Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 07:21

Copie de 000 1493Les militants chrétiens antiques, exemple d’expansion d’un mouvement d’idée

 

2) SUITE d'articles « de Noël »  

 

Deuxième article "de Noël" 

 

Les décisions politiques au jour le jour dépendent à la fois du moment et de la durée. Si un mode de production en évolution est arrivé à terme ou s’il est encore réformable, cela détermine le besoin soit d’une révolution, soit d’une réforme. Mais révolution comme réforme impliquent une transition dans cette évolution, dans laquelle il faut gérer à la fois l’ancien et accoucher du nouveau.

 

Je me permets une métaphore prise du christianisme, sa naissance et ses réformes. Je ne développe pas ici le lien entre le moment historique du mode de production et le mouvement d’idée propre à ce moment historique, mais j’extrais, je me permets une abstraction partielle des conditions d’exercice de l’expansion d’un mouvement général, collectif, de pensée. Cette limitation à laquelle je me contrains pour être bref dans cet article comporte le risque d’isoler un aspect d’un contexte général et par là d’induire une vision structuraliste. C’est pourquoi je mets en garde de ne pas isoler l’aspect développé ici d’une analyse plus générale du mode de production, des rapports sociaux, de leur évolution, des interventions humaines volontaires, à chaque moment, dans laquelle une décision, des décisions doivent être prises, parmi la multitude et diversité de toutes les interventions humaines.

 

Paul (Saint-Paul), ce militant infatigable du christianisme est l’exemple du militant d’un mouvement d’idée nouveau. Son intervention est déterminante pour la diffusion du christianisme. Il va parcourir le Moyen Orient, l’actuelle Turquie, la Grèce, la Méditerranée et Rome pour diffuser ses idées. Si ses idées ont une emprise, c’est que les conditions existent pour être « reçues ».

 

Mais la méthode compte. Pour que l’expansion soit effective, il ne va pas s’adresser prioritairement aux juifs, mais aux milieux réceptifs, vierges des dogmes juifs et à la fois sensibles, de par leur conditions de vie, leur culture, à ce que le christianisme porte de neuf : la nécessité de la loi, qui permet à la personne de vivre, c’est-à-dire de produire en communauté et la contestation de la loi qui, appliquée dogmatiquement, avec rigidité dans le temps, rigidifie aussi les rapports sociaux, freine ou bloquent les évolutions nécessaires(1). Comme il dit, Paul s’adresse aux « païens », c’est-à-dire les non juifs, car les juifs sont en partie imperméables, rivés à leurs dogmes, aux idées nouvelles du christianisme. Ses premiers et grands succès, il les obtient en terres fortement hellénisées ou la philosophie des marchands, échangeurs de valeurs marchandes et des idées liées à la démocratie marchande puis à son déclin, ont donné lieu à la « pensée grecque ». Cette pensée est à la fois porteuse de la société marchande antique et grosse des contradictions et de ses limites. Elle est aussi en contradiction avec l’expansion et la domination de la société esclavagiste sous la forme impériale romaine, les contradictions de son mode de production.

 

Mais si Paul s’adresse aux « païens », c’est-à-dire les non juifs, il n’abandonne pas pour cela sa communauté d’origine. Sa « révolution d’idée », il l’accomplit en gardant comme base idéologique et organisationnelle, la communauté juive. Il tente de concilier l’ancien et le nouveau, mais pas au prix de sacrifier le nouveau à l’ancien, Il y a à la fois réforme du judaïsme et révolution chrétienne. Il se garde bien de couper tout lien avec l’ancien, il en tire les moyens matériels d’expansion qu’il va mettre à la dispositions des nouvelles communautés chrétiennes tout en s’appuyant sur les nouvelles communautés chrétiennes pour aider la « base originelle » à subsister. Pour résumer, Paul s’appuie sur l’ancien, son organisation et sa culture pour créer le nouveau auprès des milieux qui n’ont pas la rigidité dogmatique de sa « base » et qui bien sûr ont cet « état d’esprit » de par leurs conditions matérielles propres dans lesquelles les rapports sociaux et de production propres ont des caractéristiques « adaptées » à ces idées nouvelles(2).

 

Cet exemple ne doit pas être érigé en dogme, ce n’est qu’une comparaison à méditer. Mais elle a de l’importance pour nous, dans la période que nous vivons. Pour ma part je crois que nous ne vivons pas une période de réforme, mais une période de révolution, comme le disait le sous-titre de la revue de Guy Hermier. La Réforme(3)iii, pour en rester à l’exemple du christianisme a accompagné la naissance et l’expansion de la bourgeoisie capitaliste, c’est-à-dire un mode de production marchand particulier. Et je crois que nous en sommes au besoin d’un autre type de mode de production qu’un type marchand. Le christianisme en ce sens peut être considéré comme une réforme et une révolution : il est une réforme du judaïsme né de la société marchande et conteste pour la première fois cette société marchande à peine née. Pour nous il est question d’une fin possible de la société marchande dans une période de temps que nous ne pouvons pas définir à l’avance et qui demande notre action.

 

Revenons aux « décisions politiques ». Rassemblement de forces et organisations indépendantes mais unies par un objectif commun des milieux qu’elle représentent, rassemblement avec autonomie des forces, fédération de forces diverses, fusion de ces forces ? Ce sont les mouvements de la société dont nous sommes partie prenante qui en déterminent la possibilité et non des cartels d’animation. La question première n’est pas le réseau par lui-même, mais le contenu qu’il peut contenir ou pas. L’analyse des possibilités d’un contenu moteur des changements ne peut s’apprécier qu’au contenu des mouvements de la société. Comme dirait Marx, voilà une tautologie mais encore faut-il s’approprier de cette tautologie, c’est-à-dire en avoir conscience.

 

Le travail revient à la surface du débat. Il est au centre du mode de production, des rapports de production, de leurs contradictions et de leur dépassement. C’est pourquoi nous assistons à des affrontements sur la question du travail. Des positions de Sarkozy-MEDEF-Bill Gates-Bush, aux divergences à l’intérieur de la gauche ou des communistes, la « vision » sur le travail(4)iv nous montre combien nous devons travailler au contenu d’un rassemblement qui se construit dans l’action quotidienne, à partir de notre base à poursuivre et développer, la « pensée-Marx », pour reprendre l’expression de Lucien Sève qui sous cette appellation ou une autre est ce que l’humain a crée à ce jour de plus avancé pour construire son devenir.

 

Pierre Assante

Le 28 juillet 2007


NB

1. Voir le petit essai que j’ai intitulé « Construction du devenir », édition artisanale personnelle (100 exemp.), 2001, je peux vous l’envoyer par le net.

2. La « révolution chrétienne » a bien eu lieu. Ensuite la période constantinienne a modifié bien des données de son expansion. Mais je note et souligne que le judaïsme n’en est pas mort pour cela et qu’il est bien vivant, dans son mouvement, son évolution, comme d’autres religions non mentionnées ici et demandant une analyse propre, et reste bien présent dans le christianisme.

3. Erasme, Luther, Müntzer (le réformateur-révolutionnaire), Rabelais (le réformateur « de l’intérieur »), successeurs des réformateurs de « première génération », cathares et troubadours, Saint François (autre réformateur « de l’intérieur »).

4. Voir ce texte de référence : "Le paradigme ergologique, ou un métier de philosophe", d’Yves Schwartz, Octarès, gros pavé demandant un effort certain, et dont la "conclusion générale" (dernières 100 pages) est essentielle, à mon sens.

 

Articles publié  sur « AlternativeForge »

Par Assante Pierre, http://alternativeforge.net/spip.php?auteur362



Accéder, en cliquant sur le lien ci-dessous à :

25 TITRES sélectionnés de ce blog : Quelques essais, nouvelles, poèmes, articles de presse, de l'auteur de ce blob.... Cliquer sur leS titreS

et :Tous les articles de ce blog en cliquant : ici

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche