Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 07:10

JAURESJaurès a écrit une monumentale histoire socialiste de la révolution française.

Il apporte dans cet extrait, comme dans toute son oeuvre ( lien ci-joint ici 982 KB) un jugement de valeur et sur l’évènement historique et sur la personne, qui élève et universalise et en même temps relativise la vision du jugement de valeur.

Nous en avons bien besoin en ce moment où le processus de la société marchande nous isole, nous parsème, nous désolidarise, et pas au profit d’une plus grande liberté, d’une plus grande prise en compte de la personne humaine, mais au contraire au détriment de son épanouissement et de son intelligence du « général ».

Je poursuis ainsi dans ce blog les citations des « grands » auteurs pour souligner quelques aspects qui me semblent essentiels à notre « culture générale », de la même façon que je prends chez mes amis les informations et les sentiments qui font du quotidien la richesse de toute la vie. P.A., 29 septembre 2010

http://www.pierreassante.fr/dossier/Jaures_histoire_socialiste_revolution.pdf

(Editions Sociales, 1972)

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 09:33

SCHWARTZ 1988Stage national thématique : "Travail, une revalorisation indispensable" en collaboration avec l'Espaces Marx 16/10/10

Samedi 16 octobre, 2 place du Colonel Fabien 75019 Paris

Le travail,  une revalorisation indispensable

Journée d’étude co-organisée par le secteur formation du PCF et
Espaces-Marx

Inscrivez vous sur le formulaire en ligne

 

9h00-10h30 La place occupée par le travail dans la vie
Pourquoi les Français sont-ils les plus nombreux parmi  les européens
à penser que le travail occupe une place très importante dans leur vie
(70 %)? quelles sont leurs attentes à son égard ? et pourquoi sont-ils
presque aussi nombreux à souhaiter que le travail prenne moins de
place ?
travail et ergologie 0001Dominique Meda, philosophe, directrice de recherche au C.E.E
 
 
11h00-12h30 De l’usine du 19ème siècle au site de production d’une
multinationale

L’impact de la mondialisation (précarisation, tertiarisation et
féminisation des emplois), de la financiarisation de l’économie, et de
la révolution informationnelle (part croissante des activités de
recherche et  d’innovation mais aussi de management des ressources
humaines et de contrôle des objectifs), sur les collectifs de travail
et sur la prise de conscience du travail salarié en tant que rapport
social.
Jean François Bolzinger, ingénieur, secrétaire général de l’UGICT-CGT
 
 
14h00-15h30  La crise du travail
Ce qui a changé au cours des 30 dernières années avec la prépondérance
des activités de service et qui autorise à parler de Crise du travail.
Comment l’activité concrète du travail donne lieu à un conflit
permanent entre des  normes qui engagent des valeurs ; conflit qui
fragilise des salariés qui ont perdu les repères et les droits
14mai10 003collectifs qui les protégeaient.
Yves Schwartz, ergologue, professeur à l’université de Provence
 
 
16h00-17h30 Les nouvelles méthodes de management
Les nouvelles méthodes de management,  en visant à la fois le
développement personnel de chaque individu et l'adaptation de leurs
comportements, cherchent à mobiliser les salariés pour la réalisation
des objectifs fixés par l'entreprise, tout en éludant la question du
pouvoir, la relation de subordination attachée au statut de salarié
Valérie Brunel, psychosociologue, intervenante en organisation
 
18h00-19h30 Travailler c’est contribuer à faire exister une société
Et si l’intolérance des salariés du privé aux « privilèges » des
salariés de la fonction publique correspondait surtout à la
provocation insupportable que représente, pour eux , cette
aristocratie morale, orientée vers la satisfaction des besoins de la
société toute entière et non vers le seul profit de leur entreprise et
pour qui le travail a donc un sens.
Danièle Linhart, sociologue, directrice de recherche au CNRS
 
LA METAMORPHOSE DU TRAVAIL 5   Pierre Assante :
http://pierre.assante.over-blog.com/article-la-metamorphose-du-travail-5-50419110.html
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 14:24

 BOCCARA La crise systémique actuelle

  

PAUL BOCCARA, Diaporama (1 à 2 Mn pour l'ouvrir):

http://www.pierreassante.fr/dossier/Boccara_noname_1.29MBpdf

 

Et :

 

LA CRISE SYSTEMIQUE ACTUELLE :

Une crise de civilisation. Ses perspectives et des propositions radicales.

   Audition auprès du Conseil Economique et Social

            Depuis trois ans, les médias mais aussi les spécialistes parlent de « la crise » de l’économie à l’échelle mondiale.

 La thèse que je veux présenter est qu’avec cette crise au plan économique, mais aussi au- delà de l’économie, il s’agit, d’une part, d’une crise systémique véritablement radicale et, d’autre part, qu’y interfèrent tous les plans de la vie en société. C’est une véritable crise de civilisation, la civilisation occidentale désormais mondialisée.

C’est à ce sujet que je vais présenter une problématique et des hypothèses de travail.

Il s’agit 1°) d’éléments sur la nature de la crise systémique, 2°) d’hypothèses sur son tournant récent ainsi que sur ses perspectives et enfin 3°) des axes de propositions.

Cela renvoie aux trois parties de l’exposé:

I. La crise de civilisation et les révolutions des opérations techniques et sociales

II. Défis de la crise de la civilisation occidentale mondialisée. Hypothèses sur son tournant récent et ses perspectives.

III. Des propositions pour maîtriser et commencer à dépasser les marchés et les délégations représentatives........

 

 

 

..........Suite de ce texte, cliquer sur le lien ci-dessous

  

PAUL BOCCARA, La crise systémique actuelle (fichier léger) :

http://www.pierreassante.fr/dossier/Paul_Boccara_Anthroponomie_version_courte.pdf

 

La couverture du livre est une illustration et non le contenu de ces fichiers

 

Et :

 

Un texte de 1980, qui avance bon nombre d'idées et met en garde sur les difficultés avec une grande lucidité :

http://www.pierreassante.fr/dossier/Boccara_Conseil_National_du_PCF_Fevrier_1980.pdf

 

eco et poCi-contre, UNE du dernier N° d'Economie et Politique 

 

Diaporama en PPT

http://www.pierreassante.fr/dossier/PPT_PB_CES.ppt#256,1,Diapositive 1

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Economie et philo
commenter cet article
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 08:38

MARCHER

  

Marcher au hasard. Copie-de-23juin10-035.jpg

Marcher avec des points de repère.

 

Le premier est signe de liberté.

Le second de but.

 

Il faut donc allier cette liberté à ce but.

D’autant que le but n’est qu’un possible présumé. Mais quel beau possible !

  

Et que ce possible se trouve parsemé d’une multitude de bifurcations imprévues qui font sortir des sentiers pour fouler l’inconnu.

 

20100916 010Un peu d’inconnu dans le sentier.

Un peu de sentier dans l’inconnu.

 

Que de l’inconnu, évanoui le but.

Pas de hasard, finie est la liberté.

 

Puis une route commune.

manif-unatos-femmes-.JPGDes culs de sac, des lointains horizons, des brouillards, mais aussi des convictions.

 

Des soleils et des arcs en ciel.

 

Des clairières. Des prisons. Des océans.

Et aussi chemins et des tables servies.

  

Pensée. Humanisation de la nature.

Tracer l’inconnu dans la pensée commune comme une pensée.

 

Pierrot, 26 septembre 2010 

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 14:58
Berlinguer-couverture.jpgL'intelligence, la com-préhension,  demande comparaisons.
 
Par exemple, ce qui c'est passé en France et en Italie, à l'époque des Partis Communistes d'après la Libération ou aujourd'hui après l'auto-dissolution du PCI (Parti Communiste Italien) et l'affaiblissement du PCF, puis le regain d'intérêt actuel pour les idées et l'action communistes à la lumière de la crise : démocraties avancées, services publics, rapport avec les forces d'opposition non au système mais au pouvoir du moment, et avec les partis bourgeois en général, transformations radicales....etc....
 
PCI, 1985, Ce texte n'est pas un manifeste, encore moins un modèle, mais écrit après la mort de Berlinguer, il donne quelques repères comparatifs pour cette période en Italie (1985), intéressants pour la réflexion d'aujourd'hui.
 
Écrit en italien pour ceux qui le lisent :
 
 
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 07:20

Emily-Dickinson.jpg

 

Renunciation ― is a piercing Virtue ―

 

The letting go

A Presence ― for an Expectation ―

Not now

The putting out of Eyes ―

Just Sunrise

Lest Day ―

Day’s Great Progenitor ―

Outvie

Renunciation ― is the Choosing

Againt itself

Itself to justify

Unto itself ―

When larger function ―

Make that appear

Smaller ― that Covered Vision ― Here ―

 

*

 

Who Giants know, with lesser Men

 

Are incomplete, and shy

For Greatness, that is ill at ease

In minor Company ―

 

A Smaller, could not be perturbed ―

The Summer Gnat displays

Unconscious that his single Fleet

Do not comprise the skies ―

 

Lo Renonçament ― es Vertut ponhènta

 

Es laissar

Una Presència ― pèr una Esperança

Mai tard ―

Se crebar leis Ueilhs

Tre l’Auba ―

Per Paura que lo Jorn ―

Vengue mai grand

Que lo Jorn dau Congreatoràs

Lo Renonçament ― es Choisir

Contra se ―

Per se justificar

Davant se ―

Quora una fonccion mai larga ―

Farà aparèisser ―

Pichonet ― Lo Vejaire Velat ― qu’es Nòstre ―

 

*

 

Quau conèis lei Gigants, ambe seis inferiors

 

Se sente crèntos, e pas acabat ―

Estent que la Grandesa, es pas a son aise

Dins mens auta Societat ―

 

Un mai Pichon, sariá pas trebolat ―

Lo Mosquilhon fa lo bèu ―

Inconscient que sa Flòta d’un solet batèu

A pas lo Cèu dedins ―

 

*

 

The Heart has narrow Banks

 

It measures like the Sea

In mighty ― unremitting Bass

And Blue monotony

 

Till Hurricane bisect

And as itself discerns

It’s insufficient Area

The Heart convulsive learns

 

That Calm is but a Wall

Of Unattempted Gauze

An instant’s Push demolishes

A Questioning ― dissolves

 

*

 

The Mind lives on the Heart

Like any Parasite

If that is full of Meat

The Mind is fat

 

But if the Heart omit ―

Emaciate the Wit

The Aliment of it

So absolute

 

*

 

Lo Còr a de Ribas estrechas

 

E li prend lei mesuras coma la Mar

D’una Grandassa ― Rumor sensa fin

E Monotonìa Blava

 

Mai la Freboniá lo trenca

Alors vesènt

Que li manca la Susfàcia necite

Lo Còr convulsiu aprene

 

Apren que lo Calme es un Bari defensiu

de Tule inviolat

Qu’una quichada subita aroina

Qu’un moment questionaire ― delega

 

*

 

Dau Còr l’Eime se nutrisse

Coma tot Parasite ―

Se lo Còr es ric

L’Eime crèise ―

 

Mai se lo Còr falhisse

L’Eime se descarna ―

Emai se lo Manjat

es absolut



Emily Dickinson

 

(Poèmes, traduction de Pierre Assante, publiés dans l'Almanach des Amis de Mesclum-La Marseillaise)





"J'ai toujours déjà su qu'un cordonnier bohémien

 s'approchait davantage du sens de la vie

qu'un penseur néo-allemand"

Karl Kraus

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans POESIE
commenter cet article
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 20:53

Rêvons !.......

 

Rêvons !........

Dans le rêve éveillé se dessinent des repères.

Pour peu que les sciences les plus avancées hantent ce sommeil.

 

 

aragon-les-poetes.jpgLa pensée est une propriété de la nature, la conscience de la nature sur elle-même.

 

Conscience dont les limites sont celles des observations, en quantité, en qualité, que peut faire une parcelle collective de nature.

 

Nous avons la démonstration permanente, par notre propre activité au sein de l’humanité, de cette propriété. Mais nous n’avons aucune preuve tangible des possibilités d’élargissement de cette conscience au-delà des limites étroites fixées par nos conditions de survie, et de reproduction générale.

 

Cependant la part du processus passé dont notre conscience prend connaissance par l’ensemble des sciences en mettant en commun leurs champs, nous fait entrevoir une poursuite du processus de conscientisation qui à la fois développe et l’uniformisation et la diversification compacte.

 

Cette diversification compacte pourrait être une unification. Il est difficile, partant des expériences humaines au quotidien, d’imaginer une telle unification qui en fait serait, paradoxalement ET un élargissement ET une concentration universelle ou cosmique, selon le degré d’unification. Peut-être que dans le progrès des sciences, l’interdépendance des champs est l’outil de cette concentration, et que l’éloignement toujours plus grand rapproche tous les points de l’étendue et de la diversité cosmique.

 

Y aurait-il un « modèle » mathématique tendant à refléter ce mouvement ?

Y aurait-il là unification du concept et de la réalité d’énergie, des forces, des mouvements ?

La crise sociale dans sa difficulté à se centrer sur son unité, celle de la crise de la mesure quantitative de la valeur d’échange reflèterait-elle cette difficulté ou ce lent procès d’unification ?

 

Ce qui devrait être plus facile à imaginer, c’est la personne dans l’espèce humaine, dans la continuité, au-delà de l’instinct de conservation de l’individu, non pour le nier car sans cet instinct, aucune espèce n’existerait dans la qualité de ce moment du processus biologique.

 

Un dépassement c’est la cohabitation du sentiment de précarité de la personne et de la durée de l’espèce et dans cette durée, le processus de conscientisation de l’espèce, la naturalisation de l’homme, l’humanisation de la nature et cette concentration cosmique de la conscience de la nature sur elle-même.

 

Pour imaginer la chose, cette concentration amenant à l'unité de la conscience serait-il un "big bang" de la conscience de la nature sur elle-même ? Imagination libre de religiosité.

 

Pierre Assante, 22 septembre 2010

….

Tout se perd et rien ne vous touche

Ni mes paroles ni mes mains

Et vous passez votre chemin

Sans savoir que ce que dit ma bouche

 

Votre enfer est pourtant le mien

Nous vivons sous le même règne

Et lorsque vous saignez je saigne

Et je meurs dans vos mêmes liens

 

Quelle heure est-il quel temps fait-il

J'aurais tant aimé cependant

Gagner pour vous pour moi perdant

Avoir été peut-être utile

 

C'est un rêve modeste et fou

Il aurait mieux valu le taire

Vous me mettrez avec en terre

Comme une étoile au fond d'un trou

 

Aragon, « Les Poètes »

 

Texte entier :

http://www.frmusique.ru/texts/f/ferrat_jean/jentendsjentends.htm

 

Si nous ne militons pas, toi, moi, nous, pour l’abolition des classes sociales, cela veut dire que nous considérons comme naturelles les inégalités de classe.

Cette acceptation peut, dans certaines circonstances, amener jusqu’à cette extrémité de l’inhumanité, toute forme ancienne ou nouvelle de fascisme (cliquer). P.A.

Le fascisme, c’est un capitalisme qui ne se contente plus des libertés que le libéralisme lui donne.

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans POESIE
commenter cet article
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 07:09
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 08:33

 

Letra a mon paire sus lo vin e......

 

armanc-2009.jpgDepuis 1995, de merveilleux animateurs doublés d'artistes, littérateurs, humoristes, humanistes de la diversité culturelle etc... publient chaque année un almanach en langue d'Oc.

 

Ils m'ont fait l'honneur de m'inviter à y contribuer.

 

Ce que je vais cesser de faire, car avec l'âge peut-être, et-ou le manque de locuteur-interlocuteur, je massacre cette langue.

Cependant une de mes participations me semble interessante tant par le contenu que par la forme.

Il s'agissait de mettre en avant une production. J'avais choisi le vin.....

 

Voici un lien (195 KB) qui vous permettra de lire ce petit texte, suivi d'une traduction de Goethe par Gui Matieu :

http://www.pierreassante.fr/dossier/Lettre_a_mon_pere.pdf

 

Ci-dessous la première page, la suite sur le lien ou en cliquant sur cette page

Et vous priant les non locuteurs de langue d'Oc de m'excuser. Je tacherai à l'avenir d'inclure un petit lexique

 Letra-sus-lo-vin.jpg Ainsi mon ami René MERLE commente la présentation de cet article :

http://www.rene-merle.com/article.php3?id_article=687

 

Autres articles : "lo comà de mon paire et la lenga d'Òc"

Qui explique un peu les raisons de "ma langue"

http://www.pierreassante.fr/dossier/Lo_coma_de_mon_paire.pdf

et "La premiera comunion"

http://www.pierreassante.fr/dossier/La_premiera_comunion.pdf

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 08:33

- René Merle, préface "Nouveau Forum" de Pierre Assante, 2004.

Dimanche 1er août 2010.

 

L’ouvrage est consultable sur :
http://www.pierreassante.fr/dossier/NOUVEAU_FORUM.pdf

Une lettre que Pierre Assante a mise en préface à son essai « Nouveau Forum » (2004).

 

Merle RenéPierron,
La série de tes courts envois, apparemment nés au jour le jour, en liaison avec tes lectures, tes réflexions, l’actualité, etc, commence en fait à constituer une somme dont la logique apparaît de plus en plus au merle-13-reste-raide.jpglecteur, à condition que ce lecteur ait en commun avec toi un minimum de « vibrations ».
C’est mon cas, et c’est pourquoi je me permets de t’envoyer ces quelques lignes fraternelles. D’une part, au plus profond de l’expérience individuelle, tu pointes en toi la tension, voire la contradiction, douloureuse, et si fructueuse pourtant, entre d’un côté ton positionnement dans une société de classes, hiérarchisée, conflictuelle, donc violente (positionnement qui t’implique nécessairement dans l’action syndicale et politique), et d’un autre côté la vérité de vie, qui est confiance dans l’être humain et foi dans la douceur, l’harmonie, l’unanimité chaleureuse, confiance qui se fonde d’une foi franciscaine reliée au plus intime et au plus fondamental message chrétien : l’incarnation
Manifestée par la pratique christique (engagement vital qui ne peut que te faire rejeter toute attitude merle-gentil-n-a--jpgsectaire, tout retranchement inutilement agressif, toute valorisation de la violence, sous couvert de la légitimité prolétarienne et de la lutte des classes). Ces deux versants de ton engagement sont en tension dialectique, en perpétuel équilibrage, non pas seulement dans ta réflexion, mais dans sa mise en pratique vécue, personnelle et collective.
D’autre part, mais en liaison indissoluble bien sûr avec ce qui précède, tu es en quête de sens sur cette aventure humaine, apparue (hasard ou nécessité ?) dans une aventure cosmique dont nous René Merlecommençons seulement à repérer les dimensions. Cette quête te mène, tant au plan historique qu’au plan de l’histoire de la matière, à éclairer le présent, et donc les avenirs possibles, par une compréhension des fondements, dans lesquels tu trouves la clé infiniment reproduite et trahie pourtant des évolutions nécessaires. On comprend que cela puisse donner le vertige.
Potons à vous deux.

René
13 mars 2004

Site de René Merle : http://www.rene-merle.com/

Les illustration que j'ai insérées sont tirées d'ouvrages de René MERLE (P.A.)

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 10:58

L'activité en dialogues

 

l'activité en dialogues 0001

 

 Un article sur l'ouvrage : ici

 

 

Un séminaire est organisé à l'attention des adhérents de l'ORT ("Observatoire et rencontres du travail") sur le thème des groupes de rencontre du travail (GRT).

 

Introduction de Louis Durrive au Manifeste pour un ergo-engagement d'Yves Schwartz :

http://www.pierreassante.fr/dossier/LOUIS_DURRIVE.pdf

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 08:42
20100907 044La situation était sans issue.
Ils arrivèrent, et un surtout changea tout.
Mais au bout de quelque temps, tout était toujours pareil.
  
Aucune issue ne semblait plus possible.
Chacun désespérait du futur.
 
C'est alors qu'il fallut abandonner les normes et les congrès 2009idées préconçues,
et que les solutions furent trouvées, l'issue découverte, la route dégagée.
 
C'étaient pourtant de bien anciennes solutions, à la fois bien anciennes et très nouvelles.
 
Pierrot, diffusé aux amis le 12 novembre 2009
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 06:57

paradigme SchwartzArgument simpliste de ma part, mais question essentielle :

 

Dans le processus de libération du travail du marché, comment travailler, quelle organisation de l'activité humaine, quel processus humain d'activité ?

 

Prendre le pouvoir dans l'atelier comme disait Jaurès, mais qu'en faire, comment faire ?

 

L'ouvrage ci-contre est sans doute ce qui s'est fait de plus approfondi comme recherche et expérimentation sur la question.

 

En cliquant ci-dessous vous en trouverez 2 petites pages, ce qui ne peut bien sûr donner une idée exacte de cette recherche, mais qui peut être le début d'un fil d'Ariane pour entrer dans cette réflexion.

http://www.pierreassante.fr/dossier/Extrait_de_Le%20paradigme_ergologique_%20Yves_Schwartz.pdf

 

LE PARADIGME ERGOLOGIQUE OU UN METIER DE PHILOSOPHE

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 08:23

Un des moments à ne pas perdre

et sur lesquel s'appuyer

dans le processus d'humanisation :

 

huma06.09.10

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 06:47

Une soif de dialogue vrai

 

Goblot civilisation...des ateliers ont accolé à la crise écologique l'idée de crise anthropologique c'est à dire crise du devenir humain. Le capitalisme a ceci de fascinant qu'il est puissament intégrateur...

...l'esprit simple des communicants qui tient à distance la vulgarité de l'exercice politique dans la société du spectacle pour entretenir une relation de respect...

...donc oui, je crois que la lenteur devient une vertu révolutionnaire...

...la puissance intrusive des industries culturelles, la violence colonisatrice des images et des signes que nous absorbons...peuvent conduire à l'assèchement de la capacité de milliards d'êtres humains à établir entre eux et avec eux-mêmes des relations libres de injonctions du marché...

..."l'écologie des relations humaines" est aussi en cause en même temps que l'avenir de la planète...

...Au fond, le communisme doit devenir un écologisme radical...

 

Patrice BESSAC, Suite, Cliquer sur :

http://www.pierreassante.fr/dossier/Bessac.pdf

 

Pierre Assante, sur la question anthropologique, l'Humanité, 9 décembre 2006, cliquer sur :

http://www.pierreassante.fr/dossier/Humanite9.12.2006.pdf

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 22:13
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Economie et philo
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 21:10

WALTER JENJAMINSur le concept d'histoire

 

Rédigé dans le premiers mois de 1940

 

A Chaque époque il faut chercher à arracher de nouveau la tradition au conformisme qui est sur le point de la subjuguer...

 

Car tout ce qu'il aperçoit en fait de biens culturels révèle une origine à laquelle il ne peut songer sans effroi...

 

Car il n'est pas de témoignage de culture qui ne soit en même temps un témoignage de barbarie...

 

S'éffarer que les évènements que nous vivons soient "encore" possibles au XX° siècle, c'est marquer un étonnement qui n'a rien de philosophique...

 

Nous voudrions suggérer combien il coûte à notre pensée habituelle d'adhérer à une vision de l'histoire qui évite toute complicité avec celle à laquelle ces politiciens continuent de s'accrocher...

 

Tel qu'on le conçoit à présent, le travail vise à l'exploitation de la nature, exploitation que l'on oppose avec une naïve satisfaction à celle du prolétariat...

 

Tout cela illustre une forme de travail, qui, loin d'exploiter la nature, est en mesure de l'accoucher des créations virtuelles qui someillent en son sein...

 

A cette époque la classe ouvrière désapprit tout ensemble la haine et l'esprit de sacrifice. Car l'une et l'autre se nourrissent de l'image des ancêtres asservis, non de l'idéal d'une descendance affranchie...

 

Ainsi, pour Robespierre, la Rome antique était un passé chargé d' "à présent", qu'il arrachait au continuum de l'histoire...

 

L'idée d'un progrès de l'espèce humaine à travers l'histoire est inséparable de celle d'un mouvement dans un temps homogène et vide. La critique de cette dernière idée doit servir de fondement à la critique de l'idée de progrès en général...

 

L'historien matérialiste ne saurait renoncer au concept d'un présent qui n'est point passage, mais arrêt et blocage du temps. Car un tel concept définit justement le présent dans lequel, pour sa part, il écrit l'histoire...

 

L'histoire universelle n'a pas d'armature théorique. Elle procède par addition : elle mobilise la masse des faits pour remplir le temps homogène et vide. L'histoire matérialiste, au contraire, est fondée sur un principe constructif. La pensée n'est pas seulement faite du mouvement des idées, mais aussi de leur blocage. Lorsque la pensée s'immobilise soudain dans une constellation saturée de tensions, elle communique à cette dernière  un choc qui la cristallise en monade. L'historien matérialiste ne s'approche de l'objet historique que lorsqu'il se présente à lui comme une monade. Dans cette structure il reconnaît le signe d'un blocage messianique des évènements, autrement dit le signe d'une chance révolutionnaire dans un combat pour le passé opprimé. Il saisit cette chance pour arracher une époque déterminée au cours homogène de l'histoire; il arrache de même à une époque telle vie particulière...

 

Le fruit nourricier de la connaissance historique contient en son coeur le temps comme sa semence précieuse, mais une semence indiscernable au goût...

 

Mais aucune réalité ne devient, par simple qualité de cause, un fait historique. Elle devient telle, à titre posthume, sous l'action d'évènements qui peuvent être séparés d'elle par des millénaires...

 

Ces extraits sont tirés de ce volume qui contient "sur le concepts d'histoire"

 

Suite de l'extrait  http://www.pierreassante.fr/dossier/Walter_Benjamin.pdf

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans HISTOIRE
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 17:41
  les-miserables.jpg
 
 Plaisanterie amère
 
Et si nous faisions un cadeau PUBLIC et COLLECTIF au Président : "Les Misérables". Peut-être comprendrait-il mieux la raison de la petite délinquance.
  
Non, je plaisante, hélas, on ne peut comprendre que sa propre déchéance. Le capital n'a aucun merci pour les serviteurs usés.
  
Mais pour le cadeau, pourquoi pas ?
Qu'en penses-tu Jean Valjean ?
 
Pierrot de Marseille
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 06:01

Ernst Bloch

  

  

Vous trouverez

sur ce lien

un petit extrait

de cet ouvrage :

 

53.CONCLUSION:Marx et la suppression de l'aliénation

   ici

http://www.pierreassante.fr/dossier/AtheismeDansLeChristianismeGallimardExtrait..pdf

Citations :

« On verra que le monde nourrit depuis longtemps le rêve d’une chose dont il lui suffit maintenant de prendre conscience pour la posséder réellement »

 Marx, lettre à Ruge, citée par Ernst Bloch.

 "Qu’il est ancien, l'appel à devenir soi même, et qu'il est nouveau aussi. Rejetez les tutelles, cessez de vous plier aux fins d’autrui, cessez de cautionner leurs abus ! Cessez d'être de simples citoyens, bêtes de somme et de rapport envoyées à la guerre de l'homme contre l'homme, et qui y crèvent pour tout autre chose que l'homme ! Et c'est à cela que nos chers plumitifs du Dimanche, tantôt portés sur le monde et tantôt sur l'esprit -mais toujours fidèles au seigneur- ont donné leur bénédiction ! Les bergers honoraient et aimaient la puissance qui crucifia le premier chrétien hérétique : n'était-elle pas souvent leur propre puissance ? Aux pauvres, aux exploités, aux asservis, ils prêchaient en revanche la patience, la passivité -tout sauf la violence. Lorsqu'elle frappait les opprimés, elle ne les dérangeait guère, qu'elle se manifestât constamment, avec la persévérance d'une intimidation quotidienne, ou qu'elle se déchaînât brutalement, jetant bas le masque lorsque la patience des humbles venait à faillir. Dès qu'elle faillit, les gaz et les mitrailleuses sont toujours défensifs, tandis que la révolte la plus motivée se nomme terrorisme. Justifiant les revolvers prêts à tirer à coup de cantiques et d'hosannas, la violence d'en haut s'est drapée d'idéologie....."

Ernst Bloch, “L’athéisme dans le christianisme”.

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 14:02

Bizot.jpgMagali Bizot-Dargent publie

(tout petit extrait en cliquant ci-dessous)

 

QUESTIONS ESSENCIALAS

E AUTREIS ESCRICHS MINUSCULS

 

Moi Pèiron, je ne les trouve pas du tout minuscules du point de vue de la littérature d'Oc.

 

Et vous passerez d'auto-bons moments (un peu à l'Alphonse Allais) d'humour et de distance d'avec les malastres quotidiens qu'ils contiennent pourtant.

 

Et si vous enseignez la langue d'Oc ou l'apprenez pour vous, ce sera une mine de textes cortets et courtois ou un peu plus longs à utiliser en cours ou dins lo teston.

 

2 petites pages (extrait):

http://www.pierreassante.fr/dossier/Questions_essencialas_M_Bizot.pdf

Editions IEO, été 2010.

 

et UN ARTICLE SUR CE CD DANS MESCLUM-LA MARSEILLAISE

MoussuTputan-de-cancon.jpg

 

 

 

 

 

http://www.pierreassante.fr/dossier/MoussuT_journal_La_Marseillaise_Page_Mesclum_16.9.10.pdf

(cliquer  sur ce lien pour ouvrir l'article)

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 07:50

Graphique salaires financiarisationAu sujet de  cet article sur la valeur : http://pierre.assante.over-blog.com/article-valeur-52589733.html

 

Les "sans paroles" ne sont pas plus combatifs.

Ils sont plus impuissants.

C'est pourtant leur existence qui témoigne des tares hiérarchiques de la société, division du travail, confiscation par quelques-uns du processus glogal de la société. Et alliance de ceux qui ont "peu" avec ceux qui ont "tout" contre ceux qui n'ont "rien".

 

Dans ce manque de parole il y a aussi la conséquence de la subalternité, soumission d'une part et refus d'alliance de l'autre. Ce qui n'est pas sans fondement : comment s'allier à qui contribue en partie à vous écraser, comment ne pas se soumettre à ce par quoi il faut passer pour subsister, survivre. L'économie en dernière instance ! Et c'est malgré la soumission une forme de radicalité qui peut s'exprimer positivement ou négativement. En cela il ne faut pas "désespérer DE Billancourt", c'est une issue au désespoir de Billancourt.

 

Il faut mettre avec Billancourt tout ce que le capitalisme a délocalisé et tout ce qu'il exploite depuis sa naissance, personnes et nations.

 

C'est bien d'un renversement d'alliance qu'il est question pour libérer ce processus malade.

 

Ce renversement d'alliance ne peut être, en dernière instance que le résultat des effets de l'économie, de la production des biens nécessaires à l'humain malade du capitalisme et  de la réaction à ces effets en usant des libérations préexistantes dans le capitalisme. 

 

Il ne s'agit pas là d'adaptation du capitalisme, mais de naissance, création nouvelle issu de lui, de la société marchande la plus avancée.

 

Et il s'agit de sortir de la société marchande et NON d'entrer dans une autre, ce qui a été le cas des révolutions historiques passées qui substituaient un mode production marchand à une autre mode de production marchand, parce que la mesure de la valeur n'était pas encore dans la crise de sa généralisation.

 

La crise morale dans laquelle s'expriment les arts (entre autre) fait pré-apparaitre ce nouveau avant qu'il ne se réalise.

 

Refuser les chemins sans issue est devenu de première importance, c'est à dire que l'opportunisme gentil pour garantir les rapprochements n'a plus beaucoup de sens.

 

Le contenu de la solidarité et de l'humanisme réels c'est la pertinence et l'efficacité de l'action. Ceci dit la pertinence et l'efficacité peuvent s'insinuer par une multitude de chemins.

 

Que ceux qui ont un peu s'allient avec ceux qui n'ont rien contre ceux qui ont tout !

 

L'article sur la valeur : http://pierre.assante.over-blog.com/article-valeur-52589733.html

 

* Illustration : graphique paru dans le journal "L"humanité" 

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans LETTRES
commenter cet article
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 12:57

Goblot-civilisation.jpgLe moment, l’ici et maintenant n’est com-préhensible qu’avec le temps long.

 

Il ne faut pas confondre matérialisme historique et déterminisme. Le déterminisme est un défaut de jeunesse du mouvement communiste, et paradoxalement, des grands mouvements de pensée idéalistes dont le communisme a hérité.

 

Cet ouvrage aurait dû contribuer à poser différemment la question des civilisations. Ce qui en ce temps de recul sur la question est matière à réflexion. En avance sur son temps, et reprenant le matérialisme historique à ses origines,  il n’a pas eu l’écho qu’il méritait, dans son propre « milieu de réflexion », et évidemment encore moins dans les moyens d’expressions contrôlés directement par le capital.

 

Le moment, l’ici et maintenant, contient le temps long « cristallisé mais vivant » et aussi l’utopie opérationnelle, le pré-apparu vivant lui aussi qui n’est pas seulement ce qui peut apparaître dans un futur proche, mais tout ce que contient de pré-apparu la conscience de la nature sur elle-même, comme un marche vers un horizon mouvant.

 

Le temps long, c’est ce qui manque souvent à la vision militante. Non parce que le temps long doit se substituer à l’acte quotidien, mais parce que l’acte militant quotidien est l’expression du mouvement sur le temps long sans lequel ce dernier n’existe pas et rien n’existe.

 

En ce sens critiquer l’expérience et le projet au quotidien sans en reconnaître la nécessaire réalité est la propriété des forces les plus conservatrices qui se moquent bien de changer les choses parce que les choses leur conviennent, ou qui font mine de tout changer pour que rien ne change pour les mêmes raisons : conseil aux exploités ne rien faire pour ne pas se tromper, condamner les erreurs, et préserver ses privilèges…

 

EXTRAITS : http://www.pierreassante.fr/dossier/Goblot_extraits.pdf

 

Faisons au passage un hommage à J.J. Goblot qui nous quittés il y a peu de temps et qui a fait dernièrement un travail de recherche sur la démocratie en temps que mouvement historique, travail, qui nous l'espérons pourra être connu et que je ne connais pas.

 

Pierre Assante, 28 août 2010

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans HISTOIRE
commenter cet article
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 08:25

Copie-de-20100825-003.jpgSALVIEN EST UN MORALISTE.

 

Son moralisme s'appuie sur sa foi chrétienne du V° siècle.

Mais ce n'est pas seulement un moraliste.

Il cherche à comprendre ce en quoi l'exploitation de la population menace l'Empire, comment elle le menace, et le processus humain que l'Empire contient.

Ce en quoi nous pouvons retrouver certaine similitude avec notre temps et avec les temps humains de société de classe.

Petits extraits de "De Gubernatione Dei", Editions du CerF. Lien ci-dessous :

http://www.pierreassante.fr/dossier/SalvienEditionsDuCerfPetitExtrait.pdf

SALVIEN 2 0001

Commentaire de P.A. :

http://pierre.assante.over-blog.com/article-salvien-de-marseille-55410968.html

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans HISTOIRE
commenter cet article
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 21:06

mode_de_production_asiatique.jpgSur le mode de production asiatique :

 

http://www.pierreassante.fr/dossier/Mode%20de%20production%20asiatique_0001.pdf

 

Une étude a été publiée par le C.E.R.M. (Centre d'Etudes et de Recherches Marxistes) en 1974, qui malgré le temps garde un grand intérêt critique.

Changer la société, répondre aux besoins humains, implique une action sur l'évènement au quotidien par les forces sociales concernées par cette transformation.

Cette action réclame une connaissance de l'état des choses.

Et l'état des choses demande aussi un vision sur le temps long du processus humain.

Activité, travail, cohérences et incohérences du mode de production vis à vis de la personne dans la collectivité, sous tous les aspects qu'il contient, des techniques à l'organisation politique.

 

Cette étude en fait partie.

 

Le lien ci-dessus et l'image contiennent la table des matières et une petite intervention de Charles Parain de cet ouvrage.

 

marx1844.jpgEt sur le communisme :

http://www.pierreassante.fr/dossier/Communisme_marx_1844_page87_E.S..pdf

Marx, nous donne la mesure de ses intuitions dans ces manuscrits. Il  use encore de la méthode empirique à partir de sa maîtrise de la dialectique hégélienne qui donnera naissance au matérialisme dialectique qui s'est malheureusement quelquefois transformé en "dia-mat" de recettes et de formules. Lorsque je dis intuition il s'agit d'une découverte du présent rélativement "généralisable" mais avec précaution, vérification dans la marche du priocessus, avancées et "retours".

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans HISTOIRE
commenter cet article
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 07:47

travail_et_ergologie_0001.jpg"Travail et Ergologie", note de lecture,

Revue "Enjeux", Unité et Action, FSU.

 N° 182, Avril 2005

 

 

De « Expérience et connaissance du travail (Yves Schwartz) »

à « Travail et Ergologie, entretiens sur l’activité humaine »,

Un itinéraire de recherche collective

dont notre époque aurait dommage à se passer.

  

Je voudrais revenir, sur cet ouvrages paru en 2003, qui, bien que destiné en priorité au monde de la recherche, mais pas seulement, n’a pas eu l’impact public qu’il mérite. Il s’agit d’un ouvrage collectif dirigé par Yves Schwartz et Louis Durrive intitulé « Travail et Ergologie, entretiens sur l’activité humaine », Editions Octarès.

Il me semble qu'il n'y a rien de plus humain, de plus poétique, de plus créatif et de plus optimiste que de parler ainsi de l'activité humaine.

Dans le « rien n’est précaire comme vivre » d’Aragon, il n’y a pas seulement la fragilité du corps, mais celle de la pensée. « Nous sommes en quête de sens sur cette aventure humaine, apparue (hasard ou nécessité ?) dans une aventure cosmique dont nous commençons seulement à repérer les dimensions (René Merle) ».

En 1988, Yves Schwartz publiait « Expérience et connaissance du travail », Editions Sociales, dirigées alors par Lucien Sève. Un débat qui s’initiait alors, et qui intéresse au plus au point tous ceux qui souhaitent tenir les deux bouts de l’action sociale : repérer dans la société ce qui serait collectivement à changer, qui fait problème et souffrance, et par quoi le changer, comment l’humain peut continuer à agir sur son devenir. En formulant  cette question, je n’y inclue pas toutes les réserves que requiert une réflexion qui se veut approfondie, éclairée sous tous les angles possibles, et évitant les dogmatismes. Nous n’avons d’ailleurs pas la prétention de pouvoir développer des réserves qui sont celle de la recherche, mais d’insister sur cette idée : ce que les humains produisent pour assurer leur survie et développer les individus et l’espèce, et comment ils le produisent est une question essentielle, et le travail en est au centre. Citant G. Friedman qui écrit « l’homme est un. Pour le..........

 

suite : http://www.pierreassante.fr/dossier/Travail_et_ergologie.pdf

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche