Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mai 2020 2 19 /05 /mai /2020 10:00

 

L’humanitÉ est entrÉe dans une Étape de mondialisation intégrÉe

Histoire du mouvement ouvrier et populaire et histoire des modes de production en rapports réciproques

L’humanité est entrée dans une étape de mondialisation intégrée. Et c’est ce que les militants de toutes les organisations de transformation en santé ont besoin de voir pour aller de l’avant.

Pour retrouver une période comparable il faut remonter au début de la « mondialisation méditerranéenne », la Grèce du Vème siècle, initiatrice de ce qu’a été l’Empire Romain, son développement et sa fin.

On peut aussi comprendre que des techniques, sciences et philosophies de la Grèce antique aux prémices d’une civilisation mondialisée entrant aujourd’hui dans le développement de l’intelligence artificielle en tant que moyen de production, il y a toutes les « étapes » de mondialisation de la société marchande, sa continuité et ses sauts, par exemple celui de la renaissance et de la révolution scientifique et technique de la Renaissance. D’ailleurs révolution scientifique et technique de La Renaissance et son extension maritime de la mondialisation, au-delà de l’Europe des nations en constitution, c’est un même mouvement, à la fois terrifiant de progrès et d’atrocités mêlés.

Nos XIX-XXIèmes siècles sont de l’ordre de la « première mondialisation », celle de l’antiquité, mais bien plus immense pour nous terriens dans cet univers  que nous tentons de nous approprier pour poursuivre notre processus vital. Il est temps de passer d’une analyse structuraliste à une analyse synthétique de notre processus vital.

L’éclosion de l’analyse philosophique et scientifique de la Grèce antique est un moment extraordinaire de progrès de conscience de la société, de la nature et de l’homme sur lui-même. De Démocrite à Aristote en passant par Platon, quelle somme de connaissances et d’intuition, et quelle lutte pour  dépasser les mythes et les religions ! Il a fallu deux millénaires  presque comptés pour que La Renaissance y fasse un retour critique, qu’elle n’a pas dépassé, mais dont elle a préparé le dépassement dans l’analyse de la société capitaliste et la naissance de la pensée marxienne.

La naissance de la pensée marxienne, sa capacité d’analyse de la société et de l’homme de son temps, à l’instar du travail de la conscience « athénienne » sur la société et l’homme de son temps, est une énorme avancée. Et l’ostracisme développé par les hommes du capital contre cette avancée est un drame majeur qui handicape majeurement le processus humain en cours.

L’œuvre de Marx a développé une analyse du mode de production de son temps si profonde, que ses successeurs eux-mêmes ont eu du mal à ne pas la figer. La poursuite de la mondialisation et des moyens de production, des sciences et des techniques qui se sont développées en rapports dialectiques ont ouvert notre période, l’informatisation généralisée et l’automatisation et l’intelligence artificielle mal nommée car ce n’est pas une intelligence, le tout ouvrant la voie à une libération de l’activité humaine, mais le tout étant bloqué par les lois économiques du système qui ont développé ces capacités mais dont le critère  P/C constitue un frein et un arrêt.

Ainsi va le développement humain, de la société et de la personne. Des normes de progrès deviennent à un moment dépassées par leurs propres avancées et il s’agit de passer à d’autres normes correspondant à l’avancée du mouvement que les normes anciennes ont créé.

La vision et l’analyse du mode de production par Marx, c’est énorme ! Mais si le capital est toujours la base de la production et de l’échange, la société Capitaliste Monopoliste Mondialisée, globalement Financiarisée et numériquement Informationnalisé (C.M.M.gF.nI.) n’est plus celle de Marx.

Sous la direction de Waldeck Rochet, le PCF a relancé cette analyse. En 1966 une conférence internationale a été  un moment majeur  sur l’étude du CME, le Capitalisme monopoliste d’Etat, prémisses du Capitalisme M.M.gF.nI.)  qui est le « nôtre ». En 1966 toujours il était organisé avec une « équipe » de  militants en osmose de travail, sans être tous sur la même analyse, mais s’efforçant d’avancer ensemble, à l’initiative du Comité Central du Pcf, une étude sur « les problèmes idéologique et culturels ».

La montée des réflexions dans le monde et en France et la transformation des moyens de production et d’échange, mais pas de leur  mode, et l’éclatement social de 1968 partout, y compris dans le système socialiste, n’est pas un hasard mais un mouvement intégré de la société humaine. 1968, une revendication sociétale de fond mais aussi et surtout des semaines de remise en cause de la production dans son état du moment par une immense grève et une gestion libre d'un moment et nouvelle de la production par les travailleurs eux-mêmes.

1968, puis le départ des initiateurs de la « révolution nationale » du CME en 1969, remplacés par les représentants directs des monopoles, puis le Manifeste de Champigny de 1969 « Pour une démocratie avancée pour une France socialiste », puis la signature du programme commun  en 1972, moment d’un rapport de force entre le nouveau et l’ancien. L’eurocommunisme compromis historique, la défaite du capital au Vietnam, la révolution des œillets, le Chili d’Allende….

Mais aussi « La Trilatérale » puis le G7, la réorganisation du travail au niveau mondial par le capital, le retard à passer de l’organisation locale à l’organisation mondiale de la riposte du monde du travail. Juste appui des conquêtes nationales du travail mais handicap à aller-au-delà des normes nationales.

Ces périodes ont été riches à la fois de protestations contestant de fait les normes anciennes. Mais j’hésite à dire contestant « justement » car le juste était de progresser, à partir de la contestation, sur une gestion plus radicale et progressive, nouvelle, transformant les normes dépassées.

1966, 1968, 1969, le mouvement ouvrier entre dans l’élaboration d’un projet nouveau. En France le Programme Commun de gouvernement de la gauche en est au centre, et la caricature de ce mouvement par les communistes aux-même est ridicule. La réorganisation mondiale du travail par le capital n’a pas été compensée par la poursuite de l’effort de création d’un projet transformateur du mode de production et d’échange qui avait été entamé dans les années 60. Non seulement "il" pas été poursuivi, mais ceux qui le poursuivaient ont été écartés au lieu de devenir le cœur du mouvement. Les hésitations et les incertitudes des ministres communistes dans le gouvernement de 1981-84 en sont une illustration. Malgré leur travail remarquable, ils ont été globalement et relativement insensibles  aux propositions de nouveaux critères de gestion promus par les économistes communistes, Paul Boccara en tête. Le basculement d’orientation du PCF de 1982 (lire le basculement des cahiers du communiste de mars à mai 1982, répétant celui de 1977), contestant à  juste titre celui du PS, n’est pas allé jusqu’à une autre construction, mais a replié le mouvement ouvrier  sur la protestation.

Le mouvement du mouvement ouvrier pour la gestion a connu un pic en 1972, dans l’onde de la signature du programme commun et en relation réciproque, avec la concrétisation de ce travail dans  "CHIFFRES EFFICACITE DU PROGRAMME COMMUN", qui entrait directement dans la question d’une autre gestion, d’autre critères économiques pour la France et la coopération internationale. Certes ces propositions financières attachées à un autre mode de gestion ne consistaient qu’en un brouillon avancé d'une marche d’entrainement, mais destiné à être opérationnelle, expérimentée, rectifiée et relancée en améliorations permanentes.

Le basculement de la gestion vers la contestation et la défense pas à pas à reculons est la conséquence d’un rapport de force défavorable mais aussi de choix conduits par le PCF (et d’un accompagnement choisi du recul par la social-démocratie) dans ces périodes. Le Départ de Philippe Herzog du Pcf a été une illustration parmi d’autres de ce basculement. Et la valse-hésitation de nombreux dirigeants du Pcf entre contestation et construction, sans pouvoir les unifier, de même.

Mais on n’arrête pas le processus humain. Le travail s’est poursuivi « la braise sous les cendres ». Il se concrétise aujourd’hui pas les travaux de Paul Boccara, ses thèses sur la crise de suraccumulation-dévalorisation du capital, et comment la dépasser, qui se sont poursuivis, et de toute l’équipe de la ComEcoPcf. Création monétaire, système financier, Banques centrales et système bancaire, Crédit, Fonds, droits nouveaux du travail, loi SEF….

Ce n'est « pas que » dans le domaine économique que les avancées ont continué « sous la cendre ». Allant de pair avec une révolution économique, il y a celle de l’organisation du travail et des conditions de la participation de tous à la production et à l’échange, c'est-à-dire l’initiative libre de l’homme producteur, c'est-à-dire l’ascèse ergologique promue par les travaux d’Yves Schwartz, les militants qui l’entourent  et son département universitaire : les  conditions de la cohérence entre le travailleur et l’entité de production locale et mondiale. L’expérience et la connaissance du travail est incontournable pour construire cette cohérence. Cette construction, comme tout mouvement de la société comporte la contradiction entre la négation et son dépassement : la négation, c'est-à-dire la contestation, est celle de l’organisation taylorienne du travail, jusque dans le travail numérique et « l'intelligence artificielle », et son dépassement c’est la construction de nouvelles normes de travail, des gestes du travail et de la pensée du travail, c'est-à-dire dans le même temps, la construction du nouveau mode de production et d’échange transformant la vente de la force de travail, l’accumulation du capital pour l’accumulation du capital et la transformation-dépassement du marché basé sur le critère P/C, par le critère VA/CMF en étant la transition. Aux travaux économiques et concepts de Paul Boccara et ses efforts de construction correspondent ceux d’Yves Schwartz dans la construction de la cohérence et de l’initiative de la personne dans l’entité de production et d’échange locale et mondiale. Partant de points d’observation différents, ils se rejoignent dans le concret, même si ce n'est pas encore évident pour tous.

La « montée de fond » d’aujourd’hui des luttes « contre » du monde du travail, SNCF, Hôpitaux, retraite, précarité, et tant de mouvements dans leurs diversités, montrent qu’une autre période s’ouvre dont il ne faut pas manquer la fenêtre de tir, ici, en Europe, dans le monde. Trump, dans sa guerre militaire et économique, entre autre contre le développement de la Chine (qui n'est pas sans problèmes certes, et c'est

normal),  symbolise la réaction du capital pour conserver sa domination. Son ridicule

n’exclue pas sa terrible dangerosité. Mais  le ridicule est une notion de morale et ce n’est pas entre le bien et le mal qu’il s’agit moralement de choisir, mais entre des mesures concrètes s’opposant aux normes anciennes qui conduisent à la faillite et la régression de l’humanité. De ces mesures concrètes dépendent « le bien et le mal ».

De nombreux appels intellectuels ou généraux naissent des dénonciations dont les mesures concrètes, si elles ne sont pas absentes, montrent combien elles sont insuffisantes et tranchent avec la réalité de ce que pose le monde du travail. Le monde du travail dans ses actions est en avance, bien en avance sur ces appels, montrant que l’idéologie dominante est encore très forte dans « le monde de la réflexion ». Ceci dit n’est l’est pas de façon pessimiste, mais pour souligner le chemin accompli et le chemin à accomplir.

Pierre Assante. 19/05/2020 08:18:46.

 

VOIR AUSSI :  MOINS MAIS MIEUX. SUR CE LIEN :

http://pierre.assante.over-blog.com/2020/04/moins-mais-mieux.l-histoire-ne-repasse-pas-les-plats-23-27-avril-2020.html

 

*Tous les articles du blog (par séries de 25). Pour la première série, utiliser l'ascenseur. Pour les autres cliquer sur un nombre ci-dessous: 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 2030405060708090100> >>

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pierre.assante.over-blog.com
  • : Ce blog contient, sous la forme d'essais,de nouvelles, de poésies, une analyse des contradictions du mode de production, des devenirs possibles, en particulier en rapport avec l'activité humaine, le travail, l'ergologie
  • Contact

pierre.assante.over-blog.com

Recherche