Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 07:12
************Cliquer sur l'image**********
************Cliquer sur l'image**********
Vous voulez être entendus

Comme nous, vous en avez assez de voir la parole populaire méprisée, ignorée, trahie.

Le Parti communiste lance une grande consultation citoyenne dans le pays pour débloquer la situation. Pour avoir un grand débat public, faire émerger les exigences populaires, ouvrir des solutions face à la crise. Un grand débat pour donner votre avis sur la France, l’Europe, le monde.

Nous avons tous un bout de la solution

Vos exigences, exprimées et rassemblées doivent former un mandat populaire à rendre incontournable. Donc, à vous d’écrire la politique, à vous la parole !

Prenez la parole !

Le questionnaire, proposé à 500 000 personnes dans le pays est un point de départ. Vos réponses seront synthétisées au niveau national et rendues publiques.

Vous pouvez télécharger le questionnaire ci-contre pour le remplir ou le faire remplir avant de nous le retourner ( par la poste à l'adresse indiquée ou scané par mail àpcf@pcf.fr )

Vous pouvez aussi remplir le questionaire directement par internet sur le sitewww.lagrandeconsultationcitoyenne.fr

.

Pourquoi une grande consultation citoyenne ? :

http://13.pcf.fr/sites/default/files/exe_

tract_consultation_a5.pdf

La consultation à remplir et à renvoyer, si le cœur vous en dit ! :

http://13.pcf.fr/sites/default/files/exe_

3_volets_consultation_stc1.pdf

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 23:33
A-M-A'. L'inversion de l'échange. 2007.

.

Ce texte, plein de maladresses, n'est qu'un témoignage d'un moment de reflexion.

.

Comment l’inversion économique des échanges

est « LA » condition matérielle de vie

DANS UN MODE DE PRODUCTION HISTORIQUEMENT DETERMINÉ

.

1 Dans le phénomène de pourrissement de la démocratie représentative, n’y a-t-il pas, contradictoirement, développement des conditions du développement des éléments du pouvoir des producteurs ?
2 L'on croit faire une synthèse et l'on fait une erreur composée...
Pourquoi ne pas repartir de l'échec, ou de la dernière avancée, ce qui est la même chose,

pour trouver de nouvelles voies plutôt que de faire table rase.

.

La contradiction dans laquelle nous vivons semble souvent incompréhensible. Des avancées immenses ont été faites en matière de santé, d’éducation, etc. Les techniques ont décuplé les forces humaines. Les comportements humains dans les démocraties semblent être mus majoritairement par un esprit de solidarité, de coopération, de respect des autres.

Pourtant ces efforts des personnes aspirant à cette paix, cette vie en commun, ne se concrétisent pas socialement.

Le mode de production ne le permet pas. Les échanges entre les personnes ne sont pas de nature à faciliter les rapports auxquelles elles aspirent : les échanges n’ont pas pour base les besoins de chacun et l’échange du travail que chacun peut faire pour soi et pour l’autre. La base des rapports, c’est l’accumulation monétaire, pour dire la chose simplement. On n’échange pas un travail, un objet contre un autre travail, un autre objet dont on a besoin, mais on échange à partir de l’argent, et l’individu, le groupe qui a le plus accumulé entre en rapport de domination avec les autres.

Ce n’est pas au niveau individuel que ce « mécanisme » fonctionne. Mais au niveau d’un groupe élargi et aujourd’hui de la planète. C’est la circulation du CAPITAL global qui permet de reproduire l’humanité. Dans tous les aspects de son activité, travail, loisirs, contraintes, désirs.

Il n’est pas question de développer ce que Marx a très bien développé et qui est présenté ici sous une forme un peu anecdotique, pour faciliter l’abord et la lecture de cet article. Marx explique bien comment s’est « renversé » l’échange humain basé sur l’échange des marchandises de toutes sortes nécessaires à la vie humaines (de l’utilitaire le plus immédiat au « bien culturel »). L’échange, dans son évolution est passé par la monnaie, pour simplifier la circulation des marchandises. Marx décrit l’échange par la formule simple M-A-M’, c'est-à-dire que la circulation se fait d’une marchandise M vers la production d’une autre marchandise M’ en passant par l’échange monétaire argent A. Car de même qu’on ne peut pas couper une plante en trois, racine, tronc, feuillage et la garder vivante, on ne peut pas couper en trois la vie humaine en production, distribution, consommation. Le processus de production, celui de distribution, celui de consommation est en fait un processus unique, comme toutes les fonctions de la plante sont un processus unique. Mais la comparaison s’arrête là : le processus de production chez l’humain fait appel à une activité propre à l’humain, le processus de la pensée. Ce processus est à la fois collectif et à la fois personnel, et l’autonomie de la pensée peut prendre une grande distance avec les besoins vitaux humains. La pensée de Hitler, du groupe humain qu’il concrétisait, par exemple démontre cette autonomie, sur un plan négatif. Cet exemple négatif pour la personne et l’espèce humaine est heureusement compensé par des autonomies positives qui depuis que l’espèce humaine existe lui ont permis tous les progrès que nous connaissons. Mais la mise à disposition de toute l’humanité de ces progrès dépend du mode d’échange mis à disposition de l’humain, et c’est là que nous revenons à la formule de l’échange.

L’évolution des échanges telle qu’elle s’est faite les a inversés, avons-nous dit : de moyens d’échange, l’argent (A) est devenu le but de l’échange, et le moyen de domination pour la personne et le groupe qui l’accumule. De M-A-M’, l’échange est devenu A-M-A’ : le groupe possesseur de l’argent produit des marchandises pour accroître l’accumulation de l’argent. Au bout de cette dérive, c’est le capital en tant que puissance financière et non en tant que puissance productive qui domine. Cette domination va influer sur les choix en matière de développement, sur la qualité du développement, leur correspondance ou non avec les besoins humains. Les catastrophes humaines que nous connaissons trouvent dans ce type de fonctionnement l’aliment premier, essentiel.

Mais la catastrophe ne s’arrête pas là. Dans un mode de vie où chaque personne, pour répondre à ses besoins quotidiens, doit se soumettre inconsciemment ou non au type d’échange A-M-A’ , toute son « âme », c'est-à-dire, tous ses modes de se comporter et de penser vont se soumettre au mode de production et d’échange A-M-A’.

Marx disait qu’un despote ne peut exister que si il a une fonction, c'est-à-dire, qu’il ne peut exister que par la contribution et à l’accord tacite de ceux qui y sont soumis et qui ont besoin de cette fonction. La question de fond est : comment remplacer le despotisme du CAPITAL par un mode d’administration de la société dont les besoins humains soient le centre. Comment faire pour que la définition des besoins ne soient pas déterminée arbitrairement, laisse la place à la réalisation personnelle sous toutes les formes désirées et permette une cohérence globale de l’activité humaine.

Je vous recommande la conclusion de Marx contenue dans ses manuscrits de 1844 sur le comportement humain face à l’argent, ce texte n’a pas pris une ride et il constitue une excellente introduction à l’analyse plus aride du fonctionnement du capital, contenue elle dans les trois livre du capital. Marx y tourne le capital comme un objet dans ses mains pour le voir sous tous ses angles, sous tous ses aspects, et en tant que processus qui se poursuit aujourd’hui et dont pour devons nous efforcer de comprendre le fonctionnement actuel. Je pense que les bases, les fondations marxienne restent un élément constant pour cette compréhension.

A ce stade de la réflexion, je vous soumets une série de questions liées à ce « comment », série de question qui ont comme centre ce qui permet de reproduire l’humain, son travail, non en tant que contrainte parmi les contraintes naturelles et sociales, mais en tant qu’activité libre, réalisatrice du corps-soi......

.

Pierre Assante 25 juillet 2007

.

Ce texte, plein de maladresses, est extrait d'un long essai :

http://www.pierreassante.fr/dossier/BLOG_LA_METAMORPHOSE_DU_TRAVAIL_5.pdf

Il témoigne d'une étape de réflexion.

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 07:29
Cliquer sur l'image
Cliquer sur l'image

Article Edité sur ce blog une première fois le 12/07/2016 08:37

.

ESSENTIEL : Paul BOCCARA."La révolution informationnelle, ses ambivalences, ses antagonismes, ses potentialités".

Mon commentaire ci-dessous et l'article de Paul Boccara en ligne (lien à la fin de ce commentaire après l'extrait)

.

Ce texte peut constituer une suite logique, dialectique au Chapitre sur "la grande industrie" du livre I du Capital de Marx, ainsi que de "Impérialisme, stade suprême du capitalisme" de Vladimir Oulianov.

C'est à dire une description d'un processus humain, jusqu'à aujourd'hui et les possibles qui s'ouvrent pour une "Nouvelle civilisation" répondant à la crise actuelle, la crise économique, la crise de l'activité de la personne qu'analyse l'ergologie recherche pluridisciplinaire(1), et la crise de civilisation actuelle.

Il ne s'agit pas que de « l'humain d'abord » en tant que description d'une crise morale résultant de la négation de la personne. Il s'agit des causes de la négation de la personne et de ses effets.

Les causes de la négation de la personne sont bien reliées aux conditions matérielles de vie de la personne dans un système concret, le capitalisme monopoliste mondialisé et informationnellement numérisé, et la crise morale est bien liée et partie intégrante de ces conditions matérielles.

Dans le même temps, les nouveaux possibles économiques, systémiques, ouvrent aussi les possibilités d’une révolution philosophique dans laquelle la conscience humaine en progrès « exponentiel » peut rendre profondément naturel son rapport à la nature, aux autres humains. Mais là n’est pas le but premier de cet article, à mon sens. Sur la question d’une autre civilisation et de la conscience humaine collective, lire « Pour une nouvelle civilisation », autre texte de Paul Boccara présenté dans ce blog.

Les travaux sur le capitalisme monopoliste d’Etat social, ont constitué une étape dans l’étude du processus qui nous mène à la crise systémique d'aujourd’hui, ses solutions possibles par hypothèse, et la poursuite possible du processus humain sous des formes encore inimaginables pour la plupart d’entre nous, dans un passé relativement récent.

Pierre Assante, 10 juillet 2016

(1) Voir les travaux d'Yves Schwartz sur ce blog

.

Cet article se trouve dans le N° de mai-juin de la revue ECONOMIE & POLITIQUE, présentée dans ce blog aussi.

.

UN EXTRAIT :

.

« On peut considérer que la montée de la prédominance des partages des résultats et des coûts informationnels entraîne, désormais, la possibilité d’autres règles que celles du marché et du capitalisme.

Cependant, nous l’avons vu, sous les pressions spéculatives, idéologiques et politiques des capitaux financiers transnationalisés, la prédominance des informations et de leurs partages a été récupérée, avec la mondialisation capitaliste, par les privatisations et l’expansion formidable des groupes monopolistes multinationaux. En effet, ces derniers peuvent partager les coûts de recherche-développement à l’échelle mondiale, et cela bien davantage que ne le pourrait une entreprise publique nationale. Ils utilisent le marché financier pour les prises de contrôle, le financement et aussi la valorisation des actifs informationnels ou immatériels23. Ils visent en outre le contrôle des marchés et la protection de leurs surprofits.

Le partage des coûts informationnels cherche à réduire les coûts dans de grands ensembles privatifs monopolistiques. Mais ceux-ci rivalisent entre eux, jusqu’à chercher à se détruire. Ils mettent en concurrence les salariés du monde entier en détruisant des emplois, et en refoulant les exigences nouvelles de formation, pour la rentabilité financière des capitaux. D’où l’ambivalence et les antagonismes entre le développement des potentiels de dépassement effectif et, au contraire, l’exaspération des contradictions et des rentes du système existant mondialisé…… »…..

.

..........SUITE ICI : ​http://www.economie-politique.org/89986

.

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 09:38
RÊVE ITALIEN …

.

Rêve italien...

.

« Le mouvement de la nature, dans le cosmos qui nous environne, n’est que discret.

.

L’apparence analogique du mouvement est, comme l’apparence donnée par les vieux films sur bobine. En passant 16 images par seconde, nous avions la vision d’un mouvement continu.

L’apparition de chaque image, reflet virtuel d’un point concret de la pellicule, deux réalités physiques, serait comme un quantum de mouvement. Métaphore suffisante ?

.

Comment expliquer cette discontinuité dans la continuité ? Vide et matière sont matière. Onde et corpuscules sont mouvement. Continuité et sauts micros et macros, unité des forces contraire dans le mouvement sont et font la dialectique, reflet du mouvement dans le mouvement de notre cerveau et limites du cerveau et du reflet pour notre espèce et notre personne.

.

Autre métaphore : avec le vieux mythe, nous pourrions dire que les quanta de mouvement sont comme les battements du cœur de Dieu, mais infiniment plus rapide. Infiniment n’est pas le mot juste, puisque les quanta ont une mesure constante.

Seuls les mouvements macro qui les portent et sont portés par eux, ont des mesures variables… »

.

Pendant que je me voyais parler sur l’écran pour « mes » étudiantes et « mes » étudiants, je rêvais, en attendant d’engager le débat avec elles, avec eux. Je rêvais à la nature enfin retrouvée, les espèces végétales et animales dans leur abondance et leur diversité, le plaisir de se retrouver face à un tigre et avec le savoir et l’adresse d’éviter l’accident mortel avec lui, entre nous. Ne pas perdre la simplicité dans la complexification.

.

« …La supériorité dans le savoir d’un champ parmi les autres, à double sens, ne donne aucun droit et chacun a ses supériorités. Nous sommes tous des enfants uniques tout en étant sœurs et frères… ».

.

Ainsi je parlais aux étudiantes et étudiants, qui aimaient bien contester pour approfondir une notion, un concept, un système de concepts en mouvement.

.

Et nous étions heureux que dans un champ pointu de connaissances on puisse mêler des visions philosophiques et des considérations pratiques et théoriques, quotidiennes, passées et à venir.

.

Pierre Assante, mercredi 3 août 2016.

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 09:37
CLIQUER  ICI
CLIQUER ICI

"...Le congrès du Parti communiste ne s’est pas contenté d’analyser la situation ; il a fait des choix, décidés par une nette majorité, dans des domaines aussi déterminants que l’Europe, la lutte contre le réchauffement climatique, les échéances présidentielle et législatives de 2017. Il a proposé une feuille de route : une grande consultation citoyenne pour établir avec toutes les forces disponibles un pacte d’engagements partagés pour 2017 et au-delà. Le PCF se dispose à engager un-e candidat-e dans ce processus pour y mettre en débat ses idées et y porter sa conception du rassemblement.

Il propose cinq leviers pour exprimer la cohérence d’une alternative aux politiques d’austérité et de baisse du coût du travail : ..."

.

.........SUITE SUR CE LIEN :

http://www.economie-politique.org/89980.

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 08:31
« La Philo du Prolo », BULLETIN HÉTÉRODOXE Très Perso.

TOUS LES NUMÉROS SUR CE LIEN :

http://pierreassante.fr/dossier/LIENS_La_Philo_du_Prolo.pdf

.

« La Philo du Prolo »

Bulletin Hétérodoxe Très Perso

.

N° 9 COMMUNISME

http://pierreassante.fr/dossier/La_Philo_du_Prolo_N_9_COMMUNISME.pdf

N° 8 UNE COMPREHENSION ADEQUATE DU ROLE DE L’ABSTRACTION

http://pierreassante.fr/dossier/La_Philo_du_Prolo_N_8_role_de_l_abstraction.pdf

SUPPLEMENT N° 7. MON BLOG EXTRAITS 2009-2011

http://pierreassante.fr/dossier/MON_BLOG_EXTRAITS_2009_2011.pdf

N° 7 BREF DEVENIR CAPABLE DE GERER GLOBALEMENT

http://pierreassante.fr/dossier/La_Philo_du_Prolo_N_7_Devenir_capable_de_gerer_globalement.pdf

N° 6 L’EXPERIENCE MONDE

http://pierreassante.fr/dossier/La_Philo_du_Prolo_N_6_L_EXPERIENCE_MONDE.pdf

N° 5 LA VALEUR

http://pierreassante.fr/dossier/LA_Philo_du_Prolo_N_5_LA_VALEUR_couleur.pdf

N° 4 LES CYCLES ARRIVENT A CONVERGENCE

http://pierreassante.fr/dossier/La_Philo_du_Prolo_N_4_Juillet_2015.pdf

N° 3 LE TEMPS LE JE ET LE NOUS LA BEAUTE

http://pierreassante.fr/dossier/LA_PHILO_DU_PROLO_N3_AVRIL_2015.pdf

N° 2 SEULE UNE NOUVELLE POLITIQUE ECONOMIQUE

http://pierreassante.fr/dossier/LA_PHILO_DU_PROLO_N2_MARS_2015.pdf

N° 1 GUERIR LES CAUSES

http://pierreassante.fr/dossier/LA_PHILO_DU_PROLO_1_Guerir_les_causes.pdf

N° 0 OUF !

http://pierreassante.fr/dossier/OUF_Recueil.pdf

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 08:05
**L'article : Cliquer ci-dessus**
**L'article : Cliquer ci-dessus**

.

Frédéric RAUCH. Numérique et emploi : quels défis pour les luttes et l’avenir ?

.

Article paru dans la Revue "Economie & Politique" N° 742-743 mai-juin 2016

.

"...La relation entre l’emploi et le numérique fait couler beaucoup d’encre. Généralement, pour les uns, le numérique condamne au chômage de masse, pour les autres, sa vertu créatrice d’emplois l’emporterait. En vérité, la chose est plus complexe. Que le numérique supprime des emplois est un fait, qu’il en créée l’est aussi. En revanche, ce qui change, c’est la structure des emplois qui impacte lourdement et négativement le large spectre des couches moyennes de salariés au bénéfice des catégories sur-qualifiées ou sous-qualifiées de salariés. Or cette déformation de la structure des emplois, parfaitement intégrée par les logiques patronales de gestion de l’emploi et de baisse du coût du travail, constitue un des vecteurs majeurs de la refonte idéologique et concrète des marchés du travail nationaux en Europe, dont la réforme actuelle du Code du travail français est une illustration. Cette relation numérique-emploi est un défi à relever pour l’élaboration d’une alternative politique..."

.

"...S’inscrire dans la revendication d’un revenu d’existence n’est ni plus ni moins que l’acceptation du chômage et l’abandon de la bataille pour l’emploi. De la même manière que vouloir sortir de l’euro revenait à déserter le terrain de la bataille pour un autre euro, le revenu d’existence déserte la bataille de la création d’emplois..."

.

"...Pourquoi ces propositions gouvernementales concrètes ne vont pas dans le sens d’une réelle sécurité d’emploi ou de formation? Parce qu’elles répondent avant tout au mouvement général de réforme des marchés du travail engagé en Europe depuis 25 ans mais qui s’est accéléré avec la crise de 2008. Le rapport du Conseil d’orientation pour l’emploi de novembre 2015 dont c’est l’objet le montre assez clairement. Sur la base d’une analyse transversale de la situation de 10 pays significatifs de la zone euro (hors France), le rapport montre d’abord que les marchés du travail de ces pays étaient déjà en profonde évolution bien avant la crise, marqués par des évolutions profondes résultant de bouleversements économiques, sociaux et financiers majeurs : ralentissement de la croissance, financiarisation des économies, concurrence accrue du fait de la mondialisation, changements démographiques, poids des innovations technologiques et accélération du renouvellement des compétences demandées sur le marché du travail, évolution de la demande adressée aux entreprises et des modes de production, contrainte budgétaire. Dans ce contexte, la recherche de rentabilité des capitaux ouvrait déjà la voie à une flexibilisation de l’organisation de la production et à une recherche de réduction des coûts. Avec la crise de 2008, les réformes se sont accentuées..." .........

.......

........LIRE LA SUITE :

http://www.economie-politique.org/89991.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 10:54
********CLIQUER CI-DESSUS********
********CLIQUER CI-DESSUS********

.

Ce texte de 2001, publié en partie dans le "Regards" N° 73 de l'époque, malgré ses limites, ses insuffisances ou ses erreurs me semble garder son utilité dans notre actualité, à court et long terme. Aussi je le republie tel quel, en lien sur l'image :

.

Pierre Assante

Construction du devenir

Epître aux citoyens

.

SUR CE LIEN ICI.

http://pierreassante.fr/dossier/CONSTRUCTION_DU_DEVENIR_Epitre_aux_citoyens.pdf

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 08:22
Pablo Picasso, La Guerre et La Paix
Pablo Picasso, La Guerre et La Paix

.

Le courage et la responsabilité

PAR PATRICK LE HYARIC

.

MERCREDI, 27 JUILLET, 2016

L'HUMANITÉ

.

L'éditorial de Patrick Le Hyaric.

.

"La répétition macabre de l’horreur sanguinaire qui rythme ce mois de juillet en France, en Allemagne, à Kaboul ou Bagdad soulève le cœur. Elle provoque un effroi aussi légitime que compréhensible. Il ne doit pas émousser notre capacité à raisonner pour réagir de manière juste, efficace et solidaire."

.

L’horreur encore. L’insupportable encore! Les larmes de l’abominable tuerie de Nice n’ont pas encore séché que le crime a de nouveau frappé la France. Après les symboles de la Révolution française, le soir du 14 Juillet, c’est aujourd’hui l’Église catholique qui est touchée en son cœur. En égorgeant un prêtre, dans son église de Saint-Étienne-du-Rouvray, la nébuleuse du fanatisme assassin, qui usurpe au Moyen-Orient la qualité d’État, assène un nouveau coup de sabre contre la société française.

La répétition macabre de l’horreur sanguinaire qui rythme ce mois de juillet en France, en Allemagne, à Kaboul ou Bagdad soulève le cœur. Elle provoque un effroi aussi légitime que compréhensible. Il ne doit pas émousser notre capacité à raisonner pour réagir de manière juste, efficace et solidaire.

Ce terrorisme ne s’embarrasse pas d’une ligne directrice, d’un seul et même mode opératoire. Cette fois, la cible est précisément choisie pour alimenter la mécanique dévastatrice d’une guerre de religion, pour donner raison aux théoriciens ultra-conservateurs d’une prétendue « guerre de civilisations ». La secte des égorgeurs travaille d’arrache-pied à l’implosion de nos sociétés abîmées par un profond malaise. Ses missionnaires savent pouvoir y trouver un écho vengeur à leur funeste entreprise. Mais Daech n’est ni la rébellion, ni la révolution, c’est la mort ! La France est visée pour ce qu’elle est : une Nation où se côtoient origines variées, athées, libres penseurs et croyants de religions diverses. Cette alchimie est insupportable aux yeux des fanatiques si elle fait la preuve de ses vertus. À chaque coup porté, Daech entend fracturer cet équilibre patiemment construit depuis plus de deux siècles, fortifié par l’idée républicaine et le principe de laïcité.

Dans ce contexte, la dégoûtante surenchère politicienne sur le dos des morts et des principes démocratiques et républicains risque de se payer très cher. Comment un ancien président de la République peut-il avoir l’outrecuidance de qualifier notre droit d’« arguties juridiques » ? Les lois et règles de droit font justement de notre République l’antithèse du projet de type fasciste, porté par Daech. Que cette droite haineuse, lancée dans une folle et imbécile course à l’échalote avec l’extrême droite, prenne garde. Elle entre dans la zone rouge de la division qui pourrait faire d’elle l’alliée de cette secte fanatisée qui sème la mort, des salles de spectacles jusqu’aux églises.

Le terrorisme fondamentaliste est un problème majeur dont les solutions sont tout autant géopolitiques, de sécurité intérieure, que sociales et politiques. Le courage et la responsabilité commandent d’assumer cette complexité, au risque de laisser la démagogie progresser, au détriment de tous et au bénéfice du pire.

Les femmes et hommes de paix de par le monde doivent se retrouver pour impulser de nouvelles initiatives politiques et diplomatiques afin d’assécher le terrorisme. Des actes pour la reconstruction et le codéveloppement doivent être pris sans attendre. Les forces progressistes ont la responsabilité d’opposer au terrorisme un nouvel internationalisme de progrès social et environnemental. Le besoin de développement humain, de services publics de l’éducation, de la culture ou de sécurité doit surpasser d’urgence l’austérité. C’est à un pacte de solidarité et de fraternité qu’il faut travailler.

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 07:43
Chloé MAUREL. "Ce n’est pas à la France de faire le gendarme du monde, il y a une organisation internationale qui a été créée pour cela voilà plus de soixante-dix ans : c’est l’ONU !..."

Déjà publié le 27 juillet 2016 sur ce blog.

.

"Ce n’est pas à la France de faire le gendarme du monde, il y a une organisation internationale qui a été créée pour cela voilà plus de soixante-dix ans : c’est l’ONU !...

.

Par Chloé Maurel, docteure en histoire, spécialiste des Nations unies

.

JEUDI, 21 JUILLET, 2016

L'HUMANITÉ

.

La tuerie de Nice le 14 juillet 2016, après celle du Bataclan le 13 novembre 2015 et celles de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes en janvier 2015, confirme un peu plus, aux yeux de beaucoup de nos compatriotes, que nous sommes engagés dans une guerre. Effectivement, la France est clairement engagée militairement en Syrie et en Irak, et ce, sur un mode crescendo : depuis les débuts de l’opération « Chammal » en septembre 2014, la France a effectué plus de 4 000 sorties aériennes et a mené plus de 600 frappes, tuant environ 1 100 personnes. Et le président Hollande a affirmé récemment vouloir encore intensifier ces frappes. Plutôt que d’intensifier ces attaques aériennes qui ont fait des dizaines de victimes civiles innocentes, notamment des femmes et des enfants, il faut arrêter ces frappes en Irak et en Syrie ! Sinon nous serons pris dans une spirale infernale, celle d’une guerre qui frappera de plus en plus de civils qui n’ont rien à voir avec tout cela, en Syrie comme en France. Et cela pourrait bien entraîner un éclatement de la société française, un repli des communautés sur elles-mêmes, une xénophobie croissante, et même l’arrivée du fascisme au pouvoir ! C’est justement ce que veulent aussi bien les islamistes que l’extrême droite : scinder la société, exacerber les clivages, les haines : entre musulmans et non-musulmans, entre Occidentaux et réfugiés….....

.

......LIRE LA SUITE ICI

http://www.humanite.fr/stoppons-nos-frappes-en-syrie-et-renforcons-lonu-612295

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 08:03
***********CLIQUER CI-DESSUS***********
***********CLIQUER CI-DESSUS***********

.

UNIVERSITÉ DU PARTI DE LA GAUCHE EUROPÉENNE

Léo Purguette, La Marseillaise.

http://www.lamarseillaise.fr/

analyses-de-la-redaction/

dossier-du-jour/50922-

arracher-l-europe-au-

liberalisme-et-a-la-xenophobie

.

Arracher l’Europe

au libéralisme
et à la xénoph
obie

.

Les progressistes européens ont appelé à l'émergence de convergences à l'échelle du continent. Photo L.P.

.

Progressistes

Les responsables des partis communistes, progressistes et rouge-vert regroupés au sein du Parti de la gauche européenne (PGE) ont sonné ce week-end la fin de leur université d’été et le début d’une nouvelle bataille à l’échelle du continent pour le soustraire à la double impasse du néolibéralisme et de l’extrême droite.

Au terme de quatre jours de débat et d’échange d’analyses en Toscane à l’invitation du Parti de la Refondation communiste (PRC), ils se sont exprimés tour à tour pour appeler à un renforcement de l’action commune des progressistes en Europe qui devrait être concrétisée à la fin de l’année lors du congrès du PGE à Berlin.

Premier à intervenir, Roberto Musacchio, eurodéputé élus sur la liste « Altra europa » qui a permis le retour de représentants de la gauche italienne au Parlement européen insiste sur l’importance d’une solidarité entre forces de transformation sociale. Pour lui, il y a un danger à s’enfermer dans des débats simplistes comme sur la sortie ou le maintien dans l’euro. « Nous ne sommes pas prisonniers d’une monnaie mais de rapports sociaux dominés par le capitalisme, c’est cela que nous voulons changer ». Ulcéré par la nomination de l’ex-président de la commission européenne Jose Manuel Barroso chez Goldman Sachs, il pointe le poids des forces de l’argent dans les institutions européennes et « la manière honteuse » avec laquelle elles ont traité le gouvernement Tsipras.

Même appel à l’unité pour le représentant de Die Linke Heinz Bierbaum qui insiste : « il y a des problèmes, des positions diverses mais n’oublions pas que sur l’essentiel nous sommes d’accord ». Au rang des revendications immédiates, il place le changement du rôle de la Banque centrale européenne : « les milliards qu’elle injecte doivent avant tout servir la création d’emplois et le développement social ». Giorgos Karatsioubanis de Syriza revient sur l’accord imposé à la Grèce et souligne l’urgence de gagner de nouvelles « majorités alternatives en Europe pour accroître le rapport de force ». « Une révolution démocratique est nécessaire », lance-t-il. « Il nous faut revisiter l’idée d’Europe », affirme en écho Eleonora Forenza, eurodéputée italienne. « Il ne faut plus seulement la regarder comme un dispositif conçu par l’ordo-libéralisme mais comme un espace de déploiement du combat révolutionnaire ».

Maïté Mola du Parti communiste d’Espagne témoigne de l’expérience d’Unidos Podemos, la coalition qui a réussi à réunir 21% des voix aux dernières élections mais sans parvenir à emporter la majorité. Désormais la balle est dans le camp des socialistes : « soit ils permettent à la droite de gouverner soit ils s’assoient avec nous pour appliquer des propositions alternatives au néolibéralisme, à la réforme du marché du travail et à l’austérité ». Le très populaire communiste Alberto Garzon sera à ce propos reçu demain par « le citoyen Bourbon », ironise cette républicaine intransigeante. Si le processus de rassemblement aboutissait, il représenterait à ses yeux un point d’appui pour tous les progressistes afin de bâtir une alternative à l’Union européenne qu’elle juge « irréformable ».

Paolo Ferrero, secrétaire national du PRC résume le défi : «construire une 3e voie opposée à celle de la bourgeoisie cosmopolite et à celle du nationalisme xénophobe ».

Pour Pierre Laurent, son homologue du PCF qui préside le PGE, « l’Europe traverse une période cruciale de son histoire et ses dirigeants n’ont rien voulu entendre des alertes des peuples, notamment le Non français à la constitution européenne ».

Face aux attaques contre le monde du travail, à la montée des nationalismes, des logiques guerrières, du péril climatique, il propose que le prochain congrès du PGE décide d’un forum annuel des alternatives pour bâtir dès 2017 et dans la durée, une coordination des luttes « qui dépasse le cadre du PGE et rassemble des forces syndicales, écologistes, des forces qui se détachent de la social-démocratie pour transformer les rapports de forces ». Le communiste français estime possible de gagner sur le rejet des traités de libre-échange TTIP et TISA. Défendant l’idée d’une Europe des peuples souverains et solidaires, il lance : « il nous faut relancer l’offensive pour la transformation sociale, la paix et la solidarité, personne ne le fera à notre place ».

.

Léo Purguette, envoyé spécial
à Chianciano Terme (Italie)

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 07:34
NOUS AVONS DIT PRÉCÉDEMMENT LA NÉCÉSSITÉ DE......... : POUR relancer le processus politique, humain, en santé !!!

PUBLIE UNE PREMIERE FOIS le 28/05/2016 06:54 sur les objectif principaux pour sortir de la crise !!! Et relancer le processus politique, humain, en santé !!!

.

Nous avons dit précédemment sur ce blog, la nécessité de :

*

1) TRANSFORMATION DU SYSTEME FINANCIER

2) TRANSFORMATION DE L’ORGANISATION DU TRAVAIL

3) UNE EUROPE POLITIQUE ET ECONOMIQUE CONFEDERALE

*

4) SUR CES 3 OBJECTIFS CONSTRUIRE UN MOUVEMENT UNITAIRE EUROPEEN ISSU DES MOUVEMENTS NATIONAUX, A L’INSTAR D’UN CONSEIL NATIONAL DE LA RESISTANCE de 1943 ET SA COMPOSANTE ESSENTIELLE OUVRIERE ET DU SALARIAT, ELARGI A L’EUROPE (1).

*

Evidemment, il ne s'agit pas des transformations qu'imposent le gouvernement actuel et le précédent qui "adaptent" les travailleurs et le peuple aux besoins d'accumulation du capital en crise et aboutit à une nouvelle suraccumulation, aggravant encore plus la crise.

Cette suraccumulation du capital entrave la production et l'échange et appauvrit relativement mais de plus en plus la société humaine et va vers un effondrement si ces transformations démocratiques, progressistes et radicales ne sont pas effectuées.

.

Certes ce n’est pas la théorisation de ces 3 objectifs + 1 qui seule mobilisera ET les mouvements nationaux ET un mouvement européen.

Au contraire, c’est la convergence des mouvements nationaux dans leur marche qui permettra d’orienter un mouvement européen vers ces objectifs, si tant est que cette convergence et ces objectifs soient préparés.

La lutte contre la "loi-travail" et la réponse donnée sur le plan syndical et politique est à la fois une réponse immédiate à la destruction de décennies de construction sociale, mais aussi contient une vision et des propositions d'avenir dont font partie la Propositions sur l’emploi et la sécurité sociale professionnelle de la CGT et le projet de loi de Sécurité d'emploi et de formation de la ComEco du PCF reprise par les groupes communistes et FdG de l'Assemblée et du Sénat. Il s'agit aussi de sortir d'une organisation de plus en plus tayloriste, autoritaire, démobilisatrice du travail.

De la réussite ou l'échec de ces réponses dépend la réussite ou l'échec d'une poursuite en santé du processus social, pour le moment.

En cela nous retombons sur la nécessité d’un effort culturel, théorique et pratique conjoint et d’une organisation humaine préalable le préparant ; ce qui n’implique nullement un quelconque autoritarisme.

Les croyances en des solutions par les idées seules ou les croyances en des solutions par une pratique seule, s’affrontent. Ces deux conceptions et visions opposées de la réalité et de l'action sont sans issue. L’issue ne peut naître que DE la conscience QUE l’unité intime des FORCES contradictoires contient les résolutions possibles; et que la lutte entre forces contradictoires contient la transformation de l'ensemble.

*

Pierre assante, 26 mai 2016

.

(1) UN NEO PROGRAMME d’une sorte de Conseil de la Résistance Européen, mis à jour dans un monde actuel, global, sa production, ses échanges, ses techniques informationnalisés, peut contrer un déclin de ses nations qui pèse sur l’humanité entière, sur toutes les zones mondiales, économiques, politiques, culturelles constituées, en relation mutuelle.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 07:19
Pour lire ce N° 2 cliquer dessus (1)
Pour lire ce N° 2 cliquer dessus (1)

.

SENS. LIBERTÉ. APRES, JE M'ARRÊTE.

.

Se déplacer

Marcher

Dans un sens

Dans quel sens ?

.

Rester immobile

Marcher avec le sens

Être immobile dans le sens

.

Echapper au sens

Ne pas être prisonnier du sens

.

S’il n’y a pas de sens

On ne peut échapper au sens

On n’échappe à rien

On est prisonnier

Enfermé

Dans de l’absence de sens

.

Marcher avec le sens

Liberté. Egalité. Fraternité

.

Liberté abstraite ?

Egalité abstraite ?

Fraternité abstraite ?

.

Liberté concrète par rapport au despotisme

D’une classe dominante, l’aristocratie

Egalité concrète par rapport aux privilèges

D’une classe dominante, l’aristocratie

Fraternité concrète par rapport à l’indifférence

D’une classe dominante, l’aristocratie

.

C’était le sens de la révolution

Qui a soulevé la société humaine

Puis le sens a été à nouveau confisqué par une nouvelle domination

Le capital et ses hommes

Il en est ainsi

Quelques soient les mots qu’on emploie ou pas

.

Soulever la société

C’est donner un sens

.

Il n’y a pas d’indépendance par rapport au sens

Quel que soit l’autonomie positive ou négative

Qu’on s’y donne

.

APRES, JE M'ARRÊTE

.

Pierre Assante, 24 juillet 2016

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 22:36
CARACTÈRE FÉTICHE de la MARCHANDISE. Extraits et liens.

.....Une marchandise paraît au premier coup d'œil quelque chose de trivial et qui se comprend de soi-même. Notre analyse a montré au contraire que c'est une chose très complexe, pleine de subtilités métaphysiques et d'arguties théologiques. En tant que valeur d'usage, il n'y a en elle rien de mystérieux, soit qu'elle satisfasse les besoins de l'homme par ses propriétés, soit que ses propriétés soient produites par le travail humain. Il est évident que l'activité de l'homme transforme les matières fournies par la nature de façon à les rendre utiles. La forme du bois, par exemple, est changée, si l'on en fait une table. Néanmoins, la table reste bois, une chose ordinaire et qui tombe sous les sens. Mais dès qu'elle se présente comme marchandise, c'est une tout autre, affaire. A la fois saisissable et insaisissable, il ne lui suffit pas de poser ses pieds sur le sol ; elle se dresse, pour ainsi dire, sur sa tête de bois en face des autres marchandises et se livre à des caprices plus bizarres que si elle se mettait à danser.......

.....Mais la forme valeur et le rapport de valeur des produits du travail n'ont absolument rien à faire avec leur nature physique. C'est seulement un rapport social déterminé des hommes entre eux qui revêt ici pour eux la forme fantastique d'un rapport des choses entre elles. Pour trouver une analogie à ce phénomène, il faut la chercher dans la région nuageuse du monde religieux. Là les produits du cerveau humain ont l'aspect d'êtres indépendants, doués de corps particuliers, en communication avec les hommes et entre eux. Il en est de même des produits de la main de l'homme dans le monde marchand. C'est ce qu'on peut nommer le fétichisme attaché aux produits du travail, dès qu'ils se présentent comme des marchandises, fétichisme inséparable de ce mode de production....

......C'est seulement dans leur échange que les produits du travail acquièrent comme valeurs une existence sociale identique et uniforme, distincte de leur existence matérielle et multiforme comme objets d'utilité. Cette scission du produit du travail en objet utile et en objet de valeur s'élargit dans la pratique dès que l'échange a acquis assez d'étendue et d'importance pour que des objets utiles soient produits en vue de l'échange, de sorte que le caractère de valeur de ces objets est déjà pris en considération dans leur production même.....

........La découverte scientifique faite plus tard que les produits du travail, en tant que valeurs, sont l'expression pure et simple du travail humain dépensé dans leur production, marque une époque dans l'histoire du développement de l'humanité mais ne dissipe point la fantasmagorie qui fait apparaître le caractère social du travail comme un caractère des choses, des produits eux-mêmes.....

Le chapître :

https://www.marxists.org/francais/marx/works/1867/Capital-I/kmcapI-I-4.htm

Le Livre 1

https://www.marxists.org/francais/marx/works/1867/Capital-I/index.htm

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 09:15
Roger Frosini : Collage au papillon
Roger Frosini : Collage au papillon

.

« L’humanité c’est la conscience de la nature sur elle-même »

.

1 J'ai siégé 2 ans dans une commission "travail non qualifié" du Commissariat Général du Plan puis du Centre d'Analyse Stratégique auprès du 1° ministre, au titre de la FSU, à laquelle participait aussi la GGT, la CFDT, la CFTC et une trentaine "d'experts" et intervenants.

.

Évidemment, les interventions syndicales ont été peu "appréciées" au "niveau décisionnel" bien qu'elles aient abouti à un ouvrage non diffusé.

Il est apparu au fur et à mesure que cette commission devait avoir pour but caché de soutenir fortement la loi Borloo, ce qui n'a pas été le cas, vu la réaction d'ensemble des "experts" syndicalistes et autres.

.

Aujourd'hui notre travail au plan n'a plus d'intérêt sinon "historique", il est dépassé. Nous ne pouvons d'ailleurs pas le diffuser sans un accord de tous ses auteurs.

Ce qui est par contre d'actualité et insuffisamment diffusé, c'est le travail du département d'ergologie de l'université de Provence, animé par Yves Schwartz, qui a de grands échos dans le monde de la recherche, mais peu d'écho dans les "grands médias" bien qu'il ait fait l'objet d'articles dans l'Huma (1).

Ce travail met au centre le lien d'une vision tayloriste (OBW) du travail généralisé (télécoms par exemple) et le mode de production et d'échange actuel, qui écarte toute reconnaissance des "valeurs sans dimension", les valeurs d'usage du travail en opposition avec les valeurs d'échange marchand, et "l'indifférence" vis-à-vis de la valeur d'usage.

http://www.ergologie.com/

Je serais parfaitement satisfait de la prise en compte par l'Huma si je voyais une double page avec Yves Schwartz par exemple, comme cela se fait pour nombre de questions intéressantes. Mais ce n'est pas un reproche, un simple souhait qui je crois n'est pas sans intérêt pour l'Huma elle-même.

Une université de l'ORT vient de se tenir. C'est peut-être l'occasion....

http://www.rencontresdutravail.com/

.

2 Le mode d'échange et le mode de production qui va avec, la mesure qualitative de la valeur marchande ne peut qu'aboutir à la guerre des puissants contre les faibles, le marché.

.

Tout ce qui ne va pas dans le sens de changer ce mode d'échange ne peut être que "tout changer pour que rien ne change".

.

Certaine réformes, le crédit sélectif par exemple, que je soutiens, peuvent être un pas vers une transformation réelle du mode d'échange, à condition qu'elles viennent d'un mouvement populaire visant au-delà de la réforme.

.

Lorsqu'on est d'accord sur le 1° "postulat", il faut se mettre d'accord sur un 2° : quelle stratégie pour cet objectif. C'est tout le problème de "la gauche", de l'opposition "anti-libérale" et même de la "visée communiste" : leur capacité ou non à se rassembler sur une stratégie. ET ce n'est pas l'affaire des "états major" mais celui de chaque individu sur son propre engagement.

.

Le "communisme de guerre" et ses conséquences, sa vision passée et présente, nous cachent les possibilités qui s'ouvrent aujourd'hui d'un mode d'échange qui ne soit pas "le marché", possibilité parce que le niveau de développement non seulement permet mais réclame un autre mode d'échange. Mais nous en restons à cette vision fossilisée des affrontements humains du passé qui nous ont pourtant conduits au niveau de développement actuel.

.

L'instrumentalisation du développement inégal (développement inégal qui existe réellement) des dominés par les dominants conduit à l'asphyxie des dominants eux-mêmes parce qu'en freinant ou bloquant de développement des autres, ils freinent et bloque leur propre développement. Il n'y a pas de frontière étanche dans une société.

.

3 Comment vouloir contribuer à l’avancée humaine, participer à la transformation du travail, du monde du travail, sans tenter de comprendre le « fonctionnement » de l’être humain, de s’approcher plus et mieux de son essence, dans son infini diversité et complexité ?

.

« Le Capital », dès la première page fait référence par une note au désir et au besoin « Le désir implique le besoin, il est l’appétit de l’esprit, aussi naturel que la faim pour le corps (Nicolas Barbon, 1696) ». Il a aussi défini dès cette page l’objet de son étude et de sa rédaction.

La vision anthropologique du corps humain est toute entière dans « Le Capital ». Mais par une lecture « économiciste », elle a été mise entre parenthèse dans le « communisme institutionnel ».

.

« La richesse des sociétés dans lequel règne le mode de production capitaliste apparaît comme une gigantesque collection de marchandises, dont la marchandise individuelle serait la forme élémentaire… ».

L’activité humaine est celle de tout le corps humain et sa relation avec la société. Dans leur unité.

Il s’agit de ne pas séparer cerveau et reste du corps et le corps de la société.

Et si Freud détermine des lois du comportement humain, il insiste sur le fait qu’il faut faire entrer phylogenèse et ontogenèse dans la construction de l’observation scientifique.

.

L’adulte, plus que tout autre individu humain concentre son observation sur ce qu’il est soi-même dans le moment présent et dans le problème quotidien à résoudre dont il fait la photo plus que le « bilan » du processus. Ainsi lui échappe le plus souvent sa propre origine dont il déforme la représentation qu’il en fait, qu’il s’en fait. L’adulte ne fait que « figer » la motivation, la représentation qu’il a construites dès l’enfance et le nourrisson.

.

Le besoin nutriciel et la fusion maternelle, qu’ils soient satisfaits par une mère ou non (mais certainement l’espèce humaine est liée intimement d’origine, à cette réalité qui détermine le lien futur de l’adulte avec le monde. L’amour, la haine, l’angoisse et l’égoïsme….et le rapport de solidarité/séparation de la contradiction besoin collectif/besoin individuels, qui sont quand même tous deux besoins sociaux, ne sont pas dans un monde éthéré des rapports sociaux. Ils sont dans le monde des rapports sociaux lesquels dépendent et sont le mode de production et d’échange. Et ceci n’est pas une vision freudo-marxiste qui fut un temps à la mode mais qui tend à revenir en force dans la bataille idéologique déployée par le capital et à laquelle il faut répondre par la lutte de classe et la science dans leur unité. Profitons d’ailleurs de ce que les dominants apprennent pour le transformer au service des dominés.

.

La séparation exercée soit par le rôle paternel soit par le groupe d’appartenance collective et identitaire qui le joue, est déjà exercé par la mère ou le rôle maternel dans le rôle nutriciel et ses moments de satisfaction nutricielle et d’insatisfaction nutricielle liées à la réponse maternelle discontinue et complexe. Cette complexité due à la multiplicité des situations n’apparaît pas immédiatement à l’observation commune, pour les raisons de cette photo circonstancielle que nous faisons à chaque moment de la vie.

.

Ainsi l’analyse scientifique du capital concernant le mode de production et ses lois tendance qui peuvent être mathématisées, même si elles ne sont pas seulement d’ordre minéral ou biologique mais tout ensemble sociales, de par leur interprétation dogmatique et « economicistes », devient dichotomique du corps et de la société et de corps par lui-même. C'est-à-dire « retrouvent » la culture religieuse, et régresse même en deçà du christianisme originel qui lui pose à la fois la question de la société marchande, sa contestation et leur lien avec le rapport au corps, hormis que la vision est « inversée », "marchant sur la tête". Ce qui est d’ailleurs que le reflet d’une société qui ne pouvait, compte tenu du développement d’alors de forces productives, réaliser le lien des techniques et des sciences d’aujourd’hui, avec le mode de production d’aujourd’hui qui entre en contradiction antagonique avec la mesure quantitative de valeur d’échange.

.

« L’humanité c’est la conscience de la nature sur elle-même ». Mais à ce niveau de développement elle est encore plus près du singe que de l’entéléchie humaine, mouvante et comme un mur qui avancerait devant nous. Ce qui ne nous empêche pas de nous émerveiller à juste titre de ce qu’un individu humain est capable de faire et de ce que la société humaine est capable de faire. Emerveillement nécessaire à tout mouvement de la société, en opposition à un conservatisme et un immobilisme mortel. Le rapport humain qui reste encore marqué par un rapport de clan et du mode de production qui y était attaché ne se transformera fondamentalement que lorsque la contradiction entre le développement des forces productives actuel et le mode de production actuel sera résolu, ce qui sera à la fois une continuité et une rupture dans le mouvement humain.

.

Le propre de l’être humain, c’est de conquérir. Mais pour que sa conquête généralisée ne soit pas un signe de mort généralisée, il faut que l’instinct animal de domination soit dépassé dans une forme nouvelle de civilisation. Et cela est lié aussi à la transformation des forces productives et des rapports de production.

Et cela passe par le respect du corps-soi, de son propre corps et celui de l’autre, de son semblable et son dissemblable, de l’animal social et de son rapport à la nature donc il est partie intégrante.

.

Pierre Assante, 30 septembre 2009.

.

(1) Je signale et ajoure à cet article, aujourd'hui, 23 juillet 2016 cet autre article publié depuis, sur l'Humanité, entre autres: http://www.humanite.fr/moins-mais-mieux-breve-introduction-lergologie-598115

Voir aussi le programme du prochain congrès de la Société Internationale d'Ergologie :

http://sites.univ-provence.fr/ergolog/pdf/divers/programme_congresSIE2016.pdf​

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 12:20
UN JOUR UN JOUR  Poème d’Aragon  Chanté par Jean Ferrat.

.

UN JOUR UN JOUR

Poème d’Aragon

Chanté par Jean Ferrat

.

Tout ce que l'homme fut de grand et de sublime
Sa protestation ses chants et ses héros
Au dessus de ce corps et contre ses bourreaux
A Grenade aujourd'hui surgit devant le crime
.
Et cette bouche absente et Lorca qui s'est tu
Emplissant tout à coup l'univers de silence
Contre les violents tourne la violence
Dieu le fracas que fait un poète qu'on tue
.
Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange
Un jour de palme un jour de feuillages au front
Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront
Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche
.
Ah je désespérais de mes frères sauvages
Je voyais je voyais l'avenir à genoux
La Bête triomphante et la pierre sur nous
Et le feu des soldats porté sur nos rivages
.
Quoi toujours ce serait par atroce marché
Un partage incessant que se font de la terre
Entre eux ces assassins que craignent les panthères
Et dont tremble un poignard quand leur main l'a touché
.
Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange
Un jour de palme un jour de feuillages au front
Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront
Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche
.
Quoi toujours ce serait la guerre la querelle
Des manières de rois et des fronts prosternés
Et l'enfant de la femme inutilement né
Les blés déchiquetés toujours des sauterelles
.
Quoi les bagnes toujours et la chair sous la roue
Le massacre toujours justifié d'idoles
Aux cadavres jeté ce manteau de paroles
Le bâillon pour la bouche et pour la main le clou
.

Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange
Un jour de palme un jour de feuillages au front
Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront
Un jour comme un oiseau s
ur la plus haute branche

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

ace>

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 07:22
*****************CLIQUER POUR ECOUTER***********
*****************CLIQUER POUR ECOUTER***********

INTERVENTION DE FREDERIC BOCCARA AU CESE SUR LA CONJONTURE

Par Boccara Frédéric, le 11 juillet 2016

INTERVENTION DE FREDERIC BOCCARA AU CESE SUR LA CONJONTURE

.

(1) Conseil économique, social et environnemental, assemblée consultative de la République.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 06:43
SENAT, Eliane Assassi : Non à l’état d’urgence sécuritaire, oui à un état d’urgence populaire au service du vivre ensemble.

Non à l’état d’urgence sécuritaire, oui à un état d’urgence populaire au service du vivre ensemble

Eliane Assassi, Sénatrice de la Seine-Saint-Denis, Présidente du groupe communiste républicain et citoyen, 21 juillet 2016.

.

Monsieur le président, monsieur le Premier ministre, monsieur le ministre, mes chers collègues, c’est en ce jour de célébration du 14 juillet que notre peuple a été frappé à Nice, avec haine, avec rage, avec cruauté, par un individu au profil encore mal défini aujourd’hui, islamiste radical de la dernière heure.

Ainsi, 84 personnes sont décédées, parmi lesquelles 10 enfants. Des dizaines de blessés sont très gravement atteints et certains luttent encore pour la vie. À cet instant, mes pensées vont vers toutes ces familles et leurs proches, et je veux ici saluer toutes celles et ceux – policiers, gendarmes, pompiers, secouristes, personnels hospitaliers et particuliers – qui ont su faire preuve d’un grand courage.

Cette attaque sauvage a suscité d’emblée un immense désarroi dans la population, mais aussi chez de nombreux responsables politiques. Que faire contre un assaillant isolé, sans lien évident avec une organisation terroriste, bien éloigné du profil type de l’apprenti terroriste ? C’est tout le paradoxe du débat qui nous intéresse aujourd’hui.

Face à l’émotion, à la colère, au sentiment d’impuissance, nombreux sont ceux qui, tout en qualifiant l’attentat de Nice d’imprévisible, voire de fatal, exigent dans le même temps la prolongation de l’état d’urgence, qui s’est, en l’occurrence, révélé totalement inefficace.

Aussi, dans une précipitation extrême, les députés ont adopté un texte qui ne répond en rien à la situation niçoise, pas plus qu’il ne répond au légitime besoin de sécurité exprimé par nos concitoyens.

En outre, cette précipitation ne permet pas d’aborder le point clef de la bataille contre Daech : reconstruire une région dévastée par la logique de guerre des Occidentaux. Avec l’ONU, il faut mettre fin aux stratégies déstabilisatrices et engager une logique de paix. Cessons aussi des amitiés coupables dans cette région et permettons enfin la création d’un État palestinien.

Avec mes amis du groupe CRC, je le dis clairement : il ne faut pas céder à une certaine facilité en prolongeant de six mois l’état d’urgence et en lui conférant, de fait, un caractère permanent…….

.

…….L'intervention en entier, SUITE ICI

.

http://www.pcf.fr/90258

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 18:56
LA LOI TRAVAIL de Madame El Khomri and Cie, Le 3ème 49.3, le point de vue de Marx sur les accords de branche et les accords d'entreprise....

.

LA LOI TRAVAIL de Madame El Khomri, et Mrs. Valls, Macron, Hollande and Cie, le Job Act de Renzi, etc…Le 3ème 49.3, et le point de vue de Marx sur les accords de branche et les accords d'entreprise dans les extraits ci-dessous APRES L'ARTICLE....

.

QU’EN DIRE ?

.

UNE REPONSE :

.

Poursuivre les lutte ouvrières et populaires de longue haleine est nécessaire, en France et en Europe et contribuer à leurs convergences pour une autre loi-travail en France et en Europe qui tout en tenant compte des transformations du système productif, le fasse dans l’intérêt des salariés et non du capital monopoliste international, sortir de l'austérité et de la crise par l’action syndicale et politique de transformation sociale en santé.

.

Réforme progressive et radicale des systèmes financiers, de la Banque Centrale Européenne (BCE), en partant des possibilités des traités européens en l’état car on peut déjà agir politiquement, si les pouvoirs en ont la volonté et si l’action populaire les y pousse, contre la finance telle quelle dans le cadre de ces traités.

.

Transformation des Institutions Européenne et traités européens vers une Europe confédérale respectant l’histoire et les peuples des nations qui la constituent, leurs acquis sociaux et culturels et leurs institutions.

.

Transformation de l’usage de la création monétaire par la BCE pour la mettre au service du développement. Déjà en modifiant l’usage des 80 milliards d’€ qu’elle distribue actuellement chaque mois aux banques sans contrôle de leur affectation.

.

Transformation des instances internationales, FMI, ONU,… afin de les mettre au service de la paix et du développement. Création monétaire indépendante du dollar (Droits de Tirages Spéciaux du Fond Monétaire International –FMI- par exemple).

.

Coopération d'intérêt mutuel et non de domination entre les nations et entre les grandes zones de développement mondial constituées et en constitution, Europe, Chine, Etats-Unis-Canada, Amérique latine, Afrique, Russie, Indes, etc....

.

Analysant la journée de travail, le temps de travail et les salaires, voilà ce que dit Marx sur les accords d'entreprise et les accords de branches, pour l’Angleterre et la France, dans "Le Capital", Livre I, dès 1867.

Toujours d'actualité, hélas, y compris vis-à-vis d’un syndicalisme « d’accompagnement » qui se fourvoie dans le soutien des mesures antisociales d’aujourd’hui telle cette loi-travail El Khomri, contre l’avis majoritaire d’autres syndicats (CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL) et de la population française !

.

Pierre Assante, Mercredi 20 juillet 2016.

.

Lire PARTICULIEREMENT le "secondement" de cet extrait (2 JPG-pages 293-294) :

LA LOI TRAVAIL de Madame El Khomri and Cie, Le 3ème 49.3, le point de vue de Marx sur les accords de branche et les accords d'entreprise....
LA LOI TRAVAIL de Madame El Khomri and Cie, Le 3ème 49.3, le point de vue de Marx sur les accords de branche et les accords d'entreprise....
Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 07:22
 Pierre Laurent : Déces de Raymonde Tillon : « symbole de tout un pan de l'histoire populaire de notre pays ».

Déces de Raymonde Tillon : « symbole de tout un pan de l'histoire populaire de notre pays ».

C'est avec émotion que j'ai appris le décès de Raymonde Tillon. Résistante communiste, députée de Marseille, elle était l'une des premières femmes élues en 1945.

Épouse de Charles Nédélec dirigeant historique du Front populaire, elle vint s’établir avec lui à Marseille où elle participa aux diverses actions menées par le PCF. Résistante pendant la seconde guerre mondiale, elle fut déportée en 1944 de Sarrebrück, puis à celui de Ravensbrück dont elle s’évada avant l'arrivée des alliés.

Raymonde se fit élire députée de la 1ere circonscription des Bouches-du-Rhône, ce qui fit d'elle une des premières femmes élues à l'Assemblée nationale dès 1945.

En 1951, après avoir épousé Charles Tillon, elle le soutint dans l’épreuve, quand il fut accusé avec André Marty, d’activité fractionnelle. Son exclusion du parti en 1970 pour protestation contre l'intervention soviétique en Tchécoslovaquie, fut déclarée comme nulle et non avenue en 1997 par nos instances, quand le PCF décide de mettre un terme à cette pratique de l'exclusion politique.

Avec elle, disparaît la dernière survivante des 33 femmes élues à la première Assemblée Constituante de la 4e République. Raymonde Tillon symbolise tout un pan de l'histoire populaire de notre pays, mais aussi de l'histoire des droits des femmes, de la démocratie.

Au nom de mes camarades, je m'incline devant la mémoire de Raymonde Tillon, son parcours, son engagement militant.

Pierre Laurent, le 18 juillet 2016

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 15:00
ELEMENTS POUR ASSURER UNE STABILITÉ, CONTINUITÉ, PROGRÈS, DE LA PRODUCTION ET DU DÉVELOPPEMENT HUMAIN.

Cet article a été mis en ligne une première fois le 08/06/2016. Il résume pour une formation de militants (1) quelques propositions importantes d'ordre économique de sortie de crise.

.

ELEMENTS POUR ASSURER UNE STABILITÉ, CONTINUITÉ, PROGRÈS, DE LA PRODUCTION ET DU DÉVELOPPEMENT HUMAIN.

.

Partant des mobilisations nationales pour construire une mobilisation européenne dépassant une relative spontanéité et accédant à une conscience des solutions économiques à imposer politiquement, syndicalement, législativement, gouvernementalement :

.

1) Une loi de sécurité de l’emploi et de la formation. Elle sera une alternative à la réorganisation mondiale et monopoliste du travail telle la loi El Khomri en France ou le Job Act en Italie etc.

2) Transformation du système financier et de l'usage de la création monétaire, du local au mondial en passant par la nation et l’Europe, la BCE. Un pôle public financier régional, national, européen, permettant de réorienter l’investissement vers les besoins humains, contre la spéculation, pour la production et les services publics.

3) Des droits nouveaux ouvrant la voie à une démocratie du travail, de la décision du travailleur du « que, quoi, comment produire » au niveau de son entité productive, d’échange ou de gestion à laquelle il appartient comme au niveau d’une cohérence globale de la production en fonction des besoins.

4) Au niveau international, réformes des institutions internationale, du FMI, extension des Droits de Tirage Spéciaux pour constituer un « portefeuille international » permettant d’échapper à la dictature du dollar.

5) Une Europe confédérale échappant au pouvoir centralisé et autoritaire de la Commission Européenne et garantissant les droits des nations dans leurs originalités, leurs particularités historiques, sociales et culturelles

.

Ces diverses mesures énoncées ici lapidairement sont développées dans la revue « Economie & Politique ». Leur mise en œuvre demande des actions populaires fortes et coordonnées, cohérentes dans un processus de transformation radical et progressif du système social aujourd’hui malade, et dont la maladie touche toutes les activités humaines.

.

La droite ultralibérale qui prépare son retour au pouvoir (Avec l’aide objective d'une partie d'alliés social-démocrates qui ont adhéré à cet ultralibéralisme) s’apprêtent à prendre des mesures antisociales inimaginables aujourd’hui pour la plupart des citoyens. Pourtant ses prestations à la Fondation Concorde les ont dévoilées d’une façon évidente. Le passage d'une mobilisation populaire défensive à des mobilisations populaires offensives sur des solutions alternatives est devenu une impérieuse nécessité.

.

Pierre Assante, 8 juin 2016.

.

(1) L'invitation à la formation du 2 juillet 2016 :

http://pierreassante.fr/dossier/Invitation_Samedi_2_juillet_9h30.pdf

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 14:50
Jean Marc DURAND. "Face aux attentats : les solutions à apporter sont éminemment politiques".

Face aux attentats : les solutions à apporter sont éminemment politiques.

.

Après l’attentat de Nice, le traumatisme demeure entier dans la population. S’il faut s’interroger face à cet acte de barbarie cruelle sur les conditions de sécurité mises en œuvre et sur les dispositifs de protections des citoyens, ce n’est certainement pas le moment de faire monter les enchères en déclarant tout et n’importe quoi.

.

Par contre, même si nous sommes confrontés à une situation très complexe et difficile à maîtriser, même si nous sommes face à des actes qu’il est difficile de prévoir avec exactitude, rien n’est pire que de dire que nous allons devoir nous habituer durablement à vivre avec cette épée de Damoclès sur la tête et que les actes terroristes vont faire partie maintenant du quotidien de la vie de chacun-e.

.

Derrière de tels propos il y a une dangereuse acceptation des évènements et une encore une plus dangereuse pédagogie du renoncement, de la résignation, de l’acceptation d’une sorte de fatalité. Idéologiquement, cela travaille une volonté beaucoup plus large de faire accepter le système tel qu’il est. Finalement le terrorisme serait le prix à payer pour préserver le modèle libéral d’organisation de la société dans la zone occidentale avec en arrière-plan l’acharnement à nier l’existence d’alternatives de progrès.

.

Connu depuis longtemps, le terreau du terrorisme continue sans vergogne à être fertilisé par la plupart des dirigeants politiques de ce monde. C’est à partir de questions concrètes jamais résolues, de tensions entretenues par la domination et l’exploitation générées par le système capitaliste, opposant les hommes entre eux, les peuples entre eux, les territoires entre eux, jetant dans le désarroi et la précarité des centaines de millions de personnes et maltraitant notre environnement que s’enracinent les fondements idéologiques du terrorisme même si c’est pour reproduire des modes de vie et gestion identiques, voire pires.

.

Quand des êtres humains souffrent de malnutrition, vivent avec moins de 2 dollars par jour, ne disposent pas d’un accès minimum à l’enseignement, à la culture, ne peuvent pas se soigner, vivent sous les bombes et les tirs de mitraillettes depuis des dizaines d’années, voient chaque jour leur droit d’expression bafoué, cela produit les pires réactions. Depuis des années le refoulement de ce mépris ne peut que conduire à des situations explosives, catastrophiques, préparant un retour du refoulé dont on ne peut prévoir la forme et les modalités d’expression.

.

On peut imaginer le terrain propice à des actes insensés que cela prépare notamment parmi des esprits faibles que d’aucuns s’empressent de manipuler.

.

Si on ne peut et on ne doit pas ignorer le besoin de sécurité immédiate de la population, l’issue à cette situation est profondément politique. Il est plus que temps de réactiver l’action et la lutte politique sur des alternatives et pour des issues concrètes et palpables par les populations. Cela touche à la politique internationale, avec l’exigence d’un règlement de la situation palestinienne, d’en finir avec les logiques de guerre qui prévalent depuis 30 ans maintenant, de l’Afghanistan en passant par les Balkans jusqu’à l’Irak, la Lybie, la Syrie et en laissant les peuples déterminer leur propre avenir. Mais cela tient à la mise en œuvre d’une autre politique financière, économique et sociale dans le Monde en Europe et dans chaque pays. Une politique qui fasse le choix d’une autre utilisation de l’argent mis au service du développement et de l’émancipation des peuples contre la spéculation et l’accumulation capitaliste. En clair, une politique qui repose sur le développement massif des services publics, de nouveaux droits sociaux et de nouveaux pouvoirs d’intervention et de décision des salariés et des citoyens dans la gestion des entreprises, des banques et de la cité. Une politique qui fasse la choix de la paix, qui respecte l’environnement et propose à chacune et à chacun par le développement de tous, un nouveau stade de civilisation ou la lutte des classes redevienne le moteur du dépassement des contradictions et des antagonismes sociaux.

.

Jean-Marc DURAND.

Membre du Conseil National du PCF, Elu de Romans-sur-Isère, Membre de la Commission Economique du PCF.

L'Humanité, 19 juillet 2016

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 06:40
Turquie : "La France doit cesser son soutien au régime sanguinaire d'Erdogan"

Turquie : "La France doit cesser son soutien au régime sanguinaire d'Erdogan" (PCF)

La tentative de putsch militaire en Turquie, dans la nuit du 15 au 16 juillet, organisée par quelques divisions de l'armée turque insurgées contre le président Erdogan s'est soldée par près de 300 morts à Istanbul et Ankara, plus d’un millier de blessés, et a entraîné en moins de 24 heures 6 000 arrestations. À l’appel du pouvoir, des lynchages de putschistes ont eu lieu et l’éventualité d’un rétablissement de la peine de mort ressurgit. La politique de polarisation extrême, orchestrée par l’AKP, a attisé des fractures au sein de l’armée.

Le Parti communiste français tient à exprimer sa solidarité avec les peuples de Turquie, les démocrates et progressistes qui sont pris en étau entre la violence d'Etat, la mobilisation de l'extrême droite et des ultra-religieux, et la rébellion militaire. Or, comme le souligne le Parti démocratique des peuples (HDP), il ne peut y avoir d’autres solutions qu’une démocratisation de la Turquie et l’établissement d’une paix durable dans tout le pays, et particulièrement dans les villes kurdes assiégées depuis près d'un an par les forces de l'ordre et armées.

Les événements des 15 et 16 juillet montrent que la politique de R.T. Erdogan conduit au chaos. La France et l’Union européenne doivent la condamner et cesser de la soutenir. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, en affirmant ce matin la volonté de la France de voir "l’Etat de droit fonctionner pleinement en Turquie" et refuser tout "chèque en blanc à Monsieur Erdogan", engage une inflexion du discours de la France qui devra être suivie d'effets. Car, après l’échec de la tentative de coup d’État, le pire est déjà en marche.

R.T. Erdogan amplifie la purge de ses opposants dans l’appareil d’État, notamment dans la magistrature et l’armée, en violation totale de l’Etat de droit. Des milliers de juges ont été destitués et arrêtés dont des membres du Conseil d’État et de la Cour constitutionnelle. Cette purge devrait s’élargir à toute la haute administration.

Tout en se présentant désormais comme le "défenseur de la démocratie", R.T. Erdogan poursuit l’établissement de sa dictature après avoir écrasé les libertés, muselé les médias, réduit les pouvoirs de l’opposition, levé l’immunité parlementaire des députés du HDP afin de les jeter en prison, et déclenché une guerre meurtrière contre les populations kurdes du pays.

Au moment où les forces conservatrices et nationalistes font bloc autour du pouvoir, il faut certainement s’attendre à l’annonce d’un référendum sur la réforme constitutionnelle afin d’établir le régime ultra-présidentiel sans contre-pouvoir auquel aspire Erdogan.

R.T. Erdogan croit pouvoir capitaliser sur les événements de ces derniers jours pour restaurer son image, et celle de la Turquie jusqu’alors isolée sur le plan diplomatique en raison de son soutien apporté aux différentes organisations djihadistes Daesh et Al Nosra. Si J.-M. Ayrault doute de la fiabilité du régime turc en la matière, le PCF tient à lui rappeler que les preuves de cette duplicité sont connues et qu'elles ont valu à des journalistes, comme Can Dündar, des poursuites judiciaires et une tentative de meurtre.

Aujourd'hui, Erdogan se considère autorisé aux brutalités de masse les plus sanglantes. Il est de la responsabilité de la France et des pays membres de l'UE de cesser leurs soutiens à ce régime qui représente pour la Turquie et sa région un obstacle de plus à la paix et à la sécurité collective.

.

PCF, 17 juilllet 2016

.

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

************

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 10:49
La crise de la répartition, c'est la crise de la production et de son mode, CRISE DE LA PRODUCTION ! ET RIEN D'AUTRE. Cette contribution a été mise en ligne sur le site du congrès du PCF de 2008.

Cette contribution a été mise en ligne sur le site du congrès du PCF de 2008. Je l'ai reprise plusieurs fois sur ce blog, car elle me parait répondre toujours et encore plus à des questions actuelles, posées dès ce qu'on appelait alors seulement "crise financière" sans la rattacher à une crise systémique générale du capitalisme, devenue aujourd'hui évidente pour beaucoup de ceux qui la niaient alors.

.

La crise de la répartition, c'est la crise de la production et de son mode,

CRISE DE LA PRODUCTION ! ET RIEN D'AUTRE.

.

L'apparence des choses est trompeuse.

Et nous sommes trompés par nos sens.

Pour deux raisons.

Une raison naturelle : les conséquences, dans le mouvement qui se présente à notre observation, sont plus évidentes que les causes.

Les causes sont « lointaines », ce sont les conséquences qui sont immédiatement apparentes à notre vue, à nos sens, à nos sentiments ;

Une raison sociale : résoudre nos besoins quotidiens passe par l'échange. Cet échange est déterminé par la marchandise. Et la marchandise par l'argent.

La substitution du besoin et du désir par la quantité de valeur inverse les rapports sociaux et l'inversion des rapports sociaux entraîne l'inversion de la représentation que nous nous faisons de la réalité.

Pour le militant, c'est à dire celui qui recherche les solutions à la question sociale, cela fait des partis une pépinière de petits Proudhon et de petits Lassalle, non de synthèse mais « d'erreur composée ».

Un exemple « mécaniste », une métaphore, pour donner une idée de l'inversion des causes et des effets : un moteur est « mort ». Il est usé.

La cause est l'USURE. NON ! La cause est le mouvement de chaque instant qui a entraîné l'usure. L'usure qui est une réalité apparaît comme une cause alors qu'elle est un effet, une conséquence du mouvement. C'est dans le mouvement, son observation, son étude, que l'on peut dominer la question de l'usure et à quel moment on peut encore « réparer » et à quel moment « remplacer ».

Mais une société ne se répare ni se remplace comme un moteur. Elle est une construction continue parce qu'elle est une « construction BIOLOGIQUE » et une « construction pensante ». C'est-à-dire que l'humain s'auto-crée et s'auto-transforme.

La crise n'est pas « financière ». C'est une crise de la PRODUCTION. Nous inversons causes et effets en croyant le contraire. Les « lois d'usure du capital » sont contenues dans « Le Capital » de Marx qui a pu observer dans des conditions meilleures que nous ces lois. Conditions meilleures pour plusieurs raisons : proximité de leur formation, « virginité » de l'observation. « L'état de besoin » des théoriciens dominants les rend soumis au capital. Ils sont de plus au même titre que chaque humain soumis à cette « inversion des sens ».

La représentation de la société à partir du mouvement de consommation coupé de la production est significative. Cette inversion s'étend à tous les domaines. La représentation des institutions prend le pas sur celui de la production. Dans les esprits, ce n'est plus la production qui détermine les institutions mais le contraire. Tout est imaginé comme si toutes les activités humaines étaient indépendantes de la production, comme si elles étaient des fonctions indépendantes de la fonction générale de production. Comme si production de symbole était indépendante de production dite « matérielle », comme si la production de symboles n'était pas une fonction de la fonction générale de production. Et le dogmatisme de la production qui a marqué le mouvement ouvrier n'est que le reflet inversé de cette même dichotomie.

La « métamorphose » du parti, sa « mutation » est du même ordre. Elle tente de répondre au dogmatisme par un retour à l'inversion commune, dominante.

Je ne vais pas ré-écrire ici « l'introduction à la critique de l'économie politique » de 1857 et encore moins « Le Capital ». Je veux simplement décrire l'état de confusion du mouvement du salariat, du mouvement des producteurs stricto sensu et du mouvement populaire en général. Tout peut naître de cet état de confusion. Mais cet état de confusion n'est pas sans danger évidemment, d'autant plus que les moyens d'auto-destruction de l'humanité sont devenus terrifiants tant sur le plan de l'organisation sociale que sur ses capacités de destruction physique.

Evidemment, il y a un rapport dialectique entre toutes les fonctions de la société, toutes les activités. Mais la reproduction élargie de l'humanité ne peut se faire que par la fonction globale de production , la production dite « matérielle » étant à la fois « au centre » et « à la périphérie » , le « témoin » et le « moteur » . La « fonction symbolique » est dans la « fonction de production d'objets ».

La hiérarchie entre « le symbolisme » et le « matériel » est une fonction elle-même. Elle découle de la division sociale du travail elle-même sous-tendue par l'accumulation privée des richesses, par la propriété privée des moyens de production.

Le mode de production et d'échange est un mouvement. Il est l'existence même de la société humaine. Il ne peut subir ni de métamorphose ni de mutation génétique. Pas plus que les éléments qui le composent, partis compris.

Chaque élément est en rapport dialectique avec les autres, chaque « fonction » avec les autres, entre elles, et toutes avec la « fonction » globale. Cette présentation des fonctions elles-mêmes est une abstraction nécessaire à la pédagogie mais en tant qu'abstraction, une simple vue de l'esprit ne représentant pas une réalité autre que cette représentation. Elle est utile et fait partie de la « production symbolique » indispensable à la « production matérielle ».

Il y a quelque chose non d'inhumain (l'inhumain étant dans l'humain) mais d'indécent chez les nantis de la production symbolique.

Résoudre la question de la répartition des richesses, c'est d'abord résoudre la crise de la production. J'ai tenté d'expliquer, avec et après d'autres, en quoi consiste cette crise dans « Métamorphose du travail 3 ». Il y a dans le « cri » lancé sur la répartition des richesses, l'ignorance de la création des richesses, des lois qui de moteur du développement des forces productives ont fait du capitalisme un frein au développement des forces productives , tant en quantité qu'en qualité .

La confusion entretenue soit dans la sous-estimation de la classe ouvrière dans le salariat soit dans sa sur-estimation est du même ordre. Il n'y a pas uniformité dans le salariat, pas plus que dans toute chose, et toute chose de la vie humaine. Il y a une fonction globale et des fonctions sans existence indépendante. Toutes dépendent l'une de l'autre, sont l'une dans l'autre. Mais une chose est tangible si on veut bien la toucher, c'est le rôle de la marchandise en tant qu'objet fabriqué, en tant que valeur d'échange marchande en système capitaliste.

Contourner cette réalité, c'est s'allier objectivement au capital, renoncer au mouvement qui abolit l'état actuel des choses du système capitaliste. C'est reconstituer sans cesse le programme de Gotha qui a paralysé le mouvement du prolétariat, même si le prolétariat a trouvé des chemins indépendamment de ce programme. C'est être des Lassalle et des Proudhon, faire des erreurs composées impuissantes et non des synthèses opérationnelles.

Libérer le travail. Rendre une cohérence à l'activité de la personne en la libérant non des nécessités mais des contraintes sociales de classe par une cohérence globale de l'activité humaine, dans sa multiplicité et sa diversité -diversité multiple-. Abolir le salariat et la domination sexiste, les divisions sociales du travail. Abolir la mesure quantitative de l'échange au profit du besoin. Repérer les « finalités en mouvement ». Humaniser la nature, naturaliser l'humain. Libérer le mouvement de prise de conscience de la nature sur elle-même qu'est l'humanité.

Les droits de l'homme, ce n'est pas seulement le type de rapports qu’on a avec les autres ou que l’on aimerait que les autres aient avec soi. Les droits de l'homme c'est la capacité d'agir librement ensemble, de contribuer librement à l'activité humaine. Avoir ce droit c'est avoir tous les autres, droit un et indivisible. Idéal démocratique d'une révolution bourgeoise qui s'est brisé sur la propriété en niant l'usage. L'usage élargi à la richesse pour tous. Le mouvement ouvrier a élargi relativement cette possibilité en rétablissant partiellement des droits indépendamment des inégalités naturelles comme la maladie, avec la sécurité sociale, par exemple.

Dans d'autres domaines aussi. Mais aucune de ces avancées n'est allée jusqu'à la démocratie du travail, celle qui rejette la domination du « que produire et comment produire », domination liée à la propriété privée et au salariat.

La démocratie est liée non seulement aux institutions, mais au travail et à la production, et le mode de production détermine le type d'institution. Si le domaine d'activité est privé, aux mains d'intérêts privés, la démocratie ne peut être que tronquée, limitée, sujette à reculs à tout instant. Dans chaque recul il y a aggravation de la crise de la production.

La démocratie est née de la Cité, la mondialisation méditerranéenne, l'artisanat. L'artisanat est une forme supérieure d'alliance du cerveau et de la main. Le mode de production athénien antique a porté une classe marchande dominante avec des alliés historiques. La révolution française de même. Dans les deux, les travailleurs des techniques artisanales jouent un rôle-clef. Dans les deux le lien entre le travail, la démocratie, les techniques de production est évident. Dans la révolution française, la fédération nationale des cités va donner à la prise de pouvoir révolutionnaire un marché national.

Le rôle des techniques informationnelles, qui n'élimine pas les autres mais les domine, la dissolution relative des marchés nationaux au profit d'une féodalité industrialo-financière mondialisée, la transformation du salariat qui en découle, doivent donner des formes nouvelles aux droits de l'homme, les rapprochant de droits véritablement universels, celui de la démocratie de la production, le communisme qui ne sera toutefois qu'une finitude en mouvement illimité.

Une réflexion pour une nouvelle organisation du travail, une cohérence entre la personne et l'activité globale de production, et l'activité globale de production doit passer par une réflexion sur l'artisanat. Il ne s'agit pas de nier l'industrialisation et sa forme informatisée mais de lui donner une qualité nouvelle dans ce rapport entre l'homme et la nature, l'artisanat étant un « modèle » instructif.

Pierre Assante. Le 10 décembre 2008.

http://www.bdr13.pcf.fr/CRISE-DE-LA-PRODUCTION-ET-RIEN-D.html

.

Citation : « …..Pour illustrer ce mouvement dialectique : acte créateur---œuvre créée, nous avons pris précédemment un fragment de la longue histoire d’une des plus belles œuvres humaines : la cité. Nous avons constaté la différence fondamentale (datant de la fondation et du fondement) entre polis [cité grecque] et urbs [cité latine]. Dans cette période, le dire et le faire, ne se séparaient pas encore. Nommer et désigner le naissant pour qu’il crût [grandisse] était un acte. La solennisation religieuse et les rites de fondation n’étaient pas des mises en scène, mais des manières d’accepter les risques de la situation crée, de s’engager à maintenir l’œuvre nouvelle, à éterniser et à s’éterniser en elle. Le sacré avant de s’institutionnaliser, bien avant de devenir attitude et comédie, et de justifier l’appropriation privative par les maîtres de l’œuvre commune au peuple entier, accompagnait la fondation. Le fondateur, le fondement, le fondé, se discernaient mal. Remontons encore vers les sources ; essayons de mieux saisir à la fois l’unité originelle et les scissions qui s’opérèrent au sein de cette unité. Scissions à la fois génératrices d’histoire, produites par une histoire, épisodes de la production de l’homme par lui-même à partir de la nature, à la fois aliénantes et fécondes….. »

Henri Lefebvre (extrait de métaphilosophie)

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 07:00
EXCUSEZ-MOI. POEMES. C’est un long cheminement autodidacte, pacifique, en général souriant, le plus souvent d’espoir, quelquefois désespéré mais c’est passager.

.

EXCUSEZ-MOI, J’écris par impulsions, il semble que je me précipite sur une idée.

.

Mais ce n’est pas le cas.

.

C’est un long cheminement autodidacte, pacifique, en général souriant, le plus souvent d’espoir, quelquefois désespéré mais c’est passager.

.

17/05/2016 15:12:24

.

*

.

Arrêtez vos tambours et vos méga amplis

.

Ils vous empêchent d’entendre

le rythme de votre cœur

.

Celui de la musique de l’humanité et de la votre.

.

11/07/2016 11:15:27

.

*

Elle a dit : merci pour ta passion

.

Cette parole je l’ai reçue

et j’ajoute à passion : nécessité.

.

Comment ne pas tenter de com-prendre

et de mettre du sien

à l’organisation de la production

qui parvient chaque jour

sur notre table

dans notre maison

notre village ou notre ville

dans le pays et dans le monde

.

Cette passion s’appelle : ergologie

Cette passion s’appelle : expérience et connaissance du travail

Cette passion s’appelle : économie politique marxiste

.

C’est la conscience en mouvement

collective

de l’activité humaine

qui renouvelle et développe

le processus de l’humanité.

.

13/07/2016 04:27:27

.

******

ET, Accéder, en cliquant ici ou sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

*

Et : Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

******

Repost 0
Published by Pierre Assante
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche