutes les notions d’ergologie qu’il a développées. (« Expérience et connaissance du travail », Editions Sociales, « Le paradigme ergologique ou un métier de Philosophe », Octarès)

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 08:46

INEGALITES.jpg

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 07:07

2012 01 29 001Ceci est une "réponse" simple à des questions posées sur causalité et déterminisme et temps, faisant suite à la citation d'Engels sur la religion (un article précédent)


 lire

ici

http://pierreassante.fr/dossier/CAUSALITE_ET_DETERMINISME_SUITE.pdf


ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 22:54


000 1495à Dühring qui veut interdire les religions, Engels répond :

 

« …Or, toute religion n'est que le reflet fantastique, dans le cerveau des hommes, des puissances extérieures qui dominent leur existence quotidienne, reflet dans lequel les puissances terrestres prennent la forme de puissances supra-terrestres. Dans les débuts de l'histoire, ce sont d'abord les puissances de la nature qui sont sujettes à ce reflet et qui dans la suite du développement passent, chez les différents peuples, par les personnifications les plus diverses et les plus variées. Ce premier processus a été remonté par la mythologie comparée, du moins pour les peuples indo-européens, jusqu'à son origine dans les Védas de l'Inde, puis dans sa continuation, il a été montré dans le détail chez les Hindous, les Perses, les Grecs, les Romains et les Germains, et dans la mesure où nous avons suffisamment de documents, également chez les Celtes, les Lithuaniens et les Slaves.

 

Mais bientôt, à côté des puissances naturelles, entrent en action aussi des puissances sociales, puissances qui se dressent en face des hommes, tout aussi étrangères et au début, tout aussi inexplicables, et les dominent avec la même apparence de nécessité naturelle que les forces de la nature elles-mêmes. Les personnages fantastiques dans lesquels ne se reflétaient au début que les forces mystérieuses de la nature, reçoivent par là des attributs sociaux, deviennent les représentants de puissances historiques.

 

A un stade plus avancé encore de l'évolution, l'ensemble des attributs naturels et sociaux des dieux nombreux est reporté sur un seul dieu tout-puissant, qui n'est lui-même à son tour que le reflet de l'homme abstrait. C'est ainsi qu'est né le monothéisme, qui fut dans l'histoire le dernier produit de la philosophie grecque vulgaire à son déclin et trouva son incarnation toute prête dans le Dieu national exclusif des Juifs, Jahvé. Sous cette figure commode, maniable et susceptible de s'adapter à tout, la religion peut subsister comme forme immédiate, c'est-à-dire sentimentale, de l'attitude des hommes par rapport aux puissances étrangères, naturelles et sociales, qui les dominent, tant que les hommes sont sous la domination de ces puissances. Or nous avons vu à maintes reprises que, dans la société bourgeoise actuelle, les hommes sont dominés par les rapports économiques créés par eux-mêmes, par les moyens de production produits par eux-mêmes, comme par une puissance étrangère. La base effective de l'action réflexe religieuse subsiste donc et avec elle, le reflet religieux lui-même. Et même si l'économie bourgeoise permet de glisser un regard dans l'enchaînement causal de cette domination étrangère, cela ne change rien à l'affaire. L'économie bourgeoise ne peut ni empêcher les crises en général, ni protéger le capitaliste individuel des pertes, des dettes sans provision et de la faillite, ou l'ouvrier individuel du chômage et de la misère. Le proverbe est toujours vrai : l'homme propose et Dieu dispose (Dieu, c'est-à-dire la domination étrangère du mode de production capitaliste). La simple connaissance, quand même elle irait plus loin et plus profond que celle de l'économie bourgeoise, ne suffit pas pour soumettre des puissances sociales à la domination de la société. Il y faut avant tout un acte social. Et lorsque cet acte sera accompli, lorsque la société, par la prise de possession et le maniement planifié de l'ensemble des moyens de production, se sera délivrée et aura délivré tous ses membres de la servitude où les tiennent présentement ces moyens de production produits par eux-mêmes, mais se dressant en face d'eux comme une puissance étrangère accablante; lorsque donc l'homme cessera de simplement proposer, mais aussi disposera, - c'est alors seulement que disparaîtra la dernière puissance étrangère qui se reflète encore dans la religion, et que par là disparaîtra le reflet religieux lui-même, pour la bonne raison qu'il n'y aura plus rien à refléter.

 

Au contraire, M. Dühring ne peut pas attendre que la religion meure de cette mort naturelle qui lui est promise. Il procède de façon plus radicale. Il est plus bismarckien que Bismarck; il décrète des lois de mai aggravées, non seulement contre le catholicisme, mais contre toute religion en général; il lance ses gendarmes de l'avenir à la poursuite de la religion et ainsi il l'aide à accéder au martyre et prolonge sa vie. Où que nous regardions, c'est du socialisme spécifiquement prussien !... ».

 

Certes, l’histoire humaine a poursuivi son enseignement depuis ces considérations bien sensées d’Engels, qui restent valides sur le fond, à mon sens, même, si comme les théories de Darwin, elles sont affinées sans cesse par l’accumulation des connaissances et leurs effets sur la conscience. Et les interrogations humaines sur l’inconnu n’invalident pas la nécessité des interrogations répondant aux besoins de survie de l'espèce et la société humaine et de leur développement.

Et Engels écrit aussi  "la guerre des paysans" dans laquelle il souligne d'autres caractéristiques et effets d'une foi......par exemple celle des premiers chrétiens, celle des premiers communistes, etc...

 

Pierre Assante, Dimanche 23 février 2014

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

Partager cet article

Repost0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 23:35

Partager cet article

Repost0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 04:53

Article publié une première fois le Mercredi 19 février 2014


2011 03 21 009

EN AVANT PREMIÈRE après le Meeting d'hier soir.

Bonsoir à tous,

 vous trouverez ci-joint le programme détaillé de Marseille à Gauche du "FRONT DE GAUCHE". Il sera prochainement maquetté et accessible sur le site internet coppola 2014.En attendant, merci de commencer à le diffuser autour de vous afin de le populariser. Amitiés.


Marie-Françoise PALLOIX

 Mercredi 19 février 2014 19:01


MARSEILLE A GAUCHE SUR CE LIEN :

http://pierreassante.fr/dossier/MARSEILLE_A_GAUCHE.pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 04:39

2011 01 09 006Course aveugle ou immobilité ?

 

Dans ce monde en croissance nécessaire, énorme et terrifiante, dangereuse, "mystérieuse" et aussi prometteuse en même temps (combien prometteuse ?), notre militantisme (de parti, d’association, de blog, de contact avec nos semblables....) est-il un refuge personnel ou une issue collective à la crise, la notre au sens partagée du monde et de la personne ? Les deux sans doute, mais dans quelle proportion ?

Je ne pose pas la question à toi l’ami-e, mais à moi-même et à tous.

Peu d'interrogations sur cela dans le monde qui fonce tête baissée ou reste dans une immobilité d'âne. D'âne au sens noble, au sens propre, et j'en suis aussi un, c'est à dire dont la défense est l'attente, l'observation du danger, alternativement à la course aveugle.

 

Mettre tout ça en ordre de marche, de grande marche.

Crise de croissance de la personne dans la crise de croissance infantile du monde, à surmonter. Espoir.

 

Pierrot, 22/02/2014 04:38:28

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 22:03

pasolini.jpgCos’è questo golpe? Io so

 

di Pier Paolo Pasolini (dal Corriere della Sera, 14 novembre 1974)
Io so.
Io so i nomi dei responsabili di quello che viene chiamato “golpe” (e che in realtà è una serie di “golpe” istituitasi a sistema di protezione del potere). Io so i nomi dei responsabili della strage di Milano del 12 dicembre 1969. Io so i nomi dei responsabili delle stragi di Brescia e di Bologna dei primi mesi del 1974. Io so i nomi del “vertice” che ha manovrato, dunque, sia i vecchi fascisti ideatori di “golpe”, sia i neo-fascisti autori materiali delle prime stragi, sia infine, gli “ignoti” autori materiali delle stragi più recenti. Io so i nomi che hanno gestito le due differenti, anzi, opposte, fasi della tensione: una prima fase anticomunista (Milano 1969) e una seconda fase antifascista (Brescia e Bologna 1974). Io so i nomi del gruppo di potenti, che, con l’aiuto della Cia (e in second’ordine dei colonnelli greci della mafia), hanno prima creato (del resto miseramente fallendo) una crociata anticomunista, a tamponare il ’68, e in seguito, sempre con l’aiuto e per ispirazione della Cia, si sono ricostituiti una verginità antifascista, a tamponare il disastro del “referendum”. Io so i nomi di coloro che, tra una Messa e l’altra, hanno dato le disposizioni e assicurato la protezione politica a vecchi generali (per tenere in piedi, di riserva, l’organizzazione di un potenziale colpo di Stato), a giovani neo-fascisti, anzi neo-nazisti (per creare in concreto la tensione anticomunista) e infine criminali comuni, fino a questo momento, e forse per sempre, senza nome (per creare la successiva tensione antifascista). Io so i nomi delle persone serie e importanti che stanno dietro a dei personaggi comici come quel generale della Forestale che operava, alquanto operettisticamente, a Città Ducale (mentre i boschi italiani bruciavano), o a dei personaggio grigi e puramente organizzativi come il generale Miceli.

 

Io so i nomi delle persone serie e importanti che stanno dietro ai tragici ragazzi che hanno scelto le suicide atrocità fasciste e ai malfattori comuni, siciliani o no, che si sono messi a disposizione, come killer e sicari. Io so tutti questi nomi e so tutti i fatti (attentati alle istituzioni e stragi) di cui si sono resi colpevoli. Io so. Ma non ho le prove. Non ho nemmeno indizi.....

 

....Suite sur ce lien : 

 http://cambiailmondo.org/2014/02/21/cose-questo-golpe-io-so/

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 11:52

Lenine portraitdeux mondes

 

Nous vivons à une époque

qui n’autorise pas l'acceptation de  compromis pourris.

Les contradictions de classe ne s'estompent pas, elles s'accentuent.

Nous allons vivre des heures qui seront décisives.

Que va-t-il se passer lors des prochaines élections ?

Patientons et nous verrons.

Si les choses évoluent de telle manière qu'un conflit européen éclate en 1912,

alors nous verrons comment nous devrons nous comporter

et quelle position il nous faudra occuper.

Vraisemblablement pas celle qu'occupent actuellement les badois.

 

Bebel, 1910

On ne peut calquer  une situation historique sur une autre.

Ni celle en particulier de 1910 et de 2014.

 

Nous sommes cependant non plus face à deux blocs, mais encore à deux mondes, quelle que soit la réalité de nos semblables en tant que semblables, dans leur masse et leurs différences, y compris de classe et de milieu social, de déterminations par rapport à la domination de classe et de hiérarchie sociale. Mouvement de deux forces en interaction et en contradiction antagonique dans un même monde.

 

Certes, la nécessité de la continuité dans la processualité et les sauts qualitatifs dans la processualité d’une société aussi complexe que la notre, mondialisée et informationnalisée, et ses immenses et rapides transformation technologique entre autres, dans le domaine économique comme dans le domaine de la légalité, cette continuité est plus évidente que jamais pour tout acteur social engagé dans les transformations nécessaires pour sortir de la crise générale de l’échange humain capitaliste. 

 

Mais cette continuité ne remet pas en cause la nécessité de changer de fond en comble la construction sociale qu’est une économie et une légalité dépassée par l’évolution de cette société et que la domination capitaliste rase au sol et  remet elle-même en chantier, mais dans le sens inverse des besoins de développement de l’économie et de la légalité.

 

C’est pourquoi, les conquêtes sociales en matières d’économie et de légalité sont un point d’appui contre les attaques que subissent économie et légalité et pour le développement en santé de l’économie et de la légalité.

 

A une centaine d’années de distance temporelle et spatiale, le texte suivant ne donne pas les clefs du processus politique à venir, mais peut être une leçon d’histoire pratique.

 

Leçon d’histoire pratique QUI NOUS CONFIRME AUSSI QUE L'UNITE EST UN COMBAT complexe qui exclut toute facilité paresseuse, intellectuellement et physiquement.

 

Pierre Assante, 20 février 2014

 

Lire

ici

http://pierreassante.fr/dossier/DEUX_MONDES_OULIANOV_1910.pdf


ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 19:59

CASSANDREDÉCROISSANCE OU  CROISSANCE QUALITATIVEMENT NOUVELLE ? 

 

Lorsqu’on entend le mot décroissance,  c’est en fonction du mot croissance qui est au cœur du débat sur l’emploi, sur le progrès économique et social attendu, et aussi au cœur des promesses non tenues qui ont désespéré la classe ouvrière et les « couches populaires » puis les « couches moyennes » dont la « prolétarisation » s’accélère.

 

Le mot croissance est avant tout un mot attaché  à notre système de production et d’échange, le système capitaliste. C’est avant tout un mot du système, même s’il peut être employé diversement.

 

Faut-il encore et toujours n’imaginer la croissance que dans ce système ?

L’imaginer dans un autre système n’est-il pas aussi le moyen de changer ce système pour un système qui permettra le développement durable de la société, le libre développement de l’individu, condition du libre développement de tous ?

 

Et lorsqu’on pense croissance dans un système nouveau possible, dépassant l’échange de capital en tant que «circulation du  sang » actuelle et malade de l’échange humain, peut-être peut-on dépasser l’indignation sur les effets du système capitaliste afin d’entamer la construction générationnelle d’un nouveau mode d’échange.

 

Qui suit mes réflexions ici, et de nombreuses autres ailleurs, y trouveront cette idée simple dont on peut vérifier à partir de l’existant, des prémices concrètes déjà bien avancées dans la réalité d’aujourd’hui. J’en citais une : la concentration-miniaturisation-croissance de l’informatique, si l’on compare avec les immeubles-computer à lampes à incandescence des débuts. Si l’on considère cette croissance en qualité nouvelle, on peut de fait l’appeler décroissance (arbitrairement, « utopiquement », mais pourquoi pas si c’est pour se faire comprendre sans tromper personne) au sens que c’est une croissance dont l’extension ne pose pas problème de quantité à résoudre, d’étouffement de la planète et de l’homme par son « volume ». Par contre cette croissance qualitativement nouvelle de l’informatique utilisée par le système capitaliste retombe dans la croissance quantitative d’un développement non durable, comprimant jusqu’à l’étouffement social et personnel.

 

Qui se refuse à ce débat de l’usage de l’échange « Argent-Marchandise-Argent plus » et de son lien essentiel avec une croissance insoutenable se prive des transformations en santé de la société à laquelle il aspire sans apporter remède au mal qu’il dénonce.

 

Certes, ces considérations faites, bien que sérieuses, ne définissent pas les limites d’usage de la planète, mais pourraient permettre de définir par quelle politique ne pas les dépasser et comment les respecter.

 

 Pierre Assante, 18 février 2014

 

Post scriptum, je reprends le fin d'un article précédent : "En conséquence de quoi, l’humanité est-elle capable de modifier le lourd mouvement général qui est l’orientation de ses 7 milliards d’individus dans leur mode d’échange du capital généralisé ? Est-elle capable d’un changement de direction raisonné, conscient ? Non d’une téléologie globale de son avenir, mais une téléologie du geste à accomplir pour modifier le mouvement général de sa masse, tel un navire devant éviter un écueil en prévoyant de dévier le mouvement de sa masse ?"

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 06:50

2011 01 02 002COMMUNIQUE DE PIERRE LAURENT
Une grande marche pour un sursaut de la gauche : "c'est à notre portée"
(Pierre Laurent)

Les conditions pour un grand sursaut de la gauche face aux mobilisations de la droite et de l'extrême droite, face aux choix d'austérité du gouvernement et au pacte de responsabilité, se dessinent. Des forces diverses y travaillent.
J'ai lancé pour ma part, lors de la venue d'Alexis Tsipras à Paris,
l'idée d'une grande marche contre l'austérité en France et en Europe le
12 avril. Alexis Tsipras a dit son accord pour y participer.
Clémentine Autain a proposé une réunion unitaire pour préparer une
grande manifestation de rue.
Le Front de gauche travaille à un appel de rassemblement large.
La gauche du PS et les écologistes ont, quant à eux, marqué dans des
déclarations récentes de fortes réserves sur le pacte de responsabilité
et dit leurs inquiétudes sur l'évolution de la situation politique.
Aujourd'hui, Jean-Luc Mélenchon et Olivier Besancenot proposent une
marche nationale eux aussi le WE du 12-13 avril. 

Je pense que toutes ces forces devraient construire les conditions d'une
mobilisation commune en confrontant leurs propositions sur les contenus,
la date et les formes de cette grande mobilisation. C'est à notre portée.
Pierre Laurent, secrétaire national du PCF.


ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 07:07

LUCRECELa panne intermittente d’ouverture des images semblant avoir trouvé solution, -MERCI LES INGENIEURS, TECHNICIENS ET TOUS LES TRAVAILLEUSES-EURS DE TOUTE ACTIVITE ! -, je remplace le texte précédant de cet article par :

 

« …Je sais bien que les systèmes obscurs des grecs sont difficile à rendre clairement dans nos vers latins, surtout parce qu’il faut user de tant de mots nouveaux, à cause de la pauvreté de la langue et de la nouveauté des sujets ! Et toutefois l’attrait de ta vertu, la douceur espérée de ta chère amitié, m’engagent à surmonter toutes les fatigues, à veiller durant les nuits sereines, cherchant par quelles paroles et dans quels vers je pourrai faire luire à ton esprit une lumière qui éclaire pour lui les secrets les plus profonds de la nature. Cette terreur, ces ténèbres de l’âme, il faut, pour les dissiper, non pas les rayons du soleil, les traits lumineux du jour, mais la vue exacte de la nature et son explication raisonnée… »

 

De Natura Rerum, Lucrèce, -98.-55 AC. 

 

Et "LES DEUX DEMI-CERCLES. POÈME PRATIQUE ET TRAGIQUE ET OPTIMISTE" : 

http://pierre.assante.over-blog.com/article-les-deux-demi-cercles-poeme-pratique-et-tragique-et-optimiste-122517964.html

 

Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 06:49

LES-2-DEMI-CERCLES.jpgLes deux DEMI cercles. Poème pratique et tragique et optimiste

 

La dialectique, une logique en mouvement et en relief.

 

Notre pensée, une représentation de la réalité, la réalité qui nous touche par sa proximité physique sensible, notre perception et nos appareils de perception, concrets et abstraits.

 

Une représentation, comme dans un miroir qui ne voit que la superficie et la déforme plus ou moins gravement. Mais aussi une représentation dont l’épaisseur et la hauteur s’accumule.

 

Comme deux demi-cercles qui se font face.

Géométrie dans l’espace, deux demi-cercles dont l’épaisseur et la hauteur s’accumule, l’un le reflet de l’espace-temps réel superficiel, l’autre de double de sa reconstruction....


....suite sur ce lien :

  http://pierreassante.fr/dossier/LES_DEUX_DEMI_CERCLES.pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 05:52

BROCHURE ECO ET PO perso Europe, Usa, FrancE, Chine.

La richesse en tant que valeur marchande dÉpend de la crÉation de valeurs d’usage, et la « richesse d’usage » se trouve où sont produites les valeurs d’usage.

 

Dans une fiction décrite par un ex-conseiller de Rocard, et ses activités pédagogiques américano-françaises, il est imaginé que les USA et la France, pour répondre à leur propre dette et la crise de moyens financiers, s’auto-effacent eux-mêmes leur dette vis-à-vis de la Chine et ainsi la prive des ressources monétaires dont elle a besoin dans son avenir, dans le cadre des représentations-convention-contrat de valeur d’échange dans le monde que sont les masses monétaires et leur placement.

 

Les opérations monétaires, les opérations financières, reposent sur des accords fixant symboliquement des valeurs en fonction des valeurs marchandes réellement créées et des valeurs d’usages réellement produite dont dépendent des valeurs marchandes.

 

L’auto-effacement d’une dette ne représente plus rien si les accords-convention-symboliques n’ont plus de relation, d’interaction avec les valeurs réellement créées. La richesse en tant que valeur marchande dépend de la création de valeurs d’usage, et la « richesse d’usage » se trouve où sont produites les valeurs d’usage. La source des valeurs marchande se trouve où sont produites les valeurs d’usage, c'est-à-dire les objets nécessaires à la vie avant qu’ils ne deviennent des marchandises, vue de l’esprit en arrêt sur image du processus de production-échange.

 

On peut très bien imaginer aussi que la Chine dise : effacez donc votre dette, nous conserverons nos valeurs d’usage pour notre consommation et les moyens de production qui les permettent. Sauf que l’intrication mondiale de la production et de l’échange et de la consommation créerait une énorme désorganisation-arrêt de la planète avec les conséquences quasi certaines de bloquer son processus, sauf retourner en arrière complètement, et la loi de la thermodynamique, la flèche du temps nous enseigne le contraire…. On ne réorganise pas l’économie d’une planète comme celle d’une économie familiale paysanne…

 

Les opérations actuelles réelles de menace contre les monnaies des pays émergents sonnent un peu comme cette fiction d’auto-effacement de la dette chinoise par les USA et la France

 

A ce sujet j’écrivais le 1° février 2014 :

 

"...Certes les gérants-profiteurs du capital savent fort bien que l’intrication du mouvement du capital, dans la production et les opérations financières font qu’un écroulement « local » est menaçant pour tout le système.

 

Il y a donc dans ces opérations à la fois une opération profitable immédiatement pour le capital mais aussi une opération d’intimidation et de pression sur la politique économique et monétaire des pays émergents, et du premier d’entre eux devenu deuxième puissance industrielle, économique avec ce que cela comporte en matière de sciences, de culture, de processus général.

 

Mais plus la société mondiale se complexifie, plus elle est intriquée dans le moindre détail, plus elle est fragile.

 

Jouer avec le feu d’un trop grand déséquilibre mondial c’est jouer contre le processus humain avec les conséquences incalculables d’un « retour politique, culturel, social » en arrière. On ne retourne pas en arrière ni ne reproduit rien si ce n’est un « mauvais semblant de copie » qui plombe le processus pour un temps plus ou moins long, et pire…"

 

A suivre les menaçantes élucubrations de la pensée dominante du capitalisme mondialisé, informationnalisé, ultra financiarisé, sa crise de suraccumulation de capital, face à la montée des forces productives dans la révolution scientifique et technique, confrontée à la montée de puissances et de mouvements qui lui échappent, à cette pensée dominante.

 

Pierre Assante, 10 février 2014

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 00:02

marx.ch.VI 0001

 

 

 

ACTIFS ET RETRAITES SONT-ILS TOUS "PRODUCTIFS DE VALEUR"

LIRE

ici

http://pierreassante.fr/dossier/LOJKINE_Jean_le_retour_du_communisme_utopique.pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 12:15

LUKACS2LUKACS 1970. « Dans ces influences indirectes à l’égard des critiques [du système dominant], l’idéologie de classe dominante s’avère donc tout aussi déterminante que dans ses prises de position directes ».

 

Ce que décrit Lukacs (ci-dessous) en 1970, peu avant sa mort (à 86 ans), sur le travail idéologique de la classe dominante, a fait surtout place à une ignorance feinte ou non, et à l'indifférence apparente après 1990 de la part des médias et d'une majorité d'acteurs intellectuels, pour revenir aussitôt qu'il est apparu que le capitalisme n'était pas la fin de l'histoire et qu’il a fallu de nouveau répondre aux questions de la population sur sa situation au quotidien.

 

Puis, je crois que ces "influences indirectes" se sont revivifiées "grâce" au constat par les couches populaires (et les autres !) de l'enfumage dont elles sont victimes et à laquelle il fallait répondre.

 

Enfin je crois qu'aujourd'hui dans la mode du « retour au marxisme » qui n’est pas dû au hasard mais que la crise et les questions qu’elle pose induisent, la tâche sérieuse qui permet de transformer le monde micro et macro dans son unité, et non seulement de le « comprendre », permet aussi le retour des intellectuels « historiques » qui ont œuvré de longue date à cette transformation, petite flamme entretenue pour illuminer l’avenir, et suscite la naissance de nouvelles et nouveaux intervenant-e-s.

 

Nouvelles et nouveaux intervenant-e-s, en osmose, à partir de leur champ propre d’intérêt, avec le mouvement populaire que l’idéologie dominante tente de détourner, non sans quelques sinistres succès encore, mais aussi beaucoup d’échecs dans son effort.

 

Certes les choses changent, « change le monde » de concert avec la « révolution » des forces productives, et les enfumages basés sur toutes les tentatives de chaos possible de la part de l’impérialisme pour maintenir ses dominations, crée une course à l’incohérence opérationnelle à laquelle il nous faut répondre pas un mouvement généralisé et cohérent d’élévation de la conscience humaine rassemblée.

 

Les contradictions entre reculs et avancées de la conscience et leurs causes que sont entre autres la parcellisation éclatée de l’activité humaine et sa « globalisation structuraliste » stérilisante peuvent trouver un issue dans la concordance entre les besoins quotidiens individuels et le besoin général du processus humain qui apparaît derrière le voile de cette idéologie dominante.

 

Voici la citation en question :

 

« …Dans ces influences indirectes à l’égard des critiques, l’idéologie de classe dominante s’avère donc tout aussi déterminante que dans ses prises de position directes. Ces influences indirectes, dans leur défense idéologique des nouvelles aliénations, consistent essentiellement à confiner toute protestation contre elles aux révoltes de l’individu particulier, en réalité totalement privées de perspectives. Elles se sont encore renforcées du fait que d’autre part, l’idéologie dominante a pu exercer une influence sur ses adversaires principaux, les partisans du marxisme (les divers mouvements révisionnistes), et que d’autre part elle a incorporé à sa science et sa conception du monde certains éléments du marxisme, en les réintégrant en conséquence, de telle manière que les tendances que nous avons décrites parurent en recevoir un fondement plus solide, approfondi et plus exact… »

LUKACS 1970 ONTOLOGIE DE L’ÊTRE SOCIAL, L’aliénation p 311. EDITIONS DELGA. 2012. CITATIONS.

 

Pierre Assante, 9 février 2014


 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 09:02

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche