Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 13:38

ELUS FdG huma 31.03.15A l'issue du second tour des élections départementales, le Front de gauche comptent 176 conseillers départementaux en métropole, dont 167 PCF et apparentés. Le PCF et le Front de gauche sont donc la 3ème force politique en terme d'élus, derrière l'UMP-l'UDI, le PS, et loin devant le FN.

2 fois sur 3, lorsqu'un binôme FDG était présent au 2ème tour, il l'a emporté, témoignant ainsi de la grande capacité de rassemblement de nos candidats.

 

Le Val-de-Marne que beaucoup de commentateurs de la vie politique annonçaient comme perdu pour la gauche, garde sa majorité et une présidence communiste. C'est une politique de progrès social au service de ses habitants qui est ainsi confirmée dans les urnes.

 

Déclaration de Pierre Laurent Dimanche soir 29.03.15 :

http://www.dailymotion.com/video/x2l1iq1_elections-departementales-2015-declaration-de-pierre-laurent-29-mars-2015_news?start=20

 

Et sur le site Italien Cambiailmondo : http://cambiailmondo.org/2015/03/31/francia-la-terza-forza-politica-in-francia-e-il-front-de-gauche/

 

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 07:35

COMMUNSIES-150326-001.jpg

Lire ce supplément hebdomadaire de  4 pages 

 

ici

 

http://www.pcf.fr/sites/default/

files/589_communistes.pdf

 

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 06:46

plaurent.jpgDépartementales 2015 - Déclaration de Pierre Laurent sur ce lien :

 

http://www.pcf.fr/68487

 

 

Et 

Les listes soutenues par le Front de gauche réalisent un score de 9,4 % au niveau national sur ce lien : http://www.pcf.fr/68500

 

*****

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 08:18

departementales.jpg

 

Alors que le scrutin des 22 et 29 mars s’annonce difficile pour la gauche, entre abstention et montée de la droite et de l’extrême droite, des alliances nouvelles au sein de la gauche alternative se traduisent par des candidatures communes. À la fois concrétisation et mise à l’épreuve pour un rassemblement déjà engagé.

 

 

LIRE la suite

ici

 

http://www.humanite.fr/elections-departementales-la-gauche-alternative-elargit-son-rassemblement-567039?IdTis=XTC-FT08-AOZES9-DD-WHJ5-DUCP

 

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 08:38

CHASSAIGNE-150219Certes, voilà un travail de longue haleine, mais dont les objectifs démocratiques décrits ne sont peut-être pas si éloignés que l'on peut penser. Rien n'est automatique, les possibles heureux demandent aussi l'effort de conception et de réalisation des humains.

Cependant tout ne se passera pas au parlement, cela est dit, mais le parlement peut être un des interprètes d'un mouvement progressiste de la société.

Conscience, démocratie et pouvoir doivent pouvoir se rejoindre en santé. La démocratie du "que quoi, comment produire" étant le coeur de l'issue à la crise économique et de civilisation.

P.A. 19.02.2015.                         

L'entretien d'André Chassaigne est publié dans l'Humanité de ce jour.                            

 ******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 00:03

Seule une nouvelle politique

économique peut sortir

la France et l’Europe

de la crise

 

La Banque CentraleEuropéenne (BCE), qui impose sa politique d’austérité et de chômage avec les gouvernements sociaux-libéraux des pays d’Europe,  commence à reculer en annonçant l’injection de 1140 Milliards d’€uros !

 

Il faut brancher cela sur les besoins populaires, sinon c’est la suraccumulation du capital renforcée et la crise s’aggravera en France et partout en Europe.

 

Pour la dette passée, l’argent de la BCE doit :

(a) racheter les titres publics

(b) sans mettre comme condition l’austérité

(c) renégocier la dette.

C’est bon pour tous.

 

Il est nécessaire de traiter en même temps l’offre et les dépenses nouvelles, sinon cela ne marchera pas. Chaque mois des infirmières et des profs, etc. (et tous les services publics) sont à payer et chaque mois les entreprises suppriment des emplois et délocalisent.

 

Alors un système productif est à construire ou à mettre à niveau ! Nous (PCF, PGE, Syriza) proposons :

(a) de Créer un fonds européen, démocratique, pour les nouvelles dépenses des services publics dans toute l’UE. Recevant l’argent de la BCE il achèterait les titres des Etats pour ces dépenses.

(b) Le bas taux de la BCE pour les crédits des banques aux investissements créateurs d’emploi, pas pour spéculer et délocaliser. Nous pouvons organiser des initiatives de luttes là- dessus.

(c) Créer une coopération pour produire dans le monde et battre la politique mondiale de concurrence et d’affrontement.

 

Seule une politique économique de cet ordre peut sortir la France et l’Europe de la crise. Chacun le sait au fond de soi, mais a du mal à imaginer comment la réaliser.

 

Le Parti Grec Syriza a gagné les élections en Grèce et accédé au gouvernement, sur une ligne « changer l’euro et non pas en sortir ».

 

Le vote Front de Gauche en France propose de la mettre en œuvre.

 

Alors ne nous trompons pas de solidarité et d’action pour vivre mieux, arrêter le recul économique et de civilisation.

  

Pierre Assante, Section du 8°,  la Madrague, Parti Communiste Français

 Février 2015, tract inspiré de l'intervention de Frédéric Boccara.

 

******

Sur le blog de l'Elue M.F. Palloix :

https://corvasce.wordpress.com/2015/02/15/une-nouvelle-politique/                                                           

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 


Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 20:38

tsipras 2 0

Grèce : «  la victoire de Syriza ouvre la voie au changement en Europe »

 

Avec la victoire de Syriza, le peuple grec vient

de retrouver sa dignité et d'écrire une

page historique. Déjouant toutes les pressions,

les menaces et les tentatives de

divisions, les Grecs se sont exprimés avec force

pour affirmer leur souveraineté et

montrer qu'il existe une autre voie en Europe que celle de la dictature des marchés et de

l'austérité. Ils ont affirmé leur refus de l'extrême droite xénophobe et raciste, ils ont

affirmé leur volonté d'une Grèce de justice sociale et de solidarité.


La participation de 75 % et le score de Syriza, entre 37 et 39 % à cette heure, montrent

un choix clair pour le pays et pour l'Europe.

La victoire de Syriza ouvre la voie du changement en Europe. François Hollande a raté le

rendez-vous de l'histoire d'une réorientation de

mikis-theodorakis-manolis-glezos

 la construction européenne en 2012 ;

l'espoir désormais vient d'Athènes.

Le Parti communiste français appelle le peuple

français et tous les Européens à soutenir

le peuple grec et son gouvernement, et à se

saisir de ce moment pour porter des

solutions alternatives aux politiques nationales

austéritaires et à la construction

européenne actuelle.


En France, c'est possible aussi. Toutes les

forces anti austérité de gauche et écologiste

doivent se rassembler pour construire une alternative politique sociale et écologique

dans notre pays.


Pierre LAURENTPierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français, président

du Parti de la gauche européenne


Dimanche 25 janvier 2015 à 19h40

 

************

Note du blogueur : Syriza fait parti du PGE et a soutenu le programme économique proposé par le

PCF lors du Congrès du PGE. Voir l'article de Boccara, Dimicoli et Durand sur la BCE sur ce blog qui

les expose, et sur ce lien :

 

http://pierreassante.fr/dossier/BCE_15.01.23.pdf

 

 Les illustrations :

La deuxième : Manolis Glezos (qui a arraché le drapeau nazi de l'acropole sous l'occupation) et Mikis Théodorakis (Compositeur et militant emprisonné par les colonels) lors d'une manifestation avec Syriza.

La première : A.Tsipras, P. Laurent et des représentantes européennes (dont je n'ai pas le nom, mais une est  responsable politique en Espagne) au congrès du PCF.

 

 

******

flyer meeting 26 01 2015 p1

 

        ET à Marseille →:

 

 

 

 

*********

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 06:00

14mai10 003Après les 10 et 11 janvier 2014 : FRANCE, EUROPE FEDERALE OU EUROPE CONFEDERALE ?

Brève réflexion en marge des énormes rassemblements de solidarité des 10 et 11 janvier

 

Ces rassemblements et leur ton ont fait la preuve que parmi les identités, les diverses entités auxquelles nous appartenons les uns et les autres, au titre légal de la nationalité ou au titre d’habitant et de salarié etc., l’entité France est fortement ressentie.

 

Forces centrifuges et forces centripètes d’appartenance en fonction des besoins humains qui y sont liés, et des capacités des entités à y répondre posent 2 questions :

 

1) Une Europe fédérale répond-t-elle aux anciennes structures fortement ancrées dans la vie économique, politique et culturelles des diverses nations formant l’Union Européenne ?

 

2) L’Union Européenne  peut-elle former un ensemble régional pertinent à l’échelle mondiale ?

 

A la première question je crois pouvoir répondre NON…

 

A la deuxième question je crois pouvoir répondre OUI…

 

Cela veut dire qu’au titre de ma conviction propre comme de l’organisation politique à laquelle j’adhère, la construction d’une Europe CONFEDERALE, c'est-à-dire ou les nations qui la composent conservent une autonomie dans une cohérence générale correspond à la fois

 

-  à la réalité de l’économie mondiale.

-  à la réalité des ensembles humains constitués dans leur état historique du moment long.

-   Au processus possible d’unification dans la diversification du processus de développement de l’humanité.

 

Si le monde actuel peut difficilement supporter un taux de chômage tendant à écarter 1 salariés sur 3 producteurs potentiels, la modernisation des techniques tendant à rendre dans quelques décennies au plus tard, « inutiles » 9 salariés sur 10 dans les mêmes conditions de temps de travail et d’organisation du travail actuels, deviendrait impossible, et impliquerait un écroulement de la cohérence sociale déjà bien menacée aujourd’hui.

 

L’Europe confédérale, dans son processus de vieille tradition peut promouvoir, partant des conquêtes sociales nationales, un autre type de développement que celui issu d’une construction sociale capitaliste dans les normes d’une nation neuve, les Etats Uns, dépassant les normes anciennes et les ignorants d’une façon mortifère dans son processus. C’est d’ailleurs le lot de toute « constructions sans passé », quelles que soient leurs potentialités à venir et leur rôle dans la modernisation nécessaire du monde.

 

Mais ce processus de mondialisation-modernalisation cohérente, poursuivant un processus humain sans rupture-destruction irrémédiable peut venir de partout, dans notre économie mondialisée.

 

Les canuts « qui allaient tout nus » alors qu’ « ils tissaient pour les grands de la terre chasubles d’or et manteaux en sautoir »  nous ont appris que « nous tisserons le linceul du vieux monde » et que « notre règne arrivera quand votre règne finira », c'est-à-dire quand les techniques et institutions politiques seront mises au service de tous et non de privilégiés….plutôt que de casser les nouveaux métiers à tisser…

 

Pierre Assante, 14 janvier 2015

 

*****

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

*******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 09:23

2013 03 05 MANIF 001 (5)"Ne plus avoir besoin de "motif valable" pour licencier, c'est le rêve de Monsieur Gattaz, Président du Mouvement des Entreprises de France (MEDEF). Pour assouvir cette demande, la France devrait dénoncer la convention n° 158 de l'Organisation Internationale du Travail (OIT), qu'elle a ratifiée en 1989. Lutter contre de tels reculs s'avère de plus en plus délicat pour l'agence de Nations Unies."

 

Ceci est l'introduction de l'article de Chloé Maurel que vous pouvez lire dans Le Monde Diplomatique de ce mois.

 

 

*****

Vous pouvez aussi lire sur ce blog la réponse dans une semaine d'action du PCF  "la souffrance de Gattaz", à la campagne de cette semaine du MEDEF contre des droits sociaix.

      Le choix de l'illustration ci-contre de manifestation est de l'auteur de ce blog.

******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 21:32

eco po 712 713 couv 1 1 jpgLA  SOUFFRANCE  DE  GATTAZ, PARLONS-EN !

 

Après avoir demandé le droit de licencier sans justification et la suppression de l’Impôt sur la fortune (ISF), Pierre Gattaz organise avec le Medef, une semaine de provocation patronale, du 1er au 5 décembre, pour sangloter et exprimer « la souffrance  des patrons ».

 

Le MEDEF se moque du monde.  Depuis 2012, le MEDEF a tout obtenu du gouvernement : multiplication des exonérations, démantèlement du code du travail, précarisation, subventions publiques, recul de l’âge de la retraite... Tout cela en pure perte : le chômage atteint des records historiques, la précarité explose, l’économe est à l’arrêt. L’austérité fait des ravages. Seuls le patronat et les grandes entreprises profi tent de cet immense gâchis. Et ils en veulent toujours plus. Pourquoi s’en priver ? Depuis 2012, Hollande et ses gouvernements n’ont cessé de leur servir la soupe !.....

 

Suite-Réponse en 4 pages sur ce lien :

http://www.pcf.fr/sites/default/files/exe_4p_action_contre_le_medef_stc.pdf

 

******

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 06:44

MARX PORTRAITStatuts de l’Association Internationale des Travailleurs.

 "Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !"

A la suite d’un meeting internationaliste de solidarité avec la Pologne tenu à Londres, décision sera prise de fonder la première internationale ouvrière. Marx écrira ses statuts provisoires, définitivement approuvés en septembre 1871, à la conférence de Londres de l’Association Internationale des Travailleurs....

  LIRE

 ici

 http://pierreassante.fr/dossier/Statuts_de_l_Association_Internationale_des_Travailleurs..pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 17:52
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 17:25

C.C.1980L'article de René :

http://merlerene.canalblog.com/

archives/2014/11/07/30896900.html

Suite de l'échange.

Sur le blog de René :

http://merlerene.canalblog.com/

archives/2014/11/08/30914542.html

Sur celui-ci :

http://pierre.assante.over-blog.com/

article-rene-merle-gauche-moderes-et-radicaux-124961775.html

 

La lettre en commentaire sur le blog de René :

René,

Sur les courants dans la gauche (Les Radicaux du XIX°, Jaurès, Guesde etc.), et pour en venir à aujourd’hui (Hollande, les socialistes contestataires PG compris, les gauches communistes), en passant par « les courants » de 1789, je me permets une comparaison très relative, car on ne peut assimiler une période historique à une autre :

Dès la crise des Etats Généraux, et de la monarchie absolue, se manifestent des visions et actions modérées (opportunistes et inopérationnelles, égoïstes et nombriliques, même si plus ou moins intelligentes) et d'autres plus radicales (généreuses par qualité intrinsèque ou par simple intelligence relative), c'est à dire aptes à répondre à la crise financière, économique, politique, pour la France des années 1780, en passant par le développement du marché, du capitalisme, de la bourgeoisie, et des compromis-alliances provisoires répondant aux besoins populaires au sens large.

La nécessité de la distribution des terres (bien que très inégale d'ailleurs, évidemment, correspondant au moment historique et social), les lois sur les maximum, et l'abolition de la monarchie ne font plus de doutes quelques siècles après, aujourd’hui.

Mais sur le plan du processus historique, le mouvement allant des « modérés » jusqu’au Comité de Salut Public, St Just et Robespierre, c'est sur les premiers pas accepté par les modérés que s'ouvre le chemin et sur lesquels s'appuient les radicaux au sens premier.

Il est clair que sans la volonté des radicaux, du radicalisme au sens propre, historique, d'aller plus loin et de battre les modérés, le processus ne serait pas allé bien loin (Lapalissade). Mais cette volonté trouve débouché dans le processus des évènements, pas dans la seule volonté.

 Il est clair aussi que les positions modérées contiennent la possibilité de reculs et c'est la lutte dans son cours et sa conscience qui va empêcher ce retour et battre la monarchie, au grand dam des Lafayette, Dumouriez etc...

Jaurès, qui est relativement modéré, mais qui sait le sens d'un processus ne doute pas du rôle positif, malgré leurs limites respectives, de chaque regroupement politique dans le cours de la révolution.

Les limites de la révolution bourgeoise, nous y touchons peut-être aujourd’hui. Elles ouvrent des possibles et des régressions : dans quel sens ira la résultante de tout ce mouvement.

La question de combattre la politique social libérale et de procéder vers des solutions économiques (et autres) radicales, va de pair, à condition d'agir pour que le processus aille de l'avant.

Et il n'est pas simple de distinguer le sens du processus au jour le jour...

Mais in fine, ce sont les capacités productives que détient de fait chaque individu, son savoir, son initiative, qui permettent au processus de procéder, hier comme aujourd’hui et espérons demain mieux qu’aujourd’hui, malgré l’aliénation « matérielle et morale » que subissent les producteurs en liaison avec les limites et contraintes du mode de production Argent-Marchandise-Argent plus à dépasser. Je ne reviens pas sur le discours de Berliguer de 1971: « ce que demandent les travailleurs…c’est la démocratie du que, quoi et comment produire… »

Bises

Pierò (Pierre Assante)

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 10:00

 

conf_nat_nov_2014_ok.pngSuivre la conférence nationale du pcf en direct

Samedi de 9h30 à 19h00 : Suivez les débats en direct

Dimanche 12h30 : Meeting de clôture de Pierre Laurent

ici

Pour une alternative à l'austérité,

construisons les chemins de l'espoir !

D'autres chemins sont possibles que celui proposé par le pouvoir, si les forces de gauches et écologistes trouvent des convergences et ne restent pas bloquées au milieu du gué.

C'est pourquoi, nous visons la construction de cette alternative autour d'une politique de gauche capable de sortir de l'austérité et d'engager le redressement social et national du pays. Nous pensons que c'est le moyen d'échapper au scénario infernal déjà mis en scène dès les prochaines élections départementales qui se réduirait à un choix entre Hollande-Valls, un candidat de l'UMP et Marine Le Pen. Ce choix peut aujourd'hui conduire à l'élimination de toute option de gauche, toute option alternative à l'austérité.

Nous voulons donc construire cette alternative à l'austérité en développant conjointement:

  • la riposte face à la politique gouvernementale et aux choix du Medef ;

  • le débat et l'action pour des solutions immédiates, un programme de gouvernement et une autre conception de l'avenir de notre société ;

  • le rassemblement de toutes les forces et de tous les citoyens disponibles.

Les grands axes de bataille et de projet, de propositions autour desquelles nous voulons construire les chemins de l'espoir sont :

  • la relance sociale, industrielle, écologique du pays contre l'austérité et les logiques patronales de compétitivité ;

  • une société d'égalité de droits, de liberté, de fraternité ;

  • la bataille pour la VIe République, pour une nouvelle démocratie institutionnelle, territoriale et sociale ;

  • une France indépendante, non alignée, agissant pour changer l'Europe et pour un monde de paix.

Cela nécessite de continuer de travailler à la fois sur le projet communiste du XXIesiècle, et sur les axes caractérisant une politique de gauche.

Afin de permettre l'appropriation et le partage des travaux des secteurs du Parti, d'élargir l'implication des communistes au travail du projet, 9 ateliers ouvert à tous, sont proposés.

Sans prétendre traiter toutes les questions et problématiques auxquelles nous sommes confrontés, il s'agit d'une étape supplémentaire dans notre travail sur le projet.

Un compte-rendu des travaux des ateliers sera publié dans la Revue du projet.

*******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 


Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 08:18

Ces 3 articles ont été écrits à Milan, les 12 et 14 octobre, vers 7h30, sur un coin de table d'un café Piazza Venezia, après lecture des jounaux italiens...


MILAN 2014 10 15 001 (12)

 

Le krach financier local et mondial c’est celui de la production.

Le krach de la gouvernance locale et mondiale c’est celui de la production.

 

La crise générale du capitalisme c’est accélérée vers une crise finale dès les années 1970, puis en 2008 pour aboutir dans les semaines, mois et années qui viennent.

 

Il est enfantin (mais notre humanité en est à une dangereuse crise de croissance)d’injecter du capital (par la BCE, la FED etc...., par les banques centrales, via le drainage des capitaux par l’austérité) au-delà du garrot qu’il crée lui-même, …de les injecter pour faire « redémarrer » sa circulation (du capital), dans les dettes par exemple, au lieu de l’injecter dans la production des biens nécessaires à l’humanité, à la personne humaine, au quotidien et dans ses projets sains de tous ordres, la recherche scientifique et les solutions qu’elle peut apporter, entre autres « dépenses »

 

Un budget d’Etat n’est pas un budget familial (on nous le fait croire), il a entre autres les moyens de la création monétaire…

 

Les lois de l’échange en capital, A-M-A+ (voir cette définition dans les articles de ce blog) constituent le garrot grandissant à la circulation des biens et des moyens d’échanges.  ….....

 

...LIRE la suite

ici

http://pierreassante.fr/dossier/Milan_Piazza_Venezia._Les_3_articles.pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 13:49

jan10 001Commentaire en français sur l’article : « La mutazione darwiniana del PD renziano », « La mutation darwinienne du Parti Démocrate de Renzi »,

article de Enzo Scandurra sur Il Manifesto (1).

 

Cet article ci-dessous a été mis en lien brouillon-manuscrit peu lisible sur l'article "Milan, Piazza Venezia 1", de même que celui sur la "Piazza Venezia (suite 2) La stratégie actuelle du capital".

 

Citation de l’article de journal "Il manifesto" du 14 octobre 2014: « Il Partito Democratico (P.D.) è il piu adatto a suppravivere nella geopolitica italiana e europea. Capire perchè vince è compito nostro se la sinistra non vuole fare la fine dei dinosauri ». « Le Parti Démocratique (P.D.) est le plus adapté pour survivre dans la géopolitique italienne et européenne. Comprendre pourquoi il gagne est notre devoir si la gauche ne veut pas faire la fin des dinosaures ».

 

Je ne compare évidemment pas le P.D. au parti NAZI d’Hitler. Mais dans les 2 cas, "l’adaptation" (au moment de leurs progrès électoraux) est celle aux intérêts du moment du grand capital. Adaptation de qui prépare ou qui laisse aller, inconsciemment ou pas, la droitisation extrême de la société en réponse inadaptée, elle, à la crise.

Ceci n’est pas une formule, mais un constat pour qui veut aller au-delà des apparences. L’adresse à la gauche de l’auteur de cet article, Enzo Scandurra, son appel apparent ou réel à la « mutation darwinienne », si j'ai bien compris, a l’odeur de la compromission et de l’abandon, au moment de la reconstruction politique nécessaire et contre la reconstruction politique nécessaire.

 

Certes, une situation historique, particulièrement en période de crise, peut demander des alliances, demande des alliances les plus larges possibles, mais en aucun cas un alignement sur une idéologie héritée de la Démocratie Chrétienne gouvernementale ou pas, devenue très influente dans cette période, et qui est, dans toute l’Europe libérale, celle de la collaboration de classe, du « bon capitalisme » répondant à l’illusion d’une sortie de crise économique et institutionnelle sans transformation sociale radicale et saine.

C’est cette idéologie que reflète, à mon avis, la vision d’adaptation de « type darwinien » qui en somme refuse l’idée de résistance, une résistance correspondant aux situations historiques toujours particulières et semblables à la fois, sauf qu’une crise systémique demande transformation du système, Lapalisse dirait de même.

 

De plus parler de mutation et non d’évolution, de processus pour une situation sociale, sent le « naturalisme grossier » (pratique de longue date de l’extrême droite), le biologisme grossier calqué à l’évolution sociale, appliqué aux sociétés et aux personnes au même titre qu’au minéral et au biologique stricto sensu, sans aucune référence au processus de conscientisation humaine, ce qu’accentue encore plus cette référence au darwinisme.

 

Continuité et sauts sont à considérer dans le processus social sinon le dérapage nous guette.

 

Le « compromis historique » du PCI et de Berlinguer, intéressant essai correspondant à son temps, d’alliance démocratique de poursuite de l’œuvre transformatrice de la Libération de 1945, introduisant des éléments de socialisme dans le capitalisme, pour initier un processus populaire de démocratie avancée vers le socialisme (le réel, pas seulement le nom !), s’est rompu sur le mur de l’offensive de la trilatérale du capital et de l’assassinat d’Aldo Mauro conjoints, comme de celui de la démocratie chilienne.

L’accélération globale de la crise repose la question de la transformation réelle, et la transformation réelle à celle d’une bataille idéologique conséquente, et la « mutation darwinienne », même s’il faut y répondre,  prête plus à sourire qu’à s’enrager.

 

Pierre Assante, Milan, Piazza Venezia, 14 octobre 2014.

 

 (1)Il Manifesto, beau journal à soutenir, reste de la presse italienne « non alignée » sur le libéralisme, mais dont certains articles contredisent, je crois,  l’essentiel de son contenu.

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 13:48

2013 05 03 005Suite de l’article du 12 octobre 2014,

publié manuscrit en lien (peu lisible) sur ce blog 16 octobre 2014,

dans l’article « Piazza Venezia…. » 

 

LA STRATEGIE ACTUELLE DU CAPITAL.

 

"La richesse des sociétés dans lesquelles règne le mode de production capitaliste s'annonce comme une « immense accumulation de marchandises ». L'analyse de la marchandise, forme élémentaire de cette richesse, sera par conséquent le point de départ de nos recherches.

La marchandise est d'abord un objet extérieur, une chose qui par ses propriétés satisfait des besoins (1) humains de n'importe quelle espèce. Que ces besoins aient pour origine l'estomac ou la fantaisie, leur nature ne change rien à l’affaire. Il ne s'agit pas non plus ici de savoir comment ces besoins sont satisfaits, soit immédiatement, si l'objet est un moyen de subsistance, soit par une voie détournée, si c'est un moyen de production"

Karl Marx, première page de « Das Kapital »

Note : (1) « Le désir implique le besoin ; c'est l'appétit de l'esprit, lequel lui est aussi naturel que la faim l'est au corps. C'est de là que la plupart des choses tirent leur valeur. » (Nicholas BARBON, A Discourse concerning coining the new money lighter, in answer to Mr Locke's Considerations, etc., London, 1696, p. 2 et 3.)

 

Ainsi débute le Capital de Marx. Où en est depuis l’état du Monde ?

 

Le capital, le business, ont un gouvernement mondial dont les principales institutions sont le FMI, la CIA, le Pentagone et leurs « succursales » plus ou moins autonomes. Ces institutions ont leurs propres contradictions internes et externes.

 

Sa stratégie, compte tenu des succès des mouvements de libération nationale passés, est d’orienter les mouvements, les moments des hommes et de leurs regroupements organisés (nations, partis, ethnies etc.)

 

Cette orientation se fait au jour le jour à partir de plans, de stratégies à long terme à modifier en fonction des évolutions multiples et diverses. La stratégie d’Obama vis-à-vis de l’E.I. à ce jour (12 octobre 2014) et depuis 40 ans de la "trilatérales et ses suites" (Afghanistan etc.) en donne une idée.

 

Le qualificatif double et sémantiquement divers de « capital » et « business » donne une idée du mouvement du capital qui passe à travers la multitude « d’échelons » de la production et de la finance qui reposent en dernière instance sur la production dite « matérielle ».

 

Les échelons, de la petite entreprise à la multinationale ont un support idéologique qui traverse toutes les couches sociales, toutes les classes sociales.

 

La stratégie de pénétration idéologique des couches dites « moyennes » (attaquées elles aussi aujourd’hui vers leur « prolétarisation » de plus en plus rapide, à l’opposé de la croissance de la minorité des plus riches), et même de la classe ouvrière productrice des biens dits matériels, repose sur le type d’organisation de la production elle-même et sur les valeurs morales instrumentalisées.

 

Une des caractéristiques de cette instrumentalisation est le discours reposant sur les dites valeurs morales, discours les affirmant et actes les contredisant, ce qui sème la confusion et l’illusion, dévoie la générosité comme l’égoïsme populaires vers des voies sans issue.

 

Les mobilisations telles que celles du 16 en France ou du 25 en Italie, nécessaires, utiles, indispensables, ne peuvent aboutir à des rassemblements suffisamment puissants tant que la stratégie du capital n’est pas suffisamment comprise et les solutions des partis de transformation sociale (dont le PCF et sa ComEco) qui s’y opposent, suffisamment connues.

 

La crise mondiale, générale du capitalisme peut éclairer ces solutions à travers les effets de cette crise.

 

Mais il y a une marge importante entre compréhension des conséquences et compréhension des causes. C’est ces marges qu’il faut combler dans un processus politique partant du particulier vers le général en aller-retour.

 

Pierre Assante, 12 octobre 2014, Milan, Piazza Venezia.

 

P.S. Mise au propre à venir sur le commentaire manuscrit peu lisible (publié aussi sur ce blog le 16 oct.) d’un article de Il Manifesto (Journal à soutenir, reste de la presse italienne « non alignée » sur le libéralisme, mais dont certains articles contredisent l’essentiel de son contenu). Cet article affirme une « modernité » du Partito Democratico italien (ex-PCI aujourd'hui à "direction Démocratie Chrétienne" italienne), la gauche ne le « comprenant pas » risquant le « destin des dinosaures ». Fausse affirmation qui assimile alignement sur les intérêts du capital et l’aide qu’il en  obtient, sur le plan des médias et des élections, avec une réelle modernité, celle d’une transformation sociale répondant aux besoins de l’humanité et de la personne, dans une poursuite active, positive du processus partant de la réalité du moment, et de sa connaissance.


ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici


Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 13:47

Article déjà publié sur ce blog le Jeudi 16 octobre 2014


MILAN-2014-10-15-001--12-.jpgLe krach financier local et mondial c’est celui de la production.

Le krach de la gouvernance locale et mondiale c’est celui de la production.

 

La crise générale du capitalisme c’est accélérée vers une crise finale dès les années 1970, puis en 2008 pour aboutir dans les semaines, mois et années qui viennent.

 

Il est enfantin (mais notre humanité en est à une dangereuse crise de croissance) d’injecter du capital (par la BCE, la FED etc...., par les banques centrales, via le drainage des capitaux par l’austérité) au-delà du garrot qu’il crée lui-même, …de les injecter pour faire « redémarrer » sa circulation (du capital), dans les dettes par exemple, au lieu de l’injecter dans la production des biens nécessaires à l’humanité, à la personne humaine, au quotidien et dans ses projets sains de tous ordres, la recherche scientifique et les solutions qu’elle peut apporter, entre autres « dépenses »…

 

Un budget d’Etat n’est pas un budget familial (on nous le fait croire), il a entre autres les moyens de la création monétaire…

 

Les lois de l’échange en capital, A-M-A+ (voir cette définition dans les articles de ce blog) constituent le garrot grandissant à la circulation des biens et des moyens d’échanges.

 

Faute de temps, je mets en ligne 5 petites pages de brouillon (sur le lien ci-dessous), faites à Milan sur un coin de table de café, sur la crise mondiale de gouvernance, que je mettrai j’espère au propre plus tard, m’excusant auprès des lecteurs éventuels (merci à eux et à leurs échanges), sachant, eux et moi, le peu d’utilité de ces réflexions…


Le lien en question :    http://pierreassante.fr/dossier/MILAN_2014.10.12.pdf

 

Pierre Assante, Jeudi 16 octobre 2014

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 23:01

FAJONRôle de l’élu et rôle du parti, rassemblement d’humains codifiant une action pour un objectif.

 

Lorsque la nécessité n’apparaît plus en tant que nécessité à la majorité des humains qui composent une entité humaine, cette entité est en grand danger de survie car elle n’est plus à même de produire ce qui lui est nécessaire pour vivre.

 

« 1968 » qui nous a libéré de certains tabous ne nous a pas appris à mesurer les nécessités, l’anankè comme disaient les philosophes grecs antiques ou comme le soulignent Marx, Camus (et quelquefois son « absurdité » bien que nécessité), ou avant eux Augustin ou Diderot.

 

Lorsque l’entité est l’humanité entière, c’est l'humanité entière qui est menacée.

 

Lorsque l’idéologie dominante constitue des rails sur lesquels circulent les activités humaines, il est difficile d’en sortir.

 

Mais lorsque le besoin de transformation devient impérieux et se manifeste par une crise de production, une crise dans l’infrastructure productrice et les superstructures qui lui sont liées, en mouvements autonomes et dans l’unité constituée par tous les mouvements qui les constituent, des conditions existent pour « sortir des rails » sans dérailler.

 

Ces conditions n’induisent pas automatiquement la sortie des rails en santé. Une condition pour une transformation saine, c’est l’existence de forces sociales qui ont constitué une petite flamme de longue haleine et un contenu transformateur de cette petite flamme, contenu dont la base est constituée des conditions dans lesquelles les humains peuvent poursuivre la production des biens nécessaires à leur vie, la petite flamme étant un parti, au sens large, qui a entretenu les concepts scientifiques, techniques et philosophiques nécessaires à la production.

 

La flamme qui peut entrainer l’incendie d’une transformation en santé ne décide pas de l’évènement mais peut agir sur le sens que peut prendre l’évènement, et quelquefois le susciter.

 

Ce n’est pas le bateau qui fait le vent, mais il l’utilise pour arriver à bon port.

 

La patience ce n’est pas l’attentisme.

 

Ce n’est pas le robinet qui fabrique l’eau, mais c’est l’aboutissement du travail du plombier, des travailleurs du canal etc...

 

Le lever de soleil, c’est un phénomène naturel, pas le remboursement des médicaments qui sont un phénomène social dépendant de choix d’actes humains.

 

On ne peut comprendre un film en en voyant quelques secondes, il faut le suivre attentivement pour comprendre, idem pour la vie, la politique, la gestion de la cité.

 

« Le grand soir », ce n’est pas l’évènement miracle, c’est la prise de conscience que l'objet  produit, c’est un rapport entre celui qui le produit et celui qui l’utilise. Quand je m’assois sur une chaise, il y a une solidarité objective entre celui qui l’a faite (ceux qui l’ont faites, il est aujourd’hui l’œuvre d’une coopération multiple) et celui qui s’y assoit. Solidarité objective et solidarité subjective dont les travailleurs prennent conscience en tant qu’entité de classe qu’ils constituent, prémices d’une conscience de toutes les activités humaines en tant que solidarité constitutive de la satisfaction des besoins humains.

 

L’objet argent n’a qu’une valeur symbolique des richesses concrètes qu’il représente, et du consensus sur l’accord de cette valeur pour déterminer les conditions de l’échange. En système capitaliste les conditions de l’échange ont comme préalable l’accumulation du capital et la crise de suraccumulation et de mutilation de l’activité productrice que produit cette suraccumulation.

 

C’est cette crise de suraccumulation qui crée l’évènement sur lequel agir pour une transformation en santé des rapports de production, des rapports humains.

 

L’aberration des échanges, la dictature des institutions financières, les rails sur lesquels se déplacent la gestion de ces valeurs symboliques, éloignées de plus en plus de la réalité des richesses concrètes produites, des valeurs d’usage produites, ont comme remède une maitrise des institutions financières par les institutions des travailleurs producteurs, les vieilles institutions dépassées transformées par eux.

 

La démocratie du producteur, de sa décision du « que et comment produire » ne peut se développer sans cette maitrise des institutions financières, sans un processus de maitrise de ces institutions financières.

 

Le service public est à la fois un bien matériel de base et une superstructure au service de la production des biens matériels de base produit par l’infrastructure, la base de la production des biens matériels nécessaires à la reproduction élargie de la vie humaine. Infrastructures et superstructures fonctionnent en unité.

 

Exemple, la superstructure école va fournir à l’industrie de base les savoirs en personnes en tant qu’ouvriers, ingénieurs qui construisent des bus de transports publics. Transports publics et école sont des services publics de superstructure et l’usine de production de bus l’infrastructure.

 

La division entre infrastructure et superstructure indique dans quelle condition une base de production est nécessaire pour développer l’ensemble d’une activité. Elle n’indique pas une hiérarchie de classe, mais une hiérarchie dans le temps et dans l’ordre du processus humain à l’origine et la persistance des conditions d’origine de production dans le moment actuel et futur du procès de production des biens nécessaires à la reproduction élargie de la vie humaine.

 

Ainsi le rôle de la classe ouvrière n’est pas un rôle mythique, ni une hiérarchie de classe au sens le la hiérarchie de classe du système capitaliste, des inégalités qu’il induit et d’une division mutilante du travail où il y a ceux qui conçoivent et ceux qui exécutent sans initiative, en aliénation du produit et des gestes de leur travail.

 

Ainsi le lien entre l’expression des besoins immédiats quotidiens et le rôle d’un parti de classe des producteurs sont indispensables et inséparables.

 

Le front de Gauche est un embryon déjà important d’un rassemblement populaire dont la taille explosera lorsque les conditions matérielles d’une issue à la crise, civilisationnelle et économique en dernière instance, existeront.

 

Il est, avec ses composantes actuelles et futures en relation dialectique entre elles et entre le mouvement de la société, la flamme à entretenir pour un embrassement en santé, à condition que la question de la production, des transformations des systèmes de financement de la production la permettant, les propositions et leur mise en œuvre, soient suffisamment maitrisées par le FdG et ses composantes.

 

L’expression des besoins immédiats quotidiens et sa prise en compte par l’élu, nécessaire et indispensable ne peut à elle seule substituer le rôle d’un parti de classe des producteurs. Rôle de l’élu et rôle du parti sont indispensables et inséparables.

 

A tout cela il faut ajouter le besoin de connaissance de la transformation des moyens de production, et de la production, son informationnalisation, sa mondialisation avec ses transformations et ses composantes de grands ensembles mondiaux et leur coopération, la révolution numérique et les immenses possibilités de production qu’elle permettent, à condition d’un usage en santé, immensité que fait mesurer par exemple les millions de calculs secondes que peut effectuer un ordinateur (et l’usage de ces capacités nouvelles dans la production), ordinateur de plus en plus réduit en dimension et de plus en plus réduit en alimentation énergétique, à l'image d'une croissance-concentration qualitativement nouvelle économe et écologique.

 

En pratique, je vous renvoie à ce tract : http://www.pcf.fr/58555

 

Pierre Assante, 1er octobre 2014

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 19:21

CRISE HUMA SPECIAL

Elections sénatoriales

Par le groupe CRC / 29 septembre 2014

Cinq élus du groupe CRC étaient renouvelables à l’occasion des élections sénatoriales. Le groupe retrouve deux sièges, en Seine-Maritime et dans les Côtes-d’Armor, mais en perd trois, dans l’Allier, les Bouches-du-Rhône et le Rhône. De 21, il passe donc à 18 membres. Dans les Côtes-d’Armor, Christine Prunaud succède à Gérard (...)

 


LIRE

(la suite et les travaux effectués par le groupe)

ici

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 22:15
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 09:29

OBAMA-CHEF-DE-GUERRE-140927.jpgLes conditions du « redressement », de la sortie de crise.

Les luttes, les infrastructures et les superstructures.

 

Pour employer un vocabulaire « savant », mais finalement c'est le chemin le plus court :

 

La bataille sociétale (celle des superstructures) est importante.

 

A une condition, c'est que soit menée en priorité et conjointement la bataille sur les infrastructures.

 

Certes, les superstructures et les infrastructures « fonctionnent » en un même mouvement.

Cependant la construction des superstructures se fait sur les infrastructures (Lapalissade non évidente pour tous).

 

C'est bien parce que le capital a réussi à entrainer et détourner les batailles qu'il ne pouvait pas empêcher vers les superstructures que ces superstructures ont pu devenir si puissantes, paradoxalement.

 

Une de ces dérives des luttes (Jusqu’à leur absence quelquefois) a été « Tout sauf le PCF ». Certes ce dernier a fourni des arguments à sa désertion (forte mais relative), je ne les énumère pas, mais l'influence des dérives n'a pas été sans effet aussi sur lui-même. Ce qu'il tente de corriger (Voir la préparation de la « Convention sur l'Industrie »).

 

La construction des superstructures se fait sur les infrastructures, l'abandon relatif de la bataille sur les infrastructures a permis une maîtrise quasi totale, sans partage, du capital sur les superstructures. Sa maîtrise des médias en est l'effet le plus visible, et des médias sur les populations évidemment pour qui observe d’un peu haut. 

 

Pas de reconquête des médias pas plus que des institutions sans reconquête sur les infrastructures, c'est-à-dire la production et ses moyens. Les réformes révolutionnaires de la Libération, leurs éléments de socialisme dans le capitalisme nous en avaient donné une leçon.

 

Pierre Assante, Samedi 27 septembre 2014

 

L’avant projet de la « Convention sur l'Industrie », fondamental pour moi,  est en lien sur cet article : http://pierre.assante.over-blog.com/article-convention-industrie-avant-projet-et-appel-a-contribution-convention-industrie-du-pcf-124647695.html

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 21:28

CONGRES 2013 02 08 005 (11)au Conseil National du PCF du 19 septembre 2014

Yves DIMICOLI

 

INTERVENTION AU CN DU 19/09/2014

 

Le discours de Pierre à La Rochelle et sa forte initiative politique à la fête de l' Huma ouvrent une nouvelle phase, plus propice à la construction d'un large rassemblement pour une alternative de progrès à gauche.

 

Il y a des possibilités nouvelles pour avancer en ce sens, malgré les difficultés considérables.

 

Au plan politique, c'est, dans le PS, l'enkystement des désaccords sur la politique économique ; c'est aussi l'ancrage des verts dans l'opposition à Vals II.

 

Au plan social, c'est, face au MEDEF, la montée de l'exaspération  syndicale, malgré les efforts d'intégration au pacte de responsabilité qui baisse le coût du travail.

 

Au plan économique, c'est l'échec du pari de Hollande que l'Allemagne jouerait le rôle de locomotive européenne alors que sa croissance a été négative au deuxième trimestre, tandis que la France stagne et que l’Europe est au bord de la déflation.

 

La situation est devenue si grave en zone euro que la BCEa été contrainte de baisser son taux d'intérêt directeur à presque 0 % et d'injecter encore plus de monnaie. Ainsi, les banques se refinancent à un coût réel (défalcation faite du taux d'inflation) négatif, inférieur à celui des États-Unis.

 

Du coup, l'euro s'affaiblit et les dirigeants s'en réjouissent, malgré l'impératif fondateur d'« euro fort ». Cela sonne comme un désaveu des politiques conduites en son nom. Mais c'est aussi la  confirmation éclatante que la BCE peut bouger sous le poids des nécessités et des luttes.

 

Certes, la façon dont elle le fait va conduire à de nouvelles difficultés.

 

En effet, elle a baissé son taux directeur et injecte plus de monnaie, mais sans sélectivité. Cela va favoriser les profits bancaires, la finance, la spéculation, sans déverrouiller le crédit pour des investissements réels créateurs d'emplois. Pire, la BCE va pousser la titrisation des créances qui a pourtant conduit à la « crise des subprimes » aux États-Unis!

 

D'où deux grands défis.

 

Premier défi : Contre la déflation, il faut des politiques expansives stimulant la demande et redressant l' efficacité de l' offre. Cela exige d'augmenter les revenus salariaux et d'engager un vaste effort de formation pour accroître les qualifications. Et, au lieu du pacte de stabilité, il faut relancer tous les services publics, pour répondre aux besoins, redresser la production et absorber sa progression.

 

Deuxième défi : il faut réorienter la BCEet le crédit bancaire. Nous avons raison de dire qu'il faut « une nouvelle loi bancaire». Mais comment y arriver sans chercher à rassembler pour transformer la BCEet les relations banques/entreprises ?

 

Soyons précis et pugnaces sur nos propositions économiques pour alimenter, à la base et au sommet, le débat sur le contenu d'un programme de redressement national.

 

Je veux insister sur trois grandes propositions à populariser.

 

UN : Le financement direct par la BCEd'une expansion de tous les services publics, via un Fonds social, solidaire et écologique de développement européen ;

 

DEUX : Il faut que la création monétaire de la BCEsoit relayée par les banques, notamment la BPI. Répétonssans relâche que cela exige de nouvelles règles du crédit pour les investissements : plus ceux-ci programmeraient d'emplois et de formations correctement rémunérés et plus le taux du crédit, pour les financer, serait abaissé jusqu'à zéro, voire moins. Répétons sans relâche que, sans ce conditionnement pro-emploi dés leur financement, les investissements, aujourd'hui très économes en travail avec les nouvelles technologies, accroissent le chômage et l'insuffisance de la demande. Ce nouveau crédit est nécessaire, avec une réforme fiscale, pour faire reculer le coût du capital et engager une relance sociale.

 

TROIS : Il faut de nouveaux droits et pouvoirs des salariés dans les entreprises pour sécuriser l'emploi, la formation, le revenu, promouvoir une démocratie économique et sociale pour une République vraiment nouvelle.

 

Plus, par nos initiatives, nous stimulerons un dialogue étendu à gauche contre l'austérité et plus, pour qu'il permette un rassemblement efficace, il nous faudra pousser le débat sur les solutions avec des propositions économiques précises  développées dans l'action populaire. D'accord avec les « 1000 débats » proposés, mais pour organiser 1000 initiatives d'action, sur les banques notamment. Sinon, le dialogue accouchera d'un replâtrage des illusions à gauche. Et incitons tous les communistes à se former sur ces questions, trop peu traitées à l'université d'été, car il faut qu'ils gagnent en confiance pour les affronter.

 

l'intervention d'Yves Dimicoli: YD_intervCN_190914

l'intervention de Nicolas Marchand: NM_intervCN2014_09_19

le rapport, le compte-rendu de la discussion et le relevé de décisions, sur le site du PCF:http://www.pcf.fr/59059


ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 09:28

Article publié une première fois sur ce blog le 4 Septembre 2014

 

Karl Kraus

FRANCE. Comment redresser dans le virage lorsqu’il a été tout fait précédemment pour qu’il soit difficile de contrôler le véhicule dans sa course.

Rendre la conduite aux peupleS.

 

C’est dès les années 1970 que se manifeste l’accélération de la crise du capitalisme.

 

Je ne redéveloppe pas l’analyse sur un système qui en produisant la suraccumulation du capital crée les conditions de ralentissement et de blocage du processus de l’humanité si un remède n’y est pas donné.

 

C’est dès les années 1970 que la France subit les contrecoups de la domination des grandes familles et des gestionnaires du capital en France même et sur le monde avec les conséquences de l’appauvrissement du monde par le colonialisme, cette autre et même domination.

 

Aujourd’hui le mode d’échange A-M-A’ (Argent-Marchandise-plus d’Argent’) peut être transformé et faire place à une coopération à tous les « niveaux », du local et mondial en s’appuyant sur une nouvelle solidarité des entités humaines constituées et "formalisées", nationales et « zones mondiales » comprises, et en débloquant leur mouvement restreint.

 

Les conflits, les atrocités, c’est la réponse de la restriction d’humanité à l’humanité. L’égoïsme du capital récolte l’égoïsme des entités restreintes physiquement et moralement constituées et séculairement dominées. A ses atrocités répondent leurs atrocités.

 

C’est dès les années 1970 que se manifeste l’accélération de la crise du capitalisme explosant aujourd’hui et c’est dès cette période qu’il fallait répondre en intelligence et cohérence aux contradictions, aux antagonismes précédemment crées, pour entamer les coopérations nécessaires, entre autre dans et par la « coexistence pacifique » dès les années 1960, bien oubliée et bien massacrée depuis. C’est le contraire qui a été fait en muselant et détruisant les forces sociales organisées, qui certes, non exemptes des défauts généraux de leur monde, étaient cependant les plus à même de répondre à ces contradictions, ces antagonismes mortels. « Le cercle de craie caucasien » pouvait être tracé dès cette période.

 

Il est plus difficile de redresser dans le virage lorsqu’il a été tout fait pour qu'il soit difficile de contrôler le véhicule dans sa course. C’est pourtant ce qu’il faut faire dans ces plus grandes difficultés, partant de la situation, de la réalité telle qu’elle se présente dans chaque moment de l’action de transformation en santé. Et en tout cas ne pas  poursuivre et amplifier les mauvaises recettes comme aujourd’hui le fait un présidentialisme décadent et de toute façon anti-démocratique dès l’origine.  

 

Redresser dans le virage c’est possible ! Mais pas en « faisant un pas en avant, deux pas en arrière ».

  

Des forces productrices « matérielles et morales » immenses se sont développées ici et dans le monde, à utiliser en santé.

 

Pierre Assante, 4 septembre 2014

 

Ecouter l’intervention de Pierre Laurent

à l'université d'été du Parti Socialiste :

http://www.dailymotion.com/video/x24zy4j

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 05:44

ECOLE ET NAT.« Quand la confiance en l'école est brisée, c'est toute la société qui est en danger »

 

C’est la troisième rentrée scolaire depuis l’arrivée de François Hollande au pouvoir. Trois rentrées, trois ministres, trois ans d’une politique censée donner la « priorité à l'école » et toujours pas assez d’enseignants pour accueillir tous les élèves dans de bonnes conditions. La réforme des rythmes, loin de s’attaquer à l’échec scolaire, vient ajouter de l’inégalité à l’inégalité : horaires, contenus des activités et tarifs varient d’une commune à l’autre. Loisir éducatif pour les uns, garderie pour les autres, gratuits ici, payants ailleurs, en fonction des politiques locales.

 

Aujourd’hui, je voudrais avertir le président et la nouvelle ministre de l’éducation nationale : la situation est grave. Quand la confiance en l’école est brisée et que les parents ne peuvent pas espérer un avenir meilleur pour leurs enfants, quand les jeunes ne peuvent pas réaliser leurs rêves et leurs ambitions, c’est toute la société qui est en danger.

 

Arrêtons de désespérer les salariés, qui savent qu’on ne sortira pas de la crise économique sans développer l’éducation et avec elle l’emploi qualifié. Arrêtons de désespérer le peuple de France, qui sait que le savoir est un pouvoir et qu’il n’y a pas de véritable démocratie sans appropriation des savoirs par tous.

 

Il est plus que temps de faire preuve de courage, de cesser de reculer au moindre froncement de sourcil du patronat, de céder devant les gesticulations de groupuscules réactionnaires.

 

La nouvelle ministre de l’éducation se dit féministe : comment peut-elle se satisfaire de la suppression des ABCD de l’égalité ? Qu’attend-elle pour les rétablir et les généraliser ?

 

Le président affirme que l’école est une « priorité ». Qu’attend-il pour rompre avec l’austérité, pour donner à l’école et à tous les services publics les moyens dont ils ont besoin ?

 

Partout dans le pays, des parents, des enseignants, des citoyens luttent contre les fermetures de classes, résistent aux politiques libérales, débattent et imaginent l’école dont notre pays a besoin.

 

Plutôt que de les écouter, eux qui bâtissent la France de demain, le gouvernement préfère choyer les actionnaires, les spéculateurs, ceux qui construisent sur du sable pour leur seul et unique profit.

 

Il est insupportable que l’école laisse tant d’enfants sur le bord du chemin, alors que les savoirs jouent un rôle de plus en plus important dans notre société et que tous les enfants sont capables d’apprendre. Il est temps de construire une école de l’égalité, permettant à tous les enfants, quelle que soit leur origine sociale, de maîtriser leur avenir.

 

Cette année encore, la rentrée coûte cher, trop cher. Pour que l’école soit bien celle de tous, elle doit être gratuite.

 

Il faut certes diminuer le coût de la rentrée, notamment dans les filières professionnelles et technologiques où le matériel est souvent coûteux, mais il est également indispensable que l'école donne à tous les enfants le nécessaire pour réussir à l’école, sans recours aux cours privés. Les fonds sociaux des établissements doivent être revalorisés pour faire face aux besoins, les bourses multipliées, les transports scolaires organisés et gratuits.

 

Nous voulons la même école sur tout le territoire : villages, cités, centres-villes... les enfants doivent avoir accès à la même variété d’activités, de formations ou d’options. Il faut en finir avec la course au bon lycée ou à la bonne filière, qui ne profite à personne. Dès maintenant, les collectivités peuvent établir des cartes scolaires contraignantes assurant l’égalité des conditions d’étude.

 

A rebours de ce que prépare le gouvernement, la formation des enseignants ne peut pas non plus varier d’une académie l’autre: elle doit être la même dans tout le pays. Face à la crise de recrutement sans précédent que rencontre l’Éducation Nationale, il faut redonner un sens au métier d’enseignant, et ce ne sont pas quelques citations de Jules Ferry disséminées dans le discours de rentrée de la nouvelle Ministre qui suffiront pour cela.

 

Une revalorisation des salaires est évidemment indispensable, mais la formation doit aussi être repensée. Les bricolages autour des ESPé sont loin de permettre aux jeunes enseignants d’entrer sereinement dans leur métier : la formation initiale doit s'appuyer sur un pré-recrutement et une formation continue doit être développée.

 

La relance de l’éducation prioritaire est une urgence, mais il ne s’agit pas de construire une école à plusieurs vitesses, avec des objectifs différents pour les élèves des quartiers les plus défavorisés ! Au contraire, il faut donner plus de moyens là où il y en a plus besoin, pour que l’école puisse donner à tous les enfants une culture commune de haut niveau.

 

Plutôt que de surcharger les programmes, prolongeons la scolarité obligatoire, de 3 à 18 ans, avec le droit à l’école dès 2 ans pour les familles qui le souhaitent. Rendons aux enfants la demi-journée d’école supprimée par la droite : pas pour la consacrer aux activités périscolaire, mais bien pour la réintégrer au temps scolaire. Avec plus de temps à consacrer aux enfants, les enseignants pourront organiser ce temps autrement : c’est le vrai moyen de lutter contre l’ennui et la fatigue des élèves !

 

Dès maintenant, l’État doit garantir qu’une même formation débouche sur une même qualification. Cela passe par le renforcement des diplômes nationaux et la reconnaissance de toutes les années d’étude dans les conventions collectives.

 

Ces propositions ne sont pas seulement celles du PCF. Elles ont grandi dans les luttes et les débats. Aujourd’hui, nous sommes nombreux à les porter. Nous sommes nombreux à avoir le courage de rompre avec les politiques libérales, nombreux à porter l’ambition d’une école de l’égalité, nombreux à imaginer les chemins nouveaux pour les imposer. Ne nous laissons pas enfermer dans le désespoir. Prenons nos responsabilités : ensemble, imposons cette politique, elle est urgente et nécessaire.

 

Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF

Mardi 2 septembre 2014

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans Travail et Politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche