Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 10:58

L'activité en dialogues

 

l'activité en dialogues 0001

 

 Un article sur l'ouvrage : ici

 

 

Un séminaire est organisé à l'attention des adhérents de l'ORT ("Observatoire et rencontres du travail") sur le thème des groupes de rencontre du travail (GRT).

 

Introduction de Louis Durrive au Manifeste pour un ergo-engagement d'Yves Schwartz :

http://www.pierreassante.fr/dossier/LOUIS_DURRIVE.pdf

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 08:42
20100907 044La situation était sans issue.
Ils arrivèrent, et un surtout changea tout.
Mais au bout de quelque temps, tout était toujours pareil.
  
Aucune issue ne semblait plus possible.
Chacun désespérait du futur.
 
C'est alors qu'il fallut abandonner les normes et les congrès 2009idées préconçues,
et que les solutions furent trouvées, l'issue découverte, la route dégagée.
 
C'étaient pourtant de bien anciennes solutions, à la fois bien anciennes et très nouvelles.
 
Pierrot, diffusé aux amis le 12 novembre 2009
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 06:57

paradigme SchwartzArgument simpliste de ma part, mais question essentielle :

 

Dans le processus de libération du travail du marché, comment travailler, quelle organisation de l'activité humaine, quel processus humain d'activité ?

 

Prendre le pouvoir dans l'atelier comme disait Jaurès, mais qu'en faire, comment faire ?

 

L'ouvrage ci-contre est sans doute ce qui s'est fait de plus approfondi comme recherche et expérimentation sur la question.

 

En cliquant ci-dessous vous en trouverez 2 petites pages, ce qui ne peut bien sûr donner une idée exacte de cette recherche, mais qui peut être le début d'un fil d'Ariane pour entrer dans cette réflexion.

http://www.pierreassante.fr/dossier/Extrait_de_Le%20paradigme_ergologique_%20Yves_Schwartz.pdf

 

LE PARADIGME ERGOLOGIQUE OU UN METIER DE PHILOSOPHE

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 08:23

Un des moments à ne pas perdre

et sur lesquel s'appuyer

dans le processus d'humanisation :

 

huma06.09.10

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 06:47

Une soif de dialogue vrai

 

Goblot civilisation...des ateliers ont accolé à la crise écologique l'idée de crise anthropologique c'est à dire crise du devenir humain. Le capitalisme a ceci de fascinant qu'il est puissament intégrateur...

...l'esprit simple des communicants qui tient à distance la vulgarité de l'exercice politique dans la société du spectacle pour entretenir une relation de respect...

...donc oui, je crois que la lenteur devient une vertu révolutionnaire...

...la puissance intrusive des industries culturelles, la violence colonisatrice des images et des signes que nous absorbons...peuvent conduire à l'assèchement de la capacité de milliards d'êtres humains à établir entre eux et avec eux-mêmes des relations libres de injonctions du marché...

..."l'écologie des relations humaines" est aussi en cause en même temps que l'avenir de la planète...

...Au fond, le communisme doit devenir un écologisme radical...

 

Patrice BESSAC, Suite, Cliquer sur :

http://www.pierreassante.fr/dossier/Bessac.pdf

 

Pierre Assante, sur la question anthropologique, l'Humanité, 9 décembre 2006, cliquer sur :

http://www.pierreassante.fr/dossier/Humanite9.12.2006.pdf

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 22:13
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Economie et philo
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 21:10

WALTER JENJAMINSur le concept d'histoire

 

Rédigé dans le premiers mois de 1940

 

A Chaque époque il faut chercher à arracher de nouveau la tradition au conformisme qui est sur le point de la subjuguer...

 

Car tout ce qu'il aperçoit en fait de biens culturels révèle une origine à laquelle il ne peut songer sans effroi...

 

Car il n'est pas de témoignage de culture qui ne soit en même temps un témoignage de barbarie...

 

S'éffarer que les évènements que nous vivons soient "encore" possibles au XX° siècle, c'est marquer un étonnement qui n'a rien de philosophique...

 

Nous voudrions suggérer combien il coûte à notre pensée habituelle d'adhérer à une vision de l'histoire qui évite toute complicité avec celle à laquelle ces politiciens continuent de s'accrocher...

 

Tel qu'on le conçoit à présent, le travail vise à l'exploitation de la nature, exploitation que l'on oppose avec une naïve satisfaction à celle du prolétariat...

 

Tout cela illustre une forme de travail, qui, loin d'exploiter la nature, est en mesure de l'accoucher des créations virtuelles qui someillent en son sein...

 

A cette époque la classe ouvrière désapprit tout ensemble la haine et l'esprit de sacrifice. Car l'une et l'autre se nourrissent de l'image des ancêtres asservis, non de l'idéal d'une descendance affranchie...

 

Ainsi, pour Robespierre, la Rome antique était un passé chargé d' "à présent", qu'il arrachait au continuum de l'histoire...

 

L'idée d'un progrès de l'espèce humaine à travers l'histoire est inséparable de celle d'un mouvement dans un temps homogène et vide. La critique de cette dernière idée doit servir de fondement à la critique de l'idée de progrès en général...

 

L'historien matérialiste ne saurait renoncer au concept d'un présent qui n'est point passage, mais arrêt et blocage du temps. Car un tel concept définit justement le présent dans lequel, pour sa part, il écrit l'histoire...

 

L'histoire universelle n'a pas d'armature théorique. Elle procède par addition : elle mobilise la masse des faits pour remplir le temps homogène et vide. L'histoire matérialiste, au contraire, est fondée sur un principe constructif. La pensée n'est pas seulement faite du mouvement des idées, mais aussi de leur blocage. Lorsque la pensée s'immobilise soudain dans une constellation saturée de tensions, elle communique à cette dernière  un choc qui la cristallise en monade. L'historien matérialiste ne s'approche de l'objet historique que lorsqu'il se présente à lui comme une monade. Dans cette structure il reconnaît le signe d'un blocage messianique des évènements, autrement dit le signe d'une chance révolutionnaire dans un combat pour le passé opprimé. Il saisit cette chance pour arracher une époque déterminée au cours homogène de l'histoire; il arrache de même à une époque telle vie particulière...

 

Le fruit nourricier de la connaissance historique contient en son coeur le temps comme sa semence précieuse, mais une semence indiscernable au goût...

 

Mais aucune réalité ne devient, par simple qualité de cause, un fait historique. Elle devient telle, à titre posthume, sous l'action d'évènements qui peuvent être séparés d'elle par des millénaires...

 

Ces extraits sont tirés de ce volume qui contient "sur le concepts d'histoire"

 

Suite de l'extrait  http://www.pierreassante.fr/dossier/Walter_Benjamin.pdf

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans HISTOIRE
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 17:41
  les-miserables.jpg
 
 Plaisanterie amère
 
Et si nous faisions un cadeau PUBLIC et COLLECTIF au Président : "Les Misérables". Peut-être comprendrait-il mieux la raison de la petite délinquance.
  
Non, je plaisante, hélas, on ne peut comprendre que sa propre déchéance. Le capital n'a aucun merci pour les serviteurs usés.
  
Mais pour le cadeau, pourquoi pas ?
Qu'en penses-tu Jean Valjean ?
 
Pierrot de Marseille
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 06:01

Ernst Bloch

  

  

Vous trouverez

sur ce lien

un petit extrait

de cet ouvrage :

 

53.CONCLUSION:Marx et la suppression de l'aliénation

   ici

http://www.pierreassante.fr/dossier/AtheismeDansLeChristianismeGallimardExtrait..pdf

Citations :

« On verra que le monde nourrit depuis longtemps le rêve d’une chose dont il lui suffit maintenant de prendre conscience pour la posséder réellement »

 Marx, lettre à Ruge, citée par Ernst Bloch.

 "Qu’il est ancien, l'appel à devenir soi même, et qu'il est nouveau aussi. Rejetez les tutelles, cessez de vous plier aux fins d’autrui, cessez de cautionner leurs abus ! Cessez d'être de simples citoyens, bêtes de somme et de rapport envoyées à la guerre de l'homme contre l'homme, et qui y crèvent pour tout autre chose que l'homme ! Et c'est à cela que nos chers plumitifs du Dimanche, tantôt portés sur le monde et tantôt sur l'esprit -mais toujours fidèles au seigneur- ont donné leur bénédiction ! Les bergers honoraient et aimaient la puissance qui crucifia le premier chrétien hérétique : n'était-elle pas souvent leur propre puissance ? Aux pauvres, aux exploités, aux asservis, ils prêchaient en revanche la patience, la passivité -tout sauf la violence. Lorsqu'elle frappait les opprimés, elle ne les dérangeait guère, qu'elle se manifestât constamment, avec la persévérance d'une intimidation quotidienne, ou qu'elle se déchaînât brutalement, jetant bas le masque lorsque la patience des humbles venait à faillir. Dès qu'elle faillit, les gaz et les mitrailleuses sont toujours défensifs, tandis que la révolte la plus motivée se nomme terrorisme. Justifiant les revolvers prêts à tirer à coup de cantiques et d'hosannas, la violence d'en haut s'est drapée d'idéologie....."

Ernst Bloch, “L’athéisme dans le christianisme”.

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 14:02

Bizot.jpgMagali Bizot-Dargent publie

(tout petit extrait en cliquant ci-dessous)

 

QUESTIONS ESSENCIALAS

E AUTREIS ESCRICHS MINUSCULS

 

Moi Pèiron, je ne les trouve pas du tout minuscules du point de vue de la littérature d'Oc.

 

Et vous passerez d'auto-bons moments (un peu à l'Alphonse Allais) d'humour et de distance d'avec les malastres quotidiens qu'ils contiennent pourtant.

 

Et si vous enseignez la langue d'Oc ou l'apprenez pour vous, ce sera une mine de textes cortets et courtois ou un peu plus longs à utiliser en cours ou dins lo teston.

 

2 petites pages (extrait):

http://www.pierreassante.fr/dossier/Questions_essencialas_M_Bizot.pdf

Editions IEO, été 2010.

 

et UN ARTICLE SUR CE CD DANS MESCLUM-LA MARSEILLAISE

MoussuTputan-de-cancon.jpg

 

 

 

 

 

http://www.pierreassante.fr/dossier/MoussuT_journal_La_Marseillaise_Page_Mesclum_16.9.10.pdf

(cliquer  sur ce lien pour ouvrir l'article)

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 07:50

Graphique salaires financiarisationAu sujet de  cet article sur la valeur : http://pierre.assante.over-blog.com/article-valeur-52589733.html

 

Les "sans paroles" ne sont pas plus combatifs.

Ils sont plus impuissants.

C'est pourtant leur existence qui témoigne des tares hiérarchiques de la société, division du travail, confiscation par quelques-uns du processus glogal de la société. Et alliance de ceux qui ont "peu" avec ceux qui ont "tout" contre ceux qui n'ont "rien".

 

Dans ce manque de parole il y a aussi la conséquence de la subalternité, soumission d'une part et refus d'alliance de l'autre. Ce qui n'est pas sans fondement : comment s'allier à qui contribue en partie à vous écraser, comment ne pas se soumettre à ce par quoi il faut passer pour subsister, survivre. L'économie en dernière instance ! Et c'est malgré la soumission une forme de radicalité qui peut s'exprimer positivement ou négativement. En cela il ne faut pas "désespérer DE Billancourt", c'est une issue au désespoir de Billancourt.

 

Il faut mettre avec Billancourt tout ce que le capitalisme a délocalisé et tout ce qu'il exploite depuis sa naissance, personnes et nations.

 

C'est bien d'un renversement d'alliance qu'il est question pour libérer ce processus malade.

 

Ce renversement d'alliance ne peut être, en dernière instance que le résultat des effets de l'économie, de la production des biens nécessaires à l'humain malade du capitalisme et  de la réaction à ces effets en usant des libérations préexistantes dans le capitalisme. 

 

Il ne s'agit pas là d'adaptation du capitalisme, mais de naissance, création nouvelle issu de lui, de la société marchande la plus avancée.

 

Et il s'agit de sortir de la société marchande et NON d'entrer dans une autre, ce qui a été le cas des révolutions historiques passées qui substituaient un mode production marchand à une autre mode de production marchand, parce que la mesure de la valeur n'était pas encore dans la crise de sa généralisation.

 

La crise morale dans laquelle s'expriment les arts (entre autre) fait pré-apparaitre ce nouveau avant qu'il ne se réalise.

 

Refuser les chemins sans issue est devenu de première importance, c'est à dire que l'opportunisme gentil pour garantir les rapprochements n'a plus beaucoup de sens.

 

Le contenu de la solidarité et de l'humanisme réels c'est la pertinence et l'efficacité de l'action. Ceci dit la pertinence et l'efficacité peuvent s'insinuer par une multitude de chemins.

 

Que ceux qui ont un peu s'allient avec ceux qui n'ont rien contre ceux qui ont tout !

 

L'article sur la valeur : http://pierre.assante.over-blog.com/article-valeur-52589733.html

 

* Illustration : graphique paru dans le journal "L"humanité" 

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 12:57

Goblot-civilisation.jpgLe moment, l’ici et maintenant n’est com-préhensible qu’avec le temps long.

 

Il ne faut pas confondre matérialisme historique et déterminisme. Le déterminisme est un défaut de jeunesse du mouvement communiste, et paradoxalement, des grands mouvements de pensée idéalistes dont le communisme a hérité.

 

Cet ouvrage aurait dû contribuer à poser différemment la question des civilisations. Ce qui en ce temps de recul sur la question est matière à réflexion. En avance sur son temps, et reprenant le matérialisme historique à ses origines,  il n’a pas eu l’écho qu’il méritait, dans son propre « milieu de réflexion », et évidemment encore moins dans les moyens d’expressions contrôlés directement par le capital.

 

Le moment, l’ici et maintenant, contient le temps long « cristallisé mais vivant » et aussi l’utopie opérationnelle, le pré-apparu vivant lui aussi qui n’est pas seulement ce qui peut apparaître dans un futur proche, mais tout ce que contient de pré-apparu la conscience de la nature sur elle-même, comme un marche vers un horizon mouvant.

 

Le temps long, c’est ce qui manque souvent à la vision militante. Non parce que le temps long doit se substituer à l’acte quotidien, mais parce que l’acte militant quotidien est l’expression du mouvement sur le temps long sans lequel ce dernier n’existe pas et rien n’existe.

 

En ce sens critiquer l’expérience et le projet au quotidien sans en reconnaître la nécessaire réalité est la propriété des forces les plus conservatrices qui se moquent bien de changer les choses parce que les choses leur conviennent, ou qui font mine de tout changer pour que rien ne change pour les mêmes raisons : conseil aux exploités ne rien faire pour ne pas se tromper, condamner les erreurs, et préserver ses privilèges…

 

EXTRAITS : http://www.pierreassante.fr/dossier/Goblot_extraits.pdf

 

Faisons au passage un hommage à J.J. Goblot qui nous quittés il y a peu de temps et qui a fait dernièrement un travail de recherche sur la démocratie en temps que mouvement historique, travail, qui nous l'espérons pourra être connu et que je ne connais pas.

 

Pierre Assante, 28 août 2010

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans HISTOIRE
commenter cet article
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 08:25

Copie-de-20100825-003.jpgSALVIEN EST UN MORALISTE.

 

Son moralisme s'appuie sur sa foi chrétienne du V° siècle.

Mais ce n'est pas seulement un moraliste.

Il cherche à comprendre ce en quoi l'exploitation de la population menace l'Empire, comment elle le menace, et le processus humain que l'Empire contient.

Ce en quoi nous pouvons retrouver certaine similitude avec notre temps et avec les temps humains de société de classe.

Petits extraits de "De Gubernatione Dei", Editions du CerF. Lien ci-dessous :

http://www.pierreassante.fr/dossier/SalvienEditionsDuCerfPetitExtrait.pdf

SALVIEN 2 0001

Commentaire de P.A. :

http://pierre.assante.over-blog.com/article-salvien-de-marseille-55410968.html

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans HISTOIRE
commenter cet article
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 21:06

mode_de_production_asiatique.jpgSur le mode de production asiatique :

 

http://www.pierreassante.fr/dossier/Mode%20de%20production%20asiatique_0001.pdf

 

Une étude a été publiée par le C.E.R.M. (Centre d'Etudes et de Recherches Marxistes) en 1974, qui malgré le temps garde un grand intérêt critique.

Changer la société, répondre aux besoins humains, implique une action sur l'évènement au quotidien par les forces sociales concernées par cette transformation.

Cette action réclame une connaissance de l'état des choses.

Et l'état des choses demande aussi un vision sur le temps long du processus humain.

Activité, travail, cohérences et incohérences du mode de production vis à vis de la personne dans la collectivité, sous tous les aspects qu'il contient, des techniques à l'organisation politique.

 

Cette étude en fait partie.

 

Le lien ci-dessus et l'image contiennent la table des matières et une petite intervention de Charles Parain de cet ouvrage.

 

marx1844.jpgEt sur le communisme :

http://www.pierreassante.fr/dossier/Communisme_marx_1844_page87_E.S..pdf

Marx, nous donne la mesure de ses intuitions dans ces manuscrits. Il  use encore de la méthode empirique à partir de sa maîtrise de la dialectique hégélienne qui donnera naissance au matérialisme dialectique qui s'est malheureusement quelquefois transformé en "dia-mat" de recettes et de formules. Lorsque je dis intuition il s'agit d'une découverte du présent rélativement "généralisable" mais avec précaution, vérification dans la marche du priocessus, avancées et "retours".

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans HISTOIRE
commenter cet article
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 07:47

travail_et_ergologie_0001.jpg"Travail et Ergologie", note de lecture,

Revue "Enjeux", Unité et Action, FSU.

 N° 182, Avril 2005

 

 

De « Expérience et connaissance du travail (Yves Schwartz) »

à « Travail et Ergologie, entretiens sur l’activité humaine »,

Un itinéraire de recherche collective

dont notre époque aurait dommage à se passer.

  

Je voudrais revenir, sur cet ouvrages paru en 2003, qui, bien que destiné en priorité au monde de la recherche, mais pas seulement, n’a pas eu l’impact public qu’il mérite. Il s’agit d’un ouvrage collectif dirigé par Yves Schwartz et Louis Durrive intitulé « Travail et Ergologie, entretiens sur l’activité humaine », Editions Octarès.

Il me semble qu'il n'y a rien de plus humain, de plus poétique, de plus créatif et de plus optimiste que de parler ainsi de l'activité humaine.

Dans le « rien n’est précaire comme vivre » d’Aragon, il n’y a pas seulement la fragilité du corps, mais celle de la pensée. « Nous sommes en quête de sens sur cette aventure humaine, apparue (hasard ou nécessité ?) dans une aventure cosmique dont nous commençons seulement à repérer les dimensions (René Merle) ».

En 1988, Yves Schwartz publiait « Expérience et connaissance du travail », Editions Sociales, dirigées alors par Lucien Sève. Un débat qui s’initiait alors, et qui intéresse au plus au point tous ceux qui souhaitent tenir les deux bouts de l’action sociale : repérer dans la société ce qui serait collectivement à changer, qui fait problème et souffrance, et par quoi le changer, comment l’humain peut continuer à agir sur son devenir. En formulant  cette question, je n’y inclue pas toutes les réserves que requiert une réflexion qui se veut approfondie, éclairée sous tous les angles possibles, et évitant les dogmatismes. Nous n’avons d’ailleurs pas la prétention de pouvoir développer des réserves qui sont celle de la recherche, mais d’insister sur cette idée : ce que les humains produisent pour assurer leur survie et développer les individus et l’espèce, et comment ils le produisent est une question essentielle, et le travail en est au centre. Citant G. Friedman qui écrit « l’homme est un. Pour le..........

 

suite : http://www.pierreassante.fr/dossier/Travail_et_ergologie.pdf

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 22:49

FLORENCE 2002Besoin de concept

 

Pardon pour le vocabulaire et la construction de la phrase, mais ces mots « compliqués » c’est la façon la plus simple et la plus directe d’aborder cette question.

 

Le contenu de ce blog a pour origines et pour buts de développer la compréhension sur le concept* de besoin et le besoin de concept, compréhension nécessaire à l’expression consciente d’un processus inconscient sans laquelle on ne peut abolir l’état des choses......

 

.......Suite :

http://www.pierreassante.fr/dossier/Besoin_de_concept.pdf

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans PHILOSOPHIE
commenter cet article
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 07:49

Manifeste dit de Champigny, 1968Extrait d'article :

 

......Si Marx ne définit pas les termes « classe ouvrière »

En ce sens, si Marx ne définit pas les termes « classe ouvrière », « prolétariat », « salariat » comme le souhaiteraient nombre de ses « exégètes » dont je suis, sa définition de la marchandise, de l’échange, de la plus value semble les définir par contrecoup. C’est bien de la production industrielle que naît la plus value et donc de l’activité de la classe ouvrière au sens strict. Que le développement des services soit nécessaire au développement de l’industrie moderne et de l’industrie informationnalisée-mondialisée ne remet pas en cause ces concepts, mais au contraire souligne la contradiction entre le mode de production capitaliste et son développement et son besoin de dépassement.

C’est en ce sens aussi qu’il convient de développer le concepts d’unité du salariat sur la base de son exploitation mais aussi sa diversité et en particulier celle qui dépend directement de la production et celle qui lui est liée par son développement, et de plus les formes particulières du salariat liées à la division du travail, y compris dans cet élément essentiel de la vie qui nous nourrit, l’agriculture que l’on oublie car elle n’est pas au centre de la production industrielle.

La baisse tendancielle du taux de profit, contradiction entre besoin d’investissement, en matière d’automatisation-informationnalisation-mondialisation, la suraccumulation du capital et son besoin de dévalorisation-destruction, et le besoin de profit c’est cela la réalité contradictoire du capitalisme.

En ce sens « Le Capital » et le mouvement communiste, marxiste, n’est en rien dépassé, car la base de la réalité sociale n’a pas changé, comme le darwinisme, l’évolution des espèces reste une base scientifique  pertinente, même si la génétique a modifié des données importantes, et la réalité économique actuelle demandent à réactualiser, affiner notre approche du capital pour transformer le mode de production et le dépasser. ......(P.A.)

 

L'article entier : http://pierre.assante.over-blog.com/article-ce-n-est-pas-le-marxisme-qui-est-obsolete-55232723.html

 

Et si on relisait une nouvelle fois le livre I du Capital sur le caractère fétiche de la marchandise ? :

 IV. — Le caractère fétiche de la marchandise et son secret.

Une marchandise paraît au premier coup d'œil quelque chose de trivial et qui se comprend de soi-même. Notre analyse a montré au contraire que c'est une chose très complexe, pleine de subtilités métaphysiques et d'arguties théologiques. En tant que valeur d'usage, il n'y a en elle rien de mystérieux, soit qu'elle satisfasse les besoins de l'homme par ses propriétés, soit que ses propriétés soient produites par le travail humain. Il est évident que l'activité de l'homme transforme les matières fournies par la nature de façon à les rendre utiles. La forme du bois, par exemple, est changée, si l'on en fait une table. Néanmoins, la table reste bois, une chose ordinaire et qui tombe sous les sens. Mais dès qu'elle se présente comme marchandise, c'est une tout autre, affaire. A la fois saisissable et insaisissable, il ne lui suffit pas de poser ses pieds sur le sol ; elle se dresse, pour ainsi dire, sur sa tête de bois en face des autres marchandises et se livre à des caprices plus bizarres que si elle se mettait à danser .....(Marx)

 

Suite :

http://www.marxists.org/francais/marx/works/1867/Capital-I/kmcapI-I-4.htm

 

Echange avec E. sur l'université d'été :

C'est un très beau programme auquel j'aurais aimé participer.
Mais comme je le dis dans mon blog la censure médiatique nous empêche en partie de progresser.
Ce n'est pas nouveau !
Ce sont les évènements qui nous porteront, ça, nos dominants ne pourront pas l'empêcher !!!
Et ces camarades qui se forment seront très utiles dans les années 2015-2017 où la crise va se réaffirmer encore plus fortement, radicalement. P.A.
 
Sur les manuscrits de 1844, Bottigelli, extraits :
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 08:26

14mai10 003 

De cette Université d'été, on vous parlera peu dans les "grands" Medias.

 

Alors, je vous en fais part :

 

http://www.bdr13.pcf.fr/27-28-29-aout-2010.html

 

Elle réunit des centaines de militants communistes chaque année.

Mais tout anti-capitalisme opérationnel, c'est à dire qui ne se limite pas à une prise de position "esthétique" a peu de chance de se faire entendre si ce n'est par lui-même et par les salariés qui luttent.

 

Une participation personnelle à la réflexion communiste:

http://pierre.assante.over-blog.com/article-la-metamorphose-du-travail-5-50419110.html

 

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 15:21

GARO-I-jpgPourrait-on dire cela sans créer de confusion ? :

 

La conscience fait partie de l’imaginaire.

 

La conscience * c’est la part de l’imaginaire qui est opérationnelle de par le type de relation qu’elle permet entre le besoin de l’espèce et de l’individu dans l’espèce et la réalité, la nature.

 

Le communisme grossier (termes des manuscrits de 1844) nie l’imaginaire et réduit la conscience à un reflet exact, fini, de la réalité.

 

Marx au contraire s’appuie sur la partie opérationnelle (au sens strict pour la commodité de l’étude) de l’imaginaire pour explorer l’imaginaire le plus profondément possible. Et en particulier l’imaginaire en tant que produit de conditions historiques et de la société de classe par exemple. Dans le fétichisme de la marchandise, sur la table objet simple et la table objet marchandise (qu’il ne sépare pas), qui se dresse sur ses pieds et danse, selon le conte mais pas seulement puisque le conte naît de la situation, sa vision totale est claire.

 

En ce sens exégèse et commentaires sont en « part » déformation car ils veulent amener auditeur et lecteur de « sa » réalité historique acquise à « celle » de l’auteur, alors que l’expression de l’auteur parle par elle-même. C’est le cas de l’exemple ci-dessus du fétichisme de la marchandise.

 

Cependant l’expression de l’auteur peut rarement se passer de références et contextes qu’il possède en propre et qui sont différents, que ce soit d’une façon « proche » ou « éloignée » de ceux du « récepteur ».

 

Pierre Assante, 21 août 2010

 

Illustration, "L'idéologie ou la pensée embarquée", Isabelle GARO.

 

* Voir :

http://pierre.assante.over-blog.com/ext/http://www.pierreassante.fr/dossier/Vygotski.pdf

http://pierre.assante.over-blog.com/article-vigotsky-55723628.html

et Bottigelli, sur les manuscrits de 1844, extraits

http://www.pierreassante.fr/dossier/Bottigelli_manus44_extraits.pdf

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 14:51

Travail "non qualifié"

 

 

Copie de P1000280A la charnière de la dissolution du Commissariat Général au Plan remplacé par le Centre d’Analyse Stratégique auprès du 1° Ministre, un travail a été fait dans le cadre du Plan par une commission intitulée du TNQ (travail non qualifié), dont j’ai été membre à titre syndical pendant près de 2 ans.

 

 

Un ouvrage a été préparé qui n’a jamais vu le jour officiellement. 

 

 

N’étant pas propriétaire des textes, ni de ceux des coordinateurs de l’ouvrage, ni de ceux des intervenants dans l’ouvrage, textes échangés à titre confidentiel,  je ne peux me permettre d’y faire mention ou d’en donner des extraits.

 

Pour ma part étant propriétaire de mon intervention écrite, j’en fais part ici . Il faut la situer dans son contexte, la date de sa rédaction, entre mai 2006 et avril 2007, en dehors des différentes contre réformes du travail qui ont eu lieu après en matière de salaire par exemple et de statuts en particulier.

 

Cette contribution fait référence aux travaux du Professeur Yves Schwartz.

 

 

Présentation

 

AVEC LE Professeur Y.CHWARTZCette contribution pour la F.S.U. (Fédération Syndicale Unitaire)

-S’appuie sur des exemples traités.................., en particulier les opératrices d’entretien des chambres d’hôpitaux développé par l’ergonome (..........). Elle souligne par une rapide évocation le travail dit « immatériel » en fait celui sur lequel   le Professeur Yves Schwartz désigne comme résultant de la « dialectique sans fin entre anticipation et confrontation »[1] face a une tâche à laquelle seul l’opérateur peut répondre, et qui dépasse les contours du « prescrit » (exemple dans cette intervention des chauffeurs de bus), pour en venir à l’expérience des personnels T.O.S. (Techniques, Ouvriers et de Service).

- Elle veut situer le TNQ non seulement dans sa situation actuelle « micro » et ses possibilités de devenir, mais aussi par rapport à sa situation générale dans la Société Française, l’historique du travail, la division et les couches sociales nées de cette division. Elle évoque en quoi cette division, telle qu’elle s’est constituée peut  être un handicap pour la société et toutes ses composantes, travailleurs « non qualifiés » en premier et comment une autre conception et maîtrise de ces travaux indispensables à la société peut aboutir à une « explosion » des capacités et activités humaines.

-Elle insiste sur la constitution de « couches subalternes » dans ces branches d’activité, impliquant avant tout des personnels féminins issus des milieux populaires et constituant une stratification stérilisante dans la développement économique et social.

-Elle met en relation la question de la rémunération (données en date du printemps 2006), comme un élément essentiel de la reconnaissance nécessaire de ces branches d’activité incontournables.

-Elle prend l’exemple des T.O.S. des Lycées et Collèges ou de l’aide communale aux personnes comme illustration de la possibilité de « formaliser » ces missions dans la Fonction Publique dans l’intérêt des personnels et des usagers : les T.O.S. sont en effet un des plus grands « regroupements » de personnels « d’aide à la personne », les élèves en l’occurrence, dont le travail est garanti par un statut, la gestion et les évolutions soumises à parité à un encadrement et une représentation syndicale pour répondre aux besoins des personnels et des usagers. Ils sont une réalité en mouvement sur laquelle il aurait lieu de s’appuyer face à une précarité dont le T.N.Q. et « l’aide à la personne », sont les premières victimes.

- Elle met en avant la complémentarité des formations initiale, permanente et validation des acquis en soulignant l’essentialité de la formation initiale donc scolaire et universitaire bien entendu.[2]

 - Elle met et exergue la nécessité des échanges d’idées et la tâche effectuée ..................T.N.Q. qui, si elle n’aboutit pas à une synthèse, est riche de confrontations et de données nécessaires à un débat national sur la question du travail........



[1] « Les techniques s’inscrivent dans l’histoire humaine faite d’une dialectique sans fin entre anticipation et confrontation » Yves Schwartz,  « Travail et Ergologie », Octarès.

[2] Voir trois ouvrages édités par la FSU (Editions Nouveaux Regard et Syllepse)

- « Formation professionnelle, regards sur les politiques régionales », par Yves Baunay, Francis Vergne, Juin 2006.

- «Validation des acquis de l’expérience », Collectif, Août 2005.

- « Aventure commune et savoirs partagés », Collectif, sous la direction Denis Paget

Et  « Réussir notre école », Gérard Aschieri, Secrétaire Général de la F.S.U., Edition La table ronde, septembre 2005.

 

SUITE :Travail "non qualifié" ,

8 pages,

(cliquer sur ce titre ci-dessus en rouge)

 

AUtres Articles sur ce sujet dans la presse FSU :

"Regions Atos" UNATOS-FSU :

http://www.pierreassante.fr/dossier/plan_commissariat_regions_atoss.pdf

"Pour " FSU (sur la dissolution du Plan :

http://www.pierreassante.fr/dossier/Plan_Commissariat.pdf

"Enjeux" U&A - FSU, Sur la parution de Travail et Ergologie :

http://pierre.assante.over-blog.com/article-travail-et-ergologie-note-de-lecture-55924535.html

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Economie et philo
commenter cet article
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 06:28

Vygotski_0001.jpg1 A sujet de l'article sur Salvien, pour moi : il ne s'agit pas de mysticisme, il l'était si peu à mon sens. Au sens propre. En tout cas ce n’est pas mon propos.

 

C'est sa capacité à répondre dans une société "immobile", rigide sur ses principes de classe,  à la contradiction entre travail, production et répartition de richesses, blocage de la reproduction de la société par le traitement du travail. Traitement des pauvres, traitement de "l'étranger", du barbare. Bagaudes, vente des personnes pour endettement, fuite vers les zones de non droit pour se libérer du droit de classe.

 

2 Marx, son mouvement de pensée et d’action,  le travail, le cœur du processus en cours :

 

Yves Schwartz, Henri Lefebvre, Ernst Bloch, Walter Benjamin, Lev Vygotski  et tous les auteurs connus ou quasiment anonymes et ou censurés partiellement ou totalement des médias de classe ou du hasard, qui ont travaillé les dossiers au quotidien, économie, politique, formation….

qui ont travaillé et contribué au processus humain dans la merveille du travail dans toute sa diversité, dans toute son ampleur "simple" et libre, malgré tout.

 

Ce n’est pas un classement mais des repères pour avancer, des amitiés « concrètes » ou « virtuelles » humaines, vraies, pour com-prendre.

 

Extraits de "Pensée et langage", couverture, 6 pages, notes :

http://www.pierreassante.fr/dossier/Vygotski.pdf   

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 08:23

 

Copie-de-8juin10-001.jpgUN PAVE POUR DEBATTRE

 

Le système Sarkozy est l’expression étatique de notre égoïsme collectif.

 

Je ne dis pas cela en dédouanant les acteurs principaux de cet égoïsme, la caste des privilégiés du capital. La scission pauvre/riche est toujours à l’ordre du jour !

 

Qu’est que j'entends par égoïsme collectif ? Ce n’est pas un sentiment qu’il suffirait de combattre avec la volonté d’être « gentil ». C’est un processus qui découle du mode de production, c’est à dire de la façon dont la vie s’est organisée pour subvenir au besoin de la l’humanité.

 

Un processus biologique, même de l’ordre de la vie pensante, est un processus de cristallisation, d’accumulation des éléments qui la constituent, en strates montantes.

 

Un retour à un mode de production qui assure la continuité et la croissance (pas la croissance au sens du capital telle qu’elle est gravée dans la pensée unique et la pensée dissoute) ne peut que et s’appuyer sur ces strates et ébranler en surface et en profondeur ces strates. 

 

Ce n’est donc que par un tremblement de terre ou extérieur à la société ou intérieur et conséquent à son propre processus, ou les deux, qui peuvent rompre l’égoïsme collectif. Ce tremblement de terre semble s’approcher. Le mythe de l’apocalypse repose sur des réalités humaines qui se sont succédées à différents moments de l’histoire. Au niveau de développement humain atteint, il est évident que le tremblement ne peut être que d’ampleur.

Parce que jusqu’alors le système marchand a été rompu par un autre système marchand et qu’au niveau atteint des échanges actuels, c’est la mesure de l’échange marchand qui n’est plus pertinente.

 

Il y a dans la confusion ambiante et mondiale, dans l’incertitude qui s’abat sur l’humain quelque chose qui réclame, comme pour le christianisme héritier de la colonisation, de la guerre, de l’oppression romaine et de son mode de production et de la désorganisation culturelle qu’elle induit, une demande de sauveur.

 

Une demande de sauveur en attendant celle d’une conscience collective qui s’éveille.

 

Pour moi elle est dans ces moins de deux pour cent issus de l’analyse marxiste, qui quoiqu’on en dise est achevée. Non au sens où le marxisme n’a plus rien à découvrir, à com-prendre, à mettre en œuvre, mais dans le sens où il contient une étape nouvelle du processus humain à mettre à jour.

 

8juin10 010Moins de deux pour cent manifestes, mais bien plus en sommeil dans le réseau de l’inconscient collectif. La difficulté est que la transformation à entreprendre est est de l’ordre de la révolution du néolithique en importance et du renversement de mode d’échange en qualité.

 

Ce n‘est pas la réorganisation mondiale du travail qui en permettant la poursuite du profit en déplaçant les lieux de la plus value de main d’œuvre des lieux de résistances précédemment organisés qui l’empêchera. A tout le moins, elle amplifiera l’ampleur du tremblement de terre et ses conséquences attendues et inattendues.

 

CECI EST UNE FIN D'ETAPE DE CE BLOG.

 

J'ai besoin de passer quelque temps avec Salvien. Sans m'éloigner de Marx.

 

Pierrot, Marseille, 19 août 2010

 

Actions du 4 septembre et du 7 septembre voir article précédent.

 

Fête de l'Humanité : 10, 11, 12 septembre 2010

 

et toujours : http://pierre.assante.over-blog.com/article-economie-et-immateriel-54720642.html

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 08:53

 

Karl-Kraus.jpgUNION SACREE ?

 

Si le processus réactionnaire actuel n'était pas bloqué par une action ouvrant la voie à un changement réel (pas "tout changer pour que rien ne change" du Guépard),  nous pourrions hélas  affirmer, à l'instar de Karl Kraus "il n'y a plus rien à dire de......". Mais nous n'en sommes pas là, malgré la situation ahurissante que nous vivons....

Une gauche molle qui ne s’attaque pas à un système en putréfaction qui provoque une crise, peut faire, comme il fut un temps, le chancelier allemand de droite, Hindenburg, le lit d’une forme moderne, inédite, de fascisme. Le programme du conseil National de la Résistance est né d’une réaction contre une gauche molle cédant aux intérêts du capital. Il y a donc lieu de réagir pour prévenir de telles épreuves. Et on ne mène pas une guerre contre le capital et pour une autre construction sociale sans théorie révolutionnaire et sans engagements et mesures fermes.

 

Préparons et participons : 

Journée d’action interprofessionnelle le 7 septembre 2010

Communiqué CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA
Paris, le 29 juin 2010

Ces dernières semaines, les salariés du public et du privé, les demandeurs d’emploi, les jeunes et les retraités se sont mobilisés de plus en plus massivement sur les retraites, notamment le 24 juin 2010. Ils ont réaffirmé leur opposition au projet de réforme injuste et inacceptable du gouvernement, notamment au report brutal des âges légaux à 62 et 67 ans qui pénalise particulièrement les salariés ayant commencé à travailler jeunes et ceux ayant eu des carrières chaotiques et incomplètes. Cette réforme n’apporte, par ailleurs, pas de réponse sur le plan de la pénibilité. Elle aggrave les inégalités entre les hommes et les femmes.

Les organisations syndicales dénoncent la campagne médiatique précipitée du gouvernement qui travestit la réalité du projet.

Cette réforme, une des plus dures d’Europe, arrive dans une situation économique dégradée où le chômage est en hausse continue et touche plus fortement les jeunes et les seniors. Les politiques de rigueur se généralisent dans toute l’Europe en aggravant les inégalités et hypothèquent fortement toute reprise.

Des initiatives intersyndicales viseront à interpeller le gouvernement et ses représentants, aux niveaux national et local, le 13 juillet, jour du Conseil des ministres qui adoptera le projet de loi. Durant l’été, les organisations syndicales interpelleront les parlementaires.

Les organisations syndicales CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA vont poursuivre leur action tout au long du processus législatif de la réforme des retraites.

Elles décident d’une nouvelle journée nationale de grèves et de manifestations le 7 septembre 2010, au moment où s’ouvrira le débat parlementaire. Elles appellent tous les salariés du privé et du public, les demandeurs d’emploi, les jeunes et les retraités à construire ce jour une mobilisation d’ampleur.

 

Appel Citoyen, face à la xénophobie et à la politique du pilori : liberté, égalité, fraternité

Signez l’appel en ligne !
http://nonalapolitiquedupilori.org

Les plus hautes autorités de l’Etat ont fait le choix de jeter à la vindicte publique des catégories entières de population : Gens du voyage accusés comme les étrangers d’être des fauteurs de troubles, Français d’origine étrangère sur lesquels pèserait la menace d’être déchus de leur nationalité, parents d’enfants délinquants, etc. Voici que le président de la République accrédite aussi les vieux mensonges d’une immigration coûteuse et assimilée à la délinquance, et offre ainsi à la stigmatisation des millions de personnes en raison de leur origine ou de leur situation sociale.

Ce qui est à l’œuvre dans cette démarche ne s’inscrit pas dans le débat légitime, dans une démocratie, sur la manière d’assurer la sûreté républicaine. Le nécessaire respect de l’ordre public n’a pas à être utilisé pour créer des distinctions entre les habitants de ce pays et désigner des boucs émissaires. Ni pour instituer des peines de prison automatiques, contraires aux principes fondamentaux du droit pénal, à l’indépendance de la justice et à l’individualisation des peines.

La Constitution de la France, République laïque, démocratique et sociale, assure « l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ».

Nul, pas plus les élus de la nation que quiconque, n’a le droit de fouler au pied la Constitution et les principes les plus fondamentaux de la République.

Notre conscience nous interdit de nous taire et de laisser faire ce qui conduit à mettre en péril la paix civile.

Nous appelons à une manifestation le samedi 4 septembre 2010, place de la République à Paris, à 14h00, et partout en France, afin de fêter le 140e anniversaire d’une République que nous voulons plus que jamais, libre, égale et fraternelle.

 

Pour mémoire, Déclaration commmune intersyndicale du 15 janvier 2009 :

http://www.pierreassante.fr/dossier/declaration_commune_15%20jan_2009.doc

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 08:21

  JAURES.jpg

 

CHANSONS PEDAGOGIQUES

 

Ces chansons ont été composées et enseignées aux enfants de l’école communale marseillaise de la Rue François Moisson vers 1919 par un instituteur socialiste du nom de Vielmas.

C’était l’instituteur de mon père, et mon père m’a retranscrit de mémoire ce document d’histoire qui succédait de peu à  la guerre de 14-18.

Mon père était fils d’un marin puis docker, issu de l’immigration italienne (de Procida, vers 1860, mon arrière grand père était capitaine de grand cabotage avec son voilier installé à Marseille)…. et politiquement des grandes grèves de 1904 et 1907 ; et d’une mère marseillaise de trois siècles, famille vaudoise arrivée d’Embrun pendant des guerres de religion, ainsi le disait la légende familiale.

Mon arrière grand mère ne parlait quasiment qu’en occitan de Marseille au point que mon père, se réveillant d’un coma à la suite d’une hémorragie cérébrale dans sa vieillesse,  ne connaissait plus pendant un temps que sa langue d’enfance, ce marseillais-là. Mais ceci est une autre histoire…écrite par lui-même qu’il serait intéressant de conter….

La famille de ma mère arrivait des Baléares avec aussi de beaux moments d’histoire à raconter. Comme dans beaucoup de familles qui ont pérégriné au fil des évènements politiques ou économiques ou les deux….

Ces chansons, que l’on trouvera sans doute naïves témoignaient d’une volonté de renouveau de paix et de progrès. Resituées dans leur contexte, et malgré leurs limites politico-historiques elles sont porteuses d’une autre construction sociale qui nous interpelle aujourd’hui.

Sur ces limites, on peut souligner une autre correspondance avec aujourd’hui. Une gauche molle qui ne s’attaque pas à un système en putréfaction qui provoque une crise, peut faire, comme il fut un temps, le chancelier allemand de droite, Oskar Hindenburg, le lit d’une forme moderne, inédite, de fascisme. Le programme du conseil National de la Résistance est né d’une réaction contre une gauche molle cédant aux intérêts du capital. Il y a donc lieu de réagir pour prévenir de telles épreuves. Et on ne mène pas une guerre contre le capital et pour une autre construction sociale sans théorie révolutionnaire et sans engagements et mesures fermes. D'autant que les contradictions ont pris l'ampleur du décalage en expansion entre ce que sont devenues aujourd'hui les forces productives et le mode de production qui ne répond plus à leurs besoins de développement.

 

Si le processus réactionnaire actuel n'etait pas bloqué par une action ouvrant la voie à un changement réel (pas "tout changer pour que rien ne change" du Guépard),  nous pourrions hélas  affirmer, à l'instar de Karl Kraus "il n'y a plus rien à dire de......". Mais nous n'en sommes pas là, malgré la situation ahurrissante que nous vivons....

 

2 Chansons :

http://www.pierreassante.fr/dossier/chanson_VIELMAS_1.pdf

http://www.pierreassante.fr/dossier/chanson_VIELMAS_2.pdf

 

Ces documents ont été écrits à la main par mon père, sans doute sont-ils plus lisibles imprimés.

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans HISTOIRE
commenter cet article
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 07:00

UN CANT POLITUN CANT POLIT

 

(nouvelle)

 

………...…et j’écrivais cette

romance

en octobre 1967 sans savoir

que…….   

 

 

GESTE PREMIER

 

.Quand les nuages se sont fait plus

lourds, les oiseaux ont crié de

solitude.

.Les platanes n’avaient plus d’ombre, les escaliers étaient déserts.

.La pluie s’est mise à tomber.

.Le vent pousse sur la place le ronflement des voitures.

.Le vent rassemble les éclats et l’encerclement des collines.

.Il divise sur la mer le crépitement .....

 

Suite de la nouvelle sur ce lien

ou sur la couverture du texte

"UN CANT POLIT":

http://www.pierreassante.fr/dossier/UN_CANT_POLIT.pdf



Une sélection d'articles de ce blog : ici 

 

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans NOUVELLES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche