Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 09:30

 

Cet article a été publié une première fois sur ce blog le 23/10/2012

 

Cet article est un point de vue, un libre commentaire de l'auteur de ce blog et n'engage que lui-même

 

Lorsqu’Yves Schwartz publie en 1988 sa thèse, sur « Expérience et connaissance du travail », les délocalisations, la réorganisation mondiale du travail par le capital dans le cadre de la révolution scientifique et technique et de la réponse de ce même capital aux avancées théoriques et politiques qui le menacent mondialement, cette réorganisation commence, certes, à déjà frappé fort le salariat et les populations en général par contrecoup.

 

Mais à plus forte raison, son analyse du travail repose sur une diversité de situations, du développement le plus avancé du moment des forces productives dans le monde et sa réalité humaine dans sa totalité jusqu’aux prémices dans cette réalité humaine de la crise systémique à l'état actuel se manifestant dans le quotidien de l’homme producteur, de la personne humaine dans son activité.

 

Il n’y a pas de plus juste expression, qu’utilise Yves Schwartz, bien que formule à ne pas réifier comme il le développe, à ne pas détacher d’un contenu complexe, que celle de processus humain « en santé ».

 

Elle recouvre, je crois, et l’économie « en dernière instance » et la préoccupation opérationnelle de l’être humain pour les-la civilisations, leur-son processus, caractérisé par une autre formule de Marx, sur « l’humanité en tant que processus de conscience de la nature sur elle-même ».

 

L’appel d’Yves Schwartz à la pluridisciplinarité, à la coopération lancé par cette thèse, est, je crois, un impératif plus que jamais incontournable aujourd’hui. Le travail est formateur de l’espèce humaine et sa libération de contraintes sociales obsolètes, apparaît aujourd’hui, alors qu’elles se renforcent et se généralisent, rationnellement hors de portée et pourtant bien plus proche en tant que besoin vital, que ne l’imaginent nos élites dominantes. Libération proche et réalisable.

 

La vulgate marxiste (j’utilise ce mot qui ne me convient pas, mais qui fait encore malheureusement relativement référence dans un débat d’aujourd’hui), phénomène inhérent à toute avancée et diffusion d’un moment initial de pensée, est en phase d’être dépassée.

 

De plusieurs façon : d’une part par une nouvelle réflexion abondante sur Marx à travers les manifestations de la crise, dans laquelle se révèlent des « culture faibles et régressives » de la vision marxiste du développement humain, mais aussi d’extrêmement riches prises de conscience générale partant de travaux liés aux luttes populaires dans le travail, au quotidien et sur la durée, qui constituent une culture forte sur laquelle s’appuyer pour un processus humain « en santé ».

 

Dans cette « culture forte », la réédition augmentée d’« Expérience et connaissance du travail » ne doit pas échapper à toute personne soucieuse de participer au mouvement de la société à laquelle elle appartient, dont elle dépend, dans sa maladie générale à laquelle elle ne peut échapper, et dans ses immenses espoirs et possibilités de développement sain, à l’issue et pendant le développement même de la crise.

 

Pierre Assante, 23 octobre 2012

 

Citation : « …Ainsi, le concept de forces productives apparaît comme le concept synthétique le plus complexe de notre parcours. La dimension maximum d’horizon qui l’habite explique rétroactivement pourquoi nous achoppions dès le départ sur le problème de la culture. Il intègre tous les niveaux, le matériel, le biologique et l’historique, la pénombre et la structure, le travail productif et l’improductif, le savoir collectif et le savoir général…Il exprime et résume au plus haut point cette recherche, qu’il clôt sur le dimensionnement / dédimensionnement du travail : sans concept discriminateur, on n'a aucune prise sur le concept de forces productives. On approche en aveugle la différence entre les forces productives médiévales et les forces productives capitalistes. On donne trop ou pas assez aux mutations*  techniques présentes, qui vont changer l’intelligence des hommes et les conditions de survie du capitalisme, mais dont la genèse est parfaitement cohérente avec son mode de reproduction. Mais en même temps, ce concept est le point ultime de commensurabilité de tous les aspects de la vie humaine, il fait éclater toute exigence même de dimensionnement. Les commentateurs ont souvent noté cet étrange recours au concept physique le plus obscur de son histoire, celui de « force ». Nous croyons avoir montré que cette difficulté ne peut être réduite ; et que c’est à l’embrasser telle quelle qu’on peut s’en ouvrir à la richesse du continent du travail… » Y.S. (20.14)

 

* voir d’autre part la réflexion d’Yves Schwartz sur ce terme 

 

Présentation de l’ouvrage, lien :  Yves SCHWARTZ, les Editions Sociales re-publient "Expérience et connaissance du travail", présentation par Laurent Etre, l'Humanité

 

Tous les articles du blog (par séries de 25). Cliquer sur le nombre de la série choisie : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20304050607080> >>

31 articles anciens sélectionnés, en cliquant ici

 

 

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 07:18

SCHWARTZ 1988Pas  de processus humain sans production, sans les conditions de la production : l’engagement de la personne et un type d’échange en santé.

 

Durant les "30 glorieuses" et en gros la période du capitalisme monopoliste d’Etat social, la tendance à la baisse de profit a été contrecarrée par l’augmentation de la plus value relative basée sur la productivité issue des avancées technologiques et de la situation de domination monopoliste dans le monde des pays industrialisés dits « avancés » et « occidentaux ».

 

La mondialisation informationnalisée qui a suivi les 30 glorieuses a cassé les cohérences nationales, des acquis et compromis sociaux constitués sur la base des nations entre les monopoles nationaux, leurs besoins de mains d’œuvre "non qualifiée" et qualifiée, et les forces sociales des salariés organisés, partis ouvriers et syndicats en particulier.

 

Si la nation reste une base des luttes sociales de résistance et de transformation, il n’en est pas moins réel que la lutte et l’organisation de la cohérence sociale doit s’organiser sur la base de grandes unités régionales constituant des espaces cohérents capables de jouer un rôle, de constituer un rapport de forces suffisant dans l’organisation de la mondialisation informationnalisée, l’organisation internationale du travail de la production répondant aux besoins de survie et de développement général.

 

L’Europe constitue un de ces espaces cohérents possibles, mais elle est malade comme le monde et peut-être plus que les autres ensembles, d’une finance dont le rôle de renflouement de la baisse tendancielle du taux de profit assèche l’investissement productif et de rôle que les institutions pourraient jouer dans une organisation et une régulation en santé des mouvements de toute sorte de la société nécessaires à sa vie.

 

Au-delà, il y a cette simple évidence que l’ergologie met en lumière : quelle que soit l’accession au pouvoir de forces de progrès, la question du travail, de l’activité productrice est déterminée par l’engagement à la production de l’individu, de sa conviction à la participation dans le travail producteur stricto sensu, comme dans l’activité générale de la société sous toutes ses formes multiples et variées, de l’acte dit « manuel », à l’acte dit « intellectuel », à l’art et la réflexion philosophique sur les raisons d’être de notre espèce dans la nature.

 

ElleinsteinLes écrits de Lénine, parmi les nombreux écrits révolutionnaires, et dans ses limites humaines et de son temps, dans la constitution de la social démocratie russe, puis du parti majoritaire bolchévik, dans l’accession au pouvoir, la guerre civile et le communisme de guerre, enfin la NEP (économie mixte de transition assurant l’accumulation primitive du capital pour le développement des forces productives nécessaires à une transformation sociale radicale en santé) et la mise en projet d’un processus lent et long de transformation des forces productrices et des institutions les coordonnant (cassé par le stalinisme à travers des conditions historiques), pointent dramatiquement en particulier dans la fin de sa vie la question cruciale de l’engagement de l’individu dans la marche de la société, prémices et alerte non saisie d’une ergologique latente avant l’heure.

 

Les révolutionnaires du yaka et du ilfo, d’un romantisme limité irresponsable, dans lesquels tout un chacun peut sombrer, doivent sans cesse lier leurs propositions et leurs rapports avec leurs semblables, les humains, avec cette réalité non contournable :

 

1) On ne peut transformer que le réel, on ne peut pas transformer ce qui n’existe pas, tout acte opérationnel ne peut partir que de l’existant, qu’il nous convienne ou pas, en particulier de l’existant économique et financier qui permet jusqu’à nouvel ordre l’échange de la production dans l’existant général, sa multitude et son unité.

 

2) Ce sont des être humains en tant que personne dans l’espèce et la société et l’ontologie de l’être social « contenue » dans la personne, sa multitude et son unité, qui peut permettre la poursuite du processus humain partant de ses propres besoins dans les besoins solidaires de l’unité de production, l’entité locale, et la cohérence globale de la société.

 

3) En dernière instance le type d’échange « Argent-Marchandise-Argent’- plus » à son paroxysme évolutif malsain ne peut supporter la demande des besoins humains s’il veut poursuivre la course au profit qui est sa loi et sa raison d’être et devient donc obsolète en fin d’évolution : il ne peut prendre en compte les valeurs sans dimension de l’activité ni le travail concret en tant que tel et premier. Sa loi est figée dans une seule mesure abstraire, le temps de travail. La création humaine ne peut se développer, limitée par une mesure correspondant à une accumulation primitive de période de pénurie due à un état ancestral des forces productives se développant dans l’industrialisation mécanisée. La révolution scientifique et technique se heurte au système. L’accroissement de la division du travail, hiérarchique plus et bien que technique, l’accroissement de la mise à l’écart d’une masse de population de l’activité productrice, les conséquences négatives sur la formation de la pensée et la motivation sociale que cet état de fait provoque ne sont pas sans conséquences sur l’état de guerre du monde.

Cet état de guerre sert les dominations et la course au profit, et loin de susciter de saines réactions est remise en jeu dans un circuit de violence et d’exploitation de la violence pour poursuivre violence, domination et profit.

 

berliguerComprendre l’humain dans « l’expérience et la connaissance du travail » est indissoluble de la compréhension des conditions objectives de la production et de l’échange. Le détournement sain de la circulation du capital, du profit vers les besoins et donc vers l’investissement producteur pour ces besoins et par la même occasion les désirs que ces besoins induisent, ce détournement radical et progressif ne se fera que dans le « rassemblement » de l’homme producteur qu’ergologie et critique de l’économie politique constituent en tant qu’outils de la conscience et de l’acte transformateur que la conscience permet.

 

Ceci n’est pas un détour inutile, une rêverie  ou une fantaisie d’intellectuel, mais une condition incontournable, au même titre que le rassemblement des savoirs cloisonnés que l’aliénation du producteur de ses gestes et des produits de producteur provoque.

 

Tout cela est à la fois lié mais divisé par un système limité, mutilé, système en besoin et attente de transformation

 

 

Pierre Assante, 15 avril 2015 

 

                                                                      ******

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

******

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 09:58

cgil-25oct-2014Un milione. O forse più. Lo dice dopo l’una anche l’organizzazione della Cgil. La stessa che fino a pochi minuti prima aveva con­fer­mato di non voler dare numeri. Ma il rag­giun­gi­mento dell’asticella messa così in alto pro­prio da Mat­teo Renzi ieri è come una libe­ra­zione per il sin­da­cato rosso. Che in forma ano­nima si lascia andare all’esultanza: «Ce l’abbiamo fatta», «esi­stiamo ancora» e soprat­tutto «Renzi deve fare i conti con noi».


Lire l'article sur le site de Cambiailmondo

ici

 

Un articles de René MERLE en français explicitant le même sujet 

ici

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici


Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 14:16

Article publié une première fois sur ce blog le 19/05/2013 

 
Copie de 2011 08 27 001-copie-1

 

5 articles sur l’activité.

Sommaire.

Page 1 : Décembre 2008 La crise de la répartition, c'est la crise de la production et de son mode, CRISE DE LA PRODUCTION ! ET RIEN D'AUTRE.

Page  4 : 2 mai 2013 L’Ergologie et Marx

Page  6 : 13 avril 2013 ERGOLOGIE.

Double anticipation. Epistémicités. Processus en santé.

Page  9 : 25 avril 2013  Les 3 « erreurs » du libéralisme

 

SUR CE LIEN :

ici

http://pierreassante.fr/dossier/

5_articles_sur%20_l_activite.pdf

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 00:51

FRALIB-2014-04-12-014.jpgFralib. Le pot de thé fait plier le pot de fer

Le démarrage de la SCOP pourrait être imminent, un accord important ayant été conclu hier, sous la pression des salariés avec le groupe Unilever. Trois années de combat qui ont fini par payer.

 

Trois années de luttes et d’orages, de déception, de découragement parfois, mais aussi de grande détermination. Trois années, depuis l’abandon par la société Fralib et le groupe Unilever de  cet outil de travail performant qu’est la société de production de thé et de tisanes aromatisées du Gémenos, aux alentours de Marseille.

Trois années qui se sont soldées hier par un accord de toute première importance conclu à Rueil Malmaison, dans la banlieue parisienne entre les dirigeants du groupe et les salariés CGT. Ces derniers s’étaient toujours juré d’obtenir de la multinationale de l’agro-alimentaire qu’elle assume toutes ses responsabilités après sa décision de fermer l’entreprise et qu’elle consente enfin, après les multiples rebondissements devant les tribunaux, à s’asseoir autour d’une table de négociations. C’est depuis hier chose faite et les porteurs de projet d’une coopérative de production peuvent s’enorgueillir d’avoir arraché une très grande partie de ce qu’ils réclamaient depuis des mois pour pouvoir remettre les machines en marche et assurer leur propre production.

 

Ce qu’a lâché Unilever

Il n’ y aurait donc plus d’obstacle au plan de relance de l’activité des salariés, la multinationale ayant consenti « un soutien financier au démarrage et au développement de leur plan alternatif », grâce à une série de «  mesures contribuant au développement commercial » de la SCOP. Ce que les salariés n’avaient cessé de réclamer depuis les premières heures de la conception de leur projet. L’in de leurs chevaux de bataille était aussi de faire accepter par Unilever la cession de la marque Eléphant. A l’heure où nous écrivons ces lignes, ce n’est pas une chose acquise, les négociations s’étant poursuivies tard dans la soirée.  Mais cependant, ils ont obtenu de la multinationale, « la recherche de débouchés de production, la construction d’une marque, le renforcement de l’appareil commercial et administratif, ainsi qu’une étude de marché et une contribution conséquente au fonds de roulement ». Cela ressemble comme deux gouttes d’eau à ces volumes de production que les salariés voulaient arracher à Unilever. Mais l’accord va encore plus loin et prévoit « la remise en état, au développement et à la diversification de l’outil de travail ».

Si les engagements sont tenus par Unilever, et on peut compter sur les salariés pour qu’ils le soient,  les thés et tisanes naturels de la SCOP T.I seront bientôt sur le marché. Chapeau !

La Marseillaise, le 27 mai 2014

 

Repères

28 février 2013, le troisième « plan de sauvegarde de l’emploi » façon Unilever est rejeté par la cour d’appel du tribunal d’Aix-en-Provence. Contraignant ainsi la direction de Fralib à revoir totalement sa copie sous peine d’astreintes journalières. Une victoire de plus pour les salariés.

70 salariés en lutte, prévoit cet accord, bénéficieront en outre d’une « prime substantielle de préjudice venant s’ajouter aux indemnités légales ». Pas vraiment un luxe quand on sait que nombre d’entre eux n’ont perçu aucune compensation depuis plus d’un an.

1336 jours et nuits de lutte et d’occupation des locaux. Avec tout ce que cela représente de sacrifices, notamment à l’encontre de leurs familles. Mais là encore, la solidarité a joué à fond. Tant celle de leurs proches que celle de leur organisation syndicale et des salariés d’autres entreprises.

 

La SCOP oui ! Mais pas pour produire n’importe comment !

Dès les premiers jalons de leur projet de coopérative posés, les salariés de Gémenos n’ont eu de cesse de réfléchir à ce qu’ils feraient de leur outil de production. A chaque visite organisée pour les  nombreuses personnalités politiques qui se sont pressées aux portes de l’entreprise, ils n’ont pas manqué de souligner combien la qualité des produits issus des chaînes n’avait cessé de se détériorer au fil des années. L’utilisation systématique d’arômes chimiques ayant fini par dénaturer complètement les parfums des thés et tisanes. Il s’agissait donc de repenser tout à la fois la manière de produire mais aussi les conditions d’approvisionnement en matières premières. Cela a fait l’objet de nombreuses prises de contacts, tant avec des producteurs locaux qu’étrangers.

Au Vietnam, les représentants des salariés noueront des liens solides avec des agriculteurs en recherche de partenaires désireux d’instaurer des liens commerciaux autres que les traditionnels marchés de dupes coutumiers des grandes firmes internationales. Ce qu’en d’autres termes, on appelle un commerce équitable.

En France, ils partiront à la rencontre de petits producteurs de plantes aromatiques, désireux de mettre l’amour de leur métier au service de « fabricants » respectueux de la qualité de leur travail. Cela s’illustrera par une remise en route des machines, notamment le temps d’une petite production de tilleul pour la fête de l’Humanité. Histoire de dire qu’il n’y a pas que la seule lutte pour l’emploi qui importe aux salariés de l’entreprise.  Mais aussi l’amour du travail bien fait tout au long de la chaîne de production et le respect des consommateurs.

 

La Marseillaise, le 27 mai 2014

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 07:08

ECOLE-ET-NAT-jpg  

 

Alors que le ministre ouvre des discussions sur le métier d'enseignant et fait de premières propositions de réformes, il est utile de (re)lire le rapport rendu par la sénatrice communiste Brigitte Gonthier-Morin sur la crise du métier d'enseignant. Il y a là une série de propositions dont le gouvernement pourrait s'inspirer.

 

 

Cliquer sur ce lien :

http://www.senat.fr/rap/r11-601/r11-6011.pdf

 

 

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 06:00

HENRI CLAUDE

 

Article écrit le 8 novembre 2005,

publié une première fois sur ce blog le 13/11/2012 


Une triple urgence qui demande réflexion

 

Une réflexion de fond, dans le calme et en prenant le temps, cela semble tout à fait incompatible avec une situation de crise et d’urgence.

C’est pourtant ce qui dans l’histoire humaine a permis d’avancer, de faire des choix essentiels pour continuer la vie humaine.

Nous vivons actuellement à de nombreuses décennies de distance, les conséquences extrêmes du taylorisme, lui-même issu du capitalisme et de la société marchande d’échange inégal.

Quel est le fond du taylorisme : il affirme l’idée du modèle unique (le « one way ») de production, pour un ensemble productif comme pour un travailleur isolé. L’ouvrier ne doit pas penser, il doit produire selon les gestes précis prescrits par une direction qui pense pour lui. Les progrès de la production dont il va profiter étant la compensation de cette aliénation.

Toute l’histoire de l’humanité est faite de l’effort humain pour créer les conditions de sa survie et de son développement. Penser est l’essence de l’activité humaine. Travailler c’est penser. Or le taylorisme, sous des formes avouées ou insidieuses s’est emparé de tous les centres de décisions et a diffusé dans toute la société en s’insinuant dans les mentalités et celle de la masse des producteurs comme des chômeurs et des « non actifs ».

Le taylorisme domine la production comme la distribution et la gestion. Il n’épargne ni le secteur tertiaire ni l’administration centrale et locale. Il n’a plus besoin d’être nommé. Il existe comme un principe intangible au-delà de toute réflexion, comme un phénomène naturel dans l’esprit de notre société. Dès les cours d’économie élémentaire jusqu’aux grandes écoles de gestion, dans les séries télévisées, les publicités ou les modèles de vie, il commande les comportements.

La question du travail, de l’encadrement du travail par la méthode tayloriste, qui est tout simplement la méthode patronale transposée à toutes les questions de vie en société, cette question du travail et la recherche sur « que produire et comment produire » est le cœur de la crise de la société française et de la société mondialisée.

Le type de rapport à l’objet produit détermine le type de développement : s’asseoir sur une chaise est un échange entre le producteur de la chaise et l’utilisateur de la chaise. S’il n’y a pas conscience de la solidarité objective qui existe entre les deux, c'est-à-dire s’il ne naît pas une solidarité subjective, l’échange ne peut que se réduire car il aura un effet sur une réduction relative ou absolue de la production. Le producteur comme le consommateur, qui peut être le même, n’aura pas un rapport positif et sain au travail, c'est-à-dire qu’il réduira relativement ou absolument ses capacités créatrices, son activité en général. La santé n’est pas qu’un concept moral, c’est avant tout un état qui permet de vivre et se développer.

---Les violences et les révoltes actuelles, qu’elles soient spontanées, provoquées ou exploitées ne sont que l’iceberg de la crise de l’activité humaine en général. De même que les privatisations qui sont la concrétisation d’une pensée monarchique sur le travail que le taylorisme veut justifier.

---L’outil premier de la grande production étant aujourd’hui la pensée artificielle demande une bataille de la maîtrise de cet outil en fonction de la question précédente.

---Enfin, le modèle de domination, d’ échange inégal ayant ses origines dans un patriarcat dont on reconnaît encore les comportements et les mentalités dans toute la société, la question du rapport homme-femme, en particulier dans le travail est au centre de ce triptyque.

Répondre aux question urgentes du moment sans intégrer cette réflexion sur ce triptyque, ne peut donner que des réponses tronquées, mutilées, consistant en des emplâtres rapidement sans effets.

Pierre Assante, Mardi 8 novembre 2005

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

29 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 11:30

FETE-DE-L-HUMANITE 2550185950558246112

 

 

 

 

 

sur ce lien :

ici

 

 

Et tout sur la fête :

http://fete.humanite.fr/


http://pierreassante.fr/dossier/Debats_FDL_Fete_2013.pdf

 

****

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 07:22

coppolajm300"A Marseille, la solution ne viendra pas d'un Zorro" estime Jean-Marc Coppola.

Pour le vice-président (PCF) de la région Paca et conseiller municipal 
de Marseille, les violences à Marseille ne peuvent être résolues que par un plan à long terme impliquant les citoyens et luttant contre l'abandon et la pauvreté dans les quartiers en prise avec les trafics.......

 

SUITE SUR CE LIEN :

ici

http://www.humanite.fr/societe/jean-marc-coppola-marseille-la-solution-ne-viendra-548386


ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici


Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 01:16

La lettre du réseau mars 2013

 

 

cliquer 

ici

 

http://pierreassante.fr/dossier/Ecole-La_lettre_juillet_2013.pdf

 

 

 

 

 

 

 

2 questionET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

Et " 2 questions pour procéder " Sur ce lien :

http://pierre.assante.over-blog.com/article-2-questions-pour-proceder-118937707.html

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 12:48

LUKACS2LUKACS 1970 ONTOLOGIE DE L’ÊTRE SOCIAL, EDITIONS DELGA 2012. CITATIONS.

 

…Ce phénomène délimité par Marx…peut être formulé ainsi : le développement des forces productives entraîne nécessairement un développement simultané des capacités humaines. Mais – et c’est le phénomène de l’aliénation qui est mis en lumière- le développement des capacités humaines n’entraîne pas nécessairement celui de la personnalité de l’homme. Au contraire le perfectionnement de capacités particulières peut déformer, dégrader la personnalité...

...Dans l’acte réel, les deux moments sont néanmoins indissociables ; chaque geste, chaque réflexion, pendant (ou avant) le travail vise au premier chef l’objectivation, autrement dit une transformation téléologique de l’objet du travail. Lorsque le processus aboutit, l’objet qui existait auparavant de manière purement naturelle a connu une objectivation, c’est à dire il est désormais susceptible d’être utilisé socialement.

...Et la dimension ontologique nouvelle qui apparaît ainsi....

 

Page 276

…C’est pour cette raison, que dans le marxisme, tel qu’il est appliqué aujourd’hui, c’est encore la tactique qui prévaut sur la théorie. …

…La théorie marxiste est,…comme nous l’avons montré, une synthèse inédite entre la philosophie et la science. Sa régénération doit donc être organiquement liée à la connaissance théorique de la situation contemporaine…

…Il s’agit…de découvrir scientifiquement la voie économique qui mène à la situation actuelle, à ses problèmes, aux moyens de l’affronter. L’éloignement du marxisme, en tant qu’unité de la science et de la philosophie, a pour conséquence que les marxistes cherchent à appliquer au présent mécaniquement, sans critique, les catégories formulées il y a quarante ou quatre-vingts ans. Tant qu’on n’aura pas comblé cet écart scientifique pour le capitalisme, pour le socialisme, pour les peuples sous-développés, il sera impossible de faire prévaloir la spécificité du marxisme dans le déroulement des conflits sociaux….

…Nous nous proposions seulement de montrer que la méthode de Marx occupe cette place spécifique dans l’évolution de la réflexion  de l’homme sur le monde, qu’elle recèle donc la possibilité de prendre part en tant qu’idéologie au déroulement des conflits puisqu’elle est en mesure, en vue de leur solution, de produire les éléments intellectuels de leur fondement scientifique objectif, ainsi que la perspective humaine, générique, d’une issue à ces conflits, la transformation du genre humain en-soi en un genre humain pour-soi. …

…Il est évidemment impossible de dire si cette renaissance du marxisme aura lieu, où et quand elle se produira….

…Nous nous devions cependant de conclure ces réflexions par la démonstration ontologique de l’existence de cette possibilité….

 

Page 282-284

…Ce qui est en cause ici, c’est que le développement des forces productives entraîne immédiatement un accroissement des capacités humaines, qui comporte néanmoins la possibilité de sacrifier les individus (et même des classes entières) au cours du processus. Cette contradiction est inévitable, car elle présuppose des moments réels du processus du travail social, que nous avons déjà identifiés dans d’autres contextes come des éléments indispensables de son fonctionnement en tant que totalité. Avant, l’un de ces faits est que si le processus de production est une synthèse  de positions téléologiques, il est en lui-même purement causal et ne peut en aucun cas avoir un caractère téléologique. Les positions téléologiques individuelles sont les points de départ de séries causales individuelles qui se conjuguent dans le processus d’ensemble, acquièrent en lui des fonctions et des déterminations nouvelles, toutefois sans jamais perdre leur caractère causal…

…Bien entendu, au sein des ensembles de positions, les hétérogénéités, leurs interrelations, etc., produisent ce que Marx désigne généralement comme inégalité du développement…

…Une évolution téléologique objective générale (si elle pouvait exister en réalité, et pas seulement dans la représentation de théologiens ou de philosophes idéalistes), ne pourrait guère avoir un caractère inégal…

…Ce phénomène délimité par Marx…peut être formulé ainsi : le développement des forces productives entraîne nécessairement un développement simultané des capacités humaines. Mais – et c’est le phénomène de l’aliénation qui est mis en lumière- le développement des capacités humaines n’entraîne pas nécessairement celui de la personnalité de l’homme. Au contraire le perfectionnement de capacités particulières peut déformer, dégrader la personnalité…

…Il suffit de penser aux effets destructeurs sur la personnalité, chez de nombreux spécialistes dans le contexte d’un travail d’équipe, de la culture poussée à l’extrême de certaines aptitudes spéciales…

… En conséquence, les aliénations peuvent aussi, aux différentes étapes, avoir des formes et des contenus extrêmement différents. Il n’en reste pas moins que l’opposition fondamentale entre développement des capacités et déploiement de la personnalité est à la base de leurs différentes manifestations…

Notre lecteur se rappellera que si Marx décrit l’acte de travail dans une terminologie unitaire, mais variée, je l’ai décomposé analytiquement en objectivation et en extériorisation…

…Dans l’acte réel, les deux moments sont néanmoins indissociables ; chaque geste, chaque réflexion, pendant (ou avant) le travail vise au premier chef l’objectivation, autrement dit une transformation téléologique de l’objet du travail. Lorsque le processus aboutit, l’objet qui existait auparavant de manière purement naturelle a connu une objectivation, c’est à dire il est désormais susceptible d’être utilisé socialement…

…Et la dimension ontologique nouvelle qui apparaît ainsi, c’est que les objets de la nature, ont, en tant que tels, un en-soi, leur transformation en pour-soi suppose une assimilation cognitive de la part du sujet humain – même si de nombreuses répétitions en font une routine- et que les objectivations impriment directement, matériellement, l’être pour-soi dans l’existence matérielle de leurs produits. Il est désormais inscrit dans leur structure matérielle, même si les hommes qui n’ont jamais été confrontés à ce processus de production spécifique ne sont pas en mesure de la percevoir…........

 

.....Suite dans l’ouvrage, EDITIONS DELGA.

 

2 questionET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blog.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

Et «  2 questions pour procéder». Sur ce lien :

 

http://pierre.assante.over-blog.com/article-2-questions-pour-proceder-118937707.html

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 06:30

 

MARX CRITIQUE 1859

 

Sur ce lien :

ici

http://pierreassante.fr/dossier/FORD_HD_4.7.13.pdf

 

L'HUMANITE : http://www.humanite.fr/

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 07:11

Article publié le 15 mai 2013, jour de "l'annonce" officielle sur la récession en France....


MARX PORTRAIT

« Dès que le travail humain, dans sa forme simple, a cessé d’être la grande raison de la richesse, alors le temps de travail cesse et doit cesser d’être la mesure de la richesse…..Le surtravail de la masse a cessé d’être la condition du développement de la richesse sociale. Le mode de production qui se base sur la valeur d’échange s’écroule. »  

 

Extrait de Marx, "Grundrisse", publié sous la responsabilité de Jean-Pierre Lefebvre, Editions Sociales 2011, page 661 et suite. Cité dans Henri Lefebvre, "Métaphilosophie" (1964), page 173, Syllepse 2000.

 

Il est clair que Marx a là une intuition de ce que peuvent devenir les forces productives,  de la masse de surproduit possible libérant l’homme, ce à quoi nous assistons avec les révolutions scientifiques et techniques, la mondialisation informationnalisée de la production et de l’échange. Mais cet écroulement du mode de production qui se base sur la valeur d’échange ne peut céder la place à un autre mode de production que s’il y a possibilité de construire cet autre mode de production. Ce qu’interdisent jusqu’à aujourd’hui les  forces du capital par destruction et autodestruction de tout ce qui peut aller dans le sens d’une autre construction, aux plans économiques, politiques, de la conscience nécessaire à la construction.

Au lieu de cela, l’organisation capitaliste du travail poursuit sa politique de surpopulation relative, c'est-à-dire de chômage, de destruction du surproduit dans la spéculation, c'est-à-dire dans le profit pour les monopoles, la stérilisation du produit et de l’acte de travail pour les producteurs et les sans travail dont la surexploitation commune explose.

C'est là que se situe essentiellement le débat actuel.....

 

Pierre Assante, 15 mai 2013

 

http://pierreassante.fr/dossier/GRUNDRISSE_TEMPS_DE_TRAVAIL.pdf

(6 pages des "Grundrisse", Editions sociales).

 

Voir aussi : 

 http://www.pierreassante.fr/dossier/petit_rappel_economie_politique_elementaire.pdf

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 14:31

l-ecole-et-la-nation.jpgRESEAU ECOLE PCF. Communiqué

 

Après 10 ans d’efforts, le lobbying du Medef a enfin trouvé un écho avec François Hollande !

 

« Notre premier devoir, c’est de stimuler l’esprit d’entreprise dans notre pays. C’est d’abord le rôle de l’école » a déclaré François Hollande, lors d’une réception de 300 entrepreneurs à l’Elysée. Le président propose «  de la sixième à la terminale », un programme de l’entrepreneuriat.

Depuis les années 2000, la commission européenne a introduit une compétence clé, "l’esprit d’entreprise". La définition de cette compétence a été un enjeu important au moment de la définition du socle de compétences en 2005, lors de la loi Fillon.

 

Apres de vifs débats cette compétence était devenue, avec l’accord de la communauté éducative mais contre l’avis du Medef,"esprit d’initiative".

Esprit d’initiative qui peut se décliner dans la construction de projets communs (sorties pédagogiques, jumelages avec des écoles, journaux lycéens..) mais ce n’est pas ce que souhaite le Medef et ses satellites comme l’Institut de l’entreprise.

 

François Hollande s’est rangé du côté du lobby du Medef dans un contexte où l’amnistie sociale a été refusée contre l’avis du Sénat, et par un passage en force de l’accord national interprofessionnel et où des études sérieuses montrent que le management des entreprises en France est marqué par l'autoritarisme et les mauvaises conditions de travail

Une fois de plus le lobby du Medef, toujours très présents dans les cabinets ministériels, de gauche comme de droite a marqué un point. Depuis plus de 10 ans,  il fait pression  sur les éditeurs de manuels scolaires (jugés trop critiques sur l’entreprise), les programmes (accusés d'être trop enclins à parler du chômage),  ou la formation des enseignants (proposition de stages longs dans les grandes entreprises choisies).

 

En annonçant sans concertation, un enseignement déjà rejeté en 2005 par la communauté éducative, Hollande a fait plusieurs choix :

 Il a placé la responsabilité des enseignements sous l’autorité du chef de l’Etat au moment même où la loi refondation doit passer au Sénat , loi dans laquelle un conseil supérieur des programmes doit justement s’atteler à la lourde tâche de la construction de nouveaux programmes en lien avec l’évaluation et la formation des enseignants.

Il a tranché en faveur d’une définition de l’esprit d’entreprise, entretenant la confusion entre esprit d’entreprise et entreprise au sens restrictif défini par le Medef en France. Développer un « esprit » ne peut se faire sans contenus, sans savoirs légitimes. S’il s’agit de faire connaître le monde de l’entreprise alors faisons la entrer dans les programmes des élèves, développons la culture économique et sociale des élèves, types d’entreprises sans oublier l'Economie Sociale et Solidaire, fonctionnement des entreprises, y compris du droit du travail avec des enseignants formés.

  

Rappelons que l’école a pour mission de transmettre des savoirs émancipateurs, reposant sur des bases scientifiques et  de permettre leur appropriation par les élèves. Elle doit favoriser le développement d’un esprit critique dans le respect de la laïcité.

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 10:04

BOISSONNAT.jpgTRAVAIL. GREVES DE 1995. PLAN BOISSONAT intitulé "le travail dans 20 ans", publié en 1995.

  

Le plan Boissonnat, édité en novembre 1995, issu de la commission du Commissariat Général au Plan répondait à la montée de « l’agitation sociale », confirmée fin 1995 (*), c'est-à-dire de la lutte des classes sur la question montante du travail dans la conscience sociale et face aux transformations du système productif.

Il y répondait non pas en fonction des questions posées par les salariés, mais des réponses du patronat à ses besoins de taux de profit.

Nous sommes à 2 ans de la "fin" de ses prévisions (1995-2015). Ce qui n’apparaissait pas évident à l’analyse d’alors de ce texte l’est bien plus à la lumière des faits qui se sont déroulés depuis, sur la monnaie, sur l’enseignement (pourquoi s’ennuyer à l’école à 16 ans disait-il !) etc. tout cela en liaison bien sûr avec son titre-programme « Le travail dans vingt ans ».

 

Il y a cependant une chose que contient ce « plan », et qui ne cadre pas du tout avec ses prévisions, c’est le taux de croissance de 2,5 %...

 

IL est vrai que l’analyse marxiste (qui n’est pas dogmatique mais scientifique et en mouvement) qui met en évidence dans le mouvement du capital et des forces productive la suraccumulation-dévalorisation du capital et la baisse tendancielle des taux de profit qu’il « faut » compenser par les drainages du capital de toutes les façons possibles vers les monopoles au détriment des besoins sociaux, cette analyse n’était pas le fort de nos experts officiels ; n’était pas le fort de nos experts officiels et le reste….

 

Pour avoir participé à des travaux du Plan (**), puis du Centre d’analyse stratégique pour la FSU (syndiqué à la FSU parce travaillant dans l’école, en tant que T.O.S."Labo", syndiqué aujourd’hui à la CGT en tant que retraité) j’ai pu « apprécier » la continuité de l’orientation Boissonnat, sa logique et ses effets.

 

Ce genre d’observation du présent vers le passé et le mouvement de la société que cela éclaire devrait être plus souvent un élément d’éclairage pour nos taches du présent.

 

Pierre Assante, Lundi 29 avril 2013

  

(*) « Les grèves de 1995 en France contre le plan Juppé de 1995 furent à leur époque les plus importantes depuis celles de Mai 68. Le nombre moyen annuel de jours de grève en 1995 a été six fois supérieur à celui de la période 1982-1994. Du 24 novembre au 15 décembre, des grèves d'ampleur ont eu lieu dans la fonction publique et le secteur privé contre le « plan Juppé » sur les retraites et la Sécurité sociale. Le mouvement social de l'automne 1995, souvent réduit à la grève des transports publics, très visible et fortement médiatisée, a concerné également les grandes administrations (La Poste, France Télécom, EDF-GDF, Éducation nationale, secteur de la santé, administration des finances, etc.). » (Wikipédia)

 

(**) voir l’article sur « Le travail dit non qualifié » sur ce blog.

http://pierre.assante.over-blog.com/article-rappel-travail-non-qualifie-59054638.html

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici


Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 08:16

LE GOUVERNEMENT REFUSE L'AMNISTIE SOCIALE, LE FRONT DE GAUCHE SE MOBILISE

 

Ce week-end, à Renault Cléon, près de Rouen, un technicien s'est suicidé, laissant un message dénonçant les "pressions", le "chantage", l'atteinte au droit de grève... Alors que la majorité du Sénat avait adopté, en février, la loi proposée par le Front de gauche d'amnistie pour des actes commis dans le cadre de conflit sociaux ou d'activités syndicales, le gouvernement fait volte-face et appelle les députés à rejeter le texte. Une pétition est lancée

 

Lire également l'Humanité.fr

 

amnistieSocialeLa logique de la répression de « gauche ». c’est celle du renoncement à affronter les forces réactionnaire qui ont imposé la « loi des banques », c'est-à-dire celle du profit au moment où la suraccumulation du capital dans la révolution scientifique et technique atteint ses limites « naturelles », c'est-à-dire insupportable pour la société toute entière.

La logique de la répression de « gauche » c’est celle d’un gouvernement qui sait qu’il va connaître, face aux difficultés sans cesses grandissantes de la population, une montée également grandissante du mécontentement.

Donner un contenu, des solutions à ce mécontentement par des solutions à la crise, c’est ce qu’il refuse, dans son engrenage du pouvoir à n’importe quelle condition. Ce que l’alliance « droite-gauche » généralise dans le monde.

Ce qui est dit dès à présent, sera dit le 5 mai, et dans bien d’autres moments ultérieurs,  à l’appel du P.C.F., du Front de Gauche et de nombreuses organisations démocratiques.

P.A. 25 avril 2013

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 12:09

resturation scolaire 0002A Saint Denis, le repas est à 0,15 centimes pour les familles les plus modestes.

Et à 3,84 € pour les plus aisées.

20% des familles sont au taux le plus bas.

Lire : ici

http://pierreassante.fr/dossier/RESTAURATION_SCOLAIRE.pdf

 

resturation scolaire 0001

 

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 11:14
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 13:49

2012 02 25

 

Métaphores à l'usage des assemblées de salariés pour leur usage entre eux et auprès des populations, ce qui s'appelle aussi formation hégémonique du salariat.

***********************************************************

 

1ere métaphore.

Ce n’est pas le robinet qui fabrique l’eau, il y a derrière les canalisations, les épurateurs, les canaux de Provence ou d’ailleurs, et les sources et les  rivières, le tout mis à votre disposition par le cerveau et les mains, le corps-soi, humains.

 

2eme métaphore

S’asseoir sur une chaise est un rapport concret de solidarité avec ceux qui l’ont fabriquée. Le rapport moral de solidarité est contenu dans ce rapport concret. La conscience n’en vient pas automatiquement.

 

3eme métaphore

le soleil se lève le matin, se couche le soir. C'est un phénomène naturel. Lorsque vous faites les démarches pour vous faire rembourser la visite médicale, c'est un phénomène social qui dépend de l'activité humaine et qui n'est pas du même ordre, qui est de votre ordre et de l'action collective menée pour conquérir les droits sociaux. Ce dont on a pris l'habitude, nous avons tendance à le considérer comme un phénomène naturel immuable. Danger !

 

Au-delà de ces métaphores :

 

Je ne doute pas, et ce depuis bien longtemps, des capacités humaines de protester contre les contradictions et leurs effets qui minent la société, leur vie, et contre ceux qui entretiennent ces contradictions : les exploiteurs, l’exploitation sous toutes ses formes anciennes et nouvelles ; sous toutes les formes de propriété des moyens de production, d’argent et de capital. Ce dont je doute, c’est du contenu de cette protestation, c'est-à-dire des capacités à la conjuguer avec les mesures concrètes à prendre pour les résoudre, ces contradictions, jusqu’aux prochaines.

 

Si je doute des, du, contenu de cette protestation, c’est parce que la conscience ne naît que de l’expérience plus l’éducation, la formation, c'est-à-dire la diffusion des analyses de classe des salariés entre eux et auprès de toutes les populations. En premier l’auto éducation des producteurs au sens strict de la production de la plus-value (survaleur), relativement répartie ou pas (ça dépend des besoins du capital et des luttes de ces producteurs et des peuples) dans toutes les activités non productives, ce qui est difficile à démêler j’en conviens, mais qui n’en est pas moins vrai.

 

La formation, l’éducation n’est pas chose spontanée, elle dépend des capacités d’organisation de la formation, de l’éducation.

 

Il n’y a pas lieu de répéter mécaniquement, dogmatiquement les formations, l’apprentissage. Mais il y a lieu de ne pas partir de zéro (comme si un ingénieur faisait semblant que n’existent pas les mathématiques et recommence toutes les recherches à zéro pour faire son pont), mais au contraire d’user de l’accumulation des savoirs dans tous les domaines, pour résoudre les contradictions dans tous les domaines.

 

Dans l’activité du cerveau, du corps-soi, il y a double anticipation de l’acte à accomplir comme du savoir à acquérir. Il y a ce qui a déjà été fait, il y a ce qui a déjà été pensé. Et il y a révélation de ce qui n’a pas déjà été fait ni pensé, mais qui est en gésine dans l’expérience passée et en cours. C’est le reflet, la copie mentale de la réalité extérieure et intérieure au corps-soi, dans son unité intérieur-extérieur qui éclot à maturation. Pour l’enfant, c’est « l’instit » et son organisation et l'éducatrice-teur-maternelle-paternelle-société qui aide à cette éclosion, et pour l’adulte il y a l’expérience et la formation sous des formes adultes.

 

La société marchande ne peut que se heurter à un moment à la liberté du producteur qui entre en contradiction avec l’aliénation de la production, de SA production,  aliénation par l’échange Argent-Marchandise-Plus d’argent. D’autant qu’elle (cette société marchande) ne peut produire plus d’argent sans la liberté croissante du producteur….

 

Il est temps que la revendication de la liberté par la bourgeoisie et la petite bourgeoisie (et ses « assimilés de corps et d’esprit ») devienne celle des producteurs et de la production en tant qu’activité de toutes les populations et pour cela il est temps que soit coordonnée une cohérence de la production.

 

L’argent n’est pas un moyen d’échange des produits par les producteurs entre eux. Il est devenu capital dans l’échange Argent-Marchandise-Plus d’argent. Maitriser l’argent et les banques qui les maitrisent seules (en particulier les banques centrales, mais pas seulement) aujourd’hui est une tâche essentielle dont découle ou pas toutes les multiples et diverses, infinies activités de la personne dans l’humanité, son espèce et son milieu.

 

Les banques sont le support premier des féodalités modernes. Si l’activité première de l’humanité est la production des biens « matériels et moraux » nécessaires à son existence, cette activité est donc bien dépendante de l’usage des moyens d’échange et des banques doivent devenir les factrices de l’échange et non du capital.

 

L’adolescence de l’humanité doit maitriser sa production pour devenir adulte et pour que la conscience de la nature sur elle-même qu’elle constitue soit vraiment une conscience, c'est-à-dire la réflexion de sa propre activité sur elle-même et les éléments de cette activité à développer pour se développer en santé, en soignant toute maladie issue de ce développement.

 

Le cosmos est bien mystérieux et immense. Qu’est-ce qu’on est petit ! Notre besoin de vivre aussi est immense, à la mesure du cosmos. Satisfaire ce besoin n’est pas une petite affaire. Le désir que contient ce besoin non plus.

 

L’atelier du monde, partout ou il se trouve, dans ses souffrances et sa pauvreté répond de cette santé. Agir contre la pauvreté, c’est agir pour produire et non pour spéculer. Produire en santé.

 

Pierre Assante, 22 mars 2013

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 05:10
Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 12:20

 

PSAAulnay.jpg"Ce que je trouve impressionnant, c'est la sagesse des ouvriers en grève.....", Agathe, PSA Aulnay-Sous-Bois.


Cliquer sur ce lien pour ouvrir la video : ici

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=mX6oHLXGmrY

 

Grévistes à l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois, Agathe, Julien et Saïd

ont pris sur leur temps précieux de lutte

pour venir insuffler leur colère dans les pages de l'Humanité.

À lire dans l'Humanité ce mardi 5 février.

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 06:47

2011 04 13 001L'Humanité, le 14 Janvier 2013

Emploi

Accord de sécurisation de l'emploi, un dynamitage du droit du travail

Dans le projet d’accord sur la sécurisation de l’emploi trouvé vendredi, le patronat a fait carton plein sur la flexibilité et obtenu un maximum de dérogations au Code du travail. Décryptage.

Malgré quelques miettes lâchées aux salariés, comme l’instauration d’une complémentaire santé généralisée, des représentants du personnel au conseil d’administration ou la taxation des contrats courts…, les travailleurs sont les premières victimes de cette régression sociale inédite voulue par le Medef.

1. Faciliter les licenciements et éviter les poursuites  

Dans le texte, la procédure de licenciement collectif pour motif économique et son contenu sont fixés, soit par un accord collectif majoritaire, soit par un document produit par l’employeur et homologué par la Direccte (directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi). Une «validation» du plan social par les syndicats ou l’administration quirendra plus difficile sa contestation devant le juge.

--> A lire: changer les procédures pour "Paralyser la représentation du personnel"

Le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) est mis en place dans des délais préfixés, pour accélérer la procédure. La limite pour contester la validité de cet accord est de trois mois. Si le salarié veut remettre en cause le motif ou le non-respect par l’employeur des dispositions, il n’aura que douze mois pour le faire. Plus généralement, le délai de prescription concernant une réclamation sur l’exécution ou la rupture du contrat de travail est de vingt-quatre mois contre cinq ans auparavant. Ce qui risque d’empêcher certains recours comme ceux des victimes de l’amiante.

--> A lire: Amiante, un délai de trois ans au parfum de scandale

Toujours pour éviter aux patrons de comparaître devant un tribunal, le projet d’accord privilégie la conciliation avec les prud’hommes pour résoudre les litiges liés à un licenciement, via notamment le versement d’une indemnité forfaitaire de l’employeur à son ex-salarié. Les patrons seraient la seule catégorie en France pour laquelle un plafond de sanction serait appliqué! Enfin, le Medef a introduit une disposition un peu obscure qui tente d’instaurer la prévalence du fond sur la forme en cas de procédure de licenciement. Par exemple, une irrégularité dans la lettre de licenciement (la forme) ne pourrait plus être retenue contre l’employeur.

 

2. Le chantage à l'emploi

  L’accord de maintien dans l’emploi, qui permet de moduler le temps de travail et le salaire «en cas de graves difficultés conjoncturelles», sévit déjà dans certaines entreprises (Renault s’y essaie actuellement). Il serait institutionnalisé nationalement par le projet d’accord. Le dispositif de compétitivité-emploi, signé par un ou des syndicats représentant 50% du personnel, est censé sauvegarder l’emploi et pourra être conclu pour une durée de deux ans maximum. Mais la garantie du maintien de l’emploi n’est pas pérenne, juste «pour une durée au moins égale à celle de l’accord», ce qui laisse la porte ouverte à une nouvelle affaire Continental Clairoix.

Dans ce cas précis, certains syndicats avaient signé l’accord, ce qui n’avait pas empêché l’entreprise de fermer. Si les salariés refusent le chantage à l’emploi, ils sont licenciés pour motif économique. Mais l’entreprise est exonérée de «l’ensemble des obligations légales et conventionnelles» du plan social, comme les offres de reclassement. Le texte prévoit plutôt «des mesures d’accompagnement». Pour avoir refusé de se sacrifier, le salarié aura donc le droit à un licenciement économique au rabais.

--> A lire: la compétitivité-emploi, un outil au service de la régression sociale

Une sécurisation minimal. Dans le texte, il y a très peu de chose au profit de la sécurisation des salariés. Les droits rechargeables à l’assurance chômage, qui existent déjà, sont élargis. La majoration de cotisation d’assurance chômage pénalisera les CDD courts et les contrats d’usage. Mais, en contrepartie, le patronat obtient 150millions d’exonérations de cotisations sur certains CDI! Sont aussi au menu, le compte personnel de formation, la complémentaire santé généralisée ou l’accès des représentants du personnel aux conseils d’administration, mais uniquement dans les entreprises de 5000 salariés en France ou de 10000 à l’échelle mondiale. Des avancées certes, mais mineures au regard de la dominante de flexibilité du projet d’accord.

3. Les mobilités forcées

Les entreprises peuvent mettre en place des mobilités internes pourcontraindre les salariés à changer de poste ou de lieu de travail. Les limites géographiques et les mesures d’accompagnement à la mobilité sont négociées dans le cadre d’un accord d’entreprise, ce qui laisse la porte ouverte à toutes les dérives. Le refus donne lieu à un licenciement du salarié pour motif personnel.

 

4. Le piège du temps partiel

Pour mieux l’encadrer, des négociations s’ouvriront dans les branches professionnelles. Les salariés travailleront un minimum de vingt-quatre heures par semaine (sauf étudiants de moins de vingt-six ans et salariés des particuliers employeurs). Mais le texte organise une modulation du temps de travail au bon vouloir de l’employeur, avec de nombreuses dérogations possibles dans l’année et une pression exercée sur la rémunération. Le salarié deviendrait une variable d’ajustement en fonction de l’activité de l’entreprise.

 

5. Des CDI précaires

La création d’un CDI intermittent et d’un CDI intérimaire va encore fragiliser la forme normale du contrat à durée indéterminée, en normalisant l’alternance de périodes travaillées et non travaillées. Quand à la taxation de certains CDD courts, elle ne concerne pas l’intérim et les CDD de remplacement ou saisonniers, grands vecteurs de précarité.

 

A lire aussi:

Emploi: les parlementaires Front de gauche diront non à l'accord

Agnès Le Bot (CGT): "C'est plus de flexibilité, de précarité, de liberté de licencier"

Cécile Rousseau

 

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

 

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 06:03

8juin10 010STRATES CULTURELLES

 

points développés

 

* structuralisme et/ou prise en compte des structures ?

* prises de décisions conscientes et influence de structures biologiques cérébrales humaines sur les formes de la construction.

* les formes de constructions

* constructions mythiques

* construction architecturales. De la forêt à la case, de la grotte au temple

* construction du mode de production, techniques, savoirs, organisation sociale

* le paysage après le mode de production

* la voix comme distance

* musique sensuelle de la voix féminine

* désir de posséder et désir d’être possédé

* unité de l’héritage biologique et de l’héritage culturel

* dissymétrie de l’héritage ?

* antagonisme de l’héritage ?

* formation cérébrale et strates culturelles

* liaisons entre les strates anciennes et les strates en formation

* quelle qualité nouvelle des liaisons entre strates anciennes et nouvelles

* quelle qualité nouvelle du désir de possession ?

* intériorisation des règles sociales et liberté

* liberté et solidarité

* la question de l’unité et la question de l’aller-retour. Solution provisoire ou solution permanente vis-à-vis d’un vécu contradictoire ?

* hérésie et progrès

* peur de l’hérésie et régression

* de l’hérésie intellectuelle à l’hérésie expérimentale

* de l’hérésie à l’utopie, de l’utopie à la modernité vécue socialement

*les garde fous : le respect de la vie

* se voir de l’extérieur pour être. La voiX/voiE. S’entendre.

 

Pierre Assante, Aout 2003

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 19:17

FAJON.jpg

 

 

Vidéo sur ce lien :

 

ici

http://www.dailymotion.com/CN-PCF#video=xw3p5v

 

 

 ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

 

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 08:45

Dal 2000 ad oggi, centinaia di migliaia di giovani hanno lasciato l'Italia. Solo quest'anno saranno oltre 200 mila, alla ricerca di un lavoro e di una condizione di vita più dignitosa. L'aggravarsi della crisi economica e le tragiche politiche di austerità faranno crescere ancora questo flusso nei prossimi anni, da tutti i paesi del sud Europa

Abbiamo realizzato un nuovo portale aperto e partec

ipato con cui vogliamo costruire una rete e una comunità permanente tra i giovani nuovi migranti ed offrire alcuni servizi minimi di orientamento al lavoro nei nuovi paesi di arrivo, con banche dati per la ricerca di lavoro e una piccola piattaforma di scambi di servizi, ricerca di affitto, ecc.

Il portale è aperto e partecipato e funzionerà nella misura in cui sarà utilizzato dagli utenti. Basta iscriversi e si possono postare informazioni, news, articoli, fare inserzioni, ecc.

Un secondo obiettivo è quello di mettere in comunicazione i giovani migranti con coloro (milioni) che hanno lasciato il nostro paese molti anni fa e si sono stabiliti da tempo in tanti diversi paesi europei e oltreoceano. Mettere in relazione la vecchia e nuova emigrazione può essere vicendevolmente profittevole.

Allora, visitatelo e utilizzatelo, e consigliateci come implementarlo e migliorarlo:
l'indirizzo è: http://www.filef.info/

 

ET, Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

30 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

 

Et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Repost 0
Published by Pierre Assante - dans TRAVAIL
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche